La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « crêpe »

Crêpe

Variantes Singulier Pluriel
Masculin crêpe crêpes

Définitions de « crêpe »

Trésor de la Langue Française informatisé

CRÊPE1, subst. masc.

I.− COUTURE
A.− Étoffe généralement de laine ou de soie, plus ou moins légère et transparente à l'aspect ondulé, dont la texture grenue est obtenue par une forte torsion des fils. Crêpe blanc, robe de/en crêpe. Les jupes de crêpe, molles et tristes, montaient les marches (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 354).
Crêpe georgette. Crêpe très fin et léger, en soie naturelle, artificielle ou synthétique (Guide pratique de la couture créative ds Sélection du Reader's digest, Paris, 1975, p. 27). Crêpe marocain. Crêpe assez épais à gros fils de trame, ayant du tombant (Guide pratique de la couture créative, loc. cit.). Crêpe de Chine. Étoffe de soie naturelle ou artificielle légèrement crêpée (Guide pratique de la couture créative, loc. cit.). Corsage de crèpe de chine blanc (Du Bos, Journal,1928, p. 11).
P. compar. (avec l'aspect du crêpe). Un crêpe blanc montait des profondeurs de cette immense vallée des Vosges (Hugo, Rhin,1842, p. 282).Les mouches aux ailes de crêpes (Hugo, Chansons rues et bois,1865, p. 214).
B.− En partic. [Avec une valeur symbolique, pour désigner des vêtements (notamment des voiles) en crêpe noir marquant le deuil] Crêpe(s) funèbre(s), porter un crêpe au bras, sur le revers du veston; crêpe de deuil. Une femme en noir, en grand deuil, (...) son voile de crêpe relevé (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Tombales, 1881, p. 1209).
P. méton.
1. Vêtement, voile de crêpe noir symbolisant le deuil. Le crêpe et les fatigues accablaient la jeune veuve (Cocteau, Enf. terr.,1929, p. 126).Ma mère s'enveloppa de crêpe et fit teindre en noir mes vêtements (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 174).
1. ... Noémi Péloueyre s'ensevelit dans le crêpe pour trois ans. Son grand deuil la rendit, à la lettre, invisible. Mauriac, Le Baiser au Lépreux,1922, p. 210.
2. Bandeau de crêpe noir que l'on porte sur ses vêtements en signe de deuil. Jeanne est serrée dans sa mante noire et Henri porte un crêpe à son chapeau de paille (A. France, Bonnard,1881, p. 508).Gildas était mort. Alors Yves mit un crêpe à sa manche de laine (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 175).
P. compar. ou p. métaph. Inquiétude, mélancolie. Elle [la nuit] arrive insensiblement, et déjà son crêpe noir s'étend sur la terre (Dupuis, Orig. cultes,1796, p. 99).Journée de mélancolie croissante. Sentiment de décrépitude, froid dans les moelles, crêpe sur l'avenir, sourde désespérance (Amiel, Journal,1866, p. 149).
Loc. fig. Jeter/mettre un crêpe sur/à. Assombrir, attrister. Sa mort (...) jeta des crêpes sur les joies de cette union (Balzac, Lys,1836, p. 62).La pénible aventure qui met un crêpe à votre constante gaieté (Murger, Scènes vie bohème,1851, p. 154).
II.− P. anal.
A.− COIFFURE, rare. Touffe de cheveux frisés.
Rem. Attesté ds Lar. 19e-Lar. encyclop., Littré, Guérin 1892, Rob.
B.− CHAUSSURE, usuel. Caoutchouc brut, laminé en feuilles, généralement de couleur claire et d'aspect gaufré, qui sert à la confection de semelles de chaussures assez épaisses et souples. Des souliers à semelles de crêpe couleur de miel (Duhamel, Suzanne,1941, p. 200):
2. Katow et Kyo portaient des chaussures de sport à semelles de crêpe, et n'entendaient leurs pas que lorsqu'ils glissaient sur la boue; ... Malraux, La Condition humaine,1933, p. 192.
Prononc. et Orth. : [kʀ εp]. Durée longue corresp. à la disparition de l'anc. -es- de crespe (remplacé par ê) indiquée ds Barbeau-Rodhe 1930 et sous forme de mi-longue ds Passy 1914. La durée longue est notée, régulièrement, ds les dict. plus anc. comme Land. 1834. Littré et DG. La tendance est à la faire disparaître. Le mot est attesté ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme crespe; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. Noter que, parmi les dér., certains s'écrivent avec un accent circonflexe d'apr. crêpe : crêpelu, crêpelure, crêper, crêpière. D'autres s'écrivent avec un accent aigu : crépin, crépine, crépinette, crépir, crépissage, crépissement, crépissure, crépon, créponaille, crépu, crépue (pour cette liste cf. Dupré 1972). Dans ces dér. l'e (de crêpe) se retrouve en position inaccentuée d'où disparition de la durée et par suite fermeture de la voyelle. Dans les dér. écrits avec é accent aigu il y a harmonisation entre la prononc. et la graph. Souvent la syll. accentuée renferme une voyelle très fermée, du type de [i] ou [y], qui renforce la tendance à la fermeture de la syll. précédente atone. Dans les dér. qui conservent ê accent circonflexe c'est précisément cet accent et l'infl. de crêpe qui retardent la fermeture de la voyelle. Pour le détail sur l'orth. et la prononc. de ces mots cf. chacun des dérivés. Étymol. et Hist. 1. 1285 crepes « ornements de tête » (Jacques Bretel, Le Tournoi de Chauvency, éd. M. Delbouille, 2396); av. 1549 crespe noir « signe de deuil » (Marguerite de Navarre, L'Heptaméron, XVI, éd. M. François, p. 129); 1853 crêpe de Chine (Le Magasin des familles, 5evol., année 1853, p. 214 ds Cah. Lexicol., t. 6, 1961, p. 88); 2. 1933 « semelle » (Malraux, supra ex. 2). Substantivation de l'adj. a. fr. cresp, crespe « frisé, bouclé » (av. 1105 judéo-fr. crespes [?] masc. plur., Raschi Blondh., no273); 1160-70 cresp masc. (Marie de France, Les Lais, Lanval, éd. J. Rychner, 568); début xiiies. cas suj. masc. sing. crespes (G. de Montreuil, Continuation de Perceval, éd. M. Williams, 6589) du lat. class. crispus « frisé, ondulé ».

