La langue française

Fanfreluche

Sommaire

  • Définitions du mot fanfreluche
  • Étymologie de « fanfreluche »
  • Phonétique de « fanfreluche »
  • Évolution historique de l’usage du mot « fanfreluche »
  • Citations contenant le mot « fanfreluche »
  • Traductions du mot « fanfreluche »
  • Synonymes de « fanfreluche »

Définitions du mot « fanfreluche »

Trésor de la Langue Française informatisé

FANFRELUCHE, subst. fém.

A.− Vx. Petite chose légère, sans consistance. Synon. bagatelle, rien.Une fanfreluche de coquetterie, un rien (Feuillet, Scènes et coméd.,1854, p. 128).
B.− Gén. au plur. Petits ornements voyants de la toilette féminine, tels que passementeries, broderies, dentelles, nœuds, volants. Les plis, les falbalas, les ruches, Les passements, les fanfreluches (Pommier, Paris,1866, p. 374).D'invraisemblables robes à fanfreluches (Arène, J. des Figues,1870, p. 137):
1. Ici, les articles de lingerie fine, les manchettes et les cravates blanches, les fichus et les cols blancs, une variété infinie de fanfreluches légères, une mousse blanche qui s'échappait des cartons et montait en neige. Zola, Bonh. dames,1883, p. 780.
P. ext. Petit accessoire d'ameublement, de décoration. Synon. vieilli freluche.Un énorme gland à fanfreluche, avec des queues en chenille (Loti, Japoneries,1889, p. 331):
2. De temps en temps, je pense à la cathédrale de Syracuse (...). Comme elle est fière, comme elle est brave avec ses fanfreluches baroques, ses statues gesticulantes, ses rubans, ses emblèmes! Green, Journal,1951, p. 80.
Au fig. Ornement musical, fioriture. Le « bel canto » avec ses fioritures et ses fanfreluches (Lavignac, Mus. et musiciens,1895, p. 517).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Fanfrelucheux, euse, adj. Qui aime les fanfreluches ou traduit le goût (de quelqu'un) pour les fanfreluches. Une foule de vanités coquettes, fanfrelucheuses (A. Daudet, Rois en exil, 1879, p. 413). b) Fanfrelucheur, euse, subst. Au fig., péj. Personne qui occupe essentiellement son esprit à des futilités. J'aime bien ce jeune homme tout franc et tout net et qui promet plus qu'un tas de fanfrelucheurs (Verlaine, Corresp., t. 3, 1891, p. 253).
Prononc. et Orth. : [fɑ ̃fʀ əlyʃ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1535 « bagatelle, ineptie » (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, M. A. Screech, V. L. Saulnier, chap. 2, titre : Les Fanfreluches antidotées); 1559 « petite chose légère que le vent emporte » (Calvin, Institution chrétienne, 16 ds Littré); 1611 « petit ornement utilisé dans la toilette » (Cotgr.). Altération expressive de l'a. m. fr. fanfelue « bagatelle » (dep. 1174-78, E. de Fougères, Manières, éd. J. Kremer, 16; cf. déjà fanfeluce en 1405, Chr. de Pisan, Le livre des trois vertus ds Delb. Notes mss), du b. lat. famfalūca « bulle d'air » (v. glose ds TLL), lui-même issu, par dissimilation vocalique et assimilation consonantique, du gr. π ο μ φ ο ́ λ υ ξ « id. » (v. FEW t. 9, pp. 145-151). Fréq. abs. littér. : 41.

Wiktionnaire

Nom commun

fanfreluche \fɑ̃.fʁə.lyʃ\ féminin

  1. Garnitures légères, enjolivements de la toilette féminine.
    • La tenue uniforme s’agrémentait de rubans et de fanfreluches, d’adjonctions intelligentes à la robe, sous laquelle s’affinaient les traits et se devinaient les dispositions et les développements physiques. — (Alphonse Momas, La Chute des vierges, chap. 1, 1907)
    • Vous dites bien, ma belle, répondait Élodie. Mais rien n’est plus coûteux en toilette que la simplicité. Et ce n’est pas toujours par mauvais goût que nous mettons des fanfreluches ; c’est quelquefois par économie. — (Anatole France, Les dieux ont soif, chap. 10, Calmann-Lévy, 1912, p. 142)
    • Alors Marie Coquelière s'élance sur la pente, soutenant à deux mains ses mamelles ; elle s’accroupit, relève le rouleau de fanfreluches et sait très bien tirer, de la toilette un peu tassée, mille plis nouveaux à coups de chiquenaudes. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 34)
  2. (Par extension) (Au singulier) Activité consistant à fabriquer, à vendre des fanfreluches.
    • L’assassin était un fils de famille, dont le père s’était élevé à la force du poignet, partant d’une petite mercerie pour créer un empire de la fanfreluche, et gagner le droit d’habiter place Bellecour. — (Geneviève Parot, La Folie des solitudes, 2009)
  3. (Figuré) (Au pluriel) Enjolivement, fioriture, accessoire décoratif.
    • Mais de quoi allé-je m’aviser de vous raconter cette petite orgie, tant racontée déjà, avec toutes les fanfreluches de ce style dont chacun sait le secret aujourd’hui ? — (Charles Monselet, Monsieur de Cupidon, V. Lecou, 1854, p. 222-223)
    • Cavalerie, ma mie, à vous de donner l’exemple. Quittez vos vieilles fanfreluches, soutaches, brandebourgs ou plastrons ; pelisses engonçantes, habits vestes étranglant la taille ; tresses et torsades gênant les mouvements. Renoncez à ces couleurs éclatantes, cibles niaisement glorieuses, devant le tir certain des armes d’aujourd’hui. Disons ensemble ici, un dernier adieu à ces héroïques défroques, symboles encore si vivaces des sublimes chimères pour lesquelles nos pères versèrent le plus pur de leur sang ; cela fait, endossez gaiement votre nouvelle tunique qui, pour si sombre et si prussienne qu’elle soit, est aussi plus saine, plus commode, moins coûteuse, vous couvrant mieux les reins et vous tenant plus chaud au ventre. — (Émile-Marcelin-Isidore Planat dit « Marcelin », « Vieux Uniformes », in La Vie parisienne : magazine mensuel artistique et littéraire, 19 décembre 1868)
    • Le génie du père Gallimard a été cette couverture blanche. Elle condamnait d’emblée le récit innocent, menaçait les séculaires fictions que fanfreluches et autres illustrations célébraient comme de vieilles courtisanes effondrées dans des sofas et des dentelles. — (Patrick Chamoiseau, cité par Éric Loiret, « Pour ses 100 ans, Gallimard cherche le roman du XXe siècle » dans Libération, 10 février 2011)
  4. (Figuré) (Au singulier) Chose de peu d’intérêt, de peu de valeur…
    • Mon seul dieu : l’argent
      Tout le reste c’est de la fanfreluche. — (Félix Leclerc, Rêves à vendre, ou, Troisième calepin du même flâneur, 1984)
  5. (Figuré) (Au singulier) Fantaisie…
    • L’Écho de Paris, cependant, reproche à La Fronde un manque de fanfreluche ! — (Évelyne Le Garrec, Séverine, vie et combats d’une frondeuse, 2009)

Forme de verbe

fanfreluche \fɑ̃.fʁə.lyʃ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de fanfrelucher.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de fanfrelucher.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de fanfrelucher.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de fanfrelucher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de fanfrelucher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FANFRELUCHE. n. f.
Garnitures légères, enjolivements de la toilette féminine. Fig., Les fanfreluches du style.

Littré (1872-1877)

FANFRELUCHE (fan-fre-lu-ch') s. f.
  • 1Chose très petite, presque sans substance et qui se détruit très facilement. C'est pour cela qu'il [Rabelais] a employé le mot fanfreluche, qui signifie souvent un papillon qui périt par le feu, venant se brûler soi-même à la chandelle, Lett. de M. Lacrose à M. Le Duchat, dans le Rabelais de 1813, t. I, p. 49.
  • 2 Terme de dénigrement. Ornement apparent, de peu de valeur et de peu de goût. Si vous joignez à toutes ces fanfreluches-là des airs évaporés, ce n'est pas pour une dame qu'on vous prendra, Genlis, Théât. d'éduc. la Lingère, I, 5.

    Fig. L'idée qu'on peut faire passer une infinité de lignes courbes entre la tangente et le cercle m'a toujours paru une fanfreluche de Rabelais, Voltaire, Lett. à d'Alembert, 50.

HISTORIQUE

XIIIe s. Elle lui dist tant de bellues, De trufes et de fanfelues, Rutebeuf, 295. Que me valent tex [telles] fanfelues ? la Rose, 9328.

XVIe s. Que les Epicuriens me respondent, veu qu'ils imaginent que tout se fait selon que les petites fanfreluches qui volent en l'air semblables à menue poussiere, se rencontrent à l'aventure ? Calvin, Instit. 16. Les fanfreluches antidotées, Rabelais, Garg. I, 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fanfreluche »

Attesté en 1534 chez Rabelais[1]. De l’ancien français fanfelue (« bagatelle »), attesté sous la forme fanfeluce en 1405[2], du latin famfaluca (« bulle d’air »)[3], issu lui-même du grec ancien πομφόλυξ, pomphólyx (« bulle d’air »)[4].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ital. fanfaluca ; bas-lat. famfaluca, famfoluca (Flor. gloss. : Famfaluca græce, bulla aquatica latine dicitur) ; altération du grec πομφόλυξ, bulle (voy. POMPHOLYX).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fanfreluche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fanfreluche fɑ̃frǝlyʃ

Évolution historique de l’usage du mot « fanfreluche »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fanfreluche »

  • Charron restera toujours Charron. Pour l’élection du maire mercredi 27 mai, pas de chichi, pas de fanfreluche, encore mois de ruban tricolore, mais de l’action au détour des votes. SudOuest.fr, Charron (17) : Jérémy Boisseau, réélu maire, recadre l’opposition

Traductions du mot « fanfreluche »

Langue Traduction
Anglais fanfreluche
Espagnol fanfreluche
Italien fanfreluche
Allemand fanfreluche
Chinois 幻想曲
Arabe المروحة
Portugais fanfreluche
Russe fanfreluche
Japonais ファンフレッシュ
Basque fanfreluche
Corse fanfreluche
Source : Google Translate API

Synonymes de « fanfreluche »

Source : synonymes de fanfreluche sur lebonsynonyme.fr
Partager