La langue française

Persécuter

Définitions du mot « persécuter »

Trésor de la Langue Française informatisé

PERSÉCUTER, verbe trans.

A. − Qqn persécute qqn.Tourmenter sans relâche, par des traitements injustes, cruels, notamment pour des motifs de race, d'idéologie, de politique ou de religion. Persécuter un homme, en politique, ce n'est pas seulement le grandir, c'est encore en innocenter le passé (Balzac, Paysans, 1844, p.151):
. Il se pourrait que la communauté chrétienne, après avoir eu pour condition d'être persécutée par les païens, puis de persécuter les hérétiques, soit encore et de nouveau dans la condition d'être persécutée. Maritain,Human. intégr.,1936, p.271.
[P. méton. de l'obj.] Persécuter la religion. L'incorruptible enseigne comment on sert l'étranger par exagération et par faiblesse, en persécutant les cultes au nom de la raison, et en résistant au nom de la religion aux lois de la République (A. France,Dieux ont soif,1912, p.248).
B. − P. ext. Importuner sans répit, avec insistance et acharnement. Synon. harceler.
1. Qqn persécute qqn.C'est une cruauté, Vallombreuse, de me persécuter de ces plaisanteries. Vous n'ignorez pas, méchant frère, que je ne veux point me marier (Gautier,Fracasse,1863, p.480).Il lui vint une manie de persécuter et d'espionner sa propre famille (Aymé,Jument,1933, p.114).Un des journalistes était persécuté par une femme qui lui écrivait plusieurs lettres, tous les jours (Triolet,Prem. accroc,1945, p.77).
[P. méton. du suj.] On s'étonne (...) qu'il ne trouve ni invectives, ni railleries, ni même d'oraison violemment éjaculée à proférer contre l'immonde mascarade et le flux des fort belles phrases révoltantes ou blasphématoires qui le persécutent (Valéry,Variété V,1944, p.205).
2. Qqc. persécute qqn.Ça te persécutait... C'était plus fort que toi (Erckm.-Chatr.,Ami Fritz,1864, p.216).Des désirs qui me persécutaient le reste de la journée (Mirbeau,Journal femme ch.,1900, p.110).V. aussi casser ex. 14.
REM. 1.
Persécutant, -ante, part. prés. en empl. adj.a) Qui persécute (v. supra A). Le vrai esprit des encyclopédistes étoit une fureur persécutante de systèmes, une intolérance d'opinions, qui vouloit détruire dans les autres jusqu'à la liberté de penser (Chateaubr.,Essai Révol.,t.2, 1797, p.330).b) Qui importune, qui harcèle (v. supra B). J'ai constaté que la plus importune de mes phobies, et la plus persécutante, est celle de la mort (Green,Journal,1932, p.118).
2.
Persécutif, -ive, adj.,psychiatrie. Qui provoque un sentiment de persécution. La compulsion de répétition (...) perpétue un mode persécutif de relation avec autrui (D. Lagache, La Psychanalyse,1955, p.47 ds Rob. Suppl. 1970).
Prononc. et Orth.: [pε ʀsekyte], (il) persécute [pε ʀsekyt]. Ac. 1694 et 1718: -se-; dep. 1740: -sé-. Étymol. et Hist.1. Début xives. «poursuivre sans relâche» (Aimé, Histoire des Normands, VI, I, éd. V. de Bartholomaeis, t.2, p.261); 2. 1399-1400 «tourmenter» (Jean Froissart, Chroniques, I, 171, éd. G. T. Diller, p.594); 3. 1611 «importuner sans cesse» (Cotgr.). Dér. du rad. de persécuteur*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 324 (persécutant: 14). Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 727, b) 452; xxes.: a) 402, b) 272. Bbg. Gohin 1903, p.235.

Wiktionnaire

Verbe

persécuter \pɛʁ.se.ky.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Inquiéter, tourmenter sans relâche par des voies injustes, par des poursuites violentes.
    • Les Romains, bien plus sages que les Grecs, n'ont jamais persécuté aucun philosophe pour ses opinions. — (Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1764)
    • Si encore on le persécutait, il se sentirait vivre ; mais on l’accueille par un sourire et non par une injure, ce qui est pis ; et promptement il se rend compte de l’inanité de ses démarches, du néant de ses efforts et il se décourage ! — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • La Reine de la Nuit, au début était une mère qui cherchait partout sa fille persécutée par un méchant magicien, elle devient, en route, une incarnation des puissances occultes et malfaisantes. — (Les Annales conferencia, journal de l'Université des annales, 1962)
  2. (par exagération) Importuner, presser avec indiscrétion, se rendre incommode.
    • C’est un homme qui me persécute continuellement.
    • Il a tant persécuté le rapporteur de son affaire qu’elle est enfin jugée.
    • Il a un créancier qui le persécute.
    • Il me persécute de ses vers.
    • Il me persécute par ses assiduités.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PERSÉCUTER (pèr-sé-ku-té ; il y avait au XVIIe siècle une prononciation vicieuse, pèr-zé-ku-té, contre laquelle Vaugelas met en garde) v. a.
  • 1Tourmenter par des voies injustes, par des poursuites violentes. S'il arrive que les méchants vous haïssent et vous persécutent, La Bruyère, XV. Il y a eu des philosophes de cabinet en France ; et tous, excepté Montaigne, ont été persécutés, Voltaire, Dict. phil. Philosophe, I. Moi, persécuter l'auteur du Vicaire savoyard, moi, persécuter quelqu'un ! Voltaire, Lett. Damilaville, 21 juill. 1764.

    Il se dit en particulier des persécutions religieuses. Ils [les chrétiens] font des vœux pour nous qui les persécutons, Corneille, Poly. IV, 6. Voyez dans quel sentier la vertu chemine, doublement à l'étroit et par elle-même et par l'effort de ceux qui la persécutent, Bossuet, Reine d'Anglet. Si Calvin a eu la barbarie de faire expirer Servet dans les flammes, après avoir écrit qu'il ne faut persécuter personne pour l'opinion de Servet, Voltaire, Frag. sur l'hist. XX.

    Absolument. Non, non ; persécutez, Et soyez l'instrument de nos félicités : Celle d'un vrai chrétien n'est que dans les souffrances, Corneille, Poly. v, 2. Ceux qui se font persécuter pour ces vaines disputes de l'école me semblent peu sages ; ceux qui persécutent me paraissent des monstres, Voltaire, l'Ingénu, 14.

    Fig. Ceux qui persécutent persévéramment en eux-mêmes leurs mauvais désirs, Bossuet, Médit. sur l'Évang. Sermon sur la montagne, 9e jour.

  • 2 Fig. Causer des peines comparées aux douleurs de la persécution. Quand la fortune a commencé à persécuter un misérable, elle le persécute toujours, Scarron, Rom com. II, 17. Seigneur, mille malheurs persécutent sa vie, Racine, Brit. III, 8. Quand le ciel en colère De ceux qu'il persécute a comblé la misère, Voltaire, Orphel. v, 1.
  • 3 Par exagération, presser avec importunité. Il a un créancier qui le persécute étrangement. Cela est au-dessous de ma condition [faire imprimer ses ouvrages] ; mais je le fais seulement pour donner à gagner aux libraires qui me persécutent, Molière, Préc. 10.
  • 4Se persécuter, v. réfl. Agir l'un contre l'autre par des voies injustes et violentes. J'espère que, dans sept ou huit cents ans, les hommes ne se persécuteront plus pour savoir : utrum chimaera bombinans…, Voltaire, Lett. Pomaret, 26 juillet 1774. J'ai toujours pensé, j'ai dit, j'ai écrit que les gens de lettres devraient être tous frères ; ne les persécute-t-on pas assez ? faut-il qu'ils se persécutent encore les uns les autres ? Voltaire, Lett. Segui, 1741.

    Se persécuter soi-même. Ainsi, au défaut des tyrans, les saints se persécutent eux-mêmes, Bossuet, 2e panég. St Franç. de Paule, 1.

HISTORIQUE

XIVe s. Que tele chose soit selon povoir persecutée ou fuie, Oresme, Eth. 66.

XVe s. Craindre à offenser Dieu et à persecuter le peuple et ses voysins, Commines, VI, 13. Le roi estoit fort persecuté des Anglois, Commines, IV, 9.

XVIe s. Non seulement ils rejettoient l'Evangile, mais aussi le persecutoyent, Calvin, Instit. 837.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PERSÉCUTER, v. act. PERSÉCUTEUR, s. m. & PERSÉCUTION, s. f. (Droit naturel, Politique & Morale.) la persécution est la tyrannie que le souverain exerce ou permet que l’on exerce en son nom contre ceux de ses sujets qui suivent des opinions différentes des siennes en matiere de réligion.

L’histoire ne nous fournit que trop d’exemples de souverains aveuglés par un zèle dangereux, ou guidés par une politique barbare, ou séduits par des conseils odieux, qui sont devenus les persécuteurs & les bourreaux de leurs sujets, lorsque ces derniers avoient adopté des systèmes religieux qui ne s’accordoient point avec les leurs. Sous Rome payenne les empereurs persécuterent la religion chrétienne avec une violence & une cruauté qui font frémir. Les disciples du Dieu de la paix leur paroissoient des novateurs dangereux qui méritoient les traitemens les plus barbares. La providence se servit de ces persécutions pour étendre la foi chez tous les peuples de la terre, & le sang des martyrs devint un germe fécond qui multiplia les disciples de J. C. sanguis martyrum semen christianorum.

A peine l’Eglise eut-elle commencé à respirer sous les empereurs chrétiens, que ses enfans se diviserent sur ses dogmes, & l’arianisme protégé par plusieurs souverains, excita contre les défenseurs de la foi ancienne des persécutions qui ne le cédoient guere à celles du paganisme. Depuis ce tems de siecle en siecle l’erreur appuyée du pouvoir a souvent persécuté la vérité, & par une fatalité déplorable, les partisans de la vérité, oubliant la modération que prescrit l’évangile & la raison, se sont souvent abandonnés aux mêmes excès qu’ils avoient justement reprochés à leurs oppresseurs. Delà ces persécutions, ces supplices, ces proscriptions, qui ont inondé le monde chrétien de flots de sang, & qui souillent l’histoire de l’Eglise par les traits de la cruauté la plus rafinée. Les passions des persécuteurs étoient allumées par un faux zèle, & autorisées par la cause qu’ils vouloient soutenir, & ils se sont cru tout permis pour venger l’Etre suprème. On a pensé que le Dieu des miséricordes approuvoit de pareils excès, que l’on étoit dispensé des lois immuables de l’amour du prochain & de l’humanité pour des hommes que l’on cessoit de regarder comme ses semblables, dès-lors qu’ils n’avoient point la même façon de penser. Le meurtre, la violence & la rapine ont passé pour des actions agréables à la Divinité, & par une audace inouie, on s’est arrogé le droit de venger celui qui s’est formellement reservé la vengeance. Il n’y a que l’ivresse du fanatisme & des passions, ou l’imposture la plus intéressée qui ait pu enseigner aux hommes qu’ils pouvoient, qu’ils devoient même détruire ceux qui ont des opinions différentes des leurs, qu’ils étoient dispensés envers eux des lois de la bonne foi & de la probité. Où en seroit le monde si les peuples adoptoient ces sentimens destructeurs ? L’univers entier, dont les habitans different dans leur culte & leurs opinions, deviendroit un théâtre de carnages, de perfidies & d’horreurs. Les mêmes droits qui armeroient les mains des Chrétiens, allumeroient la fureur insensée du musulman, de l’idolâtre, & toute la terre seroit couverte de victimes que chacun croiroit immoler à son Dieu.

Si la persécution est contraire à la douceur évangélique & aux lois de l’humanité, elle n’est pas moins opposée à la raison & à la saine politique. Il n’y a que les ennemis les plus cruels du bonheur d’un état qui aient pu suggérer à des souverains que ceux de leurs sujets qui ne pensoient point comme eux étoient devenus des victimes dévouées à la mort & indignes de partager les avantages de la société. L’inutilité des violences suffit pour desabuser de ces maximes odieuses. Lorsque les hommes, soit par les préjugés de l’éducation, soit par l’étude & la réflexion, ont embrassé des opinions auxquelles ils croient leur bonheur éternel attaché, les tourmens les plus affreux ne font que les rendre plus opiniâtres ; l’ame invincible au milieu des supplices s’applaudit de jouir de la liberté qu’on veut lui ravir ; elle brave les vains efforts du tyran & de ses bourreaux. Les peuples sont toujours frappés d’une constance qui leur paroît merveilleuse & surnaturelle ; ils sont tentés de regarder comme des martyrs de la vérité les infortunés pour qui la pitié les intéresse ; la réligion du persécuteur leur devient odieuse ; la persécution fait des hypocrites & jamais des prosélytes. Philipe II. ce tyran dont la politique sombre crut devoir sacrifier à son zèle inflexible cinquante-trois mille de ses sujets pour avoir quitté la religion de leurs peres, & embrassé les nouveauté de la réforme, épuisa les forces de la plus puissante monarchie de l’Europe. Le seul fruit qu’il recueillit fut de perdre pour jamais les provinces du Pays-bas excédées de ses rigueurs. La fatale journée de la S. Barthélemi, où l’on joignit la perfidie à la barbarie la plus cruelle, a-t-elle éteint l’hérésie qu’on vouloit opprimer ? Par cet événement affreux la France fut privée d’une foule de citoyens utiles ; l’hérésie aigrie par la cruauté & par la trahison reprit des nouvelles forces, & les fondemens de la monarchie furent ébranlés par des convulsions longues & funestes.

L’Angleterre, sous Henri VIII. voit traîner au supplice ceux qui refusent de reconnoître la suprémacie de ce monarque capricieux ; sous sa fille Marie, les sujets sont punis pour avoir obéi à son pere.

Loin des souverains, ces conseillers intéressés qui veulent en faire les bourreaux de leurs sujets. Ils leur doivent des sentimens de pere, quelles que soient les opinions qu’ils suivent lorsqu’elles ne troublent point l’ordre de la société. Elles ne le troubleront point lorsqu’on n’emploiera pas contr’elles les tourmens & la violence. Les princes doivent imiter la divinité, s’ils veulent en être les images sur la terre ; qu’ils levent les yeux au ciel, ils verront que Dieu fait lever son soleil pour les méchans comme pour les bons, & que c’est une impiété ou une folie que d’entreprendre de venger le très-haut. Voyez Tolérance.

Persécution, (Théol.) on compte ordinairement vingt-quatre persécutions depuis Jesus-Christ jusqu’à nous. Le P. Riccioli en ajoute deux qui sont la premiere & la derniere dans l’ordre que nous allons indiquer.

1°. Celle de Jérusalem, excitée par les Juifs contre S. Etienne, & continuée par Hérode Agrippa, contre S. Jacques, S. Pierre & les autres.

La seconde, sous Néron, commencée l’an 64 de J. C. à l’occasion de l’incendie de Rome, dont on accusa faussement les Chrétiens ; elle dura jusqu’à l’an 68.

La troisieme, sous Domitien, depuis l’an 90 jusqu’à l’année 96.

La quatrieme, sous Trajan, commencée l’an 97 ; elle cessa en 116.

La cinquieme, sous Adrien, depuis l’année 118 jusqu’à 129, avec quelques interruptions occasionnées par les apologies de Quadrat & d’Aristide, en faveur des Chrétiens. Il y eut encore quelques martyrs sous son regne en 136.

La sixieme, sous Antonin le Pieux ; elle commença en 138, & finit en 153.

La septieme, sous Marc Aurele, depuis l’an 161 jusqu’en 174.

La huitieme, sous Severe, commencée l’an 199, dura jusqu’à la mort de ce prince en 211.

La neuvieme, sous Maximin, en 235 ; elle ne dura que trois ans.

La dixieme, sous Dece en 249 ; elle cessa à sa mort en 251 ; & dans ce court espace de tems elle fut une des plus sanglantes. Ses successeurs Galius & Volusien la renouvellerent deux ans après.

La onzieme, sous Valerien & Gallien en 257 ; elle dura trois ans & demi.

La douzieme, sous Aurélien, commencée l’an de J. C. 273, & continuée jusqu’en 275.

La treizieme, commencée par Dioclétien & Maximien l’an 303, & continuée sous le nom du premier jusqu’en 310, quoiqu’il eût abdiqué l’empire. Maximien la renouvella en 312, & Licinius la fit durer jusqu’à l’an 315, que l’empereur Constantin donna la paix à l’Eglise.

La quatorzieme fut ordonnée par Sapor II. roi de Perse, à l’instigation des Mages & des Juifs, l’an 343 ; elle coûta, selon Sozomene, la vie à 16 mille chrétiens.

La quinzieme, mêlée d’artifice & de cruauté, est celle que Julien suscita contre les Chrétiens. Elle ne dura qu’un an.

La seizieme fut autorisée par l’empereur Valens, arien, l’an 366, jusqu’en 378.

La dix-septieme, sous Isdegerde, roi de Perse, en 420 ; elle ne finit que trente ans après sous le regne de Varannes V.

La dix-huitieme contre les Catholiques, pendant le regne de Génseric, roi des Vandales, arien, depuis l’an 433, jusqu’en 476.

La dix-neuvieme, sous le regne d’Huneric, successeur de Genseric, en 483 ; elle ne dura qu’un an.

La vingtieme, sous Gondebaud, aussi roi des Vandales, en 494.

La vingt-unieme, sous Trasimond, successeur de Gondebaud ; elle commença en 504.

La vingt-deuxieme, par les Ariens en Espagne, sous Leowigilde, roi des Goths, en 584, & finie sous Recarede, deux ans après.

La vingt-troisieme, sous Cosroès II. roi de Perse, depuis l’an 607, jusqu’en 627.

La vingt-quatrieme, instituée par les Iconoclastes, sous Léon l’Isaurique, depuis 726, jusqu’en 741 ; elle continua sous Constantin Copronyme, jusqu’en 775.

La vingt-cinquieme fut donnée par Henri VIII. roi d’Angleterre, l’an 1534, contre tous les Catholiques, après que ce prince se fut séparé de l’église romaine. Elle fut renouvellée par la reine Elisabeth.

La vingt-sixieme commença dans le Japon, l’an 1587, sous le regne de Taicosama, à l’instigation des bonzes. Elle fut renouvellée en 1616, par le roi Xongusama, & exercée avec encore plus de cruauté par Toxonguno qui lui succéda, en 1631. Riccioli chronolog. reform. ton. III.

Lactance a fait un traité de la mort des persécuteurs, qui a été long-tems inconnu, & que M. Baluze a donné le premier au public. Quelques auteurs doutent que cet ouvrage soit véritablement de Lactance, mais M. Burnet qui l’a traduit en anglois, prouve qu’on doit le lui attribuer.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « persécuter »

Du latin persequor.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Verbe fait sur persécuteur ; ital. perseguitare ; génev. je le persécute de partir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « persécuter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
persécuter pɛrsekyte

Citations contenant le mot « persécuter »

  • Ce qu'on nomme culture consiste, pour une partie des intellectuels, à persécuter l'autre partie. De Jean-François Revel / Mémoires
  • L'usage est de louer les saints morts et de persécuter les vivants. De Nath Howe / A chapter of proverbs from common life
  • Certains êtres balancent entre le besoin de servir et le besoin de persécuter. Il leur faut haïr comme il leur faut aimer. Ce sont des coeurs à deux compartiments, des coeurs doubles. De Henri Duvernois / Coeur double
  • Face aux menaces, intimidations et arrestations, l’un des principaux rivaux du dirigeant bélarusse Alexandre Loukachenko, a fui en Russie avec ses enfants. Valery Tsepkalo, dont la candidature à l'élection présidentielle du 9 août a été rejetée, accuse le régime biélorusse de persécuter l’opposition. Il est convaincu que le prochain scrutin sera truqué. Nous avons rencontré Valery Tsepkalo à Moscou. euronews, Bélarus : "Loukachenko ne veut pas procéder à une élection honnête" | Euronews
  • « Dennis Christensen et tous les témoins de Jéhovah persécutés parce qu’ils exercent leur droit à la liberté de religion sont des prisonniers d’opinion, qui doivent donc être libérés immédiatement et sans condition. La Russie doit se conformer à ses obligations internationales et cesser de persécuter des gens uniquement parce qu’ils pratiquent leur religion. » , Russie. Une parodie de justice : le témoin de Jéhovah danois qui devait être libéré risque d’être maintenu en détention | Amnesty International
  • "C'est un signal clair montrant que les autorités ont peur", a réagi mardi la directrice de campagne de M. Babaryko, Maria Kolesnikova, accusant Alexandre Loukachenko de "persécuter ses rivaux". Le Point, Bélarus/présidentielle : protestations après le rejet de la candidature d'un opposant - Le Point
  • Sans confirmer ou infirmer la fuite de sa ressortissante, Pékin a rejeté la faute sur Washington, accusé de « persécuter politiquement » les étudiants et universitaires chinois. « Nous appelons les Etats-Unis à arrêter d’utiliser toute sorte d’excuses pour restreindre, harceler ou se débarrasser des chercheurs chinois », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin. « La Chine prendra les mesures nécessaires pour protéger la sécurité et les droits légitimes des citoyens chinois », a-t-il ajouté. , Etats-Unis : Visée par un mandat d’arrêt, une chercheuse chinoise se réfugie dans un consulat
  • « Il faut que les autorités zimbabwéennes cessent de s’appuyer abusivement sur le système judiciaire pour persécuter des journalistes et des militant·e·s qui n’ont fait qu’exercer leurs droits aux libertés d’expression et de réunion pacifique. Elles ne doivent plus se servir de la police ni des tribunaux pour étouffer la dissidence. » , Zimbabwe. Arrestation d’un journaliste d’investigation et d’un militant, les autorités continuent à réprimer la dissidence | Amnesty International
  • Plus récemment encore, une enquête publiée par Associated Press confirme qu’au-delà du travail forcé, c’est bel et bien un système de terreur qui a été mis en place pour persécuter l’ensemble de la population. Certains experts n’hésitent d’ailleurs pas à le qualifier de «génocide démographique» : les femmes ouïghoures subissent ainsi des tests de grossesse, la pose forcée de dispositifs contraceptifs intra-utérins, des stérilisations, voire des avortements. Avoir «trop d’enfants», c’est-à-dire trois ou plus, est désormais une des causes de l’internement en camp de détention. Les statistiques montrent une chute drastique du taux de natalité dans le Xinjiang depuis 2017, descendu en une année seulement au même taux que la moyenne nationale (de 15 pour mille à 12 pour mille). Libération.fr, Le Goulag en version chinoise - Libération
  • Et si notre propre expérience du confinement pouvait nous faire prendre conscience de l’absurdité de persécuter aveuglément les animaux sauvages ? Frédéric Jiguet, Professeur en écologie au Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), dresse un parallèle (inverse) entre les mesures adoptées pour éviter la transmission du virus responsable du Covid-19 d’un côté, et la chasse aux renards – susceptibles de transmettre l’échinococcose alvéolaire, une maladie parasitaire – de l’autre. « Si chaque famille humaine reste dans sa maison, le coronavirus contaminera moins de personnes. De même, si chaque famille de renards reste sur son territoire, l’échinocoque [ver parasite responsable de l’échinococcose, NDLR] se transmettra moins, explique le chercheur. Mais si vous tuez des individus, vous déstabilisez les populations de renards, qui vont alors se disperser et répandre la maladie. En termes de risque sanitaire, la chasse est une forme de déconfinement. » , « Le corbeau et le renard » : Tirer les leçons de la crise sanitaire… plutôt que sur les animaux sauvages - Fondation 30 Millions d'Amis

Traductions du mot « persécuter »

Langue Traduction
Anglais persecute
Espagnol perseguir
Italien perseguitare
Allemand verfolgen
Chinois 迫害
Arabe اضطهد
Portugais perseguir
Russe преследуют
Japonais 迫害する
Basque erasoka
Corse persecuta
Source : Google Translate API

Synonymes de « persécuter »

Source : synonymes de persécuter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « persécuter »

Persécuter

Retour au sommaire ➦

Partager