La langue française

Colifichet

Sommaire

  • Définitions du mot colifichet
  • Étymologie de « colifichet »
  • Phonétique de « colifichet »
  • Évolution historique de l’usage du mot « colifichet »
  • Citations contenant le mot « colifichet »
  • Images d'illustration du mot « colifichet »
  • Traductions du mot « colifichet »
  • Synonymes de « colifichet »

Définitions du mot colifichet

Trésor de la Langue Française informatisé

COLIFICHET, subst. masc.

A.− Vx. Petit ornement en papier découpé puis collé sur un support (bois, textiles divers, etc.); ouvrage de broderie collé sur un support de papier.
Rem. Attesté ds Littré, Guérin 1892, DG, Nouv. Lar. ill. − Lar. Lang. fr.
B.− Usuel
1. Petit objet de fantaisie, de peu de valeur et de mauvais goût, sans utilité réelle, utilisé pour la parure ou la décoration. Porter le colifichet. On était charmé (...) par l'élégance du lieu (...); pas de colifichets, pas de bibelots inutiles (C. Saint-Saëns, Portraits et souvenirs,1909, pp. 170-171).Une carambouille en articles de colifichets, surtout des lingeries, rien que du fragile, de l'extrêmement bon marché (Céline, Mort à crédit,1936, p. 19).Il (...) portait (...) sur toute sa personne et dans ses poches des petits riens et des colifichets à la mode (Cendrars, La Main coupée,1946, p. 206):
1. Jamais rien de léger [en Allemagne], rien de tendant au colifichet et au ridicule dès que la mode en est passée comme beaucoup de nos vêtements de France. Stendhal, Journal,t. 2, 1805-08, p. 451.
2. « Beaucoup trop de colifichets, de rubans. Tu me feras le plaisir d'ôter ce collier. Toutes ces petites choses qu'on te donne pour m'humilier sans doute... ». Green, Journal,1928-34, p. 286.
P. métaph. Voilà longtemps (...) que vous me faites l'honneur de souhaiter ma conquête. Votre vanité, qui n'est pas mince, se serait accommodée de ce colifichet (O. Feuillet, Scènes et proverbes,1851, p. 158).Il y a des raffinements de point d'honneur qui ne sont guère plus que des colifichets (Bernanos, Dialogues des Carmélites,1948, 3etabl., 3, p. 1617):
3. Pour cette jeune mère coquette, son enfant est un colifichet parmi d'autres; pour ce mari avantageux, sa femme représente une parure flatteuse, un élément de son prestige social. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 483.
Par antiphrase. ,,Étrange créature, dis-je, que la Fée aux Miettes, (...) qui a mendié deux cents ans, de pays en pays, avec un colifichet de cinquante millions à son cou`` (Nodier, La Fée aux Miettes,1831, p. 134).
2. P. ext.
a) Dans le domaine artistique. Œuvre sans intérêt et de mauvais goût; surcharge de mauvais goût. Église du XVesiècle et portail de la renaissance, roman contrefait, avec des colifichets en sculpture (Michelet, Journal,1842, p. 465).Ces fastidieux colifichets que nous prenons volontiers pour des maisons de campagne (Viollet-le-Duc, Entretiens sur l'archit.,1872, p. 370).Elle n'aimait pas cette église, moderne, ornée de colifichets ridicules (Drieu La Rochelle, Rêveuse bourgeoisie,1939, p. 9).
P. méton. Mauvais goût. Ah! ce n'est pas de la camelote [le journal le Globe], du colifichet, du papillotage, de la soie qui se déchire quand on la regarde (Balzac, L'Illustre Gaudissart,1834, p. 42).L'hôtel de la Païva − au fond, d'un affreux colifichet, d'un style turc-renaissance (E. et J. de Goncourt, Journal,1868, p. 427).
b) Objet futile et superflu. Nous avons retiré de nos autels les fleurs et les plissures de linge et tant de colifichets qui encombrent les autres monastères (Montherlant, Port-Royal,1954, p. 996):
4. Les dentelles, les bijoux, les cachemires, tous ces colifichets de luxe, toutes ces superfluités ruineuses qui ne conservent quelque valeur que dans les quartiers où l'on en fait usage. Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,1813, p. 164.
3. P. méton., rare. Personne qu'une coquetterie de mauvais goût fait se parer avec excès, affectation. [D'Avisseau :] Tiens, regarde ce médaillon. − De qui? − Du colifichet. L'ami se penche (...) − Des yeux à frire l'âme! (G. d'Esparbès, La Guerre en dentelles,1896, p. 256).
C.− P. anal. [P. réf. au peu de poids ou à la petite taille des colifichets]
1. Biscuit très léger donné en nourriture aux oiseaux. MmeVerdurin, juchée sur son perchoir, pareille à un oiseau dont on eût trempé le colifichet dans du vin chaud, sanglotait d'amabilité (Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 205).
2. CÉRAM. Support de cuisson conçu et posé de telle sorte que le point de contact avec la poterie soit le plus léger possible. (cf. A. Brongniart, Traité des Arts céramiques, t. 1, 1877, pp. 199-200). Synon. pernette.
Prononc. et Orth. : [kɔlifiʃ ε]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. [1640 (Manuscrit de P.-D. Huet ds Fr. mod., t. 14, p. 288)]; 1680 « petit objet de fantaisie sans grande valeur » (Rich.); 2. 1690 « ornement de papier collé sur du bois, du velours » (Fur.); 3. 1803 « petit biscuit léger qu'on donne aux oiseaux » (Almanach des Gourmands, p. 126 ds Fr. mod., t. 24, p. 137); 4. 1828 céram. « support pour les poteries » (Bastenaire, Daudenart, L'Art de fabriquer la faïence..., p. 455). Altération du m. fr. coeffichier (1458 ds Gdf., mot de sens obscur paraissant désigner un accessoire de coiffure prob. à rattacher à coiffe*) par attraction de coller* et affiquet*. Fréq. abs. littér. : 66.

Wiktionnaire

Nom commun

colifichet \kɔ.li.fi.ʃɛ\ masculin

  1. (Vieilli) Petit morceau de papier, de carton, de parchemin représentant une ou des figures et collé sur du bois, du velours, etc.
  2. (Vieilli) Ouvrage de broderie fait sur du papier qui lui sert de fond.
  3. (Couture) Menu ajustement vestimentaire qui ne sert qu’à la parure.
    • Une très grande partie des ressources réunies par nos ménages du XXe siècle passe en oripeaux inutiles, en colifichets, en fioles, en brimborions, en honoraires de coiffeurs, en cosmétiques. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Il arrivait que mon père proposât le dimanche à ma mère d'aller voir sa sœur. C’était la plus grande joie de la pauvre femme, une sainte, qui partait, toute gaie, mais, quand elle rentrait, ses armoires, ses malles avaient été fouillées et il n’y restait plus ni une perle ni un ruban, pas le moindre colifichet, que des cendres dans la cheminée. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 147.)
  4. (Architecture) Petit ornement mesquin, mal placé ou qui n'est pas en rapport avec le lieu où il est mis.
    • Des maisons, des églises surchargées de colifichets.
    • Cette pièce est pleine de traits d’esprit, mais qui ne sont que des colifichets.
    • […] les blessures de l’architecture gothique, leurs misérables colifichets d’un jour, leurs rubans de marbre, leurs pompons de metal. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
  5. (Menuiserie) Petit panneau triangulaire qui, dans une feuille de parquet, est assemblé sur chacun des quatre côtés de la feuille, entre les pièces d’onglet et le bâti, synonyme de guinguin.
  6. Sorte de pâtisserie sèche et très légère, faite sans beurre et sans sel, que l'on donne à manger aux oiseaux tenus en cage.
    • La nourriture ordinaire des serins est du millet, de la navette qu’on leur mêle également ; on suspend aussi dans leur cage une sorte de pâtisserie qu’on appelle colifichet. — (Denis Diderot et Jean le Rond D'Alembert, Encyclopédie méthodique, 1784, tome 2, page 440)
    • Mme Verdurin, juchée sur son perchoir, pareille à un oiseau dont on eût trempé le colifichet dans du vin chaud, sanglotait d’amabilité. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, Éditions Gallimard, Folio n°1924, 1987, page 202)
    • Une de ces pâtisseries légères et sèches dites « colifichets » qu’on insère entre les barreaux des cages pour servir de nourriture aux petits oiseaux. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 35.)
  7. Machine dont se servaient autrefois les ajusteurs pour réduire la monnaie au poids égal.
  8. (Musique) Passages trop fréquents qui présentent une trop grande variété de sons, tels que la broderie et les roulades, qui étonnent l'oreille sans plaire à l'esprit, sans toucher le cœur, comme le chant simple, pur et tendre.
  9. Objet de peu de valeur servant de porte-bonheur.
    • Les gri-gris, talismans et autres colifichets ne portent bonheur qu’à ceux qui y croient.
    • Mais quant à ce que je te donne, je ne veux pas que des écus si péniblement ensachés s’en aillent en carrosses ou en colifichets. — (Honoré de Balzac, La Maison du chat-qui-pelote, 1829)
    • Chaque matin, un pareil colifichet se trouvait déposé sur le bureau du maître, sans qu'il pût en expliquer la venue. — (Jean Ray, Harry Dickson, La Bande de l'araignée, 1932)
    • […] il a fini par ouvrir sa chemise et a aussitôt empoigné un colifichet pendu autour de son cou. — (Glen Cook, Le Château noir, 1984)
  10. (Figuré) Élément ou argument mis en avant qui a peu de valeur ou sera vite oublié.
    • Bref, revendiquée par tous, parfois comme un axe central source d’identité politique nationale, parfois comme un colifichet électoral, l’écologie sera au cœur des municipales, en paroles tout du moins. — (Alexandre Lemarié , Lucie Soullier , Abel Mestre , Sylvia Zappi , Julie Carriat et Sacha Nelken, Tous écolos ? La campagne municipale s’annonce verte à tous les étages, Le Monde. Mis en ligne le 13 novembre 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COLIFICHET. n. m.
Petit objet de fantaisie. Il n'a que des colifichets dans son cabinet. Il se dit plus souvent des Ajustements de femme qui ne servent qu'à la parure. Des colifichets de femme. Il se disait aussi, au propre et au figuré, de Certains ornements mal placés. Des maisons, des églises surchargées de colifichets. Cette pièce est pleine de traits d'esprit, mais qui ne sont que des colifichets.

Littré (1872-1877)

COLIFICHET (ko-li-fi-chè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel l's se lie : des colifichets élégants, dites : des ko-li-fi-chè-z élégants ; colifichets rime avec attraits, jamais, succès, etc.) s. m.
  • 1Anciennement petit morceau de papier, de carte, de parchemin, coupé proprement avec des ciseaux et représentant diverses figures, que l'on colle ensuite sur du bois, du velours, etc.
  • 2Babiole, bagatelle, petit objet de fantaisie. De petites branches d'arbre l'amuseront autant que ces magnifiques colifichets, Rousseau, Ém. I. Il eût fait plus de cas de la boutique d'un taillandier que de tous les colifichets de Saïde, Rousseau, Ém. III. Comment se peut-il que vous soyez si fidèle et si généreux, après n'avoir pas eu de honte de me vendre des colifichets quatre fois au-dessus de leur valeur ? Voltaire, Babouc.
  • 3Ornement futile et souvent de mauvais goût. Des églises gothiques surchargées de colifichets. Moquez-vous, devant les enfants, des colifichets dont certaines femmes sont si passionnées, Fénelon, XVII, 94.

    Fig. Homme ou femme chargée de colifichets. Ne verrai-je jamais les femmes détrompées De ces colifichets, de ces fades poupées ? Regnard, le Joueur, I, 2. Vous me préférez donc votre insipide amant, Votre colifichet plein de fard et de gomme, Oui pour toutes vertus est un beau petit homme, Boursault, Fables d'Ésope, III, 3. Il n'a d'autre défaut qu'un peu d'étourderie ; Et, grâce à vous, Géronte en va voir le portrait Comme d'un libertin et d'un colifichet, Gresset, Méchant, II, 1.

  • 4Afféterie dans un ouvrage littéraire. Mais ne voyez-vous pas que cela vaut bien mieux Que ces colifichets dont le bon sens murmure ? Molière, Mis. I, 2. À vingt-cinq ans vous m'envoyez de Paris des colifichets de lettres, Rousseau, Hél. II, 23.
  • 5Sorte de biscuit léger qu'on donne aux oiseaux.
  • 6 En termes de monnaie, petite machine dont se servaient les ajusteurs pour réduire les espèces au poids légal.
  • 7Petite pièce du bâti d'un parquet.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COLIFICHET. Ajoutez :
8Ustensile qui sert dans la poterie.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « colifichet »

Coller, et ficher ; ce qui est le premier sens de colifichet.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin colla (« colle ») et figo (« je fige, j'attache ») : « attaché avec de la colle » Référence nécessaire.
D’autres hypothèses sont formulées par le TLFi et le Littré : selon eux, la première partie du mot vient directement de coller puis de affiquet ou ficher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « colifichet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
colifichet kɔlifiʃɛ

Évolution historique de l’usage du mot « colifichet »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « colifichet »

  • De même, les frites de l’homme blanc ont pour bon nombre d’indigènes plus d’attrait que l’igname et le maïs grillé. Plutôt qu’apprendre de ses aînés des techniques de peinture ou de chasse, un enfant au regard absent exécute des bêtes sauvages sur le petit écran de sa console de jeu, colifichet moderne participant d’un ethnocide en cours. Télérama, “Ex-pajé”, au crépuscule de la culture chamanique des Indiens d’Amazonie

Images d'illustration du mot « colifichet »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « colifichet »

Langue Traduction
Anglais trinket
Espagnol baratija
Italien gingillo
Allemand schmuckstück
Chinois 饰品
Arabe حلية
Portugais bugiganga
Russe безделушка
Japonais 小物
Basque trinketean
Corse trinket
Source : Google Translate API

Synonymes de « colifichet »

Source : synonymes de colifichet sur lebonsynonyme.fr
Partager