La langue française

Concurrence

Sommaire

  • Définitions du mot concurrence
  • Étymologie de « concurrence »
  • Phonétique de « concurrence »
  • Évolution historique de l’usage du mot « concurrence »
  • Citations contenant le mot « concurrence »
  • Images d'illustration du mot « concurrence »
  • Traductions du mot « concurrence »
  • Synonymes de « concurrence »
  • Antonymes de « concurrence »

Définitions du mot concurrence

Trésor de la Langue Française informatisé

CONCURRENCE, subst. fém.

A.− Fait d'être ensemble, d'agir de concert, conjointement, à égalité dans la poursuite d'un même but. Cet artiste (...) arrivait souvent, par une heureuse concurrence de petits moyens, à des résultats d'un effet puissant (Baudelaire, Salon,1846, p. 138).
Spécialement
1. DR. Fait d'être à égalité pour exercer certains droits. Exercer une hypothèque en concurrence; venir en concurrence (Ac. 1835-1932). Les créanciers privilégiés qui sont dans le même rang, sont payés par concurrence (Code civil,1804, art. 2097, p. 376).
2. RELIG. CATH. Concurrence [d'office(s)]. Coïncidence des premières et secondes vêpres de deux fêtes différentes (cf. Huysmans, L'Oblat, t. 2, 1903, p. 182).
[Avec une idée de limite] (Jusqu')à (la) concurrence de. Jusqu'à la rencontre, à la coïncidence finale avec un chiffre déterminé, en particulier une somme d'argent due; jusqu'à la limite extrême de. Diminuer le poids du plateau opposé jusqu'à concurrence de sept grammes neuf décigrammes (Ponson du Terrail, Rocambole,Les Exploits de Rocambole, t. 5, 1859, p. 378).Jusqu'à due concurrence. Jusqu'à concurrence d'une somme d'argent déterminée. Une somme de trois cents francs, payable jusqu'à due concurrence (R. Rolland, Jean-Christophe,Les Amies, 1910, p. 1193).
B.−
1. Fait de se trouver en opposition, le plus souvent d'intérêt dans la poursuite d'un même but, chacun visant à supplanter son rival. Concurrence redoutable; la loi de la concurrence; se trouver en concurrence avec qqn, qqc. Cette petite porte sournoise faisait concurrence aux deux autres (A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 563).Dans cette mortelle concurrence du monde moderne, (...) dans cette compétition perpétuelle (Péguy, Notre jeunesse,1910, p. 182).
2. Spécialement
a) BIOL. Concurrence vitale. Lutte pour l'existence que tout être vivant doit mener et qui, selon la théorie de Darwin, conduit à la sélection naturelle (cf. Bergson, L'Évolution créatrice, 1907, p. 56).
b) COMM. et ÉCON.
Situation de marché dans laquelle des producteurs, des commerçants, des entreprises et, p. méton., des produits rivalisent entre eux pour attirer la clientèle par différents moyens (prix plus bas, meilleure qualité). Le jeu de la concurrence; les effets de la concurrence; prix de concurrence. Les marchands redoutent la concurrence des vins nouveaux (Say, Traité d'écon. pol.,1832, p. 320).
SYNT. Concurrence internationale; une concurrence très vive; soutenir la concurrence; subir la concurrence de; lutter contre la concurrence. (Régime de) libre concurrence. Système économique qui laisse à chacun toute liberté de production, de vente, l'État n'intervenant que pour garantir le libre jeu des lois du marché. Dès 1860, la grande industrie a dû abandonner le préjugé de la libre concurrence (Aragon, Les Beaux quartiers, 1936, p. 197). Concurrence déloyale. Fait d'un producteur, d'un commerçant cherchant à nuire à un rival de la même branche, en particulier à lui prendre sa clientèle par des moyens malhonnêtes et de ce fait délictueux (cf. C. Pineau, La S.N.C.F. et les transp. 1950, p. 92). Concurrence illicite. Fait pour un agent économique de violer les engagements pris vis-à-vis d'un autre (cf. C. Pineau, La S.N.C.F. et les transp. 1950, p. 92); souvent synon. de concurrence déloyale. Concurrence latente. Situation de marché en sommeil qui pourrait se réveiller en cas d'évolution favorable des prix (cf. Perroux, L'Écon. du XXes., 1964, p. 634). Synon. concurrence potentielle, virtuelle. Concurrence monopolistique. Système dans lequel l'offre n'est faite que par quelques firmes pour un produit analogue (cf. Perroux, L'Écon. du XXes., 1964, p. 520). Concurrence pure et parfaite. Système dans lequel acheteurs et vendeurs de même puissance économique et pour un même produit sont nombreux, bien informés, libres d'entrer dans le marché et de s'en retirer (cf. Perroux, L'Écon. du XXes., 1964, p. 31). Anton. concurrence impure et imparfaite (cf. Perroux, L'Écon. du XXes., 1964, p. 514).
P. méton.
Ensemble de producteurs, de commerçants faisant concurrence à d'autres. La dislocation du personnel de David, repris et sollicité en sous-main par la concurrence (Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 459).
Établissement, entreprise faisant concurrence à un(e) autre :
1. Le projet du Crédit Immobilier était de créer, sur la rue du Dix-Décembre, une concurrence au Grand-Hôtel, un établissement luxueux, dont la situation centrale attirerait les étrangers. Zola, Au Bonheur des dames,1883, p. 457.
Périodique faisant concurrence à un autre :
2. ... en douce je manœuvre; ça roule; (...) le vieux [un directeur de journal] saute. Pour se venger, il fonde une concurrence. Elle rate et il crève de dépit. A. Arnoux, Paris-sur-Seine,1939, p. 41.
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃kyʀ ɑ ̃:s]. [ʀ] simple ds Passy 1914, Pt Rob. et Lar. Lang. fr.; cf. aussi ds Fér. Crit. t. 1 1787, Nod. 1844. [rr] double ds Warn. 1968; cf. aussi ds Fér. 1768, Land. 1834, Gattel 1841 (r forte), Fél. 1851, Littré et DG. Noter que pour le dér. concurremment Fér. 1768 ne met qu'un [ʀ] alors qu'il note [rr] pour concurrent comme pour concurrence, que Warn. 1968 admet [ʀ] ou [rr] pour concurrencer et concurrent. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. Rencontre 1. 1370-82 « rencontre, convergence de deux éléments » (Nicole Oresme, Livre du Ciel et du Monde, éd. A. D. Menut et A. J. Denomy, 57b, p. 242) − 1675 (Widerhold, Nouveau dict. fr.-all. et all.-fr. d'apr. FEW t. 2, p. 1015); 1690 spéc. liturg. « rencontre dans le temps » concurrence d'offices (Fur.); 2. 1559 jusques à la concurrence de (Amyot, Eumènes, 15 ds Littré) − 1784 (B. de St-Pierre ds Gohin, p. 334); 1740 jusqu'à concurrence de (Ac.); 3. 1690 dr. (Fur.). B. Rivalité 1. 1559 « rivalité entre plusieurs personnes ou forces pour un même objet » (Amyot, Brutus, 8 ds Littré); 1669 entrer en concurrence (Molière, L'Avare, IV, 4); 2. 1648 « rivalité commerciale » (Délibération de la salle de Saint-Louis ds E. Levasseur, Hist. des classes ouvrières et de l'Industrie en France avant 1789, 2eéd., t. 2, 1901, p. 201, note 2). Dér. de concurrent*; suff. -ence (-ance*); cf. le lat. médiév. concurrentia (dès 1250 ds Latham) aux sens de « somme que l'on ne peut dépasser », 1322 ds Du Cange s.v., p. 484a et de « rivalité » av. 1344 Galvano Fiamma, ibid. Fréq. abs. littér. : 1 011. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 096, b) 714; xxes. : a) 1 116, b) 2 310. Bbg. Gohin 1903, p. 334. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 20.

Wiktionnaire

Nom commun

concurrence \kɔ̃.ky.ʁɑ̃s\ féminin

  1. Compétition de plusieurs personnes qui recherchent un même objet, une même chose.
    • Nous voyons ainsi que la conviction se fonde sur la concurrence de communions, dont chacune se considère comme étant l’armée de la vérité ayant à combattre les armées du mal. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.301)
  2. (En particulier) (Commerce) Rivalité qui s’établit entre fabricants, marchands ou entrepreneurs, etc.
    • L'œuvre de l’Industriel français qui pousse à l’association des petits contre l’implacable et mortelle concurrence des monopoleurs n'en est pas moins fort encourageable. — (Benoît Malon, La revue socialiste, volume 1, page 560, 1885)
    • De toutes parts, on m'offre de la main-d'œuvre, brodeuses déjà habiles ou simples apprentières. Je découvre ainsi que ce métier, jadis excellent, a beaucoup perdu, la machine fait une concurrence acharnée, les salaires sont bien réduits. — (Victor Eugène Ardouin-Dumazet, Voyage en France, vol.22, Berger-Levrault, 1900, p.59)
    • […]: les amis de Jaurès, les cléricaux et les démocrates placent leur idéal de l’avenir dans le Moyen Âge : ils voudraient que la concurrence fût tempérée, que la richesse fût limitée, que la pro­duction fût subordonnée aux besoins. Ce sont des rêveries que Marx regardait comme réactionnaires […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.II, Les préjugés contre la violence, 1908)
    • Puis, en grosses lettres, cette phrase : « Plus il y aura d'acheteurs de blé, meuniers ou négociants, plus les agriculteurs vendront le leur facilement et cher. »
      Il est hors de contestation que, si des éléments de concurrence nouveaux devaient surgir, le cultivateur y trouverait son compte.
      — (Annales de la Chambre des députés : Débats parlementaires, Paris : Imprimerie du journal officiel, 1921, p. 1002)
    • (Par extension)Depuis quelques années, cependant, l’yoghourt fait au képhir une sérieuse concurrence. Il se recommande aux estomacs délicats par sa très faible teneur en alcool, et, à la suite de l'identification de l'agent microbien qui le produit, on est arrivé à le préparer très facilement. — (« La préparation de l’yoghourt », dans La nature: revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l'industrie, vol. 47, pat. 2, éd. G. Masson, 1919, p. 206)
  3. (Écologie) (Agriculture) Compétition entre animaux ou entre plantes, pour occuper une même niche écologique.
    • Ce graminicide, très sélectif pour le blé et le colza, agit par arrêt de la croissance des cellules déjà formées; la concurrence exercée par la culture entraîne alors la destruction de la mauvaise herbe. — (Index des produits phytosanitaires, ACTA ; 1977, p.262 (article benzoylprop-éthyl))
  4. (Droit) Égalité de droit, de privilège, d’hypothèque entre plusieurs personnes, sur une même chose.
    • Exercer une hypothèque en concurrence. — Venir en concurrence.
  5. (Liturgie) Situation de deux fêtes religieuses dont les premières vêpres de l’une coïncident avec les secondes vêpres de l’autre.
    • Si le 8 décembre est un samedi, l’Immaculée conception et le deuxième dimanche de l’Avent sont en concurrence.

Forme de verbe

concurrence \kɔ̃.ky.ʁɑ̃s\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de concurrencer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de concurrencer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de concurrencer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de concurrencer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de concurrencer.

Nom commun

concurrence

  1. (Soutenu) Accord.
  2. (Soutenu) Coincidence, conjonction.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONCURRENCE. n. f.
Compétition de plusieurs personnes qui recherchent un même objet, une même chose. Entrer en concurrence avec quelqu'un. Être, se trouver en concurrence. Il signifie particulièrement, en termes de Commerce, Rivalité qui s'établit entre fabricants, marchands ou entrepreneurs, etc. Redouter la concurrence. Soutenir la concurrence. Il se dit, en termes de Jurisprudence, d'une Égalité de droit, de privilège, d'hypothèque entre plusieurs personnes, sur une même chose. Exercer une hypothèque en concurrence. Venir en concurrence. Jusqu'à concurrence de, Jusqu'à ce que certain chiffre soit atteint, jusqu'à ce qu'une certaine somme soit entièrement acquittée. Il sera obligé de lui fournir en argent, en terres ou en meubles, jusqu'à concurrence de ce qui lui est dû pour sa dot, pour sa part. Absolument, Jusqu'à due concurrence.

Littré (1872-1877)

CONCURRENCE (kon-ku-rran-s') s. f.
  • 1Prétention de plusieurs personnes à un même objet. Un fils qui veut entrer en concurrence avec son père, Molière, l'Av. IV, 4. Dans les mouvements de l'ambition et les vivacités des concurrences, Massillon, Car. Conf. Doux et patient dans les concurrences infinies des intérêts et des passions, Massillon, Carême, Samar. Dieu rompait une société de plaisirs par des dissensions et des concurrences, Massillon, Profession religieuse, Sermon 1. Tout se réduisit à deux méthodes [pour construire les vaisseaux] : l'une de M. du Quesne si fameux et si expérimenté dans la marine, l'autre de M. Renau jeune encore et sans nom ; la concurrence seule était une assez grande gloire pour lui, Fontenelle, Renau. C'est vous qui leur gagnez sur moi la préférence, Moi que déshonorait la seule concurrence, Voltaire, Catil. II, 1. Vous voyez toutefois qu'en cette concurrence Un monarque entre nous met quelque différence, Corneille, Cid, I, 3. Après une amitié de vingt ans, tous deux se crurent des droits à une même place, et cette concurrence, qui aurait détruit peut-être sans retour une amitié commune, ne put altérer celle de MM. d'Arci et le Roi, Condorcet, d'Arci.

    Être en concurrence, être en balance, incertain. Grâce à Dieu, mon bonheur n'est plus en concurrence, Molière, Éc. des f. V, 3.

    Entrer en concurrence avec, balancer. Nul intérêt n'était jamais entré dans son âme en concurrence avec la vérité, Massillon, Or. fun. Conty. Le mérite qui entre en concurrence avec lui, Massillon, Petit car. Tentat.

  • 2 Terme de commerce. Rivalité entre marchands ou fabricants ou entrepreneurs. Redouter, soutenir la concurrence. La concurrence que certains produits français font aux produits anglais sur les marchés de l'Amérique.

    En termes d'économie politique, le principe de la libre concurrence, liberté pour les individus de concourir dans toutes les branches de la production. Concurrence des bras, des capitaux. C'est la concurrence qui met un prix juste aux marchandises, Montesquieu, Esp. XX, 10. L'effet d'un régime réel de liberté et de concurrence est de nous mettre tous dans une situation où chacun peut tirer de ses forces et de ses ressources tout ce que légitimement elles peuvent donner, Dunoyer, Liberté du travail, t. I, p. 450.

  • 3 Terme de jurisprudence. Égalité de droit, de position, d'ordre. Venir en concurrence avec tel et tel créancier.

    Droit qui appartient à différents juges ou officiers publics de connaître d'une affaire.

  • 4Concurrence d'office, terme de bréviaire, qui se dit lorsqu'aux secondes vêpres d'une fête double il se trouve un autre office de fête double qui se doit célébrer le jour suivant.
  • 5Jusqu'à concurrence, jusqu'à la concurrence de, jusqu'à ce que telle somme soit remplie, acquittée. Vous rembourserez jusqu'à concurrence de tant.

    Absolument. Jusqu'à due concurrence.

HISTORIQUE

XVe s. Aucune fois la concurrence Des signes et les mocions Avec les opposicions, Deschamps, Poésies mss. f° 450, dans LACURNE.

XVIe s. Si elle meritoit ce beau nom, ce debvoit estre en concurrence, non par privilege, Montaigne, I, 69. [Nous nous liâmes] d'une faim, d'une concurrence pareille, Montaigne, I, 213. Nous avons formé une verité par la consultation et concurrence de nos cinq sens, Montaigne, II, 359. La reduction de l'Eglise en bonne concurrence et union de doctrine, Du Bellay, M. 246. Alors ilz departoient à leurs gens des biens qu'ilz y trouvoient, jusques à la concurrence de ce qui leur pouvoit estre deu de soulde, Amyot, Eumènes, 15. Il y avoit desja quelque peu de picque entre eulx, et ceste concurrence [pour la préture] les meit encore plus avant en querelle, Amyot, Brutus, 8.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CONCURRENCE. Ajoutez :
6Il s'est dit pour rencontre d'idées, d'expressions. Que si l'on remarque des concurrences dans mes vers, qu'on ne les prenne pas pour des larcins, Corneille, Clit. Préface.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CONCURRENCE, s. f. s’entend en général de l’exercice de la prétention que plusieurs personnes ont sur un même objet : selon la qualité de l’objet, la concurrence s’appelle rivalité. Voyez ces acceptions en Jurisprudence & dans le Commerce.

Concurrence, (Jurisprud.) est une égalité de droit d’hypotheque ou de privilége sur une même chose.

Il y a concurrence d’hypotheque entre deux créanciers, lorsque leur titre est de la même date, & qu’on ne peut connoître lequel est le plus ancien.

La concurrence de privilége arrive entre deux créanciers qui ont saisi tous deux en même tems les meubles de leur débiteur, ou lorsque leurs créances sont de même nature, ou également favorables.

Il y a certaines matieres dont la connoissance est attribuée à différens juges ; mais c’est par prévention entre eux, & non pas par concurrence. Voyez ce qui est dit ci-devant au mot Concours. (A)

Concurrence, en fait de Commerce. Ce mot présente l’idée de plusieurs personnes qui aspirent à une préférence : ainsi lorsque divers particuliers s’occupent à vendre une même denrée, chacun s’efforce de la donner meilleure ou à plus bas prix, pour obtenir la préférence de l’acheteur.

On sent au premier coup d’œil que la concurrence est l’ame & l’aiguillon de l’industrie, & le principe le plus actif du commerce.

Cette concurrence est extérieure ou intérieure.

La concurrence extérieure du commerce d’une nation, consiste à pouvoir vendre au-dehors les productions de ses terres & de son industrie en aussi grande quantité que les autres nations vendent les leurs, & en proportion respective de la population, des capitaux, de l’étendue & de la fertilité des terres. Celle qui ne soûtient pas cette concurrence dans les proportions dont nous venons de parler, a immanquablement une puissance relativement inférieure à la puissance des autres ; parce que ses hommes sont moins occupés, moins riches, moins heureux, dès-lors en plus petit nombre relativement, enfin moins en état, dans le même rapport, de secourir la république. On ne peut trop le répéter, la balance du commerce est véritablement la balance des pouvoirs.

Cette concurrence extérieure ne s’obtient point par la force ; elle est le prix des efforts que fait l’industrie pour saisir les goûts du consommateur, les prévenir même & les irriter.

La concurrence intérieure est de deux sortes : l’une entre les denrées de l’état & les denrées étrangeres de même nature, ou de même usage ; & celle-là privant le peuple des moyens de subsister, doit en général être proscrite. Ceux qui contribuent à l’introduire, soit en vendant, soit en achetant, sont réellement coupables envers la société d’augmenter ou d’entretenir le nombre des pauvres qui lui sont à charge.

L’autre espece de concurrence intérieure est celle du travail entre les sujets : elle consiste à ce que chacun d’eux ait la faculté de s’occuper de la maniere qu’il croit la plus lucrative, ou qui lui plaît davantage.

Elle est la base principale de la liberté du commerce ; elle seule contribue plus qu’aucun autre moyen, à procurer à une nation cette concurrence extérieure, qui l’enrichit & la rend puissante. La raison en est fort simple. Tout homme est naturellement porté (je ne dois peut-être pas dire par malheur à s’occuper) mais il l’est du moins à se procurer l’aisance ; & cette aisance, salaire de son travail, lui rend ensuite son occupation agréable : ainsi dès que nul vice intérieur dans la police d’un état ne met des entraves à l’industrie, elle entre d’elle-même dans la carriere. Plus le nombre de ses productions est considérable, plus leur prix est modique ; & cette modicité des prix obtient la préférence des étrangers.

A mesure cependant que l’argent entre dans un état par cette voie, à mesure que les moyens de subsister se multiplient pour le peuple, le nombre ou la concurrence des consommateurs s’accroît, les denrées doivent être représentées par une plus grande somme : cette augmentation du prix de chaque chose est réelle, & le premier effet des progrès de l’industrie ; mais un cercle heureux de nouvelles concurrences y apporte les tempéramens convenables. Les denrées qui sont l’objet de la consommation deviennent journellement plus abondantes ; & cette abondance modere en partie leur augmentation ; l’autre partie se partage insensiblement entre tous ceux qui font les ouvrages, ou qui en trafiquent, par la diminution de leurs bénéfices ; la diminution de ce bénéfice se trouve enfin compensée elle-même par la diminution de l’intérêt de l’argent : car le nombre des emprunteurs se trouvant plus foible que celui des prêteurs, l’argent perd de son prix, par une convention unanime, comme toutes les autres marchandises. Cette baisse des intérêts est, comme on le voit, l’effet d’un grand commerce : ainsi nous observerons en passant que pour connoître si une nation qui n’a point de mines fait autant de commerce que les autres, en proportion des facilités respectives qu’elles ont pour commercer, il suffit de comparer le taux des intérêts de l’argent dans chacune ; car il est certain que si la concurrence de ces intérêts n’est pas égale, il n’y aura point d’égalité dans la concurrence extérieure des ventes & de la navigation.

Lorsqu’on apperçoit à ces signes évidens un accroissement continuel dans le commerce d’un état, toutes ses parties agissent & se communiquent un mouvement égal ; il joüit de toute la vigueur dont il est susceptible.

Une pareille situation est inséparable d’un grand luxe ; il s’étend sur les diverses classes du peuple, parce qu’elles sont toutes heureuses : mais celui qui produit l’aisance publique, par l’augmentation du travail, n’est jamais à craindre ; sans cesse la concurrence extérieure en arrête l’excès, qui seroit bientôt le terme fatal de tant de prospérités. L’industrie s’ouvre alors de nouvelles routes, elle perfectionne ses méthodes & ses ouvrages ; l’œconomie du tems & des forces multiplie les hommes en quelque façon ; les besoins enfantent les arts, la concurrence les éleve, & la richesse des artistes les rend savans.

Tels sont les effets prodigieux de ce principe de la concurrence, si simple à son premier aspect, comme le sont presque tous ceux du commerce. Celui-ci en particulier me paroît avoir un avantage très rare, c’est de n’être sujet à aucune exception. Cet article est de M. V. D. F.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « concurrence »

(Date à préciser) Du latin concurrentia attesté au moyen-âge Référence nécessaire, → voir concurrent et -ence.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(Date à préciser) De l'ancien français concurrence, Référence nécessaire qui vient du latin concurrentia. Référence nécessaire
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Concurrent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « concurrence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
concurrence kɔ̃kyrɑ̃s

Évolution historique de l’usage du mot « concurrence »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « concurrence »

  • Télévisions et radios publiques sont de plus en plus confrontées à une double concurrence, celle de l'audience et celle de l'accès aux recettes commerciales par la publicité ou la vente de programmes. De Catherine Trautmann / Les Dossiers de l’Audiovisuel
  • Et pourtant, carrefour est soumis à une réglementation minimale protégeant les fournisseurs ( pour Apple les développeurs ) et commerçants ( la concurrence déloyale : Apple Music vs ..) et les clients ( prix, les clauses abusives ) Carrefour n’a pas les mains libres parce qu’ils sont dans leur prêt carré. Pas besoin d’avoir le monopole pour qu’une régulation intervienne. iGeneration, Concurrence App Store : Apple campe sur ses positions | iGeneration
  • L’Autorité de la concurrence a été saisie du dossier de la possible reprise de l’enseigne française de distribution de meubles en difficulté Conforama par Mobilux, actionnaire de But, une solution privilégiée par les syndicats. SudOuest.fr, Economie : l’Autorité de la Concurrence saisie concernant le possible rachat de Conforama par But
  • L'éditeur juridique Concurrences a décerné le Prix de thèse en droit de la concurrence 2020 à Vincent Bridoux, étudiant à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, pour sa thèse « Droit de la commande publique et droit de la concurrence de l'Union européenne. Étude d'une dynamique commune ». Affiches Parisiennes, Prix de thèse en droit Concurrences 2020
  • L'école est la vraie concurrence du temple. De Ernest Renan / L'Avenir de la science
  • Détruire la concurrence, c’est tuer l’intelligence. De Frédéric Bastiat
  • C’est la vie, la concurrence. Je vais même vous dire mieux, moi, j’ai la concurrence dans les veines. De Nicolas Sarkozy / JT de 20h de TF1 - 4 Septembre 2005
  • Je considère la concurrence légitime, à condition qu’il y ait quelque chose en face. De Steve Ballmer / Le Nouvel Hebdo - 15 novembre 2001
  • C’est bien d’introduire plus de concurrence là où il y a des monopoles sclérosés. De Michel Godet / Le Figaro, 26 janvier 2015
  • Internet accélère l'avènement de la société de marché, avec une poussée violente de concurrence et de compétition. De Alain Minc / www.capitalisme.fr
  • C’est la concurrence qui met un prix juste aux marchandises et qui établit les vrais rapports entre elles. De Montesquieu / De l’esprit des lois
  • La politique et la stratégie de la guerre ne sont qu’une perpétuelle concurrence entre le bon sens et l’erreur. De Charles de Gaulle / Discours - 4 Mai 1943
  • Sans la paresse qui dissuade de pousser la méchanceté trop loin et la concurrence à son paroxysme, notre société ne serait pas vivable. De Philippe Bouvard / Journal
  • La radio, loin de se situer en concurrence frontale avec d'autres médias conserve et même accroît sa place spécifique dans la vie quotidienne. De Jean-Marie Cavada / Les Dossiers de l’Audiovisuel
  • Si on continue avec la concurrence fiscale, dans dix ou vingt ans, il n’y aura plus d’impôt sur les sociétés. De Thomas Piketty / Le Nouvel Observateur, 29 janvier 2015
  • La société et la science ont tellement baigné dans les idées du mécanisme, de l'utilitarisme et de la libre concurrence économique, que la sélection a remplacé Dieu comme ultime réalité. De Arthur Koestler
  • Les individus ne constituent une classe que pour autant qu'ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s'affrontent en ennemis dans la concurrence. De Karl Marx / Idéologie allemande
  • A 50 % de remplissage , ils ne sont pas viables et bien sur qu'ils devront baisser leurs prix et concurrencer les 4 étoiles qui devront faire de meme et ainsi de suite pour le PLUS GRAND BONHEUR du consommateur qui ne sera plus le cochon de payant . LaProvence.com, Économie | Marseille : les hôtels de luxe à l'épreuve de la concurrence | La Provence
  • Qualcomm, HiSilicon, MediaTek, Intel et Samsung figurent aux cinq premières places du classement. Contrairement à la première phase de la 4G, Strategy Analytics constate déjà une concurrence féroce au début de la 5G. Qualcomm, par exemple, détenait plus de 90% des parts de marché au début de la 4G, mais l’Américain est désormais en concurrence avec HiSilicon, MediaTeK, Samsung et Unisoc pour la 5G. Qualcomm a néanmoins maintenu son leadership en part de marché avec 42% de part de marché au 1er trimestre 2020, suivi du Chinois HiSilicon avec 20% et du Taïwanais MediaTek avec 14%. VIPress.net, Processeurs bande de base : davantage de concurrence pour Qualcomm - VIPress.net
  • L’UE ne veut plus subir de distorsions de concurrence à cause de subsides étrangers qui avantagent les entreprises de pays tiers. La Commission européenne prépare son passage à l’action. La Croix, Pour la Commission européenne, la concurrence doit être respectée à l’échelle planétaire
  • L’impact économique de la crise sanitaire du Covid-19 a suscité une réaction rapide non seulement des gouvernants et du législateur mais aussi des autorités de concurrence en réponse aux inquiétudes et interrogations des opérateurs économiques. Quelles sont les mesures mises en place pour faciliter la coopération entre entreprises en période de crise sans risque d’entrave au jeu de la concurrence ? Quel calendrier anticiper pour les opérations de concentration ? Le point avec CMS Francis Lefebvre Avocats.   , Coronavirus (Covid19) : Adaptation du droit de la concurrence - Éditions Francis Lefebvre
  • Alors que les Ultramarins ne cessent de protester contre la vie chère, l’Autorité de la concurrence, avec l’aval du Conseil d’État, vient de donner son feu vert à une nouvelle opération de concentration dans la grande distribution, renforçant encore l’économie de rente qui domine dans ces collectivités. Mediapart, Grande distribution: la concurrence ne concerne pas l’Outre-mer - Page 1 | Mediapart
  • Les États-Unis, l’Europe, et maintenant la France: les politiques et les autorités accentuent la pression contre les géants du numérique. Deux députés, dont le spécialiste du droit de la concurrence Daniel Fasquelle (LR) et Valéria Faure-Muntian (LaREM) ont présenté mercredi des propositions pour durcir le droit de la concurrence et la réglementation des grandes plateformes numériques comme Facebook, Google ou Amazon. Le Figaro.fr, GAFA: des députés français veulent créer des règles de la concurrence spécifiques

Images d'illustration du mot « concurrence »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « concurrence »

Langue Traduction
Anglais competition
Espagnol competencia
Italien concorrenza
Allemand wettbewerb
Chinois 竞争
Arabe المنافسة
Portugais concorrência
Russe конкуренция
Japonais コンペ
Basque lehiaketa
Corse cumpetizione
Source : Google Translate API

Synonymes de « concurrence »

Source : synonymes de concurrence sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « concurrence »

Partager