Festonner : définition de festonner


Festonner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FESTONNER, verbe.

A.− Emploi trans.
1. [Le suj. désigne l'agent]
a) [Avec un compl. introduit par de indiquant ce qui décore] Décorer un ouvrage par quelque chose en forme de feston(s). [L'architecture] (...) festonne ses églises de pinacles, de trèfles, de meneaux entrelacés et contournés (Taine, Philos. art,t. 2, 1865, p. 5).La main lente et appliquée de laboureur festonnait d'une grosse encre, au travers des pages, le sillon quotidien (Gracq, Syrtes,1951, p. 46).
b) [Sans compl. introduit par de]
Spéc., COUT. Dessiner, découper ou broder (quelque chose) en forme de feston(s). Festonner une collerette, festonner les bords d'une draperie (Ac.) :
1. Les couturières veillaient jusqu'à minuit pour échancrer des corsages, bouillonner des tulles et festonner des volants. Theuriet, Mariage Gérard,1875, p. 73.
Emploi abs. Elles [les deux sœurs] étaient aussi habiles à faire des reprises qu'à festonner (Balzac, Mais. chat,1830, p. 17).
2. [Le suj. désigne le moyen] Décorer (quelque chose) comme le ferait un feston. Un lierre festonnait la façade. À certains endroits au bord des groupements, la suite ininterrompue des petits points clairs festonne l'obscurité comme une banderole illuminée de rue en fête (Barbusse, Feu,1916, p. 104).Le char était sorti (...) aucune mécanique ne le faisait avancer; on distinguait difficilement, sous le haut bandeau de velours qui festonnait cet échafaud mobile, des pieds espadrillés qui progressaient à très petits pas glissés (Morand, Flagell. Séville,1951, p. 11):
2. Le conte nervalien quitte les noires profondeurs (...) pour dériver (...) vers le petit lac entouré de glaïeuls et d'iris, vers les chaumières dont la vigne et les roses grimpantes festonnent les murs. Durry, Nerval,1956, p. 132.
[Avec un compl. en de indiquant l'aspect que prend le référent du suj.] Et devant chaque maison, (...) les domestiques ou même les maîtres, assis et regardant, festonnaient le seuil d'un liséré capricieux et sombre comme celui des algues et des coquilles dont une forte marée laisse le crêpe et la broderie au rivage, après qu'elle s'est éloignée (Proust, Swann,1913, p. 90).
B.− Emploi intrans.
1. [Le suj. désigne une chose] Former un feston, être disposé en feston. Des dentelures festonnent autour de la statue. Des deux côtés de la route, des vignes courant d'arbre en arbre (...) se développaient en guirlandes à travers les champs, (...) festonnant d'un tronc à l'autre et tachées de grappes de raisin noir (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Colp., 1893, p. 1166).Sa grande robe de chambre de velours ouatiné festonnait sur le sol autour de sa chaise (Druon, Gdes fam.,t. 1, 1948, p. 38):
3. Et il n'y eut plus, devant la maison endormie, que des souffles tièdes qui faisaient tournoyer des brins de paille et qui agitaient le feuillage de la treille festonnant au-dessus de la porte. Moselly, Terres lorr.,1907, p. 104.
P. métaph. À force d'avoir voulu croire, tu as fini par enfanter et par t'implanter, en la déguisant sous le nom de grâce, une idée fixe autour de laquelle maintenant tout festonne (Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 178).
Emploi pronom. passif. Prendre la forme de festons. Des embryons qui ont d'abord une forme lenticulaire, mais dont les bords ne tardent pas à se festonner (E. Perrier, Zool.,t. 1, 1893, p. 617).
2. [Le suj. désigne une pers.] Fam., vieilli. Avoir une démarche titubante. À un nouveau faux pas du Maître d'école [aveugle] il s'écria : Ouvre donc l'œil (...) Tu vas de travers, tu festonnes (Sue, Myst. Paris,t. 3, 1842, p. 35).Nous eûmes la chance, en chemin, de ne faire d'autre fâcheuse rencontre que d'une soûlarde, qui festonnait et manqua de heurter notre bric-à-brac (Arnoux, Juif Errant,1931, p. 207).
REM.
Festonnage, subst. masc.Décoration en forme de feston(s). Spéc., cout. Broderie ou découpure en forme de feston(s). Elle [Manette] monta sur la table à modèle avec sa chemise remontée contre sa poitrine, et dont elle tenait entre ses dents le festonnage d'un haut, dans le mouvement ramassé, pudique, d'une femme honnête qui change de linge (Goncourt, Man. Salomon,1867, p. 181).P. anal., rare. Tracé formé d'une suite de courbes en forme de feston(s). Les variations des composantes (...) produiront une oscillation de P autour de la position moyenne de P, avec une période égale à 18, 7 ans : ces deux mouvements provoqueront un festonnage que l'on appelle nutation (Kourganoff, Astron. fondam.,1961, p. 50).
Prononc. et Orth. : [fεstɔne], [fe-], (il) festonne [fεstɔn]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1533 « orner de festons », ici un écu (Chron. d'Est. de Medicis, I, 348 ds Gdf. Compl.). Dér. de feston*; dés. -er. Fréq. abs. littér. Festonner : 26. Festonnant : 2. Bbg. Quem. DDL t. 6.

Festonner : définition du Wiktionnaire

Verbe

festonner \fɛs.tɔ.ne\ transitif, intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Dessiner, broder ou découper en festons.
    • Festonner une collerette.
    • Festonner les bords d’une draperie.
    • Voici le village au bord de la sente qui côtoie la forêt : vingt chaumières dont la vigne et les roses grimpantes festonnent les murs. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
    • Et devant chaque maison, même celles où ce n’était pas l’habitude, les domestiques ou même les maîtres, assis en regardant, festonnaient le seuil d’un liséré capricieux et sombre comme celui des algues et des coquilles dont une forte marée laisse le crêpe et la broderie au rivage, après qu’elle s’est éloignée. — (Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 1913)
  2. Prendre la forme de festons.
    • Des embryons qui ont d'abord une forme lenticulaire, mais dont les bords ne tardent pas à se festonner. — (E. Perrier, Zoologie, 1893)
  3. (Vieilli) Tituber, avoir une démarche titubante.
    • Nous eûmes la chance, en chemin, de ne faire d'autre fâcheuse rencontre que d'une soûlarde, qui festonnait et manqua de heurter notre bric-à-brac. — (Alexandre Arnoux, Carnet de route du juif errant, 1931)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Festonner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FESTONNER. v. tr.
Dessiner, broder ou découper en festons. Festonner une collerette. Festonner les bords d'une draperie. Il s'emploie aussi intransitivement, dans la langue familière, en parlant de la Démarche titubante d'un homme ivre.

Festonner : définition du Littré (1872-1877)

FESTONNER (fè-sto-né) v. a.
  • 1Orner de festons. La nature en ce lieu plus amie et plus douce Festonne les rochers d'arbustes et de mousse, Lamartine, Joc. II, 75.
  • 2Dessiner, broder, ou découper en festons. Il [le colibri] a le dessus du dos et de la tête de couleur d'or, sur un fond gris qui festonne le bord de chaque plume et rend le dos comme ondé de gris sous or, Buffon, Ois. t. XI, p. 68, dans POUGENS.

    Absolument. Festonner, faire une broderie en point de feston.

  • 3 V. n. Fig. et populairement. Aller en zigzag, étant ivre.
  • 4Se festonner, v. réfl. Se garnir de festons. Ou ce beau peuplier de qui l'énorme tronc, Lorsque de cent hivers il a bravé l'affront, Se festonnant de nœuds d'où sort un vert feuillage, Semble orné par le temps et rajeuni par l'âge, Delille, Jard. I. Les sombres sapins même se festonnent alors du vert le plus tendre, Bernardin de Saint-Pierre, Étude V.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « festonner »

Étymologie de festonner - Littré

Feston.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de festonner - Wiktionnaire

Dénominal de feston.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « festonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
festonner fɛstɔne play_arrow

Conjugaison du verbe « festonner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe festonner

Évolution historique de l’usage du mot « festonner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « festonner »

  • Autrement, un pique-nique réussi sera celui qui réjouira autant l’esprit que l’œil et le palais. On peut festonner le concept en emportant linge brodé, argenterie et cristallerie dans un panier dédié. On en chine de très décents aux puces complets ou vides, l’idée serait alors de l’agencer soi-même. Organiser un déjeuner sur l’herbe ne doit pas vous précipiter dans les affres de la ploucardise. Pique-niquer n’est pas camper. La pratique exige du doigté et du bon goût pratique. On évitera les mauvaises chips au vinaigre, les immondes et gluants pâtés en croûte industriels, le rosé-pamplemousse de sous-préfecture, toutes ces cagades de biscuits apéritif extrudés parfumés à la pizza chimique, les TUC, les mini-saucisses Herta. On ne prépare pas un pique-nique en ratiboisant les rayons du supermarché : on cuisine des choses plaisantes comme la ratatouille, les œufs à l’écossaise, la terrine de sardines, le pain d’aubergines…. Il existe des tas de bouquins de cuisine sur le sujet, truffés de saines recettes. Pour emporter, pas de boîtes plastique. KK beurk. Les bocaux Weck ne sont pas pour les chiens. La vaisselle : no plastoc ! Réunir les assiettes des services dépareillés de Mamita et si ça casse, ce sera toujours plus joyeux que de se les jeter au visage en cas de dispute conjugale. Ceci dit, le pique-nique peut aussi être à l’origine d’une sacrée dérouillée. Motifs : l’oubli du sel, et surtout du tire-bouchon. C’est pourquoi, le vrai pique-niqueur préfèrera toujours le champagne ou le prosecco au vin. Question de bouchon. Autres impairs à éviter : la couverture qui moisit dans le coffre du SUV en guise de nappe, les serviettes en rouleau Sopalin, les verres en carton, la pastèque et le tzatziki. C’est personnel : je déteste le tzatziki et me voir proposer du tzatziki dans le cadre d’un pique-nique me plonge dans des abîmes de dépression curcubitophobe. Pire que le tzatziki, il y a le halloumi (la lumière). Prohiber aussi les desserts fragiles et crémeux au profit des abricots frais et des vraies cerises. Un pique-nique sans cerises, c’est comme un gin sans tonic, un œuf dur sans mayonnaise, une pêche sans melba. Une fois bu et dévoru, on digèrera son pique-nique en s’accordant une siestounette bienfaisante, un livre à la main. Ce sera JambonLaissé, de Guillaume Remuepoire, soit Hamlet de William Shakespeare « traduit à l’aide de Google Traduction », œuvre saugrenue et drôlatique éditée par L’Indéprimeuse, fondée par les sœurs Davina et Felicia Sammarcelli, originaires de Bastia où leur père dirige une imprimerie de labeur. Ouverte à Paris, rue de Calais, dans le IXe, leur galerie est un pique-nique graphique et visuel. Et s’il reste du jambon et des poires secouées, c’est que votre pique-nique aura été une réussite. Enfin, pour tout le reste, sortez la main du panier et Battite à a larga ! C’est du corse, coco, et ça veut dire « Gardez vos distances ». Vanity Fair, La chronique du Concierge masqué : Ode au pique-nique

Images d'illustration du mot « festonner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « festonner »

Langue Traduction
Corse pettine
Basque bieira
Japonais ホタテ貝
Russe гребешок
Portugais vieira
Arabe إكليل
Chinois 扇贝
Allemand jakobsmuschel
Italien pettine
Espagnol vieira
Anglais scallop
Source : Google Translate API

Synonymes de « festonner »

Source : synonymes de festonner sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires