La langue française

Chancre

Définitions du mot « chancre »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHANCRE, subst. masc.

A.− PATHOL. ,,Érosion ou ulcération cutanée ou muqueuse qui constitue la porte d'entrée de certaines maladies infectieuses`` (Méd. Biol. t. 1 1970) :
1. Devant la porte un enfant immobile, appuyé contre le mur : son visage est rongé d'un chancre. Gide, Journal,1914, p. 407.
P. métaph. :
2. Lorsque le chancre de la spéculation n'en était qu'à la période d'incubation, faisait de lui un terrible joueur, ... Zola, La Curée,1872, p. 387.
3. Le poëte Ponge. Pauvre homme déjà ravagé par le chancre littéraire, il a l'air d'une expérience d'inoculation. Renard, Journal,1910, p. 738.
En partic. Chancre mou ou, peu usité, chancre simple. Maladie vénérienne caractérisée par une ulcération profonde remplie de pus, siégeant habituellement sur le fourreau de la verge chez l'homme et aux grandes lèvres ou à la fourchette chez la femme (d'apr. Méd. Biol. t. 1 1970). Synon. chancroïde.
Expr. Manger comme un chancre. ,,Manger excessivement`` (Ac. 1835-78).
B.− P. anal., SYLVIC. Affection cryptogamique ou bactérienne qui ronge l'écorce et le bois de certains arbres.
Prononc. et Orth. : [ʃ ɑ ̃kʀ ̥]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 2emoitié xiies. cancre « ulcère, cancer » (Grégoire, 211, 3 ds T.-L.); 1remoitié xiiies. chancre (Du Chevalier qui recovra l'amor, éd. Montaiglon-Raynaud, t. 6, p. 144, v. 189); 1566 « ulcère vénérien » (H. Estienne, Apol. pour Her., ch. 14 [I, 201-202] ds Hug.); 2. 1690 sylvic. (Fur.); 3. début xviiies. fig. (Saint-Simon, 20, 231 ds Littré). Du lat. cancer, -iri [« crabe », v. cancre] « chancre, cancer » attesté dep. Caton ds TLL s.v., 231, 14 attesté sous la forme cancrus vies. Oribase, ibid., 228, 32; emploi fig. en lat. chrét., Tertullien ds Blaise. Fréq. abs. littér. : 60.
DÉR. 1.
Chancreux, euse, adj.a) Synon. de chancrelleux*.L'induration chancreuse s'efface en général peu à peu après la cicatrisation (Nicolas dsF. Widal, P.-J. Teissier, G.-H. Roger, Nouv. traité de méd.,fasc. 4,1920-24, p. 617).b) Qui est atteint d'un chancre. Incinération des bois de taille chancreux (H. Boulay, Arboric. et production fruitière,1961, p. 102).[ʃ ɑ ̃kʀø], fém. [-ø:z]. Ds Ac. 1694-1932. 1resattest. a) 1314 « cancéreux » (H. de Mondeville, La Chirurgie, éd. Ch. Bos, 2008), 1560 ulceres chancreuses (Paré, V, 19 ds Littré), b) av. 1717 sylvic. cf. supra B (Liger ds Trév. 1732); de chancre, suff. -eux*.
2.
Chancroïde, subst. masc.Synon. de chancre mou.Emploi adj. Chez l'homme, la plaie qui a servi de voie d'introduction au virus présente un aspect ulcéreux, chancroïde (Courmont, Dufourt dsF. Widal, P.-J. Teissier, G.-H. Roger, Nouv. traité de méd.,fasc. 4,1920-24, p. 342). Seule transcr. ds Littré : chan-kro-i-d'. 1reattest. 1868 (Lar. 19e); de chancre, suff. -oïde*.
BBG. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 152. − Gottsch. Redens. 1930, p. 171. − Lew. 1960, p. 229. − Sain. Sources t. 3, 1972 [1930], p. 228.

Wiktionnaire

Nom commun

chancre \ʃɑ̃kʁ\ masculin

  1. (Désuet) Écrevisse, crabe. (Parfois encore utilisé en Charente-Maritime).
  2. (Médecine) Ulcère qui ronge les parties environnantes.
    • — J’allais autrefois à l’hôpital Broca où l’un de mes anciens camarades de lycée était externe en médecine. J’ai vu passer au spéculum toutes les filles, avec leurs maladies. J’ai vu passer les petites femmes du Quartier qui ont un chancre et qui rient parce qu’on leur a dit : « La vérole n’est rien. Pendant trois ans on prend des pilules. » J’ai vu passer les femmes qui ont dix-huit mois de vérole et qui pleurent. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, pages 119-120)
    • En pratique, la recherche directe du tréponème pâle se fera essentiellement au niveau du chancre, des adénopathies, des plaques muqueuses et des syphilides cutanées. — (Michel Vaubourdolle, Infectiologie, page 331, Wolters Kluwer France, 2007)
  3. Ulcère qui attaque le gros bétail et qui commence par occuper le dessous de la langue d’où il s’étend rapidement vers les parties environnantes.
  4. (Sylviculture) (Arboriculture) (Phytopathologie) Maladie causée par des champignons microscopiques qui survient aux arbres et qui les ronge.
    • Le Nectra galligena est responsable du chancre du pommier qui se forme à la suite d’une blessure par outil ou d’un dégel brutal. Cantonné sous l’écorce, il en provoque le détachement puis attaque le bois. — (Delahaye Thierry & Vin Pascal, Le pommier, 95 p., page 32, 1997, Actes Sud, Le nom de l'arbre)
  5. (Figuré) Vice d’administration, fléau public qui appauvrit l’État, qui le ruine insensiblement.
    • La vénalité est un chancre qui dévore ce pays.
  6. (Figuré) Ce qui ronge, obsède, détruit.
    • De ma vie je n’ai donné d’ordre sans rire, sans faire rire ; c’est que je ne suis pas rongé par le chancre du pouvoir : on ne m’a pas appris l’obéissance. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 20.)

Forme de verbe

chancre \ʃɑ̃kʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de chancrer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de chancrer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de chancrer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de chancrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de chancrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHANCRE. n. m.
T. de Médecine. Ulcère qui ronge les parties environnantes. Chancre vénérien. Il a le visage rongé par un chancre. Il se dit également, en termes d'Art vétérinaire, d'une Sorte d'ulcère qui attaque le gros bétail et qui commence par occuper le dessous de la langue d'où il s'étend rapidement vers les parties environnantes. Il se dit pareillement, en termes d'Agriculture, d'une Maladie causée par des champignons microscopiques qui survient aux arbres et qui les ronge. Cet arbre a un chancre. Il se dit, figurément, d'un Vice d'administration, d'un fléau public qui appauvrit l'État, qui le ruine insensiblement. La vénalité est un chancre qui dévore ce pays.

Littré (1872-1877)

CHANCRE (chan-kr') s. m.
  • 1Petit ulcère qui a de la tendance à s'étendre et à ronger les parties environnantes. Elle se résolut enfin de le détromper [R. Lulle amoureux], en lui découvrant, de l'aveu ou même du conseil de son mari, un chancre horrible qu'elle avait au sein, à la mamelle gauche, qui la dévorait peu à peu, Perroquet, Vie de R. Lulle, p. 6.

    Fig. et populairement. Manger comme un chancre, manger excessivement, comme le chancre qui dévore toujours.

    Fig. Vice, fléau, plaie qui ruine, qui détruit. Ces affaires ne furent rien en comparaison d'une autre dont l'entreprise donna lieu à la plus grande plaie que la pairie pût recevoir et qui en devint la lèpre et le chancre, Saint-Simon, 20, 231. À ce trait, on reconnaît bien le chancre rongeur de Rome sur les États qui s'en laissent subjuguer, Saint-Simon, 451, 60.

  • 2 Terme de médecine. Ulcère vénérien primitif.
  • 3 Terme de vétérinaire. Ulcération qui se forme sur la membrane muqueuse des narines du cheval affecté de la morve.

    Chancre de la langue, ou glossanthrax, ou chancre volant, le charbon, lorsqu'il a son siége sur cet organe.

  • 4 Terme de botanique. Chancre des arbres, maladie des arbres, consistant dans la formation d'espèces d'ulcères qui détruisent de proche en proche l'écorce et le bois.

    Fig. Des dents… Où le chancre et la rouille en monceaux s'amassait, Régnier, Sat. X.

  • 5 Terme de fauconnerie. Espèce de tartre qui s'attache au gosier et à la partie inférieure du bec d'un faucon.

HISTORIQUE

XIVe s. Si ung faulcon a cancre dedens le bec, Modus, f. XCII, verso.

XVe s. En chancre et fix [fics, excroissances] et en ces ords cuveaulx Où nourrices essangent leur drappeaux… Soient frittes ces langues venimeuses, Villon, Ball.

XVIe s. Amputer les excroissances, comme loupes, verrues, polypes, chancres, et autres chairs superflues, Paré, Introd. 21. Cancer est une tumeur qui ressemble à un cancre de mer, Paré, ib. 21. Ceste tumeur a pris le nom de chancre, parce qu'elle ressemble beaucoup au poisson appelé chancre, Paré, V, 24. Le vulgaire appelle ceste maladie [l'état saburral des nouveau-nés] le chancre blanc, Paré, XVIII, 17. Te vienne le chancre, H. Estienne, Apol. d'Hérod. p. 129, dans LACURNE. Sa playe se pourrissait de chancre, Nuits de Straparole, t. II, p. 28, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHANCRE, s. m. terme de Chirurgie, est un ulcere malin qui ronge & mange les chairs : il tient de la nature du carcinome. Voyez Carcinome.

On appelle communément chancres, des petits ulceres qui viennent au-dedans de la bouche : ils sont simples, scorbutiques, ou vénériens ; les simples ne sont point différens des aphthes. V. Aphthes.

Les chancres scorbutiques attaquent particulierement les gencives qui sont dures, élevées, gorgées d’un sang noir ; les racines des dents sont déchaussées, &c. Voyez Scorbut.

Les chancres vénériens qui viennent dans la bouche affectent plus particulierement les glandes amygdales & le voile du palais. Il y a souvent carie de l’os propre du palais & de la voûte palatine. Ces chancres sont des symptomes de la vérole. Voyez Vérole. La guérison de ces chancres exige, après l’exfoliation des os du palais, l’usage d’un instrument qui supplée aux os. Voyez Obturateur.

Il survient des chancres ou ulceres vénériens aux parties naturelles de l’un & l’autre sexe, à la suite d’un commerce impur : le bon ou le mauvais traitement de ces sortes d’ulceres décide souvent du sort du malade. On peut quelquefois les guérir radicalement par un traitement méthodique, sans que la vérole se manifeste. Quelques praticiens prétendent qu’un chancre vénérien est une preuve de vérole confirmée, & que le traitement du vice local de l’administration de quelques anti-vénériens, ne dispense pas de passer par les grands remedes. Sur tout cela il faut que le Chirurgien se guide par les accidens, & que le malade soit guidé par un habile Chirurgien. (Y)

Chancre, (Jardinage.) est une maladie assez ordinaire aux arbres : c’est un défaut dans la séve, qui se porte dans une partie de la tige avec trop d’abondance, & qui y cause une pourriture qui s’étend, & qui dépouille enfin toute l’écorce.

Le vrai moyen de guérir cette maladie, est de couper jusqu’au vif toute la partie atteinte de ce mal, & de remplir la plaie avec de la bouse de vache, qu’on fait tenir avec du linge lié au corps de l’arbre chancreux. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chancre »

Provenç. cranc ; ital. granchio, grancio, cancro, canchero ; du latin cancer (voy. CANCER et CANCRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin cancer (« crabe », « cancer ») qui a donné, en français cancre et chancre lesquels signifiaient « écrevisse » et « ulcération des chairs » ; l'un a gardé un sens métaphorique, l'autre un sens médical.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chancre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chancre ʃɑ̃kr

Évolution historique de l’usage du mot « chancre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chancre »

  • Ô envie, peste de la vie, prison des coeurs, ver immortel, chancre de l'âme et enfer des vivants : où est-ce que tu conduis les âmes qui se laissent emporter à ta rage ? De Jean-Pierre Camus / Les Occurrences remarquables
  • « Tout est mis œuvre pour limiter l'expansion de ce champignon » assure le département. Il faut dire que le chancre coloré à de quoi effrayer. Ce champignon est responsable de la mort de 24 000 arbres le long du canal du Midi. En agissant rapidement, le CD92 espère préserver le Domaine départemental du parc de Sceaux tout proche. D'autres arbres, autant que les pertes, seront replantés au printemps prochain mais ce ne seront pas des platanes, bannis pendant 10 ans. leparisien.fr, Chancre coloré : 102 platanes vont être abattus à Antony - Le Parisien
  • C'est une très mauvaise nouvelle pour les habitants de Rabastens : la place emblématique de la petite ville tarnaise, bordée de platanes, va être prochainement amputée de 27 de ses arbres. En cause, le chancre coloré qui touche l'un d'eux.  France 3 Occitanie, Chancre coloré : la promenade des Lices à Rabastens bientôt privée de 27 platanes
  • Aix : dix platanes atteints du chancre abattus sur le Cours... LaProvence.com, Aix : dix platanes atteints du chancre abattus sur le Cours Mirabeau | La Provence
  • - primaires (jusqu’à 3 mois après l’exposition) : bouton rouge de 5 à 15mm, avec un trou mais non douloureux sur l’anus, les parties génitales, la gorge…Ce chancre passe souvent inaperçu !  France Bleu, La syphilis est de retour
  • Alors qu’il était jusqu’ici l’un des trois départements du grand Sud épargnés (avec les Landes et les Pyrénées-Atlantiques), pour la première fois, le terrible champignon du chancre coloré qui a décimé les platanes du canal du Midi a été récemment repéré dans le Gers. Pas d’affolement. Pas d’inquiétudes qui seraient plus que prématurées. Seuls deux sujets ont été signalés : l’un par les techniciens du Département sur le secteur de Miradoux (RD 953), et l’autre, par un riverain, sur la route départementale 939 (commune de Biran, en direction de Vic). ladepeche.fr, Le Gers à son tour concerné par le chancre coloré - ladepeche.fr

Traductions du mot « chancre »

Langue Traduction
Anglais canker
Espagnol chancro
Italien cancro
Allemand pechkrebs
Portugais cancro
Source : Google Translate API

Synonymes de « chancre »

Source : synonymes de chancre sur lebonsynonyme.fr

Chancre

Retour au sommaire ➦

Partager