La langue française

Glaner

Sommaire

  • Définitions du mot glaner
  • Étymologie de « glaner »
  • Phonétique de « glaner »
  • Évolution historique de l’usage du mot « glaner »
  • Citations contenant le mot « glaner »
  • Images d'illustration du mot « glaner »
  • Traductions du mot « glaner »
  • Synonymes de « glaner »

Définitions du mot glaner

Trésor de la Langue Française informatisé

GLANER, verbe trans.

A. − Ramasser dans un champ les épis qui ont échappé aux moissonneurs. Elle a glané assez d'épis pour avoir de quoi se nourrir tout l'hiver (Ac.1932).
Absol. Il m'a été défendu de glaner dans ce champ (Ac.1932).Comme dans un champ où on glane, on s'en va d'épi en épi, il s'en allait de chose en chose (Ramuz, A. Pache,1911, p. 101) :
1. Les pauvresses de La Châtre venaient par bandes de quarante et cinquante. Chacune m'appelait pour suivre sa rège, c'est-à-dire pour tenir son sillon avec elles, car elles établissent entre elles une discipline et battent celle qui glane hors de sa ligne. Sand, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 31.
P. métaph. L'indigence glane chez d'autres, mais elle moissonnait chez lui (Béranger, Chans., t. 2, 1829, p. 202).
[P. méton. de l'obj.] Glaner un champ. (Dict. xixeet xxes.).
P. ext. Ramasser ici et là. Comme elle était heureuse de courir dans les tranchées herbeuses, de glaner des fleurs (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 281) :
2. Mais je suivais silencieuse, et je glanais la mûre, la merise, ou la fleur, je battais les taillis et les prés gorgés d'eau en chien indépendant qui ne rend pas de comptes... Colette, Mais. Cl.,1922, p. 13.
B. − Au fig. Recueillir au hasard des bribes dont on peut tirer quelque avantage. Tel avocat profite de ce qu'il est député ou ministre pour glaner quelques menus profits (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 93).Puis, pour son compte personnel, glaner en douce quelques histoires, sexuelles de préférence (Malraux, Espoir,1937, p. 673).
REM.
Glanerie, subst. fém.Action de glaner. [Marie au neveu] − Ah! Zite ne souffrira pas pour ça, car je l'amènerai, elle aussi, à mes glaneries (Fabre, Oncle Célestin,1881, p. 112).
Prononc. et Orth. : [glane], (il) glane [glan]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1223 glaner (G. de Coinci, Miracles, éd. F. Koenig, II Dout. 34, 137, t. 4, p. 445); 1erquart xiiies. fig. (Reclus de Molliens, Carité, 131, 7 ds T.-L. : Moine, Dius vous a messonés, Dou monde fors vous a glenés). Du b. lat. glenare « glaner » (Lex salica ds TLL s.v.), d'orig. gaul., cf. irl. diglaim « spicilegium, collectio » (TLL) et doglinn « il rassemble » (FEW t. 4, p. 154b). Fréq. abs. littér. : 96.
DÉR. 1.
Glanage, subst. masc.Action de glaner. La cloche (...) annonce aux villageois que désormais les champs de « maître untel » sont libres de récolte et que le glanage est permis (Menon, Lecotté, Vill. de Fr., t. 2, 1954, p. 15).P. ext. Dans les pays vignobles, le glanage des vignes constitue le hallebotage. Par le hallebotage, la famille Tonsard recueillait trois pièces de vin environ (Balzac, Paysans,1844-50, p. 54).[glana:ʒ]. Ds Ac. dep. 1740. 1reattest. 1596 glainage (Guenoys, Conference des coustumes de France, 101a ds Rom. Forsch. t. 32, p. 71); de glaner, suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 5.
2.
Glaneur, -euse, subst.Personne qui glane. Sa gerbe n'était point avare ni haineuse; Quand il voyait passer quelque pauvre glaneuse « Laissez tomber exprès des épis », disait-il (Hugo, Légende, t. 1, 1859, p. 82).[glanœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Ds Ac. dep. 1694. 1resattest. 1291 gleneor (Arch. de Seine-Maritime, Livre des jurés de Saint-Ouen, 14 H 117, fol. 87 vo), 1299 gleneres (ds Tailliar, Rec. d'actes en langue wallonne, p. 410); de glaner, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 47.
BBG. Darm. 1877, p. 49 (s.v. glaneuse). - Pauli 1921, p. 9. - Thurneysen 1884, p. 100.

Wiktionnaire

Verbe

glaner \ɡla.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Ramasser des épis de blé après la moisson.
    • Elle a glané assez d’épis pour avoir de quoi se nourrir tout l’hiver.
  2. (Absolument) Ramasser après la moisson.
    • Il m’a été défendu de glaner dans ce champ.
  3. (Figuré) Collecter quelque peu quelque chose.
    • (Absolument)Pour un curieux qui ne veut pas courir le monde en quête de documents, Montmartre peut suffire. Il y trouvera toujours à glaner. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • De nos jours, il n’est plus aussi facile que pendant la guerre froide de glaner un soutien extérieur pour réaliser un coup d’état. — (Mikal Hem, Et si je devenais dictateur, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud, Gaïa, 2017, page 24)
    • Liz avait profité de ses escales à San-Francisco et Atlanta pour glaner quelques informations sur Internet à propos des katoïs d'Asie du Sud-Est et des salzikrums de Mésopotamie. — (Curtis Sittenfeld, Un bon parti, traduit de l'anglais (États-Unis) par Sylvie Schneiter, Place des éditeurs, 2018, chap. 131)
  4. (Absolument) (Figuré) Profiter d’une affaire où un autre a beaucoup gagné.
  5. (Désuet) (Figuré) Parler d’une matière, d’un sujet qu’un autre a déjà traité.
    • Ce savant n’a laissé presque rien à glaner après lui.
    • Nous ne faisons guère que glaner après les anciens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GLANER. v. tr.
Ramasser des épis de blé après la moisson. Elle a glané assez d'épis pour avoir de quoi se nourrir tout l'hiver. Absolument, Il m'a été défendu de glaner dans ce champ. Employé absolument, il se dit figurément en parlant du Profit que l'on peut encore tirer d'une affaire où un autre a beaucoup gagné, ou bien en parlant de Ce qui reste à dire sur une matière, sur un sujet qu'un autre a déjà traité. Ce savant n'a laissé presque rien à glaner après lui. Nous ne faisons guère que glaner après les anciens.

Littré (1872-1877)

GLANER (gla-né) v. a.
  • 1Recueillir dans les champs les épis échappés au moissonneur. Glaner les épis après la moisson faite.

    On dit dans le même sens glaner un champ. Dans l'Ancien Testament, Dieu défend aux propriétaires de glaner leurs champs.

    Par extension. Voilà l'enfant des chaumières Qui glane sur les bruyères Le bois tombé des forêts, Lamartine, Harm. II, 1.

    Absolument. Booz dit à Ruth : Écoutez, ma fille, n'allez point dans un autre champ pour glaner, et ne sortez point de ce lieu, Sacy, Bible, Ruth, II, 8.

    Fig. L'indigence glane chez d'autres, Mais elle moissonnait chez lui, Béranger, Étoil. qui filent.

  • 2 Fig. Recueillir le peu qui a été laissé ou négligé par d'autres, en parlant de profits. Ces nations [Anglais, Français] n'ont fait que glaner après les riches moissons [en Amérique] des Espagnols, Voltaire, Mœurs, 149.
  • 3 Fig. Il se dit en un sens analogue des choses d'esprit. Cette époque a été bien étudiée ; à peine y pourrait-on glaner quelques faits. Lire Homère, Aristote, et, disciple nouveau, Glaner ce que les Grecs ont de riche et de beau, Régnier, Sat. XII.

    Absolument. Mais ce champ ne se peut tellement moissonner, Que les derniers venus n'y trouvent à glaner, La Fontaine, Fabl. III, 1. Tout est dit… depuis six mille ans qu'il y a des hommes, et qui pensent… l'on ne fait plus que glaner après les anciens, La Bruyère, I. Les anecdotes sont un champ resserré où l'on glane après la vaste moisson de l'histoire, Voltaire, Louis XIV, 25. L'ouvrage de Sénèque est un champ où l'on trouve toujours à glaner, Diderot, Règne de Claude et Nér. II, 3.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et si ne soit si hardis gleneres ou gleneresse ki voist [aille] à camp glener en jour de feste ne en diemence souz le fourfait de cinq sols, Tailliar, Recueil, p. 410. Se j'ai trové aucun espi Après la main es mestiviers, Je l'ai glané molt volentiers, Hugues de Mery, le Tournoiement de l'antechrist, p. 104.

XVe s. Chascuns pense de glainer sa moisson, Et d'amasser joiaulx, or et finance, Deschamps, Administrat. de l'hôtel du prince.

XVIe s. Celui ne choisit pas qui glane, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 75,

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GLANER, verbe act. & neut. (Jardinage.) se dit ordinairement des grains tombés dans un champ moissonné, que des femmes viennent chercher après que les gerbes sont liées.

Ce mot est synonyme à grapiller, dont on se sert en parlant des personnes qui viennent visiter une vigne après que la vendange est faite. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « glaner »

De l’ancien français glener, du bas-latin glenāre, du gaulois *gleno « j’amasse » (cf. ancien irlandais do-glinn « il cueille, ramasse », glenim [2], « je rassemble », apparenté au latin glutino, « coller (ensemble) »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. gléner, glainer ; picard, glainer ; Berry, glainer, glener ; provenç. grenar, dans Gramm. de Faidit, publiée par GUESSARD, 2e éd. p. 31 ; bas-lat. glenare (si quis in messem alienam glenaverit, texte de la fin du VIe siècle). Diez note l'étymologie indiquée par Leibnitz : kimry, glain, glân, net ; à quoi il ajoute le scandinave glana, éclaircir ; de sorte que glaner serait proprement nettoyer. Cela est possible sans être très satisfaisant ; il ne faut donc pas perdre de vue le bas-latin geliba, gelima, gelina, gerbe, poignée ; anglo-saxon, gelm, gilm, poignée. Ici le sens est satisfaisant, et les variations de la consonne laissent jour à la transformation. Il reste donc de l'incertitude entre une étymologie bonne pour la forme, moins bonne pour le sens ; une autre bonne pour le sens et moins bonne pour la forme. Le provençal grenar paraît être une forme accidentelle, et ne se rattacher en rien à granum, grain.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « glaner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
glaner glane

Évolution historique de l’usage du mot « glaner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « glaner »

  • Il vaut mieux dix ans glaner Qu'une seule année moissonner. De Proverbe français
  • La modération trouve encore à glaner dans le champ du bonheur, lorsque les favoris de la fortune semblent avoir tout moissonné. De Duc de Lévis / Maximes et réflexions
  • Une fois n’est pas coutume, les petits Erquinghemmois pourront ce 14 juillet participer à une chasse aux œufs dans le parc Déliot. Clin d’œil à l’histoire, les Gavroches d’un jour, à défaut de récupérer des cartouches, pourront glaner des œufs en chocolat et… en toute sécurité ! La Voix du Nord, Erquinghem-Lys : des œufs de Pâques au 14-Juillet, c’est la révolution !
  • Hélas, le vertical pour Laëtitia et le dernier oxer pour Axelle ruinaient les espoirs de succès. Alexis Deroubaix (Kitona de Muze) ne manquait pas l’occasion de glaner la victoire. Sans faute et une grosse seconde plus rapide que Delaveau, offraient le pro 1 (150) au cavalier international. , CSO à Notre-Dame-d'Estrées : Alexis Deroubaix gagne le prix du grand national | Le Pays d'Auge
  • Mercato : l'OM veut glaner des millions LaProvence.com, OM | Mercato : l'OM veut glaner des millions | La Provence

Images d'illustration du mot « glaner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « glaner »

Langue Traduction
Anglais glean
Espagnol espigar
Italien spigolare
Allemand nachlesen
Chinois lean
Arabe جمع
Portugais respigar
Russe глин
Japonais 集める
Basque glean
Corse gleane
Source : Google Translate API

Synonymes de « glaner »

Source : synonymes de glaner sur lebonsynonyme.fr
Partager