La langue française

Écornifler

Sommaire

Définitions du mot écornifler

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCORNIFLER, verbe trans.

A.− Fam. Se procurer à bon compte, par ruse, en volant. Nous lui passerons une savatte soignée [à ce voleur], car je parierais que c'est lui qui m'a écorniflé mon pain l'autre jour (Vidal, Delmart, Caserne,1833, p. 211).Cependant les gens de cour écorniflaient les belles affaires et les détroussaient au coin des ministères comme jadis leurs ancêtres faisaient cracher aux juifs et aux marchands leurs écus quand ils passaient sur la Seigneurie (Balzac, Œuvres div.,t. 2, 1803-35, p. 669).
Spéc. Manger sans payer (Carabelli, [Lang. pop.]). Écornifler les tables, est le propre ou d'un indigent, ou d'un homme qui se respecte peu (S. Mercier, Néol., t. 1, 1801, p. 203).
P. anal. Nos fourmis naïvement et témérairement hospitalières tiennent maison et tables ouvertes, si l'on peut dire, et commencent par écornifler en famille (Maeterlinck, Vie fourmis,1930, p. 210).
Rem. La docum. atteste pour ce sens le dér. écorniflage, subst. masc. Action d'écornifler. On lit d'avance, dans le regard des fortunes (...) le soupçon (...) de ladrerie obligée, d'une espèce de parasitisme, d'écorniflage qu'ils tolèrent (Arnoux, Solde, 1958, p. 23).
B.− [Le compl. désigne un inanimé concr.] Érafler, endommager. Synon. écorner (v. ce mot B).Mes sièges d'acajou neuf sont tout écorniflés par les guêtres de peau de bique, les souliers à clous, et les sarraux (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 172):
1. ... j'eus la surprise de retrouver les choses presque en leur état de calme, à part quelques châteaux, visités par la maraude, les boiseries écorniflées, tous les carreaux cassés dans une rage de facile destruction. A. Daudet, Robert Helmon,1874, p. 9.
Spéc. [Concerne le corps] Il a la figure toute écorniflée (Hautel t. 1, 1808). Il a reçu une blessure au visage. Mon voyage m'a écorniflé un peu (Flaub., Corresp.,1852, p. 356).Ce Bobêche imbécile toujours écorniflé, giflé, secoué (Adam, Enf. Aust.,1902p. 23).
Au fig. Endommager, porter atteinte à. Histoires de putinerie et de tribaderie, qu'elle trouve toutes naturelles et n'écorniflant en rien l'austérité de la grande et sublime morale (Goncourt, Journal,1876, p. 1120):
2. « Il faut prendre le dessus, disait Lucie. » Ça la ronge, j'en suis sûr, mais lentement, patiemment : elle prend le dessus, elle n'est capable ni de se consoler ni de s'abandonner à son mal. Elle y pense un petit peu, un tout petit peu, de-ci, de-là, elle l'écornifle. Surtout quand elle est avec des gens, parce qu'ils la consolent et aussi parce que ça la soulage un peu d'en parler... Sartre, La Nausée,1938, p. 26.
Prononc. et Orth. : [ekɔ ʀnifle], (j')écornifle [ekɔ ʀnifl̥]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1440-42 « voler en furetant » (Lefranc, Champ. des Dam., Ars. 3121, fo65eds Gdf. Compl.); 2. 1580 « prendre à droite et à gauche » (Montaigne, Essais, I, XXV, éd. A. Thibaudet, p. 167). Composé du rad. de écorner* prob. au sens d'« amputer », et du m. fr. nifler*, v. renifler, (1326 Dial. S. Greg. ds Gdf.) avec, peut-être également, infl. du m. fr. rifler « piller » (cf. FEW t. 16, 710a). Fréq. abs. littér. : 10.
DÉR. 1.
Écorniflerie, subst. fém.Action d'écornifler. Il ne vit que d'écornifleries (Ac.1798-1878).Mais, à considérer les choses d'un autre angle, goinfrerie, écorniflerie, égoïsme monstrueux, on comprend que le gin inspire des sentiments de sympathie ou de répulsion (Arnoux, Calendr. Fl.,1946, p. 311). [ekɔ ʀniflə ʀi]. Ds Ac. 1694-1878. 1reattest. 1573 (J.-A. de Baif, L'Eunuque, II, 2 ds Gdf. Compl.); du rad. de écornifler, suff. -erie*.
2.
Écorniflure, subst. fém.Trace, éraflure d'une surface écorniflée. Il n'a pu me montrer que deux ou trois écorniflures à de mauvaises poupées (Champfl., Bourgeois Molinch.,1855, p. 78).Un étonnement de ne trouver ni trou ni écorniflure à mon immeuble (Goncourt, Journal,1871, p. 718).Je parcours les quartiers bombardés. Toujours des trous, des balafres, des écorniflures (Goncourt, Journal,1871p. 731). 1reattest. 1855 (Champfl., loc. cit.); du rad. de écornifler, suff. -ure*. Fréq. abs. littér. : 7.
BBG. − Pauli 1921, p. 85 (s.v. écorniflure).Sain. Sources t. 2 1972, p. 326.

Wiktionnaire

Verbe

écornifler \e.kɔʁ.ni.fle\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Désuet) Se procurer par ruse de quoi manger, de quoi se vêtir.
    • Écornifler un bon dîner. (pique-assiette)
    • Écornifler quelques francs.
  2. (Familier) Importuner, harceler quelqu’un de façon à lui arracher un profit ou simplement à surprendre un renseignement.
    • Il a bien su nous écornifler.
  3. (Québec) (Occitanie) Fouiner, espionner, farfouiller à la recherche de renseignements indiscrets.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCORNIFLER. v. tr.
Se procurer par ruse de quoi manger, de quoi se vêtir. Écornifler un bon dîner. Écornifler quelques francs. Il signifie aussi Obséder quelqu'un de façon à lui arracher quelque profit ou simplement à surprendre quelque renseignement. Il a bien su nous écornifler. Il est familier.

Littré (1872-1877)

ÉCORNIFLER (é-kor-ni-flé) v. a.
  • Prendre, se faire donner çà et là de l'argent, un dîner, etc. Il va écornifler un dîner où il peut.

HISTORIQUE

XVIe s. Je m'en vois escornifflant, par cy par là, des livres les sentences qui me plaisent, Montaigne, I, 143.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « écornifler »

Dérivation irrégulière et plaisante d'écorner ; picard, écornifler, écorner. On trouve aussi, au XVIe siècle, escornicher et escornizer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Dérivation irrégulière et plaisante d’écorner ; picard, écornifler, écorner ; occitan escorniflar. On trouve aussi, au XVIe siècle, escornicher et escornizer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « écornifler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
écornifler ekɔrnifle

Évolution historique de l’usage du mot « écornifler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « écornifler »

  • Voilà un mot qui a voyagé à travers les âges. On note une première attestation d’«écornifler» dès 1440 au sens de «voler en furetant». Puis, en 1580, avec cette définition: «prendre à droite et à gauche». Au XIXe siècle, ce terme familier finit par signifier «se procurer à bon compte, par ruse, en volant», explique Le Trésor de la langue française. Il pouvait également être employé au sens de «manger sans payer». Mais aussi, «érafler, endommager». «Écornifler» est probablement composé du radical du verbe «écorner» («amputer») et du moyen français nifler («renifler»), précise le thésaurus, «avec peut-être une influence du moyen français rifler, “piller”». Le Figaro.fr, Cinq verbes rares (et irrésistibles) de la langue française
  • Par extension, un «écornifleur» peut désigner quelqu’un qui profite systématiquement d’une situation. Le terme est attesté dès 1537 et dérive du radical «écornifler». À savoir: «se procurer à bon compte, par ruse, en volant» ou encore, «manger sans payer». Ce verbe est composé d’écorner, pris probablement au sens d’«amputer», précise le TLFI, et du moyen français nifler («renifler») peut-être influencé du moyen français rifler, «piller». Le Figaro.fr, Cinq insultes désuètes à employer en toute sérénité
  • On n’avait pas oublié Denys Arcand, réalisateur québécois à l’humour coruscant, qui, découvert à Cannes en 1986 avec « Le déclin de l’empire américain », joyeuse comédie sans tabous sur le sexe, avait, dix-sept ans plus tard, enthousiasmé la Croisette… et le monde avec « Les Invasions barbares », qu’il présentait comme une suite à ce premier succès. Une variation, cette fois, sur… la mort, multi-récompensée, à juste titre, par un Oscar, trois Césars et le prix d’interprétation féminine à Cannes pour Marie-José Croze. Quinze ans plus tard, Denys Arcand boucle ce qui devient une trilogie sur les trois thèmes essentiels de la vie avec, cette fois, une réflexion sur l’argent. Et démontre brillamment qu’à 77 ans il n’a rien perdu de la verve et l’humour qui, même sur un sujet grave, lui permet d’écornifler toutes les hypocrisies de nos sociétés tout en fédérant joyeusement tous les spectateurs… lesechos.fr, « La chute de l’empire américain » : les secrets de l’argent roi
  • Je ne risque pourtant pas de m’user le nez à écornifler à la fenêtre. Comme on s’en doute, le centre-ville s’est transformé comme en dortoir. Il est vide, ou presque. Le Nouvelliste, Envoye... en prison? | La griffe à Beaudoin | Chroniques | Le Nouvelliste - Trois-Rivières
  • Autre cas classique, qui date de 1993. La femme de ménage peroxydée Marilyn (Louisette Dussault), de la quotidienne de la SRC du même nom, se lance en politique municipale, après deux saisons à écornifler sans gêne dans les chambres à coucher de ses clients. Pas très plausible comme retournement. Encore moins probable: Marilyn gagnera même ses élections à la mairie de Montréal! Un saut de requin dont personne ne s'est jamais vraiment remis. La Presse, Touché, sauté, coulé!

Traductions du mot « écornifler »

Langue Traduction
Anglais chomp
Espagnol masticar
Italien chomp
Allemand chomp
Chinois 排骨
Arabe اقضم بصوت عالي
Portugais mastigar
Russe чавкать
Japonais むしゃむしゃ
Basque chomp
Corse chomp
Source : Google Translate API

Synonymes de « écornifler »

Source : synonymes de écornifler sur lebonsynonyme.fr
Partager