La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « se »

Se

Définitions de « se »

Trésor de la Langue Française informatisé

SE, S', pron. pers.

Pron. pers. non prédicatif de la 3epers., signe de la voix pronom., sans marque de nombre ou de genre.
I.
A. − Empl. autonome (avec les verbes dits « accidentellement pronom. »). [Représente un subst. (appartenant gén. au genre animé), en fonction de compl., se et le suj. étant coréférentiels, c'est-à-dire renvoyant à la même entité]
1. [Devant un verbe pronom. réfl., se représente un suj. exerçant son activité sur lui-même]
a) [En fonction de compl. d'obj. dir.] Une ère nouvelle s'ouvrit quand il se regarda dans une glace. Il était un autre personnage (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 391).S'habiller! Se laver! (...) Faire le gracieux! Que de tracas! (Montherl., Célibataires, 1934, p. 834).
[Dans le groupe verbe conjugué + inf.] Il se laissa convaincre, prit congé de son camarade et s'assit à ma table (Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 204).
[Le verbe pronom. est à l'inf. ou au part. prés.] Elle mène le petit garçon à l'église Saint-Euchaire, ou à la chapelle saint Blaise, où on mène les enfants s'agenouiller sous l'étole du prêtre pour les guérir du croup ou de la peur (Barrès, Cahiers, t. 5, 1907, p. 279).Il tira une grenade de sa poche, commença à descendre en s'accrochant aux bras des hommes de la chaîne (Malraux, Cond. hum., 1933, p. 255).
Rem. ,,Le langage populaire met souvent, dans les verbes pronominaux à l'infinitif et au participe présent (ou gérondif), le pronom se où l'accord normal demanderait l'un des pronoms me, te, nous, vous: Nous étions toujours à se disputer. En se pressant un peu, vous arriverez à temps. Cet usage irrégulier se manifeste parfois même dans la langue littéraire: Je me plais... sans se plaire. Ça dépend comme (H. Lavedan, Leur Cœur, p. 101)`` (Grev. 1969, § 600, note 1). Toutefois, ,,il est tout naturel que se s'emploie pour vous quand ce pronom a le sens de on: Pour aimer, faut-il qu'un être apparaisse rempli d'exceptionnelles attirances − ou suffit-il qu'il vous plaise − à ne pouvoir presque plus se passer de lui? M. Cœur 92`` (Sandf. t. 1 1965, p. 121).
[Se représente une méton. du subst.: se dépenser à faire qqc. « dépenser ses efforts, son énergie... à faire quelque chose »; se fonder sur qqc. « fonder ses arguments, ses conjectures... sur quelque chose »] Avec l'air d'un homme qui enlève sa veste avant de se mettre sous le couperet du bourreau (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 428).Je le devine!... Il se rase (Giraudoux, Siegfried, 1928, i, 2, p. 19):
1. Mais alors, comment entendre ce qui se dit d'un tel homme, à savoir qu'il « se retrouve » dans les jeunes garçons qu'il privilégie de son amour? Qu'est-ce que ce « se » qui se retrouve en eux, et qu'est-ce que ce « retrouver »? Car il ne s'agit évidemment pas d'une correspondance point par point entre son image propre et celle de l'objet. Scilicet, 1973, n o4, p. 248 ds Lang. fr. 1978 n o39, p. 104.
b) [En fonction de compl. d'obj. indir., avec un verbe à double constr.] Bientôt il s'attribua d'autres fonctions: il entretenait le poêle, montait le charbon de la cave, repeignait les murs; même il se chargea de frotter les parquets (Montherl., Célibataires, 1934, p. 759).
[Le compl. d'obj. dir. désignant une partie du corps, se se substitue à un adj. de possession inaliénable] Il se lave les mains et très simplement nous fait entrer (Barrès, Cahiers, t. 11, 1914, p. 65).Il se rongeait les ongles (Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 226).Il se grattait la tête (Camus, Peste, 1947, p. 1229).
Rem. 1. ,,Ce pronom se met avant le verbe quand, dans la phrase, il est question d'une partie du corps humain; s'il s'agit de choses, on emploie l'adjectif possessif qui se place après le verbe. Il essuie ses lunettes. Il se mord les doigts`` (Thomas 1956). 2. Le cont. et le besoin de précision peuvent justifier le pléonasme de l'empl. de se en même temps que le poss.: Il se rassit devant sa table et prit sa tête dans ses mains (Troyat ds Colin 1971).
c) Rare. [Se représente un inanimé] Le soleil se fixa. Des flots ininterrompus de chaleur et de lumière inondèrent la ville à longueur de journées (Camus, Peste, 1947, p. 1308).Le programme de biologie repose sur de larges panoramas synthétiques avant de se focaliser sur les points essentiels (Le Monde, 24 déc. 1967ds Gilb. 1971, s.v. focaliser).
2. [Devant un verbe pronom. réciproque, se représente un suj. plur. dont l'un des composants provoque, par son action, la réaction de l'autre]
a) [En fonction de compl. d'obj. dir.] Voilà des gens qui se sont haïs dès le moment qu'ils se sont vus (Sénac de Meilhan, Émigré, 1797, p. 1878).Ces insectes de proie en captivité qui veulent se dévorer à travers une cloison de vitre (Giraudoux, Intermezzo, 1933, ii, 5, p. 133).
b) [En fonction de compl. d'obj. indir. dans une constr. simple (se parler) ou double (se partager qqc.)] L'incroyable absence de « patriotisme chrétien » des généraux byzantins qui se disputaient le trône (Grousset, Croisades, 1939, p. 4).Ils se parlaient en souriant, ils se beurraient mutuellement leur tartine, ils ont dormi, enlacé leurs bras (Giraudoux, Sodome, 1943, i, prélude, p. 18).
c) [Se représente un inanimé] Les cieux sont des volcans; mille éclairs en jaillissent; Mille foudres rivaux se croisent et rugissent (Baour-Lormian, Veillées, 1827, p. 296).Toutes les rues parallèles et perpendiculaires entre elles se coupent à angle droit (P. Lavedan, Urban., 1926, p. 64).
3. [Dans le pronom. à valeur passive]
a) [L'agent est indéf.]
[Dans des énoncés à valeur gén. ou habituelle] Vers six heures du matin, tous ces journaux commencent à se vendre dans les queues qui s'installent aux portes des magasins, plus d'une heure avant leur ouverture (Camus, Peste, 1947, p. 1314):
2. Les lampes à pétrole s'allumaient au fond des boutiques; çà et là, quelques silhouettes d'arbres et de cornes de maisons montaient sur le ciel de l'ouest où demeurait une lumière sans source qui semblait émaner de la douceur même de l'air et rejoindre très haut l'apaisement de la nuit. Malraux, Cond. hum., 1933, p. 277.
[Dans des énoncés à valeur durative ou inchoative] L'histoire bien peignée, celle qui s'écrit avec les ordres envoyés (Barrès, Cahiers, t. 11, 1917, p. 248).Le changement des saisons ne s'y lit que dans le ciel (Camus, Peste, 1947, p. 1217).
Rem. Le tour pronom., substitut de la forme passive, pouvait autrefois être accompagné d'un compl. d'agent introd. par la prép. par; cet empl. est rare auj.: Les permissions de copier [les tableaux du musée du Louvre] s'accordent par le Directeur, lorsqu'on est présenté par un artiste connu (Mérimée ds Wagner-Pinchon 1962, § 326).
[Dans des tours impers. ou dont le suj. est ça] Tu ferais bien de donner la pièce à Georges (le chauffeur). Ça se fait, tu sais (Montherl., Célibataires, 1934, p. 781):
3. Il y a environ trente ans qu'il se forma à Londres une compagnie de savants anglais qui entreprit d'aller chercher, dans diverses parties du monde, des lumières sur toutes les sciences, afin d'éclairer les hommes et de les rendre plus heureux. Bern. de St-P., Chaum. ind., 1791, p. 65.
b) [L'agent (animé ou inanimé) n'est pas exprimé parce que le procès se développe sans qu'on puisse (ou veuille) en spécifier la causation] Ici, quand le moteur se casse, disions-nous, l'avion, hélas! ne tarde guère à en faire autant (Saint-Exup., Terre hommes, 1939, p. 142).
Rem. Se, dans ces constr., représente gén. un inanimé; la réf. à un animé est rare et n'est admise que si le sens n'en devient pas ambigu: ,,L'emploi du pronominal passif avec un sujet de personne n'est pas possible dans les phrases où ce sujet risquerait d'être compris comme désignant celui qui fait l'action: la phrase On jette à l'eau le coupable ne saurait, à cause de l'équivoque, être tournée par le pronominal passif: Le coupable se jette à l'eau`` (Grev. 1969, § 602, note 1).
B. − Empl. non autonome (se, morph. verbal, peut être considéré comme partie intégrante du verbe)
Rem. Dans cette catégorie de pronom., ,,le pronom conjoint (...) se (...) − qu'on pourrait appeler censément préfixé ou agglutiné − est comme incorporé au verbe et n'a qu'une valeur emphatique, ou affective, ou vague: il ne joue aucun rôle de complément d'objet et sert simplement, du moins en certains cas, à mettre en relief l'activité personnelle du sujet ou à marquer un intérêt particulier de ce sujet dans l'action; ce pronom conjoint (...) se (...) est une sorte de particule flexionnelle, (...) de « reflet » du sujet, et ne doit pas, dans l'analyse, être distingué de la forme verbale`` (ibid., § 601 B).
1. [Dans des verbes « à valeur subjective » qui expriment un phénomène paraissant trouver en lui-même sa propre causation] Mes yeux, que je m'efforçais d'ouvrir, se refermaient malgré moi (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 169).Les organes s'endorment, puis s'atrophient (Montherl., Célibataires, 1934, p. 834):
4. Dans la souffrance intense, la bouche se contracte fortement, les lèvres se crispent, les dents se serrent. Tantôt les yeux s'ouvrent tout grands, tantôt les sourcils se contractent fortement... Bergson, Essai donn. imm., 1889, p. 40.
Rem. Il est difficile de faire nettement le départ entre cet empl. et celui qui est décrit sous A 3 b. Beaucoup de phrases sont ambiguës. Il se réveille: Est-ce parce que qqn ou qqc. le réveille? Ou bien se réveille-t-il de lui-même, sans cause apparente?
2. [Dans les verbes « essentiellement pronom. » c'est-à-dire qui ne peuvent être utilisés qu'à la forme pronom., ou dans les verbes dont la forme active a un sens différent]
a) Empl. pronom. intrans. S'absenter, se désister, se douter, s'en aller, s'envoler, s'évanouir, se jouer, se moquer, se souvenir, se taire. Alors une petite forme sauta des ressorts arrière et s'enfuit (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 430).Geneviève se rebiffa: − Pourquoi « lâches »? Tu es tellement plus fort que nous (Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 250).Prévot s'obstine: − C'est à vingt minutes, je vais aller voir (Saint-Exup., Terre hommes, 1939, p. 233).
b) Empl. pronom. indir. S'abstenir de, s'adonner à, s'emparer de, se jouer de, se repentir de. Personne ne se doutait de rien (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Hist. vraie, 1882, p. 336).Il se souvint d'un mot de sa pauvre mère (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 6):
5. Ces malheureux se moquent de l'année inconnue. Le temps ne les concerne pas; ils ont quitté le train qui emporte les autres créatures et croient avoir échappé à la fatalité des événements. Mauriac, Journal 1, 1934, p. 7.
c) Empl. pronom. trans. Si la direction de l'Ambigu s'arroge le droit de le garder, ce que je conteste encore, on saura du moins que c'est malgré moi (Villiers de L'I.-A., Corresp., 1876, p. 218).
3. [Se, en fonction de « datif éthique », exprime l'intérêt que prend à l'action la pers. qui parle ou indique qu'on sollicite l'interlocuteur ou le lecteur de s'intéresser à l'action] On se boit un p'tit verre? Mais il lui parut qu'il était inconvenant de mêler ces histoires sordides à une soirée mondaine, et de demander quelque chose à qui venait déjà de lui offrir une mangeaille fort coûteuse. De sorte que, les mots toujours sur les lèvres, toujours il se les garda (Montherl., Célibataires, 1934, p. 812).
II. − Syntaxe de se
A. − [Place de se]
1. [Se est placé devant les pron. le, la, les] Il ne se l'est pas fait dire deux fois. Il se le tint pour dit et déguerpit (Montherl., Célibataires, 1934, p. 844).
2. [Se est placé devant en et y] Les gens de la gauche s'en tirent mieux parce qu'ils sont les prêtres de leur foi (Barrès, Cahiers, t. 5, 1907, p. 174).Ils y pénétrèrent tous les six, à tour de rôle. Louise Lecouvreur s'y attarda (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p. 11).
3. [Dans une constr. inf., le pron. se se place devant le verbe conjugué avec faire, laisser et les verbes de perception] Il se laisse emmener, il s'est fait battre, il se sent chavirer. Adolphe (...) se fait aimer de chacun en faisant enrager tout le monde (Cottin, Cl. d'Albe, 1799, p. 96).
4. [Se se place après le verbe conjugué avec un autre verbe] Il pense se sauver, elle peut se mouvoir. Je sais bien qu'on ne peut se passer de dominer ou d'être servi (Camus, Chute, 1956, p. 1496).
[P. arch., on peut le trouver placé avant le verbe] Elle se peut mouvoir. La vérité ne se peut connaître que par le moyen des brames (Bern. de St-P., Chaum. ind., 1791, p. 86).
B. − [Omission de se]
1. [Précédé des semi-auxil. faire, laisser ou des verbes envoyer, mener, emmener; se peut ne pas être exprimé devant l'inf.] On menait les écoliers baigner (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 105).Un bruit de pas le fit retourner (Estaunié, Empreinte, 1896, p. 171).[Elle] qui m'avait fait sauver de la maison (Miomandre, Écrit sur eau, 1908, p. 280).
[Notamment dans certaines loc. toutes faites] Faire asseoir, faire taire. Elle l'insulte; il la rudoie. Elle l'envoie promener (Taine, Notes Paris, 1867, p. 225).Lucie me fait asseoir à côté d'elle (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 126).
[Toutefois l'empl. du réfl. peut être maintenu] Le bruit les fit se lever (Zola, Nana, 1880, p. 406).Aussi faisait-elle se hâter les cultivateurs (Zola, Terre, 1887, p. 3).Tu le traites bien et tu le fais s'asseoir et tu l'écoutes (Saint-Exup., Citad., 1944, p. 653).
[Surtout pour éviter une équivoque] La faute la fit se mépriser (Zola, Curée, 1872, p. 129).
2. [Le pron. réfl. pouvait, en fr. class., ne pas être exprimé; cet empl. est rare et littér. en fr. mod.] On lui donne à laver dans des aiguières d'or et d'argent (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 547).Quelques corneilles, quelques alouettes (...) posaient, immobiles sur le cordon de pierres (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 422).
3. [P. arch., se peut ne pas être répété lorsque plusieurs verbes pronom. se suivent] Je ne m'inquiète pas de demander à cette production spontanée de se prolonger, organiser et achever sous les exigences d'un art (Valéryds Le Figaro litt., 6 mai 1950ds Grev. 1986, § 649, p. 1031).Ajoutez que ces passagers (...) passent le temps de cette brève navigation interstellaire à se calomnier, déchirer, détripailler, torturer les uns les autres (Maurois,Nouv. Discours du Doct. O'Grady,p. 168, ds Grev. 1986, § 649, p. 1031).
[Aux temps simples, l'omission est possible si les verbes sont synon.] Il se carrait et cambrait comme pour se préparer à la lutte (Th. Gautier, Militonads Grev. 1986, § 649, p. 1031).
[Aux temps composés, se peut être omis si les verbes sont empl. avec un auxil. commun] Leverdet, qui s'est éveillé, frotté les yeux et levé (Dumas fils, Ami des femmes, i, 5 ds Grev.1986, § 260 e 1, p. 401).
4. [Se est obligatoire si se compl. a deux fonctions différentes (objet direct d'une part, objet indirect de l'autre)] Il se blesse et se nuit (Dumas fils, Ami des femmes, i, 5ds Grev. 1986, p. 1031).
C. − [Renforcement de se]
1. Empl. réfl. [Se est renforcé par lui-même, elle(s)-même(s), eux-mêmes] Parce qu'elle se plaît à elle-même plus que tout (Maupass., Notre cœur, 1890, p. 3).Avec un ondoiement dont il se fit plaisir à lui-même (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 406).
2. Empl. réciproque. [Se peut être renforcé par l'un l'autre, l'un à l'autre, les uns les autres, mutuellement, réciproquement, entre eux] Heureusement que nous sommes une famille où l'on se tient les uns les autres (Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 121).Dans ce paysage désaffecté, où mille volcans se répondaient l'un l'autre, de leurs grandes orgues souterraines (Saint-Exup., Terre hommes, 1939, p. 172).
Prononc. et Orth.: [sə]. Elle se cache [εlsəkaʃ], mais (elle) doit se cacher [dwaskaʃe]; pas d'élision devant h aspiré, quel que soit l'environnement phonét., (elle) doit se hisser [dwasəise]; devant voy. et h non aspiré, s': s'accouder, s'habiller. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Pron. de la 3epers. réfl., cas régime atone I. régime indir. 1. 842 exprime l'intérêt que prend à l'action la pers. dont on parle [datif éthique]; forme enclitique (Serments de Strasbourg ds Henry Chrestomathie, p. 2, 20: Si Lodhuuigs sagrament que son fradre Karlo iurat conseruat, et Karlus [...] de so part non lo209s tanit); 2emoit. xes. (St Léger, éd. J. Linskill, 28: Il [Lothiers] lo reciu [Lethgier], bien lo nodrit; Cio fud lonx tiemps ob se lo209s ting); 2. fin xes. compl. d'attrib. (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 20: Un asne adducere se roved [Jesus]); ca 1150 (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 9815: [ses eulz] Qu'il s'avoit tret pour la dolor Que sa mere ot prise a oisour); 3. ca 1100 compl. d'un verbe pronom. de sens réciproque (Roland, éd. J. Bédier, 3582: Sur cez escuz mult granz colps s'entredunent); ca 1165 (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 10636: Mout se porterent grant iror). II. Régime dir. d'un verbe pronom. A. 1. 881 d'un verbe pronom. non réfl.; enclitique (Ste Eulalie ds Henry, op. cit., p. 3, 18: Por o209s furet morte a grand honestet); 937-52 id. (Jonas, éd. G. de Poerck, 195: cum co vidit qet [...] sis penteiet de cel mel qe fait habebat); 2emoit. xes. élidé (St Léger, 84: Et sens cumgiet si s'en ralet [Lethgiers]; 146); fin xes. (Passion, 198: Amarement mult se ploret [Petrus]; 215); 2. 881 d'un verbe pronom. à sens passif (Ste Eulalie, p. 3, 20: Enz enl fou la getterent com arde tost: Elle colpes non auret, por o no209s coist); fin xiies. (Béroul, Tristan, éd. E. Muret, 575: Car amors ne se puet celer); ca 1225 (Gerbert de Montreuil, Perceval, éd. M. Williams, 13404: Ne lor membre con blez se vent); 3. 937-52 d'un verbe pronom. de sens réfl. (Jonas, 194: cum co vidit qet il se erent convers de via sua mala); 2emoit. xes. (St Léger, 206: Torne s'als altres; 224: Jus se giterent a sos pez); fin xes. (Passion, 155: No209s defended [Jesus]); 4. ca 1100 d'un verbe pronom. de sens réciproque (Roland, 626: Puis se baiserent es vis e es mentuns; 3567: En mi le camp amdui s'entr'encuntrerent). B. Se est compl. d'un inf. qui dépend directement d'un verbe à un mode pers. 1. il se place en tête du groupe verbal considéré comme un ensemble 881 (Ste Eulalie, p. 3, 21: A czo no209s voldred concreidre li rex pagiens); ca 1050 (Alexis, 180: Par nule guise ne s'en volt esluiner [Alexis, de Dieu]; 222); ca 1100 l'inf. est relié au verbe par une prép. (Roland, 343: De guarnemenz se prent a cunreer [Guernes]); 2. il peut se trouver à l'intérieur du groupe verbal, entre le verbe et l'inf. 937-52 proclitique (Jonas, 146: un edre [...] qet umbre li fesist e repauser si podist); 2emoit. xes. (St Léger, 65: Por ciel tiel duol rova209s clergier Ewruins). Du lat. sē « soi » en position atone. Fréq. abs. littér.: 827 153. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 085 058, b) 1 201 694; xxes.: a) 1 270 003, b) 1 184 231. Bbg. Boons (J.-P.), Guillet (A.), Leclère (Ch.). La Struct. des phrases simples en fr. Paris, 1973, p. 36, passim. − Combettes (B.). Un Moment de la constitution du syst. de l'hypothèse en français... Verbum. 1983, t. 6, n o3, pp. 223-232. − Couquaux (D.). Place de la transformation montée dans la synt. du fr. mod. Fr. mod. 1980, t. 48, pp. 210-218; Sur la synt. des phrases prédicatives en fr. Ling. Investig. 1979, t. 3, n o2, pp. 245-284. − Gaatone (D.). Réflexions sur les verbes pronom. réfl. et réciproques. Folia ling. 1975, t. 8, n o1-4, pp. 199-222. − Kayne (R. S.). Synt. du français... Paris, 1977, pp. 320-375. − Ménard (Ph.). Le Subj. prés. dans les prop. hyp. en anc. fr. Mél. Moignet (G.). Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1980, t. 18, n o1, pp. 321-332. − Moignet (G.). Anc. fr. si/se. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1977, t. 15, n o1, pp. 267-289; Psycho-syst. du lang. et anal. de l'anc. fr. Colloque « Ling. et Philol. » 1977. 29-30 avril. Amiens, 1977, pp. 59-78. − Naïs (H.). Ét. sur le pron. pers. réfl. Colloque sur la synt. du M. Fr. 1976. Metz, 1978, pp. 55-61. − Stefanini (J.). La Voix pronom. en anc. et en moy. fr. Aix-en-Provence, 1962, pp. 86-96. − Zribi-Hertz (A.). La Constr. « se-moyen » du fr. et son statut dans le triangle: moyen-passif-réfléchi. Ling. Investig. 1982, t. 6, n o2, pp. 345-401; Économisons-nous: à propos d'une classe de formes réflexives méton. en fr. Lang. fr. 1978, n o39, pp. 104-128.

Wiktionnaire

Pronom personnel - français

se \sə\

  1. Pronom personnel de la troisième personne des deux genres et des deux nombres, utilisé comme complément d’objet d’un verbe transitif direct ou indirect.
  2. Sert de complément d’objet d’un verbe pronominal réfléchi.
    • Il se couche tôt.
    • Il s'abstient.
  3. Sert de complément d’objet d’un verbe pronominal réciproque.
    • Ils se battent.
  4. Sert de complément d’objet d’un verbe pronominal de sens passif.
    • Ce produit se vend bien.

Adjectif - ancien français

s’ \Prononciation ?\ masculin

  1. Abréviation de saint.

Conjonction - ancien français

se \Prononciation ?\

  1. Si.

Pronom - ancien français

se \Prononciation ?\

  1. Se (objet direct d’un verbe pronominal réfléchi).
    • Judas l’acusent, el se tais — (La Passion du Christ, anonyme, vers 980)
      Judas l’accuse, il se tait
  2. Se (objet indirect d’un verbe pronominal réfléchi).
    • Alquant i vont, alquant se font porter — (La Vie de saint Alexis, anonyme, vers 1050)
      Quelques uns y vont, quelques uns se font porter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

SE (se), pronom réfléchi de la troisième personne des deux nombres et des deux genres, qui se dit des personnes et des choses, et qui se place toujours avant le verbe qui le gouverne, à la différence de soi qui se place après.
  • 1Il s'emploie comme complément direct. Se rétracter. Se perdre. S'égarer.
  • 2Il s'emploie comme complément indirect. Se donner du mouvement. Se prescrire un devoir. Se nuire.
  • 3Il s'emploie pour donner au verbe une signification passive. Faut-il que vous trouviez étrange Que les chats-huants d'un pays Où le quintal de fer par un seul rat se mange, Enlèvent un garçon pesant un demi-cent ? La Fontaine, Fabl. IX, 1. Du temps qu'il [le second Temple] se bâtissait, Bossuet, Hist. II, 4. Tels se laissent gouverner jusqu'à un certain point, qui au delà sont intraitables, et ne se gouvernent plus [ne peuvent plus être gouvernés], La Bruyère, IV. Les yeux de l'amitié se trompent rarement, Voltaire, Oreste, IV, 1.

    Seignelay ayant écrit : Les voitures de ces bois se sont faites jusqu'à présent par les paysans voisins des forests dans lesquelles ils estoient coupés, Lett. de Colbert, t. III, 2, p. 378, Colbert met en note, p. 384 : mauvaise construction ; il falloit ont esté faites.

  • 4Avec laisser, faire, etc. le pronom personnel se supprime quelquefois. Laissons, laissons réjouir le monde, et ne lui envions pas sa prospérité, Bossuet, Serm. Prov. 1.

REMARQUE

1. L'e s'élide devant une voyelle et une h muette : il s'aime, il s'honore. Il s'élide aussi devant en et y : il s'en vante ; il s'y rend.

2. Se se place devant en et y.

3. Dans les temps composés, quand se est régime direct, le participe s'accorde en genre et en nombre avec se : il s'est coupé ; elle s'est fardée ; ils se sont loués ; elles se sont accueillies. Le participe reste invariable quand se est régime indirect : elle s'est coupé le doigt ; elles se sont fardé le visage ; ils se sont nui On reconnaît la différence en tournant par ayant : il est ayant soi coupé ; ils sont ayant soi loués ; elle est ayant coupé le doigt à soi : ils sont ayant nui à soi. Cette règle s'applique aux autres pronoms personnels pris d'une façon réfléchie, me, te, nous, vous.

4. Les verbes neutres réfléchis, c'est-à-dire les verbes neutres qui se conjuguent toujours avec se, suivent la règle de se régime direct : il s'est écrié ; elle s'est écriée ; ils se sont endormis ; elles se sont endormies. Cette règle s'applique aux autres pronoms personnels.

5. Il vient se justifier, il se vient justifier ; dans le XVIIe siècle on prenait plus ordinairement la seconde tournure ; maintenant on suit la première, sans que l'autre soit cependant hors d'usage. Il se faut entr'aider ; c'est la loi de nature, La Fontaine, Fabl. VIII, 17. Viens, suis-moi ; la sultane en ce lieu se doit rendre, Racine, Bajaz. I, 1. Dans cette construction, s'il y a deux infinitifs, il faut qu'ils puissent recevoir tous deux se : Elle ne se peut consoler ni réjouir. Mais on ne pourrait pas dire : Il se vint justifier et répondre aux accusations.

Quand se précède ainsi le verbe qui tient l'infinitif sous sa dépendance, il impose à ce verbe, dans les temps composés, la construction par l'auxiliaire être, au lieu de l'auxiliaire avoir. Il ne s'est osé prendre qu'aux premiers rudiments de cet art et aux choses qui se présentent d'elles-mêmes, Descartes, Remarques sur les 7es object. 58. Cet homme qui s'est pensé perdre dans une intrigue dangereuse, Bossuet, 4e serm. pour le 1er dim. de carême, 1. Cela s'applique aux autres pronoms personnels pris d'une manière réfléchie.

