La langue française

Galopin

Sommaire

  • Définitions du mot galopin
  • Étymologie de « galopin »
  • Phonétique de « galopin »
  • Évolution historique de l’usage du mot « galopin »
  • Citations contenant le mot « galopin »
  • Traductions du mot « galopin »
  • Synonymes de « galopin »

Définitions du mot galopin

Trésor de la Langue Française informatisé

GALOPIN, subst. masc.

I.
A. − Vieux
1. Jeune garçon chargé de faire des commissions. Deux aides-de-camp du général, leur servant de galopins, couronnaient le cortège (Marat, Pamphlets, Appel à la Nation, 1790, p. 146) :
1. ... il faut se méfier, quand on passe les ponts, du vent de bise ou de galerne, lequel a bientôt fait d'envoyer un chapeau à la rivière, au grand ébaudissement des pages, laquais et galopins. Gautier, Fracasse,1863, p. 289.
2. Gamin qui sert dans les cuisines, petit marmiton. Deux galopins de cuisine à huit livres (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 488).Les marmitons de ses cuisines [de Charles d'Este], les galopins, les grooms, les cochers, quittèrent tout, à son arrivée, pour environner son landau (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 262).
B. − Fam., péj. Garçon qui court les rues; jeune espiègle, effronté, mal élevé. Synon. chenapan, garnement, polisson.Galopins de village; une bande de galopins. C'est un méchant galopin, à l'œil vert, aux cheveux filasse, à l'expression chafouine (Gide, Immor.,1902, p. 447).Chaque peuple est devenu pareil à ces galopins batailleurs qui se jettent les uns sur les autres, avec des yeux de petits fauves (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 607) :
2. Les galopins du pays en courant devant sa boutique hurlaient des ordures à pleine bouche afin de le voir baisser les yeux; les filles s'amusaient à passer et repasser devant lui en chuchotant des polissonneries qui le faisaient rentrer dans la maison. Maupass., Contes et nouv., t. 2, Rosier MmeHusson, 1887, p. 688.
Emploi qualificatif
Galopin de + subst.À propos, j'oubliais! Ce galopin de Vincent n'est pas venu (Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1217).
[Avec valeur d'insulte] Monsieur Lahrier, vous êtes un galopin. − Et vous, dit Lahrier, vous êtes un vieux cochon (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 4etabl., p. 125).La vieille lui jeta quelques injures. − Galopin, ostrogoth! C'est maintenant que tu viens me voir? (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 271).
Emploi subst. fém., rare. Désirée, une galopine de quinze ans (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 17).La Frimat déclarait que, dans sa jeunesse, on aurait fouetté une galopine comme ça, jusqu'au sang (Zola, Terre,1887, p. 130).
En position d'attribut avec valeur d'adj. inv. Elle restait galopin, malgré ses vingt et un ans (Zola, Terre,1887p. 463).
II. − Vieilli, pop. [Dans un café, un cabaret] Petit verre à boire (d'apr. Carabelli, [Lang. pop.]); p. méton., petite chope (de bière). Le galopin se vend quinze ou vingt centimes (Rigaud, Dict. arg. mod.,1881, p. 188).Il commandait un bock et, pour moi, un galopin de bière (Sartre, Mots,1964, p. 157).
Prononc. et Orth. : [galɔpε ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. I. 1. 1388 « jeune garçon chargé de faire des courses » (B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois, t. 2, p. 433, § 2727); 2. a) 1671 gallopin « jeune garçon espiègle, effronté; gamin qui court les rues » (Fragments des mémoires inédits de Dubois ds Bibl. Éc. Chartes, t. 4, 2esérie, p. 41); b) 1694 air galopin adj. (Biancolleli, Arlequin defenseur du beau sexe, I, 7 ds Gherardi, Théâtre italien, éd. 1741, t. 5, p. 198). II. a) 1680 « demi-setier de vin » (Rich.); b) 1881 « petite chope (de bière) » (Rigaud, loc. cit.). Dér. de galoper*; suff. -in*; prob. créé comme surnom (surtout de personnes capables de courir et en partic. de garçons de courses) dès la fin du xiies. (ca 1179, Renart, éd. M. Roques, 2558); cf. aussi lat. médiév. Galopin (1198 ds Mél. Roques (M.) t. 4, p. 183). Le sens II s'explique par une personnification du récipient. Fréq. abs. littér. : 186.
DÉR.
Galopiner, verbe intrans.Se comporter en galopin, courir (les rues) à la manière des galopins. On découvrit qu'une bande de toutes jeunes filles, presque des enfants, avaient glissé à la débauche en galopinant dans les rues; et l'affaire n'était pas seulement entre gamins du même âge, on disait que des personnages bien posés allaient se trouver compromis (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 975).Les enfants de la maîtrise rêvent d'aller galopiner, après la messe (Huysmans, En route, t. 1, 1895, p. 26).Avec lui comme avec tant d'autres nous avons galopiné, notre enfance durant, battu le pays (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 84).[galɔpine], (il) galopine [galɔpin]. 1reattest. 1873 (Zola, Ventre Paris, p. 47); de galopin, dés. -er. Fréq. abs. littér. : 11.
BBG. Arveiller (R.). Doc. lexicogr. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, p. 265. - Lew. 1960, p. 152. - Michaëlsson (K.). Galopin et trottin. Mél. Roques (M.) t. 4 1952, pp. 181-186. - Quem. DDL t. 2.

Wiktionnaire

Nom commun

galopin \ɡa.lɔ.pɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : galopine)

  1. (Vieilli) Jeune garçon employé dans un atelier pour faire différentes courses.
    • Renverrez-vous vos ouvriers ?… Mon avis est de laisser les choses comme elles sont, et d'avoir un galopin le plus tôt que vous pourrez ; car je regrette le temps perdu de Nicolas. — (Nicolas Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, 1796), Bibliothèque de la Pléiade, Tome 1, p. 356.
  2. Petit garçon qui polissonne, principalement dans les rues.
    • Invariablement les fonctionnaires, arrivés récemment ici des autres parties de la France, éprouvent de l’étonnement en voyant ces classes drues, ces hordes de galopins qui déambulent par les routes. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Comme un seul homme, ils sautent sur leurs mobs et pèsent sur les pédales à grands coups de reins et de jarrets.
      Ils n'ont qu'une idée, les petits galopins : déguerpir.
      — (Joseph Joffo, Tendre été, Jean-Claude Lattès, 1981, chap.13)
  3. (Familier) Petit garçon quelconque qui a donné un sujet de mécontentement.
    • Mais il ne s’était résigné au désir d’Angèle qu’à la condition d’oublier au collège de Plassans leur fils Maxime, un galopin de onze ans, sur lequel sa grand-mère avait promis de veiller. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
  4. Moitié d’un demi de bière, soit 12,5 centilitres.
    • Le Balzar m’attirait ; je me rappelais que mon grand-père – mort depuis – m’y avait amené quelquefois, en 1913 : nous nous asseyions côte à côte sur la banquette, tout le monde nous regardait d’un air de connivence, il commandait un bock et, pour moi, un galopin de bière, je me sentais aimé. Donc, quinquagénaire et nostalgique, je poussais la porte de la brasserie et je me faisais servir un galopin. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 160.)
  5. Garçon qui sert dans les cuisines.

Nom commun

galopin [galuˈpi] (graphie normalisée) masculin

  1. Galopin, petit commissionnaire ; espiègle.
  2. Étourdi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GALOPIN. n. m.
Petit garçon qui polissonne, principalement dans les rues. Il se dit aussi familièrement d'un Petit garçon quelconque qui a donné un sujet de mécontentement. Méchant, vilain galopin.

Littré (1872-1877)

GALOPIN (ga-lo-pin) s. m.
  • 1Petit garçon qu'on emploie à faire des commissions. On dit que vous n'avez pas seulement un laquais, et que c'est un galopin de la rue qui vous éclaire avec une de ces torches de poix dont ils empuantissent toute la ville, Hamilton, Gramm. 7. Et souvenez-vous bien, vous et vos galopins, De mieux à l'avenir enfermer vos lapins, Regnard, le Bal, 2. Son nom [de Vauréal] est Guérapin, et son premier état, franc galopin, Saint-Simon, 518, 139.
  • 2 Particulièrement. Dans les grandes maisons royales, nom de petits marmitons qui tournent les broches et courent çà et là pour les besoins de la cuisine. Il n'est, je veux bien vous le dire, Prince ni galopin que vous ne fassiez rire, Regnard, Démocr. v, 5. Vendôme arriva droit à Marly ; ce fut une rumeur épouvantable ; les galopins, tous les valets de la cour quittèrent tout pour environner la chaise de poste, Saint-Simon, 156, 43.
  • 3Populairement et par mépris. Petit polisson, petit garçon quelconque. Une foule de violons suivie des galopins de la ville, Hamilton, Gramm. 11.
  • 4Galopin s'est dit jadis à Paris pour une mesure d'un demi-septier.

HISTORIQUE

XIIe s. Il lui demande : Dont es tu, biaux amis ? - De Clermont, sire ; si ai nom galopin, Garin, dans DU CANGE, galopinus. En la taverne hastivement en vint ; Ilec trouva menuel Galopin ; Lez le tonnel en la main trois dez tint, ib.

XVe s. Queux [cuisiniers], escuiers, galopins, Deschamps, Poésies mss. f° 436.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « galopin »

(XIVe siècle) Composé de galoper et -in ; apparait avec le sens de « coursier, jeune garçon chargé de faire des courses ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « galopin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
galopin galɔpɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « galopin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « galopin »

  • Un silence et un sourire. En ce 7 mars 2019, alors que le protocole voudrait que le président du Conseil d’Etat genevois inaugure le Salon de l’auto par un discours, Antonio Hodgers regarde l’assemblée comme un galopin. Muet, il fait des gestes en direction du podium. Là, c’est la chancelière qui se tient prête à prononcer le texte présidentiel devant un parterre d’invités intrigués. Le Vert vient de secouer l’ordre protocolaire de la République et canton de Genève. Le Temps, A Genève, une ruche pour cultiver le miel des VIP - Le Temps
  • On l'appelle galopin, demi, pinte, formidable et girafe selon sa taille, de 12,5cl à 2,5L. La bière se consomme chaque jour sous diverses appellations. Mais d'où vient-elle ? Comment la nomme-t-on ailleurs dans le monde francophone ? À l'occasion de la journée mondiale de la bière, Le Figaro revient sur son histoire. Le Figaro.fr, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la bière

Traductions du mot « galopin »

Langue Traduction
Anglais gallop
Espagnol galope
Italien galoppo
Allemand galopp
Chinois 驰骋
Arabe عدو
Portugais galope
Russe галопом
Japonais ギャロップ
Basque lauhazka
Corse galoppu
Source : Google Translate API

Synonymes de « galopin »

Source : synonymes de galopin sur lebonsynonyme.fr
Partager