La langue française

Débâcle

Définitions du mot « débâcle »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉBÂCLE, subst. fém.

A.−
1. Dislocation des glaces recouvrant un cours d'eau, qui sont emportées par le courant. La débâcle des glaces. La débâcle, signe du printemps (Morand, Chron. homme maigre,1941, p. 177):
1. ... entendez-vous ce craquement profond et formidable? C'est la débâcle! c'est la Néva qui s'écroule! c'est le fleuve qui reprend son cours! c'est l'eau vivante, joyeuse et terrible qui soulève la glace hideuse et morte et qui la brise! Hugo, Napoléon le Petit,1852, p. 16.
Rare. Faire débâcle. L'eau de la Mercy courait sous une voûte de glace qui, à chaque flux et reflux, faisait débâcle et se brisait avec fracas (Verne, Île myst.,1874, p. 202).
En partic. Dislocation des glaces des mers polaires. Choc incessant des glaçons, précipités les uns contre les autres pendant la débâcle des mers polaires (Lautréam., Chants Maldoror,1869, p. 251).
2. [P. réf. au mouvement impétueux d'un cours d'eau, à la masse d'eau emportée, à ce qu'il charrie] La débâcle des pluies d'automne (Zola, Ventre Paris,1873, p. 627):
2. Voici, (...) comme une débâcle, comme une inondation de débris sous la tristesse dense du ciel, voici un homme étendu comme s'il dormait; ... Barbusse, Le Feu,1916, p. 167.
B.− P. anal. Synon. diarrhée.Débâcle diarrhéique. Ces périodes d'arrêt étaient suivies de débâcles qui me forçaient à l'[un animal] exiler pour un temps dans un panier (Gide, Feuillets,1949, p. 1119).
C.− Fig. et fam.
1. Rare. [L'accent est mis sur le mouvement]
a) Jaillissement :
3. La digestion du peu qu'elle a mangé semble faire jaillir d'elle une expansion vivace de récits, de souvenirs, de portraits des gens à l'emporte-pièce, des débâcles de phrases à la Saint-Simon. Goncourt, Journal,1868, p. 452.
b) [En parlant de pers.] Déferlement. Chez nous, par quel miracle Tous ces nouveaux venus? Quelle est cette débâcle D'invités inconnus? (Labiche, Si jamais je te pince,1856, III, 3, p. 315).Il y avait une débâcle de créanciers, (...) qui venaient chaque jour s'installer sur une banquette de l'antichambre (Zola, Nana,1880, p. 1124).
2. [L'accent est mis sur le résultat du mouvement]
a) [En parlant de la bonne marche de qqc., ou de la bonne tenue morale de qqn] Retournement de situation entraînant un effondrement, un désarroi total. (Être) en débâcle. L'Angleterre avait (...) jeté chez l'ennemi des liasses de faux assignats et combiné, faute d'effondrement militaire, une débâcle financière (P. Rousseau, Hist. techn. et invent.,1967, p. 197):
4. Tu ne saurais te figurer dans quel état de crise se trouve la librairie depuis le mois de novembre dernier. Le commerce des livres est presque absolument paralysé; des faillites multipliées ont eu des contre-coups qui ont ébranlé nos plus fortes maisons. Toutes les affaires sont ou en débâcle ou en stagnation. Hugo, Correspondance,1826, p. 432.
b) [En parlant d'un groupe de pers. homogène] Changement brusque de situation entraînant une fuite désordonnée, une débandade. Un cri éclata : « Les gendarmes! les gendarmes! » Ce fut une débâcle, un sauve-qui-peut si éperdu, qu'en deux minutes la route se trouva libre (Zola, Germinal,1885, p. 1455).
D.− Spéc. Débandade, déroute d'une armée. La Débâcle (roman de Zola). La débâcle avait commencé à Moscou; les routes de Kazan étaient couvertes de fugitifs (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 435).La retraite allemande tournait en débâcle (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 420).
Prononc. et Orth. : [debɑ:kl̥]. Ds Ac. 1694, s.v. desbacle; ds Ac. 1718-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. 1. 1680 debacle « action de débarrasser un pont des vaisseaux qui l'encombrent » (Rich.); 2. 1690 « rupture des glaces dans une rivière » (Fur.); 3. 1803 fig. « révolution » (Boiste). Déverbal de débâcler*. Fréq. abs. littér. : 310. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 124, b) 412; xxes. : a) 925, b) 433. Bbg. Tetu (F.). Lex. de l'hiver. Fr. Monde. 1973, no101, p. 35.

Wiktionnaire

Nom commun

débâcle \de.bɑkl\ féminin

  1. (Glaciologie) Rupture, ordinairement subite, de la glace qui couvrait un cours d’eau et qui se partage alors en glaçons dont la descente est plus ou moins rapide.
    • […] des pyramides de sacs s'entassent comme des boulets, à perte de vue : formidable arsenal, destiné à disparaître aux flancs profonds des barges qui, dès la débâcle, descendront le fleuve à la queue leu leu. — (Nicolas Gogol, Les âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1949)
    • La surface du lac Snure était prise encore. Nulle fissure n'indiquait une prochaine débâcle. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Les glaces étaient lâches, et nous n'avions qu'à éviter quelques ice-bergs isolés et de grandes plaques de bay-ice provenant de la débâcle toute récente du Scoresby Sund. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  2. (Figuré) (Familier) Tout changement brusque et inattendu qui amène du désordre, de la confusion.
    • Les armées vendéennes, bretonnes et chouannes […] doivent composer entre elles un corps d'armée d'élite pour agir offensivement et venir fondre, avec la rapidité de l'éclair, sur le parti anarchiste, qui, dans la débâcle, comme le plus audacieux, saisira les rênes flottantes du gouvernement directorial. — (Exposé du comité royal, du 13 mars 1796, à Paris)
    • L’effondrement de la civilisation scientifique était inconcevable pour ceux qui vécurent à cette époque, qui furent entraînés par la débâcle. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 393 de l’éd. de 1921)
    • Mais la grande débâcle a commencé en 1875 et en 1876, quand, coïncidant avec le mouvement malthusien qui déjà gagnait les esprits, survint l'abominable phylloxera. […]. Dès lors, tous les éléments jeunes et actifs s'orientèrent rapidement vers les villes. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • […] une de ces débâcles ménagères qu’on nomme nettoyages à fond, et qui rompent dans les armoires, comme les fleuves leurs glaces, les scellés de linge, de papier et de ficelles […] — (Colette, Le manteau de spahi, dans La maison de Claudine, Hachette, 1922, collection Livre de Poche, 1960, pages 93-94.)
  3. (Quelquefois) Débâclage.
    • Il y a un temps déterminé pour la débâcle du port.
  4. (Familier) Décharge subite du ventre.

Forme de verbe

débâcle \de.bɑkl\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de débâcler.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de débâcler.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de débâcler.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de débâcler.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de débâcler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉBÂCLE. n. f.
Rupture, ordinairement subite, de la glace qui couvrait un cours d'eau et qui se partage alors en glaçons dont la descente est plus ou moins rapide. La rivière grossit, il faut se préparer à la débâcle. La débâcle a fait périr bien des bateaux. Il se dit, figurément et familièrement, de Tout changement brusque et inattendu qui amène du désordre, de la confusion. Ce fut une débâcle générale. Cet accident commença la débâcle de sa fortune. Il se dit aussi quelquefois pour Débâclage. Il y a un temps déterminé pour la débâcle du port. Il se dit aussi, dans le langage familier, d'une Décharge subite du ventre.

Littré (1872-1877)

DÉBÂCLE (dé-bâ-kl') s. f.
  • 1Débâclage. Peu usité en ce sens. Faire la débâcle, rendre un port ou une rivière libres.
  • 2Rupture subite des glaces qui, couvrant une rivière, en interrompaient le cours. La débâcle de la Seine. Les premiers qui s'éloignent du bord avertissent que la glace plie sous eux, qu'elle s'enfonce, qu'ils marchent dans l'eau jusqu'aux genoux ; et bientôt on entend ce frêle appui se fendre avec des craquements effroyables qui se prolongent au loin comme dans une débâcle, Ségur, Hist. de Napol. X, 9.

    Fig. et familièrement, changement fâcheux qui emporte la fortune d'un particulier, la prospérité d'un gouvernement, les opinions, les mœurs, comme la débâcle emporte les glaces de la rivière. Cet accident commença la débâcle de sa fortune. Quel que fût l'intérieur du roi, il est certain que sa décence contenait quelque peu la débâcle des mœurs, à la cour, dans l'église, Michelet, Louis XIV et le duc de Bourgogne, p. 151.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « débâcle »

Voy. DÉBÂCLER.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1680) Déverbal sans suffixe de débâcler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « débâcle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
débâcle debakl

Évolution historique de l’usage du mot « débâcle »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « débâcle »

  • Vivre sa vie c’est décider de se frotter à celle des autres et il faut pas se tromper d’autres, sinon c’est la débâcle. De Joy Sorman / Boys, boys, boys
  • Face à l’état du monde du travail aujourd’hui, ce n’est pas de la mélancolie que je ressens, mais un désespoir absolu, une sensation de débâcle. De Virginie Despentes / pour Télérama, 7 janvier 2015
  • Pour Gaël Sliman, président de l'institut de sondage Odoxa, on peut clairement parler de "débâcle": "Si on regarde les résultats de ces élections au premier et au second tour, le score global national de La République en marche est très faible. Bien souvent, elle se trouve reléguée en 3e, 4e, 5e position et n'est même pas en mesure de jouer le second tour ou de remporter la mise. Là où elle a pu s'en sortir, c'est parfois qu'elle était effacée derrière un candidat pré-existant à qui elle a eu la bonne idée de se rallier".  Pour ce professionnel des sondages, cette débâcle était presque écrite. "Depuis un an, on voyait dans les enquêtes la volonté de sanctionner La République en marche au niveau municipal" affirme-t-il.  ladepeche.fr, Municipales : LREM, les raisons de la débâcle - ladepeche.fr
  • Le milliardaire américain John Paulson, un des rares à avoir tiré parti de la crise financière de 2008-2009 grâce à ses paris sur la débâcle du marché immobilier aux Etats-Unis, a décidé de fermer son fonds spéculatif. , John Paulson, rare trader à avoir misé sur la débâcle du marché immobilier en 2008, ferme son fonds spéculatif - La Libre
  • Au lendemain des élections municipales qui se sont traduites par une débâcle pour LREM et une poussée d’EELV, Emmanuel Macron a reçu les 150 participants de la convention citoyenne sur le climat avec Édouard Philippe afin de leur donner sa réponse et tenter de se donner une façade verte. Révolution Permanente, Déclarations de Macron sur l'écologie : un coup de com' après la débâcle des municipales
  • Pour les vendeurs à découvert, Wirecard est le « Enron » allemand, en référence au groupe américain en faillite en 2001 après la révélation d'un vaste scandale. Ils ont gagné entre 2,2 et 2,6 milliards de dollars cette année en pariant sur la chute des actions et la débâcle de la fintech allemande. Et ont commencé à gagner de l'argent à partir de la mi-mars. Mardi, l'action Wirecard rebondissait de 18,5 %, à 17,10 euros. Elle perd 85 % depuis le début de l'année. Les Echos, Les vendeurs à découvert profitent de la débâcle boursière de Wirecard | Les Echos

Traductions du mot « débâcle »

Langue Traduction
Anglais debacle
Espagnol debacle
Italien sfacelo
Allemand debakel
Chinois 崩溃
Arabe كارثة
Portugais fiasco
Russe ледоход
Japonais 失敗
Basque debacle
Corse debacle
Source : Google Translate API

Synonymes de « débâcle »

Source : synonymes de débâcle sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « débâcle »

Débâcle

Retour au sommaire ➦

Partager