Baver : définition de baver


Baver : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BAVER, verbe.

I.− Emploi intrans.
A.− [En parlant de pers., d'animaux] Laisser couler de la bave par la bouche; jeter de la bave, en sécréter. Les petits enfants ne font que baver (Ac. 1798-1932); le chien enragé bave beaucoup (Nouv. Lar. ill.) :
1. Et l'escargot sans bruit Rampe et bave; ... M. Rollinat, Les Névroses,1883, p. 142.
2. Il [Gagou] s'est avancé sur la place, du côté des femmes, les bras ballants, la tête en avant comme une marmotte qui danse. Sa lèvre pend; il bave; son menton est huilé de salive. Une grimace qui est son sourire plisse son nez et le tour de ses yeux. Giono, Colline,1929, p. 73.
P. anal. [En parlant d'inanimés, spéc. de liquides qu'on verse ou qui coulent] Ne pas couler droit, couler le long des parois ou se répandre largement en débordant. Le sang ne jaillit pas, il bave (Nouv. Lar. ill., Lar. 19e); un rouge à lèvres qui bave, l'encre a bavé (Rob.):
3. Fink, avec sa brusquerie habituelle, s'éclipse pour commander du champagne. Bientôt un Heidsieck rosé bave dans les coupes. R. Martin du Gard, Devenir,1909, p. 38.
Technique
1. ,,Se dit des tuyaux de plomb d'où l'eau ne coule pas en droite ligne, ou d'un ajutage dont l'eau ne jaillit pas droit. Se dit aussi du métal en fusion quand il ne coule pas droit`` (Jossier 1881). [En parlant des robinets] ,,Ne pas couler en jets francs`` (Quillet 1965).
2. [En parlant de moulages en plâtre, en divers métaux] ,,Présenter des bavures*`` (Quillet 1965).
3. PEINT. (aquarelle). [En parlant d'une teinte trop liquide, etc.] Couler.
B.− Au fig., souvent péj.
1. Baver de qqc.Exprimer de manière visible une émotion, un sentiment fort. Baver d'admiration, d'envie; baver de concupiscence (Bloy, La Femme pauvre,1897, p. 261):
4. Pour l'affaire Du Paty Du Clam, c'est le pur banquet de l'ignominie, la mainmise du soldat sur l'appareil de justice, avec le consentement de nos grands chefs civils qui bavent de peur. Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 34.
Fam. et pop. En baver.Être astreint à un effort pénible; souffrir, suer de cet effort. N'avoir pas fini d'en baver.
Plus rarement. Faire baver qqn, en faire baver qqn. Lui faire supporter une peine, un travail excessif :
5. Parce qu'au dépôt, vous parlez si on se fait ch... Des sous-off, qui nagent pour ne pas repartir et qui t'en font baver; des marches de jour, des marches de nuit, du service, de l'exercice. Dorgelès, Les Croix de bois,1919, p. 275.
Rem. En indique de façon vague ce dont on s'occupe, et qui est suggéré par le contexte.
2. Arg. Parler, dire (sans idée péjorative), dire des insanités :
6. − On a plus le droit de juger, alors? On est pas dignes? − Tu juges pas, tu baves. Tu baves parce que tu t'es dégonflé. Malraux, L'Espoir,1937, p. 681.
Rem. L'Ac. Compl. 1842 mentionnait un sens qualifié de ,,vx lang.`` « bavarder, parler pour ne rien dire ».
Fam., absol. et plus fréq. dans l'expr. baver sur qqn, sur qqc. Médire, calomnier, souiller par ses paroles. Baver sur le talent, sur la vertu (Nouv. Lar. ill., Lar. 19e); baver sur qqn, sur la réputation de qqn (Ac. 1932) :
7. On pouvait baver sur leur compte, lui savait ce qu'il savait, se fichait du bavardage, du moment où il avait l'honnêteté de son côté. Zola, L'Assommoir,1877, p. 618.
Rem. Sens également attesté dans France 1907.
II.− Plus rare, emploi trans.
A.− [Le compl. désigne un inanimé concr. et fonctionne comme un compl. d'obj. interne] Jeter de la bave, un liquide semblable. Madriers (...) qui bavent de la chaux (Romains, La Vie unanime,1908, p. 181).
Loc., fam. Baver le lait. Être très jeune (G. d'Esparbès, Le Vent du boulet, 1909, p. 89).
B.− Au fig., souvent péj.
1. Fam. et pop. En baver des ronds de chapeau; var. en baver des ronds de citron. Exprimer son étonnement :
8. Ah! alors! ... Gaspard, qui pourtant s'épate pas, il en bavait des ronds d'chapeau! ... parce que... v's savez pas combien qu'il l'paiera : dites voir un peu... Benjamin, Gaspard,1915, p. 152.
Arg. Baver des clignots. Pleurer (France 1907).
2. Parler avec trop d'abondance; médire. Baver sa haine; baver des détails à propos de qqc. avec une profusion de détails qu'elle bavait à propos du corsage. (Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 226).
PRONONC. : [bave], (je) bave [ba:v].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) Début xives. « laisser couler de la bave » (G. de Biblesworth, Traité, 143 dans T.-L. : L'enfaunt bave de nature); b) 1680 p. ext. « ne pas couler droit (en parlant d'un liquide) » (Rich.); c) 1850 « médire, calomnier » (Balzac, Œuvres diverses, t. 2, p. 431 : Au milieu de tout ce bruit, s'agite le factotum de la ville − toute petite ville a son factotum −, homme méchant et réputé délicieux [...] qui bave, mord, déchire, mène la ville par le nez, s'empare du Sous-Préfet); d) 1883 arg. en baver (Larch. Suppl., p. 13 : baver (En). Être ébahi); 1915 id. « souffrir, peiner » (Benjamin, Gaspard, p. 134 : T'en fais pas; tu vas en baver! dit un autre); 2. ca 1450 « bavarder » (Mist. Vieil Testament, éd. Rothschild, 1878-91, XLIV, 46616, VI, 103 : Gournay − Il ne nous fault plus cy baver); sens courant au xvies., se maintient dans les lang. région. et arg. 1754 « bavarder, bredouiller, dire des paroles inutiles » (Boudin, Madame Engueule, p. 24 : Cadet, effrontément. Eh ben, quoi! qu'est que vous bavez, vous [qui vous écriez que je suis tombé dans le ruisseau]?). Dér. de bave*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 196.
BBG. − Duch. 1967, § 22, 36. − Sain. Lang. par. 1920, p. 363.

Baver : définition du Wiktionnaire

Verbe

baver \ba.ve\ intransitif, parfois transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Laisser échapper de la bave.
    • Il restait des jardinières envahies de plantes poilues […]. Un pulvérisateur de désherbant pas catholique du tout. Et un escargot qui bavait trop rampait sur un gant perdu au milieu de tout ça. — (Eric Gilberh, Personne ne me croit, hein ?, dans Les perce-oreilles: nouvelles, Beauvais : Éditions L'Iroli, 2006, p. 72)
    • Assez impressionnant la quantité de salive qu'elle a bavée lorsqu'elle l'a vu. — (site textes-en-vrac.skyrock.com)
    • Les femmes n'aiment pas savoir qu'elles ronflent. Une amie me disait récemment : « En tant que princesses, les femmes ne sont pas sensées ronfler et baver sur leur oreiller. » — (L'Express, 17 avril 2013)
  2. (Figuré) (Familier) Médire de quelqu’un. (Rare au Québec)
    • C'était une salope. Elle passait son temps embusquée derrière son rideau de cuisine à regarder passer les passants, des fois qu'elle pourrait leur baver dessus. — (Marie-Ange Guillaume, Tout le cimetière en parle, Paris, éditions Le Passage, 2011, p. 103.)
    • Médire, baver, dénigrer... que celui qui n'a jamais jasé sur un collègue autour d'un plateau-repas à la cantoche d'entreprise ou sur une belle-soeur à l'heure du petit déjeuner lève la main. Au travail, mais aussi en famille ou entre amis, on a toujours une bonne occasion de déverser son fiel sur quelqu'un, en particulier hors de sa présence, puisque, c'est bien connu, les absents ont toujours tort. — (L'Express, 21 juin 2013)
  3. (Figuré) (Ironique) Montrer son désir, ses envies avec outrance.
    • Vous faire baver, tel est mon sacerdoce. Dans ma profession, personne ne souhaite votre bonheur, parce que les gens heureux ne consomment pas. — (Frédéric Beigbeder, 99 francs, Gallimard, 2000, collection Folio, page 19.)
  4. (Figuré) Pour un dessin, dépasser des traits de contour pour une couleur de remplissage, ou bien laisser des traces d'encre fraîche accidentelles sur une feuille.
  5. (Québec) Provoquer, faire le fanfaron.
    • Dans ce rôle, Alexandre Barrette est un naturel. Il connecte rapidement avec ses passagers et ceux-ci entrent, la plupart du temps, facilement dans son jeu même s’ils se font pas mal tirer la pipe. « J’aime baver les concurrents, avoue-t-il. Je suis baveux dans la vie, sur scène, je suis baveux sympathique. Puis je trouve que souvent la chimie passe bien. — (Le Journal de Montréal, 24 août 2012)
  6. (Argot) Parler
    • Léodagan : C’est pas parce qu’un vieux moisi vient nous baver dans les étagères que ça vaut forcément que’que chose. — (Alexandre Astier, Kaamelott, Livre II, épisode Le Passage Secret)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Baver : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BAVER. v. intr.
Jeter de la bave. Les petits enfants ne font que baver. Un animal qui bave. Fig., Baver sur quelqu'un, sur la réputation de quelqu'un. Médire de lui.

Baver : définition du Littré (1872-1877)

BAVER (ba-vé) v. n.
  • 1Jeter de la bave. Votre petite fille est fort jolie ; elle me baise et me bave ; mais ne crie jamais, Sévigné, 105. Alizon … Bave comme au printemps une vieille limace, Régnier, Sat. X. [Un enfant] qui crie et bave pour toute réponse, Rousseau, Ém. II.

    Fig. Souiller par d'indignes paroles. Rentre dans l'ombre où sont tous les monstres flétris Qui, depuis quarante ans, bavent sur nos débris ! Hugo, Crép. 10.

  • 2Ne pas couler droit, en parlant d'un liquide qu'on verse ou qui s'écoule. Le sang bave dans la saignée, quand il ne sort pas en jet.

HISTORIQUE

XVIe s. Conclusion : quelque chose qu'on bave [bavarde], Gloire mondaine est legier abbattuë, Marot, J. V, 45. S'eschauffant si bien, qu'il discourut en bavant toutes les peines qu'il avoit endurées pour l'amour de Fleurie, Yver, p. 565. Alors il faudroit faire suer et baver [saliver] ladite dame, ou autrement ne pourroit guarir, Paré, XVIII, 70.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Baver : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BAVER, v. neut. (Jardinage.) se dit d’une eau qui vient en décharge, ou d’un jet qui ne s’éleve pas haut. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « baver »

Étymologie de baver - Littré

Bave ; provenç. bavar ; espagn. babear ; portug. babar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de baver - Wiktionnaire

Dénominal de bave et -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « baver »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baver bave play_arrow

Conjugaison du verbe « baver »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe baver

Évolution historique de l’usage du mot « baver »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baver »

  • Chaque fin gourmet sait dans son cœur que la bonne nourriture apporte le bonheur et l’amour en même temps, y compris moi!. Voir ces délices et ne pas baver dessus serait un péché. Et nous ne pouvons pas nous empêcher de convenir, la même chose peut être dite pour le curry Ayesha. Cuisinière célèbre, personnalité de la télévision de profession, elle a la passion de créer des plats spectaculaires et a transformé son amour pour la nourriture en une profession. Betanews.fr, Ayesha Curry sort avec quelqu'un? OMS? Voici tous les détails que vous devez savoir !! - Betanews.fr

Traductions du mot « baver »

Langue Traduction
Portugais babar
Allemand sabbern
Italien sbavare
Espagnol babear
Anglais drool
Source : Google Translate API

Synonymes de « baver »

Source : synonymes de baver sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires