La langue française

Carreau

Définitions du mot « carreau »

Trésor de la Langue Française informatisé

CARREAU, subst. masc.

I.− Figure de forme quadrangulaire.
A.− [En tant qu'élément décoratif] Dessin de forme carrée servant de motif décoratif. Carreaux écossais; mouchoir, tissu à carreaux. Henrika avait une jupe de coton à carreau blanc et brun (Rimbaud, Illuminations,1873, p. 272).
Rem. Ac. 1932 signale que dans ce sens, carreau ,,ne se dit guère qu'en parlant de plusieurs carrés formant un assemblage symétrique``.
B.− [En tant que dispositif utilitaire]
1. B.-A. Quadrillage porté sur un croquis, un dessin, etc., pour en faire une reproduction sur un support également quadrillé. Mettre une esquisse, une toile, une maquette au carreau (cf. Zola, L'Œuvre, 1886, p. 259).
2. Figure quadrangulaire formée par le croisement des lignes horizontales et des lignes verticales d'un papier quadrillé. Les écoliers écrivent habituellement sur du papier à carreaux (Dub.).
C.− [En tant que signe ou symbole]
1. HÉRALD. Meuble présentant un carré parfait posé sur une de ses pointes.
2. JEUX DE CARTES
a) Au sing. Une des quatre couleurs, ayant la forme d'un carré ou d'un losange rouge; valeur attachée à cette couleur. As, roi, dix de carreau. Alors, vous comprenez bien, le carreau est plus fort que le trèfle et le pique est plus fort que le cœur et le carreau (G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Vue de la Terre promise, 1934, p. 188).
P. méton., au sing. et au plur. Carte(s) de cette couleur. Il me reste l'as de pique et un carreau maître (Pagnol, Marius,1931, III, 1ertabl., p. 172).
[P. anal. de forme] As de carreau. Losange. Les vieux contrevents de bois plein sont percés chacun d'un as de carreau (Toulet, Les Tendres ménages,1904, p. 19).
P. compar., fam. Valet de carreau. Homme méprisable. Traiter qqn comme un valet de carreau :
1. − J'ai traité les agents de police comme des valets de carreau et avais fort envie de les rosser pour leur apprendre la politesse. Barbey d'Aurevilly, 1erMemorandum,1838, p. 193.
b) Expr. et loc. fig.
Se garder, se tenir à carreau. Être sur ses gardes; rester sur la réserve, se tenir coi. J'ai été extrêmement prudent, j'ai pas raconté d'histoire, je voulais me tenir à carreau (Céline, Mort à crédit,1936, p. 200).
Garde à carreau. Moyen de se tirer d'embarras :
2. ... j'ai une garde à carreau. Dans le cas, fort probable, où ces messieurs voudraient me tirer une carotte un peu trop forte, je leur opposerai la volonté ou le caprice de la femme aimable... Stendhal, Nouvelles inédites,1842, p. 322.
Rem. On rencontre ds la docum. plusieurs var. Les intérêts de la vérité sont gardés à pique et à carreau (Barrès, Le Jardin de Bérénice, 1891, p. 9). Il se gardait à cœur comme à carreau (L. Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 17).
Proverbe. Qui se garde à carreau n'est jamais capot. Qui prend ses précautions n'est jamais battu.
Rem. Selon Littré, Guérin 1892, DG et Rob., ce proverbe serait fondé uniquement sur l'assonance; en réalité, il s'agit probablement du carreau en tant que forme stylisée et successeur des quatre bâtons disposés en croix de Saint André (et donc à quatre branches) du jeu de tarot (d'où l'expr. jouer du bâton); se garder (et supra se tenir) à carreau; c'est se préserver des coups de bâton et éviter d'être « battu », c'est-à-dire, au tarot symbolique, d'être victime de la force brute.
II.− P. méton. Objet, surface dont la forme est perçue comme quadrangulaire ou carrée.
A.− [La forme perçue est le contour et la surface d'un objet transparent]
1. BÂT. Carreau de vitre (vx), p. ell., usuel carreau. Plaque de verre généralement rectangulaire ou carrée garnissant le châssis d'une fenêtre, d'une porte, d'une véranda, etc. Casser un carreau; frapper, taper au carreau.
2. P. ext.
a) Châssis vitré. Ouvrir, fermer les carreaux (Ac. 1932).
b) Arg. Carreaux brouillés. Maison de prostitution (par référence au fait que les vitres de ces maisons étaient généralement blanchies afin d'empêcher de voir à l'intérieur).
3. P. anal., plais., arg. et pop.
a) Au sing. Monocle. Un monsieur, parfaitement bien mis, le carreau de vitre à l'œil, se penche en avant d'une loge (Villiers de L'Isle-Adam, Contes cruels,La Machine à gloire, 1883, p. 86).
Au plur. Lunettes; lorgnon, pince-nez :
3. Anne, ma sœur Anne, bigle un peu (...) Tu sais bien que je suis miro (...) Anne, ma sœur Anne, mets tes carreaux. L. Stollé, Contes,Barbe-bleue, 1947, p. 2.
b) Au sing. et au plur. Œil. Il se carra dans un loinqué, et bigla de tous ses carreaux (L. Stollé, Contes,Ali-baba, 1947, p. 1).
4. PÊCHE. Filet généralement carré tendu sur deux portions de cerceau croisées et suspendues au bout d'une perche, servant à pêcher le menu poisson. Synon. carré2, carrelet2.
Rem. Selon certains dict. (Littré, Guérin 1892 et DG) ce filet est aussi appelé échiquier.
B.− [La forme perçue est le contour et la surface d'un objet compact]
1. Objet mobile.
a) AMEUBL. Coussin carré pour s'asseoir ou s'agenouiller. M. de Guise a obtenu la faveur d'avoir un carreau à la messe du roi (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 2, 1812, p. 6).
Rem. Lar. encyclop. signale qu'av. la Révolution l'usage du carreau était réglementé ,,à la Cour, par une étiquette sévère, l'usage en étant réservé, à la chapelle royale, aux dames qui avaient un tabouret dans les appartements``.
P. ext. Coussin utilisé dans la confection de la dentelle au fuseau, sur lequel les ouvrières exécutent leur ouvrage. Son carreau de dentellière sur les genoux, elle travaillait à un voile de tabernacle (Pourrat, Gaspard des Montagnes,À la belle bergère, 1925, p. 202).
b) MAÇONNERIE
Vieilli. Pierre taillée dont la plus grande largeur est en parement. Anton. boutisse(cf. Viollet-Le-Duc, Entretiens sur l'archit., t. 2, 1872, p. 430).
Usuel. Plaque de ciment, de terre cuite, de marbre, etc. de forme régulière, quadrangulaire et le plus souvent carrée, que l'on assemble avec d'autres pour recouvrir un sol, une paroi. Carreaux de pavage, carreau du mur; fabrication des carreaux.
2. P. méton. (de 1 b). Sol. Tomber sur le carreau.
a) BÂT. et TRAV. PUBL.
Vieilli. Sol recouvert de carreaux, pavage de carreaux. Balayer, cirer le carreau. Le carreau, proprement balayé, se trouvait en plusieurs endroits usé, cassé, creusé (Balzac, Le Médecin de campagne,1833, p. 70).Synon. mod. carrelage :
4. Aujourd'hui, les seigneurs auprès des châtelaines, Avec le lévrier à leurs longues poulaines, S'allongent aux carreaux de marbre blanc et noir. Heredia, Les Trophées,1893, p. 91.
COMM. (parisien). Emplacement pavé de carreaux, affecté aux étalages de vente.
Carreau des Halles, p. ell. carreau. Emplacement situé à l'extérieur des pavillons des anciennes Halles et garni d'étalages pour la vente des fruits, légumes, etc. :
5. Les marchandes qui étalaient au carreau des Halles, sur l'emplacement où était situé le pilori, payaient une redevance annuelle à l'exécuteur de la prévôté et vicomté de Paris. Balzac, Œuvres diverses,t. 1, 1850, p. 305.
Carreau du Temple. Partie du marché du Temple à Paris où se vendent des vêtements de qualité inférieure, neufs ou d'occasion. La tante elle avait soldé la « toilette » au carreau du Temple pendant près de cinquante ans (Céline, Mort à crédit,1936, p. 51).
Loc. diverses
Coucher une pers. sur le carreau. Mettre une personne à terre, la tuer ou la blesser. J'ai couché sur le carreau trente-sept hommes qui ne s'en sont pas relevés (T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 350).
Demeurer, rester sur le carreau. Rester à terre, mort ou mortellement blessé. Sains et blessés prennent la fuite, cinq cadavres seulement restent sur le carreau (P. Borel, Champavert,Don Andréa Vésalius, l'anatomiste, 1833, p. 69).Au fig. Subir un échec :
6. J'ai vu rester sur le carreau les candidats malheureux, comme Stéphen Liégard, lequel n'avait pour lui qu'un sérieux répondant, son Chambertin, dont il abreuvait ses électeurs... L. Daudet, Quand vivait mon père,1940, p. 233.
Laisser une pers. (étendue) sur le carreau. Abandonner une personne blessée mortellement ou tuée. Vous avez laissé quelques hommes sur le carreau... c'est une victoire coûteuse (Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes,1847, p. 636).Au fig. Abandonner, délaisser une personne dans une situation difficile :
7. ... je suis certain de mon élection; mais je suis bien forcé de me solidariser avec mes collègues, afin de ne pas les laisser sur le carreau... Zola, Vérité,1902, p. 115.
Mettre le cœur sur le carreau (pop., vx). Vomir par terre.
Rem. Selon Littré ,,cette locution est fondée sur le double sens de cœur de carte et cœur pris pour estomac, et de carreau le sol et carreau carte``; mais la réf. au jeu de cartes n'est qu'une plaisant. secondaire.
b) Usuel, MINES Carreau d'une mine, d'une carrière. Emplacement où sont déposés les produits d'extraction. Les pauvres gens s'en vont au carreau des mines voler du charbon (Morand, L'Europe galante,1925, p. 26).
c) Région., HORTIC. Planche de jardin potager. Synon. carré2C 1 c.Il descendait au jardin et donnait une façon à quelque carreau de légumes (Pourrat, Gaspard des Montagnes,La Tour du Levant, 1931, p. 109).
3. MÉD., vx. [P. anal. avec la dureté du sol] Carreau mésentérique, p. ell. carreau. Tuméfaction abdominale à consistance dure accompagnant diverses maladies de l'enfance (cf. J. Vallès, Jacques Vingtras, L'Enfant, 1879, p. 299).
C.− [La forme est celle d'un objet dont la section est rectangulaire ou carrée]
1. Vx. Trait d'arbalète à fût court et à quatre faces (cf. carre B 2) Juan Forès pique en vain d'un carreau d'arbalète/Un vieux rouan fourbu qui bronche et qui halète (Heredia, Les Trophées,1893, p. 195).
P. métaph., littér. Carreau céleste; carreau de la foudre, de Jupiter. La foudre, le tonnerre. Le nuage crève;/Son brûlant carreau/Jaillit comme un glaive/Qui sort du fourreau! (Lamartine, Harmonies,Jehova ou l'idée de Dieu, 1830, p. 362).
2. MÉTIERS
a) Gros fer à repasser de tailleur servant à rabattre les coutures des habits (cf. A. Gendron, Le Métier de tailleur, Culottières, 1927, p. 34).
b) Grosse lime à métal de section rectangulaire terminée par une pyramide tronquée, servant à dégrossir (cf. carrelet3, carrelette).
Prononc. et Orth. : [kaʀo] ou [kɑ ʀo]. [a] ant. ds Dub., Pt Lar. 1968 et Lar. Lang. fr.; cf. aussi ds Nod. 1844, Besch. 1845. [ɑ] post. ds Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930 et Warn. 1968; cf. aussi ds Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834, Gattel 1841, Fél. 1851, Littré et DG. [ɑ] post. également pour Kamm, 1964, p. 97. [a] ou [ɑ] ds Pt Rob. [rr] géminées ds Fér. 1768. À ce sujet cf. aussi Gattel 1841 qui recommande r forte. Ds Ac. 1694 sous la forme quarreau mais avec la rem. ,,on écrit présentement carreau``. Ds Ac. 1718-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. A. Ca 1100 quarrel « trait d'arbalète dont le fer est de section carrée » (Roland, éd. Bédier, 2265), donné comme ,,anc.`` par Pt Rob.; 1611 p. anal. « gros fer à repasser des tailleurs » (Cotgr.); 1676 gros carreaux « grosse lime de serrurier » (Félibien Dict., p. 512). B. 1. 1160 quarel, « pavé plat fait de terre cuite, de pierre, etc., dont on se sert pour paver, pour recouvrir une paroi » (Wace, Rou, 3ep., 1464 ds Gdf. Compl.); p. ext. a) 1330 « sol pavé de carreaux » (H. Capet, 931, ibid.); 1723 carreau de la Halle « endroit où les marchands font leur étalage » (J. Savary des Bruslons, Dict. universel de comm., Paris); 1867 carreau de la mine (Lar. 19e); cf. 1885 (Zola, Germinal, II, p. 207); d'où les expr. ca 1600 étendre qqn sur le carreau (Hardy ds FEW t. 2, s.v. quadrus, p. 1401b); xvies. sur les carreaux « dans la rue » (Loysel, 482 ds Littré); cf. 1690 sur le carreau (Fur.); b) 1718 « affection des ganglions mésentériques avec tuméfaction et dureté du ventre » (Ac.); 2. 1318 « carré de verre à vitre » (Pontoise, A. S.-et-O., A 1434 ds Gdf. Compl.); plus gén. 1830 « les vitres de la fenêtre » (Balzac, Gobseck, p. 39b : des petits rideaux tendus aux carreaux); d'où 1858 fam. carreau de vitre « monocle » (Larch., p. 599); 3. ca 1285 quarrel « coussin carré pour s'asseoir ou se mettre à genoux » (Le Livre d'Artus ds The Vulgate version of the Arthurian Romances, éd. H.O. Sommer, vol. 2, p. 174); en partic. 1400 « petit coussin que les dentellières mettent sur leurs genoux » (E. Deschamps, Ballade des nouveaulx mariés ds Havard). C. 1. xies. « petit carré » (Pt Rob. sans ex.); d'où a) 1513 « planche d'un jardin potager » (Pierre Vachot ds Anc. Poés. fr., éd. A. de Montaiglon, t. 3, p. 522 : carrel De noble fleur); b) 1690 « étoffe à petits carreaux » (Fur.); 2. 1834 dessin (Land. : Carreau [...] Réduire une estampe, un dessin aux carreaux, les graticuler [diviser en un même nombre de petits carrés un tableau ... et la toile ou le papier sur quoi l'on veut en faire une copie]); 3. 1594 jeux « série, dans les cartes à jouer, dont la marque distinctive est un carreau rouge » (Sat. Mén., Harangue du Recteur Roze, p. 148 ds Hug. : Roy de carreaux); 1842 fam. avoir une garde à carreaux, supra ex. 2; 1863 id. se garder à carreau (Littré). Du lat. vulg. *quadrellus (dér. de quadrus « carré ») représenté par le lat. médiév. quadrellus « mesure agraire de superficie » (D. Charles le Ch., no313 [a. 868] ds Nierm.). Fréq. abs. littér. : 1 546. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 081, b) 3 540; xxes. : a) 3 060, b) 1 914. Bbg. Barb. jr. Poissons 7 1915, pp. 291-292. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 152. − Denquin (P.). Le Parler de la mine. Vie Lang. 1961, p. 475. − Gottsch. Redens. 1930, p. 293. − Gouvernement de Québec. Vocab. techn. des quilles. 1972, p. 11, 16. − Lew. 1960, p. 35. − Rauville (C. de). La Réunion et son lang. Vie Lang. 1970, p. 332. − Rog. 1965, p. 92. − Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. Rem. lexicogr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 367. − Rommel (A.). Die Entstehung des klassischen französischen Gartens im Spiegel der Sprache. Berlin, 1954, p. 10, 11, 16, 17, 18, 54. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 87, 254. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 164, 191.

Wiktionnaire

Nom commun

carreau \ka.ʁo\ masculin

  1. Objet plat, ou ouverture, au contour approximativement carré.
  2. Dessin symétrique formé par le croisement à angle droit de lignes, de bandes verticales et horizontales, quadrillage.
    • Ce Binèche, avec sa casquette plate, son costume à carreaux, son foulard et ses chaussures jaunes, représentait le type de la gouape dans toute sa splendeur. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Il préférait la musique classique et les chemisettes à carreaux mais, pour attirer les concupiscences, il devait avoir la tenue wesh-wesh, l'allure racaille, la casquette Nike, visière retournée en prime. — (Antoine Gouguel, Chifoumi !, Éditions du Frigo, 2011, p. 77)
    • Le cahier d’EMT est à petits carreaux pour pouvoir plus facilement dessiner des cotes justes à cinq millimètres près.
  3. Coussin carré dont on se servait pour se mettre à genoux ou pour poser ses pieds.
    • S’agenouiller sur un carreau de velours.
  4. (En particulier) Coussin enclavé dans un châssis sur lequel les dentelières font manœuvrer leurs fuseaux.
    • […] toutes les histoires […] se compliquent au bruit sec des fuseaux galopant de droite à gauche, allant, venant, roulant les un par dessus les autres, glissant rapides entre les doigts agiles, et lentement la dentelle, toute piquetée d’épingles, se dessine en clair sur le foncé du carreau — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895, éd. 1923)
  5. (Armement) Munition de l’arbalète ; grosse flèche courte à empennage de cuir ne comptant que deux ailettes, et à fer en losange à quatre pans.
    • Le carreau d’arbalète se chargeait plus lentement, il était plus lourd, plus tôt ramené vers la terre ; mais sa projection était si violente, qu’il n’avait pas besoin, pour pénétrer, d’être armé d’une pointe aiguë. — (Henri Delpech, La Tactique au XIIIe siècle, tome 1, 1886)
    • Cinq corps ont été retrouvés, dont trois percés de carreaux d’arbalète. — (Le Monde avec AFP, Mystère des meurtres à l’arbalète en Allemagne : l’enquête livre ses premiers éléments, Le Monde. Mis en ligne le 14 mai 2019)
  6. (Céramique) Dalle de céramique ou de terre cuite utilisée comme revêtement de sol ou de mur.
  7. (Par extension) Sol pavé de ces carreaux.
    • Raccommoder le carreau. — Laver le carreau.
    • Le carreau était balayé avec soin, la chambre aussi confortable qu’elle pouvait l’être. — (Charles Dickens, Vie et aventures de Nicolas Nickleby, 1885)
  8. (Par extension) L’endroit des halles, où l’on étale les légumes et les fruits.
    • Maraîchers, jardiniers, coquetiers, fermiers, pourvoyeurs de toutes espèces, sont tenus dès qu’ils sont arrivés de décharger leurs marchandises sur le carreau des halles, et d’envoyer leurs voitures stationner sur des emplacements déterminés. — (Dictionnaire de la conversation et de la lecture, tome 10, Librairie Firmin Didot frères, fils et cie, Paris, 1868 (seconde édition))
  9. (Par analogie) Dalle de plâtre ou de béton cellulaire destinée à la construction des cloisons.
  10. (Couture) Sorte de gros fer à repasser dont les tailleurs se servaient pour aplatir les coutures des habits.
  11. (Industrie minière) Ensemble des installations de surface d’une mine, entourant le puits d’extraction.
    • Ce sont les traces de la fouille au trésor. Il ne faut pas oublier qu’ils l’ont cherché pendant six ans ; rien d’étonnant à ce que l’endroit ressemble à un carreau de mine. — (Arthur Conan Doyle, Le Signe des quatre, 1890, éd. Le livre de poche, 1966, p. 285)
  12. (Industrie) Bassin de faible profondeur utilisé pour la production du sel dans les marais salants.
    • Il est bon de rappeler la façon dont, dès le XVIe siècle, on exprimait les surfaces de marais salants. L’unité est la livre de marais. Une livre de marais correspond à 20 « carreaux », soit 10 aires saunantes et 10 « nourrices ». Dans le marais, l’aire saunante est l’aire dans laquelle est récolté le sel, la nourrice étant une aire similaire dans laquelle se fait la dernière phase de concentration. Ces deux aires qui sont interchangeables sont appelées « carreaux ». — (Les Portes et le ressac du temps : autoportrait d’un village rétais, Cheminements, 2005)
  13. (Métrologie) (Désuet)
    • CARREAU. Mesure de superficie anciennement usitée en France.
      Agen, Lot-et-Garonne. La latte carrée ou carreau, 432e de la carterée, = 144 pieds carrés
      Angoulème et Cognac. Le carreau (ou latte carrée), 200e du journal, est un carré de 2 toises ou 12 pieds de Guyenne de côté, faisant 4 toises carrées ou 144 pieds carrés de Guyenne
      Bordeaux. Le carreau (ou latte carrée), 512e du journal, est un carré de 7 pieds de côté ou 49 pieds carrés de Bordeaux
      Marennes et Rochefort. Le carreau (ou perche carrée), 100e partie du journal, est un carré de 18 pieds de Paris de côté = 324 pieds carrés
      — (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes, M. Hayez, Bruxelles, 1840)
  14. (Métrologie) (Désuet)
    • CARREAU. À Paris, on désignait autrefois sous ce nom les pierres de taille de grandeur ordinaire, qui se vendaient au chariot et à la voie. Le carreau était aussi considéré comme une mesure fixe, formant la 10e partie du chariot et valant 3 pieds cubes de Paris = 3.6317 pieds cubes anglais = 102.832 décimètres cubes ou 1.02832 décistère. — (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes, M. Hayez, Bruxelles, 1840)
  15. (Jardinage) Petite parcelle d’un jardin dans lequel on cultive la même espèce de plante.
    • Carreau de carottes, d’artichauts.
  16. (Jeux) Une des quatre enseignes du jeu de cartes, représentée par un losange rouge ().
    • Carreau : Terme de cartier. Point de carte lequel est rouge & carré. Carte où il y a un ou plusieurs points de carreau. Un as de carreau. Un Roi de carreau. Jeter du carreau. Jouer du carreau. — (Pierre Richelet, Dictionnaire françois, 1706)
  17. (Maçonnerie) Pierre à bâtir dont la face de parement est plus importante que les autres faces, par opposition à la boutisse et à la panneresse.
    • Montage des murs : Alternance des carreaux et boutisses. Les boutisses servent d’agrafes. Des boutisses (pierres longues) ou parpaings (pierres traversant le mur) assurent la liaison parement / remplissage. — (Philippe Delage, L’Organisation des chaînages dans les murs en pierre, chantiers.hypotheses.org, 2014)
  18. Bloc de pierre meulière servant à la confection des meules
  19. (Médecine) (Par analogie) (Familier) (Désuet) Maladie due à l’affection tuberculeuse des glandes du mésentère, et plus particulièrement à la péritonite tuberculeuse. Le ventre est alors dur comme un carreau.
    • Le carreau n’est point une maladie particulière à l’enfance ; on trouve des tubercules mésentériques dans tous les âges de la vie. — (Guersant, Article « Carreau » dans Répertoire général des sciences médicales, tome 6, 1834, p. 435)
  20. (Menuiserie) Plaque de verre utilisée comme vitrage.
    • Par un trou de carreau cassé rustiquement rebouché de papier, par la chatière d’une porte ou l’évidement d’un mur bas à l’endroit où passent les poutres, elle était parvenue, certaine nuit à couler dans la grange son corps vermiforme […] — (Louis Pergaud, De Goupil à Margot, 1910)
    • Une fort belle grille, agrémentée d’une décoration dix-huitième de pampre et de raisin, protégeait les carreaux. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Deux petites cabanes apparurent sur le Cap Tobin, et le soleil, frappant dans les carreaux d’une fenêtre, nous fit croire un instant à des signaux lumineux […] — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  21. (Par extension) (Vosges) Fenêtre.
    • Va donc voir qui a toqué aux carreaux.
  22. (Par extension) (Menuiserie) Châssis garni de carreaux ; croisée.
    • Ouvrir, fermer les carreaux.
  23. (Familier) Monocle, lunettes.
    • Puis, très roide, un carreau dans l’œil, parut M. Daniel Salomon, l’arbitre des élégances. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 11)
    • Ah, huit chacun ? Moi, j’ai pas compté. J’ai fait le plein d’essence au premier garage, au deuxième ç’aurait été trop tard. Déjà le pompiste matait d’un sale œil mes carreaux cassés mais il a pas osé piper. — (René Fallet, La Grande Ceinture, 1976)
  24. (Poterie) Morceau de terre franche fait en carré ou à pans.
    • Carreau cru, carreau cuit ; battre, mouler le carreau ; poser, arranger, assembler le carreau ; abaisser le carreau ; relever le carreau qui se défait.
  25. (Serrurerie) Espèce de lime grossière, servant au serrurier à ébaucher et limer le fer à froid.
    • On distingue les carreaux doux, les demi-carreaux, les gros carreaux et les gros demi-carreaux .
  26. (Technique) Quadrillage que l’on reporte sur un modèle à reproduire.
    • Carreaux de réduction, d’agrandissement, de reproduction de dessins, de cartes.
    • Mettre un croquis au carreau.
  27. (Zoologie) Synonyme de carassin commun (poisson).
  28. (Pêche) (Régionalisme) (Vieilli) Brochet.
    • Le brochet se nomme lançon et lanceron, quand il est très jeune ; poignard, quand il est d’une grosseur moyenne ; carreau, quand il est plus gros. On l’appelle encore béquet et béchet dans quelques départemens de France. — (M. Pesson-Maisonneuve, Manuel du pêcheur ou Traité général de toutes sortes de pêches, Librairie encyclopédique Roret, 1834, 2e éd., p. 95)
  29. (Pétanque) Remplacement de la boule de l’adversaire par la sienne.
  30. (Marine) Nom des ceintes de la lice de vibord.
  31. (Marine) Bordage supérieur d'un embarcation non pontée de petite taille.
  32. (Cartographie) (Coordonnées et projections) Maille d’un carroyage[1].
  33. Armoiries avec 2 carreaux empilés (sens héraldique)
    (Héraldique) Meuble représentant une forme géométrique carrée posée sur un côté dans les armoiries. Il fait référence aux pierres de pavement. Il peut être posé sur un angle comme un losange, mais il faut alors le préciser dans le blasonnement. À rapprocher de cadril ou quadril, carré, carreau de jeu de cartes, fusée, losange, macle et rustre.
    • D’argent au carreau d’orangé chargé d’un carreau du champ surchargé d’un trèfle de sinople, à la bordure du même, qui est de la commune de Monchy-sur-Eu de Seine-Maritime → voir illustration « armoiries avec 2 carreaux empilés »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CARREAU. n. m.
Espèce de pavé plat fait de terre cuite, de pierre, de marbre, etc., taillé régulièrement en forme de carré ou à pans coupés dont on se sert pour paver le dedans des maisons. Carreau de terre cuite. Carreau de faïence. Carreau vernissé. Carreau de marbre. Carreau à quatre pans, à six pans, en losange. Il se dit, par extension, d'un Sol pavé de carreaux, Raccommoder le carreau. Laver le carreau. Tomber sur le carreau. Par extension, Coucher sur le carreau, Coucher sur le plancher. Le carreau des Halles, L'endroit des Halles, à Paris, où l'on étale les légumes et les fruits. Fig., Jeter quelqu'un, coucher quelqu'un sur le carreau, L'étendre sur la place, mort ou très blessé. Rester, demeurer sur le carreau, Être tué sur la place. La querelle fut sanglante, un homme resta sur le carreau. Par analogie, Carreau de vitre, ou simplement Carreau, Pièce de verre dont on garnit les croisées d'une fenêtre, d'une porte vitrée, etc. Remettre un carreau de vitre. Il manque deux carreaux à cette fenêtre. Regarder aux carreaux, Regarder à travers les vitres. Par extension, il se dit d'un Châssis garni de carreaux. Ouvrir, fermer les carreaux. En termes de Physique, Carreau électrique, Carreau de verre dont les surfaces sont recouvertes d'une lame métallique et qui peut servir aux expériences sur les électricités dissimulées. Carreau d'arbalète, Flèche dont le fer avait quatre pans. De là sont venues ces expressions figurées, Les carreaux vengeurs de Jupiter, les carreaux de la foudre, etc. Il se dit aussi d'une des Couleurs du jeu de cartes marquée par de petits carreaux rouges. Un as de carreau. Un deux de carreau. Il tourne carreau. Le roi, la dame, le valet de carreau. Prov. et fam., Qui se garde à carreau n'est jamais capot, dicton de joueur; d'où cette autre expression : Se garder à carreau, Être sur ses gardes. Il s'est dit encore d'un Coussin carré dont on se servait pour se mettre à genoux ou pour poser ses pieds. Carreau de velours. Se faire porter un carreau à l'église. Il se dit en outre d'une Sorte de fer à repasser dont les tailleurs se servent pour aplatir les coutures des habits. Il s'emploie aussi pour Carré; mais, dans ce sens, il ne se dit guère qu'en parlant de Plusieurs carrés formant un assemblage symétrique. Étoffes à carreaux, à petits carreaux, à grands carreaux. Dessins à carreaux. Il se dit aussi dans certains cas pour Carré. en termes de Jardinage. Carreau de carottes, d'artichauts.

Littré (1872-1877)

CARREAU (kâ-rô) s. m.
  • 1Plaque de terre cuite, de pierre, de marbre, qui est d'ordinaire de forme carrée et qui sert à faire certains pavages.

    Familièrement. Froid, dur comme un carreau, comme carreau, très froid, très dur.

    Carreau de jeu de paume. Chasse à deux, à trois carreaux. À quatre carreaux la balle perd.

    Franc carreau, jeu où celui dont la pièce jetée en l'air retombe le plus près du milieu du carreau, gagne le coup. Dans une chambre parquetée ou pavée de carreaux égaux, on jette en l'air un écu ; l'un des joueurs parie que cet écu, après sa chute, se trouvera à franc carreau, c'est-à-dire sur un seul carreau ; le second parie que cet écu se trouvera sur deux carreaux, c'est-à-dire qu'il couvrira un des joints qui les séparent ; un troisième joueur parie que l'écu se trouvera sur deux joints, Buffon, Homme. Arithm. morale.

  • 2Sol pavé de carreaux. Le carreau d'une chambre, d'un vestibule.

    Par extension. Coucher sur le carreau, coucher sur le plancher. Jeter des meubles sur le carreau, les jeter dans la rue.

    Fig. Jeter, coucher quelqu'un sur le carreau, le renverser mort ou très blessé.

    Rester, demeurer sur le carreau, être tué sur la place.

    Le carreau de la halle à Paris, lieu où se font les ventes de la halle, ainsi dit parce qu'il est carrelé, pavé.

  • 3Carreau de vitre, ou simplement, carreau, pièce de verre à vitrer. Casser, remettre un carreau.

    Carreau électrique, espèce de condensateur, formé d'une lame de verre entourée d'un cadre en bois et recouverte, sur chacune de ses faces, par une lame d'étain.

    Carreau magique ou étincelant, carreau de verre sur lequel on a tracé divers dessins avec de petites losanges d'étain placées à distance, de manière à les rendre visibles dans l'obscurité, en y produisant des étincelles électriques.

  • 4Carreau d'arbalète, flèche dont le fer avait quatre pans.

    Les carreaux de la foudre, substance solide imaginaire qu'on croyait, au commencement du XVIIe siècle, lancée par la foudre, et qui tuait ainsi ceux qu'elle frappait comme un carreau d'arbalète. Rohaut dans son Traité de physique (1671) dit positivement que tous les efforts pour retrouver ce carreau ont été vains, et il en conclut que la foudre doit être un feu particulier qui tue comme s'il frappait.

    Par extension, la foudre elle-même, le tonnerre. Ce Dieu remplit ses fourneaux De deux sortes de carreaux, La Fontaine, Fabl. VIII, 20. [Ciel] Pour qui gardes-tu tes carreaux embrasés, Si de pareils tyrans n'en sont point écrasés ? Corneille, Sur. V. 5. Du tonnerre dans l'air bravant les vains carreaux, Boileau, Sat. X. Lorsque les carreaux de son foudre Chez nos sourds passent pour muets, Jupin ne mettrait-il en poudre Qu'une couronne de bluets ? Béranger, Bluets.

  • 5Aux cartes, celle des quatre couleurs qui est marquée de petits carreaux rouges. Il tourne carreau. Je n'ai pas de carreau. As de carreau. Au parloir, témoin de mes larmes, Le roi de carreau [un homme désigné en cartomancie par cette carte] vient souvent, Béranger, Cartes.

    Fig. et familièrement. On l'a traité comme le valet de carreau, comme un valet de carreau, avec le dernier mépris. Et Marinette aussi, d'un dédaigneux museau, Lâchant un : Laisse-nous, beau valet de carreau, M'a planté là comme elle…, Molière, Dépit am. IV, 2.

    Populairement. Mettre le cœur sur le carreau, vomir. Cette locution est fondée sur le double sens de cœur de carte et cœur pris pour estomac, et de carreau le sol et carreau carte.

    PROVERBE

    Qui garde ou se garde à carreau n'est jamais capot ; dicton qui, bien entendu, n'a rien de réel, et n'est fondé que sur la consonnance.

    C'est un gaillard qui se garde toujours, qui a toujours garde à carreau ; il a toujours quelque expédient, quelque ressource pour se tirer d'affaire.

  • 6Coussin carré pour s'asseoir ou s'agenouiller. Qu'un fastueux carreau soit vu sous ses genoux, Boileau, Sat. X. Charles, pour n'être point vu de cette multitude, se mit un carreau sur la tête, Voltaire, Charles XII, 7.
  • 7Fer à repasser de tailleur pour rabattre les coutures.
  • 8Dessin en forme de carreau. Étoffe à carreaux.
  • 9Planche d'un jardin potager. On dit plutôt aujourd'hui carré. Le pis fut que l'on mit en piteux équipage Le pauvre potager : adieu planches, carreaux : Adieu chicorée et poireaux, La Fontaine, Fab. IV, 4.
  • 10 Terme de peinture. Carreaux de réduction, lignes perpendiculaires tracées à la craie ou avec des fils sur un tableau, pour le copier en le réduisant.
  • 11 Terme de maçonnerie. Pierre qui a plus de largeur en parement que de longueur en queue.
  • 12 Terme de marine. Ceinture extérieure d'une embarcation non pontée.
  • 13 Terme de pêche. Nappe carrée tendue sur deux portions de cerceau qui se croisent et qui sont attachées au bout d'une perche. Ce filet se nomme aussi carré, carrelet, échiquier.
  • 14Grande plaque plombée placée au-dessus des mangeoires des chevaux, pour les empêcher de lécher le mur.
  • 15Grosse lime de serrurier.

    Petit nécessaire d'une couturière.

    Ais carré servant à remplir la carcasse d'une feuille de parquet.

    Chaque pièce composant les faces extérieures et verticales d'un poêle.

  • 16Pâturage clos de larges fossés.
  • 17 Terme de blason. Carré imparfait.
  • 18Un des noms vulgaires de l'hirondelle de rivage.
  • 19 Adjectivement. Brochet carreau, très gros brochet.

HISTORIQUE

XIe s. D'une arbaleste [il] ne peut traire un quarrel, Ch. de Rol. CLXV.

XIIe s. Quarals ne lance n'en puet maille fausser, Ronc. 50. [Le cheval] Plus tost li court que carals destendus, ib. 14. Touz ses mostiers ert [sera] refais de quarraus [de pierres de taille], ib. 149. Tost furent esfremi e viel e juvencel, La novele espandue du saint martyr novel, Qui giseit au mustier ocis sur le quarrel, Th. le mart. 153. Tant ont miné sous terre, chascun à son cisel, Que des murs de Cologne ont trait maint grant quarel [pierre], Sax. IX. Ung mur de quarriaus tailleïs, ib. III, 817.

XIIIe s. Lors veïssiés mangoniaus jeter des nés [nefs] et des huissiers [sorte de navires], et quarriaux d'arbalestes traire mout delivrement, Villehardouin, LXXVII. Si mist un quariel en coche et traïst au roi, Chron. de Rains, 79. Quarriau de toile sunt pieces de toile qui tiennent quatre aunes et demie de toile, Liv. des mét. 343. Quiconques est archiers à Paris, il puet faire ars, quarriaus et fleiches de tel fust come il li plaist, Livre des mét. 260. [La tour] tote est de vert carrel de marbre, Fl. et Bl. 1815.

XVe s. Ceux du Quesnoy descliquerent canons et bombardes qui jetoient grands carreaux, Froissart, I, I, 111. Jeunes amoureux nouveaulx… Chevauchent faisant les saulx, Et font saillir des carreaulx De feu, comme de charbon, Orléans, Rond. 48. Et lors qui haioit à Paris aucun homme, il ne falloit que dire : il a esté Ermignac, presentement estoit tué sur le carrel, P. de Fenin, 1418.

XVIe s. Le locataire est contraint à vuider par execution et mise de ses meubles sur les carreaux, Loysel, 482. Luy estant apporté un quarreau, il commanda au plus vieil d'entre eulx qu'il le prist pour se seoir, Amyot, Alex. 98. En trois mois les peuples soustenus de gens notables mirent sur le carreau plus de 10 000 personnes, D'Aubigné, Hist. I, 262. Sur le soir, après qu'un Espagnol par les carreaux du pont lui eut passé son espée au travers le petit ventre, D'Aubigné, ib. II, 468. Les refformez passerent le temps à charger leurs pistolets avec cire, liege et carreaux d'acier, D'Aubigné, ib. III, 49. Les harquebusades des barricades furent accompagnées de celles des fenestres, avec une gresle de carreaux [pavés], qu'ils appelent grez, D'Aubigné, ib. III, 74. Il se mit à genoux sur un carreau de veloux noir, D'Aubigné, ib. III, 91. Les pots et carreaux à feu, Paré, IX, Préf. Faut luy mettre entre les deux espaules un oreiller, ou un quarreau assez dur, Paré, XIII, 8. Eau d'orge, en laquelle on aura fait esteindre des carreaux d'acier ou de fer ardens, Paré, XXIV, 49. Ils vous ont mis en figure en une belle feuille de papier, dejà couronné comme un roy de carreau, par anticipation, Sat. Ménipp. 87. [Il] Les scia d'un fer bien denté, Les transformant en une hune, En mast, en tillac, en carreaux, Ronsard, 564. À grands esclats fit enlever l'escorce Du tronc du pin sur la terre estendu, En longs carreaux et en poutres fendu, Ronsard, 599. Un seul chesne, un seul orme, un sapin, un cyprés, Qu'un nerveux charpentier tourne en courbes charrues, Ou en carreaux voutez des navires ventrues, Ronsard, 924. La terre sera despartie comme par quarreaux divisés de jardinage, De Serres, 120. Les costez de ce grand vuide [l'amphithéâtre à Rome] remplis et environnez, depuis le fond jusques au comble, de soixante ou quatre vingts rengs d'eschelons, aussi de marbre, couverts de carreaux [coussins], Montaigne, IV, 12.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. CARREAU. Ajoutez :
18 Carreau ou coussin, nom, suivant les pays, du métier de la dentelle à fuseaux, lequel est une boîte carrée, garnie et rembourrée extérieurement, Ch. Blanc, l'Art dans la parure, p. 290.
19Sorte de tapis. Les carreaux dits de Hollande sans envers, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. III, p. 697.
20Pierre de taille, granit. Il y a une petite cave, dans laquelle cave il y a une auge en carreau, Avranchin, 1er déc. 1872, aux annonces.
21 Populairement. Monocle qu'on fait tenir en contractant le sourcil, par comparaison avec un carreau de vitre.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CARREAU, s. m. (Architecture.) terre moulée de différentes formes & grandeurs, & cuite comme la brique. Voyez l’article Brique. Le carreau prend différens noms : le quarré, grand de six à sept pouces, sert à parer les atres ; le grand carreau a six pans de six à sept pouces ; le petit carreau a six pans de quatre pouces. Le premier de ces deux-ci s’employe quelquefois aux jeux de paume & grandes galeries ; le second, dans les salles & les chambres ordinaires. Les anciens appelloient ces carreaux à six pans, favi, de la ressemblance qu’ils ont avec les panneaux des rayons de miel ; ceux à trois pans trigona ; les quarrés quadrata ; ceux qui avoient la même base & la même hauteur, tessera. Le carreau de fayence ou de Hollande, ordinairement de quatre pouces en quarré, sert à paver les salles de bains, les petits cabinets ou lieux à soupapes, & autres endroits de cette nature. Il y a des carreaux mi-partis de différentes couleurs, avec lesquels on peut former un grand nombre de desseins & de figures agréables. On trouve dans les Mém. de l’Academie, année 1704. pag. 363. un essai sur cette matiere, par le fameux P. Sebastien. En cherchant, selon la méthode qu’il propose, en combien de manieres deux carreaux mi-partis chacun de deux mêmes couleurs, pourroient s’assembler, en les disposant toûjours en échiquier, on trouve soixante-quatre, ce qui ne doit pas étonner. Deux lettres ou deux chiffres ne se combinent ordinairement que de deux façons, parce qu’ils ne changent de situation que pour être mis l’un après l’autre sur une ligne, la base demeurant toûjours la même : mais dans l’arrangement de deux carreaux, l’un des deux peut prendre quatre situations différentes, dans chacune desquelles l’autre carreau peut changer seize fois, ce qui donne les soixante-quatre combinaisons. Voyez, Planche du Carreleur, ces soixante-quatre combinaisons.

Mais en examinant ces soixante-quatre combinaisons, on y trouve un grand nombre de figures semblables, & l’on voit qu’elles se réduisent à trente-deux différentes ; parce que chaque figure est répétée deux fois dans la même situation, & que les ensembles ne different les uns des autres, que par la transposition du carreau le plus ombré. Tels sont, même Planche, le premier & le troisieme ; le second & le quatrieme ; le cinquieme & le trente-unieme ; le sixieme & le trente-deuxieme ; le septieme & le vingt-neuvieme ; le huitieme & le trentieme ; le neuvieme & le quarante-troisieme ; le dixieme & le quarante-quatrieme ; le onzieme & le quarante-unieme ; le douzieme & le quarante-deuxieme ; le treizieme & le cinquante-cinquieme ; le quatorzieme & le cinquante-sixième ; le quinzieme & le cinquante-troisieme ; le seizieme & le cinquante-quatrieme ; le dix-septieme & le dix-neuvieme ; le dix-huitieme & le vingtieme ; le vingt-unieme & le quarante-septieme ; le vingt-deuxieme & le quarante-huitieme ; le vingt-troisieme & le quarante-cinquieme ; le vingt-quatrieme & le quarante-sixieme ; le vingt-cinquieme & le cinquante-neuvieme ; le vingt-sixieme & le soixantieme ; le vingt-septieme & le cinquante-septieme ; le vingt-huitieme & le cinquante-huitieme ; le trente-troisieme & le trente-cinquieme ; le trente-quatrieme & le trente-sixieme ; le trente-septieme & le soixante-troisieme ; le trente-huitieme & le soixante-quatrieme ; le trente-neuvieme & le soixante-unieme ; le quarantieme & le soixante-deuxieme ; le quarante-neuvieme & le cinquante-unieme ; le cinquantieme & le cinquante-deuxieme.

Il y a plus : si l’on n’a point d’égard à la situation & au même point de vûe, on apperçoit que ces trente-deux figures différentes peuvent encore se réduire à dix semblables. Telles sont, même Planche, la premiere, la troisieme, la dix-huitieme, la vingtieme, la trente-troisieme, la trente-cinquieme, la cinquantieme, & la cinquante-deuxieme : la seconde, la quatrieme, la dix-septieme, la dix-neuvieme, la trente-quatrieme, la trente-sixieme, la quarante-neuvieme, & la cinquante-unieme : la cinquieme, la trente-unieme, la seizieme, la cinquante-quatrieme, la trente-neuvieme, la soixante-unieme, la vingt-quatrieme, & la quarante-sixieme : la sixieme, la trente-deuxieme, la treizieme, la cinquante-cinquieme, la quarantieme, la soixante-deuxieme, la vingt-unieme, & la quarante-septieme : la septieme, la vingt-neuvieme, la quatorzieme, la cinquante-sixieme, la trente-septieme, la soixante-troisieme, la vingt-deuxieme, & la quarante-huitieme : la huitieme, la trentieme, la quinzieme, la cinquante-troisieme, la trente-huitieme, la soixante-quatrieme, la vingt-troisieme, & la quarante-cinquieme : la neuvieme, la quarante-troisieme, la vingt-huitieme, & la cinquante-huitieme : la dixieme, la quarante-quatrieme, la vingt-cinquieme, & la cinquante-neuvieme : la onzieme, la quarante-unieme, la vingt-sixieme, & la soixantieme : la douzieme, la quarante-deuxieme, la vingt-septieme, & la cinquante-septieme.

Si l’on exclut de ces dix figures les variétés qui naissent de ce que les parties blanches se trouvent à la place des parties noires, & les noires à la place des blanches, elles se reduiront encore à quatre, où ces parties se voyent dans les unes à droite, comme elles sont dans les autres à gauche, ou en-haut comme elles sont en-bas ; ensorte que si on les suppose tracées sur un papier transparent, on verra les unes en les regardant à travers le papier, comme on voit les autres sur le papier même ; d’où il s’ensuit qu’à proprement parler, leurs figures ne sont pas différentes. Telles sont les 9e, 43e, 28e, 58e, 10e, 44e, 25e, 29e, 11e, 41e, 26e, 60e, 12e, 42e, 27e, & 57e ; les 6e, 32e, 13e, 55e, 40e, 62e, 21e, 47e, 8e, 30e, 15e, 53e, 38e, 64e, 23e, & 45e ; les 7e, 29e, 14e, 56e, 37e, 63e, 22e, 48e, 5e, 31e, 16e, 54e, 39e, 61e, 24e, 46e ; & les 2e, 4e, 17e, 19e, 34e, 36e, 49e, 51e, 1ere, 3e, 18e, 20e, 33e, 35e, 50e, 52e.

Peut-être qu’en cherchant quelque maniere de disposer les combinaisons de ces carreaux sur le papier, on eût rencontré quelque loi qui auroit dispensé de l’énumeration précédente : mais c’est ce que personne n’a encore tenté, non plus que la combinaison de plusieurs carreaux, & moins encore la combinaison de carreaux partis de plusieurs couleurs.

Si l’on s’occupe à former des desseins & des compartimens avec ces figures jointes ensemble & toûjours en échiquier, on en formera une multitude prodigieuse. Nous n’avons pas jugé à propos de les faire graver ; elles en paroîtront plus surprenantes à ceux qui les verront naître sous leurs yeux, soit par amusement, soit par utilité : mais pour les diriger dans cette opération, nous allons leur indiquer & les carreaux & l’ordre dans lequel ils auront à les assembler pour en former des tous agréables : ces exemples pourront être de quelque commodité non-seulement pour les Carreleurs, mais encore pour les ouvriers en Marqueterie, en Tableterie, en Menuiserie, & autres ouvrages faits de pieces rapportées.

On voit, Planche du Carreleur, les soixante-quatre combinaisons possibles que l’on peut faire avec deux carreaux mi-partis selon leur diagonale. Cette planche est divisée en quatre colonnes de haut-en-bas ; chaque colonne est partagée en cinq quarrés : dans le premier quarré de chaque colonne on a figuré en grand un seul carreau, qui est différemment situé dans chacune, ainsi que l’on les voit par A, B, C, D, quatre lettres qui marquent toûjours les mêmes côtés du carreau ; A, D, les deux colorés ; B, C, les deux blancs. Ainsi dans tous les quarrés de la premiere colonne, le carreau le plus ombré est toûjours censé appliqué horisontalement au côté A ; dans la seconde, au côté B ; dans la troisieme, au côté C ; & dans la quatrieme, au côté D.

Dans les quatre quarrés qui achevent la premiere colonne, & qui ont la lettre A au centre, on a figuré les 16 combinaisons qui se peuvent faire avec deux carreaux ; l’un desquels qui est le plus ombré, demeure toûjours horisontal sur le côté A. On a suivi le même ordre dans les autres colonnes. Les quarrés de chacune sont marqués d’une même lettre : ainsi ils ont au centre B à la seconde ; C, à la troisieme ; D, à la quatrieme. On a séparé les combinaisons de quatre en quatre, pour éviter la confusion : on auroit pû, outre cet avantage, s’en proposer un autre, celui de rencontrer quelque loi qui donnât sans peine les semblables & les différens, ainsi que nous l’avons remarqué plus haut.

On aura un premier dessein régulier, si l’on fait une ligne de la combinaison 2, & sous cette ligne une autre ligne de même longueur, avec la même combinaison 2, & ainsi de suite.

On aura un second dessein, si l’on fait une premiere rangée avec la combinaison 2 ; une seconde avec la combinaison 34, & alternativement ainsi de suite.

Un troisieme dessein, si l’on fait la premiere rangée de la combinaison 6, & la seconde de la combinaison 40, & ainsi de suite alternativement.

Un quatrieme, si l’on fait la premiere rangée avec la combinaison 12, & la seconde avec la combinaison 10, & ainsi de suite alternativement.

Un cinquieme, si l’on fait la premiere rangée avec les deux combinaisons 24 & 14, mises alternativement ; la seconde avec les deux combinaisons 22 & 16 alternativement ; la troisieme avec les deux combinaisons de la premiere, mais en mettant 14 avant 24 ; la quatrieme avec les deux combinaisons de la seconde, mais en mettant 16 avant 22, & ainsi de suite.

Un sixieme, si l’on fait la premiere rangée avec la combinaison 24, & la seconde avec la combinaison 16, & ainsi de suite alternativement.

Un septieme, en faisant la premiere rangée avec la combinaison 42 ; la seconde avec la combinaison 10 ; la troisieme comme la seconde ; & la quatrieme & cinquieme comme la premiere.

Un huitieme, si l’on fait la premiere rangée des 28, 26, & 50 combinaisons mises de suite ; la seconde des 26, 50, & 28 ; & la troisieme, des combinaisons 50, 28, & 26.

Un neuvieme, si l’on fait la premiere rangée des deux combinaisons 10 & 12 ; & la seconde & troisieme, des deux combinaisons 12, 10.

Un dixieme, si l’on fait la premiere rangée de la combinaison 14 ; la seconde, des combinaisons 40 & 8 ; la troisieme, des combinaisons 38 & 6 ; & la quatrieme, de la combinaison 22.

Un onzieme, en faisant la premiere rangée de la combinaison 24 ; & la seconde, de la combinaison 22.

Un douzieme, en faisant la premiere rangée des combinaisons 6 & 38 ; la seconde, des combinaisons 40 & 8 ; la troisieme, des combinaisons 38 & 6 ; & la quatrieme, des combinaisons 8 & 40.

Un treizieme, si l’on fait la premiere rangée des combinaisons 14 & 24 ; la seconde, des combinaisons 24 & 14.

Un quatorzieme, si l’on fait la premiere rangée de la combinaison 24 ; & la seconde, de la combinaison 14.

Un quinzieme, si l’on fait la premiere rangée des combinaisons 50 & 2 ; & la seconde, des combinaisons 18 & 34.

Un seizieme, en faisant toutes les rangées de la combinaison 14.

Un dix-septieme, en faisant toutes les rangées des combinaisons 14 & 24.

Un dix-huitieme, en faisant toutes les rangées des combinaisons 28 & 12.

Un dix-neuvieme, en faisant la premiere rangée des combinaisons 10, 14, 10, & 6 ; la seconde, des combinaisons 16, 12, 8, & 12 ; la troisieme, des combinaisons 14, 10, 6, 10 ; la quatrieme, des combinaisons 12, 8, 12, 16 ; la cinquieme, des combinaisons 10, 6, 10, 14 ; la sixieme, des combinaisons 8, 12, 16, 8 ; la septieme, des combinaisons 6, 10, 14, 10 ; & la huitieme, des combinaisons 12, 16, 12, 8.

Un vingtieme, en faisant la premiere rangée des combinaisons 28 & 12 ; la seconde, des combinaisons 14 & 22 ; la troisieme, des combinaisons 12 & 28 ; & la quatrieme des combinaisons 22 & 14.

Un vingt-unieme, en faisant la premiere rangée des combinaisons 10, 14, & 12 ; la seconde, des combinaisons 22, 34, 2 ; la troisieme, des combinaisons 14, 12, 10 ; la quatrieme, des combinaisons 34, 2, 22 ; la cinquieme, des combinaisons 12, 10, 14 ; & la sixieme, des combinaisons 2, 22, 34.

Un vingt-deuxieme, en faisant la premiere rangée des combinaisons 28, 12 ; la seconde, des combinaisons 26, 10 ; la troisieme, des combinaisons 10, 26 ; la quatrieme, des combinaisons 12, 28.

Un vingt-troisieme, en faisant la premiere rangée des combinaisons 24, 16 ; & la seconde, des combinaisons 26, 10.

Un vingt-quatrieme, si l’on fait la premiere rangée des combinaisons 28, 10 ; la seconde, des combinaisons 26, 12 ; la troisieme, des combinaisons 12, 26 ; & la quatrieme, des combinaisons 10, 28.

Un vingt-cinquieme, si l’on fait la premiere rangée de la combinaison 12, répetée deux fois de suite ; & de la combinaison 28, répetée aussi deux fois, en continuant ainsi : la seconde, de la combinaison 28, répétée deux fois de suite ; & de la combinaison 12, aussi répétée deux fois de suite : la troisieme, de la combinaison 26, répétée deux fois de suite ; & de la combinaison 10, aussi répétée deux fois de suite : la quatrieme comme la seconde ; la cinquieme comme la troisieme ; la sixieme, de la combinaison 10, répétée deux fois ; & de la combinaison 26, aussi répétée deux fois : la septieme, de la combinaison 12, répétée deux fois de suite ; & de la combinaison 28, répétée aussi deux fois ; & la huitieme comme la sixieme.

Un vingt-sixieme, en faisant la premiere rangée de la combinaison 14, une fois ; la combinaison 22, une fois ; la combinaison 14, deux fois ; & ainsi de suite pour cette rangée : la seconde, des trois combinaisons 12, 16, 28 ; la troisieme, des trois combinaisons 10, 24, 26 ; la quatrieme, des trois combinaisons 26, 16, 10 ; la cinquieme, des trois combinaisons 28, 24, 12 ; la sixieme, de la 22 une fois, de la 14 une fois, de la 22 deux fois.

Un vingt-septieme, en formant la premiere rangée de la combinaison 24, deux fois ; & de 12, 14, 28, une fois chacune : la seconde, de la 14 deux fois ; & de 10, 22, 26, chacune une fois : la troisieme, de la 24, deux fois ; & des 12, 16, 28, chacune une fois : la quatrieme, des 8, 40, 28, 24, 12, chacune une fois ; la cinquieme, des 6, 38, 12, 16, 28, chacune une fois ; la sixieme, de la 16, deux fois ; & des 28, 24, 12, une fois : la septieme, de la 22, deux fois ; & des 26, 14, 10, une fois : la huitieme, de la 16, deux fois ; & des 28, 22, 12, une fois : la neuvieme, de la 22, deux fois ; & de la 14, trois fois : la dixieme, de la 14, deux fois ; & de la 22, trois fois.

Un vingt-huitieme, en faisant la premiere rangée de la 28, une fois ; de la 12, deux fois ; de la 22, une fois, & une fois de la 28 : la seconde, de la 26, une fois ; de la 10, deux fois ; de la 22, une fois ; & de la 26, une fois : la troisieme, de la 18, le la 34, 12, 16, & 28, chacune une fois : la quatrieme, des 28, 12, 10, 22, & 26, chacune une fois : la cinquieme, des 12, 28, 26, 14, & 10, chacune une fois ; la sixieme, des 2, 50, 28, 24, & 12, une fois chacune ; la septieme, de la 10, une fois ; 26, deux fois ; 14, & 10, chacune une fois : la huitieme, de la 12, une fois ; de la 28, deux fois ; de la 14 & de la 12, chacune une fois : la neuvieme, des 10, 26, 50, 24, & 2, chacune une fois : la dixieme, des 26, 10, 34, 16, & 18, chacune une fois.

Un vingt-neuvieme, si l’on rait la premiere rangée de la 26, 22, & 10, chacune une fois ; la seconde, des 28, 16, & 12, chacune une fois ; la troisieme, des 12, 14, 28, chacune une fois ; la quatrieme, des 28, 22, 12 ; la cinquieme, des 12, 14, 28 ; & la sixieme, des 10, 14, 26.

Le trentieme & dernier, de ceux que nous donnerons, si l’on fait la premiere rangée avec les 16 & 8, chacune une fois ; la 22, deux fois ; les 40 & 16, chacune une fois ; la seconde avec les 34, 6, 50, 2, 38, & 18, chacune une fois ; la troisieme, avec les 12, 8, 26, 10, 40, & 28, chacune une fois ; la quatrieme, avec les 28, 6, 10, 26, 38, 12, chacune une fois ; la cinquieme, avec les 50, 8, 34, 18, 40, 2, chacune une fois ; la sixieme, avec la 44 & la 32, chacune une fois ; la 14, deux fois ; la 28 & la 24, chacune une fois ; la septieme, avec les 22 & 40, chacune une fois ; la 16, deux fois ; & les 8 & 22, chacune une fois : la huitieme, avec les 2, 38, 18, 34, 6, & 50, chacune une fois ; la neuvieme, avec les 10, 40, 28, 12, 8, 26, chacune une fois ; la dixieme, avec les 26, 38, 12, 28, 6, & 10, de suite ; la onzieme, avec les 18, 40, 2, 50, 8, 34, de suite ; enfin la douzieme, avec les 14 & 38, chacune une fois ; la 24, deux fois de suite ; les 6 & 14, chacune une fois.

Le P. Sébastien a choisi ces trente desseins sur plus d’un cent ; & en effet ils sont très-beaux, & suffisent pour introduire assez de variété dans les ouvrages de Tableterie & de Menuiserie. Au reste il sera facile, en suivant la même méthode, d’en former un grand nombre d’autres, même au-delà de la centaine que le P. Sebastien avoit trouvée.

Carreau, en Architecture, se dit d’une pierre qui a plus de largeur au parement que de queue dans le mur, & qui est posée alternativement avec la boutisse pour faire liaison. Voyez Boutisse. (P)

Carreau ou Carreaux, en Marine ; on donne en général le nom de carreau à toutes les ceintes ou préceintes : mais il se donne aussi bien souvent en particulier à la lisse de vibord, qui est la plus haute de toutes les préceintes, & qui forme l’embelle. V. Ceinte, Préceinte & Lisse de vibord.

Carreau de chaloupe, (Marine.) ce sont les pieces de bois qui font le haut des côtés d’une chaloupe. Voyez Chaloupe, & la Plan. XV. fig. 1. le carreau, n°. 6. fig. 2. & fig. 3. coté i. (Z)

Carreau, (Jardinage.) c’est une piece de terre oblongue, qui fait partie d’un parterre ou d’un potager. Le carreau de parterre est ordinairement bordé de buis nain, & garni de fleurs ou de gason. Le carreau de potager est semé de légumes & d’autres herbes, & n’est séparé du reste que par des raies un peu plus profondes.

Carreau vernissé, (Manege.) est un grand carreau plombé qu’on met dans les écuries au-dessus des mangeoires des-chevaux, pour les empêcher de lêcher le mur. Voyez Ecurie, Mangeoire. On fait aussi du petit carreau vernissé pour les compartimens. (V)

Carreau, en Menuiserie, c’est un petit ais quarré de bois de chêne, dont on prépare autant qu’il en faut pour remplir la carcasse d’une feuille de parquet.

Carreau, terme d’ancien Monnoyage : lorsque l’on fabriquoit les especes au marteau, le métal ayant été moulé en lames, & battu sur l’enclume à peu près de l’épaisseur de la monnoie à fabriquer, on coupoit ces lames par morceaux quarrés avec des cisoirs, ensuite on rechauffoit & l’on abattoit les pointes ou angles de ces quarrés, qu’on appelloit ensuite carreaux.

Carreau, (en Rubanerie.) Voyez Effilé.

Carreau, instrument ou partie du métier des étoffes de soie. On se sert de carreaux de différentes especes ; il y en a de plomb, de fer, & de terre ; on les fait d’un poids proportionné.

Les carreaux pour les lisses de satin à cinq & à huit lisses sont trop petits à trois livres, il leur en faut au moins trois livres & demie ; mais l’ordinaire est de quatre : ils ont besoin de ce poids, non-seulement pour faire baisser ou relever la lisse, mais encore pour faire relever le calqueron & la marche, qui font toûjours un poids.

Carreau, c’est le nom qu’on donne en Serrurerie, Taillanderie, & autres arts en fer, à une sorte de grosses limes quarrées, triangulaires, ou méplates : on s’en sert pour enlever au fer les inégalités de la forge ; ce qui s’appelle dégrossir. La taille de ces limes est rude ; du reste elle est la même qu’aux autres. Ces sortes de limes sont ordinairement de fer trempé en paquet.

Il y a le demi-carreau ou carrelet, qui n’a que la moitié de la force du carreau, & qui sert pour les ouvrages dont le dégrossissage est moins considérable.

Carreau, terme de Tailleur & de Blanchisseuse, c’est un instrument de fer dont les Tailleurs & autres ouvriers en couture se servent pour applatir leurs rentraitures, & d’autres parties des étoffes qu’ils ont cousues ensemble, en l’appuyant & le passant par-dessus après l’avoir fait chauffer.

Cet instrument est de fer, d’environ dix pouces de longueur, & deux de largeur par un bout, & se termine en pointe par l’autre. Il a aussi un manche de fer à un de ses bouts en forme de queue, qui se reploye sur la masse du carreau, & lui est parallele.

Le carreau des Tailleurs differe de celui des Blanchisseuses, en ce que le premier est étroit, long, pointu, & brut ; l’autre au contraire est arrondi par sa partie antérieure, & sa platine est fort unie.

Il y a des carreaux de Tailleur & de Blanchisseuse de deux especes ; les uns solides, les autres composés de différentes pieces qu’on assemble, & qui forment une espece de boîte, dans laquelle on peut enfermer ou du feu, ou quelque corps chaud. Voyez les Planches de Taillanderie & leur explication.

Carreau ; les Vitriers appellent ainsi une piece de verre quarrée ou d’une autre figure, mise en plomb, ou retenue avec des pointes, ou du papier, ou du mastic, dans les chassis d’une fenêtre.

Franc-Carreau, sorte de jeu dont M. de Buffon a donné le calcul en 1733, avant que d’être de l’Académie des Sciences. Voici l’extrait qu’on trouve de son mémoire sur ce sujet, dans le volume de l’Académie pour cette année-là.

Dans une chambre carrelée de carreaux égaux, & supposés réguliers, on jette en l’air un louis ou un écu, & on demande combien il y a à parier que la piece ne tombera que sur un seul carreau, ou franchement.

Supposons que le carreau donné soit quarré ; dans ce quarré inscrivons-en un autre qui en soit distant partout de la longueur du demi-diametre de la piece ; il est évident que toutes les fois que le centre de la piece tombera sur le petit quarré ou sur sa circonférence, la piece tombera franchement ; & qu’au contraire elle ne tombera pas franchement, si le centre de la piece tombe hors du quarré inscrit : donc la probabilité que la piece tombera franchement, est à la probabilité contraire, comme l’aire du petit quarré est à la différence de l’aire des deux quarrés.

Donc pour joüer à jeu égal, il faut que le grand quarré soit double du petit ; c’est-à-dire, que le diametre de la piece étant 1, & x le côté du grand quarré, on aura , d’où l’on tire facilement la valeur de x, qui sera incommensurable avec le diametre de la piece.

Si la piece, au lieu d’être ronde, étoit quarrée, &, par exemple, égale au quarré inscrit dans la piece circulaire dont nous venons de parler ; il saute aux yeux que la probabilité de tomber franchement deviendroit plus grande : car il pourroit arriver que la piece tombât franchement hors du petit quarré : le problème devient alors un peu plus difficile, à cause des différentes positions que la piece peut prendre ; ce qui n’a point lieu quand la piece est circulaire, car toutes les positions sont alors indifférentes. Voici dans un problème simple une idée qu’on peut se former de ces différentes positions.

Sur un seul plancher formé de planches égales & paralleles, on jette une baguette d’une certaine longueur, & supposée sans largeur : on demande la probabilité qu’elle tombera franchement sur une seule planche. Que l’on conçoive le point du milieu de la baguette à une distance quelconque du bord de la planche, & que de ce point comme centre on décrive un demi-cercle dont le diametre soit perpendiculaire aux côtés de la planche ; la probabilité que la baguette tombera franchement, sera à la probabilité contraire, comme le secteur circulaire renfermé au-dedans de la planche est au reste de l’aire du demi-cercle ; d’où il est aisé de tirer la solution cherchée. Car nommant x la distance du centre de la baguette à l’un des côtés de la planche, X le secteur correspondant, dont il est toûjours facile de trouver la valeur en x, & A l’aire du demi-cercle ; la probabilité cherchée sera à la probabilité contraire, comme sXdx est à sdx (A - X). Voy. Jeu, Pari. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « carreau »

Picard, cariau, carieu ; génev. carron, carreau de terre cuite ; wallon, quarai ; provenc. cairel ; anc. catal. quadrel ; espagn. quadrillo ; ital. quadrello ; diminutif de quadrum, un carré (voy. CADRE). Dans l'ancien français le nominatif singulier était carals, carels, prononcé carau, careu, et le régime était carel ; c'est le nominatif qui est devenu le mot moderne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin populaire quadrellus, de quadrus, « carré ». (1080) quarrel « Munition d’arbalète ». (1160) « Petite plaque en matériau dur servant à revêtir le sol, les murs ». (1233) « Carrelage ». (1318) « Plaque de verre ». (1532) quarreau « Enseigne du jeu de cartes ». (1588) « Coussin carré ». (1611) « Gros fer à repasser de tailleur ». (1690) « Dessin symétrique, quadrillage ». (1834) « Quadrillage à dessin ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « carreau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
carreau karo

Évolution historique de l’usage du mot « carreau »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « carreau »

  • À chaque course, 56 des 80 carreaux du drapeau à damier seront disponibles à la vente via le site F1 Authentics, les 24 autres carreaux étant réservés au promoteur du Grand Prix pour ses invités. myCANAL, Charité : la F1 va vendre les carreaux du drapeau à damier
  • La diplomatie est l’art de faire durer indéfiniment les carreaux fêlés ! De Charles de Gaulle
  • Ses idées ressemblent à des carreaux de vitres, entassées dans un panier de vitrier, claires une à une, et obscures toutes ensemble. De Jules Renard / Journal
  • Chez les chamois, quand Madame se fait faire un lifting, on garde les peaux pour nettoyer les carreaux... De Philippe Geluck / Ma langue au chat
  • Dépourvue d'âme, la femme est dans l'incapacité de s'élever vers Dieu. En revanche, elle est en général pourvue d'un escabeau qui lui permet de s'élever vers le plafond pour faire les carreaux. C'est tout ce qu'on lui demande. De Pierre Desproges / Dictionnaire du superflu
  • Les carreaux stannifères sont faits d’une pâte argileuse, calcaire, généralement colorée en rose par des impuretés ferrugineuses et recouverte d’un émail blanc opaque à base d’étain qui masque la coloration du support. L’appellation faïence stannifère s’explique par l’emploi de l’oxyde d’étain pour obtenir une glaçure blanche. , Oise : découvrez l'histoire du carreau stannifère de Ponchon | Actu Oise
  • La CGT, qui a voté contre, "n'acceptera pas que les travailleurs PSA deviennent des nomades de l'industrie automobile à travers l'Europe". "On est conscient que PSA veut privilégier l'emploi de ses salariés mais elle met sur le carreau ses intérimaires", a regretté Frédéric Jarousset (FO), qui s'est abstenu. "On ne veut pas que ça devienne une habitude". Sur les 500 intérimaires présents mi-mars, il n'en reste que 270, selon PSA, qui a suspendu leurs contrats avec les sociétés d'intérim. Capital.fr, PSA fait venir des Polonais, les intérimaires "sur le carreau”, dénonce FO - Capital.fr

Images d'illustration du mot « carreau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « carreau »

Langue Traduction
Anglais tile
Espagnol diamante
Italien quadri
Allemand fliese
Portugais azulejo
Source : Google Translate API

Synonymes de « carreau »

Source : synonymes de carreau sur lebonsynonyme.fr

Carreau

Retour au sommaire ➦

Partager