La langue française

Déportement

Sommaire

  • Définitions du mot déportement
  • Étymologie de « déportement »
  • Phonétique de « déportement »
  • Évolution historique de l’usage du mot « déportement »
  • Citations contenant le mot « déportement »
  • Traductions du mot « déportement »
  • Synonymes de « déportement »

Définitions du mot déportement

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉPORTEMENT, subst. masc.

A.− Littér., gén. au plur. Écart dans la conduite, excès. Déportements de charité (Fabre, Courbezon,1862, p. 324).
En partic. Dérèglement des mœurs, mauvaise conduite. Déportements scandaleux (Ac.1798-1932).Synon. débordement*.Des femmes que leurs passions et leurs déportements ont rendues illustres : Médée, Didon, Phèdre (Larbaud, F. Marquez,1911, p. 66):
1. Nous n'avons jamais connu l'irréflexion des adolescents, leurs gambades ni leurs déportements. La vie toujours chez nous rencontra des obstacles. Barrès, Un Homme libre,1889, p. 48.
2. Je parviens encore à exprimer mes désordres, mes sottises, mes déportements. Mais le bonheur? Cela se peut-il raconter? Duhamel, Confession de minuit,1920, p. 193.
Par antiphrase :
3. ... elles allèrent toutes deux tenir compagnie au malheureux [Charles] : la charité chrétienne n'ordonnait-elle pas de le consoler? Ces deux femmes puisèrent dans la religion bon nombre de petits sophismes pour se justifier leurs déportements. Balzac, Eugénie Grandet,1834, p. 128.
Rem. On relève l'emploi sing. mentionné comme ,,vx`` par les dict. Il demeure chaste [Gozzi], ennemi du déportement et du libertinage (Léautaud, Théâtre M. Boissard, t. 2, 1919, p. 289).
B.− [En parlant d'un véhicule] Action de se déporter, de s'écarter de sa route. Le tri-porteur de Jeoire Patauchon, (...) s'abandonne à la pente d'une route, prend les virages à la corde, frôle impétueusement le dérapage, le déportement, la chute, le tête-à-queue (Arnoux, Solde,1958, p. 169).
Rem. Sens récent mentionné par Rob., Dub., Lar. Lang. fr.
Prononc. et Orth. : [depɔ ʀtəmɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1260 « comportement » (Philippe de Novare, Quatre Ages, 29 ds T.-L.); 2. 1636 au plur. « conduite déréglée » (Monet). Dér. du rad. de déporter*; suff. -ment1*. Fréq. abs. littér. : 26. Bbg. Gohin 1903, p. 306.

Wiktionnaire

Nom commun

déportement \de.pɔʁ.tə.mɑ̃\ masculin (Surtout employé au pluriel)

  1. Mauvaise manière de vivre.
    • Il se posta sous le lit de la camérière avec qui le ministre faisait ses déportements - votre propre camérière, Sire- … — (Pierre Louÿs, « Les aventures du roi Pausole », 1901)
    • Ils [les grands écrivains] choisissent même de préférence, pour héroïnes, des femmes que leur passions et leurs déportements ont rendues illustres : Médée, Didon, Phèdre. — (Valery Larbaud, Fermina Márquez, 1911, rééd. Le Livre de Poche, page 75)
    • Cette gouvernante ne vous est connue, en somme, que par Mme de Châteaubedeau, qui a rendu elle-même son intervention nécessaire par ses propres déportements. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 45)
    • Monsieur de Caumont, je m'étonne que vous me demandiez justice. Tout votre déportement dans votre province vous accuse et vous condamne. — (Robert Merle, Fortune de France, VIII. 1977)
  2. Fait d’être déporté, en parlant d’un véhicule.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉPORTEMENT. n. m.
Mauvaise manière de vivre. Il ne s'emploie guère qu'au pluriel. Déportements scandaleux. Veiller sur les déportements de quelqu'un. Elle a été chassée pour ses déportements.

Littré (1872-1877)

DÉPORTEMENT (dé-por-te-man) s. m.
  • 1Conduite bonne ou mauvaise. Les mauvais déportements des jeunes gens viennent le plus souvent de leur mauvaise éducation, Molière, Scapin, II, 1. Je crois qu'on ne voit rien dans mes déportements Qui puisse mériter ces mauvais traitements, Tristan, Marianne, II, 2.

    Ce sens a vieilli.

  • 2 Au plur. Mauvaise conduite, mœurs dissolues. Sur leurs déportements il faut fermer les yeux, Rotrou, Vencesl. IV, 1. Ses déportements donnent prise à tout le monde, Bussy-Rabutin, dans RICHELET. Qu'il peste contre vous d'une belle manière, Quand vos déportements lui blessent la visière, Molière, l'Étour. I, 2. Si vous êtes las de me voir, je suis bien las aussi de vos déportements, Molière, Festin, IV, 6.
  • 3 Terme de modeleur. Dimension superflue, destinée à compenser le retrait qu'un modèle en terre doit éprouver.

HISTORIQUE

XVIe s. Ayant tant faict d'insignes et valeureux gestes, braves et admirables deportements, Carloix, VI, 29. Ce doibt estre un grand contentement à un pere vieil de mettre luy mesme ses enfants en train du gouvernement de ses affaires, et de pouvoir pendant sa vie contrerooller leurs deportements, Montaigne, II, 77.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « déportement »

Déporter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De déporter, « écarter de sa route ».
 Dérivé de porter avec le préfixe dé- et le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « déportement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déportement depɔrtœmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « déportement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déportement »

  • Le développement des capacités locales dans des industries vitales, telles que l’agroalimentaire, les produits pharmaceutiques et les équipements médicaux pour assurer une indépendance vis-à-vis l’extérieur, compte parmi les leçons à tirer de la pandémie, a-t-il dit, saluant dans ce sens la mobilisation de plusieurs déportements ministériels pour assurer la régularité des approvisionnements sur le marché national et la stabilité des prix. MAP Express, Le dépistage massif vise une reprise "dans les meilleures conditions" (CGEM) | MAP Express MAP Express
  • Se déporter volontairement est le "déportement" (actif) qui ne m'évoque jamais autre chose que l'action de sortir d'une trajectoire. La déportation est bien sûr autre chose. Un même verbe, deux substantifs ... L'Obs, L’autoroute ne s’entend pas parler, par Mara Goyet
  • Messaline eut quatre années d’emprise sur l’esprit de Claude. Succession de déportements admirables, d’orgies, de trahisons. Mais plusieurs affranchis exerçaient eux aussi leur influence sur le prince. Messaline tomba. Alors une jeune nièce de l’empereur, une soeur de Caligula, femme intelligente, devina ou estima son heure​ venue : Pallas, l’un des affranchis, l’appuyait ; elle s’avança vers le prince, qui tergiversait ; elle prit sur lui, par ses caresses, l’ascendant nécessaire pour qu’il la choisît.​ Il était son oncle : on changea la loi pour autoriser ce mariage incestueux. Agrippine, ensuite, fait s’avancer le fils qu’elle a eu d’un mariage précédent : le jeune​ Domitius (qui sera Néron). Elle réussit à faire que l’empereur adopte cet enfant, au détriment du sien. Elle fait revenir d’exil un philosophe que sous l’emprise de Messaline Claude avait huit ans plus tôt, pour l’éloigner de Rome, relégué dans la Corse ; île aride ; île rocheuse et terrible. Ce philosophe est Sénèque. On lui confie à son retour à Rome l’éducation de l’enfant​ Néron. Enfin, Agrippine s’avance en direction de Claude, trop lent à mourir pour ses desseins : portant avec elle, cette fois, des poisons puissants. On cache à la ville quelques heures la mort de l’empereur en faisant sortir du palais clos des nouvelles fluctuantes sur l’état de sa santé ; en faisant entrer des comédiens – per similationem. Enfin, quand tout est prêt, la mort est annoncée.​ Néron s’adresse aux soldats de la garde, descend les marches du Palatium ; il est porté en litière au camp des prétoriens, à qui il s’adresse, en lisant des mots que​ Sénèque a stylés. Le pouvoir est pris.​ , Sénèque, L’Apocoloquintose de l’empereur Claude. Pamphlet violent à l'adresse d'un prince physiquement éliminé (trad. J.-J. Rousseau)
  • Le général Amherst est reconnu pour avoir participé à la capitulation des Français en 1760 en Nouvelle-France et au déportement de milliers d’Acadiens en 1755. Il est aussi connu pour avoir tenté d’éliminer les Autochtones en leur distribuant des couvertures contaminées à la petite vérole. Le Journal de Montréal, De nouvelles armoiries aux couleurs autochtones pour Montréal | JDM

Traductions du mot « déportement »

Langue Traduction
Anglais deportment
Espagnol comportamiento
Italien portamento
Allemand benehmen
Chinois 仪态
Arabe الترحيل
Portugais comportamento
Russe выправка
Japonais 強制送還
Basque deportment
Corse deportazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « déportement »

Source : synonymes de déportement sur lebonsynonyme.fr
Partager