La langue française

Chausse

Définitions du mot « chausse »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAUSSE, subst. fém.

A.− [En tant que pièce d'ornement]
1. [Appliqué à un habit]
a) Vx. Bande d'étoffe que les membres de l'Université portent sur l'épaule gauche par-dessus la robe, dans les cérémonies publiques. Synon. épitoge.
b) Chausse de colback. Ornement de drap pendant sur le côté de la partie supérieure du colback.
2. HÉRALD. Chevron renversé, plein, massif, dont la pointe touche celle de l'écu.
B.− [En tant qu'obj. utilitaire]
1. PÊCHE. Goulet en forme d'entonnoir de certains filets :
1. [Il faut] que le vent grand largue appuyant le bateau Traîne bien au tréfond la chausse et le rateau. (...) Que la chausse se gave à crever le chalut! J. Richepin, La Mer,1886, p. 168.
2. TECHNOLOGIE
a) Chausse à filtrer, chausse d'Hippocrate. Entonnoir de tissu servant à filtrer les liquides épais :
2. Les trub-sacs sont des chausses en toile suspendues au-dessus d'une rigole et dans lesquelles on laisse s'égoutter les dépôts du moût. E. Boullanger, Malterie, brasserie,1934, p. 361.
3. ... mettez le tout à bouillir ensemble en bouillon pour l'écumer, passez-le par la chausse à hypocras, et clarifiez-le. M. Caron, S. Hutin, Les Alchimistes,1959, p. 168.
b) Tuyau de plomb ou de poterie qui s'adapte sous la cuvette des W.-C. Synon. plus cour. botte.
Prononc. et Orth. : [ʃo:s]. Ds Ac. 1694-1878. Étymol. et Hist. Cf. chausses. Fréq. abs. littér. : 3. Bbg. Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 164, 190.

Wiktionnaire

Nom commun

chausse \ʃos\ féminin

  1. (Rare) Sorte de bas constitué d’un tube de tissu ou de tricot qui monte jusqu’en haut des cuisses (répandu au Moyen Âge). → voir chausses
    • Au fur et à mesure que nous approchions de Narbonne ce vent du sud devint gras et mouillé. Les rênes collaient, les chausses péguaient, le visage et le torse étaient humides. C'était le vent de la mer. — (Françis Pornon, Les Dames et les aventures du troubadour Raimon de Miraval, TDO Editions, 2016, chap. 29)
  2. Pièce de soie et de fourrure portée par les universitaires et les juges lors des cérémonies officielles.
    • Et tous ces faux témoins, dans votre cabinet et à la barre, témoins qui sont venus mentir effrontément ? Quelle honte ! Vous aviez peur, Monsieur le Juge, d'y perdre vos chausses ? Votre chausse ? — (Julien Sarrazin, Chausse-trappes, chez Edilivre, 2015, page 391)
  3. (Pharmacie) Filtre conique en feutre ou en tissu épais.
    • […], des hommes au bonnet pelucheux, en forme de chausse à filtrer, qui taillent et rabotent des statues de rois. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • La chausse sert à filtrer les liqueurs , c’est-à-dire à en séparer les molécules très fines et solides qui en troublent la transparence ou la diaphanéité. ( V- Filtre.) — (Louis-Benjamin Francœur, ‎François Étienne Molard, ‎Louis Sébastien Lenormand, Dictionnaire technologique, 1824)

Forme de verbe

chausse \ʃos\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de chausser.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de chausser.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de chausser.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de chausser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de chausser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHAUSSER. v. tr.
Mettre des bas, des souliers, etc. Chausser ses bas. Chausser ses souliers. On dit de même Chausser des bas, des souliers à quelqu'un. Chausser le cothurne. Voyez COTHURNE. Par analogie, en termes de Manège, Chausser les étriers, Enfoncer ses pieds dans les étriers. Chausser les éperons à quelqu'un signifiait autrefois Lui mettre les éperons en le faisant chevalier. Avec un nom de personne pour complément, il signifie Mettre une chaussure à quelqu'un. Il faut chausser cet enfant. Faites-vous chausser par votre domestique. Il ne sait donc pas encore se chausser. Il signifie encore Fournir quelqu'un de chaussures. Ce cordonnier chausse un tel, chausse toute la famille. Absolument, Ce cordonnier chausse bien, et, par extension, Ce bas, ce soulier chausse bien, Il va bien sur la jambe, sur le pied. Ces bottines vous chaussent bien. Cette personne n'est pas aisée à chausser, Il est difficile de lui faire des chaussures qui lui aillent bien. Prov. et fig., Les cordonniers sont les plus mal chaussés, On néglige ordinairement les avantages qu'on est le plus à portée de se procurer par son état, par sa position, etc. Fig. et fam., Se chausser une opinion dans la tête, ou Se chausser d'une opinion, d'une idée, S'entêter d'une opinion, d'une idée. Il se prend toujours en mauvaise part. Par analogie, en termes d'Agriculture, Chausser un arbre, une plante, Entourer de terre le pied d'un arbre, d'une plante pour les soutenir et favoriser leur accroissement. On dit aussi ENCHAUSSER.

Littré (1872-1877)

CHAUSSE (chô-s') s. f.
  • 1Sorte de sac d'étoffe de laine, de forme conique, que l'on emploie à filtrer certaines liqueurs trop denses pour passer au filtre de papier.
  • 2Chausse de l'Université, ornement de ceux qui ont quelques degrés dans l'une des facultés. C'est une pièce de drap, froncée en son milieu, garnie d'un, deux ou trois rangs d'hermine, selon le grade, qui se place sur l'épaule gauche, à découvert, par-dessus la robe, et pend sur la poitrine et sur le dos.
  • 3 Terme de blason. Espèce de chevron plein et massif, qui, étant renversé, touche de sa pointe celle de l'écu.
  • 4 Terme de costume militaire. Chausse du colback, partie supérieure du colback, formée d'un morceau de drap qui pend sur le côté.
  • 5Chausse d'aisances, le tuyau des latrines.

HISTORIQUE

XVIe s. Il fut six sepmaines prisonnier dans un engein de bois pointu par le bas, que les questionnaires appellent chausse-d'hypocras, D'Aubigné, Hist. I, 75. Et lorsqu'on le voudra donner au patient, estant en la chausse ou canon à clystere, on y adjoustera une dragme d'huile de genievre, Paré, XV, 39. Les apothicaires usent de manche de drap faite en pointe, qu'on appelle chausse d'hippocras, Paré, ib. XXVI. 10. À l'endroit où l'isle se va estroississant en une longue chausse serrée d'un costé et d'autre de la mer, Amyot, Phocion, 18. Que la chausse de l'aisement [latrines] soit distante de dix pieds du puys du voisin, Coustumier génér. t. I, p. 281.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHAUSSE., s. f. partie de notre habillement qui couvre les jambes. Voyez Bas

Chausse, (Comm.) voyez Chapeau.

Chausse, (Péche.) espece de filet qu’on dispose au-dedans des autres, comme on l’a pratiqué au chalut, dont l’usage est d’empêcher le poisson de rétrograder & de s’échapper du filet, quand une fois il y est entré. Voyez la construction de la chausse du chalus ; elle est ingénieuse.

Chausse, (Pharmacie.) Chausse d’Hippocrate, monica Hippocratis, sac conique, ou espece de long capuchon fait d’un bon drap serré, dont les Apoticaires se servent pour filtrer ou passer certaines liqueurs, comme ratafiats, syrops, décoctions, &c. V. Filtre. Les Apoticaires se servent moins communément de la chausse que du blanchet, qu’ils lui ont substitué, & qui est réellement plus commode dans la plûpart des cas. Voyez Blanchet. Quelques auteurs Allemands ont insinué ou dit que le nom de chausse d’Hippocrate, ou plûtôt d’hyppocras, lui étoit venu de ce qu’on l’avoit employé d’abord à la clarification de l’hyppocras. Mais Blancard lui fait l’honneur de lui donner une étymologie Grecque ; il tire ce nom de ὑπὸ, sub, & κεραννυμι, misceo. (b)

Chausse d’aisance en batiment, (Architect.) est un tuyau de plomb ou de pierre percé, en rond ou quarrément, & le plus souvent de boisseaux de poterie, éloigné de trois pouces d’un mur mitoyen.

Chausse, carte & cauche, terme de Pêche, est un instrument à qui sa construction a donné nom ; c’est un filet qui a la forme d’une chausse large en s’ouvrant, mais qui va toûjours en diminuant jusqu’au bout. Les mailles qui sont assez claires à l’entrée, retrécissent aussi à mesure qu’elles avancent vers le bout du filet, qui est souvent fermé d’une corde, que l’on dénoue, pour pouvoir plus facilement retirer le poisson qui s’est pris dans ce filet. Le bas CD de l’ouverture de la chausse est chargé de plaques de plomb, pour la faire couler bas. Les côtés CA, DB ont deux à deux piés & demi de haut ; & la tête AB du filet est amarrée sur un petit sapin, pour la faire flotter, & tenir la chausse ouverte. Les côtés de la chausse sont comme ceux du coleret, & les cordages de ces côtés se rejoignent, & sont frappés sur un petit cablot EF, que l’on amarre à l’arriere du bateau F, qui entraîne cette petite dreige, qui pêche tout ce qui se trouve sur son passage.

Cet instrument est la véritable dreige des Anglois, à cette différence près, qu’au lieu de plomb ils y mettent une barre de fer. L’ordonnance ne spécifie point cet instrument dans la liste de ceux qu’elle a défendus, quoiqu’il soit aussi dangereux que la dreige. Voyez Dreige.

Il y a encore une autre sorte de chausse qu’une chaloupe porte au large, & que l’on halle ensuite à terre, au moyen du cordage que plusieurs hommes tirent à eux. Voyez aussi les art. Chalut & & nos Planches de Pêche.

La chausse ou carte des pêcheurs de l’amirauté de Dunkerque, est une espece de drague ou chalut dont les pêcheurs de cette côte se servent pour faire la pêche des petits poissons propres à servir d’appas à leurs lignes.

Quelque nécessaire que soit la carte ou chausse à ces pêcheurs, on ne peut s’empêcher d’observer que c’est aussi un instrument très-pernicieux, & que si les pêcheurs ne s’éloignent pas des côtes à la distance qui leur est enjointe pour y traîner la chausse, elle doit pendant les chaleurs nécessairement détruire le frai, & faire périr tous les petits poissons qu’elle trouve sur son passage.

Le sac de la carte est un filet en forme de chausse d’environ quatre brasses de longueur, dont les mailles qui ont à son embouchure environ dix-huit lignes, viennent insensiblement à se retrécir peu-à-peu, ensorte que vers le tiers de l’extrémité elles ont à peine neuf lignes en quarré ; & comme elle se termine fort en pointe, elle ne peut mieux être comparée qu’à la chausse des guideaux à hauts étaliers dont se servent les pêcheurs de l’embouchure de la Seine pour la pêche de l’éperlan ; le bout est clos & fermé comme un sac lié ; le filet lui-même est lacé avec de gros fils ; ainsi quand il est mouillé les mailles en paroissent encore plus étroites.

Chaque bateau pêcheur a sa carte, & ils vont ordinairement & presque toûjours deux bateaux de conserve à côté l’un de l’autre, à la distance au plus de quatre à cinq brasses, faisant leur pêche suivant l’établissement des vents ou le cours des marées. La carte est chargée de plaques de plomb par le bas du sac ; la tête en est garnie de flotes de liége pour la tenir ouverte ; l’embouchure peut avoir quinze piés d’ouverture ; elle est amarrée avec deux cordages par le milieu du bateau, à bas-bord & stribord, de la même maniere que le chalut ou rêt traversier ; c’est presque le même filet.

Lorsque les pêcheurs ont traîné pendant quelque tems leur carte, & qu’ils ont pris suffisamment d’appas pour amorcer leurs lignes, ils poussent au large pour aller faire leur pêche.

C’est en traînant la carte que les pêcheurs des corvettes de Dunkerque, qui s’en servoient à moins de trente à quarante brasses de la côte, & souvent encore plus près, venoient sur les pêcheries des riverains montées sur piquets, & les détruisoient ; inconvénient auquel on a remédié par des reglemens.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chausse »

(Siècle à préciser) Du latin calceus (« soulier »), par l’intermédiaire de la forme populaire calcia. A d’abord désigné les chaussures, ensuite et par extension, des vêtements.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Voy. CHAUSSES.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chausse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chausse ʃos

Citations contenant le mot « chausse »

  • Je n'empêche pas les gens de marcher où ils veulent. Sauf sur mes pieds. Mais comme je ne chausse que du 40, il n'y a pas de place à côté. De Francis Blanche
  • S'habiller à sa taille, et se chausser à son pied : voilà la sagesse. De Horace
  • - Puisque vous me le proposez si gentiment, j'accepte. - Quoi ? - Que vous me prêtiez vos souliers. - Bah, vous chaussez du combien ? - Du comme vous. De Gérard Oury / La Grande Vadrouille
  • Si ces deux arrêts permettent de combler un vide apparent, leur commentaire est aussi l’occasion d’évoquer les chausse-trapes qui jalonnent la vente sur licitation. , Licitation : de quelques chausse-trapes et de l’art de combler les vides - Voie d'exécution | Dalloz Actualité
  • Jeudi 7 janvier, une habitante de Coyrière chausse ses raquettes pour partir en randonnée dans les Hautes Combes. Il est 15h30. , Jura . Une randonneuse de 70 ans se fait surprendre par la tombée de la nuit

Traductions du mot « chausse »

Langue Traduction
Anglais shoe
Espagnol zapato
Italien scarpa
Allemand schuh
Chinois 鞋子
Arabe حذاء
Portugais sapato
Russe обувь
Japonais
Basque zapata
Corse scarpa
Source : Google Translate API

Synonymes de « chausse »

Source : synonymes de chausse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chausse »

Chausse

Retour au sommaire ➦

Partager