La langue française

Badaud, badaude

Sommaire

Définitions du mot badaud, badaude

Trésor de la Langue Française informatisé

BADAUD, AUDE, subst. et adj.

I.− Emploi subst.
A.− Celui, celle qui s'arrête dans ses flâneries à regarder les spectacles les plus quelconques, en s'étonnant de tout, en admirant tout. Les badauds de Paris (Ac. 1798-1932, Besch. 1845); faire attrouper les badauds (Ac. 1835, 1878); c'est un vrai badaud, une vraie badaude (Lar. 19e) :
1. ... il [Chèbe] était devenu (...) un véritable oisif prenant le goût de la flâne, un badaud. A. Daudet, Fromont jeune et Risler aîné,1874, p. 18.
2. Des escamoteurs, des hercules arrivaient, qui étalaient sur la terre de l'avenue un tapis mangé d'usure. Alors, les badauds s'attroupaient, un cercle se formait, tandis que le saltimbanque, au milieu, jouait des muscles dans son maillot fané. Zola, L'Assommoir,1877, p. 713.
B.− Personne un peu sotte, manquant de jugement et de personnalité, qui croit tout ce qu'on lui dit, et s'empresse de suivre les idées des autres :
3. La position accidentelle du prince de Bénévent lui a permis de s'attribuer la puissance d'avoir renversé Napoléon et l'honneur d'avoir rétabli Louis XVIII; moi-même, comme tous les badauds, n'ai-je pas été assez niais pour donner dans cette fable! Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 4, 1848, p. 563.
4. ... Théophile Gautier possédait (...) cette fameuse qualité que les badauds de la critique s'obstinent à lui refuser : le sentiment. Baudelaire, L'Art romantique,1867, p. 538.
II.− Emploi adj. [En parlant de pers.]
A.− Qui manifeste une curiosité toujours en éveil et un peu niaise. C'est un homme très badaud (Ac. 1835-1932); curiosité badaude (DG) :
5. Antoine (...) ouvre une bouche badaude et part d'un jeune éclat de rire. Colette, L'Ingénue libertine,1909, p. 105.
6. Car le peuple de Paris est tant sot, tant badaud et tant inepte de nature, qu'un bateleur (...) assemblera plus de gens que ne ferait un bon prêcheur évangélique. A. France, Rabelais,1924, p. 45.
B.− Qui manifeste un esprit crédule et conformiste :
7. Aux yeux de l'immense et badaude majorité, la fugue est un morceau de musique impardonnable. Stendhal, Correspondance,t. 1, 1842, p. 304.
P. exagér. Sot, bête :
8. Quoi de plus difficile que d'apprendre à lire, et cependant les plus badauds savent lire. Stendhal, Correspondance,t. 1, 1842p. 44.
Rem. Badaud, benêt, nigaud, niais. ,,Le badaud est celui qui baye aux corneilles, qui s'arrête à toute chose, comme s'il n'avait jamais rien vu; le niais, comme le jeune oiseau qui sort pour la première fois de son nid, est sans expérience, et, en quoi que ce soit, il ne sait comment s'y prendre; le benêt est une créature bénite, simple, et qui fait ou croit tout ce qu'on veut. Le nigaud est celui qui s'attrape à toute chose, et qu'aussi par toute chose on attrape`` (Littré).
PRONONC. : [bado], fém. [-o:d]. Les dict. transcrivent la finale du masc. longue. Littré précise ,,le d ne se lie pas : le badaud est... dites : le ba-dô est... l's se lie au pluriel : les badauds à l'entour, dites : les ba-dô-z à l'entour``.
ÉTYMOL. ET HIST. A.− 1532 adj. « sot, niais » (Rabelais, Pantagruel, chap. 18, éd. Marty-Laveaux, t. 1, p. 310 : Ainsi tout le monde assemblé, Thaumaste les attendoit. Et lors que Pantagruel et Panurge arriverent à la salle, tous ces grimaulx, artiens, et Intrans commencerent frapper des mains comme est leur badaude coustume), uniquement chez Rabelais; repris au xviiies. : av. 1778 « qui regarde en manifestant une curiosité un peu niaise » (Voltaire, Vanité ds Littré : Et la vieille badaude, au fond de son quartier, Dans ses voisins badauds, voit l'univers entier). B.− 1552 subst. « celui que la curiosité arrête devant des spectacles futiles » (Jodelle, Eug., II, 2 ds Gdf. Compl. : Mais ores les meilleurs esprits Aiment mieux soldats devenir Qu'au rang des badauts se tenir). Empr. à l'a.prov. badau subst. « niaiserie » (1130-50 Marcabrus, Lo vers comens ds Rayn.), adj. « niais » (xiiies. T. de Bertrand et De Gausbert, Gausbert, ibid.), lui-même dér. du prov. badar « bâiller » (xiies. Peire Vidal, ibid.) d'où « rester bouche bée », issu du lat. batare (badin1*). Le suff. prov. -au (< lat. -alem) a été assimilé en lang. d'oïl au suff. -aud, fém. -aude.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 219. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 254, b) 373; xxes. : a) 367, b) 293.
BBG. − Boucher 1835. − Bruant 1901. − France 1907. − Le Roux 1752. − Sain. Lang. par. 1920, pp. 4-5. − Timm. 1892.

