La langue française

Garant, garante

Sommaire

  • Définitions du mot garant, garante
  • Étymologie de « garant »
  • Phonétique de « garant »
  • Évolution historique de l’usage du mot « garant »
  • Citations contenant le mot « garant »
  • Traductions du mot « garant »
  • Synonymes de « garant »

Définitions du mot garant, garante

Trésor de la Langue Française informatisé

GARANT, -ANTE, subst. et adj.

A. − Substantif
1. Personne répondant de ses propres actes, de ceux d'autrui ou de la réalité de quelque chose. Synon. répondant, caution.Être le plus sûr garant de; prendre comme garant de; se porter garant de. La voilà qui se portait garante de La Fayette, l'homme du Champ-de-Mars, et qui exigeait qu'on fît crédit à Narbonne (Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 240) :
1. On venait justement de recevoir des précisions encourageantes, envoyées par le parti socialiste allemand qui se portait en quelque sorte garant des intentions pacifiques de son gouvernement... Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 282.
DR. CIVIL. [Correspond à garantie A1] ,,Celui qui est tenu de la garantie`` (Cap. 1936).
DR. CONSTITUTIONNEL. Personne ou collectivité tenue de sauvegarder des droits. Les traités de Rome, créant les nouvelles Communautés du Marché commun et de l'Euratom, ont chargé une Assemblée, qui a pris le nom d'« Assemblée Parlementaire Européenne », d'être au sein de ces nouvelles Communautés les garantes [sic] de la démocratie (Ginestet, Ass. parlem. eur.,1959, p. 7) :
2. Le Président de la République veille au respect de la constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État. Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire, du respect des accords de communauté et des traités. Doc. hist. contemp.,1958, p. 205.
2. P. méton. Chose servant de caution à une autre :
3. ... ce sont des postes hautement honorifiques, tenus par des gens d'une honorabilité parfaite, possédant le plus souvent, en plus de leur haut de forme, soit un grand nom, soit une grande fortune, ce qui est le garant de leur impartialité. Zitrone, Courses,1962, p. 43.
Rem. Le fém. est rare mais attesté. La première [proposition] est l'idée que la justice doit être égale pour tous : la seconde que la justice doit être, le cas échéant, équitable contre elle-même et la troisième qu'elle puisse être garante de la liberté et de l'intégrité des individus (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 46).
DR. CONSTITUTIONNEL. Ce qui sauvegarde les droits :
4. Ceci est caractéristique de l'esprit anglo-saxon plus attaché à la pratique qu'à la théorie et qui, en conséquence, voit dans les formes les garants les plus sûrs du respect du droit. Vedel, Dr. constit.,1949, p. 36.
3. P. anal. Subst. masc. Cordage employé pour former un palan. (Dict. xixeet xxes.).
B. − Adj. [Correspond à garantir A1] Qui garantit la tenue d'une promesse. Outre la facilité du réescompte, l'établissement créancier a l'avantage de pouvoir exiger plusieurs signatures garantes au lieu d'une (Baudhuin, Crédit et banque,1945, p. 42).
Prononc. et Orth. : [gaʀ ɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Ds Ac. 1694-1932. Ac. 1694 admet garent ou garant. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 guarant « personne qui certifie la vérité de quelque chose, qui répond de quelque chose » (Roland, éd. J. Bédier, 1521); b) ca 1260 « personne qui porte la responsabilité de quelqu'un, qui est caution d'une autre personne » (E. Boileau, Métiers, éd. G.-B. Depping, p. 238); c) 1951 dr. internat. (Delbez, Manuel de droit international public, p. 250 d'apr. Rob.); 2. 1160-74 « caution, garantie » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 6127); 3. 1403 entrer en garand « se porter garant » (Trésor des Chartes du Comté de Rethel, éd. G. Saige et H. Lacaille, t. 2, p. 493); 4. 1516 mar. (Girard Bonide, Inventaire de la nef de la Barbe, 27 déc. ds Documents relatifs à la marine normande aux xveet xvies., éd. Ch. Bréard, p. 44). Part. prés. d'un anc. verbe *garir, de l'a. b. frq. *warjan « désigner quelque chose comme vrai »; cf. a. h. all. (bi)warian « éprouver, vérifier » (formé à partir du rad. wari- « vrai »; cf. all. wahr « id. »; m. h. all. (be)waeren « désigner quelque chose comme vrai; éprouver, vérifier »; all. bewähren « faire ses preuves ». La disparition de *garir est prob. due à l'homon. de garir « guérir » (v. ce mot). Fréq. abs. littér. : 293. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 617, b) 190; xxes. : a) 325, b) 421. Bbg. Goldschmidt (M.). Allerlei Beiträge zu einem germanoromanischen Wörterbuche. In : [Mél. Tobler (A.)]. Halle, 1895, pp. 164-167. - Grundt (L.-O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen-Oslo-Tromsø, 1972, p. 128.

Wiktionnaire

Nom commun 1

garant \ɡa.ʁɑ̃\ masculin (pour parler d’une femme, on peut dire garante)

  1. Personne qui répond ou se porte responsable de son propre fait ou du fait d’autrui.
    • être garant, être garante, assurer d'une chose, en répondre.
    • Je vous suis garant que cela est vrai.
    • C’est un très honnête homme, je vous en suis garante.
    • Tout homme est garant de ses faits et promesses.
    • Je ne suis point garant de l’événement.
    • Cette puissance s’est rendue garante du traité.
    • Autour de Monsieur se groupaient quelques gentilshommes, factieux, avides, remuants, qui ne pouvaient grandir et s'enrichir que par le désordre. Le duc d’Orléans était leur garant, leur pavillon, leur espoir. — (Auguste Bailly, Mazarin, Fayard, 1935, p.104)
    1. (En particulier) (Droit) Celui qui est caution d’un autre, qui répond de sa dette.
      • Vous rendez- vous garant de cet homme ?
      • Être garant d’une obligation.
      • Je n’aurais pas été payé si je n’avais eu un bon garant.
  2. (Droit) Celui qui est obligé de faire jouir un autre de la chose qu’il lui a vendue ou transportée à titre onéreux ou gratuit.
    • Le vendeur est garant envers l’acquéreur de la propriété de la chose qu’il lui a vendue.
    • On m’a attaqué en éviction, j’ai mis en cause mon garant.
  3. (Figuré) Auteur dont on a tiré un fait, un principe qu’on avance, un passage que l’on cite ; personne de qui on tient une nouvelle.
    • Il cite comme garant tel historien.
    • J’ai pour garants plusieurs témoins de l’affaire.
    • Cette nouvelle paraît difficile à croire, mais j’en ai les meilleurs garants.
  4. Partie de la corde d’un palan sur laquelle on tire pour faire monter la charge.
    • On pourrait même, à l’occasion, mettre un garant de plus à ce palan , en faisant son dormant sur la corne, au lieu de le faire sur la poulie de retour au couronnement. — (Louis-Stanislas Baudin, Manuel du jeune marin, ou Précis pratique sur l’arrimage, l’installation, le gréement et la manoeuvre d’une frégate de 44 canons, 1828)
  5. Sûreté, garantie.
    • Sa conduite passée vous est un sûr garant de sa fidélité pour l’avenir.

Forme de verbe

garant \ɡa.ʁɑ̃\

  1. Participe présent de garer.

Nom commun

garant \Prononciation ?\ masculin

  1. Garantie, assurance.
  2. Protection.
    • ele n’out autre garant — (La vie de saint Gilles, édition de Bos et Paris, p. 57, c. 1170)
  3. Protecteur.

Forme d’adjectif

garante \ɡa.ʁɑ̃t\

  1. Féminin singulier de garant.

Nom commun

garante \ɡa.ʁɑ̃t\ féminin singulier

  1. Féminin singulier de garant.

Adjectif

garante \gaˈɾan̪.te\ masculin et féminin identiques

  1. Garant.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

garante \ɡa.'ran.te\ masculin

  1. Garant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GARANT, ANTE. n.
Celui, celle qui répond de son propre fait ou du fait d'autrui. Tout homme est garant de ses faits et promesses. Je ne suis point garant de l'événement. Cette puissance s'est rendue garante du traité. Il se dit particulièrement, en termes de Jurisprudence, de Celui qui est caution d'un autre, qui répond de sa dette. Vous rendez-vous garant de cet homme? Être garant d'une obligation. Se rendre garant. Se porter garant. On dit d'un Créancier qu'Il a un bon, un mauvais garant. Je n'aurais pas été payé si je n'avais eu un garant, un bon garant. Il se dit également de Celui qui est obligé de faire jouir un autre de la chose qu'il lui a vendue ou transportée à titre onéreux ou gratuit. Le vendeur est garant envers l'acquéreur de la propriété de la chose qu'il lui a vendue. On m'a attaqué en éviction, j'ai mis en cause mon garant. Il se dit figurément d'un Auteur dont on a tiré un fait, un principe qu'on avance, un passage que l'on cite; ou d'une Personne de qui on tient une nouvelle. Il cite comme garant tel historien. J'ai pour garants plusieurs témoins de l'affaire. Cette nouvelle paraît difficile à croire, mais j'en ai les meilleurs garants. Fig. et fam., Je vous suis garant, je vous suis garante que cela est vrai. Je vous l'assure. je vous en réponds. C'est un très honnête homme, je vous en suis garant. Au masculin, il se dit aussi des Choses et signifie Sûreté, garantie. Sa conduite passée vous est un sûr garant de sa fidélité pour l'avenir.

Littré (1872-1877)

GARANT (ga-ran, ran-t') s. m.
  • 1Celui, celle qui répond de son propre fait, ou du fait d'autrui. Tout homme est garant de ses faits et promesses. Mais n'étant point garant des sottises d'autrui, Régnier, Sat. x. Vous me serez garant des hasards de la guerre, Corneille, Héracl. v, 3. Me seras-tu garant de ce qu'il pourra faire ? Corneille, Nicom. II, 1. Madame, vous voyez, je ne puis davantage ; Et qui fait ce qu'il peut n'est plus garant de rien, Corneille, Agésilas, IV, 1. Des moyens dont ils se rendront les garants, Pascal, Prov. 5. Mais, puisque sans vouloir que je le justifie, Vous me rendez garant du reste de sa vie, Racine, Brit. I, 2. Pour garants de la vérité Comptons les raisons, non les hommes, Lamotte, Fabl. v, 15. Permettez-moi de penser que, si la fortune vous était entièrement contraire, vous trouveriez une ressource dans la France, garante de tant de traités, Voltaire, Lett. roi de Prusse, octob. 1757. Messène en est témoin, les dieux en sont garants, Voltaire, Mérope, IV, 5.

    Adj. Lorsque Philippe Auguste conclut la paix en 1200 avec Jean, roi d'Angleterre, les principaux barons de France et ceux de Normandie en jurèrent l'observation comme cautions, comme parties garantes, Voltaire, Dict. phil. Garant.

    Fig. et familièrement. Je vous suis garant, je vous suis garante que cela est vrai, je vous l'assure, je vous en réponds. Moi, je lui couperais sur-le-champ les oreilles, S'il n'était pas garant de tout ce qu'il m'a dit, Molière, l'Ét. III, 3.

  • 2 Terme de jurisprudence. Celui, celle qui est caution d'un autre, qui répond de sa dette. Être garant d'une dette, d'une obligation. Cette marchande s'est rendue garante.

    On dit d'un créancier qu'il a un bon, un mauvais garant. Prendre pour garant.

  • 3Celui, celle qui est obligée de faire jouir un autre de la chose qu'il lui a vendue ou transportée. Le vendeur est garant, envers l'acquéreur, de la propriété de la chose vendue.

    Garant formel, celui qui, en matière réelle et hypothécaire, est obligé de faire jouir le garanti.

  • 4 Fig. Auteur dont on a tiré un fait, un principe. Il cite pour garante Mme de Sévigné. Les seuls garants que nous ayons ici de l'histoire de la philosophie, les Arabes et les Grecs, ne sont pas d'une autorité aussi solide et aussi pure qu'une critique sévère le désirerait, Diderot, Opin. des anc. philos. (Perses).

    Personne de qui on tient une nouvelle. Cette nouvelle paraît étrange, mais j'ai de bons garants. Cette dame est ma garante.

  • 5En parlant des choses, sûreté, garantie. De ce titre odieux mes droits me sont garants, Racine, Théb. II, 3. Il est mort ; et j'en ai pour garants trop certains Son courage et son nom trop suspects aux Romains, Racine, Mithr. v, 1. Les ouvrages bien écrits seront les seuls qui passeront à la postérité ; la quantité des connaissances, la singularité des faits, la nouveauté même des découvertes ne sont pas de sûrs garants de l'immortalité, Buffon, Disc. de réception. Il éprouva que la cruauté n'est pas le meilleur garant de la domination, Raynal, Hist. phil. XIII, 34.

    En cet emploi, garant est toujours masculin, et ne se met pas au féminin.

  • 6 Terme de marine. Bout d'un cordage passé par une poulie pour servir à quelque amarrage.

    Mollir, filer en garant, lâcher un cordage doucement.

  • 7À garant, loc. adv. En garantie. Sans prendre ni Phébus, ni la muse à garant, Régnier, Sat. VI. Elle [la fortune] est prise à garant de toutes aventures, La Fontaine, Fabl. v, 11.

    Dans cette locution, à garant est toujours masculin, et ordinairement invariable. Cependant quelques auteurs le mettent au pluriel, et en effet rien ne s'y oppose : Dès qu'il [Jurieu] a ouï parler des Variations, il a cru tout perdu pour la réforme ; il a appelé tous les Pères à garants…, Bossuet, 6e avert. 1.

REMARQUE

Ce mot présente quelques difficultés ; en effet il est d'une part primitivement substantif à deux genres et par suite adjectif ; d'autre part substantif à un seul genre, le genre masculin. Dans ces phrases de Marivaux et d'Imbert : Que vous importe ce que vous direz à la fille, dès que la mère sera votre garant ? Marivaux, Fausse confid. I, 11. ; Le chevalier : Voilà tous mes succès. - La comtesse : Attendez jusqu'au bout ; D'avance je vous suis garant de sa tendresse, Imbert, Jaloux sans amour, I, 5. ; si l'on prend garant au sens de disposé à cautionner, il y a faute, et il faut dire : garante ; mais, si l'on prend garant au sens de garantie, sûreté, la locution est correcte. Les deux locutions ne sont pas tout à fait synonymes, et il y a une nuance. Inversement, dans cette phrase de Marivaux : Il n'y a pas jusqu'à leur physionomie qui ne soit garante de toutes les bonnes qualités qu'on leur trouve, Jeux de l'am. et du has. I, 1 ; si l'on prend ce mot dans le sens de garantie, il y a faute, et on mettra garant ; mais, si on le prend figurément pour capable de cautionner, le féminin deviendra acceptable.

HISTORIQUE

XIe s. J'i puis aler, mais n'a aurai guarant, Ch. de Rol. XXIV. Se Mahomet me velt estre garant, ib. LXVII. Mais d'une chose vous sui je bien guarant, ib. CXIV. Dient Franceis : bien fiert nostre guarent [défenseur], ib. CXXIII.

XIIe s. Escu ne broigne [cuirasse] ne lui furent garant, Ronc. p. 77. Qu'il [Dieu] gart les ames et qu'il lor soit garant, ib. p. 112. Qui d'oïr et d'entendre a loisir et talent, Fasse pais, si escout bone chançon vaillant, Dont li livre d'istoire sont tesmoin et garant, Sax. I. À guarant [pour se garantir] as cors sainz le voleient mener, Th. le mart. 147.

XIIIe s. Et por chou [ce] vuet il dire et traitier aucune chose dont il ait garant et tesmoignage de verité, H. de Valenciennes, 1. N'onque nule si plesant rien Qui fame fust, [il] n'avoit veüe, Ce dist et s'en trait sa veüe à garant qu'il dist verité, Lai de l'ombre. Si en puis bien trere à garant Ung acteur [auteur] qui ot non Macrobes, la Rose, 6. Se cil qui est pris à tout [avec] le larrecin pot trouver son garant qui li bailla, il est delivrés, Beaumanoir, XXXI, 4. Et se tex [telles] crois portoient garant, aussi bien porroit porter garant une crois que aucuns porteroit sur li, Beaumanoir, XXV, 24.

XVe s. Si tost que le plat pays fust informé de leur venue, tous se retrairent à garant, Froissart, II, III, 113.

XVIe s. Nous pouvons appeler à garant cette mesme nature, pour nous avoir laissez en telle imperfection, Montaigne, I, 55. Pour que son innocence luy servist de garant et de recommandation envers la faveur divine, Montaigne, I, 274. Plusieurs appellerent la mort à garant contre les oultrages des tyrans, Montaigne, II, 34. Qui tire à garant [oppose recours ou garantie sur un tiers], et garant n'a, sa cause perdue a, Loysel, 699. En crime n'y a point de garant [celui qui a commis un crime à la suggestion d'autrui n'en est pas moins punissable], Loysel, 797. Montesquiou vint au derriere du prince de Condé et le tua d'un coup de pistolet entre ses deux garants, D'Aubigné, Hist. I, 280. Le sang est le garant de l'homme qui se plaint d'avoir esté navré à tort, Laurière, Gloss. de droit fr.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GARANT, adj. pris subst. (Hist.) est celui qui se rend responsable de quelque chose envers quelqu’un, & qui est obligé de l’en faire joüir. Le mot garant vient du celte & du tudesque warrant. Nous avons changé en g tous les doubles v, des termes que nous avons conservés de ces anciens langages. Warant signifie encore chez la plûpart des nations du nord, assûrance, garantie ; & c’est en ce sens qu’il veut dire en anglois édit du roi, comme signifiant promesse du roi. Lorsque dans le moyen âge les rois faisoient des traités, ils étoient garantis de part & d’autre par plusieurs chevaliers, qui juroient de faire observer le traité, & même qui le signoient, lorsque par hasard ils savoient écrire. Quand l’empereur Frédéric Barberousse céda tant de droits au pape Alevandre III. dans le célebre congrès de Venise en 1177, l’empereur mit son sceau à l’instrument, que le pape & les cardinaux signerent. Douze princes de l’Empire garantirent le traité par un serment sur l’évangile ; mais aucun d’eux ne signa. Il n’est point dit que le doge de Venise garantit cette paix qui se fit dans son palais.

Lorsque Philippe-Auguste conclut la paix en 1200 avec Jean roi d’Angleterre, les principaux barons de France & ceux de Normandie en jurerent l’observation comme cautions, comme parties garantes. Les François firent serment de combattre le roi de France s’il manquoit à sa parole, & les Normands de combattre leur souverain s’il ne tenoit pas la sienne.

Un connétable de Montmorenci ayant traité avec un comte de la Marche en 1227, pendant la minorité de Louis IX. jura l’observation du traité sur l’ame du roi.

L’usage de garantir les états d’un tiers, étoit très ancien, sous un nom différent. Les Romains garantirent ainsi les possessions de plusieurs princes d’Asie & d’Afrique, en les prenant sous leur protection, en attendant qu’ils s’emparassent des terres protégées.

On doit regarder comme une garantie réciproque, l’alliance ancienne de la France & de la Castille de roi à roi, de royaume à royaume, & d’homme à homme.

On ne voit guere de traité où la garantie des états d’un tiers soit expressément stipulée, avant celui que la médiation de Henri IV. fit conclure entre l’Espagne & les Etats-Généraux en 1609. Il obtint que le roi d’Espagne Philippe III. reconnût les Provinces-Unies pour libres & souveraines ; il signa, & fit même signer au roi d’Espagne la garantie de cette souveraineté des sept provinces, & la république reconnut qu’elle lui devoit sa liberté. C’est sur-tout dans nos derniers tems que les traités de garantie ont été plus fréquens. Malheureusement ces garanties ont quelquefois produit des ruptures & des guerres ; & on a reconnu que la force est le meilleur garant qu’on puisse avoir. Article de M. de Voltaire.

Garant, (Jurispr.) Voyez l’article précédent.

Garant absolu, au style du pays de Normandie, est celui qui prend le fait & cause du garanti, & qui le fait mettre hors de cause.

Garant contributeur, suivant le même style, est celui qui prend la garantie pour partie seulement, & non pour le tout.

Garant de droit ou naturel, est celui qui est tenu à la garantie par la loi & l’équité, sans qu’il y ait aucune stipulation de garantie. Voy. l’art. suiv.

Garant de fait, est celui qui est garant de la solvabilité du débiteur, ou de la bonté & qualité de la chose vendue ; à la différence du garant de droit qui est seulement garant que la somme lui est dûe, & que la chose lui appartient.

Garant formel, est celui qui est non-seulement tenu de l’éviction d’une chose envers une autre personne, mais qui est tenu de prendre son fait & cause, comme le vendeur à l’égard de l’acheteur, le propriétaire à l’égard du locataire : au lieu que le garant simple est celui qui est tenu de faire raison de l’éviction, sans néanmoins être obligé de prendre le fait & cause ; comme cela a lieu entre co-héritiers, associés & autres, qui sont obligés ensemble solidairement au payement de quelque dette.

Garant naturel, voyez Garant de droit.

Garant simple, est opposé à garant formel. Voyez Garant formel & Garantie. (A)

Garant, s. m. (Marine.) c’est le bout des cordages qui passent par les poulies, ou qui servent à amarrer quelque chose. On hale sur les garants pour faire joüer le reste du cordage.

Garant de Palan. Tenir en garant, c’est tenir le bout de la corde qui leve ou traîne quelque fardeau, en la tournant deux ou trois tours autour du morceau de bois ou de quelqu’autre chose, au moyen de quoi on la retient plus aisément, & l’on empêche la pesanteur du fardeau de faire trop de force contre celui qui tient la corde. (Z)

Garanti, (Jurispr.) est celui dont le garant a pris le fait & cause. Voyez l’ordonnance de 1667, titre des garants. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « garant »

Prov. garen, guaren, guiren ; espagn. et portug. garente ; anc. ital. guarento ; angl. warrant ; bas-lat. warens ; du germanique : anc. frison, werand, warend ; de l'anc. haut-allem. werên, fournir, cautionner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Vers 1100) Apparait sous la forme guarant, participe présent du verbe ancien français guarir (« protéger ») qui donne aussi guérir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « garant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
garant garɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « garant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « garant »

  • Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi. De Dalaï Lama
  • L'absence de sens, chez la femme, est encore le meilleur garant qu'on puisse espérer de sa fidélité. De Georges Courteline
  • Enseigner la compréhension entre les humains est la condition et le garant de la solidarité intellectuelle et morale de l'humanité. De Edgar Morin / Les Sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur
  • L’homme, c’est l’univers en miniature. L’homme et le monde sont interdépendants. L’homme est le garant de l’équilibre de la création. De Amadou Hampâté Bâ / Poème 294
  • L’Etat doit être un garant et non un gérant. De Jacques Chirac / Courbevoie - 18 Mars 1984
  • Quand on entame une relation durable avec un orchestre dont on est directeur musical, on est garant de son unité. Il faut comprendre son fonctionnement, sa psychologie, ses points forts et ses points faibles. De Daniel Harding / Le Figaro, 16 juin 2015
  • Le rire est l'antidote de la morosité et de l'ennui : il dissipe les idées morbides et se fait souvent le garant d'une bonne santé mentale. Les gens qui rient sont des gens heureux : ils n'ont pas d'histoire. De Eve Belisle / Pension de famille
  • Comment ne pas se laisser prendre dans des arnaques en matière de location. Du côté du locataire, par exemple : ne jamais laisser de chèques de réservation, et du côté du propriétaire, comment vérifier l'authenticité des pièces du locataires ou celles du garant ? Les précisions utiles de Charlie Cailloux, du site immobilier PAP.fr. Franceinfo, C'est ma maison. Location : comment éviter les arnaques ?
  • C'est la course pour la recherche de logements étudiants. Quels conseils leur donner ? Comment faire lorsqu'on n'a pas de garant ? Charlie Cailloux ouvre quelques pistes.  Franceinfo, C'est ma maison. Location étudiant : il faut partir à point !
  • Alors que la Convention citoyenne pour le Climat s’est achevée hier, Cyril Dion, auteur, réalisateur et militant écologiste, commence son travail de « garant » à la fois de l’intégrité des propositions, mais aussi de leur application ou du moins de leur discussion par les pouvoirs législatif et exécutif. Heureux et épuisé, il nous livre son premier bilan. GoodPlanet mag', Cyril Dion : « nous allons rendre les propositions des 150 incontournables » - GoodPlanet mag'
  • Probablement peu de gens lisent les petites lignes des réglementations bancaires. En voici qui devraient pourtant rassurer les clients français: "Le Fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR), créé par la loi du 25 juin 1999, est chargé de protéger et indemniser les clients en cas de défaillance de leur établissement bancaire." Depuis 2015, tous les établissements sont contraints d'envoyer cette information aux possesseurs d'un compte bancaire. Une façon de les rassurer après le tangage du système bancaire européen pendant la dernière crise financière de 2008 et aussi une information bienvenue alors que le coronavirus secoue une fois de plus l'économie française. BFM BUSINESS, Le Fonds qui protège votre épargne en cas de faillite de votre banque fête ses 20 ans
  • Certains ne la remarqueront peut-être pas en se garant sur le parking de la plage. Et pourtant, la caravane imaginée par l’artiste Benedetto Bufalino dans le cadre de l’édition 2020 d’Un été au Havre (Seine-Maritime) n’est pas tout à fait ordinaire. Montée sur un mécanisme insolite, elle s’élève par moment dans les airs. , Un été au Havre. Sur la plage, Bufalino imagine une caravane décollant vers le ciel | 76actu
  • Présenter un garant physique reste la forme de cautionnement la plus répandue dans le cadre d’une location. Dans ce cas, ce sont des personnes de votre entourage qui se portent garantes pour vous dans le cas où vous cesseriez de payer vos loyers. Ainsi, si vous êtes en défaut de paiement de vos loyers, le propriétaire va se retourner contre vos garants pour obtenir le versement des sommes dues. En cas d’impayés, vos garants peuvent donc être poursuivis pour la dette dont vous êtes redevable, il s’agit donc d’un réel engagement. Votre garant peut être aussi bien un parent, un ami ou tout autre personne de votre famille ou de votre entourage. Il existe deux formes de caution : Seloger, Location : Fini la galère pour trouver un garant ! | Logement Seloger
  • Arrivée à la capitale wallonne ce lundi soir pour le Grand Tour qui complète son huitième jour de marche. Les automatismes se font, une question à déconstruire encore ce matin : « La culture, garante de notre démocratie ? ». Le billet d’un journaliste sur les traces du Grand Tour. Le Soir Plus, Le Grand Tour: la culture, garante de notre démocratie? - Le Soir Plus
  • Après avoir fait le tour de la question, que retenez-vous du trou du cul ?Universel, coquin, joueur, le trou du cul ne se prend pas au sérieux. Le phallus a trop servi de sceptre symbolique à la société humaine. Il est usé. Le trou du cul se présente comme une symbolique alternative garante d'égalité, de non-agression et d'humour. Un prisme à travers lequel considérer différemment les choses. Un vent d'espoir pour le monde. ladepeche.fr, "Le trou du cul est une symbolique garante d'égalité, de non-agression et d'humour" (Isabelle Simon) - ladepeche.fr

Traductions du mot « garant »

Langue Traduction
Anglais guarantor
Espagnol garante
Italien garante
Allemand garant
Chinois 担保人
Arabe الضامن
Portugais fiador
Russe поручитель
Japonais 保証人
Basque abal
Corse garanti
Source : Google Translate API

Synonymes de « garant »

Source : synonymes de garant sur lebonsynonyme.fr
Partager