Brimer : définition de brimer


Brimer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BRIMER, verbe trans.

[Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.]
A.− Arg. milit. et scol. Faire subir des épreuves vexatoires, et parfois de mauvais traitements à de nouvelles recrues, de nouveaux élèves. Brimer les novices (Audiberti, Quoat-Quoat,1946, 1ertabl., p. 22):
1. Je fus moqué, rossé, traqué. Le supplice commençait au sortir du lycée; pas aussitôt pourtant, car ceux qui d'abord avaient été mes compagnons ne m'auraient tout de même pas laissé brimer sous leurs yeux; ... Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 423.
B.− P. ext. Infliger des vexations, contraindre par des mesures vexatoires. Brimer (...) un père de famille (Barrès, Mes cahiers,t. 12, 1919-20, p. 178):
2. Les Allemands n'emprisonnent pas les Parisiens désobéissants, mais ils les briment : une dame qui veut promener son chien après le couvre-feu est contrainte de le promener, encadrée de deux soldats, jusqu'à trois heures du matin. Green, Journal,1940, p. 26.
P. métaph. :
3. Mais si en chacun tu honores l'homme, tu fondes l'homme, et les voilà sur le chemin des dieux. Me tourmente qu'ils aient renversé leur vérité, de s'être faits aveugles à l'évidence, laquelle est que la condition de la naissance du navire, donc la mer, brime le navire, et que la condition de l'amour brime l'amour et que la condition de ton ascension brime ton ascension. Car il n'est point d'ascension sans pesanteur. Saint-Exupéry, Citadelle,1944, p. 913.
Emploi pronom. :
4. Il ne jouait plus la même pièce. Il était sorti de l'adolescence, puisqu'il se brimait aujourd'hui tout seul. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 318.
[Le compl. d'obj. dir. désigne une chose abstr.] Contraindre, forcer, contrarier. Les lois endiguent et briment (A. Artaud, Le Théâtre et son double,1939, p. 35);elles briment les possibilités de l'individu (Mounier, Traité du caractère,1946, p. 89).
PRONONC. : [bʀime], (je) brime [bʀim]. Enq. : /bʀim/ (il) brime.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. [1826 d'apr. Esn. 1966] 1853 « railler, berner » (La Châtre, Nouv. dict. universel dans Fr. mod., t. 13, p. 116 : Brimer. Railler, berner. Les anciens élèves à l'école de Saint-Cyr, brimaient les recrues, en leur faisant endurer toutes sortes d'épreuves plus ou moins pénibles, et souvent de mauvais goût); d'où av. 1866 fig. (Ch. de Boigne dans Rigaud, Dict. du jargon parisien, p. 56); 2. 1838 adj. brimé « marqué de taches (en parlant du raisin) » (Ac. Compl. 1842). Prob. dér. de brime, terme dial. du Nord-Ouest (b. manceau, b. gâtinais, C. Puichaud, Dict. du bas-gâtinais dans R. Philol. fr., t. 7, pp. 172-190; ang., Verr.-On.) issu d'un croisement de brume* avec frimas*, cf. 1709 Inv. Arch. Maine et Loire, E, II, p. 198, col. 1 dans Verr.-On., s.v. brime « sorte de givre, de coup de vent froid qui flétrit les fruits »; cf. ang. brimer « flétrir, grêler », ibid., d'où le sens 2; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 44.

Brimer : définition du Wiktionnaire

Verbe

brimer \bʁi.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Maltraiter, faire subir des épreuves vexatoires.
    • Mais, sous la Convention, l'exaltation des passions atteint son paroxysme. La lutte, de politique qu'elle était, devient antireligieuse. La Révolution pourchasse les prêtres, brime les croyants, dépouille les églises. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. Bizuter, faire subir des épreuves traditionnelles.
    • On prévient Maître Boutelat que le jour de l’ouverture de la chasse on doit le brimer.
      Entouré de sa cour, quand il entre au bois, les lièvres ont beau se jeter dans ses jambes, Maître Boutelat ne tire pas. « Ils sont empaillés », dit-il.
      — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 184.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Brimer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRIMER. v. tr.
Soumettre à la brimade.

Brimer : définition du Littré (1872-1877)

BRIMER (bri-mé) v. a.
  • Dans l'argot des écoles militaires, se dit des anciens qui soumettent les nouveaux venus à toutes sortes d'épreuves plus ou moins pénibles.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BRIMER (bri-mé), v. a. Infliger une brimade.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « brimer »

Étymologie de brimer - Wiktionnaire

(1838) L’adjectif brimé [1] a le sens de « marqué de taches (en parlant du raisin) » : probable dénominal de brime « coup de givre, de coup de vent froid qui flétrit les fruits », lui-même un croisement dialectal de brume et frimas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « brimer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brimer brime play_arrow

Conjugaison du verbe « brimer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe brimer

Évolution historique de l’usage du mot « brimer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brimer »

  • Selon eux, le projet de loi présente plusieurs lacunes, octroi au gouvernement et au directeur de la santé publique un pouvoir excessif en cette période d'urgence sanitaire et risque de brimer les droits et libertés canadiens. , Le projet de loi 61 critiqué dans La Matapédia
  • Alors quoi, ça serait une fatalité? L’apartheid, le meurtre de George Floyd, le cycle de la violence, la ségrégation sociale et raciale? Pas forcément! Une alternative existe, elle passe par l’éducation des enfants et l’apprentissage quotidien d’un «vivre ensemble» respectueux, qui valorise les différences plutôt que de les brimer. , Eclairage: «mélanger les couleurs»
  • Le combat contre le racisme est-il dangereux au cœur d’un système qui commercialise des tee-shirts « Black lives matter » et publie des Unes d’actrices vivant de la rente du Centre National du Cinéma ? S’il est difficile de nier les difficultés rencontrées par certaines personnes pauvres d’origine extra-européenne, parler de racisme systémique comme si les institutions du pays avaient été conçues pour brimer des pans entiers de la population (alors présents dans l’Hexagone en proportion quasi anecdotique) est un tour de passe-passe rhétorique qui ne peut qu’amener à séparer les masses populaires en deux camps. Deux camps dans lesquels les individus se retrouveraient assignés par leur seule couleur de peau. Le Comptoir, Contre la bipolarisation qui vient – Le Comptoir
  • «Les Albertains sont heureux d’avoir eu l’occasion de soutenir largement le reste de la fédération, a déclaré M. Kenney mercredi. Mais ce que les Albertains ne peuvent pas accepter et n’accepterons pas, c’est de voir les gouvernements ailleurs au pays qui profitent de cette richesse et de nos ressources tout en cherchant à brimer le développement de cette même richesse.» L’actualité, Jason Kenney envisage tenir un référendum sur les paiements de péréquation | L’actualité
  • Il faut bien qu'un homme ait quelqu'un ou quelque chose à attraper et à brimer afin qu'il puisse s'empêcher de découvrir qu'il ne vaut lui-même rien. De Don Marquis / L'histoire de Danny
  • On croit comprendre les règles quand on devient adulte, alors que tout ce que nous faisons est brimer notre imagination. De David Lynch / Interview avec Kristine McKenna, 1992

Traductions du mot « brimer »

Langue Traduction
Portugais maltratar
Allemand ungerecht behandeln
Italien opprimere
Espagnol vejar
Anglais bully
Source : Google Translate API

Synonymes de « brimer »

Source : synonymes de brimer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « brimer »


Mots similaires