La langue française

Mélodie

Définitions du mot « mélodie »

Trésor de la Langue Française informatisé

MÉLODIE, subst. fém.

A. − MUSIQUE
1. Suite de sons ordonnés selon les lois du rythme et de la modulation d'où résulte un air agréable à entendre; p.méton. (p.oppos. à harmonie), composition musicale formée de plusieurs phrases ayant ce caractère. Douce, lointaine, pure, simple mélodie; les règles de la mélodie. La mesure est essentielle à la mélodie et ne l'est point à l'harmonie (Ac.1935).Une belle mélodie nous fait sentir, sans calcul et sans attention, le mouvement et le repos qui sont les éléments du temps (Joubert,Pensées,t.2, 1824, p.9).Ses mélodies [de M. Puccini] sont faibles et molles; elles bercent, et ce sont des mélodies indulgentes à la digestion des personnes qui ont bien dîné (P. Lalo,Mus.,1899, p.128):
. Une belle mélodie (...) peut exister et durer au-dessus des siècles par le son d'un violon solitaire. Tout ce bruit que vous faites, et tout le bruit que font les musiciens, n'est que pour faire naître la mélodie sublime, sans grincements ni sifflements ni battements autour; il faut que les bruits soient vaincus. Alain,Propos,1922, p.356.
P. métaph. Les oiseaux de l'extase ont leurs nids dans tes yeux. La mélodie du monde inonde tes cheveux (Montherl.,Encore inst. bonh.,1934, p.679).
2. Composition musicale faite sur le texte d'un poème avec accompagnement (le plus souvent au piano). Synon. chanson, chant, lied, romance.Mélodie de Fauré, de Weber; chanter, fredonner une mélodie. V. alanguissant ex.
B. − P. anal. Caractère de ce qui est agréable à entendre. Synon. harmonie.Lamartine a eu besoin encore de toute la mélodie de son vers pour n'être point effacé par le prosateur qui le devance (Sainte-Beuve,Chateaubr.,t.2, 1860, p.15).Cette fâcheuse tradition [de dire les vers] détruit la continuité, la mélodie infinie qui se remarque si délicieusement dans Racine (Valéry,Pièces sur art,1931, p.46).
PHONÉT. On appelle mélodie de la phrase la courbe sonore résultant de la succession des intonations ou hauteurs des sons (Mar.Lex.1951, p.142).
Prononc. et Orth.: [melɔdi]. Ac. 1694, 1718 melodie, dep. 1740 mé-. Étymol. et Hist. 1. a) α) début du xiies. «chant» (St Brendan, 1787 ds T.-L.); β) 1remoitié du xiies. «succession de sons ordonnés de façon à constituer une forme, une structure perceptible et agréable» (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, p.260); b) 1844 «composition instrumentale (ou vocale) avec accompagnement» (Balzac, Muse départ., p.178); 2. 1765 «courbe de variations de hauteur dans une phrase, un mot» (Encyclop. t.10: mélodie du discours). Empr. au b. lat. melodia «air musical; harmonie, accord», issu du gr. μ ε λ ω δ ι ́ α «chant d'homme, chant d'oiseau, chant avec accompagnement de musique; poésie lyrique», de μ ε λ ω δ ο ́ ς «qui chante, mélodieux», comp. de μ ε ́ λ ο ς (v. mélo-) et de α δ ω «chanter». Fréq. abs. littér.: 896. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1061, b) 952; xxes.: a) 1668, b)1391.

Wiktionnaire

Nom commun

mélodie \me.lɔ.di\ féminin

  1. (Musique) Suite de sons d’où résulte un chant agréable et régulier.
    • La mélodie est, à la musique, ce que l’image et le sentiment sont à la poésie, une fleur qui peut s’épanouir spontanément. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Une recette, c’est comme une partition. La musicienne lit les notes qui se présentent à elle et, simultanément, elle en entend la mélodie : les voir c’est les entendre, avant même de les jouer. — (Françoise Vergès, À vos mangues !, traduction de Dominique Malaquais, dans Politique africaine, 2005/4, n° 100, p. 319)
  2. Arrangement de sons, exécutés, entendus successivement dans un même air, par opposition à l’harmonie qui consiste dans l’accord de plusieurs sons exécutées, entendues simultanément.
    • Le jazz c'est chiant en fait. Certes les musiciens touchaient leur bille mais les mélodies sont toujours pourraves. Ça ne raconte rien, seulement un enchaînement de notes sans histoire. Les musiques sans saveur ni paroles, c'est bon pour les ascenseurs. — (Paul Mettery, Palmaille: ou la stratégie du retour, BoD - Books on Demand, 2020)
    • Les règles de la mélodie.
    • La mesure est essentielle à la mélodie et ne l’est point à l’harmonie.
  3. Pièce de musique vocale avec accompagnement.
    • Les mélodies de Fauré.
  4. (Par extension) (Poésie et prose) Qualité harmonieuse d’une suite de mots ou de phrases.
    • La mélodie des vers de Racine.
    • Chaque langue orale possède sa propre mélodie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉLODIE. n. f.
Suite de sons d'où résulte un chant agréable et régulier. Douce mélodie. Cet air a beaucoup de mélodie. Cet air manque de mélodie. Il se dit quelquefois, dans un sens plus technique, de Tout arrangement de sons, exécutés, entendus successivement dans un même air, par opposition à l'Harmonie qui consiste dans l'accord de plusieurs parties exécutées, entendues simultanément. Les règles de la mélodie. La mesure est essentielle à la mélodie et ne l'est point à l'harmonie. Il se dit encore d'une Pièce de musique vocale avec accompagnement. Les mélodies de Fauré.

MÉLODIE se dit, par extension, en parlant de poésie ou de prose, et désigne la Qualité harmonieuse d'une suite de mots ou de phrases. La mélodie des vers de Racine.

Littré (1872-1877)

MÉLODIE (mé-lo-die) s. f.
  • 1Suite de sons d'où résulte un chant agréable et régulier. Douce mélodie. Cet air a beaucoup de mélodie. Ce qu'on dit de la grâce divine, qui tout à coup transforme les cœurs, peut, humainement parlant, s'appliquer à la puissance de la mélodie, Staël, Corinne, IX, 2.
  • 2Série, par opposition à harmonie, de sons successifs qui forme une ou plusieurs phrases musicales. La mélodie est dans la musique ce qu'est le dessin dans la peinture ; l'harmonie n'y fait que l'effet des couleurs, Rousseau, Exam. des deux princ. sur la mus. Les Italiens prétendent que notre mélodie est plate et sans aucun chant, et toutes les nations neutres confirment unanimement leur jugement sur ce point, Rousseau, Lett. sur la mus. franç. La mélodie italienne trouve, dans chaque mouvement, des expressions pour tous les caractères, des tableaux pour tous les objets, Rousseau, ib. Une mélodie qui ne parle point, chante toujours mal, et la seule harmonie n'a jamais rien su dire au cœur, Rousseau, Hél. I, 48. C'est de la seule mélodie que sort cette puissance invincible des accents passionnés ; c'est d'elle que dérive tout le pouvoir de la musique sur l'âme, Rousseau, ib. I, 48.
  • 3S'emploie souvent, mais à tort, comme synonyme de romance. Les mélodies de Schubert.

    Se dit aussi d'un chœur religieux chanté et accompagné à l'unisson.

  • 4 Par extension, en parlant de poésie ou de prose, choix et suite de mots, de phrases propres à flatter l'oreille. La mélodie du style. Quinault, dédaigné par Racine, avait, dans la mélodie de ses paroles, quelques accents de la même voix, Villemain, Dict. de l'Acad. Préface, p. XVIII.

HISTORIQUE

XIIe s. La melodie des salmes [psaumes] que jeo ai chanted, Liber psalm. p. 260.

XIIIe s. Loez le seigneur et haut et bas, en toutes manieres de melodie, Psautier, f° 179. Tel melodie demenoient Li oisel qui illoec cantoient, Fl. et Bl. 635. Harpes i sonent et vieles, Qui font les melodies beles, Ren. 27074. Là font entr'eus lor armonies Qui sunt causes des melodies Et des diversités de tons Que par acordance metons En toutes manieres de chant, la Rose, 17152.

XIVe s. Le musicien se delette en bonnes melodies, et a tristece as malveses, Oresme, Eth. 284. Melodie est concorde de sons, en les variant l'un après l'autre par succession de temps, Oresme, Thèse de MEUNIER. Nulles herbes ne nulles melodies n'ont aulcune vertu naturelle de guerir les lunaticques, le Songe du vergier, I, 176.

XVIe s. J'aime tant ceste melodie De nos vaux-de-vire nouveaux ! J. le Houx, XII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MÉLODIE, s. f. en Musique, est l’arrangement successif de plusieurs sons, qui constituent ensemble un chant régulier. La perfection de la mélodie dépend des regles & du goût. Le goût fait trouver de beaux chants ; les regles apprennent à bien moduler : il n’en faut pas davantage pour faire une bonne mélodie.

Les anciens resserroient plus que nous le sens de ce mot : la mélodie n’étoit chez eux que l’exécution du chant ; sa composition s’appelloit mélopée : l’une & l’autre s’appelle chez nous mélodie. Mais comme la constitution de nos chants dépend entierement de l’harmonie, la mélodie ne fait pas une partie considérable de notre musique. Voyez Harmonie, Melopée, &c. Voyez aussi l’article Fondamentale sur cette question, si la mélodie vient de l’harmonie. (S)

Mélodie oratoire, (Art oratoire.) accord successif des sons, dont il n’existe à la fois qu’une partie, mais partie liée par ses rapports avec les sons qui précédent & qui suivent ; comme dans le chant musical, où les sons sont placés à des intervalles aisés à saisir : c’est le ruisseau qui coule.

La mélodie du discours consiste dans la maniere dont les sons simples ou composés sont assortis & liés entr’eux pour former des syllabes ; dans la maniere dont les syllabes sont liées entr’elles pour former un mot ; les mots entr’eux pour former un membre de période, ainsi de suite.

Toutes les langues sont formées de voyelles, de consonnes & de diphthongues, qui sont des combinaisons de voyelles seulement. On a fait ensuite les syllabes, qui sont des combinaisons des voyelles avec les consonnes. De ces combinaisons primordiales du langage, les peuples ont formé leurs mots, qu’ils ont figuré au gré de certaines lois, que l’usage, l’habitude, l’exemple, le besoin, l’art, l’imagination, les occasions, le hasard ont introduits chez eux. C’est ainsi que de sept notes, les Musiciens ont composé non-seulement différens airs, mais différentes especes, différens genres de musique.

Ceux qui ont traité de la mélodie, nous disent que les lettres doivent se joindre entr’elles d’une maniere aisée ; qu’il faut éviter le concours trop fréquent des voyelles, parce qu’elles rendent le discours mou & flottant ; celui des consonnes, parce qu’elles le rendent dur & scabreux ; le grand nombre des monosyllabes, parce qu’elles lui ôtent sa consistance ; celui des mots longs, parce qu’ils le rendent lâche & traînant ; il faut varier les chûtes, éviter les rimes, mettre d’abord les plus petites phrases, ensuite les grandes ; enfin il faut, dit-on, que les consonnes & les voyelles soient tellement mêlées & assorties, qu’elles sa donnent par retour les unes aux autres, la consistence & la douceur ; que les consonnes appuient, soutiennent les voyelles ; & que les voyelles à leur tour, lient & polissent les consonnes ; mais tous ces préceptes demandent une oreille faite à l’harmonie. Ils ne doivent pas être toujours observés avec bien du scrupule ; c’est au goût à en décider. Il suffit presque que le goût soit averti qu’il y a là dessus des lois générales, afin qu’il soit plus attentif sur lui-même. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mélodie »

Du latin melodia issu du grec ancien μελῳδία, melôidía (« chant ») composé de μέλος, mélos (« arrangement musical ») et ᾠδή, ôidế (« chant »).
(Premier quart du XIIe siècle) melodie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. esp. et ital. melodia, de μελωδία, de μέλος, et ᾠδὴ, chant. La mélodie est donc proprement le chant du melos. Pour bien comprendre ce mot, il faut se rappeler que melos originairement signifiait membre, et qu'on a, dès les premiers temps, appelé ainsi les parties en lesquelles une phrase se divise. Ce sont ces parties qui frappent l'oreille de manière à marquer une certaine cadence ; et la mélodie était précisément le chant musical de cette phrase cadencée. Tous les autres sens dérivent naturellement de celui-là (voy. MÉLOPÉE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mélodie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mélodie melɔdi

Citations contenant le mot « mélodie »

  • Toute âme est une mélodie, qu'il s'agit de renouer […]. Stéphane Mallarmé, Variations sur un sujet, Crise de vers
  • Tout organisme est une mélodie qui se chante elle-même. Maurice Merleau-Ponty, La Structure du comportement, P.U.F.
  • Celui qui chante va de la joie à la mélodie, celui qui entend, de la mélodie à la joie. De Rabindranàth Tagore / A quatre voix
  • Toute âme est une mélodie qu’il s’agit de renouer. De Stéphane Mallarmé
  • Une musique sans mélodie est comme une perdrix aux choux qui ne se composerait que de choux. De Alphonse Karr / Pensées des boulevardiers
  • La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles. De Gustave Flaubert / Madame Bovary
  • Voici donc la mélodie, vénéneuse et bouffonne, de la chair exhibée, offerte, captée. L’indécence des corps tordus, défaits, cambrés, remodelés, traversés. L’illumination de la fièvre, de la débauche, du débordement. De Guy Scarpetta
  • Le musicien peut chanter pour vous la mélodie qui est en tout espace. Mais il ne pourrait vous donner l'oreille qui saisit le rythme, ni la voix qui lui fait écho. De Khalil Gibran / Le Prophète
  • A la différence du roman, la chanson cherche inlassablement la clef d'une énigme tendue par la mélodie. De Amélie Nothomb / L’Express - 13 Juin 2002
  • La poésie est si essentiellement musicale qu'il n'y a pas de si belle pensée devant laquelle le poète ne recule si sa mélodie ne s'y trouve pas. De Alfred de Musset / Poète déchu
  • Il faut avoir l'humilité d'écouter la voix des autres et plutôt que d'en comparer le timbre et la mélodie avec la nôtre, il faut l'entendre par ce qu'elle dit. De Jean-Marie Adiaffi / La Carte d'identité
  • Cette mélodie est à l'origine celle d'une sonnette que tout un chacun peut installer sur sa porte d’entrée. Mais aujourd’hui, elle est la signature sonore de l'un des plus grands réseaux de supérettes de quartier (combini), les célèbres Family Mart. DozoDomo, Comment la sonnerie d'une supérette est devenue l'une des mélodies les plus célèbres du Japon ? | DozoDomo
  • Le Festival Classica porte le plus important projet lyrique jamais réalisé au Canada, lequel constitue également le plus ambitieux chantier consacré à la mélodie française dans l’histoire de l’enregistrement moderne, soit l’intégrale des mélodies de Jules Massenet, prolifique compositeur français (1842-1912). Le Lien MULTIMÉDIA :: le portail des professionnels du numérique au Québec, Le Festival Classica propose en première mondiale l'intégrale des mélodies de Jules Massenet - Le Lien MULTIMÉDIA :: le portail des professionnels du numérique au Québec

Images d'illustration du mot « mélodie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mélodie »

Langue Traduction
Anglais melody
Espagnol melodía
Italien melodia
Allemand melodie
Chinois 旋律
Arabe لحن
Portugais melodia
Russe мелодия
Japonais メロディー
Basque melodia
Corse melodia
Source : Google Translate API

Synonymes de « mélodie »

Source : synonymes de mélodie sur lebonsynonyme.fr

Mélodie

Retour au sommaire ➦

Partager