Chaland : définition de chaland


Chaland : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHALAND1, subst. masc.

Grand bateau plat servant au transport des marchandises sur les rivières et les canaux. Un chaland chargé de foin, de vin (Ac. 1798-1932); chaland pétrolier (Pétrol. 1964); chaland-citerne (Lar. encyclop.) :
1. ... des bêtes et des hommes tiraient, s'essoufflaient, sur les gros pavés en pente qui descendaient jusqu'à l'eau, à ce bord de granit où s'amarrait une double rangée de chalands et de péniches; ... Zola, L'Œuvre,1886, p. 254.
2. À ce moment, nous croisâmes un train de chalands. Notre bateau se prit à danser. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Vue de la Terre promise, 1934, p. 40.
[P. anal. de forme] Sorte d'allège à fond plat chargée de pierres ou de blocs artificiels servant dans les ports à la protection des digues et des jetées. Chalands verseurs, chalands à clapets (Le Clère 1960).
Prononc. et Orth. : [ʃalɑ ̃]. Chaland ds Ac. 1718-1932; cf. aussi Besch. 1845, DG, Rob., Lar. encyclop., Dub., Lar. Lang. fr. Chaland ou chalan ds Lar. 19e-20e, Littré, Guérin 1892 et Quillet 1965. Chaland ou chalou ds Pt Lar. 1906. Étymol. et Hist. 1100 caland (Roland, éd. J. Bédier, 2467); ca 1160 chaland (Wace, Rou, II, 2002 ds T.-L.). Empr. au gr. byz. χ ε λ α ́ ν δ ι ο ν (ixe-xes. ds Du Cange, Glossarium ad scriptores mediae et infimae Graecitatis, s.v.).
DÉR.
Chalandage, subst. masc.Utilisation des chalands en matière de transports (d'apr. Le Clère 1960). Trois sociétés de transports : chalandage, remorquage, tramways (Malraux, La Condition humaine,1933, p. 242). 1reattest. 1933 id.; de chaland1(il n'existe pas de verbe *chalander); avec suff. -age*, p. anal. avec halage*, remorquage* (v. -age, t. 2, p. 99a B 2 rem.). Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Capelovici (J.). Parlons fr. Vie Lang. 1962, pp. 634-641. − Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 142.

CHALAND2, ANDE, subst.

A.− Vx. Celui, celle qui achète habituellement chez un même marchand. Un marchand qui a beaucoup de chalands (Ac. 1798-1932). Synon. client, cliente.Pour un rien, il disait leur fait aux chalandes (A. France, Crainquebille,1904, p. 46):
1. Pendant la première année, César Birotteau mit sa femme au fait de la vente et du détail des parfumeries, métier auquel elle s'entendit admirablement bien; elle semblait avoir été créée et mise au monde pour ganter les chalands. Balzac, César Birotteau,1837, p. 43.
P. ext. Celui, celle qui achète occasionnellement chez un marchand. Faire venir, attirer les chalands (Ac. 1798-1932). Synon. acheteur, acheteuse :
2. ... les chalands de rencontre lui payaient mal ses ouvrages et l'insultaient en en discutant le prix, ... Gobineau, Nouvelles asiatiques,Histoire de Gambèr-Aly, 1876, p. 130.
B.− P. anal., avec une nuance péj. [En parlant d'une pers., en relation avec un public (femme, écrivain)] Amateur, celui, celle qui éprouve un grand intérêt. Cette femme est un fort bon parti, elle ne manquera pas de chalands (Littré). La petite Mimi Olivier (...) genre catin et une figure qui lui donnera des chalands (Stendhal, Journal,t. 2, 1805-08, p. 298):
3. ... je doute que Calvin, de nos jours, eût beaucoup de chalands. Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 3, 1851-62, p. 2.
Fam. Personnage, bonhomme, connaissance. C'est un chaland dont je ne me soucie guère (Littré); ,,gaillard, homme de plaisir`` (Lar. 19e-20e) :
4. ... quelque honnête chrétien, de ceux que les uns appellent un gonze, les autres un bon chaland... Nerval, Nouvelles et fantaisies,1855, p. 190.
Prononc. et Orth. : [ʃalɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:d]. Ds Ac. 1694-1932. Fér. 1768 rappelle que Richelet Port. admet également la graph. chalant. Étymol. et Hist. 1. a) 1174 chalant « (ami) protecteur » (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. Walberg, 1243 ds T.-L., s.v. chaloir), rare; b) 2emoitié du xiiies. canlant, chanlant « compagnon, gaillard, ami » (Du prestre qu'on porte ou De la longue nuit ds Rec. de fabliaux, éd. Montaiglon et Raynaud, t. 4, vers 421, 431 et 834) − 1771 Trév. au sens de « amoureux »; c) fin xiiies. chanlant « compagnon qui exerce le même métier (ou client?) » (E. Boileau, Métiers, éd. G.-B. Depping, 374 ds T.-L.); d) xives. chalan « ami, plus spécialement personne charitable qui fait des dons en nature ou en espèces » (Miracle de Pierre le Changeur ds Miracles de Nostre Dame, éd. Paris et Robert, t. 6, p. 233); 2. 1548 chalant « client » (Rabelais, Quart livre, éd. Marty-Laveaux, t. 2, p. 289, 295 [d'apr. Hug. le mot pourrait avoir dans ces 2 ex. à la fois le sens péj. de « coquin, vaurien » déjà attesté en 1534 chez Rabelais, Gargantua, même éd., t. 1, p. 98 et celui de « client »]). Part. prés. substantivé de l'a. fr. chaloir impers. « importer, avoir de l'intérêt », v. ce mot; forme chaland par substitution du suff. -and (Nyrop t. 3, § 174). Chaland signalé au sens de « client » par FEW t. 2, p. 836 dans le Recueil Trepperel, figure en réalité dans ce texte au sens de « compagnon, ami, galant » (v. ce texte, éd. Droz et Lewicka, t. 1, Les sotties, Sottie à cinq personnages, p. 169, 177 et Sottie des sots qui corrigent le Magnificat, p. 210) et l'attest. de E. Boileau (supra) étant douteuse, le sens de « client » ne semble pas attesté av. Rabelais.
STAT. − Chaland 1 et 2. Fréq. abs. littér. : 151.
BBG. − Capelovici (J.). Parlons fr. Vie Lang. 1962, pp. 634-641.

Chaland : définition du Wiktionnaire

Adjectif

chaland \ʃa.lɑ̃\ masculin (inconnu au féminin)

  1. (Désuet) Qualifiait un pain blanc et massif.
    • Chacun est assez bon galand,
      Pourveu qu'il ait un pain chaland,
      Vous ne regardez plus sa trogne.
      — (sieur de La Valise, chevalier de la Treille, La Famine, ou les Putains à cul, 1646)

Nom commun 1

chaland \ʃa.lɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : chalande)

  1. Personne qui éprouve de l'intérêt pour une autre, s'attache à elle, galant.
    • Cette femme est un fort bon parti, elle ne manquera pas de chalands.
    • Savez-vous bien qu'elle est assez sotte ? Cela n'attire point les chalands. — (Mme de Sévigné)
  2. (Commerce) Celui ou celle qui achète ordinairement chez un même marchand.
    • Il payait trop cher ce qui lui plaisait, et souvent ne se décidait plus à le revendre ; ou bien, il vendait trop bon marché, s'il croyait son chaland dans la gêne. — (Pierre-Henri Simon, Les Raisins verts, 1950)
    • Un marchand qui a beaucoup de chalands.
    • Faire venir, attirer les chalands.
    • Il entra dans la boutique un chaland, auquel ces souliers plurent tant qu'il les paya plus cher que de coutume. — (Jacob et Wilhelm Grimm, Les Nains magiques)
    • Les garçons de comptoir, eussent-ils eu cent sous comme Briarée, n’auraient pu suffire à servir les chalands qui s’arrachaient les provisions. — (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème , 1848)

Nom commun 2

chaland \ʃa.lɑ̃\ masculin

  1. (Navigation) Grand bateau plat dont on se sert pour transporter les marchandises.
    • Et je n’aurai pas même le temps de visiter le mont Ararat, à l’endroit où s’est arrêtée, au quarantième jour du déluge, l’arche de Noé, ce chaland primitif de l’illustre patriarche ! — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. I, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Des chalands, noirs d’une poussière de charbon, descendaient sur l’eau verte — (Émile Zola, Le Ventre de Paris, Georges Charpentier, Paris, 1873)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Chaland : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHALAND, ANDE. n.
Celui, celle qui achète ordinairement chez un même marchand. Un marchand qui a beaucoup de chalands. Ses chalands l'ont quitté. Un nouveau chaland. Faire venir, attirer les chalands.

Chaland : définition du Littré (1872-1877)

CHALAND (cha-lan, lan-d') s. m.
  • 1Acheteur, pratique. Ce marchand a beaucoup de chalands, de bons chalands. Il perd ses chalands.

    Quelquefois, simplement, acheteur. Faire venir les chalands.

  • 2 Par extension, client, et toute personne qui en recherche une autre, s'attache à elle, entretient avec elle des rapports habituels. Cette femme est un fort bon parti, elle ne manquera pas de chalands. Savez-vous bien qu'elle est assez sotte ? Cela n'attire point les chalands, Sévigné, 309. Cache ton corps sous un habit funeste ; Ton lit, Margot, a perdu ses chalands ; Et tu n'es plus qu'un misérable reste Des premiers temps et des premiers galants, Mainard, dans RICHELET.

    Familièrement. C'est un chaland [une connaissance] dont je ne me soucie guère. Nous ne serons pas longtemps chalands [en bons rapports], si vous vous conduisez ainsi.

  • 3Se disait d'une sorte de pain assez blanc et très massif. Mais retournons à table où l'éclanche [de mouton]… Des dents et du chaland séparait la querelle, Régnier, Sat. X.

    Adjectivement, pain chaland. Ce pain était ainsi nommé, parce qu'il était le pain ordinaire des chalands d'un boulanger.

HISTORIQUE

XIIe s. Reis, se tu es enuinz [oint], curune d'or portant, Ne deiz estre en orgueil, mais en bien reluisant, à tun peuple deiz estre e chiefs e lur [leur] chalant, Th. le mart. 30.

XVe s. Gautier le camus, qui estoit accompagné de dix autres compagnons acointés et chalans de la dite Tassine…, Du Cange, chelandium.

XVIe s. Pain chalan, De Serres, 824. Outre celles qu'ils entretenoient en leurs maisons, ils avoient leurs chalandes [maîtresses] par tous les endroits de la ville, H. Estienne, Apol. d'Hérod. p. 58, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

Quelque difficile, à cause du sens, qu'il soit d'assimiler chaland, chalande à chaland, sorte de navire, néanmoins cette étymologie reste la plus plausible. M. Bovet, dans un article de M. Berthoud, Journal de Genève, 3 déc. 1874, propose chalant, participe de chaloir : le chaland, celui qui désire, qui est amateur de tel ou tel objet ; mais chaloir est impersonnel, du moins dans tous les exemples connus, et ne se construit qu'avec la négation ou l'interrogation : Ne vous chaut, que vous chaut ? Il me chaut d'une chose, et non je chau d'une chose. Cet obstacle grammatical paraît difficile à surmonter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Chaland : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHALAND, s. m. (Comm.) celui qui se sert d’habitude dans une boutique ; ou plus généralement un acheteur. On a fait de-là l’adjectif achalandé. Le marchand a ses chalands ; l’ouvrier a ses pratiques. On a fait aussi de chaland, chalandise, qui n’est plus guere d’usage ; il se prenoit pour un concours de chalands dans la même boutique, ou pour l’habitude de se servir chez un même marchand.

Chaland, s. m. terme de Riviere, bateau plat de grandeur médiocre, dont on se sert pour amener à Paris les marchandises qui descendent par la riviere. Il y en a sur la Marne ; il y en a sur la Loire. Ceux qui sont sur cette riviere viennent par le canal de Briarre. Plusieurs de ces bateaux ont douze toises de long sur dix piés de large, & quatre piés de bord, suivant le Dictionnaire du Commerce. Comme leur construction n’est pas solide, ils ne remontent jamais cette riviere ; on les dépece à Paris, & on en vend les matériaux.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chaland »

Étymologie de chaland - Littré

Espagn. chalan ; de chaland, sorte de bateau (voy. CHALAND 2) ; le chaland, qui achète, étant comparé au chaland, bateau, qui va chercher les marchandises pour les apporter au rivage, au quai, au marché (comp. BARGUIGNER). Dans le passage de Thomas le martyr, chiefs et chalant signifient chef et associé, comme le prouve l'emploi de chalandise dans un texte de Froissart cité plus loin. Enfin, dans le parler de Loudéac (Côtes du Nord), chaland signifie gouttière, conduit pour l'eau, peut-être par quelque assimilation avec chaland, bateau.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de chaland - Wiktionnaire

(Adjectif, nom 1) De chaloir « avoir de l'intérêt » ; le pain chaland était ainsi nommé, parce qu'il était le pain ordinaire des chalands d'un boulanger[1].
(Nom 2) Du grec byzantin χελάνδιον, khelándion (« chelandion, dromon »), lui-même de κέλης, kélês (« coursier, cheval de course »), soit « navire de course, navire rapide » → voir corsaire. (Vers 1100) caland.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chaland »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chaland ʃalɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « chaland »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chaland »

  • Retrouvez ce temple de l’archéologie et ses trésors : le buste de César, le chaland gallo-romain, les mosaïques, sarcophages, amphores, maquettes des monuments… A partir de début août, se tiendra l’exposition Si j’étais gladiateur. Le jardin romain Hortus, attenant au musée, est en accès libre depuis le 6 juin.Musée départemental Arles antique, presqu’île du Cirque-romain – tél. 04 13 31 51 03 – www.arles-antique.departement13.fr et Facebook Arles Info, Arles Info » Les musées exposent leur programme de l’été
  • Infos pratiques : Le Chaland qui passe, place de la cloche, Binic, Tel 02 96 73 34 70. www.lechalandquipasse.com , Port de Binic : la librairie maritime est ouverte au Chaland qui passe | La Presse d'Armor
  • Après la récente descente de « Fleur de passion », le slipway de Camaret-sur-Mer a accueilli, ce lundi, en fin de matinée, et jusqu’au 6 juillet, le « Scarabée » (Y626) un chaland de la Marine nationale à propulsion hybride avec batteries, utilisé pour les travaux sous-marins, la formation des plongeurs ou la lutte antipollution. Le « Fourmi » (Y625) lui succédera sur le site camaretois dès sa remise à l’eau. C’est l’entreprise IxBlue, de la Ciotat (13), qui les a construits et qui effectuera les travaux de reprise de peinture sur les tuyères. Le Telegramme, Deux chalands hybrides multimissions sur le slipway - Camaret-sur-Mer - Le Télégramme

Traductions du mot « chaland »

Langue Traduction
Portugais barca
Allemand schleppkähne
Italien chiatta
Espagnol barcaza
Anglais barge
Source : Google Translate API

Synonymes de « chaland »

Source : synonymes de chaland sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chaland »



mots du mois

Mots similaires