La langue française

Garantie

Sommaire

  • Définitions du mot garantie
  • Étymologie de « garantie »
  • Phonétique de « garantie »
  • Évolution historique de l’usage du mot « garantie »
  • Citations contenant le mot « garantie »
  • Traductions du mot « garantie »
  • Synonymes de « garantie »
  • Antonymes de « garantie »

Définitions du mot garantie

Trésor de la Langue Française informatisé

GARANTIE, subst. fém.

A. − Action ou moyen de garantir quelque chose à quelqu'un; résultat de cette action impliquant la responsabilité qui en découle.
1. Moyen de garantir. Donner, obtenir une garantie. Synon. assurance, caution, gage, sûreté(s).Le commerce est encore une fonction qui fait « moins que rien » : s'il y régnait une pleine garantie de vérité, telle que la valeur des objets mis en vente fût connue de l'acheteur aussi bien que du vendeur, les fourmilières de marchands seraient inutiles (Fourier, Nouv. monde industr.,1830, p. 4).Le faisceau des garanties de sécurité (Vuillemin, Être et trav.,1949, p. 94) :
1. Si l'on ne sort pas de cette entreprise ayant porté à la Russie un de ces coups dont les nations les plus puissantes ont peine à se relever et si surtout l'on n'acquiert contre elle les garanties qui donnent l'assurance de n'avoir plus à recommencer, ceux qui mènent les affaires dans nos deux pays mériteront que tant de sang versé retombe sur leur tête. Tocqueville, Corresp. [avec Henry Reeve], 1855, p. 154.
DR. CIVIL. Obligation d'assurer à quelqu'un la jouissance d'une chose. Acte de garantie, action en garantie, contrat de garantie; garantie naturelle ou de droit, garantie conventionnelle ou de fait; garantie de bonne fin, décennale, légale. La garantie de la solvabilité du débiteur (Code civil,1804, no1695, p. 309).
DR. COMM. Obligation faite à celui qui vend de répondre de la qualité d'un produit. Garantie d'un an, du vendeur; bon de garantie; sous garantie. C'est vrai que la garantie kilométrique n'est pas exorbitante. Mais enfin, n'est-ce-pas? Vous avez la concession. C'est le principal (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 192).Dans le délai de garantie, l'animal ne fournira pas de réaction à une tuberculination par simple dose (Brion, Jurispr. vétér.,1943, p. 276).
DR. PUBL. Obligation d'assurer la possibilité d'affirmer et de faire triompher ses droits. Depuis quatre-vingts ou cent ans que la liberté s'est consolidée en Angleterre, la France ne peut se mettre en équilibre avec elle que par des garanties légales de la même nature (Staël, Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 97) :
2. Où sont les garanties de justice en France? Qui de nous serait assuré demain d'échapper à une condamnation prononcée sur des pièces dont il ignorerait même l'existence? Clemenceau, Iniquité,1899, p. 15.
2. P. méton. Ce qui sert à garantir. Donner, exiger, offrir, présenter des garanties; toutes garanties. − Ah! Vous savez, reprit-elle, s'il vous faut des garanties... Et, sans achever sa phrase, d'un geste large, elle indiquait les pièces voisines (Zola, Nana,1880, p. 142).Il est même des patrons jaloux de leurs employés, comme si le développement de tout leur entourage n'était pas la meilleure garantie de leur propre succès (Wilbois, Comment fonct. entr.,1941, p. 12) :
3. M. Paul Panthèse s'est reconnu débiteur de deux cent mille francs, et il a donné en garantie son fonds de commerce. Chardonne, Épithal.,1921, p. 263.
P. métaph. :
4. La prisonnière se trouvait dans la salle appelée le Prétoire de la justice où avaient lieu tous les samedis les garanties [it. ds le texte] : c'est-à-dire la confirmation au milieu d'un débat contradictoire des punitions demandées par la sœur dénonçante... E. de Goncourt, Élisa,1877, p. 237.
DR. PUBL.
a) Garantie(s) d'intérêt(s). Engagement pris par l'État à l'occasion de certains emprunts :
5. Mais les conventions de 1859 et de 1883 déjà mettaient à la charge de l'État les frais d'installation des moins bonnes lignes et les risques de l'exploitation des nouvelles relations ferroviaires, par le biais d'une garantie d'intérêt au capital investi. Chenot, Entr. national.,1956, p. 55.
b) Garantie des métaux précieux. Constatation officielle du titre des ouvrages de métal précieux. Bureau de garantie, contrôle de la garantie :
6. ... convient donc de les frapper [les métaux], comme on a fait jusqu'à présent chez la plupart des peuples civilisés, en pièces d'un poids et d'un titre pareils. Il est au mieux qu'elles portent une empreinte qui soit la garantie de ce poids et de ce titre, et que la faculté de donner cette garantie, et par conséquent de fabriquer les pièces de monnaies, soit exclusivement réservée au gouvernement... Say, Écon. pol.,1832, p. 291.
c) S.G.D.G. (sans garantie du gouvernement). Formule par laquelle l'État décline la responsabilité de la qualité ou de la priorité d'un brevet d'invention. Breveté S.G.D.G.
B. − Action ou moyen d'action visant à assurer une protection contre quelque chose ou quelqu'un. Il veut des garanties contre le mal qu'il a fait (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 398).Il suffit de placer dans la boîte à fumée, à quelques centimètres en avant du faisceau de tubes, une tôle de garantie, dite plaque de garde (...) afin d'arrêter tout tube qui viendrait à se déplacer (Ser, Phys. industr.,1890, p. 68) :
7. Dix précautions valent mieux qu'une, pensent ces inquiets souscripteurs de polices successives, et ils marchent au réel si bardés de garanties qu'ils périront cloués sur place dans leur trop lourde armure, comme périrent les chevaliers d'Azincourt sous la première manœuvre moderne. Mounier, Traité caract.,1946, p. 438.
1. DR. PRIVÉ. Indemnisation que l'on doit à quelqu'un pour le dédommager. Appeler, demander une garantie; recours en garantie; garantie d'éviction; garantie des vices cachés.
2. DR. PUBL. Protection que la loi doit être en mesure de procurer à chacun :
8. Ici encore, l'organisation juridique (déclaration ou garantie des droits, garanties juridictionnelles) est secondaire. La vraie garantie des droits individuels consiste dans une organisation sociale qui crée une véritable solidarité de chacun à tous, des citoyens à l'état et, comme dans Rousseau, qui fasse que « par construction » la société ne puisse être oppressive. Vedel, Dr. constit.,1949, p. 233.
Garantie des fonctionnaires. Protection dont l'État fait jouir certains fonctionnaires en interdisant de les poursuivre dans l'exercice de leurs fonctions sans autorisation particulière. Les garanties fondamentales accordées aux fonctionnaires civils et militaires de l'État (Doc. hist. contemp.,1958, p. 209).
3. DR. INTERN. PUBL. Engagement pris par un État de répondre de l'exécution des obligations internationales d'un autre État. Clause de garantie; pacte de garantie :
9. ... l'Autriche ne devait pas devenir, à nos frais, comme la Prusse, une cause de désordre en Allemagne. Joseph II, à la mort de l'électeur de Bavière, ayant voulu s'emparer de ses États, la France intervint au nom de son droit de garantie sur l'empire germanique et, par la convention de Teschen (1779), imposa sa médiation à l'Autriche et à la Prusse, prêtes à en venir aux mains. Bainville, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 13.
4. Cour. Tout ce qui, d'une façon générale, sert à garantir ou à se garantir. Demander, exiger, présenter des garanties; garanties de sérieux :
10. Pons était d'ailleurs partout une espèce d'égout aux confidences domestiques, il offrait les plus grandes garanties dans sa discrétion connue et nécessaire... Balzac, Cous. Pons,1847, p. 39.
Rem. Dans cette valeur d'emploi, le mot se présente en général au pluriel.
REM.
Garantisme, subst. masc.,,Système d'association encore incomplet qui doit succéder à la phase de civilisation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui`` (Ac. Compl. 1842). Garantisme, demi-combinaison (Fourier, Nouv. monde industr.,1830, p. 12).Garantisme intégral. Tendance de la société post-industrielle ,,à rechercher une protection intégrale contre le risque socio-économique`` (Hetman 1969).
Prononc. et Orth. : [gaʀ ɑ ̃ti]. Ds Ac. 1694-1932. Ac. 1694 admet l'orth. garentie. Étymol. et Hist. A. Moyen de garantir quelque chose à quelqu'un 1. a) [fin xies. « engagement de celui qui se porte garant de quelque chose; caution » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, p. 75 : garantie « garantie »)]; ca 1210 en avoir a garantie « avoir la certitude, être sûr de » (Herbert de Dammartin, Foulque de Candie, 11796 ds T.-L.); b) 1588 « ce qui est l'assurance, le gage de quelque chose d'autre » (Montaigne, Essais, III, chap. 12, éd. A. Thibaudet, p. 1189); 2. 1804 garantie due par le vendeur à l'acquéreur (Code civil, p. 4); 3. a) 1832 dr. publ. (Say, Écon. pol., p. 249); b) 1872 sans garantie du gouvernement (Lar. 19e); c) 1845-46 dr. internat. (Besch.). B. Moyen de garantir quelqu'un contre quelque chose 1. ca 1160 « protection, défense » (Enéas, 1135 ds T.-L.); 2. 1789 dr. « dispositions juridiques tendant à protéger certains droits » (Sieyès, Tiers-état, p. 85). Part. passé subst. de garantir*. Fréq. abs. littér. : 1 330. Fréq. rel. littér. : xixe s. : a) 2 621, b) 1 341; xxes. : a) 1 809, b) 1 612. Bbg. Quem. DDL t. 11. - Vardar (B.). Struct. fondamentale du vocab. soc. et pol. en France, de 1815 à 1830. Istanbul, 1973, pp. 241-242.

Wiktionnaire

Nom commun

garantie \ɡa.ʁɑ̃.ti\ féminin

  1. Engagement par lequel on garantit. Il se dit surtout en matière de procédure et de négociations.
    • Il m’a vendu cette montre avec garantie pour un an.
    • La garantie que le vendeur doit à l’acquéreur.
    • Ce traité fut conclu sans la garantie de telle puissance.
  2. (En particulier) Obligation qu’a le constructeur d’un bien de le remplacer en cas de vice de fabrication.
    • En Belgique, la durée de la garantie légale est de 12 mois.
  3. Dédommagement auquel on s’oblige.
    • S’obliger à garantie.
    • Être tenu à garantie, à la garantie.
    • N’être soumis à aucune garantie.
    • Appeler quelqu’un en garantie.
    • Il n’y a pas lieu à garantie.
  4. Sûreté ; ce qui garantit une chose, ce qui la rend sûre, indubitable.
    • Même un contrat en bonne et due forme, ratifié et tamponné par votre partenaire chinois, n'est pas la garantie que les choses se passeront comme prévu. Mais ce document vous permettra tout au moins d'avoir une arme de renégociation... — (Benoît Ams, Les nouvelles pratiques du business en Chine, Paris : éd. Maxima, 2008, p. 73)
    • Il a d’excellentes garanties.
    • Cela vous servira de garantie.
    • Donner des garanties pour l’avenir.

Forme d’adjectif

garantie \Prononciation ?\

  1. Féminin singulier de garanti.
    • Ceux-ci, en effet, écœurés par la baisse de leurs cens, se tournent vers la propriété de la terre, dont la valeur est garantie contre l’inflation parce que indexée, surindexée même par rapport au mouvement des prix. — (Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire des paysans français : de la Peste Noire à la Révolution, 2002)

Forme de verbe

garantie \ɡa.ʁɑ̃.ti\

  1. Participe passé féminin singulier de garantir.
    • Outre qu’un individu peut toujours se faire une niche à part dans une médiasphère (et même choisir de « décommuniquer »), le sens d’une technique de pointe n’est jamais donné à l’origine, ni son efficacité garantie. — (Régis Debray, Introduction à la médiologie, 2000)

Nom commun

garantie \Prononciation ?\ féminin

  1. Sécurité.
  2. Promesse.
  3. Garantie, contrat.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GARANTIE. n. f.
Engagement par lequel on garantit. Il se dit surtout en matière de Procédure et de négociations. Il m'a vendu cette montre avec garantie pour un an. La garantie que le vendeur doit à l'acquéreur. Ce traité fut conclu sans la garantie de telle puissance. Vendre avec ou sans garantie se dit en parlant surtout des Ventes de chevaux, de bétail, de la Vente qui maintient ou écarte le droit de résiliation pour vices rédhibitoires. Il se dit aussi du Dédommagement auquel on s'oblige. S'obliger à garantie. Être tenu à garantie, à la garantie. N'être soumis à aucune garantie. Appeler quelqu'un en garantie. Il n'y a pas lieu à garantie. Garantie formelle, Celle qui a lieu en matière réelle ou hypothécaire. Garantie simple, Celle qui a lieu en matière personnelle, et surtout entre la caution et le débiteur cautionné. Il signifie encore Sûreté, ce qui garantit une chose, ce qui la rend sûre, indubitable. Je lui offre toutes les garanties possibles. Il veut des garanties plus sûres. Il a d'excellentes garanties. Cela vous servira de garantie. Donner des garanties pour l'avenir. Bureau de garantie, Lieu où l'on constate le titre des matières, des ouvrages d'or et d'argent. Sans garantie du gouvernement, Formule qui est placée sur les brevets d'invention, pour indiquer que l'État ne se porte garant ni de la priorité, ni de la valeur de l'invention; on l'écrit de cette manière abrégée, s. g. d. g. Garantie individuelle, La protection que les lois doivent à tout citoyen.

Littré (1872-1877)

GARANTIE (ga-ran-tie) s. f.
  • 1 Terme de droit. Engagement par lequel on se rend garant. Vendre avec garantie. Donner un acte de garantie. Ce traité fut conclu sous la garantie de telle puissance. Le roi de Saxe leur fit remettre tous les éclaircissements nécessaires, les assura qu'il tiendrait la garantie stipulée par le contrat de vente, Duclos, Hist. Louis XI, Œuv. t. II, p. 111, dans POUGENS.

    Garantie de droit, celle qui est due de plein droit, comme la possession paisible de la chose vendue. Garantie conventionnelle ou garantie de fait, celle qui n'a lieu qu'en vertu d'une convention.

    Garantie formelle, celle qui a lieu en matière réelle ou hypothécaire. Garantie simple, celle qui a lieu en matière personnelle et surtout entre la caution et e débiteur cautionné.

  • 2Dédommagement auquel on s'est obligé. Appeler quelqu'un en garantie.

    Demande en garantie, acte par lequel le défendeur au principal appelle en cause la personne contre laquelle il a un recours à exercer.

  • 3Ce qui garantit une chose, ce qui la rend sûre. Il veut de bonnes garanties. Vous me promettez de vous bien conduire ; mais quelle garantie en ai-je ? Homère et non pas moi t'en doit la garantie, Régnier, Sat. x. Ceux qu'il a appelés en garantie ne peuvent pas se taire, Bossuet, Lett. quiét. 117. Ils appelaient des lois odieuses en garantie des actions les plus lâches, Montesquieu, Lett. pers. 145.

    Garanties constitutionnelles, celles qui résultent pour les citoyens des articles de la constitution. Dans un pays où la plupart des gouvernements étaient sans garantie, et l'empire de l'opinion presque aussi nul pour les premières classes que pour les dernières, Staël, Corinne, XIX, 7.

    Garantie individuelle, la protection que la loi doit à chaque citoyen.

    Garantie des fonctionnaires publics, protection dont la loi couvre certains fonctionnaires publics, en défendant de les poursuivre sans autorisation spéciale.

    Bureau de garantie, lieu où l'on constate le titre des matières d'or et d'argent.

HISTORIQUE

XIIe s. E li ciel et la terre porteront garantie à nos que vos à tort nos osciez [tuez], Machab. I, 2.

XIIIe s. Sachez, s'il [le roi Louis VIII] fust retournés, Ne l'en [au comte Thibaut] portast garentie Homs qui fust de mere nés, Qu'il ne fust desherités, Hues de la Ferté, Romancero, p. 186.

XIVe s. Ne prend pas garandie qui ne veut, Bouteiller, Somme rural, p. 213, dans LACURNE.

XVIe s. C'est une faible garantie que la mine, toutefois elle a quelque consideration, Montaigne, IV, 224. Je luy appris à dire souvent. …interesser, prendre la garantie, faire fortune, courir à risque…et mille autres termes en cette façon, à quoy on connoit aujourduy une belle ame, D'Aubigné, Conf. II, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GARANTIE, s. f. (Jurisprud.) est l’obligation de faire joüir quelqu’un d’une chose, ou de l’acquitter & indemniser du trouble ou de l’éviction qu’il souffre par rapport à cette même chose ou partie d’icelle.

On distingue plusieurs sortes de garanties ; savoir 1°. celle de droit, & celle de fait ou conventionnelle.

La garantie de droit, qu’on appelle aussi garantie naturelle, est celle qui est dûe de plein droit par les seules raisons de justice & d’équité, quand même elle n’auroit pas été stipulée : telle est la garantie que tout vendeur ou cédant doit à l’acquéreur, pour lui assûrer la propriété de la chose vendue ou cédée. L’action résultant de cette garantie dure trente ans, à compter du jour du trouble.

La garantie conventionnelle est celle qui n’a lieu qu’en vertu de la convention On l’appelle aussi garantie de fait, pour la distinguer de la garantie de droit, en ce que celle-ci ne concerne que la propriété de la chose ; au lieu que la garantie de fait regarde la solvabilité du débiteur, ou la bonté & la qualité de la chose vendue. Elle est appellée en droit redhibition ou action redhibitoire, parce qu’elle tend à faire résilier le contrat ; au lieu que dans la garantie de droit, le contrat subsiste toûjours ; du-moins le garanti en demande d’abord l’exécution, & ne demande une indemnité que subsidiairement.

Le vendeur n’est tenu de la garantie de fait, qu’autant qu’elle est stipulée, à-moins qu’il ne s’agît de défauts ou vices dont il soit garant par quelque disposition expresse des lois.

L’action résultante de la garantie de fait, ne dure que trente ans, à compter du jour du contrat. Voy. au digeste de ædilitio edicto, & au code de ædilitiis action.

La garantie est formelle ou simple.

On appelle garantie formelle, celle où le garant est obligé de prendre le fait & cause du garanti, même de le faire mettre hors de caûse : telle est l’obligation du vendeur appellé en garantie par l’acquéreur.

La garantie simple est celle qui oblige seulement à faire raison de l’éviction, soit pour le tout ou pour partie, sans assujettir le garant à prendre le fait & cause du garanti : telle est la garantie que les co-héritiers se doivent les uns aux autres pour la sûreté de leurs lots.

Le transport d’une dette, rente, ou autre effet, peut être fait sans garantie, ou avec garantie.

Quand la garantie y est stipulée, elle peut l’être de quatre manieres différentes ; savoir,

1°. Lorsque le cédant ne promet la garantie que de ses faits & promesses, c’est-à-dire que la chose lui appartient légitimement ; clause qui est toûjours sousentendue, mais elle n’emporte point de garantie de la solvabilité du débiteur.

2°. Le cédant peut promettre la garantie de tous troubles & empêchemens quelconques, ce qui emporte tout-à-la-fois une garantie de la propriété de la chose, & de la solvabilité du débiteur au tems du transport.

3°. Si le cédant a promis de garantir, fournir & faire valoir, il est tenu de l’insolvabilité du débiteur, quand même elle seroit survenue depuis le transport, à moins qu’il ne s’agisse d’une dette mobiliaire à une fois payer ; car en ce cas il suffit que le débiteur fût solvable au tems du transport : c’est au cessionnaire à s’imputer de n’avoir pas alors exigé son payement.

Enfin si le cédant promet de garantir, fournir & faire valoir, même payer après un simple commandement, cette clause décharge le cessionnaire de faire une plus ample discussion de la personne & biens du débiteur.

Dans tous les contrats, chacun est garant de son dol & des fautes grossieres qui approchent du dol. Pour ce qui est des fautes appellées moindres & très-legeres, dans quelques contrats on est tenu des unes & des autres ; dans d’autres on n’est pas tenu des fautes legeres. Voyez Dol & Faute.

Pour ce qui est des cas fortuits & des forces majeures, personne en général n’en est tenu, à-moins que cela ne soit expressément stipulé par le contrat.

On n’est pas non plus garant des faits du prince, à-moins que cela ne soit stipulé. Voyez le titre de evictionibus, au digeste ; & le titre des garants, de l’ordonnance de 1607. (A)

Garantie de Fief, est dans quelques coûtumes l’obligation où est l’aîné d’acquitter ses puînés de la foi & hommage, pour la portion qu’ils tiennent du fief dont il a le surplus comme aîné. (A)

Garantie, en ce qui concerne la vente des chevaux. Il faut distinguer, suivant l’article précédent, la garantie de droit, la garantie conventionnelle, & la garantie d’usage.

La garantie de droit ne s’exprime point ; elle a lieu constamment, & quelles que puissent être les circonstances de la vente. Tout homme qui vend un cheval est nécessairement astreint à répondre que l’animal lui appartient ; c’est une loi immuable & de rigueur, à laquelle il ne sauroit se soustraire ; parce qu’on ne peut, sous aucun prétexte & sans blesser les bonnes mœurs, transmettre une propriété que l’on n’a pas.

La garantie conventionnelle s’étend à tous les engagemens pris par le vendeur ; il en est indispensablement tenu.

Enfin la garantie d’usage, ut mos regionis postulabat, est relative aux vices déclarés par les maximes usitées & reçûes, être de nature à annuller la vente.

Ces vices ont été restreints parmi nous à la pousse, à la morve & à la courbature. Voyez les coûtumes de Sens, art. 160 ; de Bar, art. 205 ; d’Auxerre, art. 151 ; de Bourbonnois, art. 87, &c. Dès que le cheval est atteint de l’une de ces maladies, l’acheteur est en droit de contraindre le vendeur à reprendre l’animal, & à lui restituer le prix donné : redhibere, est facere ut rursus habeat venditor quod habuerit.

On ne doit point être étonné que la facilité de dérober & de pallier pour quelque tems, & au moyen de certains médicamens, les signes caractéristiques de l’espece de courbature, qu’un flux considérable d’humeurs par les nasaux décele, ainsi que les symptomes évidens de la pousse & de la morve, qui d’ailleurs ont été regardées comme des maladies incurables, ait suggéré une disposition qui obvie aux fraudes que cette même facilité peut occasionner ; mais il est surprenant que la Jurisprudence varie & differe sur la durée de l’action redhibitoire, admissible dans ces trois cas. Il est des pays où l’acheteur doit se pourvoir dans les huit jours, à compter de celui de la délivrance du cheval. Voyez la coûtume de Bourbonn. art. 87 ; Coquille, instit. au droit franç. l’ancienne ordonnance de la police de Paris, &c. Il en est d’autres où l’usage est d’en accorder quarante, après lesquels le vendeur est à couvert & à l’abri de toutes recherches. Voyez la coûtume de Bar, article 205. Voyez les commentaires de Basnage, sur la coûtume de Normandie, de l’acte en garantie, &c.

Quoique la fixation du plus court de ces délais soit autorisée sur le risque des évenemens qui peuvent arriver dans l’espace & dans la circonstance d’un terme plus long, il est certain qu’elle n’en est ni plus juste, ni moins illusoire. En premier lieu, la condition de l’acheteur est assez favorable pour qu’on ne doive pas craindre de prendre tous les partis & toutes les voies capables de réprimer dans le vendeur des infidélités qu’il commet, encore avec plus de hardiesse, lorsque la loi même qui la condamne ne lui interdit pas toutes les exceptions captieuses qu’il peut employer pour en abuser. S’il est vrai, en second lieu, qu’il soit possible de faire disparoître, au-delà des huit jours prescrits & pendant le cours d’un mois entier, les symptomes principaux & univoques des maladies dont il s’agit, par le secours de quelques remedes que je n’indiquerai point ici, parce qu’il seroit dangereux de mettre de pareilles armes dans des mains qui ne sont que trop disposées à s’en servir, il faut nécessairement convenir que les coûtumes & les ordonnances qui prescrivent l’action en redhibition, quand elle n’est pas intentée dans la huitaine, non-seulement ne remplissent pas l’objet qu’elles semblent & qu’elles doivent s’être d’abord proposé, mais favorisent en quelque maniere la mauvaise foi du vendeur. Il seroit donc à souhaiter que tous les tribunaux, auxquels de semblables contestations sont déférées, prononçassent uniformément & d’après un principe généralement établi pour l’entiere sûreté des acheteurs, tel que celui qui est suivi rigoureusement au parlement de Roüen. Voyez Basnage.

Persuadé au surplus de l’inutilité de nos réflexions sur toutes les ruses & sur tous les artifices pratiqués par la plus grande partie des marchands de chevaux, nous ne nous y livrerons point. Eh, comment espérer de mettre un frein au dol, dès que des personnes de tous les états ne rougissent pas de les imiter, & sur-tout lorsqu’une portion considérable de la noblesse même, par une sorte d’exception des regles de la probité & des sentimens d’honneur, qui néanmoins sont, après ses titres, ce qu’elle vante ordinairement le plus, dispute publiquement & sans remords à des ames viles & mercenaires, la gloire ou plûtôt la honte d’avoir porté aussi loin qu’elles l’art & la science funeste de la fraude & du mensonge ? A l’aspect de tous les détours odieux, qu’il nous seroit aisé de dévoiler, & qui seroient peut-être moins communs si, conformément à la police observée par les Romains & à l’édit fameux des édiles, tout vendeur étoit obligé de déclarer les défauts & les imperfections de l’animal qu’il vend, & n’avoit pas même la faculté de s’excuser sur son ignorance, le philosophe ne peut que s’écrier avec Montagne : La vertu assignée aux affaires de ce monde est une vertu à plusieurs plis, encoigneures & coudes, pour s’accommoder à l’humaine foiblesse. (e)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « garantie »

De garantir : « chose garantie. »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du vieux-francique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Garanti ; provenç. garentia, guarentia, guerentia ; espagn. et portug. garantia ; ital. guarentia. On trouve aussi dans les anciens textes garantise et garantison.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « garantie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
garantie garɑ̃ti

Évolution historique de l’usage du mot « garantie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « garantie »

  • À mauvais payeur, mauvaises garanties. Homère, L'Odyssée, VIII, 351 (traduction V. Bérard)
  • Les institutions sont la garantie du gouvernement d'un peuple libre contre la corruption des moeurs, et la garantie du peuple et du citoyen contre la corruption du gouvernement. De Saint-Just / Fragments sur les institutions républicaines
  • A mauvais payeur, mauvaises garanties. De Homère / Odyssée
  • L’intelligence n’est pas une garantie de bonne pensée. De Jean-Michel Ribes
  • Qui prête de l'argent sans garantie Perd l'ami et l'argent. De Proverbe français
  • Un parti avantageux n'est pas une garantie de bonheur. De Lucile Vallières / Une femme
  • En provenance des pays anglo-saxons où ils sont appelés “Contingent value right”, les certificats de valeur garantie sont apparus à la Bourse de Paris en septembre 1994 lors de l’OPA de Besnard & Cie sur la Financière de Rosario. Aujourd’hui, ils sont peu utilisés. Capital.fr, Qu'est-ce qu'un certificat de valeur garantie ? - Capital.fr
  • Quel que soit son nom qui varie selon les assureurs (garantie mécanique, garantie des pannes mécaniques, pack réparation, etc,), cette garantie est proposée en option. Capital.fr, Garantie mécanique : couverture et coût - Capital.fr
  • Faire un prêt immobilier en cas de risque aggravé de santé, c'est quasi "mission impossible". En cause notamment : des surprimes d'assurance "démentes". Pour changer la donne, la région Ile-de-France mise sur la garantie immobilière solidaire. Handicap.fr, IDF,garantie immo solidaire: halte aux surprimes d'assurance
  • L'Etat a annoncé jeudi son intention d'accompagner Conforama auquel il apporte une garantie pour deux prêts bancaires d'un total de 300 millions d'euros au lendemain de l'annonce du rapprochement du groupe d'ameublement avec Mobilux, la maison mère de But. , Conforama obtient la garantie de l'Etat pour 300 millions d'euros de prêts | Zone bourse
  • Acheter un logement neuf vous permet de bénéficier de différentes garanties, qui couvrent votre investissement immobilier pendant un, deux et dix ans. Zoom aujourd’hui sur la garantie de bon fonctionnement, appelée aussi « garantie biennale ». SeLogerNeuf, Logement neuf : qu’est-ce que la garantie de bon fonctionnement ? | SeLogerNeuf
  • Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, a signé deux arrêtés accordant aux partenaires bancaires de la société Conforama France SA la garantie de l’Etat pour des prêts de 100 millions et de 200 millions d’euros. " L’octroi de ce financement permet la réalisation d’une opération de rapprochement industriel avec BUT et aboutira à la création d’un champion français du meuble ", souligne le ministre. Cette opération sauve Conforama France d’un dépôt de bilan.Elle permet également le financement du plan de sauvegarde de l'emploi en cours, la préservation d'un grand nombre d'emplois, la consolidation et la pérennité de l'activité de Conforama mais également de ses fournisseurs. Bourse Direct, Conforama : l'Etat apporte sa garantie pour 300 millions de prêts
  • PARIS (Reuters) - La construction de nouveaux réacteurs nucléaires en France ne sera possible qu'à la condition d'une forme de garantie publique, prévient jeudi la Cour des comptes dans un rapport qui pointe l'échec opérationnel et les dérives "considérables" du chantier de l'EPR de Flamanville (Manche). BFM Bourse, Nucléaire : Pas d'autres EPR sans garantie publique, dit la Cour des comptes - BFM Bourse
  • Lorsque vous sollicitez un crédit immobilier auprès d'un établissement bancaire, celui-ci vous demandera en contrepartie, des garanties sur vos capacités de remboursement. Le nantissement en est une possibilité, quand bien même il est assez peu utilisé. LégiFiscal, Le nantissement pour garantir un prêt immobilier LégiFiscal

Traductions du mot « garantie »

Langue Traduction
Anglais guarantee
Espagnol garantía
Italien garanzia
Allemand garantie
Chinois 保证
Arabe ضمان
Portugais garantia
Russe гарантия
Japonais 保証
Basque bermea
Corse guarantisci
Source : Google Translate API

Synonymes de « garantie »

Source : synonymes de garantie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « garantie »

Partager