La langue française

Baille

Sommaire

  • Définitions du mot baille
  • Étymologie de « baille »
  • Phonétique de « baille »
  • Évolution historique de l’usage du mot « baille »
  • Citations contenant le mot « baille »
  • Images d'illustration du mot « baille »
  • Traductions du mot « baille »
  • Synonymes de « baille »

Définitions du mot baille

Trésor de la Langue Française informatisé

BAILLE, subst. fém.

A.− Sorte de baquet de bois plus large du fond que du haut qui servait à des usages divers dans la marine à voile. (Est signalé comme ,,vx`` ds Will. 1831) :
1. J'ordonnai donc de mettre des bailles pleines de braise sous le gaillard et dans l'entrepont où couchaient les équipages; ... Voyage de La Pérouse,t. 2, 1797, p. 132.
2. Gilliatt regretta de ne point avoir apporté son enclume. Comme il ignorait que la Durande avait été coupée en deux par la tempête, il avait espéré trouver la baille du charpentier et tout son outillage ordinairement logé dans la cale à l'avant. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 274.
Baille à brai. Baquet dans lequel on mettait le goudron destiné aux diverses opérations de calfatage.
Arg. ,,Bateau malpropre`` (Esn. 1966).
Baille à chaux :
3. Quelques-uns d'entre eux dénichèrent la baille à chaux sur le gaillard d'avant et s'en barbouillèrent complètement. Dumont d'Urville, Voyage au Pôle Sud,t. 5, 1843, p. 296.
Baille de combat :
4. Toutes les mèches allumées grésillaient, piquées dans chaque baille de combat portant le numéro de la pièce. J. de La Varende, Le Maréchal de Tourville et son temps,1943, p. 193.
Baille à déjection :
5. [Au fond de chaque case de forçats, à l'île Noir, était] une sorte de cabine (...) qui servait à renfermer les appareils de nettoyage (...) et ce qu'on appelait à Toulon les « bailles à déjection ». A. Humbert, Mon bagne,1880, p. 106.
Baille à drisse. Baquet en bois dans lequel on lave des drisses ou des manœuvres (Gruss 1952).
Baille à sonde. Baquet qui reçoit la ligne mouillée à laquelle est attachée la sonde (d'apr. Soé-Dup. 1906) :
6. Le peu de rhum et de gin que le timonier pouvait dérober au guet vigilant du capitaine, il le tenait en réserve dans ce coin mystérieux de la cale-à-l'eau, au fond d'une baille de sonde, et presque toutes les nuits il avait un rendez-vous amoureux avec cette cambuse. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 192.
Arg. La Sainte baille. ,,Le prélart dans lequel on baigne le néophyte au passage de la ligne`` (Mar., 1902 ds Esn. 1966).
Rem. On parle aussi de baille de distribution, de baille à lavale, de baille à incendie.
B.− P. anal.
1. ,,Baquet de blanchisseuse`` (Lar. 19e); attesté ds Guérin 1892, Nouv. Lar. ill..
2. ,,Cuve dans laquelle on fait fermenter le raisin`` (Lar. 19e); attesté ds Nouv. Lar. ill..
C.− Argot
1. Péj. Bateau en mauvais état, vieux rafiot.
Rem. Selon Barber. 1969 ,,on le compare ainsi à un baquet car en fait, dans l'ancienne marine, une baille était une barrique sciée par son milieu`` :
7. C'était pour la troisième, la quatrième fois qu'on était venu jeter l'ancre à Anvers. C'est moi qui accompagnais les émigrants de Libau à New-York et qui leur servais d'interprète. Le Volturno était une vieille baille noire tachée de minium qui allait chercher en Lettonie les émigrants les plus pauvres d'Europe pour les transporter à New-York, ... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 88.
Par antiphrase. ,,Baille (dans la marine, péjorativement, Bateau quelconque) est devenu l'appellation classique du prestigieux vaisseau-école, le Borda`` (R. Coindreau, L'École navale et ses traditions, L'Arg. Baille, 1957, p. 58) :
8. Le surnom de Baille [donné au vaisseau-école] ne date, semble-t-il, que de 1890, lors de l'entrée en service de l'Intrépide, comme vaisseau-école. R. Coindreau, L'École navale et ses traditions,L'Arg. Baille,1957, p. 58.
2. P. méton.
a) [Pris adjectivement inv.] (Surnom de l')École navale. ,,... qualificatif de tout ce qui concerne l'École Navale : ... unif-Baille, quette-Baille, tradi-Baille, chanson-Baille, père-Baille, fils-Baille, etc.``(R. Coindreau, L'École navale et ses traditions,L'Arg. Baille,1957, p. 58) :
9. Un élève de l'École Navale, pendant les dernières années du Borda, se nommait un type-Baille, terme qui avait remplacé (...) Bordachien ou Bordache (...) L'expression type-Baille n'a guère plus cours aujourd'hui. R. Coindreau, L'École navale et ses traditions,L'Arg. Baille,1957, p. 58.
b) L'eau :
10. Après avoir lesté le macchab, les tueurs l'avaient filé à la baille. Le Breton1960.
À la baille! Au bain! On dit aussi la grande baille (Mar. 1847 ds Esn. 1966) :
11. Où que t'as l'intention de le coller [le cadavre]? (...) Le Nord-Africain de la rue de la Goutte D'Or : À la baille! ... à la flotte! A. Le Breton, Du Rififi chez les hommes,1953, p. 207.
c) Eau, pluie. ,,Quérir de la baille`` (Auberges de la jeunesse,1951ds Esn. 1966).
PRONONC. : [baj]. (Barbeau-Rodhe 1930 [ba:j]).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Av. 1236 « gouvernante, gardienne, nourrice » (G. de Coincy, De l'Empereri qui garda sa chastée par moult temptacions, vers 1179-1181 ds Nouv. Rec. de fabl. et contes inéd., éd. Méon, Paris, 1823, tome 2 : Son seul enfant li donne et baille, N'ot onqes mès si riche baille Tel bajasse ne tel meschine); 1erquart xiiies. « sage-femme » (Dolopathos, éd. Brunet et de A. de Montaiglon, 323 ds T.-L. : Ne vost k'ele äust se li non De bailles a l'anfantement) − 1611, Cotgr.; repris par Guérin 1892 qui le donne comme ,,anc.``; 2. 1340 « baquet » (Actes Normands, 274 : deux bailles de vuiés oeint, X fès de cuir vers); 1382-84 (Comptes Clos Galées, 67); en partic. 1690 mar. (Fur. : Baille [...] est une espece de baquet fait d'un demi-tonneau, qui sert à divers usages sur les vaisseaux, et particulierement à mettre le breuvage qu'on donne aux matelots); d'où a) [1767 « l'eau, la mer » (à Brest, d'apr. Esn.)]; b) 1889 arg. « bateau en mauvais état » ([Pesch]. Hist. Éc. Nav., 328); c) 1919 « surnom donné à l'École navale » (G. Esnault, Commentaire de l'École navale et ses traditions, L'Argot Baille (R. Coindreau) lors du dépouillement...). 1 du b. lat. baiula (fém. de baiulus), littéralement « celle qui porte », attesté au sens de « nourrice, bonne d'enfant », 2emoitié du vies. (Grég. de Tours, Vit. patr., 6, praef. ds TLL, s.v. baiulus, 1687, 53); 2 bajula « chose qui porte », ici « récipient renfermant une substance » (720-799, Paulus Diaconus, Carm., 7, 6, 1 ds Mittellat. W. s.v., 1313, 50); peut-être neutre plur., devenu fém. sing. L'hyp. selon laquelle 2 serait un empr. à l'ital. baglia (Dauzat68) ne semble pas à retenir, l'ital. baglia, balia ne paraissant pas attesté en ce sens (Tomm.-Bell.; Batt.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 38.
BBG. − Coindreau (R.). L'Arg. de l'Éc. navale. Vie Lang. 1961, pp. 59-60.

Wiktionnaire

Nom commun

baille \baj\ féminin

  1. (Marine) Demi-futaille à un seul fond, en forme de baquet, qui sert à divers usages.
    • Baille des lignes de sonde, des huniers.
    • Il trouva dans les débris un ciseau à froid, tombé sans doute de la baille du charpentier, et dont il augmenta sa petite caisse d’outils. — (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, 1866)
    1. (Régionalisme) (Saint-Pierre et Miquelon) Beurrier, baquet à beurre.
      • Auparavant il aviont des bailles pour le beurre, il appeliont ça des beurriers, comme on dit un beurrier pour mettre sus la table. — (Patrice Brasseur, Jean-Paul Chauveau, Dictionnaire des régionalismes de Saint-Pierre et Miquelon, p. 55)
  2. (Marine)(Par métonymie)(Argot) Bateau en mauvais état, rafiot.
    • Si la baille coule, vous serez coupables. — (Paul Carell, Afrika Korps, 1960. Traduit de l’allemand.)
    • Il n’a pas eu de mal à trouver son équipage — pourtant on lui a confié une vieille baille, le Damoclès, un classique qui fait encore la morue salée (Il a fait peindre un œil sur sa proue, comme sur une jonque !) — et bien que ce soit son premier commandement de pêche. — (Pierre Schoendoerffer, Le Crabe-tambour, 1976, p. 105)
  3. (Marine)(Par métonymie) La mer.
    • À mon avis, notre inconnu s’est arrêté pour sortir le lieutenant de la… comment dites-vous, sergent ? De la baille. — (Dan Simmons, Endymion, 1995, traduit par Guy Abadia)
  4. (Par extension) Eau.
    • Mon Sarko était blême comme un HLM. Il a hésité un quart de seconde entre muter son flic à Romorantin et le foutre à la baille avec les appareils photos des deux paparazzi ou arrêter la marave. — (Jean-Michel Thénard & ‎Didier Hassoux, Comment j'ai sauvé le Président: Farces et attrapes de la Sarkozie, éd. Calmann-Lévy, 2012, chap. 6)
  5. (Marine) Compartiment de rangement.
  6. (Militaire) (Vieilli) (Désuet) Sorte d’ancien retranchement [1].
    •  (vérifier si ça illustre bien le sens du mot... à préciser ou à vérifier) La vaste cour que nous traversons est si bien garnie de toutes parts de plantes grasses, d’herbes et de feuillages, de cactus et d’aloès, de lauriers-cerises, de roses sauvages et de marguerites, qu’on jurerait qu’un printemps éternel a élu domicile dans cette enceinte, jadis la baille du château où se réunissait toute la gent de guerre. Cette cour, de par l’aide des vents du ciel et de par la négligence des hommes, était devenue naturellement jardin, un beau jardin fou dans lequel on voit bien que la châtelaine a fait tailler le moins possible et qu’elle n’a point tenté de ramener, trop brusquement, à la raison. — (Gaston Leroux, Le parfum de la dame en noir, 1908)

Forme de verbe

baille \baj\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de bailler.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de bailler.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de bailler.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de bailler.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de bailler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BAILLE (ba-ll', ll mouillées) s. f.
  • Terme de marine. Baquet qui sert à divers usages sur les vaisseaux.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BAILLE. - ÉTYM. Ajoutez : Les paysans de l'Angoumois disent un baille.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « baille »

Ital. baglia ; du bas-bret. bal (l mouillée), balek (l mouillée), baquet ; et aussi danois, balje ; suéd. bœlja, baquet ; anglais, pail.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du bas latin bajula (« récipient qui sert à porter quelque chose »), et féminin du latin classique bajulus (« porteur »).
De l'occitan balha (« baquet »)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « baille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baille baj

Évolution historique de l’usage du mot « baille »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baille »

  • On instruit toujours mal le lecteur, lorsqu'on le fait bailler. De Frédéric II
  • Certains éléments des aménagements sont aussi en aluminium, à l’instar de la console, des mains courantes, de l’échelle de bain etc. De plus, ce matériau donne à l’ensemble un sentiment de robustesse, sans pour autant être rustique comme certaines unités en aluminium à l’usage professionnel. Dans la partie avant, un petit coffre côtoie une baille à mouillage. , Essai Highfield Patrol HX66 - Un pneumatique en collaboration avec Honda - Voile & Moteur
  • Mais où s’arrêtera le chantier Grand ? Après le G750, c’est au tour du G850 de voir le jour. Ce navire amiral brille par l’espace disponible à bord et ses déplacements facilités par une console centrale. Le plan de pont est des plus classiques, avec un bain de soleil à l’avant et un carré arrière. Les coussins de la sellerie recouvrent un grand coffre au capot monté sur vérins et, dans son prolongement, une baille à mouillage où l’ancre traverse l’étrave. Le système électrique et les câbles qui commandent le guindeau sont apparents et auraient mérité une protection pour éviter tout dommage. , Essai Grand Golden Line G850 - Le plus grand semi-rigide de la gamme Grand - Voile & Moteur
  • Le fait de bailler peut être un signe d’ennui. Pourtant l’histoire des bâillements n’a rien d’ennuyeuse. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la bibliothèque du Congrès des États-Unis. Ainsi y apprend-on que le fait de se décrocher parfois la mâchoire intriguait déjà en son temps Hippocrate. Le père de la médecine, pensait que le bâillement précédait la fièvre et était un moyen de supprimer l’air vicié des poumons. Une théorie remise en question depuis. ladepeche.fr, Pourquoi bâille-t-on ? - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « baille »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « baille »

Langue Traduction
Anglais yawns
Espagnol bostezos
Italien sbadigli
Allemand gähnt
Chinois 打哈欠
Arabe تثاؤب
Portugais bocejos
Russe зевает
Japonais あくび
Basque yawns
Corse mannu
Source : Google Translate API

Synonymes de « baille »

Source : synonymes de baille sur lebonsynonyme.fr
Partager