La langue française

Chiffre

Sommaire

  • Définitions du mot chiffre
  • Étymologie de « chiffre »
  • Phonétique de « chiffre »
  • Citations contenant le mot « chiffre »
  • Traductions du mot « chiffre »
  • Synonymes de « chiffre »
  • Antonymes de « chiffre »

Définitions du mot « chiffre »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHIFFRE, subst. masc.

Signe graphique servant à marquer, à représenter une chose à l'intention d'un lecteur.
I.− [Sans idée de secret]
A.− [Ce qui est marqué est un nombre]
1. [Le chiffre est en réf. simple avec un nombre donné] Caractère servant à représenter un nombre. Chiffres arabes, romains; colonne de chiffres; aligner des chiffres. Il inscrivait des comptes en chiffres démotiques à l'aide d'un roseau (T. Gautier, Le Roman de la momie,1858, p. 263).Des années dont il faudrait des millions de chiffres pour écrire le nombre (H. Poincaré, La Valeur de la sc.,1905, p. 183):
1. Les jours insignifiants sont comme les zéros, qui ne sont rien par eux-mêmes, mais prennent leur valeur du chiffre qui les précède. Karr, Sous les tilleuls,1832, p. 107.
P. ext. Nombre représenté par le ou les chiffres :
2. Le chiffre treize lui portait malheur! À treize ans elle avait fait une chute, son père était mort un treize février, − le petit garçon mourait à treize mois! Queffélec, Un Recteur de l'île de Sein,1944, p. 120.
2. Vieilli. [Le chiffre indique un numéro dans une série] Citer vingt fois le chiffre d'une page (Lamartine, Les Confidences,1849, p. 123):
3. Je vous envoie une intercalation, la pièce Tu peux comme il te plaît me faire jeune ou vieux, qui entre dans le livre II sous le numéro VIII et rejette au chiffre IX la pièce En écoutant les oiseaux. Modifier les chiffres d'ordre suivants en conséquence. Hugo, Correspondance,1855, p. 211.
P. ext., littér. Signe assignant une place dans un ensemble :
4. [L'âne :] L'homme est un numéro dans l'infini [pour certains politiques] (...) Vain, fuyant, coudoyé par d'autres chiffres vagues (...) Hugo, L'Âne,1880, p. 331.
3. [Le nombre indique l'aboutissement, le résultat d'un calcul]
a) Chiffre correspondant à un nombre représentant une somme, un total. Chiffre des dépenses, d'une fortune, de la population; atteindre, dépasser un chiffre. Diminuer le chiffre du déficit (Balzac, Eugénie Grandet,1834, p. 181):
5. Vous savez que le froid au sortir du bal tue chaque année, à Paris, onze cents jeunes femmes. J'ai vu le chiffre officiel. Stendhal, Souvenirs d'égotisme,1832, p. 115.
b) P. méton. Somme, total. Le nombre des maladies épouvante encore plus que le chiffre des étoiles (E. et J. de Goncourt, Journal,1866, p. 270).Un petit trésor, de l'or et des billets de banque, dont il ne connaissait jamais le chiffre exact (Zola, Le Docteur Pascal,1893, p. 44).
Spéc. [En parlant d'une somme d'argent] :
6. La religion du nombre − du nombre des spectateurs et du chiffre des recettes − dominait la pensée artistique de cette démocratie mercantilisée. R. Rolland, Jean-Christophe,La Foire sur la place, 1908, p. 723.
En chiffres ronds. En arrondissant la somme (au nombre supérieur ou inférieur). L'intérêt (...) s'élève maintant à 498 francs. Nous mettrons 490 en chiffres ronds (G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Désert de Bièvres, 1937, p. 80).
[Dans un tour exclamatif] Somme importante. Dame, trente-cinq millions, c'est un chiffre (Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 880).
COMM. Chiffre d'affaires. Montant des ventes, des prestations de services, etc., effectuées par une entreprise pendant un exercice. Impôt, taxe sur le chiffre d'affaires (cf. affaire, ex. 29).
4. P. méton. Calcul aboutissant à la somme en question; p. ext., opération de comptabilité.
a) Au sing. coll., vieilli. Se condamner aux travaux du chiffre, où le calcul « tuera » l'illusion (Vigny, Chatterton,1835, p. 236).
Loc. (C'est) un zéro* en chiffre.
[En constr. d'appos.] Homme(-)chiffre. Comptable; p. ext., homme d'affaires ne connaissant que l'aspect comptable d'une entreprise :
7. Gundermann, plein du mépris de la passion, exagérait encore son flegme de joueur mathématique, d'une obstination froide d'homme chiffre, vendant toujours malgré la hausse continue. Zola, L'Argent,1891, p. 286.
8. Cocon est l'homme-chiffre. Il a l'amour, l'avarice de la documentation précise. À propos de tout, il fouine pour trouver des statistiques qu'il amasse avec une patience d'insecte, et sert à qui veut l'entendre. Barbusse, Le Feu,1916, p. 25.
b) Au plur. L'esprit de chiffres et d'administration (Fromentin, Dominique,1863, p. 19).Le méridional, apte à faire des chefs-d'œuvre et des lois, ne l'est pas aux chiffres (J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 104).
B.− [Le chiffre est un signe ou un ensemble de signes plus ou moins conventionnels; ce qui est représenté n'est pas un nombre] .
1. MUSIQUE.
a) Caractères (lettres ou chiffres) servant parfois à représenter les notes.
b) Les mêmes caractères, placés au-dessus ou au-dessous des notes de la basse pour en indiquer les accords (cf. basse1A 1).
2. [L'idée de secret peut s'ajouter à celle d'ensemble conventionnel] Combinaison artistique des lettres initiales d'un ou de plusieurs noms ou prénoms pour marquer des objets personnels (linge, sac à main, vaisselle, etc.). Cf. monogramme.Un superbe sac de cuir du Levant, marqué d'un chiffre illisiblement entortillé, surmonté d'une couronne de baron (Gyp, O province,1890, p. 131).
P. ext. Combinaison conventionnelle de signes graphiques servant à marquer un objet personnel :
9. ... chacune des pièces d'argenterie de cette vaisselle plate était marquée d'un chiffre différent, où la même lettre était alternativement combinée avec toutes celles de l'alphabet. Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 3, 1813, p. 210.
P. métaph. :
10. La fleur capucine remplaçant le lierre religieux, brode de ses chiffres de pourpre les murs sacrés [des couvents]. Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, 1803, p. 145.
II.− [Avec une idée de secret]
A.− [P. oppos. à l'écriture ou au langage en clair]
1. Gén. au plur. Caractères d'écriture (lettres ou chiffres) représentant par convention secrète les lettres ou les groupes de lettres des mots d'une langue. Dom Gervaise écrivait en chiffres à une religieuse qu'il avait aimée (Chateaubriand, Vie de Rancé,1844, p. 249).Lettre écrite en chiffres (E. de Goncourt, La Faustin,1882, p. 328).
P. méton., au sing. L'écriture secrète ainsi constituée. Une écriture à rebours (...) chiffre dont tous les secrets n'ont pas été pénétrés encore (T. Gautier, Guide de l'amateur au Musée du Louvre,1872, p. 201).
2. En partic., gén. au sing. Code, ensemble des règles de transposition permettant à un service officiel d'écrire en un langage secret ou de le comprendre. Cf. code, clef.Des dépêches dont le gouvernement avait le chiffre (Clemenceau, La Réparation,1899, p. 528):
11. ... pour ne parler que de l'étourderie, il [Beyle] écrivit un jour (...) à M. de Broglie, ministre des affaires étrangères une lettre chiffrée et lui transmit le chiffre sous la même enveloppe. Mérimée, Portraits hist. et littér.,1870, p. 155.
P. méton. Service d'un ministère, d'une armée, etc., chargé de transcrire les messages en chiffre ou de les déchiffrer. Section, officier du chiffre :
12. Le grand quartier général comptait alors une cinquantaine d'officiers, en y comprenant tous ceux des services (chemin de fer, intendance, santé, section du chiffre, section du courrier, automobiles, commandement du quartier général). Joffre, Mémoires,t. 1, 1931, p. 239.
3. P. ext., le plus souvent au fig.
a) Langage secret quelconque; règles permettant de le pratiquer :
13. ... à partir de ce mois de novembre [1621], après une entrevue qu'eurent les deux amis [Jansénius et Saint-Cyran], ils s'entendirent pour se servir désormais d'un chiffre ou argot qu'on a peine à pénétrer, au moins dans le détail. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 296.
14. Son œuvre [de Pepys] est une sorte de journal de bord du Londres de la seconde partie du dix-septième siècle, rédigé en une écriture secrète, alors très peu connue, la tachygraphie, dont le chiffre compliqué par l'emploi de langues étrangères, lui permettait de s'épancher sans crainte. Morand, Londres,1933, p. 21.
En partic. Règles permettant le déchiffrement d'un langage secret. Synon. clef.Le miracle est un phénomène naturel dont on n'a pas encore le chiffre, une preuve de désordre (Cocteau, La Fin du Potomak,1940, p. 158).La Bible contient pour chacun de nous un message chiffré. Le chiffre, c'est la foi qui nous le donne (Green, Journal,1940, p. 25):
15. Peut-être un seul mot qu'elle eût dit, un sourire, m'eussent fourni une clef, un chiffre inattendus, pour lire l'expression de sa figure et de sa démarche, qui seraient aussitôt devenues banales. Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 713.
b) Langage ou énoncé renvoyant à une réalité plus ou moins cachée :
16. Le stoïcien échappe à la crispation de son effort méprisant, parce qu'il se sait dans le tout. Le rapport de partie à tout est ici le chiffre d'un rapport plus subtil, qui est « le mystère ontologique » lui-même, ... Ricœur, Philos. de la volonté,1949, p. 444.
c) Symbole conventionnel. Le soufre, qui est le chiffre du feu (J. de Maistre, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, t. 1, 1821, p. 118).
B.− TECHNOL. Arrangement secret de chiffres, de lettres, permettant à celui qui l'a conçu ou y est initié d'ouvrir la porte d'un coffre-fort (cf. combinaison). Le coffre-fort dont il repoussa la porte sans brouiller le chiffre (P. Bourget, Conflits intimes,1925, p. 201).Un coffre-fort qui s'ouvre lorsque l'on a disposé les lettres de la serrure selon un certain chiffre qui sert de clé (Ruyer, Esquisse d'une philos. de la struct.,1930, p. 151).
Prononc. et Orth. : [ʃifʀ ̥]. Ds Ac. 1694-1932. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. chifre. Étymol. et Hist. 1. xiiies. chifres « zéro » (G. de Coinci, Mir., éd. V. F. Kœnig, t. 1, p. 59 [ici au sens fig. ds l'expr. très fréq. chifre en augorisme : « personne sans valeur »]) − 1599 (Ph. de Marnix, Differ. de la Relig., II, iv, 2 ds Hug.); 2. a) 1485 chiffre « signe qui sert à représenter les nombres » (Tropfke, Geschichte der Elementar-Mathematik..., Berlin, 1921-24, t. 1, p. 13 d'apr. FEW t. 19, p. 156a, s.v. ṣifr); b) 1599 fém. « calcul » (Ph. de Marnix, Differ. de la Religion, I, iii, 5 ds Hug.); 1835 plur. « mathématiques » (Ac.); c) 1832 « le nombre représenté par les chiffres » (Stendhal, Souvenirs d'égotisme, p. 115); 3. a) 1497-98 « écriture secrète » (Commynes, Mém., VIII, 16, éd. J. Calmette, t. 3, p. 221); ca 1657 « langage symbolique » (Pascal, Pensées, section X, no691 ds IGLF); b) 1741 mus. (M. Corette, Méthode de violoncelle, p. 6); 4. 1529 chyfres « lettres initiales des prénoms, du nom de quelqu'un » (G. Tory, Champfleury..., LXXIII, voal. 5 ds IGLF). Empr. à l'ar. ṣifr « vide, zéro » (Freytag t. 2, p. 503; FEW t. 19, pp. 156-158), calque du skr. śūnya « id. », par l'intermédiaire du lat. médiév. cifra « zéro » (xiies., Anon., Algor. Salem. ds Mittellat. W. s.v., 574, 12). Le zéro étant l'innovation la plus importante et la plus caractéristique du système numérique ar., le mot chiffre a fini par désigner toutes les figures de ce système, d'où 2. Le sens 3 est dû au fait que le zéro semblait doué d'un pouvoir magique. Le passage de [s] à [ʃ] s'explique difficilement; l'hyp. d'une infl. de l'ital. cifra « chiffre » (1476 « caractère secret » Masuccio ds Batt.) ou celle, insuffisamment documentée, d'une infl. du cat. xifra (Cor.) sont peu probables. L'hyp. d'une infl. du pic. en raison de l'adoption précoce du système numérique ar. par les villes industrielles du Nord (Jordan d'apr. FEW, loc. cit.) conviendrait mieux, les textes les plus anciens étant picards. Fréq. abs. littér. : 2 107. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 789, b) 3 492; xxes. : a) 3 392, b) 3 522. Bbg. Hope 1971, p. 34. − Lammens 1890, p. 262. − Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 43.

Wiktionnaire

Nom commun

chiffre \ʃifʁ\ masculin

  1. Symbole utilisé pour écrire les nombres. Par analogie avec les mots, on peut dire que les chiffres constituent l’alphabet des nombres.
    • Sur deux sièges contigus sont assis Fulk Ephrinell et miss Horatia Bluett. Ils causent en crayonnant des chiffres. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VI, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Quelques graveurs, surtout M. Marcellin-Legrand, ont cherché et ont réussi en partie à modifier l’œil des sept chiffres grands devenus pour ainsi dire les plus petits (depuis le 3 jusqu'au 9), afin de pallier leur disparate intolérable ; […]. — (A. Frey, Nouveau manuel complet de Typographie, nouvelle édition revue, corrigée & augmentée par M.E. Bouchez, Manuels-Roret, 1857, part.1, page 98)
    • Les chiffres romains sont figurés par les lettres dites latines ayant une valeur numérique. - Louis XV
    • Une croissance à deux chiffres. – Une croissance de 10% ou plus.
  2. (Familier) Tout nombre.
    • Ainsi leurs 1,800 liv. assignats n’étaient prises qu’au taux de deux cents capitaux pour un, et encore fallait-il que ce fussent des assignats de 100 liv. et au-dessous, ceux d’un chiffre supérieur ayant cessé absolument d’avoir cours depuis le 23 prairial. — (B. Ernouf, Le Moniteur universel : Le Moniteur pendant la Révolution, dans la Revue contemporaine, V.77, page 374, 1864)
    • Il s’agit ici des combattants seulement ; mais il faut ajouter à ce chiffre les servants, les ouvriers qu’il fallait avoir en grand nombre pour soutenir un siège : soit au moins le double des combattants. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Le 5 mars 1911, eut lieu le recensement qui donna à Bourg-la-Reine le chiffre de 5 072 habitants. — (Paul Lieutier, Bourg-la-Reine. Essai d'histoire locale, Paris, Librairie Letouzey et Ané, 1914, page 222)
    • L’effectif de la brigade n'avait pas varié : il s'était maintenu au chiffre de 6.000 hommes, grâce à l'apport régulier des dépôts. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.90)
    • On vient de publier la statistique de la natalité française pendant l'année dernière. Les chiffres baissent d’année en année. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l'amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • La trotteuse du chronographe sautillait sur les points phosphorescents avec une horripilante lenteur. Elle finit tout de même par s'immobiliser au-dessus du chiffre douze , […]. — (Eric Boisset, Arkandias, vol.2 : Arkandias contre-attaque, Magnard Jeunesse, 1998, chap.7)
  3. Manière secrète d’écrire par le moyen de certains caractères numériques ou de lettres dont on est convenu avec ceux à qui l’on écrit.
    • C’est, continua celui-ci, le chiffre que vous aviez en 1655, et que votre secrétaire, Juan Jujan, qui est mort, pourrait seul déchiffrer s’il revenait au monde. — (Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, 1847, Michel Lévy frères, page 391)
    • (Figuré)Voila encore une pépite du trésor maçonnique. Ce n'est pas un simple club (même si cet aspect n'a rien d'infamant), mais un immémoriel ordre initiatique, c'est-à-dire une sodalité où, dans la fraternité, l'on s'emploie à déchiffrer le « chiffre » du monde où l'on vit, hic et nunc. — (Michel Maffesoli, Le Trésor caché : Lettre ouvertes aux Francs-Maçons et à quelques autres, Éditions Léo Scheer, 2015)
    • La clef du chiffre est l’alphabet ou le vocabulaire dont on est convenu et qui sert à chiffrer les dépêches secrètes.
  4. (En particulier) (Militaire) Code secret pour la transmission des dépêches militaires.
    • […] ; la guerre sommeillait. J’étais autant adapté à cette vie qu'un adjudant-chef. Je connaissais l'ordre des rapports, le style militaire, le chiffre, et enfin toutes les parties du métier de scribe aux armées. — (Alain, Souvenirs de guerre, page 233, Hartmann, 1937)
  5. (Par extension) Service d'une armée ou d'une ambassade chargée de coder les dépêches.
    • Le chiffre est le bureau du ministère des affaires étrangères où l’on déchiffre les dépêches secrètes.
  6. Ornement composé d’une ou de plusieurs initiales de prénoms, de noms, destiné à être apposé sur un objet personnel.
    • Ma chère madame Blidot, vous prendrez celle qui vous est destinée, et qui ne peut aller à personne, ajouta-t-il, voyant qu’elle faisait le geste de refuser, parce que le chiffre de chacun est gravé sur toutes les montres. — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
    • Sur une enveloppe marquée au chiffre du cercle de la rue Royale, elle reconnut l’écriture rapide et simple de Le Ménil. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 159)
    • Ils gravèrent leur chiffre sur l’écorce des arbres.
    • Au petit jour, il écrivit le chiffre de Ninon sur l’écorce des arbres ; il l’imprima aussi sur son linge de corps, en caractères de sang, grâce à une piqûre qu’il se fit à la main avec une épine. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 129)
    • Il fumait de magnifiques cigares marqués à son chiffre et il portait les plus belles culottes d'équitation qu'on pût trouver, d'une teinte rare et suave. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. IV, Gallimard, 1937)
  7. (Musique) Se dit des signes numériques placés au-dessus ou au-dessous des notes de la basse pour indiquer les accords qu’elles doivent porter.
  8. (Zoologie) Insecte lépidoptère (papillon) de la famille des nymphalidés, dont les ailes sont de couleur orangé vif, ornementé de taches et de traits.
    • La chenille du chiffre se nourrit sur les violettes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHIFFRE. n. m.
Caractère dont on se sert pour représenter les nombres. Les nombres exprimés par un seul chiffre, par deux chiffres, etc. Une colonne de chiffres. Un chiffre bien fait, mal fait. Apprendre à connaître les chiffres. Une longue série de chiffres. Écrire une date en chiffres. Chiffres arabes, Les chiffres ordinaires. Chiffres romains, Chiffres figurés par les lettres dites latines ayant une valeur numérique. Il signifie aussi la Somme totale, le total. Le chiffre du budget est augmenté. Il a fait des dépenses qui se montent à un chiffre fort élevé. On dit, dans le même sens, Le chiffre de la population, de la mortalité. Il se dit aussi d'une Manière secrète d'écrire par le moyen de certains caractères numériques ou de lettres dont on est convenu avec ceux à qui l'on écrit. Écrire en chiffre. Faire un chiffre. Changer de chiffre. Donner un chiffre. Le commis qui a les chiffres. Avoir le secret du chiffre. Bureau de chiffre. La clef du chiffre, L'alphabet ou le vocabulaire dont on est convenu et qui sert à chiffrer les dépêches secrètes. Service du chiffre, Bureau du Ministère des Affaires étrangères où l'on déchiffre les dépêches secrètes. On dit absolument Être attaché au chiffre. Chiffre d'une serrure, Ensemble de caractères ou de nombres convenus qui permettent aux seuls initiés de manœuvrer cette serrure. Il se dit encore de l'Arrangement de deux ou de plusieurs lettres initiales de noms, entrelacées l'une dans l'autre. Faire un chiffre. Voilà un beau chiffre. Graver un chiffre sur un cachet. Faire dessiner, faire graver son chiffre. Ils gravèrent leurs chiffres sur l'écorce des arbres. En termes de Musique, il se dit des Signes numériques placés au-dessus ou au-dessous des notes de la basse pour indiquer les accords qu'elles doivent porter.

Littré (1872-1877)

CHIFFRE (chi-fr') s. m.
  • 1Caractère qui représente les nombres. Les chiffres arabes (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 0). Les chiffres romains (I, V, X, L, C, D, M).

    Familièrement et fig. C'est un zéro en chiffre, se dit d'un homme qui n'a aucune importance.

    Outre les chiffres romains, on se servait au moyen âge, dans les comptes, de chiffres particuliers, qu'on appelait chiffres financiers, et qui différaient très peu des chiffres romains.

    Anciennement, chiffre s'est dit au singulier pour désigner les chiffres en général. Apprendre le chiffre.

  • 2Le montant ou total. Le chiffre du budget s'élève de plus en plus. Le chiffre de nos dépenses augmente chaque année.
  • 3 Par extension, caractères de convention pour une correspondance secrète. La clef du chiffre, l'alphabet qui sert à écrire en chiffres ou à lire ce qui est écrit en chiffres. Les dépêches de Pomponné étaient en chiffres, et celui qui déchiffrait se trouva à l'Opéra, Saint-Simon, 71, 165. J'ai lu votre lettre, quoique le chiffre fût un peu brouillé, Bossuet, Lettr. quiét. 154. Ces légats ont un chiffre avec le pape : c'était une invention alors très peu commune, Voltaire, Mœurs, 172.
  • 4Façons de parler dont certaines personnes font usage pour s'entendre sans être comprises des autres. C'est un chiffre entre eux.

    Par analogie. Il n'y a nul chiffre à tout ceci, Sévigné, 106. Le vieux Testament est un chiffre, Pascal, Fig. 6.

  • 5Marques que les commerçants, ceux surtout qui font le détail, mettent sur des étiquettes qu'ils attachent aux marchandises pour en désigner le prix d'achat et de vente ; la valeur de ces caractères est tout à fait arbitraire et connue d'eux seuls.
  • 6Entrelacement des lettres initiales. Faire dessiner, graver son chiffre. Ces fleurs Formaient le chiffre des sœurs, La Fontaine, Tabl. Ce fer porte le chiffre et le nom du coupable, Rotrou, Vencesl. IV, 6. Dieu sait quels lacs d'amour, quels chiffres, qu'elles fleurs, Régnier, Sat. X. Je dois vaincre ; j'ai de ma belle Et les chiffres et la couleur, Béranger, Charles VII. Arbre, croissez, disais-je, où nos chiffres tracés Consacrent à l'amour nos noms entrelacés, Chaulieu, Au chev. de Bouillon, 1712.
  • 7 S. m. plur. Dans la musique, caractères numériques qu'on place au-dessus des notes de la basse pour indiquer les accords qu'elle comporte. Ainsi 5 ou 3 avec le 5 au-dessus indique l'accord de tierce et quinte, c'est-à-dire l'accord parfait majeur ; l'accord parfait mineur met un bémol à la place du 3.

HISTORIQUE

XIIIe s. Li premiere figure fait 1, la seconde fait 2, la tierce fait 3, et les autres ausi jusc'à la darraine qui est apelée cyfre… cyfre ne fait riens, mais ele fait les autres figures multeplier, Comput, f° 15. Tu es li cyffres [zéro] d'angorisme [numération], Qui ne fait fors tolir le lieu D'autre figure, Les vers du Monde.

XVe s. Et venoit de piteuses lettres en chiffre, et en grand difficulté [des assiegés de Novarre], Commines, VIII, 9. Aussi bien n'y suis fors que une ciffre donnant umbre et encombre, Chastelain, Chron. des ducs de Bourg. II, 26.

XVIe s. Il fut remis en prison pour des lettres escrittes en chiffre, qu'un gueux portoit dans un baston creux, D'Aubigné, Hist. II, 89. Les Polonois admirerent les confusions bien desmeslées, les chiffres bien formez du ballet, les musiques differentes, D'Aubigné, ib. II, 104. Ces lettres estoient en chifre double et très difficile, D'Aubigné, ib. III, 236. Avecques eulx [les Vénitiens] leur duc Serenissime, Qu'on peult juger un chiffre [zéro] en algorisme, Lequel tient lieu et de soy n'a pouvoir, Mais seulement fait les autres valoir, Marot, J. I, 80. Une chesne de perles enfilées dans de l'or, avec des chiffres du Roy, esmaillée de gris, prisée cinq cens escus, De Laborde, Émaux, p. 213. Quelques sots et glorieux Italiens se sont voulus affubler de tel honneur par-dessus nous, qu'ils semblent, par leurs escrits, nous reputer comme chiffres [zéros], Pasquier, Lettres, t. I, p. 45, dans LACURNE. La dixiesme figure [des nombres] de soy ne vault ou signifie rien ; mais elle, occupant ung ordre, fait valoir celles qui sont après elle ; et pour ce est appelée chiffre ou nulle, ou figure de nulle valeur, De Laroche, Arismetique, f° 7.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHIFFRE. - HIST.

XVIe s. Ajoutez : Le prince ne serait plus qu'un chifre [zéro] ; et le subject commanderoit au seigneur, Bodin, République, I, 8.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHIFFRE, s. m. (Arithm.) caractere dont on se sert pour désigner les nombres. Les différens peuples se sont servi de différens chiffres : on peut en voir le détail au mot Caractere. Les seuls en usage aujourd’hui, du moins dans l’Europe & dans une grande partie de la terre, sont les chiffres Arabes au nombre de dix, dont le zéro (0) fait le dixieme. Le zéro s’est appellé pendant quelque tems du nom de chiffre, cyphra ; ensorte que ce nom lui étoit particulier. Aujourd’hui on donne le nom de chiffre à tous les caracteres servant à exprimer des nombres ; & quelques auteurs refusent même le nom de chiffre au zéro, parce qu’il n’exprime point de nombre, mais sert seulement à en changer la valeur.

On doit regarder l’invention des chiffres comme une des plus utiles, & qui font le plus d’honneur à l’esprit humain. Cette invention est digne d’être mise à côté de celle des lettres de l’alphabet. Rien n’est plus admirable que d’exprimer avec un petit nombre de caracteres toutes sortes de nombres & toutes sortes de mots. Au reste on auroit pû prendre plus ou moins de dix chiffres ; & ce n’est pas précisément dans cette idée-que consiste le mérite de l’invention, quoique le nombre de dix chiffres soit assez commode (Voyez Binaire & Echelles arithmetiques) ; le mérite de l’invention consiste dans l’idée qu’on a eu de varier la valeur d’un chiffre en le mettant à différentes places ; & d’inventer un caractere zéro, qui se trouvant devant un chiffre, en augmentât la valeur d’une dixaine. Voy. Nombre, Arithmétique, Numération. On trouve dans ce dernier article la maniere de réprésenter un nombre, donné avec des chiffres, & d’exprimer ou d’énoncer un nombre représenté par des chiffres. (O)

Chiffre, c’est un caractere énigmatique composé de plusieurs lettres initiales du nom de la personne qui s’en sert. On en met sur les cachets, sur les carrosses, & sur d’autres meubles. Autrefois les marchands & commerçans qui ne pouvoient porter des armes, y substituoient des chiffres, c’est-à-dire les premieres lettres de leur nom & surnom, entrelassées dans une croix ou autre symbole ; comme on voit en plusieurs anciennes épitaphes. Voyez Devise.

Chiffre se dit encore de certains caracteres inconnus, déguisés, ou variés, dont on se sert pour écrire des lettres qui contiennent quelque secret, & qui ne peuvent être entendues que par ceux qui en ont la clé : on en a fait un art particulier, qu’on appelle Cryptographie, Polygraphie, & Stéganographie, qui paroît n’avoir été que peu connu des anciens. Le sieur Guillet de la Guilletiere, dans un livre intitulé Lacédémone ancienne & nouvelle, prétend que les anciens Lacédémoniens ont été les inventeurs de l’art d’écrire en chiffre.

Leurs scytales furent, selon lui, comme l’ébauche de cet art mystérieux : c’étoient deux rouleaux de bois d’une longueur & d’une épaisseur égale. Les éphores en gardoient un, & l’autre étoit pour le général d’armée qui marchoit contre l’ennemi.

Lorsque ces magistrats lui vouloient envoyer des ordres secrets, ils prenoient une bande de parchemin étroite & longue, qu’ils rouloient exactement autour de la scytale qu’ils s’étoient reservée ; ils écrivoiont alors dessus leur intention ; & ce qu’ils avoient écrit formoit un sens parfait & suivi, tant que la bande de parchemin étoit appliquée sur le rouleau : mais dès qu’on la développoit, l’écriture étoit tronquée & les mots sans liaison, & il n’y avoit que leur général qui pût en trouver la suite & le sens, en ajustant la bande sur la scytale ou rouleau semblable qu’il avoit.

Polybe raconte qu’Encare fit il y a environ deux mille ans, une collection de vingt manieres différentes qu’il avoit inventées, ou dont on s’étoit servi jusqu’alors pour écrire ; de maniere qu’il n’y eut que celui qui en savoit le secret, qui y pût comprendre quelque chose. Trithême, le capitaine Porta, Vigenere, & le pere Nicéron minime, ont fait des traités exprès sur les chiffres ; & depuis eux, on a encore bien perfectionné cette maniere d’écrire.

Comme l’écriture en chiffre est devenue un art, on a marqué aussi l’art de lire ou de démêler les chiffres, par le terme particulier de déchiffrer.

Le chiffre à simple clé, est celui où on se sert toûjours d’une même figure pour signifier une même lettre : ce qui se peut deviner aisément avec quelque application.

Le chiffre à double clé, est celui où on change d’alphabet à chaque mot, ou dans lequel on employe des mots sans signification.

Mais une autre maniere plus simple & indéchiffrable, est de convenir de quelque livre de pareille & même édition. Et trois chiffres font la clé. Le premier chiffre marque la page du livre que l’on a choisi ; le second chiffre en désigne la ligne ; & le troisieme, marque le mot dont on doit se servir. Cette maniere d’écrire & de lire ne peut être connue que de ceux qui savent certainement quelle est l’édition du livre dont on se sert ; d’autant plus que le même mot se trouvant en diverses pages du livre, il est presque toûjours désigné par différens chiffres : rarement le même revient-il pour signifier le même mot. Il y a outre cela les encres secretes, qui peuvent être aussi variées que les chiffres. Voyez Déchiffrer. (G) (a)

Chiffres ou Marques des Marchands, (Com.) on appelle ainsi des chiffres ou marques que les marchands, particulierement ceux qui font le détail, mettent sur de petites étiquettes de papier ou de parchemin, qu’ils attachent au chef des étoffes, toiles, dentelles, & telles autres marchandises, qui désignent le véritable prix qu’elles leur coûtent, afin de pouvoir s’y regler dans la vente. Voyez les dictionn. du Comm. & de Trév.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chiffre »

De l’arabe صفر, ṣifr, par l’intermédiaire du latin médiéval cifra (« zéro ») ayant donné chifre en ancien français.
Le mot est importé en Occident au Moyen Âge en même temps que ce concept mathématique révolutionnaire qu’est le zéro (qu’il désigne tout d’abord) ainsi qu’avec la numérotation dite « arabe » qui remplacera progressivement l’antique notation romaine à base de lettres capitales. Par métonymie, chiffre finit par désigner tous les chiffres arabes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. et portug. cifra ; ital. cifra, cifera. Le chiffre est primitivement le zéro, de l'arabe çafar, vide, à cause que le zéro est vide de toute valeur. De la signification de zéro, chiffre a passé à la signification générale de signe de numération.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chiffre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chiffre ʃifr

Citations contenant le mot « chiffre »

  • Des convives mal placés à table perdent leur valeur comme des zéros qui, rangés côte à côte, ne seraient pas précédés d'un chiffre. De Horace Raisson / Code gourmand
  • Le chiffre d’affaires des librairies est un fichu baromètre pour la société. De Denis Guedj / Le théorème du perroquet
  • Zéro : c’est un chiffre rond. De Guy-Guy Bouzoune / Quand les tilleuls mentent
  • Si le premier chiffre est faux, le compte est faux. De Proverbe peul
  • Le dernier mot dans une affaire est toujours un chiffre. De Albert Brie / Le mot du silencieux
  • L’adjectif vrai, comme le chiffre zéro, est une expression indispensable du vide. De Amélie Nothomb / Péplum
  • Le théâtre est la table de multiplication du chiffre 1. De Olivier Py / Les Mille et une définitions du théâtre
  • Quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute. De Michel Audiard / Le Pacha
  • Premier jour de ma soixante neuvième année. Un chiffre bien agréable en amour. Fichue affaire pour l'âge. De Paul Léautaud
  • La Bible contient pour chacun de nous un message chiffré. Le chiffre, c'est la foi qui nous le donne. De Julien Green / Journal
  • Les magasins de diététique voient leur chiffre d’affaires doubler à l’approche des vacances, quand une femme essaie son maillot de bain de l’année précédente. De Anonyme
  • D’un côté il y a les chiffres pairs, et de l’autre côté, les chiffres mères. De Paroles d’enfant
  • Les chiffres derrière la virgule sont pour les bureaucrates. De Jack Welch
  • Les hommes sont comme les chiffres : ils n'acquièrent de valeur que par leur position. De Napoléon Bonaparte
  • Le sondage est le jeu de mots des chiffres. De Albert Brie / Le mot du silencieux
  • “The Village », le Village de marques créé à Villefontaine et géré par La Compagnie de Phalsbourg, a enregistré un mois de décembre en fanfare, en termes de chiffres d’affaires malgré le contexte de crise inédit suite au Covid-19 qui a durement frappé le commerce en France. LE [Lyon-Entreprises], Le “Village” des marques à Villefontaine a vu son chiffre d'affaires reculer de 7,75 % en 2020 - LE [Lyon-Entreprises]
  • 60 %.... c'est l'augmentation de violences conjugales enregistrées au cours du 2e confinement. Un chiffre communiqué par le gouvernement qui démontre la détresse sociale dans laquelle ont sombré nombre de couples avec des confinements à répétition. Situation sociale, chômage, repli sur soi, enfermement ont révélé ces derniers mois des situations familiales trés complexes avec son lot de violences. Un chiffre qui vient s'ajouter aux 40  % d'augmentation relevée déjà au cours du premier confinement.  Info Chalon, Chalon-sur-Saône | 60... Le chiffre qui fait froid dans le dos Info Chalon l'actualité de Info Chalon
  • La vérification de matériel matinale avait une saveur particulière, ce vendredi 8 janvier, à la caserne de Lézignan-Corbières, dans l'Aude. L'adjudant Depeyre, pompière professionnelle, était accompagnée de huit collègues féminines. Un chiffre inhabituel, même dans cette caserne, où elles représentent un tiers des effectifs. France 3 Occitanie, Aude : 24 % des sapeurs-pompiers sont des femmes, un chiffre bien supérieur à la moyenne nationale
  • Le gouvernement passe la vitesse supérieure pour sa campagne vaccinale. Le 7 janvier au soir, Jean Castex, le Premier ministre, et Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, ont présenté plusieurs chiffres pour appuyer cette tendance. usinenouvelle.com/, [Covid-19] L’accélération de la campagne vaccinale en France en chiffres - L'Usine Santé

Traductions du mot « chiffre »

Langue Traduction
Anglais figure
Espagnol figura
Italien figura
Allemand zahl
Chinois 数字
Arabe رقم
Portugais figura
Russe фигура
Japonais
Basque irudia
Corse figura
Source : Google Translate API

Synonymes de « chiffre »

Source : synonymes de chiffre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chiffre »

Partager