6. On trouve quelquefois après se, employé comme régime direct, un second régime direct. Aveugles qui ne voient pas que c'est par la même lumière que le soleil se montre lui-même, et tous les autres objets ! Bossuet, Sermons, Haine de la vérité, 3. Ceux qui s'aiment eux-mêmes et leurs plaisirs, Bossuet, Sermons, Impénit. fin. 3.

7. C'est une singularité du français et des autres langues romanes que, avec un pronom réfléchi, on substitue l'auxiliaire être à l'auxiliaire avoir : Il s'est battu. Cette tournure est aussi ancienne que la langue, puisqu'on la trouve dans un texte du Xe siècle : se erent convers, s'étaient convertis. On peut essayer de l'expliquer ainsi : au Xe siècle, se erent convers représente un latin barbare se erant conversi, dans lequel on démêle erant conversi pour exprimer l'idée passive qui est dans tout verbe réfléchi, et se pour joindre à l'idée passive l'idée de réflexion.

8. Se (et aussi me, te, nous, vous) se construit avec différents verbes neutres, s'en aller, s'enfuir, s'écrier. Un pareil emploi était plus étendu dans l'ancienne langue ; on disait se dormir, se gesir, se issir, se demeurer, etc. L'explication ci-dessus convient ici aussi. Le verbe est neutre sans doute ; mais cela n'a point empêché les langues romanes d'y adjoindre un pronom, qui exprime un régime indéterminé, et qui dès lors se prête à un pareil emploi. De la sorte à ces verbes neutres est attribué un sens réfléchi qui ne fait aucune contradiction avec les verbes, et qui y ajoute une certaine grâce.

9. On dit s'entendre à une chose, se connaître à une chose, s'apercevoir d'une chose. Il n'est personne à qui cette façon de parler offre un sens douteux, mais, pour le grammairien, elle est bien difficile à expliquer. Si on la prend telle qu'elle se présente, on trouve connaître soi, entendre soi, apercevoir soi ; ce qui, manifestement, ne signifie pas ce que l'on veut dire. On voit tout de suite l'explication qui peut être proposée. Entendre, connaître, apercevoir sont, en ces locutions, des verbes pris neutralement : entendre à une chose, connaître à une chose, apercevoir d'une chose. Puis, comme, avec entendre, connaître et apercevoir ainsi employés, une signification réfléchie arrive naturellement à l'esprit, naturellement aussi la langue usa de la faculté que le pronom se lui procurait. Le fait est que est anciens textes donnent entendre, neutre, pour se entendre à ; on trouve aussi connaître en ; on trouve enfin neutre, sinon apercevoir, du moins percevoir.

10. Il ne reste plus qu'un cas à examiner ; c'est une phrase comme celle-ci : Je me suis coupé le doigt. Là il ne peut y avoir aucun doute ; l'auxiliaire être y est certainement pour l'auxiliaire avoir ; il faudrait dire : Je m'ai coupé le doigt, et la phrase est grammaticalement inexplicable. L'explication que la grammaire refuse est donnée par l'intervention de l'oreille. Quand l'usage se fut bien établi de conjuguer le verbe réfléchi avec être, l'assimilation exerça son influence ; les constructions parurent semblables, bien qu'elles ne le fussent pas, et on leur appliqua la même règle. Dire : je m'ai coupé le doigt parut dur et choquant, à cause que je me suis coupé se disait couramment. De là vint qu'un même niveau passa sur tout cela ; ce qui était incorrect grammaticalement devint correct euphoniquement ; le solécisme fut imposé.

HISTORIQUE

Xe s. Elle colpes non avret, por o no s'cuist [ne fut brûlée], Eulalie. E repauser se podist, Fragm. de Valenc. p. 468. Quant il se erent convers de via sua mala, ib.

XIe s. Ententivement se pourpensent cil qui les jugemens ont à faire, Lois de Guill. 41. Fuit s'en fel Guesnes, Ch. de Rol. p. 183.

XIIe s. Lors se plaignent sans dolor, Couci, I. Puisque mes cuers ne s'en veut revenir De vous, dame, pour qui il m'a guerpi [quitté], ib. IX.

XIIIe s. Comme cil qui se dort, Latini, Trésor, p. 262. Si comme li sages champions et fort qui se combat et vaint, emporte la corone de victoire, Latini, ib.

XVIe s. Tout ce qu'il a de damnable, il se l'est acquis en se destournant de Dieu, Calvin, Instit. 113. Henri second, pendant le regne duquel plusieurs grandes corruptions en mœurs et en la police se conceurent, et après s'enfanterent avec une fertilité incroyable, Lanoue, 18. Le peuple, se promettant que ce qui auroit esté achepté, se vendroit à fort bon marché et que ce qui auroit esté donné, se distribueroit aussi par teste sans en rien faire payer, Amyot, Cor. 22. Il ne s'osoit trouver ès compagnies pour deviser, Amyot, Nicias, 8. Les autres s'enrichissent en se donnant du bon temps, et ne se faisant que jouer des affaires publiques, Amyot, ib. 9. Son ambition s'excita et enflamma, de maniere que…, Amyot, ib. 13. Allons vistement ; la soupe se mange ; je pindarise, je cuidois dire : on mange la soupe, Moyen de parvenir, p. 7, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « se »

Wallon, si ; provenç. catal. espagn. et portug. se ; du lat. se ; grec ἓ ; sanscr. sva, qui est invariable et ne s'emploie qu'en composition.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin se.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « se »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
se
se
s'

Citations contenant le mot « se »

  • Se soumettre ou se démettre. De Léon Gambetta / Lille - 15 Août 1877
  • Se maquiller, c'est se déguiser, pas se cacher. De Marion Cotillard / Ciné Live - Décembre 2001
  • Celui qui se marie se bride. De Proverbe français
  • Qui se sent galeux se gratte. De Antoine Oudin / Curiosités françaises
  • Qui se sent morveux se mouche. De Molière / L'avare
  • Se souvenir ranime ; vouloir se souvenir détruit. De Claire France / Autour de toi, Tristan
  • Quand une fonction se dévalorise, elle se féminise... Quand une fonction se féminise, elle se dévalorise. De Evelyne Sullerot / Le fait féminin
  • La nature se suffit. De Friedrich Hegel
  • Les extrêmes se touchent. De Louis-Sébastien Mercier
  • Qui crie se décrie. De Proverbe auvergnat
  • Qui se mesure dure. De Proverbe italien
  • Comme nous vous l'avions révélé sur France Bleu, Brive et Pau vont bien se rencontrer plus tôt que prévu. La Ligue Nationale de Rugby a reprogrammé le match, initialement annoncé en mars, le dimanche 24 janvier à 14h45, au stade du Hameau. Un affrontement entre concurrents directs pour le maintien. France Bleu, Top 14 : le CA Brive va bien se déplacer à Pau le 24 janvier prochain
  • Alors que la première phase de la procédure Parcoursup s’ouvrira le mercredi 20 janvier, ce salon, prévu les 14, 15 et 16 janvier, mais qui sera accessible en ligne jusqu’au 24 janvier, permettra de répondre à un maximum de questions que peuvent se poser les lycéens sur la poursuite de leurs études et leur orientation. midilibre.fr, Le salon de l’étudiant se réinvente et passe au virtuel - midilibre.fr
  • La campagne de vaccination contre le coronavirus s'accélère en Savoie. Dès lundi 18 janvier, tous les plus de 75 ans pourront se faire vacciner dans les deux centres du Centre Hospitalier Métropole Savoie à Chambéry et Aix les Bains. France Bleu, Savoie : tous les plus de 75 ans pourront se faire vacciner à partir de lundi prochain
  • Le site de réservation en ligne TheFork a mené une étude auprès de ses utilisateurs et de professionnels du secteur sur l'évolution de la consommation et les grandes tendances de la restauration en 2021. LEFIGARO, Covid-19: 7 Français sur 10 ont changé leur façon de se nourrir
  • Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir. LEFIGARO, Après Sarkozy et Hollande, Macron se heurte au mur du quinquennat
  • Qui s'y frotte s'y pique. De Louis XI
  • Tout homme qui s'élève s'isole. De Antoine de Rivarol
  • Les contraires s'accordent. De Héraclite d'Ephèse
  • Qui oblige s'oblige. De Nestor Roqueplan / Nouvelles à la main
  • Qui s'explique, s'excuse, et qui s'excuse s'accuse. De Daniel Mermet / Libération - Juillet 2002
  • Quiconque écrit s'engage. De Thomas Corneille / L'amour à la mode

Traductions du mot « se »

Langue Traduction
Anglais itself
Espagnol sí mismo
Italien si
Allemand selbst
Chinois 本身
Arabe بحد ذاتها
Portugais em si
Russe сам
Japonais 自体
Basque bera
Corse ellu stessu
Source : Google Translate API

Synonymes de « se »

Source : synonymes de se sur lebonsynonyme.fr

Se

Retour au sommaire ➦

Partager