Chiffrer : définition de chiffrer


Chiffrer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHIFFRER, verbe trans.

I.− [Sans idée de secret]
A.− Rare. Écrire, transcrire en chiffres.
Emploi pronom. passif. Être noté en chiffres :
1. ... un tableau pareil à ceux qui indiquent la position des équipes à la pelote basque, où se chiffrent en blanc et rouge le flux et le reflux des valeurs. Morand, New York,1930, p. 55.
Emploi abs. Écrire, transcrire des chiffres :
2. Hyacinthe, sans instruction, mais bon calculateur et chiffrant bien, possédait ce qu'on appelait alors une belle main; ... A. France, Le Petit Pierre,1918, p. 178.
B.− P. méton.
1. Calculer en se servant de chiffres. Déterminer, sans opérations arithmétiques à chiffrer, les résultats des formules d'usinage (J. Pethoud, Principes mod. d'organ. industr. et comm.,1931, p. 64).
Emploi abs. Apprendre aux enfants à lire, écrire et chiffrer (Pourrat, Gaspard des Montagnes,Le Château des sept portes, 1922, p. 158).
2. Évaluer en chiffres.
a) Cour. [Avec souvent un compl. second indiquant le résultat du calcul : prép. à s'il s'agit d'une évaluation précise, prép. par s'il s'agit de l'évaluation vague d'une somme indéterminée mais importante] Évaluer, calculer (une somme, un total) en chiffres. Chiffrer le gain obtenu ou la perte éprouvée (Verne, Le Tour du monde en 80 jours,1873, p. 30):
3. ... un diablotin m'a proposé, sur le pont, de couper la gorge à Lébiadkine et à sa sœur Maria Timopheievna, pour me débarrasser de mon mariage. Il m'a demandé trois roubles d'avance. Mais il a chiffré le coût de l'opération à quinze roubles. Camus, Les Possédés,adapté de Dostoïevski, 1959, p. 1032.
Emploi pronom. passif. C'est par dizaines de millions que se chiffre en effet la fortune du grand sucrier, ou du grand métallurgiste (Maurras, L'Avenir de l'intelligence,1905, p. 61).Les capitaux rassemblés se chiffrèrent par millions (Cendrars, L'Or,1925, p. 144).Un accroissement en flèche du nombre des victimes, qui se chiffra à près de sept cents par semaine (Camus, La Peste,1947, p. 1308).
Emploi abs. ou, plus rarement, pronom., fam. Ça chiffre, ça se chiffre. Cela s'élève à une somme, un total importants.
b) Au fig., littér. [L'obj. désigne une pers., des sentiments] Estimer avec précision la valeur de quelqu'un, d'un de ses attributs, etc. Nous sommes tous chiffrés, non d'après ce que nous valons, mais d'après ce que nous pesons (Balzac, Le Médecin de campagne,1833, p. 56).Homme actif et pressé, habitué à chiffrer ses tendresses (Zola, Au Bonheur des dames,1883, p. 453):
4. Nul homme plus que lui [Caillaux] ne méprise les hommes. Il les chiffre et il les croit tous à vendre. Barrès, Mes cahiers,t. 11, 1914-18, p. 308.
Emploi pronom. passif :
5. − Quand même, disait l'abbé, votre science n'explique pas tout! L'amour, la charité, le dévouement, ça ne se chiffre pas en calories! − Pardon, objectait Gaure. Ça se chiffre en sécrétions de glandes. Que je vous enlève les surrénales, mon cher ami, et vous perdrez cette belle logique dont vous êtes si vain. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 72.
3. Rare. Placer dans une série, numéroter :
6. Il prit les notes qu'il avait posées à sa droite, (...) et il les mit dans une enveloppe qu'il cacheta, après l'avoir chiffrée : numéro 1. R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 437.
C.− P. ext., MUS.
1. Transcrire les notes à l'aide de chiffres. Noter (...) les chansons des anthropophages, chiffrer leur musique (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 348).
2. Chiffrer une basse. Indiquer par des chiffres placés au-dessus ou au-dessous des notes, les accords d'une basse. Il n'est pas difficile de chiffrer la basse et de savoir quel accord elle porte (Ch. Kœchlin, Ét. sur l'écriture de la fugue d'école,1933, p. 20).
II.− [Avec une idée de secret] Transcrire des messages en un langage secret. Synon. coder; anton. déchiffrer, décrypter.Chiffrer des dépêches de quinze ou vingt pages (Stendhal, La Chartreuse de Parme,1839, p. 14).
Prononc. et Orth. : [ʃifʀe], (je) chiffre [ʃifʀ ̥]. Ds Ac. 1694-1932. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. chifrer. Étymol. et Hist. 1. 1515 « calculer à l'aide de chiffres » (Lortie, Arithm. ds DG); 1611 chiffré « calculé » (Cotgr.); 2. 1574 « écrire (un message) avec un chiffre » (Lettre de M. Stuart à l'archevêque de Glasgow ds Gdf. Compl.); 1611 chiffré « codé » (Cotgr.); 3. a) 1680 « numéroter à l'aide de chiffres » (Rich.); b) 1771 mus. (Trév.); 1837 basse chiffrée (J.-G. Kastner, Gramm. musicale, p. 10); 4. 1834 « compter, évaluer » (Land.). Dér. de chiffre*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 83.
DÉR. 1.
Chiffrable, adj.Qui peut être évalué de façon précise et exprimé en chiffres. Une performance chiffrable, un record quantitatif (Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 233). [ʃifʀabl̥]. 1reattest. 1875 (Achille Mercier, Reconstruction du patrimoine national et de la famille, Paris, p. 27 ds Littré); de chiffrer, suff. -able*. Fréq. abs. littér. : 2.
2.
Chiffrage, subst. masc.Action de chiffrer. a) [Correspond à chiffrer I B 2] . Chiffrage en argent des documents relatifs aux matières, à la main-d'œuvre et aux frais (Brunerie, Les Industr. alim.,1949, p. 219).b) [Correspond à chiffrer I C] . Si la basse se termine par Dominante-Tonique, (...) le chiffrage est nécessairement 5 5 (Ch. Kœchlin, Traité de l'harmonie,t. 1, 1927-30, p. 29).c) Action d'orner d'un chiffre [Correspond à chiffre I B 3] . Le chiffrage des draps et du linge (La Civilisation écrite,1939, p. 3405).d) [Correspond à chiffrer II] Chiffrage d'une dépêche. La plupart des dict. gén. enregistrent aussi le subst. masc. chiffrement, synon. de chiffrage dans cet emploi.P. métaph. Vient le psychanalyste : l'obscurité du poème ne sera pour lui qu'un effet de chiffrage du subconscient ou de l'inconscient (Ricœur, Philos. de la volonté,1949, p. 381). [ʃifʀa:ʒ]. Ds Ac. 1932. 1resattest. a) 1853 mus. (M.-G.-A. Savard, Cours complet d'harmonie théorique et pratique, p. 57), b) 1866 « art ou action d'écrire en chiffres (code) » (Lar. 19e), c) 1877 « action de fixer un chiffre, d'évaluer » (Littré Suppl.); de chiffrer, suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 1.
3.
Chiffreur, subst. masc.a) Celui qui utilise des chiffres, qui calcule avec des chiffres. Je suis si mauvais chiffreur, que je n'ose assumer un total (Verlaine, Correspondance,t. 2, 1891, p. 170).Emploi adj., rare. La notation décimale convient quand l'équipement du calcul comporte 10 positions comme les doigts des mains ou la position d'une roue chiffreuse (E.-C. Berkeley, Cerveaux géants,1957, p. 244).b) Celui qui transcrit des messages en langage chiffré. Le chiffreur mettait sans repos en bouillie le télégramme pour Pékin (Giraudoux, Siegfried et le Limousin,1922, p. 52). [ʃifʀ œ:ʀ], fém. [-ø:z]. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. chifreur. Ds Ac. 1694-1932. 1resattest. a) 1529 chyfreux « celui qui écrit en chiffre » (G. Tory, Champfleury, LXXIII vods IGLF), attest. et forme isolées, 1953 « attaché au service du chiffre » (Rob., s.v. chiffrer); b) 1630 chifreur « celui qui calcule au moyen de chiffres » (Monet Abrégé); de chiffrer, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 3.
BBG. − Laurent (P.). Contribution à l'hist. du lex. fr. Romania. 1925, t. 51, p. 36 (s.v. chiffreur).Mat. Louis-Philippe 1951, p. 34.

Chiffrer : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

chiffrer intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Se servir des chiffres pour calculer.
    • Ne pas savoir chiffrer.
    • Apprendre à chiffrer.
    • Un homme qui chiffre bien.
  2. (Populaire) Aller haut en prix ou en valeur, augmenter.
    • Mis bouts-à-bouts, tous ces investissement chiffrent beaucoup.

Verbe 2

chiffrer transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se chiffrer)

  1. Numéroter, distinguer par des chiffres.
    • Chiffrer les pages d’un registre.
  2. (Par extension) Évaluer en chiffres, dénombrer.
    • Les mauvaises herbes sont pour l'agriculture de tous les pays un fléau dont il est malaisé de chiffrer l’importance. — (Les mauvaises herbes et leur destruction, dans Almanach de l'Agriculteur français - 1932, page 82, éditions La Terre nationale)
    • (Pronominal)J'entends bien, encore une fois, qu'on me dénonce les grands magnats du vin, les féodaux du vignoble, ceux qui, séjournant à Paris ou dans les villes d'eaux se contentent de percevoir ici des revenus annuels se chiffrant par millions. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  3. (Cryptographie) Écrire en chiffre, procédé utilisé en cryptographie permettant de protéger un document en le rendant incompréhensible à toute personne ne possédant pas la clé, ceci étant réalisé par des calculs. Ces calculs peuvent être effectués à l’aide de divers outils, mécaniques, électroniques ou informatiques.
    • Pour dissimuler le prix des violons, l’atelier Gand & Bernardel avait chiffré ses livres de comptes. Un conservateur du Musée de la musique et un cryptographe du CNRS ont percé leur secret. — (Le code des luthiers décrypté Le Monde le 20 février 2017)
  1. (Musique) Écrire au-dessus ou au-dessous des notes de la basse des chiffres qui désignent les accords que ces notes doivent porter.
    • Chiffrer un accord.
    • Chiffrer une sixte, une quinte.
    • Musique chiffrée.

Verbe

chiffrer \Prononciation ?\

  1. Variante de chifrer.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Chiffrer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHIFFRER. v. intr.
Se servir des chiffres pour calculer. Ne savoir pas chiffrer. Apprendre à chiffrer. Un homme qui chiffre bien. Il s'emploie, comme verbe transitif, dans le sens de Numéroter, distinguer par des chiffres. Chiffrer les pages d'un registre. Par extension, il signifie Évaluer en chiffres. On peut chiffrer ses dépenses annuelles à trente mille francs. Ses dépenses se chiffrent à tant par mois. Il signifie aussi Écrire en chiffre. Chiffrer une dépêche. En termes de Musique, il signifie Écrire au-dessus ou au-dessous des notes de la basse des chiffres qui désignent les accords que ces notes doivent porter. Chiffrer un accord. Chiffrer une sixte, une quinte. Musique chiffrée.

Chiffrer : définition du Littré (1872-1877)

CHIFFRER (chi-fré) v. n.
  • 1Calculer avec les chiffres. Je l'ai vu calculer, nombrer, chiffrer, rabattre, Rousseau J.-B. Rép. à Chaul. Peut-être devraient-elles apprendre à chiffrer avant tout, Rousseau, Ém. v.
  • 2 V. a. Numéroter. Chiffrer les feuillets d'un registre.

    Évaluer en chiffres. On veut tout chiffrer aujourd'hui.

  • 3Écrire en chiffres. Chiffrer une dépêche. Albéroni avait écrit et chiffré de sa main tout ce qui concernait les négociations et les affaires secrètes, Saint-Simon, 501, 69.
  • 4 Terme de musique. Placer des caractères numériques au-dessus de la basse pour indiquer les accords. Basse chiffrée. On chiffre par 2 l'accord de seconde.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Chiffrer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHIFFRER, expression populaire dont on se sert pour signifier l’art de compter. Voyez Chiffre. (E)

Chiffrer, en Musique, c’est écrire sur les notes de la basse, pour servir de guide à l’accompagnateur, des chiffres qui désignent les accords que ces notes doivent porter. Voyez Accompagnement. Comme chaque accord est composé de plusieurs sons, s’il avoit fallu exprimer chacun de ces sons par un chiffre, on auroit tellement multiplié & embrouillé les chiffres, que l’accompagnateur n’auroit jamais eu le tems de les lire au moment de l’exécution. On s’est donc attaché, autant qu’on a crû le pouvoir, à caractériser chaque accord par un seul chiffre ; de sorte que ce chiffre peut suffire pour indiquer l’espece de l’accord, & par conséquent tous les sons qui le doivent composer. Il y a même un accord qui se trouve chiffré, en ne le chiffrant point ; car, selon la rigueur des chiffres, toute note qui n’est point chiffrée ne porte point d’accord, ou porte l’accord parfait.

Le chiffre qui indique chaque accord est ordinairement celui qui répond au nom de l’accord ; ainsi l’on écrit un 2 pour l’accord de seconde, un 7 pour celui de septieme, un 6 pour celui de sixte, &c. Il y a des accords qui portent un double nom, & on les exprime aussi par un double chiffre, tels sont les accords de sixte-quarte, de sixte-quinte, de septieme & sixte, &c. quelquefois même on en met trois, ce qui rentre dans l’inconvénient qu’on a voulu éviter ; mais comme la composition des chiffres est plûtôt venue du tems & du hasard, que d’une étude refléchie, il n’est pas étonnant qu’il s’y rencontre des fautes & des contradictions.

Voici une table de tous les chiffres pratiqués dans l’accompagnement, sur quoi il faut observer qu’il y a plusieurs accords qui se chiffrent diversement en différens pays, comme en France & en Italie, ou dans le même pays par différens auteurs. Nous donnons toutes ces manieres, afin que chacun, pour chiffrer, puisse choisir celle qui lui paroîtra plus claire, & pour accompagner, rapporter chaque chiffre à l’accord qui lui convient, selon la maniere de chiffrer de l’auteur.

Table générale de tous les chiffres de l’accompagnement. On a ajoûté une étoile à ceux qui sont le plus d’usage en France aujourd’hui.

Chiffres. Noms des Accords.
*   Accord parfait.
8 Idem.
5 Idem.
3 Idem.
5 Idem.
3
3 Accord parfait, tierce mineure.
3 Idem.
* Idem.
5 Idem.
3 Accord parfait, tierce majeure.
3 Idem.
* Idem.
5 Idem.
Chiffres. Noms des Accords.
3   Accord parfait, tierce naturelle.
3 Idem.
* Idem.
5 Idem.
6 Accord de sixte-tierce.
3
* 6 Idem.
Les differentes sixtes se marquent dans cet accord, comme les tierces dans l’accord parfait.
* 6 Accord de sixte-quarte.
4
6 Idem.
7
5 Accord de septieme.
3
7 Idem.
5
7 Idem.
3
* 7 Idem.
* 7 Septieme avec tierce majeure.
* 7 Idem. avec tierce mineure.
* 7 Idem. avec tierce naturelle.
* 7 Accord de septieme mineure.
7 Idem.
7 Accord de septieme majeure.
* 7 Idem.
7 De septieme naturelle.
* 7 Idem.
* 7 Septieme avec une fausse quinte.
7 Idem.
5
7 Idem.
5
* Accord de septieme diminuée.
7 Idem.
7 Idem.
7 Idem.
7 Idem.
5
7 Idem.
7 Idem.
5
7
5 Idem, &c.
3
* 7 Septieme superflue.
7 Idem.
Idem.
7 Idem.
5
4
2
Chiffres. Noms des Accords.
7   Idem.
6
4
2
7 Idem.
2
7 Idem, &c.
4
2
X 7 Accord de septieme superflue avec sixte mineure.
6
X 7 Idem.
6
X 7 Idem.
6
2
X 7 Idem.
6
4
7 Accord de septieme & seconde.
2
* 6 Accord de grande sixte.
5
6 Idem.
* De fausse quinte.
5 Idem.
* 5 Idem.
6 Idem.
5
6 Idem, &c.
5
* Accord de fausse quinte avec sixte majeure.
X 6 Idem.
5
6 Idem.
5
4 Accord de petite sixte.
3
6 Idem.
4
3
* Idem.
6 Idem.
X Idem, majeure.
X 6 Idem, &c.
4
3
* X Petite sixte superflue.
X Idem.
4
3
6 Idem.
6 Idem.
6 Petite sixte, quand la quarte est superflue.
3
6 Idem.
X 4
3
6 Idem.
X 4
Chiffres. Noms des Accords.
X 4   Idem.
3
2 Accord de seconde.
4 Idem.
2
6 Idem.
2
5 Accord de seconde & quinte.
2
6 De triton.
4
6 Idem.
4 X
6 Idem.
X 4
6 Idem.
2
6 Idem.
4
2
4 Idem.
2
4 X Idem.
2
4 Idem.
2
4 X Idem.
X 4 Idem.
4 Idem.
4 X Triton avec tierce mineure.
3
Idem.
6 Idem.
4
3
X 4 Idem, &c.
X 2 Seconde superflue.
X 4 Idem.
X 2
Idem.
6 Idem.
4
X 2
9 Accord de neuvieme,
9 Idem.
5
9 Idem.
3
9 Neuvieme avec la septieme.
7
9 Idem.
7
5
4 Quarte ou onzieme.
5 Idem.
4
Chiffres. Noms des Accords.
4   Quarte avec la neuvieme.
9
9 Idem.
4
4 Quarte & septieme.
7
X 5 Accord de quinte superflue.
5 X Idem.
X 5 Idem.
9
X 5 Idem.
9
7
9 Idem.
7
X 5
X 5 Quinte superflue avec la quarte.
4
5 X Idem, &c.
4
7 Septieme & sixte.
6
9 Neuvieme & sixte.
6

Quelques auteurs avoient introduit l’usage de couvrir d’un trait toutes les notes de basse qui passoient sous un même accord : c’est ainsi que les charmantes cantates de M. de Clerambault sont chiffrées ; mais cette invention étoit trop commode pour durer ; elle montroit aussi trop clairement à l’œil toutes les syncopes d’harmonie.

Aujourd’hui, quand on soûtient le même accord sur quatre différentes notes de basse, ce sont quatre chiffres différens qu’on leur fait porter ; desorte que l’accompagnateur induit en erreur, se hâte de chercher l’accord même qu’il a déjà sous sa main. Mais c’est la mode en France de charger les basses d’une confusion de chiffres inutiles. On chiffre tout, jusqu’aux accords les plus évidens ; & celui qui met le plus de chiffres croit être le plus savant. Une basse ainsi hérissée de chiffres triviaux rebute l’accompagnateur de les regarder, & fait souvent négliger les chiffres nécessaires. L’auteur doit supposer que l’accompagnateur sait les élémens de l’accompagnement ; il ne doit pas chiffrer une sixte sur une médiante, une fausse quinte sur une note sensible, une septieme sur une dominante, ni d’autres accord de cette évidence, à moins qu’il ne soit question d’annoncer un changement de ton. Les chiffres ne sont faits que pour déterminer le choix de l’harmonie dans les cas douteux. Du reste, c’est très-bien fait d’avoir des basses chiffrées exprès pour les écoliers. Il faut que les chiffres montrent à ceux-ci l’application des regles ; pour les maîtres, il suffit d’indiquer les exceptions.

M. Rameau dans sa dissertation sur les différentes méthodes d’accompagnement, a trouvé un grand nombre de défauts dans les chiffres établis. Il a fait voir qu’ils sont trop nombreux, & pourtant insuffisans, obscurs, équivoques, qu’ils multiplient inutilement le nombre des accords, & qu’ils n’en montrent en aucune maniere la liaison.

Tous ces défauts viennent d’avoir voulu rapporter les chiffres aux notes arbitraires de la basse-continue, au lieu de les avoir appliqués immédiatement à l’harmonie fondamentale. La basse-continue fait sans doute une partie de l’harmonie ; mais cette harmonie est indépendante des notes de cette basse, & elle a son progrès déterminé, auquel la basse même doit assujettir sa marche particuliere. En faisant dépendre les accords & les chiffres qui les énoncent des notes de la basse & de leurs différentes marches, on ne montre que des combinaisons de l’harmonie, au lieu d’en montrer le fondement ; on multiplie à l’infini le petit nombre des accords fondamentaux, & l’on force en quelque maniere l’accompagnateur de perdre de vûe à chaque instant la véritable succession harmonique.

M. Rameau, après avoir fait de très-bonnes observations sur la méchanique des doigts dans la pratique de l’accompagnement, propose d’autres chiffres beaucoup plus simples, qui rendent cet accompagnement tout-à-fait indépendant de la basse-continue ; de sorte que sans égard à cette basse & sans même la voir, on accompagneroit sur les chiffres seuls avec plus de précision, qu’on ne peut faire par la méthode établie avec le concours de la basse & des chiffres.

Les chiffres inventés par M. Rameau indiquent deux choses : 1° l’harmonie fondamentale dans les accords parfaits, qui n’ont aucune succession nécessaire, mais qui constatent toûjours le ton : 2°. la succession harmonique déterminée par la marche réguliere des doigts dans les accords dissonnans.

Tout cela se fait au moyen de sept chiffres seulement : 1°. une lettre de la gamme indique le ton, la tonique, & son accord ; si l’on passe d’un accord parfait à un autre, on change de ton, c’est l’affaire d’une nouvelle lettre : 2°. pour passer de la tonique à un accord dissonnant, M. Rameau n’admet que six manieres, pour chacune desquelles il établit un signe particulier ; savoir, 1° un X pour l’accord sensible : pour la septieme diminuée, il suffit d’ajoûter un b-mol sous cet X ; 2° un 2 pour l’accord de la seconde sur la tonique ; 3° un 7 pour son accord de septieme ; 4° cette abbréviation aj. pour sa sixte ajoûtée ; 5° ces deux chiffres relatifs à cette tonique, pour l’accord qu’il appelle de tierce-quarte, & qui revient à l’accord de neuvieme de la seconde note : 6° enfin ce chiffre 4 pour l’accord de quarte & quinte sur la dominante.

3°. Un accord dissonnant est suivi d’un accord parfait, ou d’un autre accord dissonnant ; dans le premier cas l’accord s’indique par une lettre : le second cas se rapporte à la méchanique des doigts, voyez Doigter ; c’est un doigt qui doit descendre diatoniquement, ou deux, ou trois. On indique cela par autant de points l’un sur l’autre, qu’il faut faire descendre de doigts. Les doigts qui doivent descendre par préférence, sont indiqués par la méchanique ; les dièses ou bémols qu’ils doivent faire, sont connus par le ton, ou substitués dans les chiffres aux points correspondans ; ou bien dans le chromatique & l’enharmonique, on marque une petite ligne en descendant ou en montant, depuis le signe d’une note connue, pour indiquer qu’elle doit descendre ou monter d’un semi-ton. Ainsi tout est prévû, & ce petit nombre de signes suffit pour exprimer toute bonne harmonie possible.

On sent bien qu’il faut supposer ici que toute dissonnance se sauve en descendant ; car s’il y en avoit qui dussent se sauver en montant, s’il y avoit des marches de doigts ascendans dans des accords dissonnans, les points de M. Rameau seroient insuffisans pour exprimer cela.

Quelque simple que soit cette méthode, quelque favorable qu’elle paroisse pour la pratique, elle ne paroît pas pourtant tout-à-fait exempte d’inconvéniens. Car quoiqu’elle simplifie les signes, & qu’elle diminue le nombre apparent des accords, on n’exprime point encore par elle la véritable harmonie fondamentale. Les signes y sont aussi trop dépendans les uns des autres ; si l’on vient à s’égarer ou à se distraire un instant, à prendre un doigt pour un autre, les points ne signifient plus rien ; plus de moyen de se remettre jusqu’à un nouvel accord parfait. Inconvénient que n’ont pas les chiffres actuellement en usage. Mais il ne faut pas croire que parmi tant de raisons de préférence, ce soit sur de telles objections que la méthode de M. Rameau ait été rejettée. Elle étoit nouvelle ; elle étoit proposée par un homme supérieur en génie à tous ses rivaux : voilà sa condamnation. V. Accompagnement. (S)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chiffrer »

Étymologie de chiffrer - Littré

Chiffre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de chiffrer - Wiktionnaire

 Dérivé de chiffre avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chiffrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chiffrer ʃifre play_arrow

Conjugaison du verbe « chiffrer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe chiffrer

Évolution historique de l’usage du mot « chiffrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chiffrer »

  • “La masse salariale est difficile à chiffrer précisément. Elle ne sera pas divisée de moitié comme j’ai pu le lire ou l’entendre. Elle devrait se situer entre 750.000 et 800.000 euros, contre 1,247 M€ cette saison. Et nous espérons pouvoir l’améliorer d’ici au début de la saison prochaine.” Basket Europe, Le chiffre: Un budget prévisionnel de 4,6M€ à Pau, soit une baisse de 20% | Basket Europe
  • C’est toutefois surtout en terme environnemental que ces constructions constituent un danger. Entre les espaces réservés aux boutiques, et les parkings qui permettent d’y venir en voiture, la surface couverte par un nouveau centre commercial peut se chiffrer en dizaines de milliers de mètres carrés, qui étaient bien souvent des sols naturels avant cette artificialisation. , Environnement | Convention climat : pourquoi Macron veut en finir avec les nouveaux centres commerciaux
  • Chiffrer ses emails n'est pas aussi facile que chiffrer ses messages instantanés. Contrairement à iMessage, WhatsApp et d'autres qui chiffrent par défaut et de bout en bout tous les messages, il faut configurer soi-même différentes choses pour chiffrer ses emails. MacGeneration, GPG Suite : les outils pour chiffrer ses emails sur Mac s'améliorent | MacGeneration
  • Zoom change d’avis ! Finalement, le service d’appels vidéo va chiffrer de bout en bout les visioconférences de tous les utilisateurs, y compris celles des usagers gratuits. Dès le mois de juillet 2020, l’option sera accessible à tous les internautes en version… PhonAndroid, Zoom va chiffrer de bout en bout les visioconférences gratuites
  • Si le nombre pair de douze a été fixé pour chiffrer le total des membres d'un jury d'assises, c'est pour éviter à celui-ci de commettre un impair. De Pierre Dac

Traductions du mot « chiffrer »

Langue Traduction
Portugais cifrar
Allemand beziffern
Italien cifrare
Espagnol cifrar
Anglais encrypt
Source : Google Translate API

Synonymes de « chiffrer »

Source : synonymes de chiffrer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chiffrer »


Mots similaires