Wiktionnaire

Nom commun

badaud \ba.do\ masculin (pour une femme on dit : badaude)

  1. (Vieilli) (Désuet) Niais qui admire tout, s’amuse à tout, qui est d’une curiosité frivole.  [1]
    • Par ces temps de pantagruélisme, où le succès, chez nous, est aux bateleurs, où la gloire est aux clowns, où le trapèze de Léotard fait merveille, où Blondin triomphe sur la corde roide, les badauds des deux mondes trouveraient peut-être encore des émotions neuves au spectacle des exercices de force et d’adresse des Cingalais. — (Octave Sachot, L'Île de Ceylan et ses curiosités naturelles, 5e éd. augmentée et ornée de gravures, Paris : Victor Sarlit, 1869,p.23)
    • Un des derniers se vantait d’être,
      En éloquence si grand maître,
      Qu’il rendrait disert un badaud,
      Un manant, un rustre, un lourdaud.
      — (Jean de La Fontaine, Le Charlatan)
  2. Flâneur qui passe le temps en regardant tout ce qui lui semble extraordinaire ou nouveau. [2]
    • Tous les Parisiens sont des badauds quoique sur dix habitants de Paris il y ait neuf provinciaux. — (Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues, 1913)
    • On arriva sur une petite place circulaire, où étaient dressées quelques boutiques, un bal, un manège. Il n’y avait pas grande foule, quelques badauds seulement circulaient. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
    • Nous étions, en cet instant, comme des badauds qui lisent à l'extérieur la carte du restaurant et s’esbaudissent parce que tout alors paraît bon et possible. — (Pierre Sansot, Cahiers d’enfrance, Éditions Champ Vallon, 1989, p. 32)
    • Les deux complices se gondolaient en leur for intérieur et se payaient la poire des badauds s'imaginant que c'était arrivé. — (Louis Forton & ‎Yves Michon, La bande des Pieds-Nickelés : 3e série d'aventures, rééd. De Varly éditions, 2011, p.96)

Adjectif

badaud \ba.do\ masculin

  1. Dont la curiosité est un peu naïve.
    • C’est un homme très badaud.
    • Cette femme semble bien badaude, elle fera sans doute un bon client.

Forme de verbe

badaude \ba.dod\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe badauder.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe badauder.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe badauder.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe badauder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe badauder.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BADAUD (ba-dô, dô-d' ; le d ne se lie pas : le badaud est… dites : le ba-dô est… l's se lie au pluriel : les badauds à l'entour, dites : les ba-dô-z à l'entour) s. m.
  • Qui s'arrête à considérer tout ce qui lui semble nouveau. Les badauds de Paris, locution qui vient de ce que, à Paris comme dans les grandes villes, une foule s'amasse rapidement autour de quoi que ce soit. Tu seras des badauds en passant adoré, Régnier, Sat. XVI. L'espoir qui le domine, C'est, chez son vieux portier, De parler de la Chine Aux badauds du quartier, Béranger, Jean de Paris. Et la vieille badaude, au fond de son quartier, Dans ses voisins badauds voit l'univers entier, Voltaire, Vanité. Un troisième, moine et seigneur, dont les paysans sont mainmortables, attendait un arrêt du conseil qui le mît en possession de tout le bien d'un badaud de Paris qui, ayant par inadvertance demeuré un an et un jour dans une maison sujette à cette servitude, y était mort au bout de l'année, Voltaire, l'Homme aux quarante écus, aud. du contr. gén. Paris est un grand lieu plein de marchands mêlés… Et, parmi tant d'esprits plus polis et meilleurs, Il y croît des badauds autant et plus qu'ailleurs, Corneille, Menteur, I, 1. Le tout glacé, verni, blanchi, doré, Et des badauds à coup sûr admiré, Voltaire, Temple du goût.

SYNONYME

BADAUD, BENÊT, NIGAUD, NIAIS. L'étymologie, du moins pour les trois premiers, montre les nuances. Le badaud est celui qui baye aux corneilles, qui s'arrête à toute chose, comme s'il n'avait jamais rien vu ; le niais, comme le jeune oiseau qui sort pour la première fois de son nid, est sans expérience, et, en quoi que ce soit, il ne sait comment s'y prendre ; le benêt est une créature bénite, simple, et qui fait ou croit tout ce qu'on veut. Le nigaud est celui qui s'attrape à toute chose, et qu'aussi par toute chose on attrape.

HISTORIQUE

XVIe s. Car j'entends que plusieurs badaux S'en vont disant : ce n'est qu'ivrognerie Que les vaux-de-vire nouveaux, Jean le Houx, II. Reputez grands badaux, et caillettes, sots en latin et en françois, de l'avoir enduré, Sat. Mén. p. 83. Le fort de Gournay, qu'on appelle maintenant bridebadaut, ib. p. 155. Et ainsi le pauvre badaut de village s'en alla quitte…, Paré, XV, 28.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « badaud »

De l’ancien occitan badau avec substitution du suffixe -au par le suffixe français -aud.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, bader, bavarder ; wallon, bada, femme étourdie, évaporée ; provenç. badau, niaiserie, badoc, badin, badaul, baduel, niais. Ce mot, qui paraît n'être entré dans le français que tard, vient du provençal ; le provençal se rattache à un mot bas-latin, badare ou batare, qui signifie bâiller. Aller plus loin est difficile. Il y a dans le celtique : cornwall. badus, lunatique, bas-breton, bad, stupeur, étourdissement ; gaél. baodh, baoth, bâth, stupide, vain ; mais ces mots ne répondent pas à la signification primitive de badare, qui signifie bâiller.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « badaud »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
badaud bado

Évolution historique de l’usage du mot « badaud »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « badaud »

  • Prendre une photo, c'est une excuse pour être badaud. Je me donne l'impression de faire quelque chose donc j'ai moins mauvaise conscience. De William Klein
  • « Je souhaiterais répertorier le patrimoine de la commune de tout ordre (architectural, naturel, etc.) afin de pouvoir ensuite le mettre en valeur de différentes manières ; que chacun se sente fier d’être à Riantec. Une action qui viserait aussi à le faire connaître, ainsi que la culture bretonne, du plus grand nombre, même du badaud. Il faut aussi poursuivre ce qui a été initié par Réjine Le Normand, comme les actions autour de la poésie, les Mercredis sans chichis… » Le Telegramme, Fabienne Le Roc’h, nouvelle adjointe à la culture et au patrimoine - Riantec - Le Télégramme
  • Il y a eu des heurts dimanche soir à Paris, notamment aux Invalides, alors que les forces de l’ordre ont tenté de faire respecter les gestes barrières à de trop nombreux badauds, collés les uns contre les autres, sans masques. , Fête de la musique à Levallois-Perret : Patrick Balkany affole la toile - Swigg - La Radio 100% Rap Français
  • Vendredi 5 juin, un éboueur s'est suicidé dans sa tenue de travail. Cet homme de 46 ans qui travaillait depuis 26 ans dans les sociétés de collecte de déchets avait reçu sa lettre de licenciement le soir précédant. Pour son entreprise, il était « coupable » d’avoir accepté une bière offerte par un badaud, le remerciant pour son travail pendant le confinement... Révolution Permanente, Licencié, un éboueur en première ligne pendant le confinement se suicide
  • La nuit a aussi été favorable à ce type de violence. Sur l'Esplanade Charles de Gaulle samedi 30 mai, vers 3h45 du matin, plusieurs mineurs non accompagnés semblent tourner autour de noctambules, attirant l'attention des policiers de la Bac en patrouille qui les observent. Quand l'un d'eux s'approche d'un badaud sur l'esplanade et lui arrache sa chaîne de cou. Rapidement interpellé, les policiers découvrent aussi sur le suspect une carte bleue appartenant à une jeune fille. Le mineur non accompagné âgé de 14 ans a expliqué l'avoir récupérée au sol alors que d'autres jeunes fouillaient un sac volé. Le mis en cause avait visiblement été interpellé la veille pour le même genre de faits et remis en liberté en attendant son jugement. Il est de nouveau convoqué devant un juge des enfants pour y être mis en examen pour vol avec violence.  midilibre.fr, Montpellier : les vols avec violence en centre-ville, mineurs non accompagnés impliqués - midilibre.fr
  • Longtemps, le marcheur fut désargenté, vagabond, chemineau. Jusqu’à ce que la bonne société parisienne découvre les vertus de la promenade, à la fin du XVIe siècle. À mille lieues du touriste ultra-connecté d’aujourd’hui, le piéton du XIXe siècle avance le nez au vent. « Le flâneur furète, farfouille, cherche, musarde, folâtre, muse, vadrouille, badaude, baguenaude, bref il va et vient et se rassasie du spectacle permanent de la rue », note Balzac dans Physiologie du mariage. Thierry Paquot et Frédéric Rossi ont retenu trois textes de l’auteur de la Comédie humaine, dont une étrange Théorie de la démarche dans laquelle Balzac déploie son talent d’observateur et scrute les mouvements de ses contemporains. Dis-moi comment tu marches, je te dirai qui tu es. On reconnaît l’influence des travaux de classification des espèces de Cuvier, dont Balzac suivait les cours au Muséum d’histoire naturelle, et de la « physiognomonie » de Lavater, l’idée qu’on peut percevoir le caractère d’une personne en regardant son apparence… L'Humanité, Paris, capitale des flâneurs | L'Humanité

Images d'illustration du mot « badaud »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « badaud »

Langue Traduction
Anglais onlooker
Espagnol espectador
Italien spettatore
Allemand zuschauer
Chinois 围观者
Arabe المشاهد
Portugais espectador
Russe наблюдатель
Japonais 見物人
Basque onlooker
Corse telespettatore
Source : Google Translate API

Synonymes de « badaud »

Source : synonymes de badaud sur lebonsynonyme.fr
Partager