La langue française

Asphyxie

Définitions du mot « asphyxie »

Trésor de la Langue Française informatisé

ASPHYXIE, subst. fém.

A.− MÉD. et MÉD. VÉTÉR. [En parlant d'une pers., d'un animal ou d'une partie du corps] Ralentissement grave ou arrêt de la respiration pouvant entraîner la mort, provoqué par des facteurs externes ou internes (défaut d'oxygène, noyade, strangulation, absorption de gaz toxiques, etc.). Asphyxie lente, mourir d'asphyxie, tomber en asphyxie (Ac. 1798-1878) :
1. En même temps que le corps devient livide, soit dans l'asphyxie subite, soit dans l'espèce d'asphyxie lente qui tient à quelque défaut d'organisation, il ne tarde point à devenir froid. Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 4,1805, p. 299.
2. − Les goujons, disait Tancogne, les black bass; les ides... dépêchons! C'étaient des espèces fragiles, que la vase menaçait d'une asphyxie mortelle. Genevoix, Raboliot,1925, p. 18.
Asphyxie des nouveau-nés. Mort apparente de certains enfants à la naissance. (Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixeet du xxes.).
Asphyxie locale ou symétrique des extrémités. Ralentissement ou arrêt de la circulation capillaire dans les doigts, les orteils etc., souvent accompagné de cyanose. (Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixeet du xxes.).
SYNT. Asphyxie par la chaleur, par compression du thorax, par électrocution, par la foudre, par le froid, par pendaison, par le vide.
P. hyperb. :
3. − Puis la lune s'est levée dans le ciel purifié et nous avons pu respirer, à longue haleinée, pour la première fois depuis que nous sommes dans cette asphyxie perpétuelle qu'on a ici pour atmosphère. Barbey d'Aurevilly, 4eMemorandum,1858, p. 112.
P. anal., BOT. Dépérissement d'une plante par manque d'oxygène indispensable à sa respiration, en raison de la raréfaction de l'air :
4. Mais, pour paradoxale que l'affirmation paraisse, cette végétation folle, et d'une telle richesse qu'il faut évoquer la forêt tropicale pour en avoir quelque image, est toujours guettée par l'asphyxie ou la dessication; le niveau du sol qui la porte est, en effet, étrangement variable : ... E. Schneider, Le Charbon,1945, p. 287.
P. métaph. :
5. C'était une de ces paix étouffées de fin d'acte, lorsque toute la troupe enlève sur la scène le vacarme assourdissant de quelque finale, tandis que le foyer vide s'endort dans un bourdonnement d'asphyxie. Zola, Nana,1880, p. 1202.
B.− Au fig.
1. Affaiblissement ou perte de certaines facultés intellectuelles, morales, affectives, en raison notamment du milieu de vie :
6. Le fait est que je me sens étranger ici et que je n'ai pu prendre racine dans mon pays natal. Mon milieu m'ennuie et me nuit. J'y souffre d'inanition morale et d'asphyxie spirituelle. Amiel, Journal intime,1866, p. 446.
2. ÉCON. et POL. Paralysie plus ou moins totale de certaines activités d'un pays sous l'action de facteurs extérieurs :
7. ... la France, jour après jour, est en train de mourir. De mourir matériellement, physiquement, par asphyxie administrative et économique. L'Œuvre,18 janv. 1941.
Rem. On rencontre dans la docum. le néol. asphyxiation, subst. fém. (Mmede Chateaubriand, Mémoires et lettres, 1847, p. 224; suff. -ation, -tion*). Ensemble des conditions amenant à l'état d'asphyxie (sans doute morale, pour faire oublier certaines misères) : ,,J'espère que M. Joubert tient toujours à son abonnement de dix francs comme moi je tiens à leur [aux vieux pensionnaires de l'Infirmerie de Marie-Thérèse] former une bibliothèque de livres propres à l'asphyxiation, comme, par exemple, Solème Coloquin qui vient de paroître et d'être envoyé à M. de Chateaubriand.``
PRONONC. : [asfiksi]. Enq. : /asfiksi/.
ÉTYMOL. ET HIST. − [1741, Col de Villars, Dict. frçs. lat. des t. de medecine et de chirurgie ds Quem.]; 1752 (Trév. : Asphyxie. C'est une privation subite du pouls, de la respiration, du sentiment et du mouvement, ou un abattement considérable et subit de toutes les forces du corps et de l'esprit, en sorte qu'on reste comme si on étoit mort [...] Col de Vilars). Empr. du gr. α ̓ σ φ υ ξ ι ́ α « arrêt du pouls » (Galien ds Bailly).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 119.
BBG. − Blanche 1857. − Bouillet 1859. − Brard 1838. − Duval 1959. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Lar. méd. 1970. − Lar. mén. 1926. − Littré-Robin 1865. − Méd. 1966. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Nysten 1824. − Plais.-Caill. 1958. − Pomm. 1969. − Porot 1960. − Privat-Foc. 1870.

Wiktionnaire

Nom commun

asphyxie \as.fik.si\ féminin

  1. (Médecine) Arrêt plus ou moins long de la circulation, produit par différentes causes, telles que la submersion, la strangulation, l’absorption de gaz irrespirables, la compression du thorax, le rétrécissement du larynx, etc.
    • J'essayais, en contractant le gosier, d'absorber le moins possible d'eau et de résister à l'asphyxie en retenant le plus longtemps que je pouvais l'air dans mes poumons. Mais je ne pus tenir plus de quelques instants. — (Henri Alleg, La Question, 1957)

Forme de verbe

asphyxie \as.fik.si\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de asphyxier.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de asphyxier.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de asphyxier.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de asphyxier.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de asphyxier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ASPHYXIE (a-sfi-ksie) s. f.
  • Terme de médecine. Suspension de la respiration et état de mort apparente ou imminente par submersion, strangulation, action de gaz irrespirables, etc.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « asphyxie »

Du grec ancien ἀσφυξία, asphyxía.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἀσφυξία, de ἀ privatif et de σφυγμὸς, pouls (voy. SHYGMIQUE). Asphyxie a d'abord signifié syncope (arrêt du pouls), puis, abusivement, interruption de la respiration ; c'est le sens actuel.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « asphyxie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
asphyxie asfiksi

Évolution historique de l’usage du mot « asphyxie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « asphyxie »

  • La haine, ça ne s’expire pas, ça asphyxie un peu chaque jour. De Tania de Montaigne / Geneviève et la théorie du cinq
  • “Des médecins indépendants ayant mené une autopsie sur M. Floyd dimanche ont conclu que le décès avait résulté d’une asphyxie par pression prolongée”, a déclaré l’avocat, Ben Crump.  Le HuffPost, George Floyd est mort asphyxié, conclut une autopsie indépendante | Le HuffPost
  • Le besoin de sécurité asphyxie l'âme. De Alexandre Jardin / Le Zubial
  • Selon nos informations, une nouvelle expertise – la quatrième et la deuxième privée – valide la thèse d'une asphyxie au cours de l'immobilisation, scénario que soutient depuis le départ la famille d'Adama Traoré. C'est justement elle qui a mandaté un professeur de médecine avec pour mission de se pencher sur une contre-expertise judiciaire médicale en date du 24 mars qui disculpait les gendarmes. Or, ce professeur de médecine parisien a une tout autre analyse des faits. leparisien.fr, Mort d’Adama Traoré : un expert valide l’asphyxie par le plaquage ventral - Le Parisien

Traductions du mot « asphyxie »

Langue Traduction
Anglais asphyxia
Espagnol asfixia
Italien asfissia
Allemand erstickung
Chinois 窒息
Arabe الاختناق
Portugais asfixia
Russe асфиксия
Japonais 窒息
Basque itolarriak
Corse asfixia
Source : Google Translate API

Synonymes de « asphyxie »

Source : synonymes de asphyxie sur lebonsynonyme.fr

Asphyxie

Retour au sommaire ➦

Partager