La langue française

Batardeau

Définitions du mot « batardeau »

Trésor de la Langue Française informatisé

BÂTARDEAU1, subst. masc.

ARM. Petit couteau, petit poignard renfermé dans la gaine d'une dague ou parfois d'une épée.
Prononc. : [bataʀdo]. Étymol. et Hist. 1. Adj. et subst. 1386 coustel bastardeau « petit couteau auxiliaire de la dague » (Arch. JJ., reg. 129, pièce 36 dans Gay : Un petit coustel bastardeau); 1456, ibid.; repris subst. bâtardeau (Littré); 2. 1552 péj. « petit bâtard » (B. Aneau, Imagination Poetique, p. 88 dans Hug. : Un Bastardeau à sa mère enquestoit Filz de quel Pere engendré il estoit), bâtardeau dep. xviiies. (St-Simon, 277, 243 dans Littré), rare. Dimin. avec suff. -eau*, 1 de bâtard* étymol. 2 − peut être rapproché du synon. plus tardif coustel bastart (1416, Arch. JJ., reg. 169, p. 447 dans Gay); 2 de bâtard* étymol. 1 a.

BATARDEAU2, subst. masc.

TECHNOLOGIE
A.− TRAV. PUBL. Barrage provisoire (parfois digue ou enceinte) établi dans le lit d'un cours d'eau afin de pouvoir exécuter à sec certains travaux :
1. Ils [des pontonniers] avaient construit un batardeau dans le but d'opérer à l'aise et de ne pas se tremper le nombril et les ripatons... A. Arnoux, Rhône, mon fleuve,1944, p. 955.
B.− P. anal., MAR. Caisson en bois calfaté qu'on applique à la coque d'un navire afin de la mettre à sec et de la radouber :
2. Encore la nuit qui revient me rechercher, Comme la mer qui atteint sa plénitude en silence à cette heure qui joint à l'océan les ports humains pleins de navires attendants et qui décolle la porte et le batardeau! Claudel, Cinq grandes odes,1910, p. 264.
Prononc. et Orth. : [bataʀdo]. S'écrit gén. batardeau. V. cependant bâtardeau dans DG, Lar. 20eet Lar. encyclop. (à côté de batardeau), Quillet 1965, ainsi que dans Gruss 1952, Thomas 1956, Mots rares 1965. Étymol. et Hist. 1409 maçonn. bastardeau « massif de terre ou de maçonnerie qui sert à retenir l'eau d'une rivière » (Runk. : faire les bastardeaux pour prenre la rivière) graph. attestée jusque Ac. 1718; 1680 batardeau (Rich.) graph. la plus gén. adoptée malgré bâtardeau (Ac. 1740; Trév. 1771). A prob. la même orig. que bâtardeau1étymol. 1, et serait dér. du m.fr. bastard « digue provisoire établie pour mettre à sec un endroit où l'on veut bâtir » (1399, Preuves de l'hist. de Bourg., t. 3, fo112 vodans Gay), v. FEW, s.v. bastardus, t. 15, 1, p. 73b, plutôt qu'un dér. de baste au sens de « support », cf. basque et bâtir. Fréq. abs. littér. : 3.

Wiktionnaire

Nom commun

batardeau \ba.taʁ.do\ masculin

  1. Espèce de digue faite le plus souvent d’un double rang de pieux et d’ais, entre lesquels on entasse de la terre, construite au milieu du courant d’une rivière ou d’un canal, soit pour détourner les eaux, soit pour les contenir pendant les travaux qu’on est obligé d’y faire.
    • Parallèlement à la rivière, afin de régulariser le cours de l'eau, les paysans ont d'abord creusé puis cimenté un canal de dérivation équipé de batardeaux, ouvrages permettant de régler le débit de l'eau. — (Michelle Jeanguyot & ‎Nour Ahmadi, Grain de riz, grain de vie, CIRAD/Magellan & Cie, 2002, p.55)
  2. (Marine) Cloison étanche appliquée à la carène d’un navire pour isoler une voie d’eau que l’on veut réparer.
  3. (Construction) Construction formant une retenue d'eau, afin d'assécher un terrain où l'on doit effectuer des travaux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BATARDEAU. n. m.
Espèce de digue faite le plus souvent d'un double rang de pieux et d'ais, entre lesquels on entasse de la terre, construite au milieu du courant d'une rivière ou d'un canal, soit pour détourner les eaux, soit pour les contenir pendant les travaux qu'on est obligé d'y faire. Il se dit aussi, en termes de Marine, d'une Cloison étanche appliquée à la carène d'un navire pour isoler une voie d'eau que l'on veut réparer.

Littré (1872-1877)

BATARDEAU (ba-tar-dô) s. m.
  • Terre-plein, revêtu de briques ou de pierres, pour contenir les eaux d'une rivière ou d'un étang.

    Cloison d'ais et de terre glaise qu'on fait dans l'eau pour y bâtir, quand l'eau est épuisée.

    Terme de fortification. Massif de maçonnerie pour retenir l'eau d'un fossé.

    Terme de marine. Espèce de rempart en planches afin de préserver de l'eau un bâtiment couché pour le radoub.

HISTORIQUE

XIVe s. Pour la reparation du bastard, qui est rompu es fossez de la ville de Beaune, Du Cange, bastardus.

XVIe s. Aiant fait bien asseoir un bastardeau dans le cours de la riviere tout le travail des assiegeans fut tout noié, D'Aubigné, Hist. I, 299.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BATARDEAU, s. m. terme de riviere & de mer, c’est une espece de digue faite d’un double rang de pieux joints par des planches, & dont l’intervalle est rempli de terre ; on s’en sert pour detourner l’eau d’une riviere.

On donne aussi le nom de batardeau à une espece d’échafaut fait de quelques planches qu’on éleve sur le bord d’un vaisseau, pour empêcher l’eau d’entrer sur le pont, lorsqu’on couche le vaisseau sur le côté pour le radouber. (Z)

Batardeau (le) est, dans la Fortification, un massif de maçonnerie qui traverse toute la largeur du fossé : on le place ordinairement vis-à-vis les angles saillans des bastions & des demi-lunes, & sur le prolongement des capitales de ces ouvrages.

On fait des bâtardeaux dans les fossés d’une place, pour en retemir l’eau & empêcher qu’elle ne s’écoule par les endroits du fossé qui se trouvent plus bas que les autres.

Pour qu’un bâtardeau soit bon & solide, il doit avoir depuis 15 piés jusqu’à 18 piés d’épaisseur. On le construit vis-à-vis les angles saillans des ouvrages de la fortification ; parce que dans tout autre endroit il pourroit servir de couvert à l’ennemi dans le passage du fossé contre le feu de la place. Sa partie supérieure forme une espece de toît en dos d’âne, & elle se nomme la cape du bâtardeau. On construit sur le milieu de la cape une petite tour d’environ 6 ou 7 piés de hauteur, & d’autant de diametre ; elle sert à empêcher qu’on marche sur la cape, & elle s’oppose ainsi à la desertion des soldats. Voyez un bâtardeau en D, Pl. IV. de Fortific. fig. 3. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « batardeau »

(1446) De l’ancien français bastart (« digue »), de bâtir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ménage tire ce mot de bâton. Mais, vu l'exemple de bastard pour batardeau, et l'emploi très fréquent de bâtard en des sens divers (voy. DU CANGE, au mot bastardus, où l'on trouve : charrette bastarde ; coustel bastard ; un petit coustel bastardeau ; il tira le basta deau de sa dague ; moulin bastart), on peut croire qu'un batardeau a été dit pour digue bâtarde. Cependant Grandgagnage cite dans le patois wallon, bate avec le sens de fascinage au bord d'un cours d'eau pour en empêcher les empiétements ; il est à remarquer que l'Académie écrit batardeau, sans accent circonflexe remplaçant l's, ce qui s'accommoderait avec bate, mais ce qui est contraire à l'orthographe des anciens textes. On pourrait aussi penser, si on abandonnait le sens dérivé de bâtard, au radical bast, qui signifie soutenir, affermir, et qui se trouve dans bâtir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « batardeau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
batardeau batardo

Évolution historique de l’usage du mot « batardeau »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « batardeau »

  • Le batardeau est en cours de mise en place dans le lit du Salat pour que l’entreprise puisse travailler à sec. ladepeche.fr, Mazères-sur-Salat. Une passe à poissons à la centrale de Lasmartres - ladepeche.fr
  • Après le changement des joints de la porte du bassin à flot en mai, c’est au tour du batardeau servant à maintenir le port en eau en cas de dysfonctionnement des portes, de subir une inspection complète. Pour réaliser l’opération, l’imposante pièce en métal a été retirée de l’eau lundi par une grue télescopique de la société ADM Leroux. Le batardeau sera expertisé, nettoyé et si nécessaire réparé avant sa remise à l’eau. Le Telegramme, Le Télégramme - Perros-Guirec - Port du Linkin. Le batardeau en révision
  • Il fait la désolation des promeneurs et des pêcheurs. Il offre un spectacle calamiteux, indigne des ambitions touristiques de la Métropole. Pour cacher la misère, lors du Festival de Loire, il a fallu pomper l’eau dans la Loire et installer un batardeau au Cabinet Vert, inversant ainsi la situation de 1950 à 2008 : de l’eau sur Orléans, le désert à Saint-Jean-de-Braye. On nous annonce le retour des joutes, il conviendra que nos amis installent des roulettes à leurs bateaux. Quant à la chute des jouteurs, elle sera amortie par la vase et les algues qui s’accumulent là. Un vrai spectacle original qui fera la joie de tous. www.larep.fr, Les savoureux écrits de C’Nabum sur les canaux du Loiret - Orléans (45000)

Traductions du mot « batardeau »

Langue Traduction
Anglais cofferdam
Espagnol ataguía
Italien diga
Allemand damm
Portugais ensecadeiras e
Source : Google Translate API

Synonymes de « batardeau »

Source : synonymes de batardeau sur lebonsynonyme.fr

Batardeau

Retour au sommaire ➦

Partager