La langue française

Car

Définitions du mot « car »

Trésor de la Langue Française informatisé

CAR1, conj. de coordination.

Conj. de coordination introduisant une prop. qui explique ou justifie ce qui vient d'être énoncé.
A.− Introduisant une prop. qui explique ou justifie une prop. précédemment énoncée.
1. [La prop. est affirmative ou négative]
a) Après ponctuation faible ou absence de ponctuation :
1. Grâce au médecin, l'existence prit un rythme normal. Cette espèce de confort n'influençait guère les enfants, car ils avaient le leur et qui n'était pas de ce monde. Cocteau, Les Enfants terribles,1929, p. 53.
2. Félicien, en revanche, s'était installé à califourchon sur une chaise, s'essuyait les mains à son tablier, un bout de chiffon à l'un ou l'autre doigt car il s'était coupé, ... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 283.
b) Après ponctuation forte :
3. Et je sortis avec une grande soif. Car le goût passionné des mauvaises lectures engendre un besoin proportionnel du grand air et des rafraîchissants. Baudelaire, Petits poèmes en prose,Assommons les pauvres, 1867, p. 216.
4. Et je suis sûr que c'était un mort; car il a disparu tout d'un coup en remuant son doigt comme pour me faire signe de venir. Loti, Mon frère Yves,1883, p. 87.
5. ... telle fut la dernière vision que Marie eut de ce monde. Car tout aussitôt une atroce déchirure se fit à son côté (...) et... et Joseph, les jambes écartées pour avoir toute sa force, sentait les chairs de Marie s'ouvrir sous le couteau; ... Jouve, La Scène capitale,1935, p. 21.
Rem. Car est, le plus souvent, précédé d'un signe de ponctuation; la tendance à employer ds le récit des phrases courtes explique la présence assez fréq. de car derrière un point, un point virgule, un point d'exclamation... Toutefois, lorsque la raison explicative introduite par car semble naturellement découler de ce qui vient d'être dit, on préfère, pour éviter une coupure, ne pas mettre de signe de ponctuation. Cette façon de procéder tend, actuellement, à se généraliser.
2. [La prop. est interrogative (interrogation oratoire, à valeur énonciative) ou, plus rarement, exclamative] :
6. Si, parmi les auditeurs du fameux discours dont ses amis nous ont parlé, il s'en était trouvé un seul qui fût capable de doute, ce seul article des prophéties était fait peut-être pour le troubler. Car que de hardiesses! Que de témérités! Que d'aveux qui lui échappent, ... Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 379.
7. « Ainsi pense-t-il [Léopold] et, sans un mot de récrimination, il distribue à tous des croix de grâce, que chacun accepte parfaitement, car dans le doute qu'est-ce qu'on risque? ... » Barrès, La Colline inspirée,1913, p. 313.
8. Jean : ... C'est à cela que j'ai sacrifié mes humeurs envers toi, mes rancunes, les divagations, à cette volupté d'une alliance parfaite. Le premier amour s'y fût-il apaisé, c'est par ces couples que Dieu voit le monde, et qu'il le justifie, et qu'il le juge. Lia : Car nous ne nous aimons plus? Giraudoux, Sodome et Gomorrhe,1943, I, 3, p. 73.
3. [La prop. est elliptique] :
9. L'hiver on souffrait du froid, car pas de vitres aux fenêtres, ou plutôt pas de fenêtres du tout, mais de vastes trous dans les murs. Gide, L'Immoraliste,1902, p. 370.
10. Plus avertis, eussent-ils eu cette curiosité naïve qui fait marcher la découverte à pas candides, en suivant une embryogénèse tant soit peu ridicule a posteriori, car déjà désuète? ... P. Schaeffer, À la recherche d'une mus. concr.,1952, p. 178.
Rem. 1. Car en effet (qui cherche à rendre plus expressif le monosyllabe), fréq. ds la lang. parlée qui est pléonastique hormis le cas où en effet est adv. et signifie « effectivement, en fait », « il est bien vrai que »; la distinction des 2 emplois n'est pas toujours aisée : Un jour il m'a été donné d'assister à une exécution, je ne peux pas dire de la voir car en effet, c'est un spectacle intolérable (Barrès, Mes cahiers, t. 7, 1908, p. 28). Car en effet n'est souvent qu'un ligament renforcé de et en effet :
11. S'il [son futur gendre] était un bon travailleur, par la vertu de son travail, il serait un bon mari. Car en effet, pour bien travailler, il faut être continent dans ses plaisirs, réglé. Drieu La Rochelle, Rêveuse bourgeoisie,1939, p. 76.
Rem. 2. Car/Parce que, Car/Puisque. Contrairement à car, parce que et puisque peuvent être utilisés après certaines conj. de coordination : et, mais, ni parce que ou et, mais, ni puisque; de même ils peuvent être repris par que : parce que... et que ou puisque... et que. D'autre part, parce que peut introduire une prop. en réponse à la question pourquoi?, s'employer derrière des adv. tels que précisément, justement, uniquement, seulement, surtout..., après le tour uniceptif ne... que et le présentatif c'est, tous emplois impossibles avec car. La conj. car qui introduit une explication peut avoir la même valeur que puisque, qui garantit le bien-fondé véridique de l'énoncé. Noter ds l'ex. suiv. la reprise de car par puisque :
12. ... toute l'inclinaison (générale) du corps en avant dénonce, trahit ce que je suis, car je le deviens, puisque je le deviens : un paysan (...). L'inclinaison commençante générale vers la terre nourricière, vers la terre mère, vers la terre tombeau. Péguy, Victor-Marie,Comte Hugo, 1910, p. 672.
B.− En incise. [Entre crochets ou parenthèses ou entre 2 signes de ponctuation introduisant une prop. qui justifie ce qui vient d'être dit par une précision que l'interlocuteur était censé ignorer et que le locuteur juge utile de souligner en passant] :
13. Sur deux cent cinquante-quatre personnes et demie (car je compte un monsieur sans jambes pour une fraction) dont j'analysai la démarche, je ne trouvai pas une personne qui eût des mouvements gracieux et naturels. Balzac, Théorie de la démarche,1833, p. 638.
14. Le docteur reconnut alors que le cri de l'enfant avait faibli, qu'il faiblissait encore et qu'il venait de s'arrêter. Autour de lui, les plaintes reprenaient mais sourdement, et comme un écho lointain de cette lutte qui venait de s'achever. Car elle s'était achevée. Camus, La Peste,1947, p. 1394.
C.− Fonctionnement en tête de phrase et en relation avec des prop. coordonnées.
1. [En tête de phrase] ,,La coordination étant le rapport d'une phrase à une autre déjà énoncée, le coordonnant car ne peut pas fonctionner en tête de phrase [logiquement indépendante], à l'encontre de ce qui a lieu pour les syntagmes adverbiaux introduits par parce que ou puisque`` (R. Martin, Le mot puisque, Notion d'adv. et de présupposition sém., ds Studia Neophilologica, vol. 45, no1, 1973, p. 104-114). Dans l'ex. suiv., qui appartient au style de la conversation, il faut interpréter la prop. car je suis trop bonne placée en tête de phrase, comme une tournure elliptique pour [je fais ce que vous me demandez] car je suis trop bonne :
15. m. de montlucar. − Faites cela pour moi... Je vous en supplie en grâce! zoé. − Eh bien! Monsieur, car je suis trop bonne... Je consens à la traiter comme une amie... de la troisième classe... Mais je fais mes conditions. Scribe, La Camaraderie,1837, I, 1, p. 235.
2. [En relation avec des prop. coordonnées]
a) [La prop. introduite par car peut être coordonnée à une autre prop. à l'aide de et ou de ni et on ne répète pas car devant la seconde] :
16. ... nous étions fort contents quand il venait, car il était gai et contait des histoires. Michelet, Mémorial,1822, p. 189.
b) En fr. mod., la reprise de car par que dans la seconde prop. est jugée incorrecte (type : il dormit jusqu'à midi car il s'était couché tard et qu'il était en vacances). Gén., on préfère la juxtaposition, car n'introduisant alors que la 1reprop. :
17. Là, vivent le chasseur et son aide, en silence, aux aguets, de l'aube au crépuscule. Car on ne rit point, on ne parle point, on respire à peine, la palombe étant inquiète et farouche. Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 27.
Il peut aussi être répété devant les autres prop., notamment lorsque le discours prend une allure quelque peu oratoire ou lyrique :
18. Ô mon cher et charmant confrère, je voudrais bien être à Paris, car je vous verrais, car je pourrais serrer votre main et baiser la main de votre noble et gracieuse femme. Hugo, Correspondance,1873, p. 344.
19. Heureux qui sait se réjouir au cœur de la nuit, de cela seulement qu'il sait qu'elle est grosse, car les ténèbres lui porteront fruit, car la lumière lui sera prodiguée. Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 195.
D.− Car en emploi subst. (inv. au plur.) :
20. L'écrivain multiplie les si, les comme, les d'autant, et ne s'embarrasse point du nombre des qui et des que. (...). Il fait un usage excellent des car, des mais, des aussi bien, des tout de même que. Lemaitre, Les Contemporains,1885, p. 224.
21. Remarquons d'abord, dans la première phrase de ce texte, le car qui annonce une explication de ce qu'on vient d'affirmer et qui n'explique rien du tout. Benda, La France byzantine,1945, p. 203.
Prononc. et Orth. : [ka:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. (il) carre, quart. Étymol. et Hist. I. A. 1. Conj. de coordination xes. car (Jonas d'apr. Bartsch Chrestomathie, 9, 4, 25); xies. quer (Alexis, ibid., 9, 2); 2. conj. de subordination a) ca 1120 pur ço quer synon. de por ce que (S. Brendan, éd. E. G. R. Waters, 300), seulement en a. fr.; b) 1167-1170 car « parce que » (Gautier d'Arras, Ille et Galeron, éd. W. Foerster, 1858 ds T.-L.) − xvies. ds Hug.; c) 1295 [la] raison est quar (Arch. J. 456, pièce 36 ds Gdf.); ce type de syntagme, encore en usage au xviies., est à l'orig. des crit. formulées par Malherbe contre l'emploi de car auxquelles répondirent les plaidoyers de Vaugelas et de Voiture (v. Brunot t. 3, pp. 385-388 et Ph. A. Wadsworth, The ,,Car`` quarrel ds Mod. Lang. Quaterly, t. 1, 1940, pp. 527-538) : le syntagme en question disparut, mais car demeura ds l'emploi A 1. B. 1. Adv. causal xies. quer « c'est pourquoi, en conséquence » (Alexis, éd. C. Storey, 123c) − xvies. ds Hug.; 2. Particule introduisant a) une phrase jussive (emploi avec l'impér.) xies. quar (Alexis, ibid., 11b); b) une phrase optative (emploi avec le subjonctif) quer (ibid., 46a). II. Subst. masc. invar. 1616-20 sans si et sans car « sans condition » (D'Aubigné, Hist. univ., XII, 23 ds Hug.). Du lat. class. quare (composé de quā et de rē, proprement « par quelle chose ») adverbe interrogatif « pourquoi? »; adverbe causal « c'est pourquoi » d'où I B 1; l'emploi I B 2 dér. de I B 1 : dans les 2 cas, c'est le cont. de la 1repartie de la phrase qui fournit l'explication de ce qui suit (G. Moignet, Gramm. de l'a. fr., Paris, 1973, p. 289). L'emploi I A 1 (conjonction de coordination) est bien attesté en lat. vulg. (av. 79 apr. J.-C., CIL, IV, 2421 ds Vään. Inscr., p. 213 : Rufa, ita vale quare bene felas; de même CIL, IX, 3473, épitaphe ds Vään. 1967, p. 171 : ita tu qui legis, bona vita vive, sodalis, quare post obitum nec risus nec lusus nec ulla voluptas erit); cet emploi a vraisemblablement son point de départ dans quare interrogatif employé dans des parataxes du type : non es eques; quare? non sunt tibi milia centum, Suétone Tib., 59, ibid. (cf. l'emploi similaire de cur, Ennius Frag. var., 18 ds TLL, s.v. cur, 1440, 36); I A 2 (subordination) est dér. de I A 1 (coordination); à rapprocher de por ce quer et de la raison est car, l'emploi du lat. quia avec valeur interrogative, notamment en lat. arch., dans le composé quianam (v. Forc. s.v. 3oet Ern.-Meillet) et en lat. vulg. (v. E. Löfstedt, Philologischer Kommentar zur ,,Peregrinatio Aetheriae``, Uppsala [1911], p. 324 et Id., Late latin, Oslo, 1959, p. 179). − Quer et quar (car) sont tous deux issus de quare selon qu'il est tonique ou atone (v. E. Richter ds Arch. rom., t. 16, 1932, pp. 207-210; FEW t. 2, p. 1422a, note 3); l'hyp., pour quer, d'un croisement avec que (REW3, no6934) ne semble pas nécessaire. Bbg. Bourciez (É). Lat. quare, fr. car. Romania. 1934, t. 60, pp. 232-233. − Duch. 1967, § 74.3. − Lorian (A.). Car redivivus. In : [Mél. Fouché (P.)]. Paris, 1970, pp. 201-212. − Martin (R.). Le mot puisque. St. neophilol. 1973, t. 45, no1, pp. 104-114. − Pinchon (J.). Des Mots coordonnants. Fr. Monde. 1973, no98, pp. 44-45. − Richter (E.). Altfranzösisches quer-car. Archivum romanicum. 1932, t. 16, no2, pp. 193-210. − Schultz-Gora (O.). Prov. und afrz. car « warum ». Z. rom. Philol. 1933, t. 53, pp. 530-534. − Teppe (J.). Des lipogrammes au car. Vie Lang. 1963, pp. 300-304. − Wadsworth (P. A.). The car quarrel. Modern language quarterly. 1940, t. 1, pp. 527-538.

CAR2, subst. masc.

A.− Vx (XIXes.). Voiture de tramway :
... Passepartout observait avec curiosité la grande ville américaine : (...); dans les rues, voitures nombreuses, omnibus, « cars » de tramways, et sur les trottoirs encombrés, non-seulement des Américains et des Européens, mais aussi des Chinois et des Indiens, ... Verne, Le Tour du monde en 80 jours,1873, p. 142.
,,Compartiment d'une voiture de tramway`` (Littré).
B.− Usuel. Véhicule automobile d'assez grande dimension destiné à transporter des passagers. Car de tourisme, de ramassage scolaire. Il [Marat] avait fait en car la route de Mâcon à Etiamble... (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 125).
En partic.
1. Car de police. Véhicule transportant des agents de police chargés d'assurer la protection des lieux publics, de répondre à des appels. Synon. arg. panier à salade.Je dépassai les cars de police rangés le long du trottoir (S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 204).
2. Car de reportage. ,,Véhicule équipé à la manière d'une régie de studio et qui permet la transmission télévisée en direct des événements se déroulant à l'extérieur`` (Bailly-Roche 1967).
Prononc. : [ka:ʀ]. Homon. (il) carre, quart. Étymol. et Hist. I. 1873 « matériel roulant » cont. anglo-amér. supra. II. 1928 « véhicule automobile de transport » (Lar. 20e). I empr. à l'anglo-amér. car « véhicule sur rails » (1830 ds DAE), lui-même empr. au fr. char sous la forme normanno-picarde car. II abrév. de auto(-)car*.
STAT. − Car1 et 2. Fréq. abs. littér. : 57 552. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 85 454, b) 77 297; xxes. : a) 82 886, b) 80 577.

Wiktionnaire

Nom commun 1

car \kaʁ\ masculin

  1. (Transport) Grand véhicule automobile utilisé pour le transport en commun de voyageurs, en particulier pour les transports interurbains ou les transports exceptionnels (pour les lignes régulières urbaines, on préfère généralement employer le mot bus ou autobus).

Nom commun 2

car masculin

  1. (Programmation informatique) La première partie du doublet en LISP, qui est le premier élément dans une liste.
    • Il nous faut donc être capable de s’electionner tous les cars et tous les cdrs d’un ensemble de listes : […] — (Jean-Jacques Girardot, Introduction à la programmation fonctionnelle par Scheme, L’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne, 1993)
    • […] principe de base :
      — chaque élément de la liste est représenté dans un doublet ;
      — le car du doublet contient l’élément lui-même ;
      — le cdr du doublet pointe sur le doublet suivant dans la liste ;
      — le cdr du dernier doublet signale la fin de la liste par le marqueur de fin de liste, '()
      . — (Laurent Bloch et Jacques Arsac, Initiation à la programmation avec Scheme, 2000, page 84)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAR. Conjonction
qui sert à marquer que l'on va donner la raison d'une proposition énoncée, ou l'énoncé d'un fait. Il ne faut pas faire telle chose, car Dieu le défend. Vous ne le trouverez pas chez lui, car je viens de le voir dans la rue.

Littré (1872-1877)

CAR (kar) conj.
  • qui marque qu'on va donner la raison d'une proposition énoncée. Vos pareils y sont misérables… Car, quoi ! rien d'assuré ! point de franche lippée ! La Fontaine, Fabl. I, 5. Et tous deux vous paierez l'amende : Car toi, loup, tu te plains quoiqu'on ne t'ait rien pris, La Fontaine, ib. II, 3. C'est donc quelqu'un des tiens, Car vous ne m'épargnez guère, La Fontaine, ib. I, 10. J'ai plus gagné que perdu ; Car d'hymen point de nouvelles, La Fontaine, ib. I, 17. Les vieillards déploraient ces sévères destins ; Les animaux périr ! car encor les humains [passe encore pour les hommes qui avaient mérité de périr], La Fontaine, Philémon et Bauc. Non, je ne reviens pas, car je n'ai pas été ; Je ne vais pas aussi, car je suis arrêté ; Je ne demeure point, car tout de ce pas même Je prétends m'en aller, Molière, Dépit, I, 4. Car [il avait été question parmi les puristes de supprimer car comme mot vieilli] étant d'une si grande considération dans notre langue, j'approuve extrêmement le ressentiment que vous avez du tort qu'on lui veut faire ; et je ne puis bien espérer de l'Académie dont vous me parlez, voyant qu'elle se veut établir par une grande violence ; en un temps où la fortune joue des tragédies par tous les endroits de l'Europe, je ne vois rien si digne de pitié que quand je vois que l'on est prêt de chasser et faire le procès à un mot qui a si utilement servi cette monarchie et qui, dans toutes les brouilleries du royaume, s'est toujours montré bon français ; pour moi, je ne puis comprendre quelles raisons ils pourront alléguer contre une diction qui marche toujours à la tête de la raison et qui n'a point d'autre charge que de l'introduire ; je ne sais pour quel intérêt ils tâchent d'ôter à car ce qui lui appartient, pour le donner à pour ce que, ni pourquoi ils veulent dire avec trois mots ce qu'ils peuvent dire avec trois lettres, Voiture, Lett. 53. Gomberville : Que ferons-nous, messieurs, de car et de pourquoi ? Desmarets : Que deviendrait sans car l'autorité du roi ? Gomberville : Le roi sera toujours ce que le roi doit être, Et ce n'est pas un mot qui le rend notre maître. Gombaud : Beau titre que le car au suprême pouvoir, Pour prescrire aux sujets la règle et le devoir. Desmarets : Je vous connais, Gombaud, vous êtes hérétique, Et partisan secret de toute république. Gombaud : Je suis fort bon sujet et le serai toujours, Près de mourir pour car après un tel discours. Desmarets : De car viennent les lois, sans car point d'ordonnance, Et ce ne serait plus que désordre et licence, la Comédie des Académiciens, III, 3, dans RICHELET.

    Substantivement. Les si, les car, les contrats sont la porte Par où la noise entra dans l'univers, La Fontaine, Belphég.

HISTORIQUE

Xe s. Car ço videbant per spiritum prophete, Frag. de Valenc. p. 468.

XIe s. Car, puisque serement li est jugied…, L. de Guill. 25. Franc chevalier, car m'eslisez baron, Ch. de Rol. XI. Emprès lui dient : Sire, car nous menez, ib. XXVI.

XIIe s. Ne poit durer que Charlles ne le tienne ; Car il n'a homme…, Roncisv. 1. Alez seoir, car je vous en semon, ib. 12. Compeing Rolant, car sonez vostre cor, ib. 45. Car joie a courte durée Qui avient par tel folor, Couci, I. Diex ! car la peüsse tenir Un seul jour à ma volenté ! ib. III.

XIIIe s. Sire, voici l'ost… quar leur criez merci que il aient de toi pité, Villehardouin, XLII. Car nus [nul] ne vient à vie [qui] ne conviene finer, Berte, III. Et car me secourez, mere Dieu beneoite, ib. XXIX.

XIVe s. À plusieurs gens sont aucunes choses delettables qui sont contraires l'une à l'autre, et la cause est car [que] telles choses ne sont pas naturellement delettables, Oresme, Eth. 19. Et la cause pour quoy nous ne conseillons pas des choses dessus dites est car [que] nule de elles n'est faite par nous, Oresme, ib. 66.

XVIe s. À quoy Indathyrses, car ainsi se nommoit-il…, Montaigne, I, 49. Il parla tout haut de servir le roi sans si et sans car, et puis d'aller au conseil pour mettre la main à la besongne, D'Aubigné, Hist. III, 187. Les deux commissions furent scellées extraordinairement, car en [car elles le furent dans] la chambre de M. le chancelier, n'estant encores M. de Humieres mort, Carloix, VI, 10.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « car »

Picard (Ponthieu), gar ; provenç. quar, qar, car ; anc. catal. quar ; anc. espagn. car ; anc. ital. quare ; du latin quare, c'est pourquoi, mot à mot qua re, par laquelle chose, pour laquelle chose ; étymologie qui explique l'emploi de car dans l'ancienne langue ; soit qu'il signifie donc, comme dans ce vers : Compeing Roland, car sonnez vostre cor, c'est-à-dire, compagnon Roland, sonnez donc votre cor ; soit qu'il signifie pourquoi : et la cause est car telles choses ne sont pas…

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Conjonction) Du latin quare (« c’est pourquoi »).
(Nom 1) De l’anglais car, char, venant de l’ancien français car, la forme normande de char.
(Nom 2) De l’anglais car, lui-même issu de l’instruction car de l’IBM 704, acronyme de contents of the address part of the register number (« contenus de la partie d’adresse du nombre registre »). Note : On ne sait généralement pas cette étymologie, qui n’a pas d’importance aujourd’hui.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « car »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
car kar

Évolution historique de l’usage du mot « car »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « car »

  • Les cars FlixBus reprennent leur activité, avec une petite partie des circuits habituels assurée, et avec des mesures sanitaires strictes mises en place. Franceinfo, Transports : les voyages en car reprennent avec un protocole strict
  • Mangeons et buvons ; car demain nous mourrons. De Saint Paul / Epître aux Corinthiens
  • Malheur à vous, les riches, car vous tenez votre consolation. De Saint Luc
  • La convoitise te rend esclave, car tu es né libre. De Proverbe arabe
  • Heureux ceux qui ne parlent pas : car ils s’entendent. De Mariano José de Larra / La parole
  • Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière. De Michel Audiard
  • Marchez doucement car vous marcher sur mes rêves. De William Butler Yeats
  • Heureux ceux qui sont affligés, car ils seront consolés. De La Bible / Evangile selon saint Matthieu
  • Drogué : individu coupé de la société, car la came isole. De Marc Escayrol / Mots et grumots
  • Pleure sur un mort car lui manque la lumière ; pleure sur un sot car lui manque le bon sens ; pleure doucement sur le mort car il a trouvé le repos ; mais la vie du sot est pire que la mort. De La Bible / L'Ecclésiastique
  • Ne parlez jamais de vous, ni en bien, car on ne vous croirait pas, ni en mal car on ne vous croirait que trop. De Confucius
  • Il nous faut de l’amour car notre âme s’en nourrit. Il nous faut de l’amour car sans lui nous sommes faibles et timides. De Dan George
  • Les femmes sauvages n’ont pas de pudeur, car elles vont nues. Je réponds que les nôtres en ont encore moins : car elles s’habillent. De Jean-Jacques Rousseau
  • Les larmes valent mieux que le rire, car l’adversité améliore le coeur. De Proverbe français
  • Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres. De Aristote
  • Ce samedi 27 juin, vers 21 h 40, les gendarmes ont été appelés afin de sécuriser une intervention, à Cayeux-sur-Mer (ouest de la Somme). Un nourrisson a chuté d’un camping-car. Courrier picard, Le bébé chute du camping-car à Cayeux-sur-Mer
  • Chez Thellier Camping-Car, il faut compter un minimum de 78 € par nuit, sans les fais de carburant mais avec un kilométrage illimité et l’assurance. Quant au modèle, le fourgon avec le toit relevable pour accueillir un total de quatre couchages n’est par exemple plus disponible cet été. , Vacances d'été : est-il encore possible de louer un camping-car dans l'agglo de Caen ? | Liberté Caen
  • Irène a participé à notre enquête « Dessinez votre camping-car idéal ». Elle nous a envoyé un dessin, et une description du véhicule de loisirs de ses rêves : un profilé ou un intégral dont la chambre se trouverait… à l’étage ! C’est un escalier fixe qui mènerait à cette pièce nichée sous un toit levable. Comme toutes les autres contributions que nous avons reçues, celle d’Irène a été transmise au constructeur Dethleffs, partenaire de notre enquête. La marque s’est engagée à produire un camping-car « de nos lecteurs » en réalisant une synthèse des propositions. Le monde du camping car, Le camping-car idéal d'Irène : avec mezzanine et toit relevable - Le monde du camping car
  • Vaucluse - Il brûle le camping-car de son ex et l'asperge... LaProvence.com, Faits divers - Justice | Vaucluse - Il brûle le camping-car de son ex et l'asperge d'essence : quatre ans de prison | La Provence
  • La F1 va reprendre au Red Bull Ring dans quelques semaines, mais c’est surtout la suite du calendrier, incroyablement resserré, qui inquiète les équipes : car il faudra produire bien des pièces de rechange pour éviter la pénurie en cas de pépin. Nextgen-Auto.com, Formule 1 | Renault n’a pas quitté la F1 car c’était le ‘pire moment’ pour le faire selon Abiteboul
  • Un automobiliste a percuté un car scolaire ce vendredi après-midi à L'Herbergement en Vendée. Il y avait 54 enfants à bord. Choqués, deux ont été transportés à l'hôpital. France Bleu, Vendée : une collision entre une voiture et un car scolaire à L'Herbergement

Images d'illustration du mot « car »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « car »

Traductions du mot « car »

Langue Traduction
Anglais because
Espagnol porque
Italien per
Allemand denn
Portugais vez
Source : Google Translate API

Synonymes de « car »

Source : synonymes de car sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « car »

Car

Retour au sommaire ➦

Partager