Naufrage : définition de naufrage


Naufrage : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

NAUFRAGE, subst. masc.

A. − Perte totale ou partielle d'un bâtiment en mer ou près d'une côte marine. Mourir, périr dans un naufrage; débris, épave d'un naufrage. Il s'était d'abord enrichi à vendre des femmes; puis, ruiné par un naufrage, il avait fait la guerre contre les Romains (Flaub., Salammbô, t.1, 1863, p.27).Sur huit garçons qui ont grandi, tous marins, la mer lui en a pris sept, −sept, qui ont disparu dans des naufrages, ou bien qui ont passé à l'étranger (Loti, Mon frère Yves, 1883, p.253):
1. La cure est une maison de l'île, et, si elle porte des crucifix sur les murs et des images de piété, elle contient mille objets qui proviennent de naufrages, et quelques-uns des crucifix, la plupart des images de piété, ont orné des navires. Queffélec, Recteur, 1944, p.89.
Loc. Faire naufrage
[Le suj. désigne un bateau] Naufrager, couler. Léopard a gagné l'Afrique du sud; plus tard, il assurera le ralliement de la Réunion; finalement, il fera naufrage devant Tobrouk (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p.243).
[Le suj. désigne une pers.] Être à bord d'un bâtiment qui fait naufrage. Daudet me contait qu'il avait connu une distinguée et charmante fille qui (...) avait fait naufrage et était restée dix-huit jours sur un radeau (Goncourt, Journal, 1888, p.801).Marino ne t'a jamais raconté comment il avait fait naufrage? (Gracq, Syrtes, 1951, p.265).
P. méton., rare. Lieu de naufrage. Que les lettres SOS soient lancées par la télégraphie sans fil, aussitôt tous les navires courront vers le naufrage, selon leurs moyens, et quel que soit le pavillon, non point pour piller mais pour sauver (Alain, Propos, 1921, p.320).
P.anal. Perte d'un bâtiment ou d'une barque sur une rivière, un lac. (Dict. xixeet xxes.).
B. − Au fig.
1. Perte de biens, ruine. J'avais sauvé du naufrage de mes pauvres nippes un petit volume dont je lisais tous les jours quelques pages (Courier, Lettres Fr. et Ital., 1806, p.724).Oisif à Bussières, et n'ayant sauvé du naufrage de sa fortune que ses livres, il avait été autrefois mon maître d'écriture (Lamart., Nouv. Confid., 1851, p.117).
En partic. [En parlant d'une entreprise, d'un commerce] Faillite, banqueroute. La mauvaise santé de Silbermann acheva le naufrage de la revue (Lacretelle, Le Retour de Silbermann, Paris, Gallimard, 1922, p.226).C'est pour avoir sauvé du naufrage la Compagnie générale transatlantique qu'il y [l'État] occupe, dès 1933, une place prépondérante (Chenot, Entr. national., 1956, p.64).
2. Échec, perte sur le plan moral, intellectuel ou sentimental. Et dans le naufrage où sombraient ses rêves de bonheur et ses projets d'avenir, cela seul subsistait, ce besoin énergique et vivace (Moselly, Terres lorr., 1907, p.124).C'est dans l'abandon des hommes et dans le naufrage de leurs espérances terrestres qu'ils ont vu apparaître leur sauveur vivant et présent tout près d'eux (Monod, Sermons, 1911, p.235):
2. Au terme de sa vie, lorsque ne lui échapperont plus que des cris d'angoisse et d'émouvantes oraisons, il [Baudelaire] reniera le rêve auquel il avait tant demandé, accusant de son naufrage moral son «penchant à la rêverie» qui lui a fait perdre vingt années... Béguin, Âme romant., 1939, p.381.
Locutions
Faire naufrage. Échouer, perdre la partie. Dans ce désespoir l'honneur eût fait naufrage, Si le ciel adouci ne m'avait réservé Un bon ange gardien par qui je fus sauvé (Ponsard, Honn. et arg., 1853, V, 2, p.130).Si Disraëli avait voulu dissoudre [le Parlement] au moment de son retour de Berlin, il eût obtenu un nouveau bail de six ans. Ayant attendu, il offrit trop de toile au Destin et, deux ans plus tard, il fit naufrage (Maurois, Édouard VII, 1933, p.159).
Faire naufrage au, près du port. Échouer au moment où l'on est près du but. Que je cueille la grappe, et la feuille de myrte Qui tombe, et que je sois à l'abri de la syrte Où j'ai fait si souvent naufrage près du port (Moréas, Cantil., 1886, p.114).
3. Désastre, effondrement d'un système de valeurs. Cette brillante civilisation du midi pyrénéen, perle échappée au naufrage où sombra, dès le XIIIesiècle, la civilisation du reste du midi (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p.361).Les maux sociaux et politiques peuvent être vigoureusement conjurés; et il faudra bien qu'ils le soient si la France, et avec elle le genre humain, veulent éviter le grand naufrage (L. Daudet, Stup. XIXes., 1922, p.276).Il est comme quelqu'un qui se serait fixé une tâche, une mission. Il veut sauver du naufrage une société qui se défend fort bien toute seule (Aragon, Beaux quart., 1936, p.263).
REM.
Naufrageux, -euse, adj.,vx. Qui est propice au naufrage. Le rivage africain aux naufrageuses syrtes (Pommier, Océanides, 1839, p.36).Les deux aspects de l'histoire touchante sont déjà présagés et réfléchis dans le paysage, les deux aspects de la vie! la mer naufrageuse et l'abri sûr, le bonheur et le malheur (Sainte-Beuve, Chateaubr., t.1, 1860, p.211).
Prononc. et Orth.: [nofʀa:ʒ], [nɔ-]. L'hésitation est reconnue par Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930, Warn. 1968, etc. ,,Toutefois on prononce encore [naufrage] plus correctement en fermant au`` (Mart. Comment prononce 1913, p.116). ,,La prononciation avec [ɔ] semble (...) la plus fréquente; elle est en tout cas la meilleure`` (Fouché Prononc. 1959, p.76). Martinet-Walter 1973 [no-]/[nɔ-] (9/8). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1414 [ms. xves.] «perte d'un vaisseau en mer» (L. de Premierf., Decam., B.N. 129, fol. 43 rods Gdf. Compl.); 1461, févr. droit de nauffraige (Ordonnances des rois de France, t.XV, p.348); naufrage est signalé comme mot rare par Calvin, Serm. sur la prem. à Timothée, 9 ds Hug.; 2. 1501-04 fig. «destruction, ruine complète» (Destrées, Vie de Ste Wenefrede, II, 394, éd. H. Petersen, p.74); 1559 (Amyot, Plutarque. Hommes illustres, Phocion, 1, éd. Gérard-Walter, t.1, p.487); 1643 faire naufrage au port «échouer alors que les difficultés paraissent vaincues» (Corneille, Menteur, V, 4). Empr. au lat. naufragium «naufrage» fig. «ruine, destruction»; dans la langue médiév. jur. «droit d'épave, de naufrage» (881 ds Nierm.). Fréq. abs. littér.: 865. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1674, b) 1937; xxes.: a) 720, b) 778. Bbg. La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p.94, 286.

Naufrage : définition du Wiktionnaire

Nom commun

naufrage \no.fʁaʒ\ masculin

  1. Perte d’un bateau résultant, en principe, du fait qu’il se brise, et, par extension, d’un accident quelconque éprouvé sur mer.
    • […], et un bateau à vapeur du service municipal de la Tamise heurta si violemment le ponton de Westminster qu’il n’échappa au naufrage qu’en allant s’enliser sur la rive opposée, dans la vase découverte par la marée basse. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 31 de l’éd. de 1921)
    • Toutefois, en cas de prise, naufrage ou déclaration d’innavigabilité, le marin payé au mois ou au voyage ne reçoit ses salaires que jusqu'au jour de la cessation de ses services. — (Article 42, Code du travail maritime, France, 2009)
    • Selon toutes probabilités, ces navires, fabriqués à Marseille, Ampurias, Ibiza ou Carthagène, sont de faible tonnage. L'époque connaît des navires de tonnage conséquent, mais leurs naufrages se concentrent surtout autour des grands nœuds de navigation : […]. — (Alexis Gorgues, Économie et société dans le nord-est du Domaine ibérique (IIIe-Ier s.: av. J.-C., CSIC-Dpto. de Publicaciones, 2010, page 221)
    • En pleine mer, des bâtiments sombrèrent, ou, désemparés par la tempête, n’échappèrent au naufrage que par des efforts inouïs. — (Frédéric Zurcher et Élie-Philippe Margollé, Les Naufrages célèbres, chap. 19, Hachette, Paris, 1873, 3e édition, 1877, p. 185)
    • Les tortues marines portent des balises de géolocalisation, mais ce déchet de 77 mètres de long et de 700 tonnes de poids lège, qui peut à tout moment entrer en collision avec un navire de commerce ou de pêche, et provoquer un naufrage et des pertes humaines, passe sous les radars. — (Jacky Bonnemains, L'« Alta », la véritable histoire du bateau fantôme, dans Charlie Hebdo n° 1440 du 26 février 2020, p. 11)
  2. (Figuré) Toute sorte de pertes, de ruines et de malheurs.
    • Le naufrage de son honneur, de sa réputation, de sa fortune. — Cette maison, voilà tout ce qu’il a pu sauver du naufrage.

Forme de verbe

naufrage \no.fʁaʒ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de naufrager.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de naufrager.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de naufrager.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de naufrager.
    • Seigneur, viens à mon aide ! Ne sois pas mort ! Que notre sœur la mort te désaccouche, qu’elle t’enlève tes langes, qu’elle te naufrage de nouveau sur nos rivages ! — (Alina Reyes, Souviens-toi de vivre, 2013)
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de naufrager.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Naufrage : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NAUFRAGE. n. m.
Perte d'un bateau résultant, en principe, du fait qu'il se brise, et, par extension, d'un accident quelconque éprouvé sur mer. Les naufrages sont fréquents sur cette côte. Ces écueils ont cause de nombreux naufrages. Ce vaisseau a disparu corps et biens dans un naufrage. Faire naufrage, Se perdre, en parlant des Bateaux. Ce superbe paquebot a fait naufrage. Il se dit aussi des Personnes. Ce marin a fait trois fois naufrage. Fig., Faire naufrage au port, Voir tous ses projets ruinés, renversés au moment où l'on était près de réussir.

NAUFRAGE se dit figurément de Toute sorte de pertes, de ruines et de malheurs. Le naufrage de son honneur, de sa réputation, de sa fortune. Cette maison, voilà tout ce qu'il a pu sauver du naufrage.

Naufrage : définition du Littré (1872-1877)

NAUFRAGE (nô-fra-j' ; du temps de Chifflet, Gramm. p. 183, on prononçait naufrâge ; du temps de Palsgrave on écrivait et prononçait naufraige) s. m.
  • 1Perte d'un vaisseau sur une côte de mer, sur un banc de sable, sur un écueil, etc. Alger sera toujours pour moi partout où vous serez ; et, quoique je sois à Bruxelles, je ne fus jamais plus près de la captivité et du naufrage, Voltaire, Lett. 50. Il vendit son troupeau, Trafiqua de l'argent, le mit entier sur l'eau ; Cet argent périt par naufrage, La Fontaine, Fabl. IV, 2. Ceux qui sont échappés du naufrage disent un éternel adieu à la mer et aux vaisseaux, Bossuet, Reine d'Anglet. Un navire qui venait de faire naufrage, Fénelon, Tél. I. Les Romains, qui faisaient des lois pour tout l'univers, en avaient de très humaines sur les naufrages, Montesquieu, Esp. XXI, 17. Échappée au naufrage, [une urne] elle est près de ces lieux, Voltaire, Oreste, II, 1.

    Faire naufrage au port, échouer quand on est hors de péril et qu'on est arrivé ; et fig. réussir mal sur la fin de quelque affaire. Vous qui l'estimez tant, allez lui rendre hommage ; Mais songez qu'au port même il peut faire naufrage, Corneille, Pomp. I, 3.

  • 2Il se dit aussi des bâtiments et barques qui naviguent sur les lacs et les rivières. La gabare heurta contre une pile du pont et fit naufrage.
  • 3 Fig. Perte, malheur, chute morale. Ô beauté, qui de mes amours êtes le port et le naufrage, Malherbe, V, 16. Pour suivre Cléopâtre, il quitta son bonheur, Et, s'embarquant ainsi, fit naufrage d'honneur, Tristan, Mariane, I, 3. Me voici rembarqué sur la mer amoureuse, Moi pour qui tant de fois elle fut malheureuse, Qui ne suis pas encor du naufrage essuyé, La Fontaine, Poésies mêlées, XXXVI. Vos réflexions sont tristes et justes sur la déroute de la maison de Créquy… mais il y a un petit Blanchefort, resté du naufrage… affligé, sans être abattu, des malheurs de sa maison, Sévigné, 25 avr. 1687. Faut-il vous représenter et le péril de ce sexe [les femmes], et les suites dangereuses de sa pauvreté, l'écueil le plus ordinaire où sa pudeur fait naufrage ? Bossuet, Sermons, Septuag. 2. Lorsque le juge veut s'agrandir et qu'il change en une souplesse de cœur le rigide et inexorable ministère de la justice, il fait naufrage contre ces écueils [déchirer la loi], Bossuet, le Tellier. Siècle vainement subtil, où tant d'âmes insensées cherchent leur repos dans le naufrage de la foi, Bossuet, Anne de Gonz. Cette mer où tu cours est célèbre en naufrages, Boileau, Épître I. Aussi bien, que ferais-je en ce commun naufrage ? Racine, Théb. II, 2. Leur cœur était corrompu, avant que leur foi fît naufrage, Massillon, Carême, Avenir. La vocation vient échouer et faire un triste naufrage, Massillon, Profess. relig. 2. Dans le grand naufrage des systèmes, Voltaire, Dict. phil. Dieu, dieux. Ce peu de nos amis qui, dans un tel orage, Pourraient encor sauver les débris du naufrage, Voltaire, Mérope, II, 3. Dans nos discords j'ai fait plus d'un naufrage, Sans jamais fuir la France et son doux ciel, Béranger, le Bon vieillard. Qu'elle [la patrie] se relève à jamais Du grand naufrage de la Loire, Béranger, Ch. d'asile.

    Le naufrage du temps, l'oubli que le temps amène dans la mémoire des hommes. Garantissez du naufrage du temps Les noms fameux et les faits éclatants, Rousseau J.-B. Ép. 1re.

HISTORIQUE

XVIe s. Eussé je, o souverain, comme le second pere, Au naufrage du monde une arche à me sauver ! Desportes, Œuvres chrestiennes, Sonnets, 9. Cest estranger, pauvre, chetif, et nu, Un vif naufrage à ma rive venu, Ronsard, 637. Les costes et rivages d'alenviron par plusieurs jours furent pleins et semez de corps morts et de naufrages que les vagues de la mer y jetterent, Amyot, Lucul. 24. Il n'avoit à gouverner que les reliques du naufrage de son païs. - à dire la verité, Demades estoit luymesme le naufrage [la perte] de sa ville, Amyot, Phoc. 1. Demetrius se retira en la Grece, en intention de recueillir et ramasser encore les pieces et reliques de son naufrage, Amyot, Démét. 63. Leur chef assassiné ; et (qui arrachoit plus l'esperance que tout) un grand nauffrage des courages et volontez, D'Aubigné, Hist. II, 484.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Naufrage : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

NAUFRAGE, s. m. (Marine.) Il se dit d’un vaisseau qui va se perdre & se briser contre des rochers, ou qui coule à fond, & périt par la violence des vents & de la tempête. (Z)

Naufrage, Droit de, (Usage des Barbares.) Les Barbares qui envahirent l’empire romain en Occident, ne le regarderent d’abord que comme un objet de leur brigandage ; & ce fut en conséquence dans ces tems-là, que s’établit sur toutes les côtes de la mer le droit insensé de naufrage : ces peuples pensant que les étrangers ne leur étoient unis par aucune communication de droit civil, ils ne leur devoient ni justice ni pitié. Dans les bornes étroites où se trouvoient les peuples du Nord, tout leur étoit étranger ; & dans leur pauvreté, tout étoit pour eux un objet de richesse. Etablis avant leurs conquêtes, sur les côtes d’une mer resserrée & pleine d’écueils, ils avoient tiré parti de ces écueils mêmes, pour piller les vaisseaux qui avoient le malheur d’échouer dans leur pays, au-lieu de consoler par tous les services de l’humanité, ceux qui venoient d’éprouver ce triste accident : mais les Romains qui faisoient des lois pour tout l’univers, en avoient fait de très-humaines sur les naufrages. Ils réprimerent à cet égard les brigandages de ceux qui habitoient les côtes, & ce qui étoit plus encore, la rapacité de leur propre fisc. Esprit des Lois. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « naufrage »

Étymologie de naufrage - Littré

Lat. naufragium, de navis, nef, et frangere, briser (voy. FRAGILE). Naufrage s'est dit pour naufragé : Je semble dépiter [braver], naufrage audacieux, L'infortune…, Régnier, Sat. VII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de naufrage - Wiktionnaire

Du latin naufragium.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « naufrage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
naufrage nofraʒ play_arrow

Citations contenant le mot « naufrage »

  • Au moins trente personnes ont péri et une vingtaine sont portées disparues lundi dans le naufrage d’un ferry, entré en collision avec une autre embarcation sur le fleuve de la capitale bangladaise Dacca. , Faits-divers - Justice | Au moins 30 morts dans le naufrage d’un ferry
  • Quatre migrants n'ont pas été retrouvés après le chavirement de leur embarcation, dimanche 12 juillet, au large de la Crète. Un homme, originaire d'Algérie, a survécu au naufrage et a été conduit dans un hôpital de l’île grecque. InfoMigrants, Quatre migrants portés disparus après un naufrage au large de la Crète - InfoMigrants
  • Des badauds regardent le lieu du naufrage depuis une embarcation sur le fleuve de Buriganga à Dacca.  , Bangladesh : au moins 32 personnes meurent dans le naufrage d'un ferry à Dacca
  • Le bilan du naufrage d'une embarcation de migrants sur un lac de l'est de la Turquie fin juin est passé à 50 morts samedi 18 juillet après la découverte de cinq nouveaux corps. RTL.fr, Turquie : naufrage d'une embarcation de migrants, le bilan s'élève à 50 morts
  • Ce vendredi 3 juillet, un navire de pêche a fait naufrage au large de l'île de Bréhat dans les Côtes d'Armor. L'unique marin à bord a été hélitreuillé et transporté l'hôpital de saint-Brieuc. France Bleu, Côtes d'Armor : naufrage d'un bateau de pêche au large de l'île de Bréhat
  • Les raisons de ce naufrage ne sont pas définies. Belouna était un dériveur lesté en aluminium. Il est probable que le choc de la nuit précédente ait endommagé la coque au niveau du puits de dérive. Bateaux.com, Naufragés aux Bermudes, ils ont passé trois jours dans leur radeau de survie
  • La femme fut formée d'une côte d'Adam. Voilà une côte sur laquelle il y a eu bien des naufrages. De Pierre Véron / Le Carnaval du dictionnaire
  • Si seulement on pouvait s'entraîner en prévision des naufrages et s'arranger pour qu'ils se produisent quand on est dans une forme parfaite, il y aurait moins de noyades en mer. De Stephen Crane / Le bateau ouvert
  • Faire le bel esprit les jours de grands naufrages De Jean-Luc Lagarce
  • Les plus belles histoires commencent toujours par des naufrages. De Jack London
  • La raison souvent n'éclaire que les naufrages. De Claude Adrien Helvétius
  • L'égoïste s'attendrit à l'aspect d'un naufrage en songeant qu'il aurait pu se trouver sur le navire. De Jules Petit-Senn
  • Si les pétroliers transportaient de l'eau de mer, on s'en foutrait qu'ils fassent naufrage. De Philippe Geluck / Le chat est content
  • Nous sommes tous sur la même barque, promis au même naufrage et il n’y aura aucun survivant. De Philippe Bouvard
  • La barque qui a plusieurs pilotes court droit au naufrage. De Proverbe corse / La Corse en proverbes (1905)
  • Celui qui a fait un naufrage tremble devant des flots tranquilles. De Ovide
  • Celui qui a inventé le bateau a aussi inventé le naufrage. De Lao-Tseu
  • N'accuse point la mer à ton second naufrage. De Publius Syrus / Sentences
  • Ce monde est un vaste naufrage : sauve qui peut ! De Voltaire

Images d'illustration du mot « naufrage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « naufrage »

Langue Traduction
Corse naufragiu
Basque hondoratze
Japonais 難破
Russe кораблекрушение
Portugais naufrágio
Arabe حطام سفينة
Chinois 沉船
Allemand schiffswrack
Italien naufragio
Espagnol naufragio
Anglais shipwreck
Source : Google Translate API

Synonymes de « naufrage »

Source : synonymes de naufrage sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « naufrage »


Mots similaires