La langue française

Hébétude

Sommaire

Définitions du mot hébétude

Trésor de la Langue Française informatisé

HÉBÉTUDE, subst. fém.

A. − Engourdissement ou effondrement des facultés intellectuelles; p. méton. aspect, attitude d'une personne qui se trouve dans cet état. Sous le bombardement infernal, on eut un instant d'hébétude. On restait affalé, les mains entre les genoux, la tête vide (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 280).Le visage, tout à coup, s'embrumait, semblait retomber dans une espèce d'hébétude (Gracq, Syrtes,1951, p. 208).
B. − PATHOL. ,,État d'abrutissement intellectuel total à la suite d'un choc émotif ou en rapport avec une confusion mentale`` (Man.-Man. Méd. 1977). Chez les malades froids nous approchons un délicat noyau de personnalité, profondément enfoui et doué d'une sensibilité douloureuse. Le schizoïde normal présente le même contraste. « Vous ne vous doutez pas comme tout cela me fait mal », disait un écolier que l'on croyait plongé dans une complète hébétude (Mounier, Traité caract.,1946, p. 364).
Rem. V. hébétement rem.
Prononc. et Orth. : [ebetyd]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1530 « affaiblissement et engourdissement des facultés de l'esprit » ebetude, immundicité et yvresse (J. Bouchet, Triomphes de la noble dame, 124 rods Hug.). Empr. au b. lat.hebetudo « état d'une chose émoussée; stupidité », du lat. class. hebes, -etis « émoussé; qui manque de vivacité ». Fréq. abs. littér. : 88. Bbg. Quem. DDL t. 18.

Wiktionnaire

Nom commun

hébétude \e.be.tyd\ féminin

  1. (Médecine) Engourdissement des facultés cérébrales dans certaines maladies, l’anémie cérébrale, par exemple.
  2. (Par métonymie) Apparence ou comportement d’une personne qui semble soudain engourdie ou sidérée.
    • Un monsieur, courant, une serviette sous le bras, le heurta sans ménagements et l’arracha à son hébétude. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 21)
    • Il se tut et retomba dans son hébétude. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 251.)
    • Il la pénétrait bestialement, dans une hébétude sensuelle qui n'atteignait à la lucidité qu'à la minute où l'on voit, par une nuit d'été, la fusée d'un feu d'artifice fondre en un riche bouquet d'étoiles pâmées qui retombent au néant. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 58)
    • Cette considération le plongea dans une sorte d’hébétude douloureuse. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • De sa bouche lisse, Amédée souriait, repris par l’hébétude de l’enfance. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Pour une fois que j’ai l’occasion de parler de cette histoire… Elle a pourtant quelque chose d’une vieille putain réduite à l’hébétude par l’excès des hommes, cette histoire. — (Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête, 2013, p. 61)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HÉBÉTUDE. n. f.
T. de Médecine. Engourdissement des facultés cérébrales dans certaines maladies, l'anémie cérébrale, par exemple.

Littré (1872-1877)

HÉBÉTUDE (é-bé-tu-d') s. f.
  • Terme de médecine. Apparence hébétée que présente un malade dans certaines affections cérébrales.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « hébétude »

Lat. hebetudinem, état de ce qui est émoussé, de hebes, émoussé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin hebetudo.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « hébétude »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hébétude ebetyd

Citations contenant le mot « hébétude »

  • Ce n’est pas tout à fait exact que la musique adoucit les moeurs. Je crois même que l’harmonie, un peu en excès, amène l’homme le mieux constitué à un état d’hébétude et de gâtisme tout à fait folâtre. De Alphonse Allais
  • « Le souffle du canon » est l’expression employée durant la Première Guerre mondiale pour expliquer l’état d’hébétude dans lequel revenaient certains soldats envoyés au front : ils avaient senti, disait-on aussi, « le vent du boulet ». Laurent Mauvignier a remarquablement décrit dans son roman Des hommes l’état psychologique dans lequel revinrent des appelés ou des engagés de la guerre d’Algérie, tout comme Kevin Power le fit dans Yellow Birds en parlant d’un soldat revenu d’Irak. On peut revenir fracassé de la guerre, asocial, addict aux drogues ou à l’alcool, violent ou profondément apathique. Certaines statistiques affirment que durant les années 1990, la moitié des sans-abri aux États-Unis étaient vétérans des guerres du Vietnam ou d’ailleurs. Mediapart, «Le Souffle du canon», les mots rares de soldats traumatisés | Documentaires | Mediapart
  • C’est une initiative merveilleuse, courageuse et féconde d’Éric Ruf, dont on ne saurait assez le remercier. Il a permis à la troupe de vivre, de travailler, de réfléchir et rêver, de découvrir des textes, de découvrir les autres à travers des textes et des thématiques, en dégageant même un budget pour cela. À nous la troupe, ça nous a fait un bien fou. Nous ne sommes pas restés dans l’hébétude et la mélancolie. C’est aussi un moyen de garder un lien profond avec le public, d’une façon inédite, appropriée à la période, de sorte que tout le monde peut s’y reconnaître. L'Obs, Denis Podalydès : « Il faut un plan Marshall pour la culture »
  • Avec sa nonchalance inoxydable, sa flemme légendaire et sa superbe hébétude, Jeffrey Lebowski, alias « le Dude » est sûrement le personnage le mieux adapté pour vivre sereinement cette longue période de confinement. Le  héros en claquette et sortie de bain de The Big Lebowski, incarné avec brio par Jeff Bridges, vous est certainement venu à l’esprit si vous faites parti de celles et ceux qui ont vécu cette drôle de période dans leur canapé. Septième film des frères Cohen, l’œuvre reçut à sa sortie en 1988 un accueil un peu timoré. il faut dire qu’il sortait juste après le monstrueux Fargo. Le temps a heureusement fini par jouer en sa faveur et il est désormais justement considéré comme un des sommets du versant « comédie fantasmatique et ahurie » des deux créateurs. Porté par une foisonnante galerie de seconds rôles tous aussi hauts en couleurs les uns que les autres (Julianne Moore, John Goodman, John Turturo, Steve Buscemi, Ben Gazzara, Philip Seymour Hoffman… et on en passe), le film est un savoureux pastiche psychédélique et absurde de film noir qu’on aura grand plaisir à revoir, ou mieux à découvrir, dans une salle obscure. Attention, avec les conditions post-COVID, il n’y aura que 107 spectateurs mais ils auront tous le bonheur de préparer la projection en dégustant un white russian, le cocktail favori du dude. Alter1fo, The Big Lebowski @ Arvor : Déconfinez du Dude – Alter1fo
  • Tout à leurs calculs, ils donnent le sentiment de miser sur l’effet contraignant du besoin. Un état qui, tant qu’il n’est pas satisfait, maintient ceux qui en sont victimes dans une hébétude qui les rend dépendants, soumis à la pression du quotidien, dans l’impossibilité de se livrer à quelque chose d’autre, interdits de penser, sans nulle possibilité d’être celui ou celle qu’ils pourraient espérer être. SenePlus, LES TAS D’URGENCES DIFFEREES | SenePlus
  •  Avec une diplomatie d’une inefficacité proverbiale, incapable de doter le pays de moyen de production et de développement à quelque niveau que ce soit dans ce monde globalisé, comme le tourisme, la sous-traitance, le transfert de technologie par exemple, l’haïtien soucieux du devenir du pays constate avec une honte qui n’a d’égal que  l’hébétude et la consternation dans lesquelles elle le plonge que notre président avec la complicité de mères et de pères de famille, membres de son gouvernement décide sans consultation populaire, ce qui va à l’encontre de la pratique de la démocratie,   de légaliser des pratiques sexuelles qu’un pourcentage de loin supérieur à 70% de la nation haïtienne condamne et rejette avec véhémence. Des dirigeants étrangers et leurs  super conseillers, farouches partisans de l’eugénisme et de la fécondation in vitro,  prônent uniquement la recherche du plaisir charnel intense dans l’acte sexuel sans sa fonction de procréation. Ils excluent l’exigence de partenaires de sexe opposé dans l’accomplissement des ébats amoureux. Rezo Nòdwès, Garry Muzeau : « Ils sont des RESTAVEKS! » | Rezo Nòdwès
  • Je suis tombée dans un trou. Celui des années 1990. Celui d’après la chute du Mur. Celui du moment forcément un peu bête de la fin de l’histoire, cette blague, lorsque l’enjeu politique est faussement apparu sans objet. Ensuite, les tours sont tombées à New York, j’avais 15 ans, je me souviens de l’hébétude, mais ce n’était pas là non plus le lieu d’un militantisme, ou alors pas clair, il y avait encore trop de fumée. Le Temps, J’ai raté mon adolescence - Le Temps
  • Notre économie de marché tourne à plein régime, portée par une inextinguible soif de consommation. Au risque, de plus en plus visible, de basculer du côté obscur des dérèglements comportementaux, un phénomène amplifié par la toute-puissance d'Internet. Un livre choc et une analyse sans concession d'une hébétude généralisée. Les Echos, Le capitalisme des addictions | Les Echos

Traductions du mot « hébétude »

Langue Traduction
Anglais daze
Espagnol aturdimiento
Italien stordimento
Allemand benommenheit
Chinois 发呆
Arabe دوخ
Portugais deslumbramento
Russe ошеломлять
Japonais 眩惑
Basque daze
Corse daze
Source : Google Translate API

Synonymes de « hébétude »

Source : synonymes de hébétude sur lebonsynonyme.fr
Partager