La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « commande »

Commande

Variantes Singulier Pluriel
Féminin commande commandes

Définitions de « commande »

Trésor de la Langue Française informatisé

COMMANDE, subst. fém.

I.− [Correspond à commander I]
A.− Loc. adv. ou adj. inv.
1. Sur commande.Sur l'ordre que donne quelqu'un :
1. Un malade que la psychiatrie traditionnelle classerait dans les cécités psychiques est incapable, les yeux fermés, d'exécuter des mouvements (...) qui ne s'adressent à aucune situation effective tels que de mouvoir sur commande les bras ou les jambes... Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception,1945, p. 119.
P. ext. La mémoire sert à enregistrer des souvenirs (mémoire de fixation), à les reproduire sur commande (mémoire d'évocation) (H. Codet, Psychiatrie,1926, p. 19):
2. − (...) je te donne mon bonbon, prends-le, c'est pour toi. Et, sournoisement, elle guigne le bon effet de sa générosité. N'est-ce pas d'exacte tradition? La vertu sur commande, au moment favorable : faire le bien pour la galerie! Frapié, La Maternelle,1904, p. 221.
Rem. Balzac emploie dans le même sens la loc. à commande :
3. Un paysan de la Bresse comprendra toujours qu'un écrivain n'ait pas le talent à commande et ne comprendra pas qu'on soit inexact en fait de matérialités, comme d'ignorer ce qu'on a ou ce qu'on n'a pas. Balzac, Correspondance,1834, p. 540.
2. (Subst.) + de commande.(Subst.) qui est imposé, rendu obligatoire par quelque chose ou quelqu'un.
[L'obligation est extérieure à la pers. qui la subit] RELIG., vieilli. Fêtes, jeûnes de commande. Fêtes, jeûnes dont l'Église prescrit l'observation. Synon. fêtes, jeûnes d'observance.
P. ext. Il ne s'agit pas ici de cet optimisme de commande et du tout va bien officiel (Mauriac, Journal 3,1940, p. 284):
4. ... rien ne peut fausser davantage le caractère d'un enfant que de lui imposer un respect de commande pour des parents, dès que ceux-ci ne sont pas respectables. Gide, Geneviève,1936, p. 1359.
[L'obligation vient de la pers. même qui la subit] Dans le domaine des sentiments.Dont on s'impose la simulation, que l'on affecte de ressentir sous la pression des circonstances, par calcul, sans naturel, etc. On sentait trop, derrière l'amabilité de commande, le besoin de domination que le sourire ne parvenait pas à farder (Gide, Journal,1943, p. 246).Je me mis à sourire, un peu piqué, d'un sourire de commande (Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 112).
SYNT. Aménité, cordialité, empressement, joie, enthousiasme, douceur, humilité, mansuétude, gravité, flegme, frivolité, inimitié, réprobation, moue, expression attristée, saluts de commande.
B.− HIST. DU DR. ECCL. [Le suj. désigne un ecclésiastique] Obtenir, posséder un bénéfice en commande. Être nommé dans un bénéfice avec jouissance de ses revenus pendant la durée de sa vie; l'obtenir en dépôt, en garde.
P. ext. Mais Messire veut que le dauphin (...) ait le royaume en commande (...) Ce mot de commande, usité en matières bénéficiales, signifiait dépôt (A. France, Vie de Jeanne d'Arc,1908, p. 74).
Par fig. étymol. :
5. violaine. − Sachez ce que vous faites en me prenant pour femme! Laissez-moi vous parler bien humblement, seigneur Jacques Qui allez recevoir mon âme et mon corps en commande des mains de Dieu et de mon père qui les ont faits. Claudel, L'Annonce faite à Marie,version pour la scène, 1948, II, 3, p. 170.
II.− [Correspond à commander II]
A.− Au sing. [À propos d'un mécanisme]
1. Mise en action, en marche; transmission du mouvement; déclenchement, fonctionnement. Commande d'un appareil, d'un ascenseur, de l'éclairage.
Commande à distance (synon. télécommande).Commande à main, mécanique, pneumatique, hydraulique, électrique, magnétique, par moteur, automatique ou automatisée.
P. anal., NEUROLOGIE Elle [la rapidité] dépend aussi de la labilité ou facilité de variation du tonus nerveux de commande sous-corticale (Mounier, Traité du caractère,1946, p. 282).
2. (Subst.) + de commande.(Subst.) qui permet la mise en action.
SYNT. Dispositif, roue de commande du gouvernail; mécanisme, levier, clavier, câble, bouton, pédale de commande; dispositif de commande et de contrôle; manettes de commande des circuits.
B.− P. méton., souvent au plur. [Dans un mécanisme] Organe ou ensemble des organes de mise en marche, de fonctionnement et d'arrêt; organe ou ensemble des organes de transmission du mouvement, de manœuvre.
SYNT. Commande de direction, commandes des boîtes de vitesses; tableau de commandes, câbles de commandes; manier les commandes, se familiariser avec les commandes.
AÉRON. « Ah! j'ai eu peur... » Un coup de talon libère un câble. Commande coincée. Quoi? Sabotage? Non. Trois fois rien : un coup de talon rétablit le monde (Saint-Exupéry, Courrier Sud,1928, p. 13).[De] l'installation des commandes (...) dépendent (...) pour moitié (...) les qualités de vol de l'avion (J. Guillemin, Précis de constr., calcul et essai des avions et hydravions,1929, p. 145).
SYNT. Commande de direction, de profondeur; commandes rigides; passer les commandes (au premier pilote); lâcher les commandes; commandes qui gèlent, qui n'obéissent plus; (avion) qui répond toujours aux commandes.
Avion à doubles commandes. Avion dont les organes de conduite (direction et stabilité) sont doubles pour permettre, dans le cas d'un appareil d'école, le pilotage simultané par le moniteur et l'élève; dans le cas d'un long-courrier, le relais du pilote et du co-pilote. Si je montais comme bombardier, je pourrais peut-être faire aussi un peu de double commande (Malraux, L'Espoir,1937, p. 499).
Commandes croisées. Position respective du manche et du palonnier qui sollicite l'appareil dans deux directions opposées, avec risque de vrille ou de perte de contrôle. Croiser, conjuguer les commandes. Actionner simultanément le manche et le palonnier en dosant la manœuvre de telle sorte que l'appareil effectue un virage correct sans partir en vrille ou devenir incontrôlable. Détroyat engage le pied à fond et croise les commandes (R. Chambe, Enlevez les cales,1935, p. 81).
MARINE
Cordage de petit calibre fait d'un faisceau de deux ou trois fils de carets, provenant de vieux cordages, roulés à la main pour confectionner des amarrages grossiers. Les câbles, les cordes tendent leurs réseaux autour de la scène. On dirait un port; Fécamp (...) a moins de filins, de mâts de hune, de commandes et d'étais (Morand, Rococo,1933, p. 83).
Poste de commande. Poste surélevé où sont rassemblés et où se manœuvrent les principaux organes de direction du bâtiment.
P. anal., NEUROLOGIE :
6. Si nous savions voir à travers le corps (...), une poussée d'adrénaline ou quelque riche manœuvre des commandes cérébrales nous offrirait le même charme lisible que cette légère tension de l'orbiculaire qui suspend à ses lèvres le sourire de la Joconde. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 204.
C.− P. métaph. ou au fig.
1. [Correspond à II A] Direction, contrôle. Les maîtres, en tous pays, avaient perdu la commande des événements (Guéhenno, Journal d'un homme de 40 ans,1934, p. 222).Elzélina avait eu un moment d'égarement, de perte des leviers de commande (A. Arnoux, Roi d'un jour,1956, p. 230).
− Surtout dans le domaine de la pol. ou des affaires.S'emparer, disposer des leviers de commande (d'un pays, d'une entreprise). S'emparer, disposer des organes essentiels de gouvernement, avoir la haute main sur les affaires de l'État; s'emparer, disposer du poste-clef d'une entreprise, en détenir la haute direction :
7. Les crimes hitlériens (...) sont sans équivalent dans l'histoire parce que l'histoire ne rapporte aucun exemple qu'une doctrine de destruction aussi totale ait jamais pu s'emparer des leviers de commande d'une nation civilisée. Camus, L'Homme révolté,1951, p. 229.
8. ... ceux-ci [les communistes] (...) exigeaient (...) l'un au moins des trois ministères qu'ils tenaient pour les principaux : Défense nationale, Intérieur, Affaires étrangères. (...) Si je venais à céder, les communistes, disposant d'un des leviers de commande essentiels de l'État, auraient, dans un moment de trouble, le moyen de s'imposer. De Gaulle, Mémoires de guerre,1959, p. 275.
2. [Correspond à II B, aéron.] :
9. Ces mouvements répulsifs qui forment les conduites de la défense sont donc à double commande, (...) : ils ont dans des signaux perçus leur régulation externe et dans l'affect représentatif de la douleur leur régulation interne. Ricœur, Philos. de la volonté,1949, p. 104.
Prendre les commandes (d'un pays, d'une entreprise). En prendre la direction, en assumer la marche, la gestion. S'emparer des commandes, se mettre aux commandes, tenir les commandes, passer les commandes à qqn. Un étranger sans vues, Necker, un coq sans cervelle qui tourne au clocher, La Fayette (...) tiennent les commandes (Thibaudet, Hist. de la litt. fr. de 1789 à nos jours,1936, p. 17).
3. [Correspond à II B, mar.] Surtout dans le domaine pol.Se ménager l'accès aux postes de commande. Pour ce qui concerne les personnalités ayant servi Vichy (...) : les hommes qui collaborent avec l'envahisseur à des postes de commande sont justiciables des conseils de guerre (De Gaulle, Mémoires de guerre,1956, p. 375).
III.− Usuel [Correspond à commander III]
A.− Ordre par lequel une personne demande, en qualité de client, la fourniture d'une marchandise ou l'exécution d'un service dans des conditions déterminées notamment de prix et de temps. Une commande officielle lui fit entreprendre la Symphonie funèbre et triomphale (H. Berlioz, Souvenirs de voyages,1869, p. 10).Une trentaine de centrales existantes, en construction ou en commande ferme, à achever avant 1966 (Goldschmidt, L'Aventure atomique,1962, p. 263).Dans les cafés quand un garçon tarde à prendre la commande, Charles Schweitzer s'empourpre de colère patriotique (Sartre, Les Mots,1964, p. 26):
10. antoine. − (...) Passez cette commande tout de suite et qu'on la monte au 204 aussitôt que ce sera prêt. Il lui tend la fiche. jules. − Au 204? antoine. − Oui, avec deux couverts. Et qu'on se dépêche : c'est pressé. Bourdet, Le Sexe faible,1931, II, p. 392.
SYNT. Commande ferme, inconditionnelle, conditionnelle; commande pressée, urgente; commandes des clients, des consommateurs, de l'Administration, de l'État; importantes, innombrables, très fortes, grosses, maigres, nouvelles commandes. Exécution d'une commande; fiche, bons de commande; bloc, carnet de commandes; volume, augmentation, afflux des commandes; résiliation, annulation des commandes. Ventilation entre les commandes. Délais entre commandes et fournitures. Ouvriers sans travaux ni commandes; artistes sans commandes. Prendre, avoir, recevoir, satisfaire des commandes; passer des commandes à des entreprises; faire une commande à un fournisseur; inscrire une commande; demander confirmation d'une commande; centraliser les commandes; espacer, réduire, cesser ses commandes; faire l'objet de commandes; être en commande. Commande à renouveler.
P. méton. Marchandise ayant fait l'objet de la commande (cf. ex. 10). Préparation, livraison d'une commande; fourniture des commandes; livrer une commande, envoyer des commandes; commande qui est débitée.
B.− En partic., dans le domaine des productions artistiques,souvent péj. Travail sur commande, ouvrage de commande. Travail, ouvrage exécuté sur l'ordre exprès, sur la demande formelle d'un client. [C'est donc] du grand art, les Pères éternels à barbe blanche, les Brutus sur commande, les Vénus sur mesure, les turqueries peintes aux Batignolles, sous un jour froid? (Huysmans, L'Art mod.,1883, p. 9).Je n'ai jamais pu écrire une ligne sur commande. Je ne puis écrire que lorsque j'en ai envie (Green, Journal,1948, p. 140):
11. Il [Valéry] me répète que, depuis nombre d'années il n'a rien écrit que sur commande et que pressé par le besoin d'argent. − C'est-à-dire que, depuis longtemps, tu n'as rien écrit pour ton plaisir? Gide, Journal,1929, p. 949.
SYNT. Œuvres d'ennui et de commande, productions sur commande; mobilier fabriqué sur commande, toiles brossées sur commande; travailler sur commande, faire des articles sur commande.
P. ext. :
12. ... les feintes convictions de l'avocat, censé défendre une cause parce qu'il la croit juste, alors qu'il la défend parce que c'est son métier et que son métier est de plaider sur commande, soit le pour soit le contre. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 168.
Prononc. et Orth. : [kɔmɑ ̃:d]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. commende. Étymol. et Hist. 1. 1213 « dépôt, garde » (Faits des Romains, 571, 21 cité par L. F. Flutre ds Romania, t. 65, p. 485) − xvies. ds Hug.; 2. 1494 technol. « câble qui sert à maintenir le bateau sur son ancre ou attaché à un pieu » (Dép. faites pour le curage de la Loire, Mantellier, March. freq. II, 427 ds Gdf.); 1861 (J. Armengaud, Traité des moteurs à vapeur, t. 1, p. 328 : le tiroir de distribution, la pompe alimentaire et leurs mecanismes de commande); 3. 1680 « commission donnée à un artisan, à un marchand, de lui fournir une marchandise » (Rich.); 4. 1671 de commande (La Fontaine, Clymène, 478, éd. Regnier, 7, p. 173). Déverbal de commander*. Fréq. abs. littér. : 692. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 732, b) 690; xxes. : a) 975, b) 1 361. Bbg. Bédard (A.), Marquis (M.). Le Tableau de bord de l'automob. Meta. 1970, t. 15, no4, pp. 233-234. − Maillot (J.). Terminol. et trad. Meta. 1971, t. 16, no1/2, p. 79.

Wiktionnaire

Nom commun - français

commande \kɔ.mɑ̃d\ féminin

  1. (Commerce) Ordre donné à un fabricant, à un ouvrier, à un artiste de faire un certain ouvrage, ou à un marchand de faire une certaine livraison.
    • A la caisse, le patron qui comptait sa recette, s'informa de notre commande, abandonna ses sous pour nous servir. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Il se croyait calme, marchait à grands pas, s’efforçait de penser aux commandes de matériaux qu'il devait passer à Stanleyville s'il voulait changer le toit de l'infirmerie. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, chapitre IV, Gallimard, 1937)
    • La société Funboard importe des planches à roulettes de Corée et de Taïwan selon les modèles. La dernière commande concerne l’importation de 8 000 planches à roulettes au prix unitaire de 100 USD CIF Le Havre. — (Ghislaine Legrand & ‎Hubert Martini, Gestion des opérations import-export (cours/applications), Dunod, 2008, p. 371)
  2. (Art) Corde servant à fixer un filet, un balai, une manœuvre, etc.
  3. (Technologie) Mécanisme d’entraînement.
    • Arbre de commande.
  4. (Programmation) Voir commande informatique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COMMANDE. n. f.
Ordre donné à un fabricant, à un ouvrier, à un artiste de faire un certain ouvrage, ou à un marchand de faire une certaine livraison. On lui a fait plusieurs commandes. Une commande de draps. Livrer une commande. Carnet de commandes. Ouvrage de commande, Tout ouvrage que l'on fait exprès pour une personne qui en a donné l'ordre. C'est un meuble de commande. Commande de l'État. Fig., Maladie de commande, joie de commande, douleur de commande, etc., Maladie, joie, douleur, etc., feintes et supposées par calcul ou par ordre. En termes d'Arts, il désigne une Corde servant à fixer un filet, un balai, une manœuvre, etc.

Littré (1872-1877)

COMMANDE (ko-man-d') s. f.
  • 1 Terme de commerce. Demande, pour une époque déterminée, d'une certaine quantité d'objets fabriqués, ou de marchandises. On lui a fait plusieurs commandes.

    Ouvrage de commande, ouvrage fait sur l'ordre exprès d'une personne. Il y a des ouvrages de commande, La Bruyère, VI.

  • 2De commande, loc. adv. D'obligation ; obligatoire. Fêtes, jeûnes de commande, qu'on est obligé d'observer. L'hospitalité n'est point de commande aux musulmans envers les infidèles, Voltaire, Charles XII, 6.

    Fig. Joie, douleur, maladie de commande, joie, douleur, maladie qu'on feint. Dieu me garde de vous faire des réprimandes de commande ! Bossuet, Lett. abb. 77. Le mercredi des cendres mit fin à toutes ces tristes réjouissances de commande, Saint-Simon, 4, 61. D'Antin, d'ailleurs si maître de soi, s'aigrit de commande dans la dispute, Saint-Simon, 232, 98. Qui de moi voudra de beaux vers, Que jamais il ne les demande ; Je ne fais rien que de travers, Quand la besogne est de commande, De Cailli, dans RICHELET. Ce n'était point cet enthousiasme de commande que s'efforcent de montrer pour tous les objets les hommes qui n'en ont véritablement pour aucun, Condorcet, Bucquet.

  • 3 Terme de marine. Commandes, petites cordes portées à la ceinture, pour servir au besoin.

    Commande ! réponse de l'équipage quand le maître, appelant de la voix ou du sifflet, prévient qu'il va transmettre quelque commandement.

  • 4 Terme de pêche. Bout de corde servant à retenir un bâton ou un filet dans une situation fixe, ainsi nommé parce que ce bout de corde commande et retient.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il est assés sires du cors, Qui a le cuer en sa commande ; Outrageus est qui plus demande, la Rose, 2007. Ou s'aucuns baille en commande [garde] aucune coze, la quele est porsivie qu'ele est tolue ou emblée, le [la] commande ne doit pas estre rendue devant que le [la] justice…, Beaumanoir, XXXVI, 1. Et quant cil qui preste ou met en commande, demande que on li rende…, Beaumanoir, XXXIV, 20. Vous savés que nous recevons les commandes en tel maniere, que par nos seremens nous ne les poons delivrer mes que à ceulz qui les nous baillent, Joinville, 249.

XVe s. Manyant toute la viande, Comme docteur en medecine Qui tient malades en commande, Villon, Repues franches. L'un des ditz varlez, qui besongnoit avec le suppliant [un tisserand], dist à la ditte femme : maistresse, commandez ceste commande, en lui monstrant un fil de laine qui estoit rompu, et lui voulant dire qu'elle noast le dit fil, Du Cange, commenda.

XVIe s. Permets que je coupe Sous heureux sort la commande [amarre] qui tient Ma nef au bord…, Ronsard, 604.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COMMANDE. Ajoutez :
5Ancien synonyme de cheptel de fer. Le cheptel connu, dans les anciens usages de la Bresse, sous la dénomination de commande, et d'après lequel, l'estimation étant faite à l'exègue, soit à prix réduit, l'excédant du bétail se partageait par moitié entre le bailleur et le preneur, Gaz. des Trib. 18 oct. 1874, p. 999, 1re col. Et, subsidiairement, que la convention intervenue est celle que d'anciens usages ont établie en Bresse, sous la dénomination de commande, ib. 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « commande »

Voy. COMMANDER ; provenç. comanda, commanda.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Déverbal sans suffixe de commander.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « commande »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
commande kɔmɑ̃d

Fréquence d'apparition du mot « commande » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Citations contenant le mot « commande »

  • Un cannibale est un type qui va dans un restaurant et qui commande le serveur.
    Jack Benny
  • Il commande au soleil d'animer la nature.
    Jean Racine — Athalie
  • L'esprit commande le corps et le corps obéit. L'esprit se commande à lui-même et trouve de la résistance.
    Saint Augustin
  • Le soleil commande toutes choses.
    Anonyme — Inscription latine gravée sur un cadran solaire
  • Dieu commande à l'homme de pardonner, mais en prescrivant à la société de punir.
    Louis de Bonald
  • Les hommes naissent sur commande sociale passée auprès des particuliers.
    Stanislaw Jerzy Lec — Nouvelles pensées échevelées
  • La loi d’accélération et de simplification de l’action publique ne devait pas concerner le droit de la commande publique. Mais les conséquences de la crise de la covid-19 ont conduit le gouvernement à engager une réforme concernant les marchés publics et les concessions.
    Les conséquences de la loi ASAP sur le droit de la commande publique - Contrat et marché | Dalloz Actualité
  • GTT reçoit une commande pour la conception des cuves de quatre nouveaux méthaniers | Dow Jones
    Investir — GTT reçoit une commande pour la conception des cuves de quatre nouveaux méthaniers, Actualité des sociétés - Investir-Les Echos Bourse
  • Le langage est aux postes de commande de l'imagination.
    Gaston Bachelard
  • La société de technologie médicale BD a déjà reçu des commandes pour au moins 12 millions de seringues et d’aiguilles de la part du gouvernement fédéral pour l’administration de vaccins contre le Covid-19, a-t-elle annoncé vendredi.
    sudinfo.be — Coronavirus: la Belgique a déjà commandé au moins 12 millions de seringues et aiguilles
Voir toutes les citations du mot « commande » →

Traductions du mot « commande »

Langue Traduction
Anglais order
Espagnol ordenado
Italien ordinato
Allemand bestellt
Chinois 下令
Arabe أمر
Portugais ordenou
Russe упорядоченный
Japonais 順序付けられました
Basque agindu
Corse urdinatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « commande »

Source : synonymes de commande sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « commande »

Combien de points fait le mot commande au Scrabble ?

Nombre de points du mot commande au scrabble : 15 points

Commande

Retour au sommaire ➦

Partager