Déposition : définition de déposition


Déposition : définition du Wiktionnaire

Nom commun

déposition \de.po.zi.sjɔ̃\ féminin

  1. (Administration) (Politique) Destitution, privation de certaines dignités, de certaines fonctions.
    • La déposition du sultan. - La déposition de cet empereur fut suivie de guerres.
  2. (Justice) Ce dont un témoin dépose, ce qu’il affirme par-devant le juge qui l’entend.
    • Les détails de leur déposition eussent été, de nos jours, divisés en deux classes, savoir : celle qui était insignifiante, et celle qui était physiquement impossible. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Contrairement à des accusations plus ou moins calomniatrices, leurs dépositions au cours du procès doivent être comprises comme des déclarations minimales et non comme des exagérations ; […]. — (Jean Wirth, La jeune fille et la mort, page 140, Librairie Droz, 1979)
  3. (Physique) Transition de phase lorsqu’un gaz se condense en solide.
  4. (Chimie) Phénomène conduisant à la formation d’un dépôt, à partir de particules en suspension dans un fluide.
  5. (Religion) Descente du corps du Christ de la croix où il a été crucifié.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Déposition : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉPOSITION. n. f.
Destitution, privation de certaines dignités, de certaines fonctions. La déposition du sultan. La déposition de cet empereur fut suivie de guerres. Il signifie aussi Ce dont un témoin dépose, ce qu'il affirme par-devant le juge qui l'entend. Déposition formelle. Faire sa déposition. Signer sa déposition. Entendre, ouïr, recevoir une déposition. Il a varié dans ses dépositions.

Déposition : définition du Littré (1872-1877)

DÉPOSITION (dé-pô-zi-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action de déposer, de poser hors, de remettre. La déposition d'inscriptions de rente. Peu usité en ce sens qui est le sens propre.
  • 2Action de déposer, de destituer une personne élevée en dignité. La déposition d'un empereur, d'un évêque. Il lui enjoint de comparaître sous peine de la perte de son royaume et de sa déposition, Maucroix, Schisme, liv. I, dans RICHELET. Pour une déposition dans les formes, il fallait une assemblée générale de tous les évêques de la province, Fléchier, Hist. de Théodose, IV, 68.
  • 3 Terme de procédure. Action de déposer, de remettre un témoignage ; ce qu'un témoin affirme en justice. Oui, voilà M. le commissaire qui a reçu sa déposition, Molière, l'Av. V, 5. Les juges n'ont la liberté de juger que selon les dépositions des témoins et selon toutes les autres formes qui leur sont prescrites, Pascal, Prov. 14. Tous disent qu'ils ont vu, et leur déposition a toute l'authenticité possible, Diderot, Pens. phil. 54.

HISTORIQUE

XVe s. Nous sommes acertés de la trahison que ces ribauds moines nous ont fait, par la deposition de l'un d'eux et par nos femmes, Louis XI, Nouv. XXX.

XVIe s. Par où l'on cognut evidemment, que toute sa deposition estoit fausse, Amyot, Alc. 36. Montluc parloit de devenir collonel par la deposition de Dandelot, D'Aubigné, Hist. I, 104.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉPOSITION. - HIST. Ajoutez : XIVe s. Eschevins amenerent gens dignes de foi à faire ceste information ; et meneit furent par devant II tabellions estauliz à eus oyr, et mirent en escrit la deposicion de eus (1301), Varin, Archives administ. de la ville de Reims, t. II, 1re part. p. 14.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Déposition : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

DÉPOSITION, s. f. (Jurisp) est de deux sortes ; il y a déposition de témoins & déposition des prélats. On dit aussi quelquefois déposition d’un officier de judicature ; mais on se sert plus communément à cet égard du terme de destitution. Voyez ci-apr. Destitution. (A)

Déposition d’un Evêque, Abbé, ou autre Ecclésiastique, est un jugement canonique par lequel le supérieur ecclésiastique dépouille pour toûjours un ecclésiastique de son bénéfice & des fonctions qui y sont attachées, sans néanmoins toucher au caractere de l’ordre.

Cette peine ne se prononce que pour des fautes graves ; elle est plus rude que la suspense, qui n’interdit l’ecclésiastique de ses fonctions que pour un tems.

La dégradation est une déposition, mais qui se fait avec des cérémonies particulieres pour effacer le caractere de l’ordre, ce qui ne se fait point dans la simple déposition. Voyez ci-devant Dégradation.

Dans les premiers siecles de l’Eglise, la déposition étoit fort commune. Dès qu’un prêtre étoit convaincu d’avoir commis quelque grand crime, comme un assassinat, une fornication, on le déposoit, & on le condamnoit à faire pénitence pour le reste de ses jours dans un monastere.

Les jugemens qui intervenoient dans ce cas, étoient exécutés par provision : l’évêque qui avoit déposé un bénéficier, pouvoit disposer de son bénéfice ; mais on permettoit à ceux qui se prétendoient condamnés injustement, de se pourvoir au concile de la province.

Les évêques, dit un concile tenu en Espagne en 590, peuvent donner seuls les honneurs ecclésiastiques ; mais ils ne peuvent les ôter de même, parce qu’il n’y a point d’affront à n’être point élevé aux dignités, au lieu que c’est une injure d’en être privé.

Un canon du dixieme concile de Châlons porte aussi que si un prêtre a été pourvû d’une église, on ne peut la lui ôter que pour quelque grand crime, & après l’en avoir convaincu en présence de son évêque.

On ne connoissoit point alors de crimes qui fissent vaquer de plein droit les benéfices, sans aucun jugement. Dans la suite les excommunications, les suspenses & les interdits de plein droit etant devenus très-communs, on y joignit la privation des bénéfices ; on en trouve plusieurs exemples dans le corps du droit canonique.

A présent la suspense est une peine beaucoup plus commune que la déposition.

La déposition des évêques est mise par l’Eglise au nombre des causes majeures. Les plus anciens monumens que nous ayons sur la maniere de juger les évêques. se trouvent dans l’épître 55. de S. Cyprien ad Cornel. dans les canons 14 & 15 du concile d’Antioche, & dans les canons 3, 4 & 7 du concile de Sardique, tenu en 347.

Le concile d’Antioche dit que si un évêque est accusé, & que les voix de ses comprovinciaux soient partagées, le métropolitain en appellera quelques-uns de la province voisine. Il n’est point parlé de l’appel au pape, lequel ne paroît avoir été introduit que par Ozius au concile de Sardique, tenu en 347.

Le premier concile de Carthage, tenu en 349, veut que pour juger un évêque il y en ait douze.

L’usage de France pour la déposition des évêques, est qu’elle ne peut être faite directement par le pape, mais seulement par le concile provincial, sauf l’appel au pape. C’est ce qui a toûjours été observé avant & depuis le concordat, lequel n’a rien statue sur cette matiere. Voyez Gerbais, de causis majorib. Les mémoires du Clergé, premiere édition, tome II. p. 463. (A)

Déposition de témoins, est la déclaration qu’un témoin fait en justice, soit dans une enquête ou dans une information.

Pour juger du mérite des dépositions, on a égard à l’âge des témoins, à leur caractere, à la réputation d’honneur & de probité dont ils joüissent, & aux autres circonstances qui peuvent donner du poids à leur déposition, ou au contraire les rendre suspectes ; par exemple, si elle paroît suggerée par quelqu’un qui ait eu intérêt de le faire ; ce qui se peut reconnoître aux termes dans lesquels s’exprime le témoin, & à une certaine affectation ; à un discours trop recherché, si ce sont des gens du commun qui déposent.

Les dépositions se détruisent d’elles-mêmes, quand elles renferment des contradictions, ou quand elles ne s’accordent pas avec les autres : dans ce dernier cas, on s’en tient à ce qui est attesté par le plus grand nombre de dépositions, à moins que les autres ne méritassent plus de foi.

Une déposition qui est seule sur un fait, ne forme point une preuve complete, il en faut au moins deux qui soient valables. Voyez cod. lib. IV. tit, xx. 1. l. & aux mots Enquêtes, Informations, Témoins. (A)

Déposition, (Jurispr.) est la destitution d’une dignité ou d’un office ecclésiastique, qui se fait juridiquement contre celui qui en étoit revêtu. On peut déposer un évêque, un abbé, un prieur, un official, un promoteur, &c. mais il faut pour cela qu’il y ait des causes graves. On ne dépose point un simple prêtre, mais on le dégrade.

La déposition differe de la dégradation, en ce qu’elle ôte tout-à-la-fois les marques extérieures du caractere, & la dignité ou l’office ; au lieu que la dégradation proprement dite, n’ôte à l’ecclésiastique que les marques extérieures de son caractere.

La déposition differe aussi de la suspense, en ce que celle-ci n’est que pour un tems, & suspend seulement les fonctions ; au lieu que la déposition prive absolument l’ecclésiastique de toute dignité ou office. Voyez ci-devant Dégradation, & Evêques. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Déposition : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « déposition » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « déposition »

Étymologie de déposition - Littré

Voy. DÉPOSITAIRE ; provenç. depositio ; espagn. deposicion ; ital. deposizione ; du latin depositionem.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de déposition - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin depositio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « déposition »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déposition depɔsisjɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « déposition »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déposition »

  • En préparant son café, Amanda est assaillie par des images de son viol et contacte immédiatement Maxime. Mécontente que son agresseur ait été relâché, l’infirmière lui raconte ce qu’il s’est passé vendredi soir au Spoon et ajoute qu’elle aurait préféré le tuer pour ne plus avoir peur aujourd’hui. Pendant ce temps, Martin et son équipe sont autorisés à poursuivre l’enquête sur Quentin Joubert. Seulement, l’affaire se corse lorsque celui-ci se présente au commissariat pour porter plainte contre Amanda. Malgré les réticences des policiers pour prendre sa déposition, Georges s’en occupe finalement et l’informe que sa plainte sera sans doute classée sans suite en raison de l’état psychologique d’Amanda. Convoquée à son tour au poste, Amanda est furieuse que son violeur puisse être considéré en victime. Pour la jeune femme, tout le monde se fout de ce qu’elle traverse et elle reconnait avoir agressé son bourreau tout en regrettant de ne pas l’avoir tué. Folle de rage, elle retrouve ensuite Marianne et lui apprend que Quentin a porté plainte contre elle. Pas surprise par l’attitude de ce dernier, le docteur Delcourt insiste pour que son amie se ressaisisse et prenne du recul. Cependant, Amanda ne parvient pas à faire comme si de rien était et hurle que la seule chose qui la calmerait serait de le voir mort. Marianne, qui est exténuée par toute cette histoire, rentre chez elle et supplie son compagnon de partir le plus tôt possible pour Capri. Renaud accepte en précisant toutefois que cela n’effacera en rien le traumatisme qu’elle a subi et souhaite qu’elle aille voir un psy. En parallèle, Georges a obtenu l’autorisation d’intercepter les emails de Quentin. Pour le moment, le suspect échange uniquement avec des personnes sur des sites de revente mais Martin espère qu’il commettra une erreur pour réussir à le coincer. De son côté, Quentin est dans son camion à la recherche de sa prochaine victime tandis qu’Amanda vole un scalpel à l’hôpital qu’elle range dans son sac. AlloCiné, Demain nous appartient : ce qui vous attend dans l'épisode 702 du lundi 6 juillet 2020 [SPOILERS] - News Séries à la TV - AlloCiné
  • Un prêtre, en état d'ébriété, aurait tenté, mercredi, de poser des gestes gravement inappropriés sur un jeune garçon, selon les termes de l'Eglise, elle-même, qui a communiqué sur cette affaire, hier soir. Le père de l'enfant qui s'est interposé, a en effet porté plainte. Ce prêtre auxiliaire déchargé d'activité pour raison de santé depuis dix mois sur la paroisse de Carpentras, a reconnu les faits auprès de son curé qui a ensuite fait une déposition auprès du procureur de la république de Carpentras. LaProvence.com, Faits divers - Justice | Une plainte contre un prêtre de la paroisse de Carpentras | La Provence
  • Le premier pourrait être un témoin clé. En juillet 2016, à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), c'est chez lui qu'Adama Traoré se réfugie après avoir échappé par deux fois aux gendarmes. Dans sa première déposition, le témoin avait décrit le jeune homme dans un état de fatigue et d’essoufflement important. Selon la famille d'Adama Traoré, c'est notamment sur la base de ce témoignage que s'appuie la défense des gendarmes. Franceinfo, Affaire Adama Traoré : deux témoins entendus par la justice

Traductions du mot « déposition »

Langue Traduction
Corse deposizione
Basque metaketa
Japonais 堆積
Russe отложение
Portugais deposição
Arabe إيداع
Chinois 沉积
Allemand ablage
Italien deposizione
Espagnol declaración
Anglais deposition
Source : Google Translate API

Synonymes de « déposition »

Source : synonymes de déposition sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « déposition »


Mots similaires