La langue française

Chausser

Sommaire

  • Définitions du mot chausser
  • Étymologie de « chausser »
  • Phonétique de « chausser »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chausser »
  • Citations contenant le mot « chausser »
  • Traductions du mot « chausser »
  • Synonymes de « chausser »
  • Antonymes de « chausser »

Définitions du mot chausser

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAUSSER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− [L'obj. désigne la chose que l'on adapte, que l'on met]
1. [Toute espèce de chaussures ou de bas] Mettre à ses pieds. Il enfila une veste de chasse sur son chandail et chaussa des souliers de marche (Camus, L'Exil et le royaume,1957, p. 1620):
1. Il [Walter] sauta d'un bond sur le tapis, chaussa ses pantoufles et, (...) il se précipita à son tour vers l'appartement de sa fille. Maupassant, Bel-Ami,1885, p. 376.
Expr. Chausser (prendre) des bottes* de sept lieues; chausser le brodequin*, le cothurne*.
Au fig. Chausser (les bottes, les pantoufles) de qqn. Jouer le rôle de, se mettre à la place de :
2. Amant paisible d'un bas-bleu, il chaussa assez gauchement les bottes d'Antony. « J'ai été tout près de la tuer, raconte-t-il vingt ans après ». A. France, La Vie littéraire,t. 3, 1891, p. 304.
[Avec un obj. interne indiquant la pointure] Chausser du 49. Porter des chaussures de cette pointure. Je sais maintenant qu'elle [sa mère] chausse du 32 (P. Léautaud, Le Petit ami,1903, p. 149).
2. [Autre chose que des chaussures]
a) Arch., fig. Aider à chausser les bas violets. Faire accéder quelqu'un à la dignité épiscopale :
3. − C'est un excellent prêtre (...) Mais le général demanda brusquement : − Eh bien! que puis-je faire pour lui? − L'aider à chausser les bas violets qu'il a bien mérités, (...) Sa candidature à l'évêché vacant de Tourcoing est posée. A. France, L'Orme du mail,1897, p. 188.
b) Usuel. Engager son pied dans un système de fixation. Chausser des étriers, des skis :
4. ... je mis mon manteau, j'en relevai le collet, je chaussai mes étriers, et j'allai tranquillement au grand pas de ma jument... Mérimée, Dernières nouvelles,1870, p. 72.
5. Ces messieurs et dames circulent sous l'aspect moyenâgeux des uniformes sportifs. Ils chaussent les skis, grimpent les pentes et se cassent glorieusement les jambes. Cocteau, La Difficulté d'être,1947, p. 7.
Expr., vx. Chausser les éperons à qqn. Lui conférer le titre de chevalier :
6. ... des éperons d'or que les Yseult, les Genièvre, les Oriane, chaussèrent jadis à de vaillants chevaliers. Chateaubriand, Les Aventures du dernier Abencerage,1826, p. 202.
c) Ajuster sur une partie du corps. Chausser ses lunettes. Et jamais le pantalon n'a chaussé entrejambe d'une si haute distinction (A. Arnoux, Paris-sur-Seine,1939, p. 56):
7. ... Camille (...) un béret de tricot accroché miraculeusement sur l'occiput, chaussait avec rage ses mains nues de gants à entonnoirs... Colette, La Chatte,1933, p. 117.
Arg. Chaussez vos bésicles. Regardez bien (Esn. 1966).
3. P. métaph. [L'obj. désigne une abstraction] Concevoir :
8. Passons outre, et ne donnons pas à notre esprit le temps de chausser une plaisanterie. Balzac, Œuvres diverses,t. 1, 1850, p. 197.
9. Du moment que la dame du photographe a chaussé l'idée qu'elle a des étouffements si elle ne sort pas, ça suffit pour qu'on la trouve un jour étouffée dans l'escalier. Colette, Gigi,1944, p. 143.
B.− P. méton. [L'obj. désigne la pers. ou la chose à quoi qqc. est adapté, mis]
1. [L'obj. désigne une pers. ou une partie du corps humain]
a) [Le suj. désigne une pers.] Mettre une chaussure à. Chausser un enfant, chausser un joli pied :
10. Les femmes accusent une jolie coquetterie, chaussent leurs pieds d'« escarpins » ou de « cothurnes » à la romaine, sans talon. G. Villard, Hist. abr. du cost.,1956, p. 82.
Rem. Éventuellement construction prép. (de, avec).
Fournir en chaussure. Ce bottier chausse toute la famille, absol., ce bottier chausse bien :
11. L'année 1915 vit l'extension progressive de cette activité. Haverkamp continua de chausser les armées de la République. Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 170.
b) [Le suj. désigne une chose]
[En parlant de chaussure] S'adapter (bien ou mal) au pied. Ce soulier me chausse bien, absol., ce soulier chausse avantageusement :
12. Voilà huit jours que je mets, toutes les après-dînées, mes bottines du dimanche, pour aller chez lui, celles qui me chaussent bien, mais qui me font mal aux pieds. Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 153.
Fam. Cela me chausse (cf. botter). Cela me convient :
13. ... cent mille à Minoret, cent mille à la petite, et à chacun de nous trois cents : voilà ce qui serait juste. − Ah! cela nous chausserait proprement. Balzac, Ursule Mirouët,1841, p. 41.
2. [L'obj. désigne un animal de trait] Garnir de fer ses sabots :
14. Ce défilé retentissant (...) de grands chevaux chaussés de fer fit rendre au pavé sonore un bruit de métal... Fromentin, Dominique,1863, p. 132.
P. anal. et fam. Garnir de pneumatiques les roues d'un véhicule :
15. Il est donc logique de compter d'abord sur les locomotives qui emploient du charbon plutôt que sur les rares camions disponibles que l'on ne peut ni alimenter ni chausser. C. Pineau, La S.N.C.F. et les transp. fr.,1950, p. 17.
3. [L'obj. désigne des végétaux] Butter, entourer de terre le pied (d'un arbre, d'une plante) :
16. La machine à traction pour planter la vigne (...) comprend (...) un butteur réglable qui ouvre un sillon (...) des butteurs (...) qui chaussent les plants après leur plantation. R. Brunet, Le Matériel viticole,1909, p. 86.
II.− Emploi pronom.
A.− [Sens réfl.] Mettre des chaussures à ses pieds.
Rem. 1. Éventuellement constr. prép. (de, avec, en). Elle [madame Moreau] s'était donc chaussée en brodequins de peau bronzée et en bas de fil d'Écosse (Balzac, Un Début dans la vie, 1842, p. 398). 2. On rencontre ds la docum. l'adj. chausseté, ée. Enveloppé dans des chaussures fines semblables à des chaussons. Il dîne en chemise de soie rouge, sans cravate, les pieds assez mal chaussetés dans des petits bouts de babouches (Renard, Journal, 1898, p. 485).
B.− [Sens passif] Se chausser de, également, être chaussé de.Être fortement attaché à. Être chaussé d'une idée (DG).
Prononc. : [ʃose], (je) chausse [ʃo:s]. Enq. : / ʃos, D / (il) chausse. Ds Ac. 1694-1932. Homon. chaussée. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 calcer « mettre, passer à ses pieds (des chausses, des éperons) » (Roland, éd. J. Bédier, 3863); 1155 chaucier (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 9275); 1174-87 pronom. (Chr. de Troie, Graal, éd. W. Foerster, 1427); p. ext. 1552 chausser ses lunettes (Rabelais, Quart Livre, prologue, éd. Marty-Laveaux, II, 253); b) avec un régime indirect ca 1100 ici p. ext. « mettre, ajuster sur une partie du corps » (Roland, éd. J. Bédier, 2678); 2. avec un régime direct désignant une pers., 1155, ici p. ext. « vêtir, habiller » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 14015); 3. 1225-30 « aller bien ou mal, en parlant d'une chaussure » (G. de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 2139); 4. 1611 « fournir (qqn) de chaussures » (Cotgr.); 5. fig. 1566 « mettre dans son esprit » (C.D.K.P., trad. de Gelle, Discours fantastiques de Justin Tonnelier, Disc. III, p. 94 ds Hug. : L'opinion fausse et perverse qu'ils ont chaussée); 1690 chausser la cothurne (Fur.); 6. 1690 hortic. (Fur.); 7. 1732 mus. (Trév. : Chausser les voix à leur point). Du lat. calceare « mettre des chaussures » attesté (sous la forme du part. passé) dep. Varron ds TLL s.v., 131, 53. Fréq. abs. littér. : 200.
DÉR.
Chausseur, subst. masc.Fabricant ou marchand de chaussures (cf. bottier). Les superbes magasins ou le chausseur de high-life étale ses chefs-d'œuvre de cordonnerie féminine (J. Richepin, Le Pavé,1883, p. 121). [ʃosœ:ʀ]. 1reattest. 1883 id.; de chausser, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Gall. 1955, p. 51, 352. (s.v. chausseur).Gottsch. Redens. 1930, p. 78, 198, 209, 309. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 104. − Sain. Lang. par. 1920, p. 199.

Wiktionnaire

Verbe

chausser \ʃo.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se chausser)

  1. Mettre des bas, des chaussettes, des souliers, etc.
    • Lui-même chaussa en un tournemain ses vieux croquenots mal cirés, avachis et trop grands, puis enfila son pantalon qui lui pendait disgracieusement par derrière. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Chausser ses bas. Chausser ses souliers.
    • (Par analogie)Il chausse des lunettes noires et arpente la digue avec une perruque blonde bouclée, pastiche du toupet de Léopold Ier ? du postiche de Léopold II ? des crolles de Léopold III ? à moins qu'il ne renoue avec les déguisements de son enfance. — (Patrick Roegiers, La spectaculaire histoire des rois des Belges, Tempus/Place des éditeurs, 2017)
  2. Mettre une chaussure à quelqu’un, des bas, des chaussettes à quelqu'un, etc. — Note : Avec un nom de personne pour complément.
    • Il faut chausser cet enfant. Faites-vous chausser par votre domestique. Il ne sait donc pas encore se chausser. Chausser de bas sa maîtresse.
  3. Fournir quelqu’un de chaussures.
    • Ce cordonnier chausse un tel, chausse toute la famille. (Absolument) Ce cordonnier chausse bien.
  4. (Par extension) Bien aller sur la jambe, sur le pied.
    • Ces bottines vous chaussent bien.
  5. (Par extension) (Hippologie) Ferrer, en parlant du cheval.
    • Si ce sont des chevaux de distinction, ayant une certaine dose de sang anglais, on les chausse avec de vieux fers à l’anglaise à leur passage à Nîmes ou tout autre ville, et on les dit originaires d’outre-Manche. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
  6. (Par analogie) (Agriculture) Entourer de terre le pied d’un arbre, d’une plante pour les soutenir et favoriser leur accroissement.
    • Chausser un arbre, une plante.
  7. (Intransitif) Porter des chaussures d'une taille donnée, avoir le pied à cette taille.
    • Chausser du 45.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHAUSSER. v. tr.
Mettre des bas, des souliers, etc. Chausser ses bas. Chausser ses souliers. On dit de même Chausser des bas, des souliers à quelqu'un. Chausser le cothurne. Voyez COTHURNE. Par analogie, en termes de Manège, Chausser les étriers, Enfoncer ses pieds dans les étriers. Chausser les éperons à quelqu'un signifiait autrefois Lui mettre les éperons en le faisant chevalier. Avec un nom de personne pour complément, il signifie Mettre une chaussure à quelqu'un. Il faut chausser cet enfant. Faites-vous chausser par votre domestique. Il ne sait donc pas encore se chausser. Il signifie encore Fournir quelqu'un de chaussures. Ce cordonnier chausse un tel, chausse toute la famille. Absolument, Ce cordonnier chausse bien, et, par extension, Ce bas, ce soulier chausse bien, Il va bien sur la jambe, sur le pied. Ces bottines vous chaussent bien. Cette personne n'est pas aisée à chausser, Il est difficile de lui faire des chaussures qui lui aillent bien. Prov. et fig., Les cordonniers sont les plus mal chaussés, On néglige ordinairement les avantages qu'on est le plus à portée de se procurer par son état, par sa position, etc. Fig. et fam., Se chausser une opinion dans la tête, ou Se chausser d'une opinion, d'une idée, S'entêter d'une opinion, d'une idée. Il se prend toujours en mauvaise part. Par analogie, en termes d'Agriculture, Chausser un arbre, une plante, Entourer de terre le pied d'un arbre, d'une plante pour les soutenir et favoriser leur accroissement. On dit aussi ENCHAUSSER.

Littré (1872-1877)

CHAUSSER (chô-sé) v. a.
  • 1Mettre ses bas, sa chaussure. Chausser ses souliers, ses bottes.

    Fig. Chausser le cothurne, composer une tragédie, s'exercer dans les rôles de la tragédie ; et par extension, enfler son style. Mais quoi ! je chausse ici le cothurne tragique ; Reprenons au plus tôt le brodequin comique, Boileau, Sat. X.

    Chausser le brodequin, composer des comédies ; s'essayer dans les rôles de la comédie.

    Terme de manége. Chausser les étriers, y enfoncer les pieds trop avant.

  • 2Chausser quelqu'un, lui mettre ses bas, sa chaussure.

    On dit aussi chausser à quelqu'un ses souliers.

    Chausser les éperons à quelqu'un, lui mettre les éperons en le recevant chevalier. L'officiant me chaussa les éperons en me donnant accolade, Chateaubriand, Itinéraire, III, 39. Des éperons d'or que les Yseult, les Genievre, les Oriane chaussèrent jadis à de vaillants chevaliers, Chateaubriand, Dern. des Abenc. 152.

    Fig. et familièrement. Chausser de près les éperons à quelqu'un, poursuivre de près quelqu'un qui s'enfuit.

    Terme de vétérinaire. Chausser une vache, envelopper le paturon d'une vache fatiguée.

    Terme de fauconnerie. Chausser la grande serre d'un oiseau, entourer l'ongle du gros doigt de l'oiseau avec un morceau de peau qui lui sert d'entrave.

  • 3Faire la chaussure, en parlant du cordonnier. Ce cordonnier me chausse depuis bien des années.

    Absolument. Ce cordonnier chausse bien.

    Fig. N'être pas aisé à chausser, se dit d'une personne qu'il est difficile de persuader, de contenter. Esprits ruraux volontiers sont jaloux, Et sur ce point à chausser difficiles, La Fontaine, Fér.

  • 4Chausser bien, chausser mal, aller bien, aller mal, en parlant de la chaussure. Ce bas, ce soulier me chausse bien, ou, absolument, chausse bien.

    Populairement. Cela me chausse, cela m'arrange, me convient.

  • 5 Fig. et familièrement. Chausser sa tête, se mettre une idée dans la tête. J'aurai chaussé ma tête et l'on me contraindra ! Ah ! vous verrez comme on réussira, Regnard, Folies amour. Prol.

    On dit aussi dans le même sens se chausser la tête.

    Chausser une idée, s'en infatuer. Se chausser une opinion dans la tête.

  • 6 Terme d'agriculture. Chausser un arbre, une plante, entourer de terre le pied pour favoriser l'accroissement.
  • 7V. n. s'emploie seulement dans ces phrases : chausser à six points, à sept points, à tant de points, porter des souliers de telle ou telle longueur.

    Fig. Chausser à même point, être de même humeur. On a dit aussi dans le même sens se chausser. Toutes, au fait d'amour, se chaussent en un point, Régnier, Sat. XII.

    Activement, en termes de musique, chausser les voix à leur point, proportionner l'étendue des chants, tant au grave qu'à l'aigu, à l'étendue des voix qui doivent les chanter.

  • 8Se chausser, v. réfl. Mettre ses bas, sa chaussure. Il ne peut plus se chausser lui-même.

    Fig. Se chausser d'une opinion, s'en infatuer.

HISTORIQUE

XIe s. Au destre poing si lui faites chalcer [le gant], Ch. de Rol. CLXXXIX. Lur esperons [ils] ont en leur piez calcez, ib. CCLXXXII.

XIIe s. Et [il] li caucha son premier esperon, Ronc. p. 29.

XIIIe s. Et Marchufles chauca erramment les hueses vermeilles, par l'aïe et par l'enortement des autres Grieus [Grecs], Villehardouin, XCVII. [Berte avoit] La povre gent souvent chaucie et revestue, Berte, CII. Dux Naymes lor ala les esperons chaucier, ib. CXXIX. Li rois estoit li plus larges [généreux] chevaliers qui onques cauçast esperon, Chron. de Rains, p. 56. Chauciés refu par grant mestrise D'uns solers decopés à las, la Rose, 830. De mon lit tantost me levai, Chaussai moi et mes mains lavai, ib. 90. C'est un hons qui en biaus ostiez [hôtel] Mainstenir moult se delitoit ; Cis se chauçoit bien et vestoit, ib. 1120. Si comme s'il sunt trové vestant ou cauchant du lit où il estoient coucié, Beaumanoir, XXX, 103. Je laisse huit vins livres parisis pour vestir et chaucier les povres de ma terre, Du Cange, calceus.

XVe s. Et chaussant son espée [la mettant à la main], et la levant contre mont pour ferir et donner un coup, Froissart, liv. IV, p. 154, dans LACURNE. Je m'en vais chausser mes souliers, Louis XI, Nouv. CXIII.

XVIe s. Pompeius ne sceut vaincre : et Cesar luy chaussa bien aultrement les esperons quand ce feut à son tour, Montaigne, I, 351. Considerant le pauvre mendiant à ma porte, souvent plus enjoué et plus sain que moy, je me plante à sa place, j'essaye de chausser mon ame à son biais, Montaigne, I, 281. En la jeunesse mesme, il m'est advenu de chausser ainsin un teinct et un port trouble et de mauvais prognostique, sans grand accident, Montaigne, IV, 280. Quand nous voyons un homme mal chaussé, nous disons que ce n'est pas merveille s'il est chaussetier ; de mesme il semble que nous voyons souvent un medecin plus mal medeciné, un theologien moins reformé, et coustumierement un sçavant moins suffisant qu'un autre, Montaigne, dans LACURNE. Voiant que l'empereur avoit chaussé cette opinion, D'Aubigné, Hist. I, 341. Quand on chausse des gants estroits, Paré, IV, 29. … En remparant les murailles avec de fine argile pestrie, dont elles seront chaussées et revestues autant hautement que…, De Serres, 776. Chausser ses lunettes [regarder avec attention], Oudin Ne vous moquez pas de mal chaussés, Oudin Monsieur [dit le connétable de Bourbon], vous me chaussez les esperons de bien près. - Monseigneur [lui répondit Warthy], vous les avez meilleurs que je ne croyois, Mignet, Le connétable de Bourbon, Revue des Deux-Mondes, 1860, t. XXV, p. 901.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHAUSSER. - HIST.

XVIe s. Ajoutez : Estant né dans une autre ville… les manieres de ce pays ne me chaussent [conviennent] pas trop, Lettre de Lionne, 23 mars 1541, à l'Arétin, dans J. DUMESNIL, Hist. des amateurs ital. p. 259.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHAUSSER, v. act. (Cordonn.) c’est fournir quelqu’un de chaussure. Voyez les artic. Soulier, Mule, Pantoufle. En ce sens il se dit de l’ouvrier ; mais il s’applique aussi à l’ouvrage : cette mule vous chausse bien. Il se dit aussi de l’action de mettre sa chaussure : vous êtes long à vous chausser.

Chausser les étriers, en termes de Manege, c’est enfoncer son pié dedans jusqu’à ce que le bas des étriers touche au talon. Cette façon d’avoir ses étriers a très-mauvaise grace au manege ; il faut les avoir au bout du pié.

Se chausser, est la même chose à l’égard du cheval, que se botter. Voyez se botter.

Chausser, (Jardin.) se dit de la partie de la culture des arbres qui consiste à en bêcher le pié, & à le fournir d’amendement.

Chausser, terme de Fauconnerie ; chausser la grande serre de l’oiseau, c’est entraver l’ongle du gros doigt d’un petit morceau de peau.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chausser »

Du latin calceare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, caucher ; provenç. caussar ; catal. calsar ; espagn. calzar ; portug. calçar ; ital. calzare ; du latin calceare, de calceus, soulier (voy. CHAUSSES).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chausser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chausser ʃose

Évolution historique de l’usage du mot « chausser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chausser »

  • Chose étrange de voir comme avec passion Un chacun est chaussé de son opinion ! Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, L'École des femmes, I, 1, Arnolphe
  • S'habiller à sa taille, et se chausser à son pied : voilà la sagesse. De Horace
  • Pour développer son idée novatrice, il a créé la société Finclip avec Alberto Villa, responsable d’un studio italien de design et ingénierie avec une longue expérience dans la conception. Le concept ? Un dispositif innovant spécialement conçu pour chausser ses palmes réglables de la même manière que des skis : sans se baisser, ni même utiliser ses mains. Sport24, Finclip : le dispositif pour chausser rapidement ses palmes de plongée sous-marine - L'entreprise sportive de la semaine
  • Après plus de trois mois sans chausser les crampons à cause de la crise sanitaire, les footballeurs du DFCO ont retrouvé les terrains ce jeudi 25 juin pour lancer la nouvelle saison. Pour sa 6e année en élite, le club veut passer un cap. France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Dijon : le DFCO a repris l'entraînement avec ambition !
  • En fin de segment, plusieurs pilotes hors du top 10 font le choix de passer par la voie des stands pour chausser des gommes neuves et faire le plein de carburant. Jimmie Johnson, Denny Hamlin, Bubba Wallace ou encore Matt Kenseth font partie de ceux qui tentent cette stratégie. US RACING, Kurt Busch remporte le premier segment - US RACING

Traductions du mot « chausser »

Langue Traduction
Anglais put on
Espagnol calzar
Italien calzare
Allemand die schuhe anziehen
Portugais calçar
Source : Google Translate API

Synonymes de « chausser »

Source : synonymes de chausser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chausser »

Partager