La langue française

Copain

Sommaire

  • Définitions du mot copain
  • Étymologie de « copain »
  • Phonétique de « copain »
  • Évolution historique de l’usage du mot « copain »
  • Citations contenant le mot « copain »
  • Images d'illustration du mot « copain »
  • Traductions du mot « copain »
  • Synonymes de « copain »

Définitions du mot copain

Trésor de la Langue Française informatisé

COPAIN, subst. masc.;COPINE, subst. fém.

Familier
A.−
1. Camarade de classe, de jeu, de loisirs (qui est souvent de la même génération). Expr. Salut les copains. On ne dit pas bonjour aux copains (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 272). Les Copains, de J. Romains. Un bon copain, un vieux copain. Une partie de cartes entre copains (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 24).Elle allait faire du camping par ici avec une copine (Queneau, Pierrot,1942, p. 196).Ça fait plaisir de revoir un copain des vieux jours (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 178):
1. Il avait un camarade, un copin [sic], comme nous disions au collège, avec lequel il partageait tout. Mérimée, Mél. hist. et littér.,1855, p. 306.
Loc. adv. En copain(s). Il faut que vous veniez dîner à la maison, en copain, sans cérémonie (Courteline, Linottes,1912, III, p. 56).Ici, plus de manières. On boit en copains (Arnoux, Paris,1939, p. 37).
Emploi adj. :
2. ... toute cette marmaille ne m'appelle pas grand'père. Ça sent les rhumatismes, les foulards, la chaise percée, la chancelière, la tête branlante (...) ils m'appellent grand-Ram. Ça, c'est gentil, c'est copain, ça ne fleure pas le corbillard. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Cécile parmi nous, 1938, p. 96.
Expr. Être (très bon) copain avec; être (rester) copain(s). Avoir des relations de camaraderie avec. Il reste une heure, on cause, il est très copain avec moi (Martin du G., Thib.,Pénitenc., 1922, p. 713).Juliette est restée très copine avec son ex-mari (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 250).Ils étaient copains comme cochons (Genevoix, Raboliot,1925, p. 130).
2. En partic.
a) Camarade de régiment. Mon ami de Presles, Marcel Grindier, un vieux copain de tranchée qui était là dans tous les moments les plus durs (Montherlant, Exil,1929, III, 3, p. 76):
3. − Vous verrez... des années passeront. Puis nous nous retrouverons, un jour, nous parlerons des copains, des tranchées, des attaques, de nos misères et de nos rigolades, et nous dirons en riant : « c'était le bon temps... » Dorgelès, Les Croix de bois,1919, p. 126.
b) Camarade de parti, de syndicat. Vinet avait invité une petite copine, qui avait travaillé pour lui à la permanence (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 156).
c) Camarade de travail, collègue :
4. Comme si vous ne devriez pas avoir honte [dit Lahrier au père Soupe] de vous faire flanquer quatre mille balles pour ne rien fiche ... depuis le jour de l'an jusqu'à la Saint-Sylvestre, pendant que les copains triment à votre place. Courteline, Messieurs-les-Ronds-de-cuir,1893, 4etabl., I, p. 130.
3. P. ext. Celui qui partage la même opinion. Jeudi 17 juillet. Drumont et son copain en antisémitisme, de Biez, dînent aujourd'hui. (Goncourt, Journal,1890, p. 1205).
B.− Spécialement
1. Péj. Personne qui utilise la complicité de quelqu'un ou qui est le complice de quelqu'un. Le règne des copains et des coquins :
5. Qui donc prétendait que la République des camarades était morte? L'État français [sic] des petits copains paraît devoir la remplacer avantageusement. L'Œuvre, 1erjanv. 1941.
Expr. Faire copain avec. Par fierté, il se refusait à aller dire au Papon d'annoncer une visite : Faire copain avec les domestiques contre un Coëtquidan, ça, non! (Montherlant, Célibataires,1934, p. 861).
2. Amoureux, amant :
6. Je rencontre aussi, tous les soirs, une petite putain, peinte et poudrée. Elle est amputée d'une cuisse et marche avec des béquilles. (...). Il paraît que cette personne a des amateurs : Chaque jour elle change de copain. G. Duhamel, Journal de Salavin,1927, p. 115.
7. Il lui dit : − Quand j'avais seize ans − seize ans, vous entendez, − j'avais une petite copine de quatorze ans. Je l'aimais comme on aime pour la première fois, c'est-à-dire avec un feu qu'on ne retrouvera jamais plus. Montherlant, Les Jeunes filles,1936, p. 1069.
Prononc. et Orth. : [kɔpε ̃], fém. [-in]. Ds Ac. 1932. L'anc. forme compain est transcrite ds Land. 1834 qui admet également la graph. étymol. compaing et ds Littré : kon-pin. Étymol. et Hist. 1. 1708 copin « grand homme sot et niais » (Fur.), attest. isolée; 2. 1838 copain « camarade » (d'apr. Esn. sans réf.); 1843 copin (Balzac, Illus. perdues, p. 668); av. 1883 copine (Macé ds Larch. Suppl., p. 42); 1883 compaing (Goncourt, Journal, p. 290); 1919 compain (Rolland, C. Breugnon, p. 229); 3. ca 1895 copain « amoureux, amant » (d'apr. Esn. sans réf.). Forme dénasalisée de l'a. et m. fr. compain (compagnon*). Cf. dès la 2emoitié du xves. la forme coppin « compagnon » (Molinet, Faits et dits, éd. N. Dupire, t. 2, p. 732). Fréq. abs. littér. Copain : 809. Copine : 34. Fréq. rel. littér. Copain : xixes. : a) 4, b) 39; xxes. : a) 1 173, b) 2 710.
DÉR. 1.
Copinage, subst. masc.,péj. Fait d'être copain, relations de complices. Avant lui? L'époque des passe-droits, des sélections de faveur, du copinage (E. 18 déc. 1967 ds Gilb.1971). 1reattest. 1946 (Abellio, Pacifiques, p. 84); de copain, copine, suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 1.
2.
Copiner, verbe intrans.,fam. Être copain (avec). Ça ne serait pas très convenable, pour la pure mademoiselle Saulnier, de copiner avec des putains (Ikor, Fils Avrom,Les eaux mêlées, p. 496 ds Rob. Suppl. 1970).Rem. On rencontre ds la docum. l'adj.Copineur. Qui feint de copiner. La loyauté copineuse t'est d'autant plus aisée que tu n'as aucun charme (Guth, Lettre aux idoles,Sheila, 1968, p. 89 ds Rob. Suppl. 1970). [kɔpine], (je) copine [kɔpin]. 1reattest. 1928 (sans réf. ds Esn.); de copain, dés. -er.
3.
Copinerie, subst. fém.Relations de copains. C'était pas toujours la pause, le trafic, la copinerie des inventeurs! ... (Céline, Mort à créd.,1936, p. 433). [kɔpinʀi]. 1reattest. 1936, id.; de copain, suff. -erie*. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Bernelle (A.). Copain. Vie Lang. 1964, pp. 478-480. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 31. − Sain. Lang. par. 1920, p. 92, 439. − Schmidt (H.). Fr. vivant. Rech. lexicol. Praxis. 1972, t. 19, p. 198 (s.v. copinage).

Wiktionnaire

Nom commun

copain \kɔ.pɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : copine)

  1. (Familier) Camarade, personne que l’on apprécie bien.
    • Il appela un de ses copains, un jeunot coiffé d'une gapette américaine à viscope pointée vers le ciel. — (Léo Mallet, Les rats de Montsouris, Éditions Robert Laffont, 1955)
    • Ça tombe bien : El Padrino marche à voile et à vapeur, et ce sont, semble-t-il, des copains de son milieu qui lui dégotent en 1983 un emploi de top-model masculin à Mexico, capitale fédérale. — (Patrick Bard, La Frontière, Éditions du Seuil, 2002, 2015)
    • – Tu veux dire que toi et James Dean, vous êtes copains?
      – Au sens où vous l’entendez, vous les Français, oui. Sans hésiter, je peux dire que nous partageons souvent le même pain.
      — (Jean-Pierre Alaux, Une dernière nuit avec Jimmy, Calmann-Lévy, 2010, p. 63)
  2. (Familier) Amoureux.
    • Une bonne femme pas mal du tout l'accompagnait. Une flic, sans doute, ou sa nouvelle copine, ou les deux. Aucun ne voulait répondre aux journalistes. — (Maud Tabachnik, Ne vous retournez pas, Albin Michel, 2010)
    • Bien sûr que j’ai déjà eu des copains, tu m’as pris pour une blédarde ou quoi ? Je suis née et j’ai grandi en France, moi ! Hi hi hi !!! Mon dernier mec, je l’ai plaqué il y a 15 jours, parce qu’il était un peu trop jeune pour moi, niveau sexuel ! — (Alain Berthoud, Banlieue Sud : Garçons et Filles, Lulu.com, 2015, p. 147)
    • Elle était envoyée chez le proviseur presque aussi souvent que Dan Swansea, à cause de sa propension à siffler des imprécations du genre : « Tu mourras en enfer, sodomite » aux filles qui roulaient des patins à leurs copains dans les couloirs. — (Jennifer Weiner, Des amies de toujours, Éditions Belfond, traduit de l'américain par Hélène Colombeau, 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COPAIN. n. m.
Compagnon, camarade d'école ou de travail. Il est familier.

Littré (1872-1877)

COPAIN (ko-pin) s. m.
  • Terme de collége. Camarade copartageant. Tu seras mon copain, je partagerai avec toi.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « copain »

Voy. COMPAIN.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Début du XVIIIe siècle) Altération populaire de compain (en ancien français, cas sujet de compagnon), soit « qui partage le même pain ». Le féminin copine, est analogique des formes en -in/-ine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « copain »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
copain kɔpɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « copain »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « copain »

  • Prenez l'habitude de bien baiser votre femme, vous lui éviterez le dérangement d'aller se faire baiser par vos copains. De Frédéric Dard / Les Mots en épingle
  • Mon grand faible est aux portes de Paris : rien ne vaut une partie de foot entre copains et enfants le dimanche dans le parc de Sceaux. De André Dussollier
  • Voilà la vraie et seule raison d'être de l'amitié : procurer un miroir dans lequel l'autre peut contempler son image d'autrefois qui, sans l'éternel bla-bla de souvenirs entre copains, se serait effacée depuis longtemps. De Milan Kundera / L'Identité
  • J’ai un copain, il est pilote d’essai... enfin, il ne l’est pas encore ; pour l’instant, il essaie d’être pilote ! De Raymond Devos / Le Progrès c’est formidable
  • La pire vacherie que l’on peut faire à un copain que l’on n’aime pas, c’est de lui souhaiter de devenir célèbre. Un peu de célébrité, ce n’est pas désagréable. Au-delà d’un certain degré, il y en a franchement marre. De Abbé Pierre / Servir
  • Le rugby, c'est l'histoire d'un ballon avec des copains autour et quand il n'y a plus de ballon, il reste les copains. De Jean-Pierre Rives / Le rugby
  • Les vrais copains, c'est pas quand on boit, c'est quand on est sobre. De Frédéric Dard
  • Trois copains qui s'avancent sur une ligne n'ont besoin de personne, ni de la nature, ni des dieux. Jules Romains pseudonyme littéraire devenu ensuite le nom légal de Louis Farigoule, Les Copains, Gallimard
  • Puisqu'il y a deux femmes en vous, demain j'amènerai un copain ! De Anonyme
  • J’ai un copain fakir, et l’autre jour on lui a piqué son porte-feuille... il a rien senti ! De Philippe Geluck / Ma langue au chat
  • Mon copain pensait qu’il n’allait pas y arriver. Il s’est alors mis à positiver. Maintenant qu’il positive, il ne va plus le faire. De Shammy Shore
  • J’ai un copain qui a une situation formidable. Il a cinq mille personnes en dessous de lui ! Il tond le gazon dans un cimetière... De Pierre Doris
  • Une gonzesse de perdue C'est dix copains qui reviennent. De Renaud / Manu
  • Un Saint-Polois a été condamné à deux ans de prison ferme assortis d’un mandat d’arrêt pour avoir, en mars 2018, laissé son copain décédé après un accident de voiture sur l’autoroute A16, au niveau de Furnes. Le jeune homme conduisait sous l’effet des stupéfiants après une soirée alcoolisée. La Voix du Nord, Le Saint-Polois avait laissé son copain mort sur la route après un accident en Belgique : deux ans ferme
  • Le conducteur avait fait la fête toute la nuit et il a pris sa voiture pour raccompagner des amies. Il est parvenu à les déposer, mais au retour alors qu'un copain sur le siège passager avant lui demande de ralentir, c'est la perte de contrôle totale du bolide. "Je regardais le compteur il était entre 180 et 200km/h sur cette portion limitée à 80", poursuit sur procès verbal le copain qui sera grièvement blessé dans le choc contre l'arbre... Pour lui ce sera plusieurs opérations, 70 jours d'ITT, mais aussi la chance d'être encore en vie lorsque l'on connaît les circonstances de cet accident. , GARD Arrêté à l’audience, le chauffard roulait à près de 200 km/h sur une route limitée à 80 – Objectif Gard
  • Le problème, Gérard, c'est que tes sorties de route vont toujours dans le même fossé : celui du fric, des copains dictateurs, du pet foireux et de la miction aérienne, celui des saillies ultralibérales... De Philippe Torreton / Journal "Libération" du 18 décembre 2012, lettre ouverte adressée à Gérard Depardieu
  • « Mon copain et moi étions confinés chacun dans nos familles respectives. Nous n’avons pu échanger que par appels audio ou vidéo. Vous comprendrez donc facilement que je ne me suis pas posée la question de ce que j’allais faire le 11 mai. » , Sport | Candice Gay (Annecy-le-Vieux) : « Mon copain et moi étions confinés dans nos familles respectives... »
  • Jolie prise pour Alexandre Lacaille, 16 ans, parti pêcher avec son père, Gérald, et Enzo Pierre, un copain âgé de 14 ans. "C’est une première pour moi. Je pêche souvent, mais jamais d’aussi gros poisson. Il a fallu, mon copain et moi, qu’on prenne deux bateaux (des flatutube) pour aider mon père qui tenait la canne." SudOuest.fr, Charente : à Graves-Saint-Amant, ils pêchent un silure de 1,47 m pesant 21 kg

Images d'illustration du mot « copain »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « copain »

Langue Traduction
Anglais boyfriend
Espagnol novio
Italien compagno
Allemand freund
Chinois 男朋友
Arabe رفيق
Portugais namorado
Russe парень
Japonais 彼氏
Basque mutil-laguna
Corse fidanzatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « copain »

Source : synonymes de copain sur lebonsynonyme.fr
Partager