CRÊPE2, subst. fém.

A.− ART CULIN. Mince couche de pâte de forme ronde, cuite à la poêle ou sur une plaque de fonte, que l'on consomme nature ou fourrée d'une garniture sucrée ou salée. Crêpe bretonne, flambée; faire des crêpes, faire sauter les crêpes; crêpes de la chandeleur. Des crêpes de sarrazin, des omelettes au lard et au sucre (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 188).Vraiment cette crêpe au rhum ne vous dit rien? (Montherl., Lépreuses,1939, p. 1409):
On entend surtout sauter les crêpes, l'entremets traditionnel. Des crêpes rondes et lourdes comme des disques, parfumées à la fleur d'oranger. On les arrose de café corsé « d'un doigt » d'armagnac. Pesquidoux, Le Livre de raison,1925, p. 11.
Pâte à crêpe. Préparation salée ou sucrée, et éventuellement parfumée, composée d'œufs battus avec du lait et de la farine de blé ou de sarrasin. La pâte à crêpe recouverte d'un linge blanc se gonflait de bulles (Guèvremont, Survenant,1945, p. 156).
B.− Loc. verbales, fig., fam. [P. réf. à la méthode de cuisson des crêpes]
1. [Le suj. désigne une pers.] Sauter, se retourner comme/ainsi qu'une crêpe. Si tu bondissais à pieds joints sur son ventre tu sauterais en l'air comme une crêpe (Claudel, Endormie,1883, p. 16).Il s'était retourné sur lui-même, comme en la poêle une crêpe rissolée d'un côté (Courteline, Train 8 h 47,1888, 1repart., p. 65).
2. [Le compl. désigne une ou plusieurs pers.]
a) Retourner qqn comme une crêpe. Faire changer quelqu'un d'opinion, d'attitude avec autant de facilité et de rapidité que l'on retourne une crêpe. Napoléon a retourné le monde comme une crêpe (Bloch, Dest. du S.,1931, p. 250).
b) Laisser tomber qqn comme une crêpe. Abandonner quelqu'un avec autant de facilité et de rapidité que l'on laisse retomber la crêpe dans la poêle après l'avoir fait sauter. Il [Soucaille] me donne une patte molle, et tout de suite me laisse tomber comme une crêpe pour saisir Belligat au passage (Genevoix, Assassin,1948, p. 112).
C.− P. anal. ou ext., arg.
1. Casquette.
2. Individu incapable, bon à rien, personne dont on fait peu de cas.
Rem. Sens 1 attesté ds Lacassagne, Arg. du « milieu », 1928, p. 63 et Carabelli, [Lang. de la pègre]; sens 2 ibid. et Lar. encyclop.
Prononc. et Orth. : [kʀ εp]. Cf. crêpe1. Admis ds Ac. 1798-1932. Étymol. et Hist. Ca 1285 crispe (G. de Bibbesworth, Traité sur la lang. fr., éd. A. Owen, 1125); 1380 crepe (Trinité, A. Vienne ds Gdf. Compl.). Substantivation de la forme fém. de l'adj. a. fr. cresp, crespe « frisé, ondulé » (v. crêpe1« étoffe ») p. allus. à l'aspect que prend la crêpe quand on la fait cuire.
STAT. − Crêpe1 et 2. Fréq. abs. littér. : 418. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 423, b) 817; xxes. : a) 621, b) 604.
DÉR.
Crêperie, subst. fém.[Principalement en Bretagne] . Établissement où l'on prépare et vend des crêpes à consommer sur place. Il entre dans une crêperie pour manger des crêpes (Prévert, Paroles,1946, p. 79). [kʀ εpʀi] ou [kʀe-] par harmonisation vocalique. Seule transcr. ds Lar. Lang. fr. qui transcrit [ε] ouvert. Cf. crêpe1. 1reattest. 1929 (Lar. 20e); de crêpe, suff. -erie*. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 78.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

crêpe \kʁɛp\ féminin

  1. (Cuisine) Plat culinaire constitué d’une fine couche de pâte liquide que l’on fait cuire dans une poêle sur les deux faces avant de la recouvrir de garniture. Les crêpes peuvent être salées comme sucrées.
    • Mère Barberin donne une tape sur la queue de la poêle, puis d’un coup de main elle fait sauter la crêpe au grand effroi de Mattia ; mais il n’y a rien à craindre ; après avoir été faire une courte promenade dans la cheminée, la crêpe retombe dans la poêle sens dessus dessous, montrant sa face rissolée.
      Je n’ai que le temps de prendre une assiette et la crêpe glisse dedans.
      — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
    • Il s'en vantait souvent auprès de ses amis : personne ne pouvait faire des crêpes mieux et plus rapidement que lui. — (Henry Gauthier-Villars dit Willy, La Virginité de Mademoiselle Thulette)
    • Vers six heures, elle se mettait au travail, faisait une soixantaine de crêpes, mais laissait suffisamment de pâte pour que chacun fît la sienne, avec une pièce d’or dans sa poche. […] La pièce d’or était un double napoléon, les premières économies de ma mère jeune fille. Un jour, elle dit à mes frères qu’elle me la donnerait parce que j’étais le plus jeune et la garderais plus longtemps.
      « Conserve-la. Pourtant, pour sauver la vie d’un des tiens, n’hésite pas à t’en servir. »
      — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 172)
    • Dans ces dernières, il faut distinguer les crêpes cuites sur le bilig et les crêpes à la poêle confectionnées dans les familles, particulièrement à la Chandeleur ou au Mardi-Gras. — (Simone Morand, Cuisine traditionnelle de Bretagne, Éditions Jean-Paul Gisserot, 1998, page 225)
    • Bonjour, mon petit Petzi : comme tu as grandi. Tu vas être content, justement je faisais des crêpes. — (Vilhelm Hansen et Carla Hansen, Petzi au pays du sommeil, Casterman.)

Nom commun 3 - français

crêpe \kʁɛp\ masculin

  1. (Habillement) Caoutchouc obtenu par coagulation du latex et qui sert à la confection de semelles épaisses, et souvent débordantes, appréciées pour leur souplesse et leur durabilité.
    • […] elle avait un pull bleu ciel rayé de blanc, sans col, et les manches roulées au coude, et des petites chaussettes blanches dans des souliers à grosses semelles de crêpe. — (Boris Vian, J’irai cracher sur vos tombes, 1946)
    • Alain mène cette fois le jeu, s’éloigne, bloquant en raccourci la courte perspective, collant alternativement ses crêpes en ventouses sur la roche grenue qui mord et retient ferme. — (Samivel, L’amateur d’abîmes, 1940, réédition Le Livre de Poche, page 33)

Nom commun 1 - français

crêpe \kʁɛp\ masculin

  1. (Textile) Étoffe claire, légère et comme frisée, faite de laine fine ou de soie crue et gommée.
    • Ils feront aussi des crêpes unis et gros crêpes, de la même façon et qualité que ceux qui viennent de Boulogne, — (Statuts des marchands de draps d’or, 9 juillet 1667, art. 57.)
    • Voiles, crêpes, habits, lugubres ornements. — (Pierre Corneille, Cid, IV, 1.)
    • Pourquoi flotte à longs plis ce crêpe menaçant ? — (Victor Hugo, Odes, I, 3.)
    • [il] trouva un manant habillé de noir : ses quatre cheveux étaient ras, un crêpe pendait derrière son chapeau dégrafé. — (Jean-Baptiste Fabre, Istòria de Joan-l’an-pres, traduction française Patric Sauzet et Felip Gardy, 1988, CRDP Montpellier)
    • Crêpe blanc, noir, rose.
    • Robe, voile de crêpe.
    • Crêpe lisse : Celui qui n’est pas frisé.
  2. (Par extension) Symbole consistant en un crêpe noir au chapeau, au bras ou à l’épée, porté en signe de deuil.
    • Les tambours étaient couverts de crêpe. — (Marquise de Sévigné, 211.)
    • La plupart des souverains de l’Europe mirent des crêpes funèbres pour pleurer la mort d’un régicide [Cromwell]. — (François René Chateaubriand, Stuarts, 281.)
    • Mais si, d’un long crêpe voilée,
      Mon amante dans la vallée
      Venait pleurer quand le jour fuit, [...].
      — (Charles-Hubert Millevoye, Chute des feuilles.)
    • (Figuré) Nous jouissons par avance du plaisir de vous avoir ; cette espérance a dissipé un crêpe noir que votre absence avait mis sur ma vie. — (Marquise de Sévigné, 298.)
    • (Figuré) Le cirque de montagnes s’emplit de ténèbres, et les formes du burg disparurent bientôt sous le crêpe de la nuit. — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, p. 69-81)
    • Nous la ramenâmes à la maison, où elle s’emporta contre son deuil neuf, son crêpe encombrant qu’elle accrochait à toutes les clefs de tiroirs et de portes, sa robe de cachemire qui l’étouffait. — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, page 114.)
    • Quelques hommes seulement prirent part aux obsèques et peu de femmes même, de celles qui profitent de toutes les occasions pour sortir leurs vêtements noirs, leurs toquets de crêpe et qui aiment renifler l'odeur de l'encens. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Derrière le corbillard […], les hommes de la famille, tout de noir vêtus, un large crêpe au bras gauche et au chapeau. Puis venaient les femmes dont le visage était dissimulé par un voile de crêpe fixé au chapeau, descendant, selon le degré de parenté avec le défunt, jusqu’à la taille ou jusqu’au bas de la robe. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, pages 75-76.)
  3. (Coiffure) Cheveux nattés et frisés par le bout.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRÊPE. n. m.
Sorte d'étoffe très légère et ordinairement un peu frisée, qui est faite de laine fine ou de soie crue et gommée. Crêpe blanc. Crêpe rose. Crêpe noir. Gros crêpe. Crêpe lisse. Une étoffe de crêpe. Un bandeau de crêpe. Un voile de crêpe. Une robe de crêpe. Crêpe de Chine, Sorte de tissu de soie.

CRÊPE se dit absolument du Morceau de crêpe noir que l'on porte en signe de deuil et qui se met ordinairement au chapeau ou au bras.

Littré (1872-1877)

CRÊPE (krê-p') s. m.
  • 1Sorte d'étoffe claire, légère et comme frisée, faite de laine fine ou de soie crue et gommée. Crêpe blanc, noir, rose. Robe, voile de crêpe. Crêpe lisse, celui qui n'est pas frisé. Ils feront aussi des crêpes unis et gros crêpes, de la même façon et qualité que ceux qui viennent de Boulogne, Statuts des marchands de draps d'or, 9 juillet 1667, art. 57. Voiles, crêpes, habits, lugubres ornements, Corneille, Cid, IV, 1. Pourquoi flotte à longs plis ce crêpe menaçant ? Hugo, Odes, I, 3.

    Porter un crêpe, porter en signe de deuil un crêpe noir au chapeau, au bras ou à l'épée. Les tambours étaient couverts de crêpe, Sévigné, 211. La plupart des souverains de l'Europe mirent des crêpes funèbres pour pleurer la mort d'un régicide [Cromwell], Chateaubriand, Stuarts, 281. Mais si d'un long crêpe voilée, Mon amante dans la vallée Venait pleurer quand le jour fuit, Millevoye, Chute des feuilles.

    Fig. Ces tristes vers en deuil, d'un long crêpe voilés, Ne voyant que des maux sur la terre où nous sommes, Chénier, Élég. 21. À l'heure où l'âme solitaire S'enveloppe d'un crêpe noir Et n'attend plus rien de la terre, Lamartine, Harm. I, 9.

  • 2 Poétiquement. Le crêpe de la nuit, les ombres de la nuit. Dès que l'ombre tranquille Viendra d'un crêpe noir envelopper la ville, Boileau, Lutr. I.

    Fig. Nous jouissons par avance du plaisir de vous avoir ; cette espérance a dissipé un crêpe noir que votre absence avait mis sur ma vie, Sévigné, 298.

  • 3Crêpe de Chine, espèce de châle d'été en soie ordinairement orné de broderies.
  • 4 Terme de coiffeur. Cheveux nattés et frisés par le bout.

HISTORIQUE

XIIIe s. Tant par estoient [ses cheveux] crespe et blonde, Rutebeuf, II, 202. Ces cheveux si crespes et si biaux Fist coper sainte Elysabiaus, Rutebeuf, ib.

XVe s. Homme, femme, tant soit blanc ne poli, Crespe ne blont, fort, appert ne joli, Deschamps, Profiter de la jeunesse.

XVIe s. Et combien qu'il vist cette dame vefve, avec son crespe noir, Marguerite de Navarre, Nouv. XVI. L'on doit mettre dessus de la toile de crespe, à fin que, lorsqu'on les essuye, on ne les touche à nud ; et au travers de la dite toile crespe la sanie sort librement, Paré, X, 9. Pour eviter ledit prurit, pourrez couvrir les emplastres de quelque taffetas ou linge delié appelé crespe, Paré, XVI, 13. Elle qui tient dessus sa face un voile, Par le travers du crespe l'apperceut, Ronsard, 640. Là Jason descendit, qui ne faisoit encor Que friser son menton d'un petit crespe d'or, Ronsard, 839. Il estoit de belle taille, ayant les cheveux crespes et espez, Amyot, Cimon, 9. Dieu, qui en mon Loyre mouilles L'or de tes crespes cheveux, Du Bellay, J. II, 37, verso. Ô front crespe et serein ! Du Bellay, J. VI, 26, verso. Couvrechief de crespe empesé, Honneurs de la cour, ms. p. 34, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CRÊPE, s. m. (Manufact. en soie.) étoffe claire, légere, & non croisée, de soie grise, ou telle qu’elle est sortie du cocon ou plûtôt du roüet sur lequel elle a été torse, qui se fabrique ainsi que la gaze & autres étoffes sans croisure, sur le métier à deux marches. Il y a des crêpes crêpés, & des crêpes lissés, des crêpes simples & des crêpes doubles ; c’est le plus ou le moins de tors de la soie, sur-tout à la chaine, qui fait le crêpage, & le plus ou moins de crêpage. On crêpe en trempant dans l’eau l’étoffe au sortir du métier, & en la frottant avec un morceau de cire préparée. On la blanchit ou on la teint ensuite en noir, sur le cric, à froid, puis on lui donne l’eau gommée. Les crêpes ont des aulnages différens : ces aulnages se marquent par dix-huit numéros qui commencent à deux, suivent la progression des nombres pairs, désignent la largeur, & marquent chacun un accroissement d’un trente-deuxieme ou environ de l’aulne de Paris. L’aulnage sur lequel ils se vendent a été pris en écru au sortir du métier ; il est marqué par un plomb. La demi-piece des crêpes simples est communément de vingt-six aulnes, & celle des crêpes doubles de dix-neuf aulnes. On porte ces étoffes dans le deuil ; les lisses dans le petit deuil, & les crêpés dans le grand. Les premiers se sont fabriqués à Bologne en Italie, d’où ils ont été apportés en France, les uns disent en 1667 par François Bourgey, d’autres antérieurement par un nommé Dupuy, Lyonnois. Voyez dans le dictionn. du Comm. toutes les tromperies qui peuvent avoir lieu, & dans la fabrication, & dans le débit de cette étoffe, dont la plus importante est de vendre des crêpes de Lyon pour des crêpes de Bologne. Il n’y a que la chaîne qui fasse la frisure dans le crêpe uni ; & le gros crêpe ne differe du crêpe crêpé, qu’en ce qu’il est plus fort.

Crêpe, (Perruq.) Les Perruquiers appellent crêpe les cheveux qu’ils ont nattés & tortillés dans leur longueur, après les avoir frisés par le bout, & avant que de les mettre en pâté. Cette opération les fait bouffer. On employe ces sortes de cheveux dans les perruques ordinaires, mais on n’en met point dans les perruques naturelles.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « crêpe »

Provenç. cresp, crisp ; catal. cresp ; espagn. et ital. crespo ; du latin crispus. Dans l'ancienne langue, crespe est un adjectif signifiant crêpu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Noms 1, 2 et 3) De l’ancien français crespe (« frisé, ondulé »), issu du latin crispus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « crêpe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
crêpe krɛp

Citations contenant le mot « crêpe »

  • Chandeleur sans chaleur, crêpes sans odeur. De Dicton français
  • Trop de crêpes, trop d'étoffes noires, la tristesse est à l'extérieur. De Jean Mistler / Bon poids
  • À la Chandeleur, Quéré fait des crêpes jusqu'à pas d'heure. De Dicton français
  • Qui mange des crêpes quand la Chandeleur est arrivée, est sûr d'avoir argent pendant l'année. De Dicton français
  • Mardi gras ne t’en va pas ! Je ferai des crêpes et t’en mangeras ! De Proverbe français
  • Au premier de l’an, fais deux crêpes pour avoir de l’argent. De Dicton français
  • Si point ne veux de blé charbonneux, mange des crêpes à la Chandeleur. De Dicton français
  • L'art rend supportable l'aspect de la vie en plaçant dessus le crêpe de la pensée indécise. De Friedrich Nietzsche / Humain, trop humain
  • Les crêpes, c’est comme les Français : elles retombent toujours du même côté. De Frédéric Dard / Réflexions sur les gens de chez nous et d’ailleurs
  • Pour confectionner la pâte à crêpes ou à galettes, vous pouvez utiliser des farines variées. Comme pour les crêpes sucrées, la farine de blé est parfaite. Vous pourrez ainsi préparer votre pâte à crêpes habituelle, sans toutefois, y incorporer de sucre. Pour une saveur plus prononcée et plus originale, choisissez de la farine de sarrasin ou farine de blé noir. Vous obtiendrez des crêpes salées à la jolie teinte dorée.  France Bleu, On cuisine les crêpes avec France Bleu Alsace
  • Native de Landerneau, Catherine a roulé sa bosse sur différents continents, rozell en main, prêchant à qui voulait bien l’entendre sa passion pour la crêpe. Cette globe-trotteuse de la bilig a découvert cet engouement chez sa mémé Pauline « Quelle joie d’enfiler mes bottes pour aller dans l’étable caresser les vaches et leur tirer un peu de lait pour faire la pâte, se remémore-t-elle. Ensuite, assise sur mon petit banc près de la cheminée, j’admirais le spectacle. D’une petite écuelle, la pâte déversée d’un seul coup se voyait étirée par ce petit râteau en bois pour dessiner un cercle ». Alors oui, on peut dire qu’elle est tombée dedans quand elle était petite… Le Telegramme, À Kerlouan, Catherine Merdy-Goasdoué ouvre son école de la crêpe - Kerlouan - Le Télégramme
  • Électriques ou au gaz ? Les crêpières s’imposent de plus en plus dans les cuisines. Avec elles, faire des crêpes maison n’aura jamais été aussi simple, mais encore faut-il bien choisir votre appareil. Voici notre sélection de crêpières, réalisée rien que pour vous ! Marmiton, Crêpières 2021 : notre sélection coup de coeur !
  • Les crêpes salées ou sucrées sont merveilleuses, mais elles peuvent rapidement devenir immangeables à cause de la recette. Sur Internet, vous pourrez découvrir une multitude de méthodes, mais certaines ne méritent pas votre attention. Nous vous conseillons de suivre cette recette, car, en moins de deux minutes, vous aurez une pâte facile à travailler et sans grumeaux. Ces derniers sont toujours désagréables à la dégustation, d’où l’intérêt de bien mélanger les ingrédients. Breakingnews.fr - Toutes Les Actualités En Temps Réel !, Des crêpes moelleuses en 2 minutes : c’est possible grâce à cette pâte incroyable !
  • Cyril Lignac est toujours au rendez-vous même pour les fêtes de fin d’année, il a repris du service dans l’émission Tous en Cuisine et il vous partage son incroyable secret pour cette pâte à crêpes. L’astuce fonctionne aussi pour les pancakes que vous pourrez déguster au petit-déjeuner avec de la pâte à tartiner, de la confiture ou juste de la marmelade. Breakingnews.fr - Toutes Les Actualités En Temps Réel !, Cyril Lignac : enfin il partage son secret pour une pâte à crêpes sans grumeaux !
  • « C'est mon côté inventif. ». Quand en 2019 Yannick Lomenech a repris la ferme des parents à Gestel, dans le Morbihan, il a décidé de faire les choses autrement. Non seulement, il élève ses volailles dans des conditions royales (trois poulets au mètre carré contre six fois plus en élevage intensif) mais il les nourrit aussi de manière originale. En plus de leur ration classique de céréales, elles se régalent de fruits, légumes, crêpes, kouign amann, le fameux gâteau breton bien beurré et caramélisé… leparisien.fr, Dans le Morbihan, des poulets nourris aux crêpes et au kouign-amann - Le Parisien

Traductions du mot « crêpe »

Langue Traduction
Anglais crepe
Espagnol crepe
Italien crepe
Allemand krepp
Chinois
Arabe كريب
Portugais tapioca
Russe креп
Japonais クレープ
Basque krepea
Corse crêpe
Source : Google Translate API

Crêpe

Retour au sommaire ➦

Partager