Gosse : définition de gosse


Gosse : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GOSSE, subst.

Familier
A. − Enfant.
1. Jeune enfant en général, garçon ou fille. Synon. fam. gamin, loupiot, mioche, môme (pop.).Gosses de l'école, du quartier; bon, petit, pauvre gosse; regard, bêtises de gosse(s); se faire câliner, rire, s'amuser comme un gosse. Les gosses criaient très fort, prenant part aux scènes, interpellant Guignol et ses créanciers, etc. (Larbaud, Journal,1934, p. 294).Je serais inquiet pour un gosse qui ne serait pas un peu insupportable (Montherl., Fils personne,1943, III, 3, p. 320) :
1. D'où vient que le temps de notre petite enfance nous apparaît si doux, si rayonnant? Un gosse a des peines comme tout le monde, et il est, en somme, si désarmé contre la douleur, la maladie! L'enfance et l'extrême vieillesse devraient être les deux grandes épreuves de l'homme. Mais c'est du sentiment de sa propre impuissance que l'enfant tire humblement le principe même de sa joie... Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1045.
Emploi adj. Un air gosse. Quant à extraire de moi des pleurs... non, je ne suis plus assez gosse pour cela (Gide, Faux-monn.,1925, p. 964).− Il n'a pas l'air de savoir ce qu'il veut. − Il est très gosse et Paris lui a un peu tourné la tête (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 35).
a) Expressions
Sale gosse. Enfant difficile, insupportable. Le sale gosse qui pousse ses petits camarades à mettre des hannetons dans le tiroir du maître et qui regarde en ricanant la réaction produite... (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 154).Un sale gosse affolé, incapable de supporter les conséquences de ses sottises (Sartre, Morts ds âme,1949, p. 118).
[En parlant d'un adulte] (Un) grand, (un) vrai gosse. Personne qui a gardé des réactions d'enfant, qui commet des enfantillages. Il était d'une gaieté, d'une jeunesse!... Un gamin! Oui, un vrai gosse (Blanche, Modèles,1928, p. 4).− Grand nigaud, dit Léonie en s'écroulant dans les bras de Pradonet. Elle lui faisait des mignardises. − Grand gosse, va (Queneau, Pierrot,1942, p. 35).
b) Loc. Quand j'étais (tout) gosse. Quand j'étais petit, dans mon (ma tendre) enfance. Quand j'étais gosse, je regardais par le trou de la serrure mes parents s'embrasser (Proust, Temps retr.,1922, p. 827).Quand vous étiez gosse, votre papa vous a-t-il giflé, fessé, rossé? (Bourget, Actes suivent,1926, p. 11) :
2. Bien la peine, quand j'étais gosse, de me farcir la cervelle de belles fadaises héroïques, comme mes parents n'ont eu garde d'y manquer! À douze ans, j'avais pour camarades de récréations les héros de Plutarque et le Bussy d'Amboise de Dumas père. Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 18.
2. Pop. Fils, fille, enfant jeune (par rapport à la filiation). Sa femme et ses gosses, nichée de gosses; avoir des gosses (à nourrir, à élever); faire, foutre un gosse (à une femme). L'un vous parle de sa gosse malade, l'autre (...) d'un bouquin qu'il lit (Abellio, Pacifiques,1946, p. 145).« Tu es marié? » « J'ai même deux gosses. » « Tu ne t'entends pas avec ta femme? » « Moi? On s'adore » (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 218) :
3. Eh bien, Laurent, figure-toi que Severini martyrisait ses gosses. Il a divorcé trois fois. Il débauche toutes ses bonnes. Il a quatre ou cinq enfants naturels. Il est avare. Enfin, odieux. Duhamel, Jard. bêtes sauv.,1934, p. 205.
Péj. Gosse de riche(s). Enfant, jeune homme privilégié par sa situation familiale. Synon. fils à papa.Un taxi! m'écriai-je d'un ton indigné. Ah, gosse de riche, j'ai eu plus chaud dans le métro... (Abellio, Pacifiques,1946, p. 87) :
4. Je suis un gosse de riche, un intellectuel, un type qui ne travaille pas de ses mains. Eh bien qu'ils pensent ce qu'ils veulent. Ils ont raison, c'est une question de peau. Sartre, Mains sales,1948, p. 100.
Mes, tes, ses, etc. gosses. Les enfants dont on s'occupe maternellement. Elle gorge ses gosses de devoirs écrits, pour pouvoir, pendant qu'elles noircissent du papier, causer tranquillement avec sa chère directrice (Colette, Cl. école,1900, p. 153).Va, tu l'envieras plus d'une fois, la petite sœur qui le matin part contente vers ses gosses pouilleux (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1077).
B. − Adolescent(e); adulte jeune. Une gosse de quinze ans. Elle a à repasser ses examens, elle va potasser, la pauvre gosse (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 889).Une gosse de dix-huit ans qui a essayé de se suicider avec une lame de rasoir de sûreté (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 211) :
5. Lorsque je vois ce gosse de dix-sept ans, ce petit frère Blanche, avec sa bonne grosse figure, si franche, ses yeux si limpides, son rire si frais, je m'imagine quelle est l'innocence de cette âme, imprégnée jusque dans ses plus secrètes fibres de la joie de Dieu... Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 89.
Pop. Beau, belle gosse. Beau garçon, belle fille. « Tu viens? », « Joli garçon! », « Tu veux qu'on s'amuse? », « Oh! le joli gosse. J'ai le béguin pour lui » (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 269).Du coin de l'œil il admira Yvonne. Quelle belle gosse. Et il n'avait pas l'air de la dégoûter (Queneau, Pierrot,1942, p. 106) :
6. Ils parcouraient la foule, et elle puisait dans l'un des sacs ce qu'elle jetait aux passants, à ceux qu'elle trouvait beaux gosses, des grands paysans éberlués, ou des messieurs de sa connaissance qu'elle aguichait. Aragon, Beaux quart.,1936, p. 164.
Emploi adj. Quand j'étais tout gosse, quinze, seize ans, je tombais faible, le matin, à la leçon de danse, parce que je ne mangeais pas assez (Colette, Music-hall,1913, p. 25).
Arg. (La/ma/sa) gosse. Femme; maîtresse. [Bec-d'Amour, à sa maîtresse :] La gosse, à toi l'honneur! (Méténier, Lutte pour amour,1891, p. 11).Plumons-nous, la gosse (Bruant1901, p. 290).
REM. 1.
Gossaille, subst. fém.Jeunesse, ensemble de gosses. Le réduit était tenu par de la gossaille. En secteur pour la première fois depuis cinq jours, cela se battit comme des diables (Montherl., Songe,1922, p. 78).
2.
Gosserie, subst. fém.État, caractère de gosse; p. méton. comportement de gosse. Synon. gaminerie.Cette gosserie lui valut [à Poirier] plusieurs histoires ennuyeuses (L. Daudet, Dev. douleur,1931, p. 78).Son frère, à quinze ans, avait jeté avec impatience tout ce qui lui rappelait sa gosserie, ne vivant plus que dans l'avenir (Montherl., Pitié femmes,1936, p. 1090).
3.
Gosse, subst. fém.,le plus souvent au plur., région. (Canada). Testicule. C'est un cœur d'or. Il donnerait ses gosses à un impuissant si ça pouvait lui rendre service (Y. Beauchemin, L'Enfirouapé, Montréal, La Presse, 1974, p. 57).
Prononc. et Orth. : [gɔs]. Bosse, rosse, gosse, etc., [-ɔ-], mais fosse, grosse, il adosse, [-o:-]. Étymol. et Hist. [1796 (?) d'apr. Esn.]; [1798 (?) d'apr. Fr. mod. t. 17, p. 221]. 1808 gousse (Hautel); 1846 gosse (L'Intérieur des prisons, p. 243). Orig. inc.; les rapprochements avec l'a. prov. gous, gousset, gousso (cf. Mistral) « sorte de chien » (ds Sainéan, La Création métaphorique, Le chien et le porc, p. 48), avec la famille de gausser* (Spitzer ds Z. rom. Philol. t. 42, p. 840), avec le suédois gosse (Richthofen, ibid., t. 67, p. 105), avec le mot gonce, gonze* (ds Chautard, Dupré), ne sont pas convaincants, les deux premiers pour des raisons sém., le troisième en raison des difficultés d'un empr. du fr. au suédois et pour des raisons chronol. (cf. FEW t. 21, p. 448a), le dernier du fait de difficultés phonét. et sém. L'attest. de 1808 rapproche le mot de gouspin*. Fréq. abs. littér. : 859. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4, b) 150; xxes. : a) 1 229, b) 2 829. Bbg. Chautard (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 85 - Jourjon (A.). Rem. lexicogr. R. Philol. fr. 1915/16, t. 29, p. 271. - Pauli 1921, p. 47. - Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 64, 186, 191, 235; t. 2 1972 [1925], p. 29; t. 3 1972 [1930], p. 527.

Gosse, subst. fém.,le plus souvent au plur., région. (Canada). Testicule. C'est un cœur d'or. Il donnerait ses gosses à un impuissant si ça pouvait lui rendre service (Y. Beauchemin, L'Enfirouapé, Montréal, La Presse, 1974, p. 57).

Gosse : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

gosse \ɡɔs\ masculin et féminin identiques

  1. (Familier) Enfant, garçon ou fille.
    • Bientôt, en effet, les six gosses arrivés devant les roseaux de la rive et écarquillant les yeux, ne virent que l’eau ensoleillée, mais point de rainettes. — (Louis Pergaud, Un sauvetage, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le gosse séché et réconforté remonta sur le pont avec une superbe casquette de yachtman juchée sur le capuchon de son anorak. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Ça m’abrutissait à tel point que je butai sur un gosse qui tenait un sac : « Tu peux pas faire attention, saligaude ! » hurla-t-il. — (Calixthe Beyala, Assèze l’Africaine, Albin Michel, 2012, chap. 14)

Nom commun 2

gosse \ɡɔs\ féminin

  1. (Canada) (Vulgaire) Testicule.
    • Moi aussi, j’ai deux gosses.
    • Suite à la décision de sa copine de pratiquer l’abstinence, François se retrouve avec des gosses gonflées comme des melons d’eau.

Nom commun 3

gosse \ɡɔs\ féminin

  1. (Marine) Anneau de métal garni de petites cordes, afin que les grosses cordes destinées à passer au travers ne s’abîment pas sur le métal
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Gosse : définition du Littré (1872-1877)

GOSSE (go-s') s. f.
  • Terme de marine. Anneau de fer, que les matelots garnissent de petits cordages, pour la conservation des gros cordages qui passent au travers.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Gosse : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

GOSSE, s. f. (Marine.) Voyez Cosse.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « gosse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gosse gɔs play_arrow

Citations contenant le mot « gosse »

  • Karine Le Marchand en charmante compagnie : gros bisou d'un beau gosse tatoué ! Public.fr, Karine Le Marchand en charmante compagnie : gros bisou d'un beau gosse tatoué !
  • Ce festival est né d’un rêve de gosse. « Dans les années 1980, des parades de bandas ont eu lieu à Bessines. J’étais enfant. J’étais fasciné. Plus tard, faisant partie de la banda de Bessines, j’ai eu envie de recréer ce que j’avais vu et ressenti alors », se souvient Jean-Pascal Dumet, fondateur du festival en 1997. Aujourd’hui, il en est président.  www.lepopulaire.fr, L'édition 2020 est reportée à 2021 mais cela fait 24 ans que les Bandafolie's attirent les foules en Haute-Vienne - Limoges (87000)
  • Anne Roumanoff et ses invités sont alors stupéfaits. Personne dans le studio ne veut croire que ce beau gosse, si sympa et charmant, galère autant pour trouver l’amour. Qu’il doit forcément exister des dizaines de jeunes femmes qui rêvent de le rencontrer… « Mais alors pourquoi elles ne m’appellent pas ? rétorque-t-il. Je n’ai pas leur numéro, moi ! Vous savez, je vis comme un moine, je ne bois pas d’alcool, je reste chez moi – un peu trop d’ailleurs –, et donc, du coup, je ne sais pas tous les gens qui me désirent comme ça. » , Philippe Bas : Le beau gosse abandonné ! - France Dimanche
  • Un sacré tournant dans sa toute jeune carrière. « C’est vrai que, sans faire injure à mes précédents clubs, jouer au PSG offre une visibilité sans pareil. Maintenant, je ne suis plus qu’à un pas d’un centre de formation, et pas n’importe lequel. C’est un rêve de gosse, un défi excitant, qui ne me fait pas peur car c’est là où je veux arriver. Je vais porter le même maillot que toutes ces stars. Il faut d’ailleurs souligner le respect que ces joueurs ont pour les jeunes. Ils sont tous venus nous serrer la main avant notre entraînement. » , Sport | Le Wittelsheimois Mathias Pozzi réalise « un rêve de gosse » en signant au PSG -18 ans
  • VIDÉO. Son rêve de gosse est devenu son métier : il construit des cabanes en Polynésie POSITIVR, VIDÉO. Son rêve de gosse est devenu son métier : il construit des cabanes en Polynésie
  • La nuit de Noël est la plus horrible des nuits pour rester seul au lit, car le réveil ne ressemble pas du tout aux pubs Kodak avec des gosses en pantoufles... Ca ressemble à n’importe quelle autre journée de l’année ! De Armistead Maupin / Chroniques de San Francisco
  • Le Conseil des sinistres, c'est le mercredi, le jour des gosses. Ils vont au sable, ils font des pâtés, c'est sympa. Le Garde des seaux est là. De Coluche / Et vous trouvez ça drôle ?
  • L'existence, c'est comme ça : tu fais des gosses et tu attends qu'ils s'en aillent. Et puis, quand ils sont partis, tu attends qu'ils reviennent. De Frédéric Dard / San-antoniaiseries
  • Quand les riches font l'amour, ils ont énormément de plaisir ; quand les pauvres baisent, ils ont énormément de gosses. De Patrick Timsit / Fallait pas l'ouvrir
  • Avant pour les gosses les grands étaient des mythes, Regarde, maintenant c’est les parents qui flippent, Les temps changent. De MC Solaar / Les Temps changent
  • Eduquer, c'est déformer patiemment les pauvres gosses pour les façonner à notre image. De Marc-Gilbert Sauvageon / Les enfants d'Edouard
  • Les idées, c’est comme les gosses. Il ne suffit pas de les avoir, il faut les élever. De Daniel Picouly
  • Le paradis pour moi est de voir grandir des gosses. De MC Solaar / Paradisiaque
  • Un artiste doit se rapprocher de ce qu’il a dans la tête. Ce qui me fait avancer, c’est ça. J’ai toujours la jubilation et l’excitation d’un gosse. De Jean-Michel Jarre / Nord Éclair du 15 mai 2010
  • C'est drôle, la vie. Quand on est gosse, le temps n'en finit pas de se traîner, et puis du jour au lendemain, on a comme ça 50 ans. De Jean-Pierre Jeunet / Fabuleux Destin d'Amélie Poulain (2001)

Images d'illustration du mot « gosse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gosse »

Langue Traduction
Corse u zitellu
Basque txikitan
Japonais キッド
Russe дитя
Portugais criança
Arabe طفل
Chinois 小子
Allemand kind
Italien ragazzo
Espagnol niño
Anglais kid
Source : Google Translate API

Synonymes de « gosse »

Source : synonymes de gosse sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires