La langue française

Grimacer

Sommaire

  • Définitions du mot grimacer
  • Étymologie de « grimacer »
  • Phonétique de « grimacer »
  • Citations contenant le mot « grimacer »
  • Images d'illustration du mot « grimacer »
  • Traductions du mot « grimacer »
  • Synonymes de « grimacer »

Définitions du mot « grimacer »

Trésor de la Langue Française informatisé

GRIMACER, verbe

I. − Emploi intrans.
A. − [Le suj. désigne (le visage d') une pers. ou une partie du visage]
1. Faire une/des grimace(s). Sa figure grimace quand il est intimidé, et la fixité de mes regards le déconcertait un peu et faisait qu'il cherchait ses expressions avec un peu d'embarras (Vigny, Journal poète,1830, p. 920).Son nez fantasque (...) grimace et a toujours l'air en mouvement (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1477) :
1. ... il commença à grimacer, se transformant en singe, en idiot, en épouvanté, en type à fluxion, en tous les grotesques que peut exprimer un visage humain. Ça ne suffisait plus : il se servit de ses doigts, tirant sur les coins de ses yeux, agrandissant sa bouche pour la gueule de crapaud de l'homme-qui-rit, tirant ses oreilles. Malraux, Cond. hum.,1937, p. 372.
Faire grimacer.Une crispation du visage le fait encore grimacer; mais il réussit à faire de cette grimace un rictus hautain (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 721).
P. ext.
a) [Le suj. désigne un animal, un être imaginaire] Le démon grimace. S'il passait seulement devant le chenil, tous ses chiens courants éternuaient et grimaçaient pendant une heure (Sand, Beaux MM. Bois-Doré, t. 1, 1857, p. 41).Un aquarium où des poissons grimaçaient méchamment (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 314).
b) [Le suj. désigne la représentation d'un (visage) humain] Un sarcophage de brèche violette, où grimacent des masques comiques (Morand, Londres,1933, p. 216).
2. [Avec un compl. prép. de désignant une partie du visage] Faire, avoir une grimace déformant (une partie du visage). Rousseau, grimaçant de la lèvre inférieure, fit sa moue la plus misanthropique (Coppée, Bonne souffr.,1898, p. 123).Beaucoup n'arrivaient qu'en marchant, titubantes (...) et se tenant le côté, et se tenant le cœur, et se crispant sur des mouchoirs, et grimaçant de la bouche (Montherl., Olymp.,1924, p. 351).
3. [Avec un compl. prép. de causal désignant un affect] Manifester par une/des grimace(s). Toute sa figure rouge grimaçait de joie : il gloussa : « Aie pas peur, ma sœur, j'ai mon truc » (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Âne, 1883, p. 376).Non! Non! Non! cria-t-il d'une bouche qui grimaçait de violence (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 302) :
2. Christophe grimaçait de douleur; il se mordait les lèvres pour ne pas pleurer, et, stoïquement, il continuait à accrocher les notes de travers, rentrant sa tête dans ses épaules, à chaque coup qu'il sentait venir. Rolland, J.-Chr., Aube, 1904, p. 65.
B. − Au fig., dépréc.
1. Rare. [Le suj. désigne une pers.] Avoir une attitude feinte, peu naturelle. Qu'on ne te reproche pas ces simagrées que tu faisais avec tes nobles amis. Ce n'est rien. Tu posais, tu grimaçais malgré toi. Nous grimaçons tous (Guéhenno, Jean-Jacques,1952, p. 51).
En partic. Faire des manières. Si jeunes que vous soyez, vous autres femmes, vous ne pouvez pas vous passer de grimacer (Bernanos, Mouchette,1937, p. 1283).
2. [Le suj. désigne une expression du visage] S'exprimer par une/des grimace(s), de façon forcée ou exagérée. L'excès de mouvement et de bruit les avaient rendus ivres, ils avaient beau être jeunes, leurs sourires grimaçaient sur leurs dents entrechoquées par un tremblement de froid (Loti, Pêch. Isl.,1886, p. 84).Il se redressa en souriant avec cette expression de finesse naguère charmante et qui maintenant grimaçait dans ses rides (Chardonne, Épithal., Paris, Albin Michel, 1951 [1921], p. 139).
3. En partic., dans le domaine de la crit. artistique
a) [Le suj. désigne un personnage dans une représentation plastique ou, p. anal., littér.] Avoir une expression outrée. L'auteur [Michelet], comme toujours, pousse à l'effet, il force les couleurs, il fait grimacer les personnages qui interviennent, il badine hors de propos (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 2, 1851-62, p. 419).Dans le tableau de Saint Jean l'évangéliste, la plupart des personnages grimacent, les figures sont cherchées, intentionnées à l'excès (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 242).
b) [Le suj. désigne un contenu ou une forme artistique] Manquer, dans son expression, de naturel, de bon goût. Dans ses morceaux épiques et lyriques les plus soutenus, une expression, une métaphore triviale ou burlesque, fait grimacer ce style qui veut être sérieux (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr.,1828, p. 69).Ce qui est convaincant dans le Chateaubriand de Cambré, grimace dans le Musset italien et dans le Hernani espagnol. Car le théâtre dénonce toujours ce qu'il y a d'artificiel dans une littérature (Vilar, Tradition théâtr.,1963, p. 98).
C. − COUT. Faire un faux pli. Synon. goder, bailler.P. ext. Un lit en noyer, sans rideaux, au bas duquel grimaçait un méchant tapis d'occasion (Balzac, Illus. perdues,1839, p. 280).
II. − Emploi trans. [Le suj. désigne une pers.]
A. − Grimacer un rire, un sourire. Faire un rire, un sourire en grimaçant, en se forçant ou de façon exagérée. Angelo Bozzoni, maître d'hôtel, s'inclina, grimaçant un sourire de ballerine (Hamp, Champagne,1909, p. 227).Il resta hésitant un moment, grimaça vers moi un sourire qui découvrit des mâchoires serrées, et nous tourna le dos (Lacretelle, Silbermann,1922, p. 142).
P. ext.
1. Exprimer par une/des grimace(s). Merci, dit-elle en grimaçant un refus à désespérer un macaque (Balzac, Comédiens,1846, p. 321).Emmanuel tambourinait aux carreaux, en passant; et, le nez écrasé contre la vitre, il grimaçait un bonjour (Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1304).
2. Exprimer par une mimique outrée. Glissez sur certains traits pour qu'ils soient mieux compris Et ne grimacez point l'esprit et la finesse (Samson, Art théâtr.,1863-65, p. 203).
B. − Au fig., rare. Simuler, feindre. Pour retenir et fixer ton amour, il aurait fallu m'avilir et me dégrader. Mes sens glacés ne pouvaient rien pour tes plaisirs. (...) Lélia, grimaçant la volupté, commandant à ses yeux de sourire et de jouer l'extase, Lélia que tu divinisais, n'aurait été qu'un monstre hideux (Sand, Lélia,1833, p. 315).V. aussi amoureux ex. 112.
P. ext. Imiter maladroitement. [Ceux qui ont voulu imiter Whistler] n'ont fait que grimacer cet art si noble. Pour être fumeux et fabriquer fraîchement des tons décolorés, on n'est pas (...) Whistler ou Carrière (Mauclair, De Watteau à Whistler,1905, p. 314).
REM. 1.
Grimacé, -ée, part. passé en emploi adj.Elle marche en traînassant ses pantoufles grimacées (Balzac, Goriot,1835, p. 12).Une caricature un peu grimacée mais encore ressemblante (Amiel, Journal,1866, p. 398).
2.
Grimacement, subst. masc.Action, fait de grimacer. Ils [les morts] devaient faire tous, dès la première minute, un grimacement décharné, inexpressif, comme les têtes de squelettes (Loti, Rom. enf.,1890, p. 71).
Prononc. et Orth. : [gʀimase], (il) grimace [gʀimas]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1428 grimachier « faire des grimaces » (Ballade, 26 ds Voyage de Jérusalem du seigneur d'Anglure, éd. Fr. Bonnardot et A. Longnon, p. 112); 2. 1701 « faire un faux pli (d'un vêtement) » (Fur.). Dér. de grimace*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 451. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 297, b) 689; xxes. : a) 812, b) 799.

Wiktionnaire

Verbe

grimacer \ɡʁi.ma.se\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire une grimace, des grimaces.
    • La petite dame du type « conoïde » tristement inexpressif, que l’absence de menton fait comiquement grimacer alors qu’elle s’imagine gracieusement sourire, se proclame volontiers reine de beauté, […]. — (Auguste Dietrich, 31 décembre 1911, « Préface » de Fragments sur l'histoire de la philosophie, par Arthur Schopenhauer, Paris : Librairie Félix Alcan, 1912, p. 12)
    • Ah! cette ville imbécile et mortelle […]. Elle prend des aspects de nécropole où les macchabées folâtres auraient licence de grimacer et de gesticuler sous un ciel putride, gonflé comme un égout. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 10)
  2. (Transitif) Faire quelque chose de façon grimaçante.
    • Il grimaça un sourire.
  3. Manifester un sentiment par une expression excessivement marquée du visage.
    • En France, dans un café ou un restaurant, quand on entend parler allemand, le garçon louche en apportant son bock, les voisins grimacent et modèrent leurs épanchements… c'est la vision de l'espion. — (Jules de Cuverville, Armée, marine, colonies, volume 1, 1902)
  4. (Arts) Avoir une physionomie, une expression outrée.
    • Les figures de ce tableau grimacent.
    • Boileau reproche à Molière d’avoir fait grimacer les figures.
  5. (Figuré) Faire un mauvais pli, en parlant de vêtements ou d’étoffes.
    • Cet habit, ce collet grimace.

Nom commun

grimacer \Prononciation ?\

  1. Grimaceur, celui ou celle qui grimace.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GRIMACER. v. intr.
Faire une grimace, des grimaces. Il grimace sans cesse. Il s'emploie surtout comme adjectif verbal en parlant de l'Air et du visage. Un visage grimaçant. Un rire grimaçant. Une expression grimaçante. Il se dit quelquefois de l'Expression outrée de la physionomie. Les figures de ce tableau grimacent. Boileau reproche à Molière d'avoir fait grimacer les figures. Il se dit encore, figurément, des Vêtements, des étoffes qui font quelque mauvais pli. Cet habit, ce collet grimace.

Littré (1872-1877)

GRIMACER (gri-ma-sé. Le c prend une cédille devant a et o : grimaçant, grimaçons) v. n.
  • 1Faire une grimace, des grimaces. Cet enfant grimace continuellement. Qui, bâillant, grimaçaient d'une façon bizarre, Régnier, Sat. XI.

    Fig. et substantivement. Simulation de bons sentiments. …fausses bigottes Qui tiennent que le grimacer Peut tous les péchés effacer, Scarron, Virg. VI.

  • 2Fig. En termes d'arts, il se dit d'une expression outrée. Si, moins ami du peuple, en ses doctes peintures, Il [Molière] n'eût point fait souvent grimacer ses figures, Boileau, Art p. III. Ne fais plus grimacer tes odieux portraits, Voltaire, Disc. 3. Le Laocoon souffre, il ne grimace pas ; cependant la douleur cruelle serpente depuis l'extrémité de son orteil jusqu'au sommet de sa tête, Diderot, Essai sur la peint. ch. 4. Tout ce qui fait grimacer la nature de l'homme me semble peu digne d'estime, Chateaubriand, Itinér. 3e part.
  • 3 Fig. Il se dit des vêtements qui font de mauvais plis. Cet habit grimace.
  • 4Quelques auteurs l'ont employé activement. Débiter en grimaçant. Qui par les carrefours vont leurs vers grimaçant, Régnier, Sat. II.

    Simuler laidement. L'on voit à nu toutes les difformités du vice grimaçant la vertu, Buffon, Morceaux choisis, p. 327.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « grimacer »

Grimace.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de grimace avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du verbe to grimace.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « grimacer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
grimacer grimase

Citations contenant le mot « grimacer »

  • La peur de tomber : voilà ce qui fait grimacer les pendus. De Pierre Dumayet
  • L’info pratique Capital. La baisse du nombre de touristes fait grimacer les loueurs Airbnb… Heureusement, il est toujours possible pour eux de transformer leur location saisonnière en un logement meublé à l’année. Le gestionnaire de bien Flatlooker a réalisé des simulations sur les rentabilités attendues entre août 2020, et août 2021, pour des appartements de 40 mètres carrés loués à Paris. Résultat : pour l’année prochaine, les propriétaires vont avoir tout intérêt à confier leur logement à l’année à un locataire unique, plutôt que de continuer à louer aux seuls touristes de passage ! Les loyers, certes moins élevés, seront en effet plus sûrs et occasionneront moins de charges pour le propriétaire. Il leur faudra attendre l’été 2021 pour espérer une reprise normale du tourisme. A eux de voir alors s'ils repassent à la location touristique... Capital.fr, La prime à la conversion fâche les automobilistes, louer votre logement à l’année est plus rentable que sur Airbnb… Le flash éco du jour - Capital.fr
  • Tribune. En vrai, ça craint. On a l’impression que le pays, desséché, s’est réduit à Poutine, sa remise à zéro des compteurs et sa réécriture de la Constitution. Le seul fait d’envisager cela le faisait lui-même grimacer il n’y a pas si longtemps, vers 2008 – s’il a grimacé plus tard et que quelqu’un s’en souvient, allez-y : je n’ai aucune envie de me plonger dans ces annales-là. Le Monde.fr, Russie : « Au lieu de juger les criminels, les comptables et leurs complices, on juge les créateurs »
  • Du citron dans le café, « ça fait grimacer, comme la vie aujourd’hui » , Culture - Loisirs | Confiné, Jean-Marie Meshaka a mis du citron dans son café
  • C’est la petite surprise qui devrait faire grimacer bon nombre d’étudiants noyés en plein blocus ou entre deux examens : l’arrivée dans la boîte mail ou aux lettres de l’épineuse déclaration de revenus. Tout le monde ne la reçoit pas, mais ce sera très souvent le cas si vous travaillez – via un contrat étudiant ou via un contrat classique – si vous touchez une pension alimentaire, versée par un des deux parents, ou si vous avez des revenus mobiliers. Toutes les sommes touchées doivent être communiquées au fisc. Pour beaucoup, ce sera via une proposition de déclaration simplifiée, il n’y aura donc rien à compléter, ni même à signer. Mais pour d’autres, il faudra sans doute s’attabler quelques minutes pour boucler l’affaire. Le Soir Plus, Job étudiant: que faut-il déclarer aux impôts? - Le Soir Plus
  • Au cours des premières manifestations de ces drôles de happenings, en Grèce pré-antique, les participants montaient sur scène parés de masques. Ils se mettaient à grimacer de façon exagérée puis se livraient à toutes sortes d’ébats sexuels. Masque, art, orgie et comédie furent ainsi intrinsèquement lié∙es dès les origines. Sans oublier la musique, toujours présente dans ces raves antiques, avec l’indispensable flûte de Pan, satyre mi-homme mi-bouc. Les Inrockuptibles, Le masque, moteur de fantasmes sexuels à travers les âges
  • Pourquoi tu dois y aller : Son nom fait sourire ou grimacer à coup sûr. Il s'agit en fait d'une crème glacée à la vanille agrémentée d'une poudre de licorne colorée et de barbe à papa.  , 6 saveurs de crème glacée inusitées offertes au Québec que tu n'oseras pas goûter - Narcity
  • Abstenez-vous de toute familiarité. Allez trop vite vous fera perdre l’affaire. Freinez des quatre fers. Ils se sentiraient déroutés pour moins que cela. Ne soyez pas spontané, ayez préparé les étapes à suivre et communiquez beaucoup en ce sens. Tout effet de surprise est à exclure. Les nouveautés les feront grimacer alors que toute référence à l’ancien, la tradition, les valeurs, voire les matériaux nobles, les raviront. Fiabilité et stabilité sont les maîtres mots. Journal de l'Agence, "Comment approcher un client conservateur", Evelyne Gielen, économiste immobilier - Journal de l'Agence

Images d'illustration du mot « grimacer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « grimacer »

Langue Traduction
Anglais grimace
Espagnol mueca
Italien smorfia
Allemand grimasse
Chinois 鬼脸
Arabe كشر
Portugais careta
Russe гримаса
Japonais しかめっ面
Basque keinua
Corse grimace
Source : Google Translate API

Synonymes de « grimacer »

Source : synonymes de grimacer sur lebonsynonyme.fr
Partager