Escarpe : définition de escarpe


Escarpe : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ESCARPE1, subst. fém.

ART. MILIT. Talus maçonné ou en terre qui borde le fossé du côté de la place fortifiée et fait face à la contrescarpe*. Je descendis dans le fossé, je grimpai contre le mur d'escarpe en me cramponnant aux pierres (Gobineau, Pléiades,1874, p. 73):
À droite, les deux compagnies du 321e, vigoureusement entraînées par leur chef, atteignirent en deux vagues le fossé de contrescarpe où elles furent accueillies par un barrage de grenades et de mitrailleuses. Décimés par le tir de ces mitrailleuses couronnant le parapet d'escarpe, les premiers grenadiers refluent. Bordeaux, Fort de Vaux,1916, p. 263.
En escarpe(s). Nous redescendons vers Saint-Jean par une des ruelles en escarpes, rapides et sombres, du vieux Fourvière (Bloy, Journal,1906, p. 319).
Prononc. et Orth. : [εskaʀp]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1549 (Rabelais, La Sciomachie ds Œuvres, éd. Marty-Laveaux, t. III, p. 409 : l'escarpe de la muraille). Empr. à l'ital. scarpa « talus de rempart » (cf. prov. escarpa « id. » en 1552, Comptes relatifs à la fortification du château de Puget-Théniers [Alpes-Marit., région limitrophe de l'Italie] ds P. Meyer, Doc. ling. du Midi de la France, p. 580, no23), attesté dep. 1537-40 (F. Guicciardini ds Tomm.-Bell.), prob. issu p. métaph. de scarpa « chaussure » (dep. xiiies. d'apr. DEI), le talus du rempart pouvant avoir été vu comme le soulier du rempart (FEW t. 17, p. 101). Scarpa « chaussure » (d'où fr. escarpe au xvies. ds Hug. et Gdf. Compl.; cf. escarpin) représente prob. un gotique *skarpô adj. « qui se termine en pointe », cf. all. scharf « pointu, tranchant » (FEW t. 17, p. 101b). Fréq. abs. littér. : 11. Bbg. Archit. 1972, p. 167, 208. − Hope 1971, pp. 188-189. − Vidos 1939, p. 45, 372.

ESCARPE2, subst. masc.

Vx et arg. Bandit qui assassine pour voler. C'était le gamin tourné voyou, et le voyou devenu escarpe (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 861).Je garde de cette conversation où éclatait sa supériorité finassière, le sentiment très fort et très amer de la parenté entre les escarpes et les politiques (Barrès, Cahiers,t. 8, 1909-11, p. 267).Des bandits (...) des escarpes en rupture de tôle! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 185).
En appos. avec valeur d'adj. On a pour chefs des rois escarpes (Hugo, Année terr.,1872, p. 111).
Prononc. : [εskaʀp]. Étymol. et Hist. 1800 subst. fém. « assassinat » (P. Leclair, Hist. brig. et assas. Orgères, p. 129); 1828-29 subst. masc. « assassin » (Vidocq, Mém., t. 2, p. 271). Déverbal de escarper2*. Fréq. abs. littér. : 26. Bbg. Sain. Arg. 1972 [1907], p. 238, 270, 284. − Sain. Sources t. 3 1972 [1930], p. 59.

Escarpe : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

escarpe \ɛs.kaʁp\ féminin

  1. (Architecture) Talus de terre ou de maçonnerie qui délimite le fossé du côté de la place forte.
    • Toutefois les escarpes de l’enceinte intérieure sont beaucoup plus élevées que celles de l’enceinte extérieure. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)

Nom commun 2

escarpe \ɛs.kaʁp\ masculin et féminin identiques

  1. (Vieilli) Voleur ou assassin de profession, qui opère dans les villes ; bandit.
    • Le destin tragique de ce potentat disparu empêche-t-il le roi d’Espagne de courir le guilledou dans les lieux de plaisir et le prince de Galles de se déguiser en escarpe dans les bals costumés ? — (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, pages 84-85)
    • […], un sous-lieutenant de dragons enlace de son bras le buste de sa trop bruyante compagne et laisse voir ainsi au poignet un tatouage d’escarpe... — (Michel Corday, L'envers de la guerre : journal inédit 1914-1916, Flammarion, 1932, p.145)
    • La T.S.F. les a bien servis, elle qui présente les victimes comme des escarpes et des apaches. — (Philippe Henriot, Le 6 février, 1934)
    • Tous ces escarpes n'avaient dû mourir qu'après de longues et horribles tortures. — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Yeux de la lune, 1934)
    • La rue de Jérusalem, entendez la police, tient ces garnis à l’œil : hôtes de passage, ouvriers journaliers ou escarpes n'échappent pas à sa surveillance […]. — (Ange-Pierre Leca, Et le choléra s'abattit sur Paris - 1832, Albin Michel, 1982, page 23)

Forme de verbe

escarpe \ɛs.kaʁp\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de escarper.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de escarper.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de escarper.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de escarper.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de escarper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Escarpe : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ESCARPE. n. f.
T. de Fortification. Muraille de terre ou de maçonnerie qui règne au-dessus du fossé du côté de la place. Par opposition, on dit Contrescarpe.

Escarpe : définition du Littré (1872-1877)

ESCARPE (è-skar-p') s. f.
  • Terme de fortification. Muraille de terre ou de maçonnerie qui règne au-dessus du fossé du côté de la place : on appelle contrescarpe le côté opposé.

    Terme d'architecture. Talus d'un mur jusqu'au cordon.

    Instrument pour régler le talus d'un rempart ou d'un mur.

HISTORIQUE

XVIe s. Le roi entreprend un retranchement de six pieds de gueule en ouvrage et en fonds, faisant mettre la plus part de la terre en escarpe et vers soi, D'Aubigné, Hist. III, 219.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Escarpe : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ESCARPE, s. f. c’est dans la Fortification le côté du revêtement du rempart, qui fait face à la campagne. Voyez Revêtement. L’escarpe commence au cordon, & elle se termine au fond du fossé. La ligne qui termine le fossé du côté de la campagne se nomme contrescarpe, parce qu’elle est opposée à l’escarpe. Voyez Contrescarpe. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « escarpe »

Étymologie de escarpe - Wiktionnaire

(Nom 1) (1549) De l’italien scarpa → voir escarpin → voir talus et talon, c’est proprement le « pied » de la muraille, du rempart.
(Nom 2) (1800) Déverbal sans suffixe de escarper (« tailler »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de escarpe - Littré

Ital. scarpa, talus, escarpe ; du germanique : scand. scarp ; anc. haut all. scarp ; all. scharf ; angl. sharp, aigu, tranchant. Cependant Scheler élève quelques doutes, demandant s'il ne faudrait pas plutôt y voir un dérivé du latin scalpellum, petit couteau, qui a donné l'italien scarpello.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « escarpe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
escarpe ɛskarp play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « escarpe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « escarpe »

  • Le château laissé par Breton a été profondément modifié au milieu du XVIIIe par le comte de Castellane. Ses interventions sont très cohérentes et rappellent celles effectuées à Ussé un siècle plus tôt, lorsqu’on démolit le mur d’entrée et la vis située dans l’angle de la cour. Castellane supprime le mur de clôture et le fossé nord afin d’ouvrir la cour sur une avant-cour entourée de fossés et précédée d’une grille : la vue est ainsi totalement dégagée, conformément à un usage bien établi depuis le milieu du XVIIe siècle. En même temps, il avance légèrement l’escarpe du fossé afin de créer devant les pavillons une plateforme sur laquelle il élève deux petits avant-corps, couverts en terrasse au niveau du premier étage. Dans la cour, il démolit l’élément le plus archaïque, l’escalier en vis, et le remplace par le superbe escalier suspendu sur voûtes que l’on admire toujours à l’intérieur du corps principal. Pour loger ce dernier, il démolit probablement la moitié est du mur médiéval sud et élève en légère avancée un mur plus mince (il faudrait un sondage dans le sol pour vérifier ce point). Il englobe la tour d’angle sud-est dans un pavillon octogonal et crée à l’est, entre le mur médiéval et l’escarpement du plateau, des pièces voûtées, couvertes en terrasse au niveau du second étage. On notera qu’il ne détruit pas la grande tour médiévale (par économie ou parce qu’il était sensible à sa valeur symbolique?): il la couronne seulement d’une balustrade et la surmonte d’une pièce belvédère. Par ailleurs, Castellane modifie les façades. Il supprime meneaux et traverses, introduit des fausses fenêtres dans toutes les parties pleines (et quelques vraies à l’ouest), ferme les arcades des portiques par des fenêtres et crée des baies du même type dans les six travées de la façade sud de la cour (sur deux niveaux), ainsi qu’au centre des petits avant-corps. Enfin, le déplacement de l’escalier entraîne certainement une nouvelle distribution des espaces: l’ancienne salle fonctionne comme une antichambre donnant accès à l’appartement principal, désormais situé dans l’aile ouest. Connaissance des Arts, Le château de Villandry : cinq siècles d'histoire | Connaissance des Arts

Traductions du mot « escarpe »

Langue Traduction
Corse ripida
Basque pikoak
Japonais 急な
Russe крутой
Portugais íngreme
Arabe انحدار
Chinois
Allemand steil
Italien ripido
Espagnol escarpado
Anglais steep
Source : Google Translate API

Synonymes de « escarpe »

Source : synonymes de escarpe sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « escarpe »



mots du mois

Mots similaires