La langue française

Guenille

Sommaire

  • Définitions du mot guenille
  • Étymologie de « guenille »
  • Phonétique de « guenille »
  • Citations contenant le mot « guenille »
  • Images d'illustration du mot « guenille »
  • Traductions du mot « guenille »
  • Synonymes de « guenille »

Définitions du mot guenille

Trésor de la Langue Française informatisé

GUENILLE, subst. fém.

A. − Morceau d'étoffe sans valeur; chiffon en lambeaux. Synon. loque.Un ouvrier (...) de quelques guenilles fait une colle, et, de cette colle, du papier (Courier, Pamphlets pol., Au réd. « Censeur » 1820, p. 36).Antonio l'avait débarrassé [le cheval] en un clin d'œil des guenilles dont il lui avait enveloppé les pieds (Mérimée, Carmen,1847, p. 14).
1. P. méton., gén. au plur. Vêtement misérable, déchiré, sale. Synon. défroque, hardes, nippes, oripeaux.Porter des guenilles; être vêtu de guenilles. Aux fenêtres, le long des perches, pendent et flottent au vent les guenilles rapiécées, les chemises effilochées, les jupons sordides (Du Camp, Hollande,1859, p. 121).Après avoir rattaché avec des épingles de sûreté, sur leurs enfants, les guenilles multicolores qu'elles ne songent jamais à rapiécer (Morand, Londres,1933, p. 167) :
1. − Mais, aussi, pourquoi êtes-vous en haillons? Avouez que ça vous fait plaisir. − C'est vrai, dit-il, (...) c'est vrai que je me sens plus à l'aise quand je suis dans ces guenilles. Quand j'ai des vêtements propres, je ne suis plus moi-même... Montherl., Célibataires,1934, p. 823.
Loc. vieillie. Être après les guenilles de qqn. Le poursuivre, être à ses trousses. Du vin fraudé Mit le juge après mes guenilles (Béranger, Chans., t. 3, 1829, p. 242).
2. Loc. adj. En guenilles
a) [En parlant d'une pers.] Vêtu de guenilles. Synon. déguenillé.La charité! La charité! murmura à mes oreilles une petite fille en guenilles, qui marchait pieds nus dans la poussière (Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 118).Ces multitudes qui grouillent et s'amassent, pomponnées, ornées, parées ou en guenilles (Gobineau, Pléiades,1874, p. 22).
b) [En parlant d'un vêtement] Usé, en pièces, en lambeaux. Quelques marmots (...) vêtus de chemises en guenilles, trop courtes par derrière ou par devant (Gautier, Fracasse,1863, p. 53).Les hommes avaient la barbe longue et sale, des uniformes en guenilles (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Boule de suif, 1880, p. 114).
3. P. métaph. Son génie [de Musset] comme le duc de Glocester, s'est noyé dans un tonneau et, vieille guenille maintenant, s'y effiloque de pourriture (Flaub., Corresp.,1852, p. 450).J'emportais partout avec moi ma guenille de bonne élève (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 120) :
2. On a été chercher du neuf à l'étranger, mais ce neuf est vieux (nous travaillons en vieux). (...) Sainte-Beuve ramasse les défroques les plus nulles ravaude ces guenilles, dédaigne le connu et ajoutant du fil et de la colle, continue son petit commerce... Flaub., Corresp.,1853, p. 326.
B. − Au fig.
1. Vx ou littér. Personne déchue physiquement ou moralement. Synon. loque.Je te retrouve les traits déjà flétris par la débauche, les joues marbrées de bleu, un homme? Non! une guenille (Gobineau, Nouv. asiat.,1876, p. 55).Les tyrannies dépravent également l'esclave et le maître, font de l'un un monstre d'égoïsme, de l'autre une guenille avilie (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 350).Tu me prends déjà pour un vieillard? Pour un gâteux? Pour une baderne? Pour une guenille, un débris (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 80).
2. Chose méprisable, de peu d'importance. Synon. bagatelle.Ce n'est qu'une guenille.
En partic. Corps humain envisagé sous son aspect mortel, périssable. Les bras étendus en croix, je suis resté une grande heure et demie à chauffer ma guenille au soleil et à faire le lézard (Flaub., Champs et grèves,1848,p. 386).Pauvre Verlaine au tombeau! (...) Grand poète évadé enfin de sa guenille de tribulation et de péché (Bloy, Journal,1896, p. 225) :
3. L'insolence du poème [de jeunesse où Baudelaire chante l'affreuse Sarah] exprime la réaction réflexive : plus le corps qui s'abîme en de sales voluptés sera souillé, contaminé, plus il sera objet de dégoût pour Baudelaire lui-même, et plus le poète se sentira regard et liberté, plus son âme débordera cette guenille malade. Sartre, Baudelaire,1947, p. 101.
REM. 1.
Guenille, subst. fém.Synon. de guenillon au sens B.Qu'elle soit marquise ou grisette (...) À l'existence fais risette. Même guenille-guenillon Elle est azur et vermillon [Pour toi, poète!] (Richepin, Paradis,1894, p. 108).
2.
Guenillard, -arde, adj.a) [En parlant d'une pers.] Vêtu de guenilles. Synon. déguenillé, guenilleux.Emploi subst. Trois guenillards sont assis devant une porte où se lit en grandes lettres Seccion de la Mendicidad (T'Serstevens, Itinér. esp.,1933, p. 31).b) [En parlant d'un inanimé concr.] Misérable, délabré. Le salon est guenillard, plein de gouttières et d'ennui (Amiel, Journal,1866, p.384).
Prononc. et Orth. : [gənij]. Att. ds Ac. 1694-1932; la dernière éd. enregistre le mot au plur., les autres éd. soulignant cependant qu'on emploie surtout le puriel. Étymol. et Hist. [1605 gnippe ds Bl.-W.3-5et FEW t. 14, p. 113a, Beroalde de Verville ds Hug.]; 1. 1611 « haillon; vieux chiffon troué » (Cotgr.); d'où 1664 « vêtement sale et déchiré » (Molière, Mariage forcé, 4); 2. 1672 fig. (Id., Femmes savantes, II, 7 : Le Corps, cette guenille, est-il d'une importance); 3. 1808 « personne vieille, sale et mal habillée » vieille guenille (Hautel); 1846 « personne dénuée de toute vigueur physique et morale » (Balzac, Cous. Bette, p. 94 : mon mari?... cette guenille). Mot [prob. plus anc. que ses 1resattest. cf. Robert le guenilly, poit. cité par H. Lewicka ds Kwart. neofilol. t. 1, p. 76] essentiellement représenté dans les dial. du Centre et de l'Ouest (cf. FEW, loc. cit.), issu de guenipe*, par substitution de suff. d'apr. broutille*, fondrille* (v. effondrilles). Fréq. abs. littér. : 357. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 418, b) 1 024; xxes. : a) 600, b) 251. Bbg. Hubschmid (J.). Mfr. gasne « étang ». Z. rom. Philol. 1953, t. 69, pp. 268-273. - Quem. DDL t. 17 (s.v. guenillard). - Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 321; t. 2 1972 [1925], p. 201, 295, 330.

Guenille, subst. fém.Synon. de guenillon au sens B.Qu'elle soit marquise ou grisette (...) À l'existence fais risette. Même guenille-guenillon Elle est azur et vermillon [Pour toi, poète!] (Richepin, Paradis,1894, p. 108).

Wiktionnaire

Nom commun

guenille \ɡə.nij\ féminin

  1. (Familier) Haillon, chose sans valeur, sans importance, méprisable.
    • Selon lui, le corps est une guenille dont il est honteux de s’occuper.
    • Il n’a pas une guenille au cul qu’il ait gagnée par lui-même. Qu’il y vienne, vous verrez si je sais faire foutre le camp aux maquereaux ! — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 142)
  2. (Familier) (Régionalisme) Individu méprisable, vaurien.
    • Ce type-là, c’est une guenille !
  3. (Au pluriel) Vêtement misérable en lambeaux.
    • Un vieillard et son enfant en guenilles tendirent leurs mains sales et calleuses vers nous. — (Éric-Emmanuel Schmitt, L'Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000. Prologue)
    • des reprises de toutes couleurs, des taches de toutes formes, de la toile en lambeaux, du cuir gras, de la crotte séchée, de la poussière nouvelle, des cordes qui pendaient, des guenilles qui brillaient, de la crasse sur l’homme, de la gale sur la bête, [...] tout cela ne faisait qu’une même chose [...], dont l’ensemble s’appelle la poste d’Auray. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 42, 2012)
  4. (Au pluriel) Sorte de longs poils plus ou moins feutrés ou crasseux que portent certaine races de mules et de baudets.
    • La nécessité des guenilles, des cadenettes et de la moustache aux talons n’est certainement pas démontrée d’une manière très-rigoureuse ; mais l’éleveur de mules repousserait le baudet qui ne les porterait pas. — (J. A. Barral, Journal d’agriculture pratique, vol. 2, page 68, 1860)
    • Le marchand de mules […] imite, au moyen de la bouse de vache ou du crottin délayé, les crottes ou guenilles qui pendent sur les fesses et le ventre des mules de bonne provenance qui ne sont pas débourrées. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
  5. (Québec) Torchon, chiffon, débarbouillette.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

GUENILLE (ghe-ni-ll', ll mouillées, et non ghe-ni-ye) s. f.
  • 1Haillon, chiffon. Que faites-vous de cette guenille ?

    Sac à guenilles, sac où l'on met les chiffons en lambeaux.

    Fig. La duchesse de Chartres répondit qu'elle aimait mieux être un sac à vin que sac à guenilles, par où elle entendait Clermont et des gardes du corps qui avaient été les uns chassés, les autres éloignés à cause d'elle [la princesse de Conti], Saint-Simon, 32, 122.

  • 2 Par extension et surtout au pluriel, toutes sortes de hardes vieilles et usées. Il me tarde déjà que je n'aie des habits raisonnables pour quitter vite ces guenilles, Molière, Mar. forcé, 4. L'Europe, qui marche à béquilles, Riche goutteuse, ne croit pas à la vertu sous des guenilles, Béranger, Hâtons-nous.

    En guenille, se dit d'une personne dont le vêtement est tout délabré. Ils [les jeunes gentilshommes venant solliciter un brevet d'officier] vont trottant des bords de la Charente, De ceux du Lot…, En botte, en guêtre et surtout en guenille, Voltaire, Pauvre diable.

    Fig et familièrement. Être après les guenilles de quelqu'un, le poursuivre, lui faire une mauvaise affaire. Pour mes jours gras du vin fraudé Mit le juge après mes guenilles, Béranger, Ange gard.

    Familièrement. Troussez vos guenilles, allez-vous-en, sortez d'ici. Gentil ambassadeur de quilles, Croyez-moi, troussez vos guenilles, Scarron, Gigantom. I.

  • 3 Fig. Chose de peu d'importance. Philaminte : Le corps cette guenille est-il d'une importance, D'un prix à mériter seulement qu'on y pense ? - Chrysale : Oui, mon corps est moi-même ; et j'en veux prendre soin… Guenille, si l'on veut ; ma guenille m'est chère, Molière, Femmes sav. II, 7. Il vaut mieux qu'il [Crébillon] achève Catilina que de perdre son temps à lire mes guenilles, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 25. Vous connaissez cette guenille [Épître XXXIX], que j'avais écrite au comte Algarotti, Voltaire, Lett. Thiriot, 30 nov. 1735. Il est triste d'être obligé de parler à un homme de ce caractère de cette guenille qu'on nomme appointements et argent, Voltaire, Lett. Margr. de Baireuth, dans Rev. franç. février 1866, p. 207.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « guenille »

On a indiqué le flamand quene, surtout de laine ; l'anc. franç. gone, robe (guenille pour gonille). Lehéricher cite un verbe normand guener, mendier. Enfin du Cange, au mot guella, a les guenelles des banieres, ce qui signifie banderoles, drapeaux. Tout cela est incertain.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1611)[1] Altération de guenipe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « guenille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
guenille gœnij

Citations contenant le mot « guenille »

  • A chaque guenille correspond toujours son torchon. De Michel Michaud / L'amour atomique
  • Oui, mon corps est moi-même, et j'en veux prendre soin : Guenille si l'on veut ; ma guenille m'est chère. De Molière / Les femmes savantes
  • On fabrique de la probité avec toutes sortes de vices, comme on fait du papier blanc avec des guenilles de mille couleurs. De Xavier Forneret
  • Guenille, si l'on veut : ma guenille m'est chère. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Les Femmes savantes, II, 7, Chrysale
  • Toute guenille trouve son torchon. De Proverbe québécois
  • La Débauche et la Mort sont deux aimables filles, Prodigues de baisers et riches de santé, Dont le flanc toujours vierge et drapé de guenilles Sous l’éternel labeur n’a jamais enfanté. De Charles Baudelaire / Les Fleurs du mal
  • Soulignons que La Friperie d’Karo et les Ateliers d’Ani est bien plus qu’un endroit où dénicher des vêtements à bas prix. En effet, Annie Tremblay accueille des personnes qui ont un handicap intellectuel qui viennent participer à des plateaux de travail ou à des ateliers de bricolage à raison de quatre heures par jour. Les ateliers permettent notamment la conception de guenilles recyclées à partir de chandails qui n’ont pas été vendus, parce qu’au cœur de la friperie, rien ne se perd et tout est récupéré. , De belles nouvelles pour La Friperie d’Karo
  • Quand l’annonceur maison a prononcé son nom, il avait les jambes molles comme de la guenille. Le Droit, Aumont espère avoir ouvert le chemin | Sports | Le Droit - Gatineau, Ottawa
  • Quand on vit dans un pays où des trouffions en guenille, pour des raisons fallacieuses, peuvent mettre à bas un régime démocratique, sans coup férir, on se dit qu’il y a des fragilités structurelles. Mais quand dans ce même pays, ces trouffions instrumentalisent la foule pour commettre l’irréparable, à savoir violer le sanctuaire du pouvoir démocratique, y extirper leur chef suprême, le  garant de la constitution, le rouer de coups et le laisser pour mort…, cette fois-ci, on se dit « la ligne rouge a été franchie, mais en plus on a touché le fond ». Et que penser des acteurs politiques qui ont bruyamment apporté leur onction à ces crimes nauséabonds ? , Chronique du web : Le Mali au cœur de la tempête - Bamada.net
  • Pourtant, Justin Trudeau dont le leadership fut mis à mal lors des barricades autochtones et le scandale de SNC-Lavalin, avait plutôt bien fait durant sa gestion de la crise de la pandémie. Ses hésitations à fermer les frontières canadiennes ont largement été oubliées dans le sillon de l'aide gouvernementale apportée par le Canada à toutes les Canadiennes et à tous les Canadiens aux prises avec les conséquences de la pandémie. Une générosité sans égal qui se traduira par un déficit record historique de plus de 150 milliards pour cette année. Mais n'allons pas chiquer la guenille, c'est une bonne idée d'investir dans les gens en ce temps trouble et cela a évité de nombreux drames humains. , Le pays qui refuse de naître - CHRONIQUEURS - L'Agora - Estrieplus.com - Le journal Internet
  • Le feu a pris naissance près de la salle de peinture de l’usine. «Une guenille imbibée, placée sur le dessus d’une poubelle plutôt qu’à l’intérieur du contenant prévu à cette fin, s’est enflammée propageant les flammes à un meuble de bois à proximité», a indiqué l’officier. La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable, Une guenille imbibée cause un incendie - La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable
  • Je ne vous jouerai pas les grandes David Suzuki ici : mon affranchissement du papier à usage unique a débuté par nécessité financière. À peine emménagés ensemble alors que j’étais encore aux études, mon conjoint et moi nous sommes vite rendus à l’évidence. Bien que plus hygiénique que la guenille qui pue sur le comptoir, utiliser du papier essuie-tout pour l’entretien ménager et la cuisine était polluant, mais surtout très coûteux. , Quelques conseils pour réduire graduellement l'utilisation de papier à la maison | TPL Moms

Images d'illustration du mot « guenille »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « guenille »

Langue Traduction
Anglais rag
Espagnol trapo
Italien straccio
Allemand lappen
Chinois 抹布
Arabe خرقة
Portugais trapo
Russe тряпка
Japonais ぼろ
Basque trapu
Corse ragù
Source : Google Translate API

Synonymes de « guenille »

Source : synonymes de guenille sur lebonsynonyme.fr
Partager