Gager : définition de gager


Gager : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GAGER, verbe trans.

A. − Gager qqc.
1. Servir de gage à, garantir. Il est vrai que c'est sur le domaine privé du sultan (...) que serait gagé le nouvel emprunt (Jaurès, Paix menacée,1914, p. 321).L'occupation de la rive gauche du Rhin gagerait les paiements (Bainville, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 274) :
1. La chambre de commerce emprunte souvent pour cet objet et l'emprunt est gagé par des taxes, taxes qui ont d'ailleurs un objet précis, le remboursement de l'emprunt, et que l'on doit cesser de percevoir quand le but est atteint. Chardon, Trav. publ.,1904, p. 199.
2. [Le compl. est un inf. ou une complétive avec que]
Gager de.S'engager à faire quelque chose. Chacun de vous avait gagé de souper avec moi; j'en avais fait la promesse à chacun de vous; nous souperons tous ensemble (Nerval, Chât. Bohême,1853, p. 58).
Gager que.Émettre une opinion, un avis, avec l'idée de pari pour la renforcer. Tu n'es guère couvert, lui dit-elle, et le temps n'est pas chaud. Je gage que tu as froid? (Sand, F. le Champi,1850, p. 17) :
2. M. de Rollebon, qui passait et ne croyait à rien, gagea contre le curé de Moulins qu'il ne lui faudrait pas deux heures pour ramener le malade à des sentiments chrétiens. Le curé tint le pari et perdit... Sartre, Nausée,1938, p. 31.
3. [Le compl. désigne l'enjeu du pari] Gager + compl. + que.S'engager à donner un objet ou une somme d'argent si l'on vient à perdre un pari. Synon. parier.Je gagerais cent livres sterling que cette rencontre de lord Talbot me portera malheur (Vigny, Chatterton,1835, II, 1, p. 276).Gageons, monsieur, me dit mon guide (...) gageons un cigare que je devine ce que vous allez faire chez monsieur de Peyrehorade? (Mérimée, Vénus Ille,1841, p. 244).
P. ext. [En prop. incise] Je gage. Je présume, je suppose. Enfin, la soirée a été très bouffonne et vous aurait divertie, je gage (Sand, Corresp., t. 1, 1826, p. 19).Mais non, il faut ci me montrer pédant Un peu, cela fait bien, sied à mon âge Sans effrayer trop le vôtre, je gage (Verlaine, Œuvres posth., t. 1, Varia, 1896, p. 22).
B. − Gager qqn, vx.Donner des gages à quelqu'un pour les services qu'il rend. Au lieu de gager les prêtres, mettez-les en prison et défendez la messe : demain le peuple sera dévot (Courier, Pamphlets pol., Au réd. « Censeur », 1819, p. 27).Tel domaine voisin qui employait vingt-cinq ou trente ouvriers, en a trouvé difficilement à gager huit (Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 178).
REM.
Gageur, -euse, subst.,rare, fam. Celui, celle qui gage, qui a l'habitude de gager. Un grand gageur. Un gageur perpétuel (Ac. 1798-1932).
Prononc. et Orth. : [gaʒe], (il) gage [ga:ʒ]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 guagier trans. « garantir au moyen de gages le remboursement d'une somme, l'exécution de quelque chose » (Roland, éd. J. Bédier, 515); 2. a) ca 1200 soi gagier pronom. « se promettre de faire quelque chose, parier » (Aiol, 966 ds T.-L.); b) fin xiiies. gagier abs. « parier » (De Jouglet ds Fabliaux, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t. 4, p. 120, 281); c) mil. xves. gaigier que « soutenir que, être sûr que » (Mistére du Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 17151); 3. fin xives. gagier « payer, donner un salaire à » (Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, t. 8, p. 36, 15). Soit dér. de gage*, dés. -er; soit empr. à l'a. b. frq. *wadjare « gager » (cf. FEW t. 17, 446 b). Le mot est également attesté en b. lat. avec les mêmes sens (776 wadiare ds Nierm.). Fréq. abs. littér. : 202. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 467, b) 245; xxes. : a) 148, b) 238.

Gager : définition du Wiktionnaire

Verbe

gager \ɡa.ʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Par ellipse) et (Familier) Parier, exprimer un simple avis
    • Gage que si, gage que non, je gage que si, je gage que non.
  2. (Vieilli) Déposer quelque chose comme gage qui sera attribué au gagnant dans une contestation.
    • Gager avec quelqu’un, contre quelqu’un.
  3. (Vieilli) Payer par an, par mois pour un service domestique ou autre.
    • Dès sa première communion, gagé par l'un ou par l'autre, […], il était sans l'avoir appris devenu habille à menuiser, à charronner, à réparer un coutre, à ferrer un cheval. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 10)
    • C’est un homme que j’ai gagé pour cela.
    • Il semble qu’il soit gagé pour faire telle chose. Il semble qu’il soit payé pour cela.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Gager : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GAGER. v. tr.
Déposer quelque chose comme gage qui sera attribué au gagnant dans une contestation. On dit aussi absolument Gager avec quelqu'un, contre quelqu'un. Il vieillit. Elliptiq. et fam., Gage que si, gage que non, Je gage que si, je gage que non. Il signifie aussi Payer par an, par mois pour un service domestique ou autre. C'est un homme que j'ai gagé pour cela. Le gagez-vous pour cela? Fam., Il semble qu'il soit gagé pour faire telle chose. Il semble qu'il soit payé pour cela.

Gager : définition du Littré (1872-1877)

GAGER (ga-jé. Le g prend un e devant a et o : gageant, nous gageons) v. a.
  • 1S'engager à… par une sorte de gage. Vous voudriez qu'elle fût parfaite ; avait-elle gagé de l'être au sortir de son couvent ? Sévigné, 522.
  • 2Convenir avec quelqu'un, sur une contestation, que celui des deux qui aura tort donnera à l'autre une somme ou quelque autre chose. Je gage cent pistoles que c'est toi, Molière, l'Impromptu, 3. Quand il y aurait une infinité de hasards, dont un seul serait pour vous, vous auriez encore raison de gager un pour avoir deux, Pascal, Pensées, t. I, p. 304, éd. LAHURE.

    Absolument. Gageons, dit celle-ci, que vous n'atteindrez point Sitôt que moi ce but, La Fontaine, Fables, VI, 10. Et si tu veux, nous gagerons, et verrons qui a raison des deux, Molière, l'Impromptu, 3. Il gage que c'est moi ; et moi je gage que c'est lui, Molière, ib. Dans le palais hier Bilain Voulait gager contre Ménage Qu'il était faux que Saint-Sorlin Contre Arnauld eût fait un ouvrage, Boileau, Épigr. v.

    Gage que, ellipse familière pour : je gage que… Gage qu'il se dédit. - Et moi gage que non, Molière, l'Ét. III, 3.

    Il se dit quelquefois comme simple affirmation. Et moi je gage qu'il ne saurait être approuvé d'aucune personne raisonnable, Molière, l'Avare, I, 6. Comme vous avez les yeux rouges ! vous avez pleuré, je gage, Genlis, Théât. d'éduc. la Lingère, I, 2.

  • 3Donner des gages, un salaire, des appointements à quelqu'un. Gager des domestiques. Elle [la royauté] fait subsister l'artisan de ses peines, Enrichit le marchand, gage le magistrat, La Fontaine, Fabl. III, 2. Vous les voyez encore, amoureux et volages, Chercher, la bourse en main, de beautés en beautés La mort qui les attend au sein des voluptés ; De leurs biens prodigués pour d'infâmes caprices Enrichir nos Phrynés dont ils gagent les vices, Gilbert, Le 18e siècle.

REMARQUE

On a contesté que gager de suivi d'un infinitif dût se dire comme parier, sur cette raison que gager indique une chose dont on est à peu près sûr, et parier une chose dont on est moins sûr ; mais la synonymie de ces deux mots est trop voisine pour que l'emploi en soit différent. Quand on a blâmé la phrase de Mme de Sévigné citée plus haut, on n'a pas fait attention que gager y a le sens non de parier, mais de s'engager ; si on y mettait parier à la place de gager, on la rendrait ridicule.

SYNONYME

GAGER, PARIER. Dans gager est gage ; et dans parier est pair, égal. Celui qui gage expose donc gage contre gage ; et celui qui parie est but à but contre quelqu'un. Cela fait une différence pour l'image que les deux mots présentent à l'esprit, mais cela n'en fait point pour le sens qui s'est attaché à l'un et à l'autre. La synonymie en est complète.

HISTORIQUE

XIIIe s. Se aucuns des mestiers devant diz est adjornés devant le mestre qui garde le mestier… et se il vient à son jour, et il cognoit, il doit gagier ; et se il ne paie dedenz les nuiz, il est à trois deniers d'amende, Liv. des mét. 110. Ciaus [ceux] ou celles qui font apeler et qui gagent bataille par champion, Ass. de Jér. 150. Il ne muet pas de sens [il n'a pas de sens] celui qui plaint Paine et travail qui aquiert avantage ; Pour ce ne puis veoir que cil bien aint [aime bien], Qui pour jouir d'amours souffrance gage [refuse, évite, locution tirée de l'expression féodale, gager du service, refuser service], Poés. franç. avant 1300, t. IV, p. 1388, dans LACURNE.

XIVe s. Mès plusors qui s'en retornoient [après une trêve], Et qui bien la trieve savoient Et l'accort que l'en avoit fet, Gagiez [arrêtés, pris] furent sans droit de fait, Hist. de Fr. en vers à la suite du roman de Fauvel, n° 6810, f° 84, dans LACURNE. Et ou cas où vous trouverés aucuns qui s'efforceront de faire le contraire des choses dessus dictes… si les gagez et contraigniez à payer la dicte amende, Ordonn. des rois, t. III, p. 98. Si vous prie que vous gaigez qu'elle le fera, et je gaigerai que non, Ménagier, I, 6. On viendra, on nous gagera, Quanque avons nous sera osté, Pathelin, dans RAYNOUARD.

XVIe s. Ainsi chascun se delibere aux armes, Gaigent pietons, francs archiers, hommes d'armes, Marot, J. V, 72. Ce que voyant le bon Jannot mon pere Voulut gaiger à Jaquet son compere, Contre un veau gras, deux aignelets bessons, Que quelque jour je ferois des chansons, Marot, I, 218. Qui l'orroit plaindre aucune fois, On gageroit que c'est la voix De quelque dolente personne, Marot, III, 151. Le jugement d'un homme gagé et achetté est moins libre…, Montaigne, I, 167. Se voyans gagez et obligez par ostages qui leur tenoient de si près, ilz envoyerent des ambassadeurs vers Romulus, Amyot, Rom. 23. Quand quelque habitant ou autre est blechié à sang, il est tenu, en dedans 24 heures enssuivant, gagier son sang, qui est de declarer au sieur son bailly le nom de cestuy ou ceulx le ayant bleschié, Nouv. coust. génér. t. I, p. 407. Gager du service [refuser de faire service en parlant d'un vassal qui se plaint d'un tort non redressé], Du Cange, vadiare.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GAGER. Ajoutez :
4Servir de gage à, garantir. Voilà les ressources de la ville de Paris, ces ressources gagent l'emprunt, elles donnent toute sécurité aux prêteurs, Journ. offic. 21 juin 1876, p. 4366, 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Gager : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

GAGER, (v. neutre.) voyez l’article Gageurs.

Gager, (Jurisprud.) Ce terme a dans cette matiere différentes significations.

Gager dans quelques coûtumes, c’est prendre gage. Voyez Melun, articles 327 & 328. Sens, 129. Senlis, 288. Chaumont, 96. Vitry, 120. Bourbonnois, 134. Auxerre, 128. Bayonne, tit. viij. art. 2. tit. xxvj. article 13. (A)

Gager l’amende ou l’émende, c’est payer & acquitter l’amende de justice. Voyez la coûtume de Saint-Paul, art. 32. qui est le 63e de la plus ample coûtume. Emendæ gagiatæ est l’ordonnance de saint Louis de l’an 1259. (A)

Gager la clameur de bourse, en Normandie ; c’est lorsque celui qui est assigné en retrait, tend le giron. Voyez l’art. 497 de la coûtume de Normandie. (A)

Gager la loi, dans l’ancienne coûtume de Normandie, signifie offrir de faire serment. La loi n’étoit gagée qu’en simple action personnelle de fait ou de droit, qui se nommoit desrene. L’ancienne coûtume de Normandie porte que desrene est l’épurgement de ce dont aucun est querellé, qu’elle se fait par son serment & par le serment de ceux qui lui aident ; cet ancien droit est aboli. Voyez le glossaire de M. de Lauriere au mot gager. (A)

Gager partage, en Normandie, c’est offrir en jugement partage à ses freres puînés. Voyez Normandie, articles 347 & 348. (A)

Gager personnes en son dommage, c’est prendre le chapeau ou autre habillement du pas du bétail qui fait dommage en l’héritage d’autrui. Voyez la coûtume d’Auxerre, articles 271 & 272. (A)

Gager le rachat, c’est offrir réellement au seigneur le droit de rachat à lui dû. C’est ainsi que s’énoncent quelques coûtumes, telles que Tours, article 144. Lodunois, chap. xj. art. 6. chap. xjv. art. 3. Anjou, articles 115 & 226. Maine, articles 126 & 284. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gager »

Étymologie de gager - Littré

Gage ; wallon, wagî ; bourguign. gaigé ; norm. gagier ; provenç. gatgar, gatjar. En Lorraine, gager a souvent le sens d'arrêter, dresser procès-verbal : N'entrez pas dans ce champ, vous vous feriez gager ; on les a vus cueillir du raisin, et on les a gagés. C'est un sens ancien, dont on peut voir de fréquents exemples dans l'historique.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de gager - Wiktionnaire

(XIe siècle) De gage ou de l’ancien français guagier issu de guage dérivant de wage issu du francique *waddi via le latin vulgaire *wadiare venant de *wadium venant du proto-germanique *wadja (« gage » ) venant de l'indo-européen *wedʰ-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gager »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gager gaʒe play_arrow

Conjugaison du verbe « gager »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe gager

Évolution historique de l’usage du mot « gager »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gager »

  • Le Canadien Nicholas Latifi (Williams), qui dispute son deuxième GP dans la catégorie reine, a été victime de ce qui semblait être un problème de moteur au bout d’une demi-heure en piste. La séance a été interrompue quelques minutes le temps de dégager sa monoplace. CAMEROON MAGAZINE - CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU, De bons premiers essais pour Racing Point - CAMEROON MAGAZINE - CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
  • La séance, toujours suspendue, va-t-elle aboutir à dégager une majorité absolue? Selon La Provence, des négociations entre Samia Ghali et le Printemps marseillais auraient repris. CAMEROON MAGAZINE - CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU, EN DIRECT. Marseille: pas de majorité au premier tour, Rubirola en tête - CAMEROON MAGAZINE - CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
  • Avant l’adoption de ce décret, la législation haïtienne mettait à la réalisation des sûretés des obstacles que l’on ne rencontre pas ailleurs, particulièrement dans le cas des sûretés mobilières. La chose donnée en gage devait faire l’objet d’une procédure judiciaire assortie d’une expertise et d’une vente aux enchères avant que le créancier ne fût satisfait. Cette exigence était difficilement transposable dans le cas de gage d’espèces, ou de nantissement de monnaie scripturale (compte en banque) ou d’instruments financiers. Le pacte commissoire qui permet au créancier de s’approprier la chose gagée sans une procédure judiciaire était prohibé. Le gage était par définition un contrat réel qui se formait par la dépossession  d’un bien meuble individualisé en faveur du créancier, à part les exceptions que nous verrons plus tard, d’où son inutilité pour le financement d’acquisition d’équipements industriels, et l’impossibilité de constituer son stock  en garantie. Il était quasiment impossible de gager des choses futures. Par ailleurs le créancier gagiste ou nanti vient en concurrence avec d’autres créanciers privilégiés et le code civil n’établissait pas clairement une règle de conflit entre les divers privilèges que sont les privilèges généraux et les privilèges spéciaux, les privilèges mobiliers et les privilèges immobiliers. Le Nouvelliste, Le Nouvelliste - Le nouveau droit des sûretés (1)
  • Hommes, femmes et jeunes filles hypothèquent divers bijoux contre un prêt ne dépassant pas les 10 millions de centimes et avec une rente remboursable dans un délai de six mois. A ce sujet, il est à noter prés de 30 000 nouveaux clients ont été enregistrés pour ces derniers mois. Soit plus de 900 personnes venues s’ajouter aux nombreux autres citoyens qui avaient recours à ce procédé, soit gager leurs bijoux, les retirer ou bien renouveler le gage. Selon une source proche de la banque, les milliers de familles dans le besoin recourent à cette activité auprès les 5 agences de la banque de développement local existant sur l’ensemble du territoire nationale. Il y a lieu de souligner que ces agences sont implantées dans cinq wilayas : Annaba, Oran, Constantine, et deux à Alger. Des centaines de citoyens menacés par la pauvreté arrivent chaque jour à l’aube de toutes les régions avoisinantes de l’est du pays pour renforcer une file d’attente constituée d’une foule agglutinée depuis six heures du matin. L’agence régionale de BDL située à la rue Djafal Belgacem à Annaba se retrouve du coup débordée par le nombre sans cesse croissant de nouveaux gageurs. Avant l’ouverture de la rue jusqu’à l’intérieur de l’agence, il est impossible de faire deux pas. La petite salle qui propose des dizaines de chaises s’avère exigüe «mon fils, la vie est devenue un véritable enfer depuis que mon mari ne travaille plus. J’ai gagé presque tout l’or que je possède pour faire vivre mes enfants, aujourd’hui je ne sais plus comment faire pour le remboursement !» Nous dit une quinquagénaire. Des femmes qui chuchotent entre elles avancent chacune leurs motifs. Pour les unes c’est la pauvreté et pour les autres c’est de réunir la somme nécessaire pour pouvoir s’offrir des vacances à l’étranger au Maroc ou en Turquie. Le prêt sur gage permet ainsi à toute personne de bénéficier de liquidités après hypothèque de bijoux. L’afflux des citoyens vers l’agence de prêt sur gages d’Annaba devient une situation phénoménale pour les nombreuses opérations confondues à savoir engagement de bijoux ou désengagement. Il faut savoir aussi l’affluence est plus importante à l’approche des fêtes de mariage, de l’aïd, du ramadhan et de la rentrée scolaire. La Nouvelle République Algérie, La chute du social algérien conduit vers le prêt sur gage – La Nouvelle République Algérie

Traductions du mot « gager »

Langue Traduction
Corse promesa
Basque konpromisoa
Japonais 誓約
Russe залог
Portugais juramento
Arabe يراهن
Chinois 保证
Allemand versprechen
Italien impegno
Espagnol promesa
Anglais pledge
Source : Google Translate API

Synonymes de « gager »

Source : synonymes de gager sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires