Chant : définition de chant


Chant : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHANT1, subst. masc.

I.−
A.− MUS. VOCALE. Intonation particulière de même nature que celle de la parole, à la différence que dans le chant la voix s'élève et s'infléchit bien davantage en modulant sur les différents degrés de l'échelle diatonique accessibles au registre du chanteur. Un virtuose du chant; un maître de chant; les vocalises du chant :
1. Il n'y a qu'une manière d'imaginer un chant, c'est de le chanter. Et si la belle pense à un pas de danse, regardez ses talons. Et le poète n'imagine pas un beau vers, il le fait. La parole, le chant, la danse sont des choses réelles dans le monde, des choses que l'on entend ou que l'on voit. Alain, Propos,1930, p. 931.
B.− P. méton. [Suivi d'un adj. déterminatif ou d'un compl. déterminatif prép. de] Composition musicale destinée à la voix.
1. Genre particulier de la musique vocale. Chant ambrosien, choral; chant d'église, d'opéra; chant folklorique, liturgique. Il révisa le chant grégorien dont les chantres avaient altéré les textes (Huysmans, L'Oblat,t. 1, 1903, p. 281):
2. Les deux souverains ayant pris leur place accoutumée, l'office commence par le beau chant des psaumes qu'accompagne l'assistance toute entière. C'est le plain-chant du moyen âge, où vibre encore l'âme du peuple. Michelet, Sur les chemins de l'Europe,1874, p. 331.
3. ... en les entendant, Durtal jaillissait, transporté hors de lui-même par ce chant étrange et pénétrant; c'était une sorte de mélopée courant dans le récit, revenant avec des retours flottants de ritournelles; ce chant était monotone et angoissant et presque câlin, aussi; et cette impression de bercement et de peine, on l'éprouvait également pendant les lamentations de ténèbres, chantées sur quelques tons à peine, ... Huysmans, L'Oblat,t. 2, 1903, p. 63.
2. Type particulier de chant. Chant d'adieu, de deuil, de marche, de triomphe, de victoire; chant patriotique, populaire, profane, religieux, révolutionnaire, sacré. C'étaient [les forgerons du Smiasen révoltés] des hommes (...) qui marchaient (...) sans autre chant de guerre que les psaumes et les cantiques de la bible (Hugo, Han d'Islande,1823, p. 391).Un chant flamenco monta : guttural, intense, il tenait du chant funèbre et du cri désespéré des caravaniers (Malraux, L'Espoir,1937, p. 535):
4. ... Vous qui chantez − c'est votre chant − vous qui chantez tous bannissements au monde, ne me chanterez-vous pas un chant du soir à la mesure de mon mal? un chant de grâce pour mes lampes, un chant de grâce pour l'attente, ... Saint-John Perse, Exil,Poème à l'étrangère, 1942, p. 285.
3. Procédé de chant. Chant alterné, polyphonique; chant en canon; chant en ison, ou chant égal, qui utilise seulement deux notes. Le chant antiphonique, ou à deux chœurs, chez les Grecs, répétait une même mélodie à l'octave supérieure (J. Combarieu, La Mus.,1910, p. 151).Comme un chant repris « en voix de tête » une octave au-dessus (Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 64).
4. Tel chant particulier. Le chant du Départ, de la Marseillaise; le chant des Pêcheurs de Perles. Le Chant des chants. Synon. du plus usuel le Cantique des cantiques.Ah! c'est le chant des chants, Démétrios! C'est le cantique nuptial des filles de mon pays. « J'étais endormie, mais mon cœur veillait, c'est la voix de mon bien-aimé... » (Louÿs, Aphrodite,1896, p. 178).
En compos. Guide-chant. Le maître fait marcher de pair l'enseignement du solfège et les exercices vocaux accompagnés le plus possible au piano ou, à défaut, au guide-chant (L'Enseign. en France. L'enseign. de la mus. et l'éduc. musicale, 2, 1950, p. 11).
Expr. fig. Le chant des sirènes. Un langage séduisant et trompeur.
II.− P. ext.
A.−
1. Usuel [En parlant d'oiseaux ou d'insectes] Chant de l'alouette, du coucou, du rossignol, de la tourterelle; chant des cigales, du grillon.
Loc. fig. Le chant du cygne. Dernière composition, supposée la plus belle, d'un artiste ou d'un poète, par allusion à la légende de l'Antiquité suivant laquelle le cygne chanterait au moment de sa mort.
P. ext. On peut dire que la Chambre des pairs eut son chant du cygne dans ce dernier discours de M. de Montalembert (Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 1, 1851-62, p. 87).
2. [En parlant de phénomènes de la nature] Le chant des arbres, de l'eau, des fontaines, de la mer, du vent. Ô bruit doux de la pluie Par terre et sur les toits! Pour un cœur qui s'ennuie, Ô le chant de la pluie! (Verlaine, Romances sans paroles,Ariettes oubliées, 1874, p. 14).Le chant grave de la forêt ondulait lentement et frappait là-haut dans le nord, contre les montagnes creuses (Giono, Le Chant du monde,1934, p. 17).
Spéc. Le chant du grisou. Un petit bruissement (...) que les mineurs appellent chant du grisou. On dit également que le gaz frise (J.-N. Haton de La Goupillière, Cours d'exploitation des mines,1905, p. 708).
3. Tout bruit assez agréable. Le chant des fourchettes, des machines, d'une scie. Le chant modulé de la lampe qui file (Giono, Colline,1929, p. 133).J'entendis s'éteindre sur la grand-route le chant du moteur (P. Vialar, Le Bon Dieu sans confession,1953, p. 168).
B.− MUS. INSTRUMENTALE
1. Littér. Mélodie très harmonieuse. Le chant de la flûte, des guitares :
5. Et un chant perçait déjà l'air, chant de sept notes, mais le plus inconnu, le plus différent de tout ce que j'eusse jamais imaginé, à la fois ineffable et criard, non plus roucoulement de colombe comme dans la sonate, mais déchirant l'air, (...) quelque chose comme un mystique chant du coq, un appel, ineffable mais suraigu, ... Proust, La Prisonnière,1922, p. 250.
2. Spéc. Partie d'une composition de musique instrumentale exprimant la mélodie principale. Le chant de la main droite. Le chant de violon s'exprime en ut majeur, dans la tonalité la plus apaisée (R. Rolland, Beethoven,t. 2, 1928, p. 389).Il suivait le chant du piano avec une attention de toutes les fibres (G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Jardin des bêtes sauvages, 1934, p. 24):
6. Les mêmes personnes [les amateurs], dans l'exécution d'un morceau de piano à 4 mains, disent « jouer le chant » pour jouer la partie supérieure, celle qui est notée en clef de sol, parce que, dans la musique moderne, la mélodie se trouve le plus souvent placée à l'aigu. M. Brenet, Dict. pratique et historique de la mus.,1926, p. 66.
C.− LITTÉRATURE
1. Poème lyrique ou épique; partie d'un poème. Une épopée en vingt-quatre chants. Pour lui [Byron], en écoutant le troisième chant de Childe Harold, il fut ému et découragé (Maurois, Ariel ou la Vie de Shelley,1923, p. 212).Homère, au chant XVI de l'Odyssée, montre Ulysse et le divin porcher préparant le repas du matin (Arts et litt. dans la société contemp.,1935, p. 6401).
Au plur. Les chants du poète; les chants du Crépuscule de V. Hugo.
2. Ce qui constitue la poésie : l'euphonie verbale, le rythme. Le chant des mots; le chant d'un style. Le poète est celui qui dit par le chant et par une magie particulière son dialogue avec l'univers (Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 146):
7. Que ma parole encore aille devant moi! et nous chanterons encore un chant des hommes pour qui passe, un chant du large pour qui veille : ... Saint-John Perse, Exil,Pluies, poème numéro 6, 1942, p. 252.
8. Un chant jusque-là inouï fait éclater le chant du vers classique. La modulation déplace le rythme, suspend un instant la voix comme perdue dans la solitude du veuvage éternel, et prolonge le récitatif par l'ampleur du mot qui s'étend à la rime sur un espace de désolation − tandis qu'au vers suivant se lève aux confins du rêve un personnage de légende détruite : Je suis le ténébreux, − le veuf, − l'inconsolé, le prince d'Aquitaine à la tour abolie... M.-J. Durry, Gérard de Nerval et le mythe,1956, p. 167.
III.− P. métaph. [Le chant; expression d'un contenu]
A.− Le chant en tant que parole musicale exprimant dans une composition lyrique les désirs, la nostalgie, la joie, tous les sentiments de l'âme humaine. Beau chant, chant triste; chant d'amour. Le chant de Sole Mio s'élevait comme une déploration de la Venise que j'avais connue, et semblait prendre à témoin mon malheur (Proust, La Fugitive,1922, p. 653):
9. ... le charme désespéré mais fascinateur de ce chant. Chaque note que lançait la voix du chanteur avec une force et une ostentation presque musculaires venait me frapper en plein cœur. Quand la phrase était consommée en bas et que le morceau semblait fini, le chanteur n'en avait pas assez et reprenait en haut comme s'il avait besoin de proclamer une fois de plus ma solitude et mon désespoir. Proust, La Fugitive,1922p. 654.
10. ... le chant qui conjure et célèbre. Orphée est le dieu du Chant : (...); le chant est existence. Célébrer, c'est cela! être dont l'office est de célébrer. Ricœur, Philos. de la volonté,1949, p. 446.
SYNT. Chant doux, mélancolique, mystérieux, plaintif, pur, suave.
B.− Ce qui monte, s'élève, s'exhale d'un pays, d'une œuvre d'art, d'un ensemble, d'une personne; ce qui se dégage de particulier ou d'essentiel. Le Chant général (titre d'une œuvre de P. Neruda); le Chant du monde (titre d'une œuvre de J. Giono). Il y avait un chant triste au bord de tout (J. Bousquet, Traduit du silence,1935-36, p. 173).Le chant de la terre entière (Camus, Noces,1938, p. 88).Trop longtemps il n'avait entendu que le chant profond de son propre cœur (Guéhenno, Jean-Jacques,En marge des « Confessions », 1948, p. 145).Derrière eux, les klaxons, les sifflets, les sirènes : un ramage d'oiseaux de fer, le chant de la haine (Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 16).Le musée imaginaire est le chant de l'histoire (Malraux, La Voix du silence,1951, p. 622):
11. ... elle [Donna Marie] parle, et voici que, douce, timide, toujours soumise, elle devient forte, et d'une voix nette desséchée, elle dit tous ses griefs, ce qu'elle a deviné (...). C'est le chant de la fierté, du naturel dédain, de l'antique et claire hauteur. Antoine ne reconnaît pas son amie plaintive et penchée. A. de Noailles, La Domination,1905, p. 167.
12. Nous l'aimons [Pascal] parce que cette sensibilité qui s'exhale de son œuvre c'est le chant de notre destinée morale, c'est un phare où s'oriente notre destin. Barrès, Mes cahiers,t. 7, 1907, p. 203.
13. Le chant grave des espaces intérieurs de Sainte-Sophie, et des hypogées d'Égypte, de la mosquée impériale d'Ispahan et des bas-côtés de la cathédrale de Bourges, donne tout leur sens à la colonnade de Karnak et à celle du Parthénon, aux tours épiques de Laon, à la place du Capitole... Malraux, La Voix du silence,1951, p. 625.
SYNT. Le chant des colonnes, du désert, du silence; le chant des couleurs; le chant de l'absence, de la reconnaissance.
C.− Expression de la beauté, du bonheur. [Sertorius :] ... sans toi, ma fille, je ne jouirais de rien au monde (...) Tu es le soleil qui éclaire tout; tu fais le chant de ma vie! (O. Feuillet, Scènes et comédies,1854, p. 82).[Dans le Moulin de la Galette, par Renoir] il y a là un chant de la lumière, un hymne de joie, (...) le poète a transfiguré le vrai (C. Mauclair, Les Maîtres de l'impressionnisme,1904, p. 131).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. chantement (prob. un occitanisme). Chant. Le chantement pieux des petites filles porteuses de roses et de lys sur les pavés doux et naïfs (Jammes, Correspondance avec A. Gide, 1893-1938, p. 50).
Prononc. et Orth. : [ʃ ɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. champ. Étymol. et Hist. 1. Début xiies. « émissions de sons musicaux par la voix humaine » (Psautier Oxford, 68, 35 ds T.-L.); 1541 « genre particulier de musique vocale » chants à quatre parties (Calv[in], Instit., 711 ds Littré); 1690 partie mélodique de la musique (Fur.); 2. fin xiiies. p. anal. chant des oisiaus (Clef d'amour, éd. Doutrepont, 2597); xives. « jeu d'un instrument » (Batard de Bouillon, 3521 ds T.-L.); 1857 son mélodieux d'un instrument [le] chant des violons (Baudelaire, Les Fleurs du mal, p. 169); 3. 1521 [date de composition] Chant Royal « poème à forme fixe, composé de 5 couplets construits sur les mêmes rimes et terminés par un refrain » (Cl. Marot, Chant Royal de la Conception nostre Dame ds Œuvres diverses, éd. Mayer, p. 175); 1644 division d'un poème épique (Scarron, Le Typhon ou la Gigantomachie, [éd. 1786] : chant premier, chant second, etc.). Du lat. class. cantus « chant d'un humain, d'un oiseau », « son d'un instrument », « poème ». Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 106. − Guiraud (P.). Mél. d'étymol. arg. et pop. Cah. lexicol. 1970, t. 17, p. 6.

CHANT2, CHAMP2, subst. masc.

TECHNOL. Face la moins large d'un objet parallélépipédique. Le chant d'une brique, d'un livre, d'une planche; poser à, de, sur chant. ,,Poser de chant des briques, des pierres, des solives`` (Ac.1932).Cf. barrique ex. 2.L'angle formé par le chant de la plinthe et le mur (Bonnel-Tassan1966) :
... je me rendis dans l'église avec l'espoir de trouver quelques inscriptions mises à découvert par les ouvriers. Je ne me trompais pas. L'architecte me montra une pierre qu'il avait fait poser de champ, contre le mur. A. France, Le Crime de Sylvestre Bonnard,1881, p. 293.
Rem. On rencontre avec le même sens le subst. masc. can ou cant, terme de charpent., attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e-20e, Littré et Quillet 1965 et terme de mar. attesté ds Quillet 1965 avec le même sens. Sur le cant, de cant. De côté.
Prononc. et Orth. : [ʃ ɑ ̃]. Écrit chant ds Ac. 1932. Cf. aussi ds DG, Rob., Lar. encyclop., Quillet 1965 et Lar. Lang. fr. pour lesquels champ n'est qu'une vedette de renvoi à chant. L'anc. graph. champ considérée comme abusive par les dict. cités est empl. comme vedette ds Ac. 1694-1878. Cf. aussi ds Littré qui préconise cependant dans une rem. la forme chant, ds Pt Lar. 1906, Nouv. Lar. ill. et Lar. 20equi soulignent également que l'orth. chant serait préférable. Ds la docum. on rencontre la graph. champ p. ex. ds E. et J. de Goncourt, Journal, 1862, p. 1151, ou ds Gide, Les Caves du Vatican, 1914, p. 685. Noter comme terme de charpent. la var. dial. norm. et anc. can(t), ds Besch. 1845 qui l'écrit can et qui propose en outre la forme khan, ds Littré et DG qui l'écrivent cant, ds Lar. 19e-20eet Quillet 1965 qui admettent can ou cant. Tous ces dict. renvoient à chant2, champ2. On rencontre l'homon. de cette var. dial. comme terme de mar. ds Lar. 19eSuppl. 1890, ds Lar. 20e, Lar. encyclop. et Quillet 1965 qui admettent can ou cant. Étymol. et Hist. 1155-60 de chant « sur le côté » (Thèbes, éd. L. Constans, 8888) en a. et m. fr. seulement; repris au xviies. ds les expr. de champ « posé horizontalement » (Fur. 1690), « posé sur la partie la moins large » (Trév. 1704) et roue de champ « roue qui a des dents perpendiculaires au plan de rotation » (Fur. 1690). Du lat. canthus « bande de fer qui entoure la roue » prob. d'orig. celt. plutôt qu'esp. ou africaine comme l'indique Quintilien (Inst., 1, 5, 8 ds TLL s.v., 282, 83).
STAT. − Chant1 et 2. Fréq. abs. littér. : 5 688. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 9 269, b) 8 168; xxes. : a) 8 509, b) 6 785.

Chant : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

chant \ʃɑ̃\ masculin

  1. Émission de sons variés et rythmés par lesquels la voix s’élève et s’abaisse, de manière à former un ensemble musical.
    • Chant d’allégresse.
    • Chants de triomphe.
    • Des chants pieux.
    • École de chant.
    • Professeur de chant.
    • Les règles du chant.
    • L’art du chant.
  2. (Par analogie) Ramage ou cri des oiseaux.
    • Le pré dégageait une odeur de terreau humide, une marouette sifflait dans les roseaux au sud. Son chant sonnait comme des gouttes d'eau qui tombaient. — (Kurt Aust, La confrérie des invisibles, traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier, City Édition, 2010, chap. 8)
    • Le chant du cygne, chant mélodieux que des poètes attribuaient au cygne mourant. Il se dit figurément du dernier ouvrage qu’un musicien célèbre, un grand poète, un homme éloquent a fait peu de temps avant sa mort.
    1. Cri du coq.
      Le chant des coqs, l’aboiement des chiens, les appels des oiseaux l’éveillèrent. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 99 de l’éd. de 1921)
      Dès le chant du coq, Au point du jour.
    2. Crissement de la cigale.
      Le chant de la cigale est monotone.
  3. Partie mélodique d’une musique quelconque, pour la distinguer de l’accompagnement des instruments.
    • L’harmonie ne doit point étouffer le chant.
    • Ce morceau, cette ouverture manque de chant, ce morceau, cette ouverture n’a pas de mélodie.
  4. (Par extension) Certaines pièces de poésie qui se chantent ou peuvent se chanter.
    • De chaumières en tavernes, il écoute les bardes et les vieux rhapsodes qui lui récitent des chants populaires remontant à la nuit des temps. — (André Clavel, L’Iliade boréale, dans L’Express n° 3081, 21 juillet 2010)
    • Ainsi le dithyrambe, chant liturgique en l'honneur de Dionysos diffère de l’iambe dont le pied comporte un son bref suivi d'un long avec des vers dodécamétriques alternant avec des octamétriques. — (Louis Lefroid, Esthétique: l'harmonie des formes, Ed. Opéra, 1998, page 36)
    • Chant royal, ancienne pièce de poésie française, composée de cinq strophes de onze vers chacune et où le onzième vers de la première strophe était répété à la fin de toutes les autres.
  5. Au pluriel, toute composition en vers.
    • Les héros qu’immortalisent les chants du poète.
    • Chants sublimes.
    • Chants immortels.
    • Daigne inspirer mes chants.
    • Mes chants rediront tes exploits.
  6. Chacune des divisions d’un poème épique ou didactique.
    • Le premier chant, le second chant de l’Iliade.

Nom commun 2

chant \ʃɑ̃\ masculin

  1. (Arts) (Maçonnerie) (Menuiserie) (Mécanique) Bord le plus long d’une tôle, d’une plaque, d’une planche ; et plus généralement, face étroite d’un objet pris dans sa longueur, par opposition à la face la plus large qui en forme le plat et la plus petite face qui en est le bout.
    • Poser sur le chant.
    • Une vitre se transporte à chant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Chant : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHANT. n. m.
Émission de sons variés et rythmés par lesquels la voix s'élève et s'abaisse, de manière à former un ensemble musical. Chant d'allégresse. Chants de triomphe. Des chants pieux. École de chant. Professeur de chant. Les règles du chant. L'art du chant. Fig., Chant de sirène, Langage trompeur. Plain-chant, chant grégorien, chant d'Église. Voyez PLAIN-CHANT.

CHANT désigne aussi la Partie mélodique d'une musique quelconque, pour la distinguer de l'accompagnement des instruments. L'harmonie ne doit point étouffer le chant. Ce morceau, cette ouverture manque de chant, Ce morceau, cette ouverture n'a pas de mélodie. Il se dit, par analogie, du Ramage ou du cri des oiseaux. Le chant du rossignol. Le chant du cygne, Chant mélodieux que des poètes attribuaient au cygne mourant. Il se dit figurément du Dernier ouvrage qu'un musicien célèbre, un grand poète, un homme éloquent a fait peu de temps avant sa mort. Il se dit encore du Cri du coq. Dès le chant du coq, Au point du jour. Il se dit aussi du Cri de la cigale. Le chant de la cigale est monotone. Il se dit, par extension, de Certaines pièces de poésie qui se chantent ou peuvent se chanter. Chant nuptial. Chant funèbre. Chant pastoral. Chant guerrier. Chant royal, Ancienne pièce de poésie française, composée de cinq strophes de onze vers chacune et où le onzième vers de la première strophe était répété à la fin de toutes les autres. Il se dit surtout, au pluriel, généralement de Toute composition en vers. Les héros qu'immortalisent les chants du poète. Chants sublimes. Chants immortels. Daigne inspirer mes chants. Mes chants rediront tes exploits. Il se dit spécialement de Chacune des divisions d'un poème épique ou didactique. Le premier chant, le second chant de l' " Iliade ", de l' " Odyssée ", de la " Jérusalem délivrée ", de " la Henriade ", du " Lutrin ". " Art Poétique " de Boileau, chant quatre.

Chant : définition du Littré (1872-1877)

CHANT (chan) s. m.
  • 1Sorte de modification de la voix humaine par laquelle on forme des sons variés, appréciables et soumis à des intervalles réguliers. Il nous entretint de l'usage où l'on a toujours été de mêler le chant aux plaisirs de la table, Barthélemy, Anachars. chap. XXX. La poésie et la danse ne tardèrent pas à se mêler au chant dont elles sont des dépendances naturelles, Lamotte, Disc. sur l'églogue, p. 283.
  • 2Suite de sons formant soit des phrases, soit des périodes musicales, que l'on nomme généralement des airs, et auxquelles on donne l'expression voulue par le sujet. Chant harmonieux. Chant lugubre. Chant pieux. Le chant de la Marseillaise animait les troupes de la République. L'art, les règles du chant. Chantons, on nous l'ordonne ; et que puissent nos chants Du cœur d'Assuérus adoucir la rudesse ! Racine, Esth. III, 3. Il chante des chants de joie et de victoire, Massillon, Or. fun. Dauph. [Les psaumes] monuments immortels de l'histoire de Moïse, de celle des Juges, de celle des Rois, imprimés par le chant et par la mesure dans la mémoire des hommes, Bossuet, Hist. II, 13.

    Fig. Chant de sirène, langage trompeur.

  • 3Ramage des oiseaux, cri du coq, de la cigale ; et ironiquement, la voix de l'âne, etc. Le chant du rossignol, du serin. Dès le chant du coq. Le chant monotone de la cigale. Le paon se plaignait à Junon : … Le chant dont vous m'avez fait don Déplaît à toute la nature, La Fontaine, Fab. II, 17. [L'âne] Lève une corne tout usée… Non sans accompagner, pour plus grand ornement, De son chant gracieux, cette action hardie, La Fontaine, ib. IV, 5.

    Fig. Le chant du cygne, la dernière et excellente composition d'un musicien, d'un poëte célèbre, d'un orateur, etc. Locution prise de ce qu'on pensait dans l'antiquité que le cygne, près de mourir, faisait entendre un chant mélodieux.

  • 4Musique qui s'exécute avec la voix. Mettre un air en chant. Il a fait les paroles, un autre a fait le chant. Étudier un morceau de chant.

    Plain-chant, chant grégorien, chant d'église, le chant ordinaire de l'Église dont la régularisation est attribuée à saint Grégoire. C'est de là que l'on est parti pour le faire auteur, c'est-à-dire compositeur de plain-chant ; par une conséquence de cette invention prétendue, on a nommé le plain-chant chant grégorien, comme s'il était l'œuvre du célèbre pontife, La Fage, Cours complet de plain-chant, n° 754.

    Chant figuré, notre chant ordinaire, par opposition à plain-chant, parce que les phrases musicales et leurs sections, les mesures, le ton, sont astreints à une marche et ont une valeur déterminée qui lui donnent une figure particulière et reconnaissable.

    Chant sur le livre, plain-chant ou contre-point à 4 parties, dans lequel une seule partie est écrite, celle du livre de chœur qui est au lutrin, les trois autres étant composées et chantées impromptu.

  • 5Partie mélodique de la musique, celle qui résulte de la durée et de la succession des sons, celle d'où dépend en grande partie l'expression et à laquelle tout le reste est subordonné. Ce morceau manque de chant.

    Musique vocale. Parties de chant, celles qui sont exécutées par les voix.

    Phrase musicale qui se détache de l'ensemble. Dans ce sens, se dit des instruments. Chant du violoncelle, du hautbois.

  • 6 Par extension, poésie qui se chante ou peut se chanter. Chant nuptial. Chant guerrier. Si dans nos chants ta douleur retracée…, Racine, Esth. I, 2.

    Chant royal, composition de notre ancienne poésie, qui avait cinq strophes de onze vers, et un envoi de cinq à huit vers, ces six parties finissant par un même vers qui en formait le refrain.

  • 7 Au plur. Fig. et poétiquement, toute composition d'un ordre élevé en vers. Chants sublimes, immortels. Mes chants rediront tes exploits. Il excelle à conduire un char dans la carrière… à réciter des chants qu'il veut qu'on idolâtre, Racine, Brit. IV, 4.
  • 8Division d'un poëme. L'Énéide a douze chants. Un chant du Lutrin.

HISTORIQUE

XIIe s. Li oisel [se] levent, si commencent lor canz, Roncisv. 34. Jamais nuls chanz par moi ne fu oïz, Couci, V. Or commence chansons moult bone à enforcier, Qui bien en sait les vers et le chant desrainier, Sax. IV.

XIIIe s. U [au] munde n'a si bel oisel ; Fust tieus [tel] ses chans cum est ses cors, Il vauroit mix [mieux] que nul fins ors, Marie de France, Fable 14. Li chastelains de Couci aima tant Qu'onc pour amor nus [nul] n'en ot dolor graindre [plus grande] ; Pour ce ferai ma complainte en son chant, Car je ne cuit que la moie soit maindre [moindre], Anonyme, dans Couci. Pour qui ferai [je] mais ne chançon ne chant ? ib.

XVIe s. Et rossignols au gay courage… Chantent leur joly chant ramage, Marot, I, 177. … Tous differens de chantz et de plumages, Marot, I, 216. Le chant a grande force et vigueur d'esmouvoir et enflammer le cœur des hommes, Calvin, 328. Tout ce qu'ils appellent musique rompue, et chants à quatre parties, Calvin, Instit. 711.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Chant : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHANT, s. m. (Musique.) est en général une sorte de modification de la voix, par laquelle on forme des sons variés & apprétiables. Il est très-difficile de déterminer en quoi le son qui forme la parole, differe du son qui forme le chant. Cette différence est certaine ; mais on ne voit pas bien précisément en quoi elle consiste. Il ne manque peut-être que la permanence aux sons qui forment la parole, pour former un véritable chant : il paroît aussi que les diverses inflexions qu’on donne à sa voix en parlant, forment des intervalles qui ne sont point harmoniques, qui ne font point partie de nos systèmes de Musique, & qui par conséquent ne peuvent être exprimés en notes.

Chant, appliqué plus particulierement à la Musique, se dit de toute musique vocale ; & dans celle qui est mêlée d’instrumens, on appelle partie de chant toutes celles qui sont destinées pour les voix. Chant se dit aussi de la maniere de conduire la mélodie dans toutes sortes d’airs & de pieces de musique. Les chants agréables frappent d’abord ; ils se gravent facilement dans la mémoire : mais peu de compositeurs y réussissent. Il y a parmi chaque nation des tours de chant usés, dans lesquels la plûpart des compositeurs retombent toûjours. Inventer des chants nouveaux, n’appartient qu’à l’homme de génie ; trouver de beaux chants, appartient à l’homme de goût. (S)

Le chant est l’une des deux premieres expressions du sentiment, données par la nature. Voyez Geste.

C’est par les différens sons de la voix que les hommes ont dû exprimer d’abord leurs différentes sensations. La nature leur donna les sons de la voix, pour peindre à l’extérieur les sentimens de douleur, de joie, de plaisir dont ils étoient intérieurement affectés, ainsi que les desirs & les besoins dont ils étoient pressés. La formation des mots succéda à ce premier langage. L’un fut l’ouvrage de l’instinct, l’autre fut une suite des opérations de l’esprit. Tels on voit les enfans exprimer par des sons vifs ou tendres, gais ou tristes, les différentes situations de leur ame. Cette espece de langage, qui est de tous les pays, est aussi entendu par tous les hommes, parce qu’il est celui de la nature. Lorsque les enfans viennent à exprimer leurs sensations par des mots, ils ne sont entendus que des gens d’une même langue, parce que les mots sont de convention, & que chaque société ou peuple a fait sur ce point des conventions particulieres.

Ce chant naturel dont on vient de parler, s’unit dans tous les pays avec les mots : mais il perd alors une partie de sa force ; le mot peignant seul l’affection qu’on veut exprimer, l’inflexion devient par-là moins nécessaire, & il semble que sur ce point, comme en beaucoup d’autres, la nature se repose, lorsque l’art agit. On appelle ce chant, accent. Il est plus ou moins marqué, selon les climats. Il est presqu’insensible dans les tempérés ; & on pourroit aisément noter comme une chanson, celui des différens pays méridionaux. Il prend toûjours la teinte, si on peut parler ainsi, du tempérament des diverses nations. Voyez Accent.

Lorsque les mots furent trouvés, les hommes qui avoient déjà le chant, s’en servirent pour exprimer d’une façon plus marquée le plaisir & la joie. Ces sentimens qui remuent & agitent l’ame d’une maniere vive, dûrent nécessairement se peindre dans le chant avec plus de vivacité que les sensations ordinaires ; de-là cette différence que l’on trouve entre le chant du langage commun, & le chant musical.

Les regles suivirent long-tems après, & on réduisit en art ce qui avoit été d’abord donné par la nature ; car rien n’est plus naturel à l’homme que le chant, même musical : c’est un soulagement qu’une espece d’instinct lui suggere pour adoucir les peines, les ennuis, les travaux de la vie. Le voyageur dans une longue route, le laboureur au milieu des champs, le matelot sur la mer, le berger en gardant ses troupeaux, l’artisan dans son attelier, chantent tous comme machinalement ; & l’ennui, la fatigue, sont suspendus ou disparoissent.

Le chant consacré par la nature pour nous distraire de nos peines, ou pour adoucir le sentiment de nos fatigues, & trouvé pour exprimer la joie, servit bientôt après pour célébrer les actions de graces que les hommes rendirent à la Divinité ; & une fois établi pour cet usage, il passa rapidement dans les fêtes publiques, dans les triomphes, & dans les festins, &c. La reconnoissance l’avoit employé pour rendre hommage à l’Être suprême ; la flatterie le fit servir à la louange des chefs des nations, & l’amour à l’expression de la tendresse. Voilà les différentes sources de la Musique & de la Poésie. Le nom de Poëte & de Musicien furent longtems communs à tous ceux qui chanterent & à tous ceux qui firent des vers.

On trouve l’usage du chant dans l’antiquité la plus reculée. Enos commença le premier à chanter les loüanges de Dieu, Genese 4. & Laban se plaint à Jacob son gendre, de ce qu’il lui avoit comme enlevé ses filles, sans lui laisser la consolation de les accompagner au son des chansons & des instrumens. Gen. 31.

Il est naturel de croire que le chant des oiseaux, les sons différens de la voix des animaux, les bruits divers excités dans l’air par les vents, l’agitation des feuilles des arbres, le murmure des eaux, servirent de modele pour regler les différens tons de la voix. Les sons étoient dans l’homme : il entendit chanter ; il fut frappé par des bruits ; toutes ses sensations & son instinct le porterent à l’imitation. Les concerts de voix furent donc les premiers. Ceux des instrumens ne vinrent qu’ensuite, & ils furent une seconde imitation : car dans tous les instrumens connus, c’est la voix qu’on a voulu imiter. Nous en devons l’invention à Jubal fils de Lamech. Ipse fuis pater canentium citharâ & organo. Gen. 4. Dès que le premier pas est fait dans les découvertes utiles ou agréables, la route s’élargit & devient aisée. Un instrument trouvé une fois, a dû fournir l’idée de mille autres. Voyez-en les différens noms à chacun de leurs articles.

Parmi les Juifs, le cantique chanté par Moyse & les enfans d’Israel, après le passage de la mer Rouge, est la plus ancienne composition en chant qu’on connoisse.

Dans l’Egypte & dans la Grece, les premiers chants connus furent des vers en l’honneur des dieux, chantés par les poëtes eux-mêmes. Bientôt adoptés par les prêtres, ils passerent jusqu’aux peuples, & de-là prirent naissance les concerts & les chœurs de Musique. Voyez Chœurs & Concert.

Les Grecs n’eurent point de poésie qui ne fût chantée ; la lyrique se chantoit avec un accompagnement d’instrumens, ce qui la fit nommer mélique. Le chant de la poésie épique & dramatique étoit moins chargé d’inflexions, mais il n’en étoit pas moins un vrai chant ; & lorsqu’on examine avec attention tout ce qu’ont écrit les anciens sur leurs poésies, on ne peut pas révoquer en doute cette vérité. Voyez Opera. C’est donc au propre qu’il faut prendre ce qu’Homere, Hésiode, &c. ont dit au commencement de leurs poëmes. L’un invite sa muse à chanter la fureur d’Achille ; l’autre va chanter les Muses elles-mêmes, parce que leurs ouvrages n’étoient faits que pour être chantés. Cette expression n’est devenue figure que chez les Latins, & depuis parmi nous.

En effet, les Latins ne chanterent point leurs poésies ; à la réserve de quelques odes & de leurs tragédies, tout le reste fut récité. César disoit à un poëte de son tems qui lui faisoit la lecture de quelqu’un de ses ouvrages : Vous chantez mal si vous prétendez chanter ; & si vous prétendez lire, vous lisez mal : vous chantez.

Les inflexions de la voix des animaux sont un vrai chant formé de tons divers, d’intervalles, &c. & il est plus ou moins mélodieux, selon le plus ou le moins d’agrément que la nature a donné à leur organe. Au rapport de Juan Christoval Calvete (qui a fait une relation du voyage de Philippe II. roi d’Espagne, de Madrid à Bruxelles, qu’on va traduire ici mot à mot), dans une procession solennelle qui se fit dans cette capitale des Pays-Bas en l’année 1549, pendant l’octave de l’Ascension, sur les pas de l’archange S. Michel, couvert d’armes brillantes, portant d’une main une épée, & une balance de l’autre, marchoit un chariot, sur lequel on voyoit un ours qui touchoit un orgue : il n’étoit point composé de tuyaux comme tous les autres, mais de plusieurs chats enfermés séparément dans des caisses étroites, dans lesquelles ils ne pouvoient se remuer : leurs queues sortoient en haut, elles étoient liées par des cordons attachés au registre ; ainsi à mesure que l’ours pressoit les touches, il faisoit lever ces cordons, tiroit les queues des chats, & leur faisoit miauler des tailles, des dessus, & des basses, selon les airs qu’il vouloit exécuter. L’arrangement étoit fait de maniere qu’il n’y eût point un faux ton dans l’exécution : y hazien cousus aullidos altos y baxos una musica ben entonada, che era eosa nueva y mucho de ver. Des singes, des ours, des loups, des cerfs, &c. dansoient sur un théatre porté dans un char au son de cet orgue bisarre : una gratiosa dansa de monos, ossos, lobos, ciervos, y otros animales salvajes dançando delaute y detras de una granjaula che en un carro tirava un quartago. Voyez Danse.

On a entendu de nos jours un chœur très-harmonieux, qui peint le croassement des grenouilles, & une imitation des différens cris des oiseaux à l’aspect de l’oiseau de proie, qui forme dans Platée un morceau de musique du plus grand genre. Voyez Ballet & Opéra.

Le chant naturel variant dans chaque nation selon les divers caracteres des peuples & la température différente des climats, il étoit indispensable que le chant musical, dont on a fait un art long-tems après que les langues ont été trouvées, suivît ces mêmes différences ; d’autant mieux que les mots qui forment ces mêmes langues n’étant que l’expression des sensations, ont dû nécessairement être plus ou moins forts, doux, lourds, légers, &c. selon que les peuples qui les ont formés ont été diversement affectés, & que leurs organes ont été plus ou moins déliés, roides, ou flexibles. En partant de ce point, qui paroît incontestable, il est aisé de concilier les différences qu’on trouve dans la Musique vocale des diverses nations. Ainsi disputer sur cet article, & prétendre par exemple que le chant Italien n’est point dans la nature, parce que plusieurs traits de ce chant paroissent étrangers à l’oreille, c’est comme si l’on disoit que la langue Italienne n’est point dans la nature, ou qu’un Italien a tort de parler sa langue. Voyez Chantre, Exécution, Opéra.

Les instrumens d’ailleurs n’ayant été inventés que pour imiter les sons de la voix, il s’ensuit aussi que la Musique instrumentale des différentes nations doit avoir nécessairement quelque air du pays où elle est composée : mais il en est de cette espece de productions de l’Art, comme de toutes les autres de la nature. Une vraiment belle femme, de quelque nation qu’elle soit, le doit paroître dans tous les pays où elle se trouve ; parce que les belles proportions ne sont point arbitraires. Un concerto bien harmonieux d’un excellent maître d’Italie, un air de violon, une ouverture bien dessinée, un grand chœur de M. Rameau, le Venite exultemus de M. Mondonville, doivent de même affecter tous ceux qui les entendent. Le plus ou le moins d’impression que produisent & la belle femme de tous les pays, & la bonne musique de toutes les nations, ne vient jamais que de la conformation heureuse ou malheureuse des organes de ceux qui voyent & de ceux qui entendent. (B)

Chant Ambrosien, Chant Grégorien ; voyez Plein-chant. (S)

* Chant, (Littérat.) c’est une des parties dans lesquelles les Italiens & les François divisent le poëme épique. Le mot chant pris en ce sens, est synonyme à livre. On dit le premier livre de l’Iliade, de l’Enéide, du Paradis perdu, &c. & le premier chant de la Jérusalem délivrée, & de la Henriade. Le Poëte épique tend à la fin de son ouvrage, en faisant passer son lecteur ou son héros par un enchaînement d’avantures extraordinaires, pathétiques, terribles, touchantes, merveilleuses. Il établit dans le cours du récit général de ces avantures, comme des points de repos pour son lecteur & pour lui. La partie de son poëme comprise entre un de ces points & un autre qui le suit, s’appelle un chant. Il y a dans un poëme épique des chants plus ou moins longs, plus ou moins intéressans, selon la nature des avantures qui y sont récitées. Il y a plus : il en est d’un chant comme du poëme entier ; il peut intéresser davantage une nation qu’une autre, dans un tems que dans un autre, une personne qu’une autre. Il y auroit une grande faute dans la machine, ou construction, ou conduite du poëme, si l’on pouvoit prendre la fin d’un chant, quel qu’il fût, excepté le dernier, pour la fin du poëme ; & il y auroit eu un grand art de la part du Poëte, & il en fût résulté une grande perfection dans son poëme, s’il avoit sû le couper de maniere que la fin d’un chant laissât une sorte d’impatience de connoître la suite des choses, & d’en commencer un autre. Le Tasse me paroît avoir singulierement excellé dans cette partie. On peut interrompre la lecture d’Homere, de Virgile, & des autres Poëtes épiques, à la fin d’un livre ; le Tasse vous entraîne malgré que vous en ayiez, & l’on ne peut plus quitter son ouvrage quand on en a commencé la lecture. Il n’en faut pas inférer de-là que j’accorde au Tasse la prééminence sur les autres Poëtes épiques ; je dis seulement que par rapport à nous, il l’emporte du côté de la machine sur Homere & Virgile qui, au jugement des Grecs & des Romains, l’auroient peut-être emporté sur lui, si la colere d’Achille, l’établissement des restes de Troie en Italie, & la prise de Jérusalem par Godefroi de Bouillon, avoient pû être des évenemens chantés en même tems, & occasionner des poëmes jugés par les mêmes juges. Il me semble que les Italiens ont plus de droit que nous d’appeller les parties de leurs poëmes épiques, des chants, ces poëmes étant divisés chez eux par stances qui se chantent. Les Gondoliers de Venise chantent ou plûtôt psalmodient par cœur toute la Jérusalem délivrée, & l’on ne chante point parmi nous la Henriade ou le Lutrin, ni chez les Anglois le Paradis perdu. Il suit de ce qui précede, que les différens chants d’un poëme épique devroient être entr’eux, comme les actes d’un poëme dramatique ; & que, de même que l’intérêt doit croître dans le dramatique de scene en scene, d’acte en acte jusqu’à la catastrophe, il devroit aussi croître dans l’épique d’évenemens en évenemens, de chants en chants, jusqu’à la conclusion. Voyez Drame, Scene, Acte, Machine, Coupe, Poeme épique, &c.

* Chant, (Belles-Lettres.) se dit encore dans notre ancienne poésie, de plusieurs sortes de pieces de vers, les unes assujetties à certaines regles, les autres n’en ayant proprement aucune particuliere. Il y a le chant royal, le chant de Mai, le chant nuptial, le chant de joie, le chant pastoral, le chant de folie. Voyez, dans Clément Marot, des exemples de tous ces chants.

Le chant royal suit les mêmes regles que la ballade, la même mesure de vers, le même mêlange de rime, & le même nombre de stances, si toutefois il est déterminé dans la ballade ; il a aussi son vers de refrein & son envoi. Il ne differe, dit-on, de la ballade que par le sujet. Le sujet de la ballade est toûjours badin ; celui du chant royal est toûjours sérieux. Cependant il y a dans Marot même un chant royal dont le refrein est, de bander l’arc ne guérit point la plaie, qui fut donné par Francois I. & dont le sujet est de pure galanterie. Voyez Ballade. Le chant de Mai est aussi une ballade, mais dont le sujet est donné ; c’est le retour des charmes de la nature, des beaux jours & des plaisirs, avec le retour du mois de Mai. Selon que le poëte traite ce sujet d’une maniere grave ou badine, le chant de Mai est grave ou badin. Il y en a deux dans Marot, & tous les deux dans le genre grave. Le refrein n’est pas exactement le même à toutes les stances du premier ; il est dans une stance en précepte, & dans l’autre en défense : loüez le nom du Créateur ; n’en loüez nulle créature. Cette licence a lieu dans la ballade, sous quelque titre qu’elle soit. Le chant nuptial n’est qu’une épithalame en stances, où quelquefois les stances sont en ballade, dont le refrein est ou varié par quelque opposition agréable, ou le même à chaque stance. Le chant de joie est une ballade ordinaire sur quelque grand sujet d’allégresse, soit publique, soit particuliere. Le chant pastoral, une ballade dont les images & l’allégorie sont champêtres. Le chant de folie n’est qu’une petite piece satyrique en vers de dix syllabes, où l’on chante ironiquement le travers de quelqu’un.

Chant, (Medecine, Physiologie.) voyez Voix & Respiration ; (Pathologie & Hygiene) voyez Exercice.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chant »

Étymologie de chant - Littré

Picard, cant ; provenç. cant, can, chant ; espagn. et ital. canto ; du latin cantus, chant, de canere, chanter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de chant - Wiktionnaire

(Nom 1) Du latin cantus (« chant (de l’homme, des oiseaux), son (des instruments), vers, poésie, hymne, prédiction, prophétie, enchantement, incantation »). Pour dire « chant », le latin utilise aussi le mot carmen qui a donné charme en français et l'on retrouve cette idée de magie du chant dans les mots incantation et enchanteur.
(Nom 2) Du latin canthus, issu du gaulois *cantos.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chant ʃɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « chant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chant »

  • En Angleterre, des voix s’élèvent pour bannir des stades ce chant mythique des supporters du XV de la Rose, au prétexte qu’il serait un héritage de l’esclavage. Le Premier ministre anglais s’est positionné contre cette censure. Sport24, Boris Johnson contre l’interdiction du chant «Swing Low, Sweet Chariot» - Rugby
  • Comme un peu partout en France, mais avec le respect des gestes barrières que le Covid exige, les Cressois se sont retrouvés sur la place de l’Eglise pour chanter et danser et surtout se retrouver pour partager un moment chaleureux. Cet événement est à mettre à l’actif d’Anne Frey et de Marine Desola, les deux mamans cressoises dont les enfants sont à l’école du village. Elles ont enflammé avec talent et bonne humeur le début de soirée du dimanche soir. Vu la place et le nombre de personnes, il n’y a eu aucun souci pour respecter la distanciation sociale et tout le monde espère bien une prochaine édition avec, on l’espère, un peu moins de contraintes. Bravo et merci à tous les participants. midilibre.fr, Chant et danse distanciés pour la fête de la musique - midilibre.fr
  • Les incendies sont à l’origine d’une diversification de chants d’oiseaux dans certaines forêts. Voilà ce que révèle une étude parue le le 16 juin 2020 dans la revue scientifique The Auk. Les scientifiques expliquent que la perte d’habitat des oiseaux, par les feux ou la déforestation, provoque indirectement une modification de leurs gazouillis dans les zones touchées. Geo.fr, Comment les incendies modifient le chant des oiseaux - Geo.fr
  • L’accordéoniste picard reprend chaque jour des grandes chansons du répertoire français. Chauffez votre voix et chantez avec lui ! Courrier picard, L’accordéoniste Michel Pruvot vous fait chanter, aujourd’hui «Amor Amor» de Tino Rossi
  • "Un chant des « Gilets jaunes »" Le chant de Bismuth, dit la classe : casse toi pauv'onk ? L'Obs, Un chant des « gilets jaunes » pendant le discours d’Edouard Philippe
  • Prenez l’un des chants de Corbeau. Les femmes du clan du Loup, prises de pitié pour des marins esseulés, ont passé la nuit sur le navire de ces derniers. Elles en sont revenues porteuses d’un mal qui va décimer leur entourage. C’est à l’aide de ces estampes oniriques, que la romancière suspend avec grâce un peu à côté du récit, que celui-ci atteint son but. Exprimer, sans nullement faire réquisitoire, mais au contraire avec une simplicité poétique, la banalité tragique de l’histoire et sa répétition. Tout à la fois d’hier et d’aujourd’hui, les femmes du clan du Loup disent d’autres débarquements, d’autres terres, d’autres fléaux. Ceux-ci, prévient Corbeau, ont à chaque fois cette double conséquence : « Un nouveau code moral s’avérait nécessaire et la culture ancestrale mourut peu de temps après. » Le Monde.fr, « Le Chant de Corbeau », de Lee Maracle : légendes d’Autochtones
  • La littérature est le chant du cœur du peuple et le peuple est l'âme de la littérature. De Jiang Zilong / La Vie aux mille couleurs
  • Le poème n'est accompli que s'il se fait chant, parole et musique en même temps. De Léopold Sédar Senghor / Comme les lamantins vont boire à la source
  • Juge l’oiseau à la plume et au chant, Et au parler l’homme bon ou méchant. De Proverbe français
  • Les oiseaux ne laissent qu'un chant éphémère ; l'homme passe, mais sa renommée survit. De Proverbe chinois
  • Qui n'aime point le vin, les femmes ni le chant restera sot toute sa vie. De Martin Luther
  • On reconnaît un oiseau en écoutant son chant, on reconnaît un homme en écoutant ce qu’il dit. De Proverbe chinois
  • Même parmi les insectes au chant, il en est d’habiles d’autres, non ! De Kobayashi Issa
  • Le plus beau chant est celui qui contient le plus grand silence. De Marie Noël / Notes intimes
  • Le langage de l'amant est son chant du cygne. De Jorge Gaitan Duran / Si demain je m'éveille
  • Mieux vaut écouter la semonce du sage qu’écouter le chant du fou. De La Bible / L’Ecclésiaste
  • Un chant d'amour est comme une caresse mise en musique. De Sigmund Romberg
  • Le chant est à la parole ce que la peinture est au dessin. De Duc de Lévis / Pensées détachées
  • Fais de ta plainte un chant d’amour pour ne plus savoir que tu souffres. De Proverbe touareg
  • Il suffit de chanter un chant de paix avec gesticulations et grimaces pour qu'il devienne un chant de guerre. De Jean Giraudoux / La Guerre de Troie n'aura pas lieu
  • La poésie c'est le chant intérieur. De François René de Chateaubriand
  • Chanter ne peut guère valoir Si au-dedans du cœur ne se lève le chant ; Ni le chant ne peut du cœur s'élever Si n'y réside l'amour pur. Bernard, de Ventadour,
  • Le chant et le silence mon beau pays de joie […]. Tristan Tzara, Terre sur terre, Les Trois Collines, Genève
  • Les plus désespérés sont les chants les plus beaux Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots. Alfred de Musset, Poésies, la Nuit de mai
  • Mais, ô mon cœur, entends le chant des matelots ! Stéphane Mallarmé, Poésies, Brise marine
  • Pas de plus ample chant que le chant qui finit. Pas de plus douce main que la main qui s'enfuit. Pierre Jean Jouve, Diadème, Mercure de France
  • Ce serait une erreur de croire que ces choses Finiront par des chants et des apothéoses […]. Victor Hugo, Les Châtiments, l'Expiation, VII, 10
  • Il suffit de chanter un chant de paix avec grimace et gesticulation pour qu'il devienne un chant de guerre. Jean Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, II, 4, Pâris , Grasset
  • Nous portons deux ou trois chants, que notre vie se passe à exprimer. Marcel Arland, Antarès, Gallimard
  • On pourra m'ôter cette vie, mais on n'éteindra pas mon chant. Louis Aragon, Les Yeux d'Elsa, Cahiers du Rhône
  • Je chante parce que l'orage n'est pas assez fort pour couvrir mon chant. Louis Aragon, Les Yeux d'Elsa, Cahiers du Rhône
  • L'homme pense son propre chant, et ne pense rien d'autre. Émile Chartier, dit Alain, Propos de littérature, Gallimard

Images d'illustration du mot « chant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chant »

Langue Traduction
Portugais canto
Allemand lied
Italien canto
Espagnol canto
Anglais singing
Source : Google Translate API

Synonymes de « chant »

Source : synonymes de chant sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires