Bruine : définition de bruine


Bruine : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BRUINE, subst. fém.

A.− Petite pluie, très fine, habituellement froide, qui résulte de la condensation du brouillard. Synon. crachin.Une bruine tombait, plus froide et plus pénétrante que la pluie (A. France, Crainquebille,1904, p. 50).
P. anal. [Le nourrisson] éternuait en chat et lançait aux dames une bruine blanche (G. d'Esparbès, Le Roi,1901, p. 24):
1. En caleçon, leurs vêtements sous le bras, ils courent jusqu'au tuyau d'arrosage; ils jettent leurs vêtements sur une toile de tente, en font un paquet imperméable, se douchent sous la bruine. Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 251.
B.− P. métaph.
1. [P. anal. d'aspect]
[L'accent est mis sur la couleur] :
2. ... la lune s'est levée toute pure, tout irradiée. (...). Un ruissellement laiteux, une bruine lumineuse tombe d'elle. Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 125.
Poét. Couleur de bruine. De pluie. Ses yeux gris de bruine légère, froids et durs (A. de Noailles, La Nouvelle espérance,1903, p. 76).
[L'accent est mis sur l'opacité] :
3. Pendant un long moment, nous cessâmes tous deux [Tripet et Breugnon] de parler, si ce n'est in petto, c'est-à-dire du cœur et des mâchoires, à un petit salé aux choux... Dessus, rouge chopine, pour éclaircir la bruine que j'avais sur les yeux; car manger et non boire, comme disent nos vieux, c'est aveugler, non voir. R. Rolland, Colas Breugnon,1919, p. 97.
2. [Pour évoquer un état d'âme (ennui, tristesse, etc.)] :
4. Ah! cette pluie en nous! C'est comme une araignée Qui tisse dans notre âme avec ses longs fils d'eau Inexorablement une toile mouillée! Sans cesse cette pluie à l'âme, ce brouillard Qui se condense et fond en bruines accrues; Comme on a mal à l'âme, et comme il se fait tard! Et l'âme écoute au loin pleuviner dans ses rues... Rodenbach, Le Règne du silence,1891, p. 179.
PRONONC. ET ORTH. : [bʀ ɥin]. Diérèse dans Fér. 1768 (bru-i-ne), Land. 1834 et Littré. Cf. aussi DG dans le cas de la poésie; synérèse dans Fér. Crit. t. 1 1787, Fél. 1851, DG (dans le lang. cour.) et dans les dict. mod. Lar. 19eet Nouv. Lar. ill. : ,,On dit aussi brouine.`` Cf. aussi Balzac, Un Drame au bord de la mer, 1835, p. 188. Littré : ,,On a dit aussi bruin au masc.``
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1130 broïne « brume, brouillard épais » (Couronnement Louis, 2303 dans T.-L.); 1180-1200 brüine (Aliscans, 21, ibid.); 2. 1538 « pluie fine et froide résultant de la condensation du brouillard » (Est.); 3. 1549 « carie des blés » (Est.). Du lat. class. prŭina « gelée blanche » (v. pruine) avec prob. infl. de brūma (brume*) pour le b- initial et le vocalisme. Contrairement aux indications de FEW t. 9, p. 490b et Bl.-W.5, il ne semble pas que bruine ait signifié « gelée blanche » en a. fr. et m. fr., cf. cependant l'ital. brina « gelée blanche » et a. prov. bruina « id. » (Pt Levy) de même origine. Étant donnée l'existence des corresp. ital. (REW3, no6796) qui ne peuvent remonter qu'à pruina, l'hyp. d'un rattachement à brouée (EWFS2, 2ehyp., Dauzat 1968) est à écarter (cf. v. Wartburg, v. bbg.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 74.
DÉR.
Bruinasse, subst. fém.Synon. péj. de bruine.La bruinasse lessive les parmélies le long des troncs (H. Bazin, La Mort du petit cheval,1949, p. 67). 1reattest. 1949 id.; dér. de bruine, suff. -asse*.
BBG. − Wartburg (W. von). Glanures étymol. R. Ling. rom. 1960, t. 24, p. 285.

Bruine : définition du Wiktionnaire

Nom commun

bruine \bʁɥin\ féminin

  1. (Météorologie) Petite pluie très fine et ordinairement froide qui tombe lentement.
    • La pluie ou la bruine ont été les compagnes fidèles de presque toutes mes courses. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • Une bruine de poussière flottait paresseusement dans l’air, piquetant la lumière tamisée qui pénétrait par les vitraux. — (Dan Brown, Anges et démons, page 286, 2000, traduit par Daniel Roche, 2005, JC Lattès)
  2. (Agriculture) (Désuet) Nielle des blés, que ce soit celle de l'anguillule ou du charbon nu, voire la carie.
    • Les Laboureurs n’ignorent pas que l'abondance de la récolte dépend de la bonté du grain qu'ils emploient pour les semailles. Mais cette attention est fur-tout récessaire pour le bled. La nielle, bruine, érourure , bosse , charbon, carie, &c. , leur font bien connoître que l'intérieur du froment est converti en une poudre noire comme du charbon : […]. — (Pierre-Joseph Buc'hoz, Manuel usuel et économique des plantes, Paris : chez l'auteur, 1782, p. 94)
    • La carie, que l'on nomme souvent aussi charbon ou bruine, produit sur le blé des désastres dont les résultats sont effrayants. — (M. Bardin, « Inconvénients et danger que présente l'emploi de l'arsenic dans le chaulage des blés comme préservatif de la carie », dans les Mémoires de la Société d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, tome 12, n° 89 à 96, années 1844 & 1845, Troyes : Imprimerie Mouquot, p. 268)
    • Il soulevait les gerbes et les ameulonnait en dizeaux tous les quarante pas. Les épis cariés, atteints de bruine et de charbon laissaient échapper une poudre noire quand il les secouait. — (Serge Montigny, L'âme en feu, Éditions du Seuil, 1961, chap. 19)

Forme de verbe

bruine \bʁɥin\

  1. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de bruiner.
  2. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de bruiner.
    • Qu'il tombe des cordes ou qu'il bruine, qu'il drache ou qu'il gouttine, ça mouille ! — (site www.french-connect.com, 25 février 2016)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bruine : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRUINE. n. f.
Petite pluie très fine et ordinairement froide qui tombe lentement. La bruine a gâté les blés.

Bruine : définition du Littré (1872-1877)

BRUINE (bru-i-n') s. f.
  • Petite pluie très fine et froide. Une rosée qui ressemblait à la bruine qui tombe sur la terre, Voltaire, Phil. IV, 143. Ils se convertissent en bruine ou gelée blanche, Descartes, Météor. 6.

HISTORIQUE

XIIe s. Une broïne commence à espoissier, Qu'on ne pooit veoir ne charoier, Li coronemens Looys, 2295.

XIIIe s. Ô vos, rosées et broïne, beneissiez à vostre seigneur, Psautier, f° 192. Et le joedi après, par un poi de bruin, Vœux du paon, f° 80, dans Chevalier au cygne, Glossaire. Il sont issu à camps [champs], mais il faisoit bruine ; Falos, cierges, brandons et feux les enlumine, ib. Ne guerre ne bruin [querelle], Chevalier au cygne, v. 5280. Mettre en bruine [en querelle], ib. V. 31941. Ils veoient la montaigne par dessus la bruine, Joinville, 282. Celi samedi leva une bruine et descendi de la terre sur la mer, et pour ce cuiderent nos mariniers que nous feussions plus loing de l'ille de Cypre que nous n'estions, Joinville, 283.

XIVe s. La nuit y ot bruine, grande fu l'oscurtez ; Encor veoient po quant solaux fu levez, Guesclin. 3777. Le crestien [je] matai et mis à grant bruine, Baud. de Seb. II, 21.

XVe s. Or fut dit au roi de Castille… Sire, sire, entendez à nous… car une bruine [au figuré] trop felle et perilleuse se nourrit entre vous et le duc de Lancastre, Froissart, II, III, 109. Et la bruine chue [tombée], Froissart, II, II, 197. Il faisoit si grand bruine qu'on ne pouvoit voir un demi bonnier de terre loin, Froissart, I, I, 134.

XVIe s. … Vit eslever bruynes et frimatz Qui procedoient d'un vieil gouffre aquatique, Marot, J. V, 60. Et tomba tant de bruine et de gresil, que les vignes et les olives gelerent, Amyot, Démétr. 15. Les bruines causent aux raisins des picotures noires, dont ils perissent, De Serres, 154. Les costeaux soleillez de pampre sont couvers, Mais des hyperborés les eternels hyvers Ne portent que le froid, la neige et la bruine, Du Bellay, J. VI, 6, recto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Bruine : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BRUINE, s. f. (Physiq.) sorte de petite pluie fine qui tombe fort lentement. Lorsqu’une nuée se dissout & change partout également, mais lentement, ensorte que les particules aqueuses dont la nuée est composée, ne se réunissent pas en trop grand nombre, ces particules forment de petites gouttes, dont la pesanteur spécifique n’est presque pas différente de celle de l’air ; & alors ces petites gouttes tombent fort lentement, & forment une bruine qui dure quelquefois tout un jour, lorsqu’il ne fait point de vent. Elle a aussi lieu, lorsque la dissolution de la nuée commence en-bas, & continue de se faire lentement vers le haut ; car alors les particules de vapeur se réunissent & se convertissent en petites gouttes, à commencer par les inférieures, qui tombent aussi les premieres ; ensuite celles qui se trouvent un peu plus élevées, suivent les précédentes ; & celles-ci ne grossissent pas dans leur chûte, parce qu’elles ne rencontrent plus de vapeurs en leur chemin ; elles tombent sur la terre avec le même volume qu’elles avoient en quittant la nuée. Mais si la partie supérieure de la nuée se dissout la premiere & lentement de haut en bas, il ne se forme d’abord dans la partie supérieure que de petites gouttes, qui venant à tomber sur les particules qui sont plus bas, se joignent à elles, & augmentant continuellement en grosseur par les parties qu’elles rencontrent sur leur passage, produisent enfin de grosses gouttes qui se précipitent sur la terre. Cet article est presque tout entier de M. Formey. Voyez Mussch. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bruine »

Étymologie de bruine - Littré

Bourguig. bruène ; picard, breuaine, brouaine ; wallon, brouhène ; namurois, bruhène, bruwène ; rouchi, bruène. On a indiqué le latin pruina, gelée blanche ; mais le passage du p au b est toujours difficile à admettre en français ; de plus bruine veut dire non pas gelée blanche, mais brouillard qui tombe ; c'est le sens actuel et le sens des anciens textes. A la vérité, le sens de gelée blanche se trouve dans l'italien brina, provençal moderne brino, breino, milanais prinna, qui probablement viennent du latin pruina, et qui peuvent servir d'intermédiaire entre le p et le b, comme l'italien en sert pour brugnon avec prunus ; quant au sens, passer du brouillard qui tombe à la gelée blanche qui en résulte souvent est une métonymie admissible. On a dit bruin au masculin. Bruine a eu le sens de querelle, tumulte, comme on le voit dans un exemple de Froissart ; il y en a aussi des exemples plus anciens : c'est un sens figuré, sans doute analogue à celui de nuage, quand nous disons : il y a un nuage entre nous. Grandgagnage le tire du celtique bru, pluie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de bruine - Wiktionnaire

Pour le météore : Du latin pruina (« frimas, gelée blanche »).
Pour la maladie du blé : Origine obscure - Il est à noter que la nielle pourrait avoir pour origine le latin nebula (« brouillard ») (voir l'étymologie de nielle) ; et il est remarquable qu’Olivier de Serres proposait, pour lutter contre cette maladie, de secouer les épis chargés de rosée avant que le soleil resplendît. Les hommes de cette époque corrélaient la nielle, le charbon & la carie à la rosée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bruine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bruine brµin play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « bruine »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bruine »

  • Au réveil, le temps sera couvert à Rostrenen ce samedi 27 juin 2020, mais les températures seront douces. Le mercure affichera 15 °C à l'aube, et s'élèvera petit à petit vers la fin de la matinée jusqu'à 18 °C. Le vent évoluera aux environs de 30 km/h, et il sera de secteur Sud-Ouest. Les rafales pourront franchir les 50 km/h. De la bruine entre 6 h et 10 h ainsi que de faibles pluies en fin de matinée vont avoir lieu. , Les prévisions météorologiques du samedi 27 juin 2020 à Rostrenen - Saint-Brieuc.maville.com
  • Ce lundi, malgré la bruine matinale et grâce à un soleil très chaud, le Gaec de la Belle Fontane a donné, vers 15 heures, le coup d’envoi des moissons sur le hameau de Chevigny-Fénay. , Economie | A Fénay, les moissons ont commencé ce lundi
  • Des éclaircies sont attendues à La Rochelle : on passera une matinée agréable. Les températures tourneront autour des 18°C. Une petite brise d'ouest soufflera. Pour l'après-midi, de la bruine va tomber sur la ville. Les températures seront comprises entre 17 et 18°C. Un modeste vent de sud-ouest sera ressenti par les habitants. Il va faire 14°C en moyenne le soir. On passera de dimanche à lundi par une nuit claire. Demain, le matin, à La Rochelle, l'arrivée du soleil sera retardée par quelques petits nuages. Le thermomètre affichera 16°C en moyenne. Un vent de nord-ouest soufflera doucement. Le ciel va s'éclaircir au cours de l'après-midi. Les maximales iront jusqu'à 18°C tandis que les minimales seront de 17°C. Un vent d'ouest soufflera légèrement, avec 18 km/h. Il fera en moyenne 17°C, demain soir. Un vent de nord-ouest rafraîchira quelque peu l'atmosphère. La météo restera inchangée les jours à venir. Il va faire un temps plutôt ensoleillé avec des températures d'environ 20°C. , Météo La Rochelle : Prévisions du dimanche 28 juin 2020

Traductions du mot « bruine »

Langue Traduction
Portugais chuvisco
Allemand nieselregen
Italien pioggerella
Espagnol llovizna
Anglais drizzle
Source : Google Translate API

Synonymes de « bruine »

Source : synonymes de bruine sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires