La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « évidemment »

Évidemment

Définitions de « évidemment »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉVIDEMMENT, adv.

A.− D'une manière évidente, manifeste aux sens et notamment à la vue :
1. L'attention de Julien fut vivement distraite par l'arrivée presque immédiate d'un être tout différent. C'était un grand homme, très maigre et qui portait trois ou quatre gilets. Son œil était caressant, son geste poli. C'est toute la physionomie du vieil évêque de Besançon, pensa Julien. Cet homme appartenait évidemment à l'Église, il n'annonçait pas plus de cinquante à cinquante-cinq ans, on ne pouvait pas avoir l'air plus paterne. Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 372.
B.− D'une manière évidente pour l'esprit.
1. [Détermine un adj. à valeur gén. négative] Évidemment faux, impossible, insoluble. Si cette confiance, évidemment absurde et folle, n'implique pas quelque chose de criminel, le lecteur en décidera (Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. cxii).Aux jours évidemment rares de leur toilette, on aurait deviné leur âge : aujourd'hui, il aurait fallu le leur demander (Hamp, Marée,1908, p. 29).
Il est évidemment souhaitable que. Il est évidemment souhaitable que se constituent de nouvelles entités puissantes (Beaufre, Dissuasion et strat.,1964, p. 185).
2. [Détermine un verbe ou une loc. verbale] Appartenir évidemment à, dépendre évidemment de, prouver évidemment que :
2. Je ne me rendais évidemment pas compte de la contradiction qui divisait mon père : mais je réalisai vite celle de ma propre situation. Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 179.
3. [En fonction d'adv. de phrase] Elle le regarda, puis regarda les tentures, stupéfiée. Évidemment, cette porte murée de noir la bouleversait (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 217):
3. Un grand véhicule, bondé d'hommes armés, barrait la grand'route. Qu'était-ce que ces hommes? − évidemment des malfaiteurs! des bandits! − évidemment! Hélas! non. C'était la troupe jumelle des bons bourgeois de Pibrac. Villiers de L'I.-A., Contes cruels,1883, p. 252.
Bien évidemment. Il s'agit, tout d'abord, de proposer au pays qu'(...)il amène l'assemblée à concentrer son labeur sur son principal objet qui sera, bien évidemment, d'établir la constitution (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 591).
Prononc. et Orth. : [evidamɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. xiiies. (Légende de G. de Roussillon, 224 ds T.-L.). Dér. de évident*; suff. -ment2*. Fréq. abs. littér. : 4 078. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 071, b) 4 683; xxes. : a) 5 315, b) 8 164.

Wiktionnaire

Adverbe - français

évidemment \e.vi.da.mɑ̃\ invariable

  1. D’une manière évidente.
    • Et il s’abîma en des recherches mentales, évidemment compliquées et très pénibles, s’il fallait en juger par les diverses grimaces qui se succédèrent sur son visage, […]. — (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • L'abondante littérature idyllique des professeurs de rhétorique est évidem­ment une pure vanité. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.363)
    • De cela même que je pensais à douter de la vérité des autres choses, il suivait très évidemment et très certainement que j’étais. — (René Descartes, Méth. IV, 2.)
    • Les uns veulent toujours croire aveuglément, les autres veulent toujours voir évidemment. — (Nicolas Malebranche, Rech. IV, 3.)
  2. Il est certain que… ; indiscutablement. — Note : Dans cette acception, il se met au commencement de la phrase.
    • Évidemment il a prouvé ce qu’il voulait démontrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉVIDEMMENT. adv.
D'une manière évidente. Faire voir évidemment. Prouver évidemment. Il s'emploie aussi comme affirmation d'une chose indiscutable. Évidemment, vous êtes dans l'erreur.

Littré (1872-1877)

ÉVIDEMMENT (é-vi-da-man) adv.
  • 1D'une manière évidente. De cela même que je pensais à douter de la vérité des autres choses, il suivait très évidemment et très certainement que j'étais, Descartes, Méth. IV, 2. Les uns veulent toujours croire aveuglément, les autres veulent toujours voir évidemment, Malebranche, Rech. IV, 3.
  • 2Il est certain que… Évidemment il a prouvé ce qu'il voulait démontrer.

    Dans cette acception, évidemment se met au commencement de la phrase.

    S'emploie quelquefois dans les réponses pour certainement.

HISTORIQUE

XIIIe s. Je le connois evidanment, Lai d'amours, Jubinal, t. II, p. 190.

XVe s. Et tousjours se plaignoit-on du gouvernement qui estoit très mauvais, et le voioit on evidemment, mais aucune provision ne s'y mectoit, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1405.

XVIe s. Hannibal s'en alla monter sur une petite butte, non gueres roide, de laquelle il pouvoit descouvrir evidemment tout le camp des Romains, Amyot, Fab. 31.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉVIDEMMENT. - ÉTYM. Ajoutez : On trouve evidentement : XIVe s. Aussi fut la trahison tantost aprez evidentement ouverte, J. le Bel, Vrayes Chroniques, t. I, p. 191.

XVIe s. Vous me semblez evidentement errer, Rabelais, Pant. III, 14. Cette forme est venue en usage quand on a donné aux adjectifs en ent un féminin en ente, et non, comme faisait l'ancienne langue, en ent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « évidemment »

De évident et du suffixe -ment.
→ voir -emment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Évident, et le suffixe ment ; provenç. evidenmen.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « évidemment »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
évidemment evidamɑ̃

Fréquence d'apparition du mot « évidemment » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « évidemment »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « évidemment »

  • Je pense, donc je sue. De trouille, évidemment.
    Jacques Sternberg
  • "Mais pour que les ménages consomment leur épargne, l'élément clé qui ne se mesure pas mais qui est absolument central, c'est la confiance." Confiance sanitaire évidemment, mais aussi confiance économique.
    BFM BUSINESS — L'épargne des Français est la réserve de croissance « la plus forte que nous ayons »
  • Il y aura donc une quarantaine pour les vacanciers et voyageurs belges de retour d’une zone à risque. Si les contours légaux de la mesure sont difficiles à établir, il convient de s’intéresser au retour au travail pour toutes ces personnes. Si le télétravail devra être privilégié quand c’est possible, tous les métiers ne le permettent pas, évidemment.
    Indemnité ou chômage temporaire en quarantaine ? La question fait débat - DH Les Sports+
  • "On passera au mois de septembre, dans une étape de Chauvigny jusqu'à Sarran - fief des Chirac, chez lui à Saint-Léonard-de-Noblat, et on lui rendra évidemment hommage. Je serai aussi à Chauvigny dans quelques jours pour inaugurer là-bas une place Raymond Poulidor", précise le directeur du Tour.
    Europe 1 — Premier Tour de France sans Raymond Poulidor : "On lui rendra évidemment hommage"
  • Le ministre, dont la nomination à l'Intérieur a provoqué la colère et l'indignation des associations féministes, a déclaré n'avoir « évidemment » rien à se reprocher et marcher « la tête haute ». Il a affirmé avoir, dès sa prise de fonction, écrit une lettre à son administration « pour n'avoir aucune information ni (lui)-même ni (s)on cabinet en ce qui (l)e concerne ». « Je suis à la disposition des magistrats », a-t-il souligné. « Je me rendrai à n'importe quelle convocation des magistrats instructeurs », a-t-il complété.
    Le Point — Accusé de viol, Darmanin se défend et dit « avoir le droit à la présomption d'innocence » - Le Point
  • « Sur le principe, je suis évidemment d'accord », lâche Michel, 62 ans. J'ai toujours été frappé par les avantages des salariés des grands groupes par rapport à ceux des toutes petites entreprises, poursuit le propriétaire de la Maison de la presse, rue de Maurepas. Inscrire cette tentative d'équité dans la loi me semble une bonne chose ».
    leparisien.fr — «Sur le principe, je suis évidemment d’accord» : des petits patrons plutôt favorables au partage des bénéfices - Le Parisien
  • La plupart des gens de province ne se rendent évidemment pas un compte exact des procédés que les gens illustres emploient pour mettre leur cravate, marcher sur le boulevard, bayer aux corneilles ou manger une côtelette.
    Honoré de Balzac —  Modeste Mignon
  • Les éruptions volcaniques sont comme des feux de cheminée. Évidemment sur notre terre nous sommes beaucoup trop petits pour ramoner nos volcans. C’est pourquoi ils nous causent des tas d’ennuis.
    Antoine de Saint-Exupéry — Le Petit Prince
  • Nous avouerons que notre héros était fort peu héros en ce moment. Toutefois, la peur ne venait chez lui qu’en seconde ligne ; il était surtout scandalisé de ce bruit qui lui faisait mal aux oreilles. L’escorte prit le galop ; on traversait une grande pièce de terre labourée, située au delà du canal, et ce champ était jonché de cadavres.— Les habits rouges ! les habits rouges ! criaient avec joie les hussards de l’escorte, et d’abord Fabrice ne comprenait pas ; enfin il remarqua qu’en effet presque tous les cadavres étaient vêtus de rouge. Une circonstance lui donna un frisson d’horreur : il remarqua que beaucoup de ces malheureux habits rouges vivaient encore ; ils criaient évidemment pour demander du secours, et personne ne s’arrêtait pour leur en donner. Notre héros, fort humain, se donnait toutes les peines du monde pour que son cheval ne mît les pieds sur aucun habit rouge. L’escorte s’arrêta ; Fabrice, qui ne faisait pas assez d’attention à son devoir de soldat, galopait toujours en regardant un malheureux blessé.— Veux-tu bien t’arrêter, blanc-bec ! lui cria le maréchal-des-logis. Fabrice s’aperçut qu’il était à vingt pas sur la droite en avant des généraux, et précisément du côté où ils regardaient avec leurs lorgnettes. En revenant se ranger à la queue des autres hussards restés à quelques pas en arrière, il vit le plus gros de ces généraux qui parlait à son voisin, général aussi, d’un air d’autorité et presque de réprimande ; il jurait. Fabrice ne put retenir sa curiosité ; et, malgré le conseil de ne point parler, à lui donné par son amie la geôlière, il arrangea une petite phrase bien française, bien correcte, et dit à son voisin :— Quel est-il ce général qui gourmande son voisin ?— Pardi, c’est le maréchal !— Quel maréchal ?— Le maréchal Ney, bêta ! Ah ça ! où as-tu servi jusqu’ici ?Fabrice, quoique fort susceptible, ne songea point à se fâcher de l’injure ; il contemplait, perdu dans une admiration enfantine, ce fameux prince de la Moskowa, le brave des braves.Tout à coup on partit au grand galop. Quelques instants après, Fabrice vit, à vingt pas en avant, une terre labourée qui était remuée d’une façon singulière. Le fond des sillons était plein d’eau, et la terre fort humide, qui formait la crête de ces sillons, volait en petits fragments noirs lancés à trois ou quatre pieds de haut. Fabrice remarqua en passant cet effet singulier ; puis sa pensée se remit à songer à la gloire du maréchal. Il entendit un cri sec auprès de lui ; c’étaient deux hussards qui tombaient, atteints par des boulets ; et, lorsqu’il les regarda, ils étaient déjà à vingt pas de l’escorte. Ce qui lui sembla horrible, ce fut un cheval tout sanglant qui se débattait sur la terre labourée en engageant ses pieds dans ses propres entrailles ; il voulait suivre les autres : le sang coulait dans la boue.Ah ! m’y voilà donc enfin au feu ! se dit-il. J’ai vu le feu ! se répétait-il avec satisfaction. Me voici un vrai militaire. À ce moment, l’escorte allait ventre à terre, et notre héros comprit que c’étaient des boulets qui faisaient voler la terre de toutes parts. Il avait beau regarder du côté d’où venaient les boulets, il voyait la fumée blanche de la batterie à une distance énorme, et, au milieu du ronflement égal et continu produit par les coups de canon, il lui semblait entendre des décharges beaucoup plus voisines ; il n’y comprenait rien du tout.
    Stendhal — La Chartreuse de Parme
  • Avec la vivacité et la grâce qui lui étaient naturelles quand elle était loin des regards des hommes, Mme de Rênal sortait par la porte-fenêtre du salon qui donnait sur le jardin, quand elle aperçut près de la porte d’entrée la figure d’un jeune paysan presque encore enfant, extrêmement pâle et qui venait de pleurer. Il était en chemise bien blanche, et avait sous le bras une veste fort propre de ratine violette.Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce lui dit tout près de l’oreille:– Que voulez-vous ici, mon enfant?Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout, même ce qu’il venait faire. Mme de Rénal avait répété sa question.– Je viens pour être précepteur, madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux.Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants !
    Stendhal — Le Rouge et le Noir
Voir toutes les citations du mot « évidemment » →

Traductions du mot « évidemment »

Langue Traduction
Anglais obviously
Espagnol obviamente
Italien ovviamente
Allemand offensichtlich
Chinois 明显
Arabe بالتأكيد
Portugais obviamente
Russe очевидно
Japonais 明らかに
Basque jakina
Corse evidentemente
Source : Google Translate API

Synonymes de « évidemment »

Source : synonymes de évidemment sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « évidemment »

Combien de points fait le mot évidemment au Scrabble ?

Nombre de points du mot évidemment au scrabble : 17 points

Évidemment

Retour au sommaire ➦