La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « défroque »

Défroque

Variantes Singulier Pluriel
Féminin défroque défroques

Définitions de « défroque »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉFROQUE, subst. fém.

A.− Nom coll.
1. Vx et rare. Petit mobilier, vêtements que laisse un religieux en mourant. La défroque d'un moine appartient à l'abbé (Ac.1835-1932).
2. P. ext., fam.
a) Ensemble des objets, des vêtements laissés par un défunt sans les affecter par testament. Si le bonhomme n'avait plus sa tête et mourait, ses filles ne me donneraient pas un liard, et toute sa défroque ne vaut pas dix francs. Il a emporté ce matin ses derniers couverts (Balzac, Goriot,1835, p. 270).L'épée, l'habit, le chapeau brodé, défroque de parade qui n'avait jamais servi, reluisaient d'or et de nacre dans la chapelle sombre des tentures (A. Daudet, Nabab,1877, p. 48).
Par antiphrase. Et la défroque, des chemises par centaines, une robe de chambre en renard bleu (A. Daudet, Nabab,1877p. 209).
P. méton. Le corps qui a porté ces vêtements. Que nous serions donc heureux si nous pouvions laisser dans quelque coin cette défroque de chair et d'os, destinée à faire de l'humus pour les générations futures (Loti, Fleurs ennui,1882, p. 22).
b) Ensemble d'objets, de vêtements portés, sans grande valeur. Lyres, tridents, sceptres, foudres, draperies, sandales, coiffures, la défroque des ateliers et des coulisses de théâtre fait son entrée (É. Faure, Hist. art,1909, p. 109).
B.− Usuel, fam. et péj., au sing. et au plur.
1. Vêtements déjà portés, usagés ou non. Il y a des jours où pour un rien je flanquerais en l'air ma défroque d'enfant riche, la valise de Russel, le nécessaire de Marquet (Bernanos, Mauv. rêve,1948, p. 961):
1. ... ma cousine Annie qui souvent me faisait cadeau de ses défroques m'avait donné cet été là une jupe blanche plissée, un corsage en cretonne bleue : sous mon canotier de paille, je me croyais des allures de grande jeune fille. Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 155.
2. En partic. Vêtements (réellement portés) spéciaux à un ordre religieux, à un corps de métier, à une époque, à un pays, portés dans telle circonstance. Défroque historique. La marchandise gît à terre, sur des bâches ou à même le pavé qui salit les défroques de tous les âges, les robes de bal et les uniformes (Morand, Londres,1933, p. 268).La plupart d'entre nous [soldats de la Légion étrangère] ne possèdent même pas la défroque immatriculée dans laquelle on les met en terre (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1217).Le commissaire. − Êtes-vous donc si pressées de quitter ces défroques, et de vous habiller comme tout le monde? (Bernanos, Dial. Carm.,1948, p. 1681).
P. iron. Le Moyen Âge, au moins, avait le bon sens de les cantonner [les Juifs] dans des chenils réservés et de leur imposer une défroque spéciale (Bloy, Désesp.,1886, p. 168):
2. D'autres suivaient, Astier-Réhu, Desminières, tous gênés, honteux, ayant conscience et s'excusant par leur humble contenance du grotesque de ces défroques acceptables sous la lumière haute, refroidie et, pour ainsi dire historique de la coupole... A. Daudet, Immortel,1888, p. 160.
3. Vêtements pauvres, démodés; en particulier vêtements achetés chez le fripier. Le jeune homme, ayant avisé aux vitres d'un brocanteur des haillons lamentables (...) avait acheté (...) la défroque d'un pauvre honteux (A. France, Révolte anges,1914, p. 108).Toute une défroque de vestes et de redingotes décrochées chez le fripier (Tharaud, Qd Israël est roi,1921, p. 40).C'est avec cette défroque-là que je vais leur donner à rire. Mon veston est impossible, il est sale, il est troué, mais il n'est pas ridicule. Tandis que cette requimpette! (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 25).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. défroquant. Brocanteur, fripier. Deux cercueils de verre posés verticalement sur le trottoir, à droite et à gauche de la boutique d'un défroquant de Judée (Jammes, Mém., 1921, p. 194).
C.− Littér. et vieilli [Qualifié par un adj. ou un compl.]
1. Attitude comparable (ou opposée) à celle d'un religieux. J'ai jeté aux orties la défroque (Verlaine, Corresp.,t. 1, 1881, p. 87).
2. Ensemble de thèmes et de figures usés. Défroque classique, épique. Toute une défroque mélodramatique et romantique (P. Lalo, Mus.,1899, p. 187):
3. ... toutes ces vieilles formes, ces défroques de poésies surannées et usées, qui sentent le siècle du bon roi René... Sainte-Beuve, Nouveaux lundis,t. 13, 1863-69, p. 313.
Par jeu de mots avec jeter son froc. Se défroquer. Il avait jeté sa défroque romantique (Zola, Doc. littér.,1881, p. 78).
Prononc. et Orth. : [defʀ ɔk]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. xves. défroque « malheur » (Dial. de Mallapaye et de Baillevant ds Villon, Œuvres, éd. P. L. Jacob, p. 349) − 1544 (Marot, Ballades, 11 ds Hug.); 1611 defroque « dépouillement, pillage » (Cotgr.); 2. a) 1623 défroque « effets dont on ne veut plus et qu'on abandonne » (Sorel, Francion, éd. Colombey, p. 131); b) 1680 « dépouille d'un moine » (Rich.). Déverbal de défroquer*. Fréq. abs. littér. : 105. Bbg. Ploton (D.). Le Lang., témoin de la civilisation monastique. Vie Lang. 1971, p. 684.

Wiktionnaire

Nom commun - français

défroque \de.fʁɔk\ féminin

  1. Pauvre mobilier et argent qu’un religieux laisse en mourant.
    • Et, à une plus humble distance, venait leur guide, dont la personne n’avait de remarquable que ce qu’elle empruntait à la défroque misérable d’un pèlerin. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • (Par analogie)Hum ! hum ! fis-je, il me semble que toute la défroque du pendu appartient au bourreau. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
  2. (Par extension) (Familier) Vieux vêtements qu’on abandonne parce qu’on ne veut plus les porter.
    • Saisissant avec joie cette occasion de me travestir en dehors du carnaval, et de quitter pour quelque temps l’affreuse défroque française, j’avais revêtu mon habit de majo. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
  3. (Figuré) Tout ce qui structurait une chose et qui n’a plus de valeur.
    • Cavalerie, ma mie, à vous de donner l’exemple. Quittez vos vieilles fanfreluches, soutaches, brandebourgs ou plastrons ; pelisses engonçantes, habits vestes étranglant la taille ; tresses et torsades gênant les mouvements. Renoncez à ces couleurs éclatantes, cibles niaisement glorieuses, devant le tir certain des armes d’aujourd’hui. Disons ensemble ici, un dernier adieu à ces héroïques défroques, symboles encore si vivaces des sublimes chimères pour lesquelles nos pères versèrent le plus pur de leur sang ; cela fait, endossez gaiement votre nouvelle tunique qui, pour si sombre et si prussienne qu’elle soit, est aussi plus saine, plus commode, moins coûteuse, vous couvrant mieux les reins et vous tenant plus chaud au ventre. — (Émile-Marcelin-Isidore Planat dit « Marcelin », « Vieux Uniformes », in La Vie parisienne : magazine mensuel artistique et littéraire, 19 décembre 1868)
    • A. Comte avait fabriqué une caricature du catholicisme, dans laquelle il n’avait conservé que la défroque administrative, policière et hiérarchique de cette Église. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. IV, La Grève prolétarienne, 1908, page 194)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉFROQUE. n. f.
Pauvre mobilier et argent qu'un religieux laisse en mourant. La défroque d'un moine appartient à l'abbé. Il se dit, par extension et familièrement, des Vieux vêtements qu'on abandonne parce qu'on ne veut plus les porter.

Littré (1872-1877)

DÉFROQUE (dé-fro-k') s. f.
  • 1Le peu de meubles et d'argent qu'un religieux laisse en mourant La défroque d'un moine appartenait à l'abbé.
  • 2 Par extension, meubles, effets, que quelqu'un abandonne, surtout avec le sens de très peu de valeur. Il nous a laissé sa défroque.
  • 3Vêtement hors d'usage. Fripier, vite que l'on me donne La défroque d'un chambellan, Béranger, Habit de cour.

HISTORIQUE

XVIe s. … Qu'il l'abattit [le serpent], et lui cassa le suc ; Garde n'avoit de dire en ce defroc [désastre, désordre] : Chantons Noel tant au soir qu'on desjuc [le moment où les poules descendent du juchoir, le matin], Marot, II, 256.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « défroque »

Défroquer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Déverbal de défroquer
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « défroque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
défroque defrɔk

Évolution historique de l’usage du mot « défroque »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « défroque »

  • Un panel d’églises dans la ville d’Ekaterinbourg dans les montagnes de l’Oural a décidé de défroquer le père Sergiy, 65 ans, qui a attiré l’attention du pays en exhortant les croyants à désobéir à la direction de l’église et à ignorer les fermetures d’églises pendant la pandémie. News 24, L'Église orthodoxe russe défroque un moine qui refuse le coronavirus - News 24
  • RACISME OU RACISMES ? L’annonce du remaniement fait frétiller Manuel Valls qui rêverait de retrouver le ministère de l’Intérieur sous la défroque d’un Chevènement et donc acceptable pour les forces de l’ordre. Ainsi, non content de dénoncer la « logique de la victimisation » qui prévaut aujourd’hui, il découvre dans Valeurs actuelles, que « la lutte des classes disparaît […] Présent, Camille Galic… En bref - Présent
  • A peine sorti d’un centre éducatif (en fait, une prison), Daniel, 20 ans, veut devenir séminariste. Une racaille chez les curés ? Pas question. Rejeté, il échoue au fin fond de la Pologne, dans un patelin où il endosse la défroque d’un prêtre et où, rapidement, il s’impose par son charisme, sa piété, son autorité. Escroc ? Sans doute. Mais escroc porté par la foi, présent dans un désert spirituel… Inspiré par un fait divers, le film est traversé par la force du personnage, la flamme incandescente d’un faux cul qui découvre son âme. Jan Komasa (« Warsaw 44 ») tape juste : dans une société bigote, un Juste peut se révéler et fournir l’opium du peuple. Gros succès en Pologne, le film est passionnant et littéralement, tourné au couteau. De plus, l’interprète, Bartosz Bielenia, est consumé par le rôle. Il est génial. L'Obs, Les cinémas rouvrent leurs portes : demandez le programme !

Traductions du mot « défroque »

Langue Traduction
Anglais defrock
Espagnol apartar de sacerdocio
Italien sconsacrare
Allemand defrock
Chinois 除铁
Arabe نزع الصقيع
Portugais desentupir
Russe расстричь
Japonais デフロック
Basque defrock
Corse sconfiggi
Source : Google Translate API

Synonymes de « défroque »

Source : synonymes de défroque sur lebonsynonyme.fr

Défroque

Retour au sommaire ➦

Partager