Bombe : définition de bombe


Bombe : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BOMBE1, subst. fém.

A.− Vx. Globe de fer, muni d'une mèche qui communique le feu à la charge. L'anse, le col d'une bombe; allumer, arracher la mèche d'une bombe.
B.− Projectile offensif, de forme et de calibre variables, rempli d'explosif, qui, moyennant un dispositif approprié, éclate au contact du point de chute ou au moment réglé par un dispositif spécial.
1. Vx, ARTILL. Ce projectile lancé par un mortier (cf. Ac. 1835-78).
2. AVIATION MILIT. Ce projectile lancé par un avion :
1. Nous avons vu la Grande-Bretagne, sous l'impulsion d'un Winston Churchill, tenir ferme comme un roc sous les avalanches de bombes de l'invasion aérienne, mener durement et victorieusement la plus grande bataille navale de tous les siècles, ... De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 674.
2. ... le gouvernement soviétique, (...) demandait comme condition préalable une renonciation solennelle des éventuels signataires à l'utilisation de la bombe atomique à hydrogène, et de toute autre arme de destruction de masse. Goldschmidt, L'Aventure atomique,1962, p. 105.
SYNT. La charge d'une bombe; la chute, la détonation, l'éclatement, l'explosion, le flamboiement, le fracas, le sifflement d'une bombe; cratère, trous de bombes; abri à l'épreuve des bombes; bombe incendiaire, légère, planante, volante, au napalm; bombe de gros calibre, à grande puissance; bombe atomique, à hydrogène, thermonucléaire; faire éclater, jeter, lancer, lâcher, larguer une bombe; être sous les bombes; écraser une ville sous les bombes.
P. métaph. :
3. En effet, quelques minutes plus tard, au milieu de cris et de jurons, une bombe arrivait sur la dunette. Cette bombe, c'était le capitaine Speedy. Il était évident qu'elle allait éclater. Verne, Le Tour du monde en 80 jours,1873, p. 198.
C.− P. ext.
1. Tout engin explosif posé ou lancé à la main. Attentat à la bombe :
4. Canivet, à force de rêver, trouva un moyen économique de remplacer les petits canons de cuivre (...) ce fut de serrer un peu de poudre dans une première enveloppe de parchemin ficelé avec soin, puis d'entourer de papiers cette première enveloppe, de la reficeler, et de recommencer jusqu'à ce qu'il eût obtenu une bombe épaisse dans laquelle il pratiqua une lumière avec un poinçon. Champfleury, Les Souffrances du professeur Delteil,1855, p. 246.
5. − « Je racontais à mon père qu'un de nos amis russes vient d'imaginer une bombe à retardement d'une exactitude d'horloge. Vous voulez faire sauter un train qui passe à tel endroit à trois heures. Vous déposez à une heure, à midi, plus tôt encore, l'engin monté en conséquence, et, à trois heures, il éclate. (...) » P. Bourget, Nos actes nous suivent,1926, p. 108.
6. Poser des bombes au clair de lune, faire dérailler un train, c'est évidemment un jeu passionnant... même pour un curé. Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 153.
P. compar. :
7. Jusqu'à présent, il n'est pas sorti de votre bouche un mot, un seul mot qui ne soit encore une énigme pour moi. Vous crevez votre cheval, vous éclatez ici comme une bombe; m'apprendrez-vous pourquoi? Sandeau, Sacs et parchemins,1851, p. 25.
Au fig. [En parlant d'un événement imprévu qui fait sensation] Éclater, tomber comme une bombe. Faire l'effet d'une bombe :
8. Syveton avait fait taper à la machine sa déclaration aux jurés, dont Lemaître nous donna lecture. C'était un beau morceau, saisissant et sobre, une de ces bombes qui peuvent, si elles éclatent bien faire sauter un régime. L. Daudet, Au temps de Judas,1920, p. 238.
Loc. fam. fig.
Gare à la bombe! Locution interjective employée pour désigner une personne arrivant à l'improviste.
En bombe. À toute vitesse :
9. Le savant expliqua qu'il avait été appelé à Paris en consultation, qu'il passait, en bombe, pour dîner et coucher, qu'il repartait le lendemain pour La Baule. L. Daudet, L'Amour est un songe,1920, p. 253.
À la bombe. En forçant (une porte) :
10. Ils descendaient des troupes armées et disciplinées de l'ancien brigandage, mettant à profit les troubles de la Révolution, faisant en règle le siège des maisons isolées, où ils entraient « à la bombe », en enfonçant les portes à l'aide de béliers. Zola, La Terre,1887, p. 72.
2. Engin ou appareil préparé pour produire une explosion. Bombe éclairante, fumigène, lacrymogène; bombe calorimétrique, manométrique.
Bombe à eau. Projectile en papier rempli d'eau, lancé en manière d'agacerie. Jeter une bombe à eau sur un passant.
Bombe algérienne. ,,Artifice constitué par une bille ou un caillou saupoudré de fulminate d'argent et enveloppé dans du papier mince, et qui produit un claquement sec quand on le projette contre un mur ou un sol dur`` (Lar. encyclop.).
3. Appareil produisant la diffusion ou la désagrégation de son contenu.
a) Synon. de atomiseur*.Bombe à laque pour les cheveux; bombe pour désinfecter, pour parfumer.
b) MÉD. Bombe au cobalt. ,,Terme improprement utilisé pour l'emploi du cobalt 60 en radiothérapie, puisqu'il ne s'agit que de la désintégration lente du cobalt 60 radioactif`` (Sc. 1962).
D.− P. anal.
1. [De production] GÉOL. Bombe volcanique. Fragment de lave en fusion lancé par un volcan.
2. [De forme]
a) Vx. Gros ballon en verre à col court pour conserver des alcools. Synon. bombonne ou bonbonne (cf. Nouv. Lar. ill.).
b) ÉQUIT. Casquette à calotte hémisphérique, généralement en velours, de couleur sombre, portée par les cavaliers :
11. Le jeune cavalier s'avança, sa bombe de chasse à la main... J. de La Varende, Monsieur le Duc de Saint-Simon et sa Comédie humaine,1955, p. 232.
c) PÂTISS. Bombe glacée, pralinée :
12. M. Henri Desgrès mangeait avec un plaisir fort visible l'incomparable bombe glacée aux pêches et au moka... Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 176.
PRONONC. : [bɔ ̃:b]. Selon Besch. 1845 : ,,onomatopée qui rappelle le bruit que la bombe fait en éclatant``.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1640 « projectile qui éclate en retombant », (Oudin, Recherches ital. et fr., Paris); 1945, 7 août sens mod. (Est Républicain, no19983 : Pour la première fois une bombe atomique a été lancée sur le Japon); 1689 fig. fam. tomber comme une bombe (Mmede Sév., VI, 479 dans E. Sommer, Lex. de la lang. de Mmede Sévigné, Paris, p. 100); 2. p. anal. de forme a) 1771 « vase sphérique » (Trév.); b) 1807 art culin. (G. de La Reynière, Almanach des gourmands, 5eannée, p. 76); 1845 géol. minér. bombe volcanique (Besch.); 1866 mar. bombe de signaux (Lar. 19e); 1883 phys. bombe calorimétrique (Berthelot, Sur la force des matières explosives d'apr. la thermochimie, Paris, 3eéd., t. 1, livre 2, p. 227, § 3). Empr. à l'ital. bomba attesté au sens de « pilum incendiarium » en lat. médiév. (domaine ital.) dep. ca 1452 (Comment. Jac. Picinini dans Du Cange t. 1, p. 696e, s.v. bombus) empl. ensuite pour désigner les engins explosifs (1686, Segneri dans Batt.), d'orig. onomatopéique − Pour bombe atomique cf. l'angl. atomic-bomb (Statement by the Prime Minister issued on Monday, August 6th, 1945 dans Reviews of Modern Physics, vol. 17, no4, oct., p. 472).
BBG. − Hope 1971, p. 278.

BOMBE2, subst. fém.

Fam. Abréviation de bombance. Faire la bombe. Synon. de faire bombance :
1. ... à Marseille et à Limoges le vendredi-saint et la saint-Martial, le jour des garçons bouchers qui font alors la bombe et célèbrent ripailles; ... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 247.
(Faire la) noce, la nouba :
2. Je n'en veux pas à mon oncle, seulement je trouve drôle que mon conseil de famille, qui s'est toujours montré si sévère pour moi, soit composé précisément des parents qui ont le plus fait la bombe, à commencer par le plus noceur de tous, mon oncle Charlus, qui est mon subrogé tuteur, qui a eu autant de femmes que Don Juan, et qui à son âge ne dételle pas. Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 691.
Rem. On rencontre dans la docum. a) le verbe intrans. bomber, arg. Faire la noce (cf. G. Esnault, [Commentaire du Langage des poilus de C. Lambert], 1954); b) le subst. bombeur, euse, arg. Celui (celle) qui bombe, fait la noce (cf. Id., ibid.). J'entends : une louftingue, une bombeuse, comme Jadin, par exemple (Colette, La Vagabonde, 1910, p. 93).
PRONONC. : [bɔ ̃:b].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1881 arg. des soldats partir en bombe (d'apr. Esn.); 1890 arg. des ouvriers faire la bombe (ibid.); 1901 être en bombe (Bruant, Dict., p. 21 dans Sain. Lang. par., p. 97). Dér. régr. de bombance* plutôt qu'empr. à l'esp. bomba « tâte-vin, ébriété » (Esn.) ou à l'ital. sbombettare « chopiner, pinter, soiffer », xvies. dans DEI.
STAT. − Bombe1 et 2. Fréq. abs. littér. : 866. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 408, b) 539; xxes. : a) 791, b) 2 565.
BBG. − Sain. Lang. par. 1920, pp. 97, 535. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 442.

Bombe : définition du Wiktionnaire

Nom commun

bombe \bɔ̃b\ féminin

  1. Projectile creux, en métal, rempli de poudre, qui, lancé avec un mortier, s’élève en l’air et, retombant, éclate quand la mèche a communiqué le feu à la poudre.
    • Dans l’art de tirer les bombes, dont tant d’habiles gens se sont mêlés, M. de Ressons compta jusqu’à vingt-cinq défauts de pratique qu’il corrigea avec succès dans différentes rencontres. — (Bernard le Bouyer de Fontenelle, Ressons.)
    • On entendait gronder ces bombes effroyables. — (Voltaire, Henr. VI.)
    • Les bourgeois, à la première bombe, se seraient rendus. — (Montesquieu, Lettres persanes 105.)
    • Le géomètre nous donna soudain les propriétés de la ligne que la bombe avait décrite en l’air. — (Montesquieu, Lettres persanes 128.)
  2. Engin rempli de substances explosives, qu’un choc ou un déclenchement automatique fait éclater.
    • Sur le trottoir, l’un des hommes fit un saut fort comique, un saut de terreur sans doute, au moment où la bombe tomba devant lui. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 240 de l’éd. de 1921)
    • Les poudres flash sont des mélanges pyrotechniques non seulement déflagrants, mais aussi détonants. Sur plusieurs centaines de bombes annuellement en cause, il y a environ 15% de cas où il est fait usage de poudres flash. — (Revue internationale de criminologie et de police technique, 1977, vol.30-31, p.414)
    • En 1945, elle avait sept ans. Un matin, les bombes avaient commencé à pleuvoir. A Kobé, ce n'était pas la première fois qu’on les entendait, loin s’en fallait. — (Amélie Nothomb, Métaphysique des tubes, Albin Michel, Paris, 2000)
  3. (Familier) (Figuré) Scandale ; incident.
    • C'est désormais au Pakistan, ou en Iran, que la fréquentation des sites de téléchargement de films X est le plus assidue. Qui sait quelles bombes mentales s'allument dans les nuits solitaires de Kaboul ou de Karachi ? — (Hervé Juvin, Le gouvernement du désir, Éditions Gallimard, 2016)
    • La bombe va éclater. Gare à la bombe, craignez un accident.
    • Quoiqu’il [le cardinal de Bouillon] dût bien s’attendre qu’à la fin la bombe crèverait, il en parut accablé. — (Louis de Rouvroy, 78, 6.)
    • Quelle bombe jetée au milieu de vous tous ! — (Marquise de Sévigné, 570.)
    • Quelle bombe tombée au milieu des plaisirs ! — (Marquise de Sévigné, 460.)
    • Le parti de Harlay fut le silence et d’attendre la bombe [l’éclat de son beau-père]. — (Louis de Rouvroy, 42, 240.)
  4. Sorte de bouteille de verre ronde, aussi appelée bonbonne.
  5. (Musique) Tambour de bonne taille, dont le diamètre peut parfois dépasser 1,50 mètre, grosse caisse.
  6. Récipient sous pression utilisé en peinture à l’aérographe ou pour l’atomisation d’aérosols.
    • […] et il s'empare de la bombe, enfin. Peter se retourne alors, appuie sur le spray. Rien, aucun « pchit!». Le truc est vide. Désespéré, il se maudit de l'avoir utilisé sur les faucheuses du mois dernier. — (Michael Mention, Adieu demain, Actes Sud, 2014)
    • Il traversa la porte d'entrée et découvrit, dans la lumière blême des lampadaires, trois garçons, une collection de bombes de peinture alignée à leurs pieds, qui taggaient la devanture de la librairie. — (Jacques Asklund, Le fantôme mène l'enquête, Rageot Éditeur, 2010)
  7. (Pyrotechnie) Type de feu d’artifice.
  8. Partie arrondie d’un couvre-chef qui couvre la tête, aussi appelée calotte.
  9. (Équitation) Casque porté par les cavaliers.
  10. (Argot) Très belle femme.
    • D'autant qu'une bombe peroxydée d'une trentaine d'années, dont le décolleté profond comme une chanson de staracadémicienne tranchait radicalement avec la sagesse vestimentaire ambiante, envisageait de toute évidence de lui tomber sur le poil dans un avenir aussi proche qu’imminent, et qu'il se demandait à quelle sauce elle menaçait de le manger. — (Pierre Lucas, Des souris et des mômes, Police des mœurs Hors-série, Éditions Vauvenargues, 2014, chap. 13)
    • Les deux feujs accostent Manuela et Naomie, deux bombes noires et mortelles qui tapinent au bord de la route. — (Johann Zarca, Le Boss de Boulogne, Don Quichotte éditions, 2014)
  11. (Marine) Sortes de grosses boules en toile noire servant à la signalisation à grande distance.
  12. Glace en forme de bombe.
    • Une bombe au café.
  13. (Argot) Fête, débauche, beuverie.
    • J’ai connu encore le fils d’un ouvrier qui gagnait beaucoup d’argent. Et celui-là disait : « Il ne faut pas m’envier. Je prends une voiture pour un rien, je mange largement, je fume des cigares à trente-cinq centimes. Voulez-vous que je vous le confesse ? Je n’ai pas trouvé l’équilibre. Pendant toute ma vie, je me fais l’effet d’un ouvrier en bombe. — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 86)
    • Puisque je te dis qu’il est avec une femme en train de faire la bombe. — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, Les Souliers du mort, 1912, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 5, page 972)
    • Ce fut, en ce temps de relative splendeur, qu'un soir de bombe, à Montparnasse, il cueillit Geneviève à une table de café. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 29-30)
    • […] celle en combinaison de dentelle et bas de soie noire avec laquelle, étant vierge, je me trouvai couché, une nuit de bombe crapuleuse, mais que je ne pus pas toucher parce que je me mis à dégurgiter sur les draps une nappe de vin rouge. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 145.)
  14. Plongeon éclaboussant.
  15. Grand et inattendu succès, d’ordre littéraire ou musical.
    • « C’est la bombe ! Oui, Loïs, cette fois-ci, c’est la BOMBE ! »
      Je ne compris rien à cette annonce. Loïs hocha la tête, pensif.
      « N’allons pas si vite, dit-il. N’oubliez pas qu’il y a la coalition des éditeurs, et la barrière des vieux pompiers. »
      — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 173)
  16. Armoiries avec une bombe (sens héraldique)
    (Héraldique) Meuble représentant dans les armoiries une sphère surmontée d'un court col d’où sortent des flammes indiquant qu’elle explose. Elle est souvent confondue avec la grenade. Pour les distinguer certains illustrateurs utilisent des formes de flammes différentes mais il n’y a aucune règle en la matière.
    • Écartelé : au 1er d’azur crusillé d’or et à deux bars adossés du même brochants, au 2e de gueules à trois bandes d’argent, à la biche couchée d’or brochante, au 3e de gueules à trois bandes d’argent, à la bombe de sable, enflammée d’or brochante, au 4e d'or à la bande de gueules chargé de trois alérions d’argent, qui est de Bezonvaux → voir illustration « armoiries avec une bombe »
  17. (Québec) Contenant pour faire bouillir de l'eau.
    • Mets la bombe sur le poêle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bombe : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BOMBE. n. f.
Projectile creux, en métal rempli de poudre, qui, en arrivant à sa destination, éclate au moyen d'une fusée qui y est adaptée. Jeter des bombes. Lancer des bombes. La bombe a crevé en l'air. Gare la bombe! Un éclat de bombe. Voûte à l'épreuve de la bombe. Bombe d'avion. Il désigne aussi une Boîte quelconque, remplie de substances explosives, qu'un choc ou un déclenchement automatique fait éclater. Une bombe a été déposée à la porte de cet édifice. Bombe à retardement. Par analogie, il désigne un Vaisseau sphérique en verre destiné à contenir des liqueurs, comme le kirsch, le curaçao. Voyez BONBONNE. En termes de Marine, il se dit de Sortes de grosses boules en toile noire servant à la signalisation à grande distance. En termes de Pâtisserie, il se dit aussi d'une Glace en forme de bombe. Bombe au café, à la vanille. En termes de Physique, Bombes calorimétriques, Instruments servant à étudier les chaleurs de combustion. Fig. et fam., Il est tombé dans notre société comme une bombe, Il est arrivé au moment où on l'y attendait le moins.

Bombe : définition du Littré (1872-1877)

BOMBE (bon-b') s. f.
  • 1Globe de fer creux rempli de poudre qui, lancé avec un mortier, s'élève en l'air et, retombant, éclate quand la mèche a communiqué le feu à la poudre. Dans l'art de tirer les bombes, dont tant d'habiles gens se sont mêlés, M. de Ressons compta jusqu'à vingt-cinq défauts de pratique qu'il corrigea avec succès dans différentes rencontres, Fontenelle, Ressons. On entendait gronder ces bombes effroyables, Voltaire, Henr. VI. Les bourgeois, à la première bombe, se seraient rendus, Montesquieu, Lett. pers. 105. Le géomètre nous donna soudain les propriétés de la ligne que la bombe avait décrite en l'air, Montesquieu, ib. 128.

    Fig. Tomber comme une bombe arriver à l'improviste. Elle tombe ici comme une bombe, à l'heure que j'y pense le moins, Sévigné, 435.

  • 2Familièrement et figurément, malencontre, accident. La bombe va crever, il va survenir quelque malencontre. Gare la bombe, craignez un accident. Quoiqu'il [le cardinal de Bouillon] dût bien s'attendre qu'à la fin la bombe crèverait, il en parut accablé, Saint-Simon, 78, 6. Quelle bombe jetée au milieu de vous tous ! Sévigné, 570. Quelle bombe tombée au milieu des plaisirs ! Sévigné, 460. Le parti de Harlay fut le silence et d'attendre la bombe [l'éclat de son beau-père], Saint-Simon, 42, 240.
  • 3Boule en verre creux renfermant de la poudre fulminante et éclatant quand on marche dessus.
  • 4Sorte de bouteille de verre ronde, à collet fort court.

    Bombes volcaniques, portions de lave en fusion que lancent les volcans.

    Terme de marine. Bombe de signaux, grosse boule en toile noire qui est montée sur des cercles et hissée à des mâts, des vergues, etc.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BOMBE.
1Ajoutez : On dit qu'un canon est tiré en bombe, lorsqu'il est pointé sous un angle de tir d'au moins trente-cinq degrés.
4Bombes volcaniques, ajoutez : Les pentes sont formées par un lapilli composé de bombes de la grosseur de la tête… il faut supposer que le cratère a projeté de tous côtés une grêle de bombes de ce genre ; je n'ai rencontré aucune très grosse bombe ; la plus grosse avait un pied de diamètre ; la plupart variaient de la grosseur du poing à celle de la tête ; c'étaient presque toutes de simples boules de lave poreuse ; un certain nombre renfermaient un noyau irrégulier, exactement moulé dans une enveloppe de lave, mais sans adhérence, H. de Saussure, extrait du Journ. de Genève, dans Journ. offic. 29 août 1872, p. 5754, 1re col.
5Bombe glacée, sorte de fromage glacé en forme de bombe.

REMARQUE

La bombe se distingue des obus sphériques, parce que le diamètre en est plus fort et qu'elle présente, en général, des anses et un culot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Bombe : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BOMBE, s. f. (Artill.) est un gros boulet creux que l’on remplit de poudre, & qu’on jette par le moyen du mortier sur les endroits qu’on veut détruire. Elle produit deux effets : savoir, celui de ruiner les édifices les plus solides par son poids ; & celui de causer beaucoup de desordre par ses éclats : car lorsque la poudre dont elle est chargée prend feu, son effort rompt ou creve la bombe, & il en fait sauter les éclats à la ronde.

Le mot de bombe vient de bombus, crepitus, ou sibilus ani, à cause du bruit qu’elle fait.

M. Blondel croit que les premieres bombes furent jettées, en 1588, au siége de Wachtendonck, ville du duché de Gueldres. D’autres prétendent qu’un siecle auparavant, en 1495, on en jetta à Naples sous Charles VIII ; & ils tâchent de le prouver par un endroit du Verger d’honneur, composé par Octavien de Saint-Gelais, & par André de la Vigne. Strada dit que ce fut un habitant de Venlo qui se mêloit de faire des feux d’artifices, qui inventa les bombes. Les habitans de cette ville se proposerent de régaler de cette invention le duc de Cleves qui étoit venu chez eux, & à qui ils avoient donné un grand repas. Ils voulurent donc en faire la premiere expérience devant lui, & elle réussit beaucoup mieux qu’ils ne l’avoient prétendu : car la bombe étant tombée sur une maison, elle enfonça le toît & les planchers, & y mit le feu, qui s’étant communiqué aux maisons voisines, brûla les deux tiers de la ville, le feu étant devenu si violent qu’il ne fut pas possible d’arrêter l’incendie. Le duc se servit de cette invention au siége de Wachtendonck, qu’il entreprit peu de jours après.

« Je sai, ajoûte Strada, que quelques uns ont écrit qu’un mois ou deux auparavant, une pareille expérience avoit été faite à Berg-op-zoom par un Italien deserteur des troupes d’Espagne, qui s’étoit donné aux Hollandois, & leur avoit promis de faire des boules creuses de pierre ou de fer, qui étant jettées dans une ville assiégée, & se crevant après leur chûte, mettroient le feu par-tout : mais comme il préparoit son artifice, une étincelle étant tombée sur la poudre, il en fut tué, & laissa en mourant ceux pour qui il travailloit, dans l’incertitude si son secret auroit réussi ».

C’est seulement au siége de la Motte, en 1634, qu’on voit le premier usage des bombes en France. Le roi Louis XIII. avoit fait venir de Hollande un ingénieur Anglois nommé Mathus, qui employa les bombes avec succès en différens siéges, & qui fut tué à celui de Gravelines en 1658. Nous avons un livre de cet ingénieur, intitulé Pratique de la guerre, contenant l’usage de l’artillerie, bombe, &c.

Les figures 5. & 6. de la Pl. VII. de l’art milit. peuvent servir à donner une idée exacte de la bombe.

La fig. 5. fait voir une bombe telle qu’elle paroit à la vûe, & la fig. 6. en fait voir la coupe ou le profil.

Les parties A & B sont les anses de la bombe, & F est la lumiere de la fig. 5. Dans la fig. 6. l’épaisseur du métal est marquée par l’espace rempli de petits points ; CD est la fusée de la bombe enfoncée par la lumiere C qui est entre les anses A & B. Voyez Fusée & Mortier. Cette fusée sert à porter le feu dans la poudre dont la bombe est chargée, laquelle poudre en s’enflammant, fait crever la bombe.

La bombe qui est jettée par un mortier de 18 pouces 4 lignes de diametre, qui contient douze livres de poudre dans sa chambre concave en forme de poix, appellée de la nouvelle invention, a dix-sept pouces dix lignes de diametre. Voyez Chambre.

Elle a deux pouces d’épaisseur par-tout, excepté au culot qui a deux pouces dix lignes.

Sa lumiere a 20 lignes d’ouverture dehors, & dedans elle contient 48 livres de poudre, & pese sans sa charge 490 livres & un peu plus ; elle a deux anses coulées auprès de la lumiere.

Le mortier qui a 12 pouces 6 lignes de diametre, contient dans sa chambre 18 livres de poudre. Sa bombe a 11 pouces 8 lignes de diametre ; 1 pouce 4 lignes d’épaisseur par-tout, hors le culot qui a un pouce 8 lignes ; sa lumiere a 16 lignes d’ouverture par-dessus & par-dedans ; elle contient quinze livres de poudre ; elle a deux anses coulées auprès de sa lumiere, & elle pese sans sa charge environ 130 livres.

Les bombes qui sont jettées par des mortiers de 12 pouces, 3, 4 & jusqu’à 6 lignes de diametre, & qui ont dans leurs chambres concaves 12 & 8 livres de poudre, ont les mêmes proportions que la précédente.

C’est aussi la même chose pour la bombe qui sert au mortier ordinaire de 12 pouces, qui contient dans sa chambre cinq à 6 livres de poudre.

La bombe jettée par un mortier de 8 pouces 4 lignes de diametre, & qui porte 1 livre & de poudre dans sa chambre, a 8 pouces de diametre, 10 lignes d’épaisseur par-tout, hors le culot qui en a 13. Sa lumiere a un pouce de diametre par-dessus & par-dedans. Elle contient quatre livres de poudre ; elle a des anses de fer battu coulées avec la bombe, & elle pese sans sa charge 35 livres.

La bombe jettée par un mortier de 6 pouces de diametre, qui porte dans sa chambre une livre & un peu plus de poudre, a 6 pouces de diametre, 8 lignes par-tout, hors par le culot où elle a 11 à 12 lignes ; sa lumiere a 10 lignes d’ouverture par-dessus & par-dedans. Elle contient trois livres & demie de poudre, & elle pese sans sa charge, 20 livres ou environ ; ces sortes de bombes n’ont point d’anses ordinairement.

Il y a des cas où l’on peut diminuer la poudre dont la bombe est chargée, c’est-à-dire, lorsqu’on n’employe les bombes que pour ruiner les édifices, sans vouloir y mettre le feu, ou pour tirer sur les troupes ; car alors l’objet de la charge n’est que de faire crever la bombe ; par conséquent il ne faut que la quantité de poudre nécessaire pour produire cet effet. Or suivant ce qui est rapporté dans le Traité des armes & machines en usage à la guerre depuis l’invention de la poudre, M. Belidor a trouvé que trois livres de poudre étoit tout ce qu’il falloit pour faire crever les bombes de 12 pouces, & 1 livre pour celle de 8 ; ce qui doit faire présumer que 8 ou 10 livres suffiroient pour charger les bombes de 18 pouces, au lieu des 48 liv. dont on les charge ordinairement.

La fig. 7. de la Pl. VII. de l’art milit. fait connoître comment l’on coule une bombe de 11 pouces 8 lignes, & ainsi des autres.

E, noyau de terre.

F, place qu’occupe le métal, formant l’épaisseur de la bombe, & d’où l’on a tiré la terre douce qui étoit entre le noyau & la chappe.

Il faut observer que la terre se tire aisément, parce que la chappe est de deux pieces.

G chappe qui est de terre fort dure & recuite.

H est la lance qui passe au-travers du noyau, & qui le suspend en l’air pour laisser couler le métal entre le noyau & la chappe.

I, I, ouvertures où sont placées les anses, & par lesquelles on coule la bombe.

Pour qu’une bombe soit bien conditionnée, il faut qu’elle soit de bonne fonte, & d’une matiere douce & liante, pour éviter les souflures, les chambres & les évents, en sorte qu’elle soit à toute sorte d’épreuve. Elle doit être bien nette en-dedans, & il faut que le morceau de fer qui tient toûjours au culot après la fonte, & que l’on appelle lance, soit rompu.

La bombe doit être encore bien coupée, bien ébarbée par le dehors, & bien ronde ; avoir sa lumiere bien saine & les anses entieres, afin de la placer plus aisément dans le mortier.

Maniere de charger les bombes. Pour charger les bombes, il faut les emplir de poudre avec un entonnoir, y mettre ensuite la fusée CD, fig. 6. Pl. VII. de l’art milit. qu’on frappe ou enfonce dans la lumiere de la bombe avec un maillet de bois, & jamais de fer, crainte d’accident. A l’égard de la maniere de l’exécuter avec le mortier, voyez Mortier & Batterie de Mortiers. (Q)

La theorie du jet des bombes est l’objet principal de la Balistique. Voy. Balistique. On trouvera cette théorie expliquée à l’article Projectile.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bombe »

Étymologie de bombe - Littré

Voy. BOMBARDE, la bombe ayant été ainsi nommée à cause du bruit qu'elle fait.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de bombe - Wiktionnaire

(Date à préciser) De l’italien bomba, du latin bombus (« boulet »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bombe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bombe bɔ̃b play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « bombe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bombe »

  • Deux civils sont morts et cinq autres ont été blessés dans un attentat à la bombe perpétré au centre-ville d’Afrine, dans le nord de la Syrie épurée du terrorisme suite à l’opération Rameau d’olivier. , Syrie : un attentat à la bombe tue 2 civils à Afrine | TRT Français
  • Le 13 juin 2020, après que la mairie de Saint-Ay ait été signalée de la présence de cet objet, les responsables ont découvert qu’il s’agissait d’une bombe en béton de 1000 kg datant de la Seconde Guerre mondiale. Pour éviter une éventuelle explosion, la mairie de Saint-Ay a fait appel à une équipe de déminage de Versailles. Fredzone, On a retrouvé une bombe de 1000 kg datant de la Seconde Guerre mondiale dans la Loire
  • Hiroshima, après la bombe. National Geographic, Hiroshima, après la bombe | National Geographic
  • Une bombe de la Seconde Guerre mondiale a été découverte lundi 22 juin, par un promeneur en forêt de Mortefontaine, commune du sud de l’Oise. L'engin devrait être déminé le mardi 30 juin prochain. Courrier picard, Une bombe de la Seconde Guerre mondiale découverte en forêt de Mortefontaine (Oise)
  • Une bombe capable de traverser des tempêtes pour atteindre sa cible. C’est la nouvelle arme sortie des usines de Raytheon, une entreprise américaine spécialisée dans la guerre électronique et l’aérospatial. Baptisée Stormbreaker (Briseur de tempêtes), cette bombe intelligente et autonome peut cibler et détruire une cible mouvante à plus de 70 kilomètres. Un appareil ennemi visé ne pourra donc pas espérer profiter du mauvais temps, d’un écran de fumée ou encore de l’obscurité la plus totale pour se protéger de cette bombe implacable. Capital.fr, Découvrez le Stormbreaker : la bombe la plus intelligente de l'US Air Force - Capital.fr
  • Au-delà, le confinement a eu aussi pour conséquence l’impossibilité de tenir les réunions qui étaient prévues pour exposer en détail les changements qu’implique la nouvelle loi chasse. "Ces rendez-vous avec les zones Sud, Centre et Ouest du département sont repoussés à l’automne et je demande en attendant à chacun de continuer à fonctionner comme auparavant pour un an encore, c’est du bon sens", indique Jean-Bernard Portet. Nouveaux statuts, nouvelles responsabilités des présidents de fédérations sur les plans de chasse et la gestion administrative des ACCA : "tout cela doit être expliqué précisément", souligne-t-il. Et d’autant plus nécessaire, semble-t-il, que ces responsabilités accrues et transferts de compétences des préfets et des Directions départementales des territoires sont aussi "une bombe à retardement" pour les "fédés" : "Vu la judiciarisation galopante, il sera plus facile de mettre au tribunal un président de fédération qu’un préfet", analyse-t-il, anticipant une hausse du contentieux. ladepeche.fr, "Bombe à retardement" - ladepeche.fr
  • Une bombe de 1.000 kg datant de la Seconde Guerre mondiale a été découverte la semaine dernière dans la Loire, près de Saint-Ay, par des sportifs faisant du paddle. Heureusement l'engin en béton n'était pas chargé d'explosif. Les équipes de déminage de Versailles doivent l'enlever prochainement. France Bleu, Une bombe de 1.000 kg datant de la Seconde Guerre mondiale a été retrouvée dans la Loire, près de Saint-Ay
  • « La Bombe » est un livre-somme (450 pages) sur l’un des plus gros bouleversements de notre ère : la bombe atomique… A travers cette BD, on revit de l’intérieur la conception de l'arme nucléaire par des scientifiques aux Etats-Unis. A lire absolument à quelques semaines des 75 ans des explosions américaines au Japon. France Inter, Bande dessinée : "La Bombe", le livre à lire pour tout savoir sur les bombardements d'Hiroshima et Nagasaki
  • Les bombes, je les préfère sexuelles, et les attentats, à la pudeur. De Frédéric Beigbeder / Au secours pardon
  • A ce rythme on sera bientôt les derniers animaux, visiteurs impolis, passagers en escale venus lâcher bombes atomiques.
  • Les bombes atomiques robots n’ont ni choix à faire ni décision à prendre. De Alfred Elton Van Vogt / Réveil
  • Les types n’arrivent pas à admettre qu’ils puissent rester toute leur vie avec la même femme. La solution est simple : il faut qu’elle soit bonniche et putain, vamp et lolita, bombe sexuelle et vierge effarouchée, infirmière et malade. De Frédéric Beigbeder / Mémoires d’un jeune homme dérangé
  • Il suffit de faire grandir la distance pour que les pires horreurs s'effacent. Cette distance historique s'apparente un peu à l'innocence de celui qui lâche une bombe à 10000 mètres d'altitude. De Marc Augé / Le Monde de l'éducation - Avril 2001
  • Internet c’est comme une chambre forte qui aurait une porte de secours grillagée. Je n’ai pas besoin de marteau-piqueur ni de bombe atomique pour y entrer. Il me suffit de passer par la porte. De Anonyme
  • Le risque qu’il y ait une bombe dans un avion est de un sur un million. Le risque qu’il y ait deux bombes dans un avion est de un sur cent milliards. La prochaine fois que vous prendrez l’avion, diminuez les risques, emmenez votre bombe ! De Benny Hill
  • Il paraît que celui qui a inventé la bombe atomique, il aimait vachement les gens ! Alors arrête de me rendre service, tu veux ? De Patrice Leconte / Viens chez moi, j'habite chez une copine (1981)
  • La vérité est une bombe dont les effets tuent à la fois celui qui la lance et celui qui la reçoit. De Françoise Parturier
  • Les Chinois ne pourront jamais avoir la bombe H, parce qu'ils n'ont pas le même alphabet que nous... De Jacques Bergier
  • Evidemment, la science nous a appris à pasteuriser le fromage. Mais quid de la bombe à hydrogène ? De Woody Allen / Mon allocution
  • Le plus grand danger de la bombe est dans l'explosion de bêtise qu'elle provoque. De Octave Mirbeau
  • Pour faire passer une idée, une bombe de peinture est plus efficace qu'une bombe au napalm. De Régis Hauser / Les murs se marrent
  • La démogagie est toujours une bombe à retardement. De Serge Uzzan
  • Il faut se méfier des ingénieurs, ça commence par la machine à coudre, ça finit par la bombe atomique. Marcel Pagnol, Critique des critiques, Nagel
  • Qui ne sent pas la bombe cuite et le vertige comprimé n'est pas digne d'être vivant. Antonin Artaud, Van Gogh, le suicidé de la société, Gallimard

Images d'illustration du mot « bombe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bombe »

Langue Traduction
Portugais bomba
Allemand bombe
Italien bomba
Espagnol bomba
Anglais bomb
Source : Google Translate API

Synonymes de « bombe »

Source : synonymes de bombe sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bombe »


Mots similaires