La langue française

Puiser

Définitions du mot « puiser »

Trésor de la Langue Française informatisé

PUISER, verbe trans.

A. − Prendre une partie d'un liquide à l'aide d'un récipient ou du creux de la main dans une réserve de ce liquide. Puiser du vin dans une cuve. Il mangea avec appétit cette maigre nourriture, qu'il arrosa d'un peu d'eau fraîche, puisée à la rivière dans une vaste coquille (Verne, Île myst., 1874, p. 76).Les femmes viennent puiser l'eau de la fontaine dans des vases de cuivre rouge à large panse (T'Serstevens, Itinér. esp., 1933, p. 201).Quand les gelées survinrent, la conduite fut bloquée. Pendant trois ou quatre jours, nous dûmes dresser des échelles, faire la chaîne et puiser l'eau après avoir brisé la glace (Duhamel, Désert Bièvres, 1937, p. 108).
Absol. Puiser à la rivière; puiser au bassin de la fontaine, au courant de l'eau; puiser à la source. J'en ai aperçu un qui puisait avec son casque, au fond d'un tonneau de mélasse (Zola, Débâcle, 1892, p. 167).Une femme vient puiser à la fontaine (Valéry, Variété III, 1936, p. 103).
B. − P. anal. Prélever, saisir un objet de petite taille parmi d'autres ou une partie de quelque chose parmi une masse plus importante. Puiser de l'argent dans sa poche. Cette fourchette sert aux paysans, dans mon pays, à puiser le pain, le lard et les choux dans l'écuelle où ils mangent la soupe (Lamart., Confid., 1849, p. 55).Le panier de bois empli de blé, passé au bras gauche, où l'on puise le grain de la main droite en marchant (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p. 2).Une forte fille étendait les pièces d'une lessive. Elle se penchait, puisait le linge dans une seille de bois (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 438).
Absol. La misère acheva Claude. Elle avait grandi peu à peu, à mesure que le ménage puisait sans compter; et, lorsque plus un sou ne resta des vingt mille francs, elle s'abattit, affreuse, irréparable (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 270).Il y avait de gros tas tout préparés, chacun puisait dedans et lançait des blocs de pierre dans le trou (Martin du G., Thib., Belle sais., 1923, p. 981).
C. − Au fig. Prendre, tirer, emprunter (un élément positif). Puiser le courage de résister à qqc. Le chirurgien puise alors les motifs de sa conduite dans des considérations tirées du siége de la plaie, de l'étendue qu'elle présente, des désordres qui accompagnent la fracture (Nélaton, Pathol. chir., t. 1, 1844, p. 223).Son œuvre [de Marc] se faisait d'une marche bien lente, mais il puisait dans les quelques résultats acquis la force de la continuer (Zola, Vérité, 1902, p. 229).Je pus me rendre compte du réconfort qu'ils puisaient à voir le calme et la fermeté de ma femme (Gide, Journal, 1914, p. 490).
En partic. Emprunter (à quelqu'un, à quelque chose) des éléments nécessaires à l'élaboration d'une manifestation de l'activité intellectuelle ou artistique. Puiser des renseignements à diverses sources. Molière puisa dans une conversation avec Ninon, qui se trouvait là, la peinture de l'hypocrisie dont il fit ensuite le Tartufe (Chateaubr., Rancé, 1844, p. 21).Par contraste avec sa vie brisée, ce climat des images inconscientes lui fut bienfaisant. Il s'y complut, passivement d'abord, et n'arriva que petit à petit à y puiser les éléments d'un vaste poème (Béguin, Âme romant., 1939, p. 286):
Je profite de cette période de tranquillité exceptionnelle dont j'ai la chance de bénéficier ici cet été, et de cette disposition favorable où je me trouve d'imaginer, de créer. Je sais trop bien que de tels moments sont rares et irremplaçables. Je m'assure des réserves, dans lesquelles je pourrai puiser les éléments de mon livre futur. Martin du G., Souv. autobiogr. et littér., 1942, p. CXI.
Absol. Cela raconté dans un style d'une verdeur étrange, d'une couleur précise, dans un style puisant à tous les dialectes, empruntant des expressions à toutes les langues charriées dans Rome (Huysmans, À rebours, 1884, p. 41).Ces rencontres attestent le même besoin chez les contemporains d'élargir les sources d'inspiration, de ne plus se contenter des sujets mythologiques ou légendaires où avaient puisé les musiciens des deux siècles précédents, mais d'emprunter aux poètes et aux romanciers de leur temps les thèmes qu'ils vont traiter (Dumesnil, Hist. théâtre lyr., 1953, p. 110).
Puiser à la source, aux sources. Consulter les auteurs ou les documents originaux. Nos habitudes étaient celles d'étudiants libres à qui leurs goûts ou leur position permettent de choisir, de s'instruire un peu au hasard et de puiser à plusieurs sources avant de déterminer celle où leur esprit devra s'arrêter (Fromentin, Dominique, 1863, p. 134).Il a d'inépuisables réserves de renseignements précis, de documents puisés à la source même sur tous les hommes les plus importants ou intéressants de ces quarante dernières années (Du Bos, Journal, 1922, p. 165).
Prononc. et Orth.: [pɥize], (il) puise [pɥi:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1160 absol. « (d'un bateau) faire eau » (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 2555); b) 1690 (Fur.: on dit aussi, qu'un soulier puise l'eau, lors qu'il n'est pas de bon cuir, et que l'eau le perce), a survécu dans certains parlers région., v. FEW t. 9, p. 630; 2. a) Ca 1200 (Aiol, éd. J. Normand et G. Raynaud, 5674: Li pelerins ot aigue puissie en .I. vivier); b) 1225-30 p. ext. « prendre largement, sans compter » (Guillaume de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 1124); 3. a) ca 1220 (Gautier de Coinci, Miracles, éd. V.-F. Koenig, I Pr 1, 38: La Mere Dieu tel sens me doigne Ou aucun bien puisse puisier); b) 1585 (Noël du Fail, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 151: ... ceste doctrine qu'ils avoient puisiee... des livres des Hébrieux). Dér. de puits*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 1 730. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 472, b) 2 213; xxes.: a) 1 934, b) 2 040.
DÉR. 1.
Puisage, subst. masc.,technol. Action de prélever, d'extraire de l'eau ou toute autre matière dans une fosse, un puits ou un terrain spongieux. Si l'huile ne jaillit pas ou si elle ne jaillit plus, il faut l'extraire par pompage, puisage, capillarité ou émulsion (Chartrou, Pétroles natur. et artif., 1931, p. 58).Dr. Droit, servitude de puisage ,,Droit inhérent au fonds même et en vertu duquel celui qui le possède peut puiser, tirer, prendre de l'eau à un puits, à une citerne, à une fontaine`` (Chabat t. 2 1876). Les servitudes discontinues (...) ont besoin du fait actuel de l'homme pour être exercées: tels sont les droits de passage, puisage, pacage et autres semblables (Code civil, 1804, art. 688, p. 126).[pɥiza:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1835. 1resattest. a) 1466 puchage « action de puiser » (A.N.JJ 202, pièce 51 ds Gdf. Compl.), b) 1731 puisage (Merc. de France, avril, p. 760 ds DG); de puiser, suff. -age*.
2.
Puisette, subst. fém.Vase, généralement en métal, muni d'une anse et quelquefois d'un ou de deux goulots, dont on se servait pour puiser de l'eau et l'apporter à la cuisine (d'apr. Havard 1830). Près du « cholier », par où l'on jette l'eau usagée, sont groupées les jattes, les cruches et les puisettes (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 158).[pɥizεt]. 1reattest. 1328 « vase en bois ou en métal, servant à puiser l'eau et à l'apporter à la cuisine » (Inventaire de Clémence de Hongrie ds Havard), − 1621 (Cout. de Valenc., v. Gdf); de puiser, suff. -ette*.
3.
Puisoir, subst. masc.Petit seau, écope, récipient servant à puiser des liquides. Quand on plongea la louche, l'huile était si lourde qu'il semblait qu'elle allait vous arracher le puisoir des mains avec son poids et, en la versant, elle coulait dans la bassine comme une belette (Giono, Triomphe vie, 1941, p. 160). [pɥizwa:ʀ]. 1resattest. a) 1289 puissouer « espèce de filet de pêche » (ds Du Cange, s.v. pressorium 2), xives. puisoir (Ord. de la ville de Reims, Arch. adm. de Reims, III, 486, Doc. inéd. ds Gdf.) − 1532 puysois (Arch. mun. Mézières, ibid.), b) 1701 « vaisseau de cuivre employé pour tirer le salpêtre de la chaudière où on le cuit » (Fur.), 1765 « petit baril muni d'un manche servant à puiser l'eau dans les salines » (Encyclop. t. 14, p. 551 s.v. salines); de puiser, suff. -oir*, puchoir, puisoir a également signifié « lieu où l'on puise l'eau à la rivière » (1308-1565, v. Gdf.), sens conservé dans le parler norm. (v. Du Bois, Moisy).

Wiktionnaire

Verbe

puiser \pɥi.ze\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Prendre de l’eau dans un puits.
  2. (Par extension) Prendre avec une louche, une cruche, un vase, etc., un liquide contenu dans un récipient ou un lieu quelconque ( dans une rivière, à une source, etc).
    • Puiser de l’eau à la rivière, dans la fontaine.
    • Puiser à la source.
    • […] et, puisant dans un pot une épaisseur de rouge, il s’enlumina la trogne à la manière d’un clown ou plutôt d’un ivrogne, […]. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Puiser du vin dans la cuve.
  3. (Figuré) Prendre.
    • Il était allé lui cueillir un bouquet de coucous pour mettre au pied de la statue de la Vierge qui trônait sur un vieux confiturier reconverti en fourre-tout de laines et de tissus où elle puisait pour occuper ses doigts. — (Élise Fischer, Le Rêve de la Grenouille : une enfance lorraine, Paris : Presses de la Cité, 2011, chap. 9)
    • Puiser à la source, aux sources, lire, consulter les documents originaux sur les matières dont on traite.
    • Puiser dans la bourse de quelqu’un, Lui emprunter librement de l’argent, quand on en a besoin.
  4. (Figuré) Tirer ; emprunter.
    • La férocité des conventionnels s’explique facilement par l’influence des conceptions que le Tiers État avait puisées dans les pratiques détestables de l’Ancien Régime. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908, p.143)
    • La poésie du Divan et la poésie populaire, issues de classes sociales différentes, ont su parfois puiser aux mêmes sources d’inspiration : mais ce qui forme entre elles cloison étanche, c'est la forme de la langue : […]. — (Nimet Arzık, Anthologie des poètes turcs contemporains, Gallimard (NRF), 1953, p. 10)
    • J’ai puisé dans vos discours tout le courage dont j’avais besoin.
    • J’ai puisé de grandes consolations, de grandes lumières dans son entretien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PUISER. v. tr.
Prendre de l'eau dans un puits, dans une rivière, à une source, etc. Puiser de l'eau à la rivière, dans la fontaine. Il s'emploie aussi intransitivement. Puiser à la rivière. Puiser au bassin de la fontaine, au courant de l'eau. Puiser à la source. Il se dit aussi en parlant d'un Liquide quelconque contenu dans un grand récipient. Puiser du vin dans la cuve. Fig., Puiser à la source, aux sources, Lire, consulter les documents originaux sur les matières dont on traite. Fig., Puiser dans la bourse de quelqu'un, Lui emprunter librement de l'argent, quand on en a besoin. Cet homme puise dans la bourse de ses amis.

PUISER s'emploie figurément et signifie Tirer, emprunter. Cet auteur a puisé dans les anciens, chez les anciens les plus grandes beautés de son ouvrage. Il puisait dans la religion le courage extraordinaire qu'il déployait. J'ai puisé dans vos discours tout le courage dont j'avais besoin. J'ai puisé de grandes consolations, de grandes lumières dans son entretien. Absolument, C'est un auteur qui puise partout.

Littré (1872-1877)

PUISER (pui-zé) v. a.
  • 1Plonger un vase dans un liquide pour avoir de ce liquide. Puiser de l'eau à une fontaine. Puiser du vin dans la cuve.

    Fig. La fierté des Nérons qu'il puisa dans mon flanc, Racine, Brit. t. I, 1. Nous puisâmes tous deux, dans ce sang dont je sors, L'excès des passions qui dévorent une âme, Voltaire, Ad. du Guesclin. III, 3.

    Absolument. Puiser à la rivière. On leur a dit : Voulez-vous de l'eau ? puisez, et ils ont puisé, La Bruyère, VI.

    Fig. Puiser dans la bourse de quelqu'un, lui emprunter librement de l'argent. Tout prêt à la laisser, pourvu qu'elle s'apaise, Dans ton coffre, à pleins sacs, puiser tout à son aise, Boileau, Sat. X. Elle et toute sa famille puisaient à pleines mains dans ma caisse, D'Allainval, École des bourg. I, 3. [Les Anglais et les Hollandais] déterminés à ne point laisser puiser la maison d'Autriche à la source de leurs richesses, Raynal, Hist. phil. v, 6. Tous ces nobles messieurs ont puisé dans ma bourse, Al. Duval, Fille d'honneur, I, 5.

  • 2 Fig. Se dit des choses intellectuelles et morales que l'on puise comme on puise l'eau à la rivière. Ah ! oui, vraiment, je connais le style où Pauline [la fille de Mme de Grignan] a puisé sa lettre, Sévigné, 23 avr. 1690. Pouvez-vous nier que ce ne soit dans Tite Live, dans Dion Cassius, dans Plutarque, dans Lucain et dans Sénèque que M. de Corneille a pris ses plus beaux traits, a puisé ses grandes idées qui lui ont fait inventer un nouveau genre de tragédie inconnu à Aristote ? Boileau, Lett. à Perrault. Pour paraître ne devoir rien aux autres, mais puiser tout de votre fonds, La Bruyère, Disc. de récept. Le P. Brumoi explique dans une dissertation pleine d'esprit et de bon sens, comment Eschyle puisa dans les poëmes épiques d'Homère la véritable idée de la tragédie, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. V, p. 111, dans POUGENS. On voit dans les IVe et Ve siècles ces grandes lumières de l'Église, saint Basile, saint Grégoire de Nazianze, saint Jean Chrysostome venir puiser à Athènes, comme dans la source, toutes les sciences profanes, Rollin, ib. t. IX, p. 266, dans POUGENS. Architas eut pour disciple Philolaüs, qui laissa plusieurs ouvrages, et qui vendit à Platon les livres des pythagoriciens ; Platon y puisa tout ce qu'il crut deviner, Condillac, Hist. anc. III, 15. Tous les enfants d'Adam, tous les peuples du monde Viendront puiser la foi dans sa source féconde, Delille, Parad. perdu, XI.

    Absolument. C'est un auteur qui puise partout.

    Puiser dans la source, dans les sources, aux sources, lire les auteurs originaux. L'étude des textes ne peut jamais être assez recommandée… ayez les choses de la première main, puisez à la source, La Bruyère, XIV.

  • 3 Terme de maréchalerie. Prendre de la corne avec la lame du clou.
  • 4Se puiser, v. réfl. Être puisé. L'eau qui se puise au bord est trouble.

    PROVERBE

    Il ne faut point puiser aux ruisseaux, quand on peut puiser à la source, ou il n'est rien de tel que de puiser à la source, c'est-à-dire autant qu'on le peut il faut avoir les choses en original.

HISTORIQUE

XIIIe s. Vos puiserez eves en joie des fonteines del Sauveor, Psautier, f° 180. Car tout ausi comme li ors Est li mieudres metaus c'on truise [qu'on trouve], Est ce [chevalerie] li puis là où l'en puise Tout sens, tout bien et toute honor, Rutebeuf, 230.

XVe s. Ni on n'espargnoit non plus or ni argent que donc qu'il apleuist des nues, ou que on le puisast à la mer, Froissart, II, III, 36.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PUISER, v. act. (Gram.) c’est enlever de l’eau d’un puits. On a généralisé l’expression ; on puise dans une riviere, dans un seau, dans un vase… Il se prend au simple & au figuré. On puise dans les modernes & dans les anciens, on pardonne celui-ci, on blâme celui-là ; il faut toujours puiser dans les sources, &c.

Puiser par les sabords ou par les Dalots, (Marine.) c’est quand l’eau entre dans un vaisseau qui cargue. Puiser l’eau du fond de cale avec des seilleaux, puiser par le haut ou par le bord, c’est quand le vaisseau cargue si fort que l’eau y entre par le côté.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « puiser »

De puits qui s'écrivait puis en ancien français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Puits ; wallon, pouhi ; picard et norm. pucher ; provenç. pozar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « puiser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
puiser pµize

Citations contenant le mot « puiser »

  • Il ne faut pas puiser au ruisseau quand on ne peut puiser à la source. De Proverbe français
  • Il faut parfois puiser sa fortune au-dedans de soi. De Robert Blondin / 7ème de solitude ouest
  • Créer c’est puiser et épuiser le corps. De Angelin Preljocaj / Evene.fr - Octobre 2006
  • A quoi sert l'eau dans le puits sans seau pour la puiser ? De Lina Ritter / Elsässesche Haïku
  • Sous l'avalanche ininterrompue d'informations insignifiantes, plus personne ne sait où puiser les informations intéressantes. De Bernard Werber / La révolution des fourmis
  • C'est souvent l'homme pour qui tu es allé puiser l'eau dans la rivière qui a excité le léopard contre toi. De Proverbe africain
  • Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau. De Proverbe tzigane
  • Les hommes veulent être esclaves quelque part, et puiser là de quoi dominer ailleurs. De Jean de La Bruyère / Caractères
  • C'est dans la connaissance des conditions authentiques de notre vie qu'il nous faut puiser la force de vivre et des raisons d'agir. De Simone de Beauvoir / Pour une morale de l'ambiguïté
  • La Bible est un livre si diversifié que les enthousiastes et les fourbes peuvent y puiser tous les matériaux nécessaires pour appuyer leurs extravagances ou leurs projets dangereux... De Baron d’Holbach / L'Esprit du clergé
  • On ne peut traverser à gué un fleuve aux courants dangereux. Mais il est toujours possible d'y puiser pour étancher la soif. De Massa Makan Diabaté / Le boucher de Kouta
  • La religion, c'est souvent le tout et le contraire de tout : il faut que chacun puisse y puiser son miel. De Tahar Ben Jelloun / L'auberge des pauvres
  • Qu'est-ce qu'un baiser ? Ce n'est autre chose que le véritable effet du désir de puiser dans l'objet qu'on aime. De Giacomo Casanova / Histoire de ma vie
  • Tu ne peux retourner dans le ventre de ta mère pour en ressortir avec un autre nom, mais tu peux te replonger dans la femme qui t'accueille avec amour, pour puiser en elle la lumière qui te manque. De Maria de Naglowska / Les Mystères cardinaux et la Messe d'or
  • La loi a été adoptée en un temps record. Au terme d’une vingtaine de jours de débats au Congrès, et sous une immense pression sociale – Klaxon et concerts de casseroles aux fenêtres des habitants confinés ont retenti dans la capitale, Santiago, et les grandes villes du pays à plusieurs reprises ces dernières semaines –, la Chambre des députés a définitivement approuvé, jeudi 23 juillet, le texte autorisant les Chiliens à puiser dans leur épargne-retraite. Ceux-ci pourront retirer jusqu’à 10 % de leurs cotisations, dans la limite de 4,3 millions de pesos (4 700 euros), afin de faire face aux difficultés économiques provoquées par la pandémie de Covid-19. Le Monde.fr, Covid-19 : les Chiliens obtiennent le droit de puiser dans leur épargne-retraite
  • En pleine crise économique liée à la pandémie, la chambre des députés chilienne a voté en faveur d'un projet de loi qui doit permettre aux Chiliens de puiser dans leur épargne-retraite, un système de cotisation relevant principalement du secteur privé largement rejeté par la société. Le texte a été approuvé par 95 voix contre 25, mais doit encore être examiné par le Sénat. Le Figaro.fr, Chili : les députés votent en faveur du droit à puiser dans l'épargne-retraite

Images d'illustration du mot « puiser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « puiser »

Langue Traduction
Anglais draw
Espagnol dibujar
Italien disegnare
Allemand zeichnen
Chinois
Arabe رسم
Portugais desenhar
Russe привлечь
Japonais ドロー
Basque marrazteko
Corse disegnà
Source : Google Translate API

Synonymes de « puiser »

Source : synonymes de puiser sur lebonsynonyme.fr

Puiser

Retour au sommaire ➦

Partager