La langue française

Esquisse

Sommaire

  • Définitions du mot esquisse
  • Étymologie de « esquisse »
  • Phonétique de « esquisse »
  • Évolution historique de l’usage du mot « esquisse »
  • Citations contenant le mot « esquisse »
  • Traductions du mot « esquisse »
  • Synonymes de « esquisse »
  • Antonymes de « esquisse »

Définitions du mot esquisse

Trésor de la Langue Française informatisé

ESQUISSE, subst. fém.

A.− B.-A. Première étude d'une composition picturale, sculpturale, architecturale, indiquant les grandes lignes du projet et servant de base à son exécution définitive. Esquisse au crayon, au pinceau, en terre cuite. Synon. croquis, ébauche, étude, projet.Mon ami Schmucke donnera la « Descente de croix » de Rubens, esquisse de son célèbre tableau d'Anvers, à ma paroisse (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 261).L'esquisse était, en principe, un « état » de l'œuvre antérieur à son achèvement, à l'exécution de ses détails surtout (Malraux, Voix Silence,1951, p. 107):
1. Il y avait là cinq études, deux têtes de femme et trois têtes d'homme, peintes avec une véritable énergie (...) − C'est toi qui as fait cela? demanda-t-il [l'artiste] à Laurent. − Oui, répondit celui-ci. Ce sont des esquisses qui me serviront pour un grand tableau que je prépare. Zola, T. Raquin,1867, p. 169.
2. Aux yeux du moderne « l'esquisse vaut le tableau » décrète Valéry. (...) Il n'en demeure pas moins que tout peintre, même moderne, même révolutionnaire, se garde de confondre l'esquisse (ou recherche, spontanée ou non, de la solution d'une partie du problème pictural), avec le tableau, somme, amalgame des solutions les plus diverses et les plus rigoureusement complémentaires. Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 145.
SYNT. Esquisse à la craie, au fusain, à la plume; esquisse en cire; tracer une esquisse, jeter une esquisse sur le papier.
P. métaph. :
3. ... la règle que je me suis faite (...) de faire succéder, autant que je puis, une esquisse légère de nos goûts, de nos plaisirs, de nos travers ou de nos ridicules, à la peinture plus sérieuse de nos vertus, de nos malheurs ou de nos vices... Jouy, Hermite,t. 4, 1813, p. 297.
B.− P. anal.
1. Plan sommaire, ensemble de notes, d'indications générales servant de point de départ à une œuvre littéraire ou musicale. Esquisse d'un ouvrage dramatique, d'un poème, d'un roman. Synon. canevas, ébauche.J'ai retrouvé une ancienne esquisse écrite il y a huit ans dont le plan est meilleur que tous ceux que j'ai faits depuis (Constant, Journaux,1805, p. 187).Quand enfin l'esquisse entière de la partition fut tracée, je me mis à retravailler le tout (Berlioz, Souv. voy.,1869, p. 225):
4. ... je ne rapporte que des notes, des esquisses informes : matière brute, à mettre en œuvre plus tard. Mon livre a, de ce fait, beaucoup avancé, à l'intérieur, en profondeur; les personnages ont précisé leurs contours; les événements se sont ajustés chronologiquement... Martin du G., Souv.,1942, p. CXV.
2. Étude fournissant un aperçu général sur un sujet, une matière. Esquisse historique, philosophique; tracer l'esquisse d'une époque, d'une société. « Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain » (titre d'un ouvrage de Condorcet, 1794). Il donne d'abord une esquisse des différentes époques de l'histoire du théâtre allemand (Staël, Allemagne,t. 3, 1810, p. 220).Une esquisse d'un système tout mathématique du monde (Valéry, Variétés V,1944, p. 240):
5. V., hier, sans « avoir l'air de rien », a fait à la classe une esquisse de l'histoire de la poésie francaise, dont la dernière et la plus large partie était consacrée au symbolisme − « classique maintenant »... Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1905, p. 143.
C.− Au fig. Ébauche, commencement d'un geste, d'une action. Esquisse d'un mouvement de retraite, d'un sourire. Le mouvement esthétique de 1890, qui avait été une esquisse de libération, s'était écroulé avec Oscar Wilde dans le scandale et le ridicule (Maurois, Édouard VII,1933, p. 287).Comment oseraient-ils [la femme du colonel et Blaise] échanger, non pas une parole, ce serait exorbitant... mais seulement un signe, une esquisse de salut (Arnoux, Solde,1958, p. 203).
Prononc. et Orth. : [εskis]. Enq. : /eskis/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1642 esquisse (Oudin), Empr. à l'ital. schizzo « ébauche (d'un dessin, etc.) », attesté dep. début xvies. (Berni ds Tomm.-Bell.), d'abord « tache que fait un liquide qui gicle » (dep. xives., Boccace, ibid.), déverbal de schizzare « jaillir, gicler », d'orig. onomatopéique (FEW t. 12, pp. 6-7); le got. *slîtjan « fendre, faire éclater » (cf. éclisser) proposé comme étymon de schizzare (Barb. Misc. 10, no5; EWFS2) ne convient pas du point de vue phonétique. Fréq. abs. littér. : 649. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 747, b) 650; xxes. : a) 1 470, b) 889. Bbg. Hope 1971, p. 192.

Wiktionnaire

Nom commun

esquisse \ɛs.kis\ féminin

  1. (Arts) (Peinture) (Architecture) Premier trait d’un dessin ; ébauche, essai en petit d’un ouvrage de peinture, de sculpture ou d’architecture.
    • Vous savez combien sont menteuses ces esquisses, le fruit de hideuses spéculations qui s’en prennent à la personne des gens célèbres, comme si leurs visages étaient des propriétés publiques. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  2. (Figuré) Premier jet ou première mouture d'un ouvrage de l’esprit.
    • L’esquisse d’un poème, d’un ouvrage dramatique. - Une esquisse rapide.
  3. Description sommaire.
    • […], il narra, en une esquisse sommaire et avec les omissions et les inexactitudes naturelles à son genre de mentalité, la série de ses aventures. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 388 de l’éd. de 1921)
    • Le seul étang à grèves est l'étang Pellevin auquel nous réservons une esquisse monographique spéciale. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 114)
  4. (Par extension) Début, à peine visible, d'une action.
    • L’esquisse d’un mouvement de retraite.
    • L’esquisse d’une manœuvre.
  5. (Cartographie) Document cartographique, souvent provisoire, présentant l’aspect général d’un phénomène[1].

Forme de verbe

esquisse \ɛs.kis\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de esquisser.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de esquisser.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de esquisser.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de esquisser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de esquisser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ESQUISSE. n. f.
T. de Beaux-Arts. Premier trait d'un dessin; ébauche, essai en petit d'un ouvrage de peinture, de sculpture ou d'architecture. Esquisse au crayon, à la plume, au pinceau. Faire l'esquisse d'un tableau. Ce peintre doit peindre cette galerie, il nous a montré ses esquisses. J'en ai vu l'esquisse. Tracer une esquisse. Il se dit, figurément, en parlant des Ouvrages de l'esprit. L'esquisse d'un poème, d'un ouvrage dramatique. Une esquisse rapide. On dit par extension L'esquisse d'un mouvement de retraite. L'esquisse d'une manœuvre.

Littré (1872-1877)

ESQUISSE (è-ski-s') s. f.
  • 1 Terme de peinture. Premier plan d'un ouvrage. Esquisse au crayon, à la plume, au pinceau. Les esquisses ont communément un feu que le tableau n'a pas, Diderot, Salon de 1765, Œuvres, t. XIII, p. 206, dans POUGENS. L'esquisse même a sa manière qui n'est pas celle de l'ébauche, Diderot, ib. p. 206. L'esquisse est l'ouvrage de la chaleur et du génie, et le tableau l'ouvrage du travail, de la patience, des longues études et d'une expérience consommée, Diderot, Salon de 1767, t. XIV, p. 434.

    Fig. [L'oiseau-mouche] Vif, prompt, gai, de la vie aimable et frêle esquisse, Et des dieux, s'ils en ont, le plus charmant caprice, Delille, Trois règnes, VII.

  • 2 Terme de sculpture. Premier modèle qu'on fait en terre cuite ou en cire.
  • 3 Par extension, il se dit des ouvrages d'esprit. Une esquisse littéraire. Une esquisse philosophique. C'est l'esquisse d'un discours ; la passion ne fait que des esquisses, Diderot, Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 450.

SYNONYME

ESQUISSE, ÉBAUCHE. L'esquisse est séparée du tableau, dont elle est comme le plan ; et l'ébauche se fait sur le tableau même : elle en est le commencement. Marmontel a péché contre cette distinction quand il a dit : On appelle esquisse en peinture un tableau qui n'est pas fini, mais où les figures, les traits, les effets de lumière et d'ombre sont indiqués par des touches légères, Élém. littér. Œuvres, t. VII, p. 311, dans POUGENS. Il faut ajouter qu'ébauche emporte toujours l'idée d'un ouvrage non achevé, tandis que l'esquisse est complète si l'on n'a besoin que d'elle : on peut avoir l'idée d'un tableau par une esquisse, on ne l'a pas par une ébauche.

HISTORIQUE

XVIe s. Esquiche, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ESQUISSE. Ajoutez :

4 Terme de l'École des beaux-arts. Composition peinte à la grosse, devant servir de projet à un tableau. L'École des beaux-arts publie tous les ans le sujet de l'esquisse peinte mise au concours ; si, dans ce cas spécial, on ajoute peinte, c'est pour ôter aux concurrents tout prétexte de faire une composition dessinée.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ESQUISSE, s. f. (Peinture.) Ce terme, que nous avons formé du mot italien schizzo, a parmi nous une signification plus déterminée que dans son pays natal : voici celle que donne, au mot italien schizzo, le dictionnaire de la Crusca : spezie di disegno senza ombra, e non terminato ; espece de dessein sans ombre & non terminé. Il paroît par-là que le mot esquisse, en italien, se rapproche de la signification du mot françois ébauche ; & il est vrai que chez nous esquisser veut dire former des traits qui ne sont ni ombrés ni terminés ; mais par une singularité dont l’usage peut seul rendre raison, faire une esquisse ou esquisser, ne veut pas dire précisément la même chose. Cette premiere façon de s’exprimer, faire une esquisse, signifie tracer rapidement la pensée d’un sujet de peinture, pour juger ensuite si elle vaudra la peine d’être mise en usage ; c’est sur cette signification du mot esquisse que je vais m’arrêter, comme celle qui mérite une attention particuliere de la part des Artistes.

La difficulté de rendre plus précisément le sens de ce mot, vient de ce qu’au lieu d’avoir été pris dans les termes généraux de la langue, pour être adopté particulierement à la Peinture, il a été au contraire emprunté de la Peinture pour devenir un terme plus général : on dit faire l’esquisse d’un poëme, d’un ouvrage, d’un projet, &c.

En Peinture, l’esquisse ne dépend en aucune façon des moyens qu’on peut employer pour la produire.

L’artiste se sert, pour rendre une idée qui s’offre à son imagination, de tous les moyens qui se présentent sous sa main ; le charbon, la pierre de couleur, la plume, le pinceau, tout concourt à son but à-peu-près également. Si quelque raison peut déterminer sur le choix, la préférence est dûe à celui des moyens dont l’emploi est plus facile & plus prompt, parce que l’esprit perd toûjours de son feu par la lenteur des moyens dont il est obligé de se servir pour exprimer & fixer ses conceptions.

L’esquisse est donc ici la premiere idée rendue d’un sujet de Peinture. L’artiste qui veut la créer, & dans l’imagination duquel ce sujet se montre sous différens aspects, risque de voir s’évanoüir des formes qui se présentent en trop grand nombre, s’il ne les fixe par des traits qui puissent lui en rappeller le souvenir.

Pour parvenir à suivre le rapide essor de son génie, il ne s’occupe point à surmonter les difficultés que la pratique de son art lui oppose sans cesse ; sa main agit pour ainsi dire théoriquement, elle trace des lignes auxquelles l’habitude de dessiner donne à-peu-près les formes nécessaires pour y reconnoître les objets ; l’imagination, maîtresse absolue de cet ouvrage, ne souffre qu’impatiemment le plus petit ralentissement dans sa production. C’est cette rapidité d’exécution qui est le principe du feu qu’on voit briller dans les esquisses des peintres de génie ; on y reconnoît l’empreinte du mouvement de leur ame ; on en calcule la force & la fécondité. S’il est aisé de sentir par ce que je viens de dire, qu’il n’est pas plus possible de donner des principes pour faire de belles esquisses que pour avoir un beau génie, on doit en inférer aussi que rien ne peut être plus avantageux pour échauffer les Artistes, & pour les former, que d’étudier ces sortes de desseins des grands maîtres, & sur-tout de ceux qui ont réussi dans la partie de la composition.

Mais pour tirer de cette étude un avantage solide, il faut, lorsqu’on est à portée de le faire, comparer ensemble les différentes esquisses que les célebres artistes ont fait servir de préparation à leurs ouvrages : il est rare qu’un peintre de génie se soit borné à une seule idée pour une composition. Si quelquefois la premiere a l’avantage d’être plus chaude & plus brillante, elle est sujette aussi à des défauts inséparables de la rapidité avec laquelle elle a été conçue ; l’esquisse qui suivra ce premier dessein offrira les effets d’une imagination déjà modérée ; les autres marqueront enfin la route que le jugement de l’artiste a suivie, & que le jeune éleve a intérêt de découvrir. Si après ce développement d’idées que fournissent différentes esquisses d’un grand maître, on examine les études particulieres qu’il a faites sur la Nature pour chaque figure, pour chaque membre, pour le nud de ces figures, & enfin pour leurs draperies, on découvrira la marche entiere du génie, & ce qu’on peut appeller l’esprit de l’art. C’est ainsi que les broüillons d’un auteur célebre pourroient souvent, mieux que des traités, montrer dans l’Eloquence & dans la Poésie les routes naturelles qui conduisent à la perfection.

Pour terminer la suite d’études & de réflexions que je viens d’indiquer, il est enfin nécessaire de comparer avec le tableau fini, tout ce que le peintre a produit pour parvenir à le rendre parfait. Voilà les fruits qu’on peut retirer, comme artiste, de l’examen raisonné des esquisses des grands maîtres ; on peut aussi, comme amateur, trouver dans cet examen une source intarissable de réflexions différentes sur le caractere des Artistes, sur leur maniere, & sur une infinité de faits particuliers qui les regardent : on y voit quelquefois, par exemple, des preuves de la gêne que leur ont imposée les personnes qui les ont employés, & qui les ont forcés à abandonner des idées raisonnables pour y substituer des idées absurdes. La superstition ou l’orgueil des princes & des particuliers ont souvent produit par la main des Arts, de ces fruits extravagans dont il seroit injuste d’accuser les artistes qui les ont fait paroître. Dans plusieurs compositions, l’artiste pour sa justification auroit dû écrire au bas : j’ai exécuté ; tel prince a ordonné. Les connoisseurs & la postérité seroient alors en état de rendre à chacun ce qui lui seroit dû, & de pardonner au génie luttant contre la sottise. Les esquisses produisent, jusqu’à un certain point, l’effet de l’inscription que nous demandons.

L’on y retrouve quelquefois la composition simple & convenable d’un tableau, dans l’exécution duquel on a été fâché de trouver des figures allégoriques, disparates, ou des assemblages d’objets qui n’étoient pas faits pour se trouver ensemble. Le tableau de Raphaël qui représente Attila, dont les projets sont suspendus par l’apparition des apôtres S. Pierre & S. Paul, en est un exemple. Il est peu de personnes qui ne sachent que dans l’exécution de ce tableau, qui est à Rome, au lieu de S. Léon, Léon X. en habits pontificaux, accompagné d’un cortége nombreux, fait la principale partie de la composition. Un dessein du cabinet du Roi disculpe Raphaël de cette servile & basse flaterie, pour laquelle & la grandeur du miracle, & la convenance du sujet, & le costume, & les beautés de l’art même ont été sacrifiés.

Le dessein représente une premiere idée de Raphaël sur ce sujet qui est digne de lui ; il n’y est point question de Léon X. de sa ressemblance, ni de son cortége ; S. Léon même n’y paroît que dans l’éloignement ; l’action d’Attila, l’effet que produit sur lui & sur les soldats qui l’accompagnent, l’apparition des apôtres est l’objet principal de son ordonnance, & la passion intéressante qu’il se proposoit d’exprimer. Mais c’en est assez, ce me semble, pour indiquer les avantages qu’on peut tirer de l’étude & de l’examen des esquisses ; il me reste à faire quelques réflexions sur les dangers que préparent aux jeunes artistes les attraits de ce genre de composition.

La marche ordinaire de l’art de la Peinture est telle, que le tems de la jeunesse, qui doit être destiné à l’exercice fréquent des parties de la pratique de l’art, est celui dans lequel il semble qu’on soit plus porté aux charmes qui naissent de la partie de l’esprit ; c’est en effet pendant le cours de cet âge que l’imagination s’échauffe aisément, c’est la saison de l’enthousiasme, c’est le moment où l’on est impatient de produire, enfin c’est l’âge des esquisses ; aussi rien de plus ordinaire dans les jeunes éleves, que le desir & la facilité de produire des esquisses de composition, & rien de si dangereux pour eux que de se livrer avec trop d’ardeur à ce penchant. L’indécision dans l’ordonnance, l’incorrection dans le dessein, l’aversion de terminer, en sont ordinairement la suite ; & le danger est d’autant plus grand, qu’ils sont presque certains de séduire par ce genre de composition libre, dans lequel le spectateur exige peu, & se charge d’ajoûter à l’aide de son imagination tout ce qui y manque. Il arrive de-là que les défauts prennent le nom de beautés ; en effet, que le trait par lequel on indique les figures d’une esquisse soit outré, on y croit démêler une intention hardie & une expression mâle ; que l’ordonnance soit confuse & chargée, on s’imagine y voir briller le feu d’une imagination féconde & intarissable : qu’arrive-t-il après ces présages trompeurs ou mal expliques ? l’un dans l’exécution finie offre des figures estropiées, des expressions exagérées ; l’autre ne peut sortir du labyrinthe dans lequel il s’est embarrassé ; le tableau ne peut plus contenir dans son vaste champ le nombre d’objets que l’esquisse promettoit, & les artistes reduits à se borner au talent de faire des esquisses n’ont pas tous les talens qui ont acquis à la Fage & au Parmesan une réputation dans ce genre.

