La langue française

Chiffe

Sommaire

  • Définitions du mot chiffe
  • Étymologie de « chiffe »
  • Phonétique de « chiffe »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chiffe »
  • Citations contenant le mot « chiffe »
  • Traductions du mot « chiffe »
  • Synonymes de « chiffe »
  • Antonymes de « chiffe »

Définitions du mot chiffe

Trésor de la Langue Française informatisé

CHIFFE, subst. fém.

A.− Vieille étoffe ou étoffe de mauvaise qualité manquant de tenue :
1. C'est rude comme du sable frais, c'est tout enlavandé ce drap. Dépêche-toi, Arsule, si tu en veux, je te vais prendre le bon de la toile raide, t'auras que la chiffe si tu tardes. Giono, Regain,1930, p. 142.
Spéc. Morceau de vieux linge. Synon. rare de chiffon.Une chiffe de linge (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Misti. Souvenirs d'un garçon, 1884, p. 912).
B.− P. ext., péj.
1. [En parlant d'une pers.]
a) Loc. Mou comme une chiffe. Dépourvu d'énergie physique et morale. La tête droite comme un officier prussien (...) et en réalité mou comme une chiffe (M. Butor, Passage de Milan,1954, p. 77).
b) Personne manquant de caractère, sans volonté, sans courage, sans énergie. La soif inextinguible de se rassasier les yeux de cette loque humaine, du pantin cassé, de la chiffe molle (Zola, La Bête humaine,1890, p. 49):
2. D'ailleurs, il n'aura pas même le courage d'y aller à la police. Je le connais, moi, c'est une chiffe, une poule mouillée, il se dégonfle toujours. Cendrars, Moravagine,1926, p. 137.
2. [En parlant d'une chose] Région. Gros morceau de pain (cf. chique1B).
Prononc. et Orth. : [ʃif]. Ds Ac. 1718-1932. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. chife avec un seul f. Étymol. et Hist. 1. [1564 chifetier « ramasseur, crieur des chiffons » (J. Thierry, Dict. fr.-lat.), terme norm.] 1611 « morceau d'étoffe usée, chiffon » (Cotgr.), d'où 1810 « métier de chiffonnier » (Privat D'Anglemont, Paris Anecdote, 331 ds Quem.); 2. 1710 « étoffe de mauvaise qualité » (Ac.); 3. 1798 fig. « homme de caractère faible », (ibid.). Altération d'apr. chiffre* pris au sens de « chose, personne de peu de valeur » en a. fr. (1223, G. de Coincy ds T.-L.) de l'a. fr. chipe « chiffon » (1306, G. Guiart, Royaux lignages, I, 75, ibid.), terme demeuré en usage dans le Nord-ouest (FEW t. 16, p. 317b), empr. au m. angl. chip « petit morceau » spéc. « petit morceau de bois », ca 1300 ds NED, déverbal de to chip « tailler en petits morceaux ». Fréq. abs. littér. : 32. Bbg. Goug. Lang. pop. 1929, p. 150. − Lammens 1890, p. 262. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], pp. 201-210; t. 3 1972 [1930], p. 288.

Wiktionnaire

Nom commun

chiffe \ʃif\ féminin

  1. (Vieilli) Mauvaise étoffe, loque.
    • Ce n’est que de la chiffe bonne pour le papier.
  2. (Figuré) (Familier) Personne de caractère faible, sans énergie.
    • Elle s’affaissa sur les genoux, à bout de forces, glissa ainsi qu’une chiffe dans la neige, dont les flocons, silencieusement, l’ensevelirent. — (Émile Zola, Le Rêve, ch. I, Georges Charpentier et Cie, Paris, 1888, p. 8)
    • Elle restait là où elle était, immobile, inconsolable et comme une chiffe aux mains des bonnes femmes qui s'efforçaient de la réconforter. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  3. (Argot) Langue.

Forme de verbe

chiffe \ʃif\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de chiffer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de chiffer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de chiffer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de chiffer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de chiffer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHIFFE. n. f.
Vieux morceaux d'étoffe dont on fait du papier ou qu'on recouvre de peau pour en faire des balles. Voyez CHIFFON. Il se dit figurément d'une Étoffe faible et mauvaise. Ce n'est que de la chiffe. Cela est mou comme chiffe. Fig. et fam., C'est une chiffe, il est mou comme chiffe, se dit de Quelqu'un qui est d'un caractère faible, qui ne résiste à rien.

Littré (1872-1877)

CHIFFE (chi-f') s. f.
  • 1Chiffon à faire le papier.
  • 2Étoffe légère et de mauvaise qualité. Cela n'est que de la chiffe.

    Fig. Un homme mou comme une chiffe, un homme très faible de caractère.

HISTORIQUE

XIVe s. [Que] Ses fils le nom de comte port [porte], Qui n'iert mie vestuz de chippes, Guiart, t. I, p. 28, V. 74.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHIFFE.
1Ajoutez : Manuscrit du Vatican en papier de chiffes, Halma, Almageste de Ptolémée, Préface, p. LII.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « chiffe »

Rouchi, chife, coupures. Grandgagnage demande si chife ne se rapporterait pas au wallon cafu, objet sans valeur, qu'il rattache à caf de blé (dans le dialecte d'Aix-la-Chapelle), bas-écossais cauf, anglais chaff, balle de blé ; Diez rapporte cette opinion sans se prononcer. Génin voit dans chiffe une forme de chippe (ce qui paraît très plausible), et dès lors le rattache à chipper, anglais to chip, couper par morceaux ; de sorte que de la chiffe serait de la rognure. On a parlé aussi de l'arabe sephen, pelure, ce qu'on balaye ; mais on ne voit pas comment ce mot arabe serait entré dans le français.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : M. Defrémery, Mém. d'hist. orient. 2e part. p. 334, appuyé par M. Devic, Dict. étym., propose l'arabe chiff, vêtement mince. Sans doute ce mot est, par sa forme et par son sens, très plausible. Pourtant il faut noter que ni l'espagnol ni l'italien n'ont l'équivalent de chiffe ; qu'on ne voit pas dès lors comment le mot arabe aurait passé dans le français ; enfin, que la forme la plus ancienne est chipe. Des doutes restent donc attachés à cette étymologie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1611)[1] De l’ancien français chipe (« chiffon »)[1][2]. « M. Devic[3] propose [pour étymon] l’arabe شف, chiff (« vêtement mince »). Sans doute ce mot est, par sa forme et par son sens, très plausible. Pourtant il faut noter que ni l’espagnol ni l’italien n'ont l’équivalent de chiffe ; qu'on ne voit pas dès lors comment ce mot arabe aurait passé dans le français. Des doutes restent donc attachés à cette étymologie[2].
Jacqueline Picoche propose quant à elle une altération de chippe sous l'influence de l'arabe صفر, ṣifr (« vide », « zéro ») par l'intermédiaire du latin médiéval chiffra et du moyen français chiffre (« chose ou personne sans importance »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chiffe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chiffe ʃif

Évolution historique de l’usage du mot « chiffe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chiffe »

  • Flétri? La chiffe l’est également. En général le mot est entendu dans la locution «chiffe molle» pour décrire une personne sans énergie. Le terme isolé a un autre sens. Issu de l’ancien français chiffre pris au sens de «chose, personne de peu de valeur» et de chipe «chiffon», il est lui-même emprunté au moyen anglais chip, qui désigne littéralement le «petit morceau», «copeau de bois». Un mot que l’on retrouve encore aujourd’hui mais au pluriel pour déguster des «pommes de terre coupées en tranches minces». Le Figaro.fr, Cinq nuances de fatigue dans la langue française
  • Ce déjantage policier a l’allure d’une blague de comptoir. Pourtant ça semble vrai…et encore… à supposer que ce soit bien raconté. En attendant, voilà que les policiers s’étranglent en interservices ! Comme dit Coluche, ce serait donc l’histoire d’un agent trop zen de la Paf des trains qui, vexé de passer pour une chiffe molle et pour montrer qu’il n’est pas si zen ni si nouilles molles que ça, strangule et déforme le rachis cervical la policière de l’Unesi qui l’a traité de trop zen. Sans l’intervention de deux collègues, c’était une nouvelle bavure du genre de celles qui se produisent lors des contrôles de voie publique…sauf que ce coup-ci, c’est en intra-police et que contrairement au livreur Cédric Chouviat, la policière confraternellement étranglée n’a même pas la force de dire qu’elle étouffe. On dirait un truc de cour de récré tournant vinaigre. Mais quand on voit ça, on imagine le danger auquel s’expose tout citoyen lambda contrôlé par un ou des policiers aussi déjantés. Plaisanterie à part, je suis stupéfait par le bas niveau de formation et le comportement sidérant de certains gardiens de la paix, et suis très inquiet sur leur capacité à faire respecter correctement la loi et protéger le citoyen. L'Obs, Un policier blesse une collègue en lui faisant une démonstration de clé d’étranglement
  • Le groupe français, numéro trois mondial de la publicité, a publié avec dix jours d'avancé sur le calendrier initial un chiffe d'affaire trimestriel de 2,48 milliards d'euros, qui fait ressortir, en données organiques (hors effets de change et changements de périmètre), une baisse 2,9% par rapport aux trois premiers mois de 2019. , PUBLICIS GROUPE : Publicis réduit ses coûts et son dividende après un T1 en baisse

Traductions du mot « chiffe »

Langue Traduction
Anglais kitten
Espagnol trapo
Italien zerbino
Portugais capacho
Source : Google Translate API

Synonymes de « chiffe »

Source : synonymes de chiffe sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chiffe »

Partager