La langue française

Gouailler

Sommaire

  • Définitions du mot gouailler
  • Étymologie de « gouailler »
  • Phonétique de « gouailler »
  • Citations contenant le mot « gouailler »
  • Images d'illustration du mot « gouailler »
  • Traductions du mot « gouailler »
  • Synonymes de « gouailler »

Définitions du mot gouailler

Trésor de la Langue Française informatisé

GOUAILLER, verbe

A. − Emploi trans., vieilli. Gouailler qqn. Railler quelqu'un, se moquer plus ou moins vulgairement de lui. Faites-moi le plaisir de ne plus me gouailler (Ac.1878, 1932).Ils [les pompiers] n'ont pas une minute de repos par jour, et les passants s'amusent à les gouailler (Sand, Corresp.,1831, p. 190).Il gouaillait la fille et prenait plaisir à l'exciter (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 542).
Emploi pronom. réciproque. Ils [les figurants] se poussent du coude, se gouaillent dans les coulisses. Le ballet est ignoble (Taine, Notes Paris,1867, p. 11).
B. − Emploi intrans. Plaisanter, railler avec des inflexions plus ou moins vulgaires dans la voix. Il dit cela pour gouailler; il a répondu en gouaillant (Ac. 1932). [P. méton. du sujet] :
− Nous disons donc que vous n'êtes pas malade. C'est très bien. Et que vous venez me voir quand même. À huit heures du soir. Sans aucune raison. C'est pour quelqu'un d'autre, peut-être? Sa voix gouaillait, vulgaire. Daniel-Rops, Mort,1934, p. 216.
En incise. Dire en gouaillant. Mais au seuil de la maison, un poing sur la hanche, se tenait Germaine. − Eh bien! mon petit, gouailla-t-elle. On ne s'en fait pas, hein? (Arland, Ordre,1929, p. 240).
Prononc. et Orth. : [gwaje] ou [gwɑje] (demi-longueur de la voyelle de syll. non finale ds Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930). Ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1747 « se moquer grossièrement » (Vadé, S'ti là cité par G. Esnault ds Fr. mod. t. 16, p. 298). Dér., avec suff. péj. -ailler* du même rad. que engouer*. Fréq. abs. littér. : 31. Bbg. Bourciez (E.). L'Âge des mots en fr. R. Philol. fr. 1928, t. 40, p. 138 - Quem. DDL t. 15.

gouailler , verbe[même racine que engouer, d'apr. un sens fig. de gorge (ibid.)]« railler sans délicatesse, dire des railleries »; « se moquer grossièrement » (DG)

Wiktionnaire

Verbe

gouailler \ɡwɑ.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Railler, plaisanter sans délicatesse.
    • Les jeunes gens, à toutes les époques, ont accoutumé de gouailler les opinions de leurs parents surtout quand ils relèvent un pessimisme maussade qui leur est intolérable. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • (Absolument)Oh ! gouailla-t-il, pour ce qui est d’écouter, je ne discute pas. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Le roi, qui n'était jamais embarrassé lorsqu'il s'agissait de gouailler – servons-nous de ce vieux mot gaulois, fort en usage à cette époque [de Henri IV] et que nous regrettons de voir à peu près expulsé de la langue –, le roi le tire à part, lui parle de cent choses et, tout en causant, lui déboutonne sa soutane. — (Alexandre Dumas, Le comte de Moret (Le sphinx rouge), 1865, II, 2)
    • Eh quoi, eh quoi, gouaille le bonhomme, ces demoiselles auraient peut-être voulu, par-dessus le marché, une salle à manger en chêne massif ? — (Colette Vivier, La maison des petits bonheurs, 1939, éd. Casterman Poche, page 170.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOUAILLER. v. tr.
Railler, plaisanter sans délicatesse. Faites-moi le plaisir de ne plus me gouailler. Il se dit aussi intransitivement. Il dit cela pour gouailler. Il a répondu en gouaillant.

Littré (1872-1877)

GOUAILLER (gou-â-llé, ll mouillées) v. a.
  • Terme populaire. Railler, plaisanter. Tu veux toujours gouailler les autres, Vadé, Pipe cassée, II. C'est que vous me fassiez le plaisir de ne plus me gouailler, E. Augier Et J. Sandeau, le Gendre de M. Poirier, III, 2.

    V. n. Il s'entend à gouailler. Il ne fait que gouailler.

    V. réfl. Se gouailler, se moquer les uns des autres. Ils passent des heures entières à se gouailler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gouailler »

(Date à préciser) De même radical (avec le suffixe -ailler) que en-gou-er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Origine inconnue. Wallon, güaiî.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gouailler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gouailler gwaje

Citations contenant le mot « gouailler »

  • « Aujourd’hui donc, sortie des Arabes dans la rue. Il s’agit des gens de « chez moi », c’est à dire du Clos. Ils ont investi Mahçoul et Saada (Diar-el-Mahçoul et Diar-el-Saada, deux cités « nouvelles » au dessus de Belcourt). Ceux de Belcourt, du Ruisseau aussi. Il y avail les bidonvilles Nador, Scala, El Amal, Bodez, Abulker, tous. Il y avait Kouba. La kasbah, Bal el Oued ont voulu sortir aussi. Que s’est il produit en fin de compte ? C’était facile à prévoir, les Européens se sont affolés, l’armée s’est affolée ou a fait semblant de l’être. Il s’agissait ne de gouailler, ni de s’amuser, ni de jeter des bonbons. Il fallait mitrailler. La D.Q annonce à 22h cinquante et un morts dont quarante cinq musulmans. L’armée a tiré dessus. Ou les civils. Club de Mediapart, Algérie: quand l'Histoire percute l'actualité | Le Club de Mediapart

Images d'illustration du mot « gouailler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gouailler »

Langue Traduction
Anglais banter
Espagnol broma
Italien beffa
Allemand geplänkel
Chinois 嘲笑
Arabe مزاح
Portugais brincadeira
Russe подшучивать
Japonais 冗談
Basque banter
Corse banter
Source : Google Translate API

Synonymes de « gouailler »

Source : synonymes de gouailler sur lebonsynonyme.fr
Partager