L’artiste ne doit donc faire qu’un usage juste & modéré des esquisses ; elles ne doivent être pour lui qu’un secours pour fixer les idées qu’il conçoit, quand ces idées le méritent. Il doit se précautionner contre la séduction des idées nombreuses, vagues, & peu raisonnées que présentent ordinairement les esquisses ; & plus il s’est permis d’indépendance en ne se refusant rien de ce qui s’est présenté à son esprit, plus il doit faire un examen rigoureux de ces productions libertines lorsqu’il veut arrêter sa composition ; c’est par les regles de cette partie de la Peinture, c’est-à-dire par les préceptes de la composition, & au tribunal de la raison & du jugement, qu’il verra terminer les indécisions de l’amour propre, & décider du juste mérite de ses esquisses. Cet article est de M. Watelet.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « esquisse »

(XVIIe siècle) De l’italien schizzo (« ébauche »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. esquicio ; ital. schizzo ; du latin schedius, fait sur-le-champ ; du grec σχέδιος, faire à la hâte ; i pour e, comme dans le bas-latin scida pour scheda.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « esquisse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
esquisse ɛskis

Évolution historique de l’usage du mot « esquisse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « esquisse »

  • Dans ce balbutiement de cette pauvre esquisse d'une révolution oubliée, seule reste à nu la cruauté, dans le ressac des sentiments. De Alain Corbin / Le Village des cannibales
  • Dieu est celui qui enseigne l'ivresse contrôlée ; il est un maître, et il ne tient qu'à toi de faire de ton paraître une esquisse de maîtrise, qui en toi fera danser l'être. De Daniel Pons / Le fou et le créateur
  • Réaliser des esquisses revient à planter des graines pour faire pousser des tableaux. De Vincent Van Gogh
  • Il est plus aisé, et éminemment plus scientifique, de traquer le passé que d'esquisser l'avenir. De Jean Dion / Le Devoir - 2 Septembre 2000
  • Tel un peintre pointilliste, le chef de l’État esquisse la suite. Édouard Philippe pourrait rester à Matignon pour mener à bien les grandes réformes engagées, notamment celle des retraites, et organiser la concertation sur les sujets sensibles. Alors que certains l’encourageaient à replonger dans une hyperprésidence jupitérienne, Emmanuel Macron semble se présenter en président arbitre, prêt à déléguer. Le procédé, consistant à transférer à d’autres acteurs la responsabilité des décisions, voire des blocages, est habile. Il présente aussi le risque que le président apparaisse moins acteur que spectateur. Si sa fonction est de rassembler les Français, elle est aussi d’assumer toutes ses responsabilités. La route est étroite. , Politique | Emmanuel Macron esquisse les contours du dernier acte
  • « Ce ne fut pas chose simple » : Sibeth Ndiaye fait son bilan et esquisse un mea culpa Gala.fr, « Ce ne fut pas chose simple » : Sibeth Ndiaye fait son bilan et esquisse un mea culpa - Gala
  • En présentant dimanche 14 juin au soir, une esquisse de la reconstruction de la France après la crise sanitaire, le chef de l’Etat répondait, si l’on en juge à l’audience recueillie, à une forte attente des Français. , Une esquisse par Emmanuel Macron | Décryptage
  • En attendant la version du gouvernement Castex, le Haut conseil pour le climat (HCC) esquisse un plan de relance. Dans son rapport annuel, qu’elle publie ce mercredi 8 juillet, l’institution chargée d’évaluer la politique climatique française émet une série de recommandations propres à alléger le bilan carbone national. Et ce ne serait pas du luxe. , Le HCC esquisse son plan de relance de l’économie - Journal de l'environnement

Traductions du mot « esquisse »

Langue Traduction
Anglais sketch
Espagnol bosquejo
Italien schizzo
Allemand skizzieren
Chinois 草图
Arabe رسم
Portugais esboço
Russe эскиз
Japonais スケッチ
Basque sketch
Corse schizzu
Source : Google Translate API

Synonymes de « esquisse »

Source : synonymes de esquisse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « esquisse »

Partager