Aveugle : définition de aveugle


Aveugle : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AVEUGLE, adj. et subst.

I.− Adjectif
A.− [En parlant d'animés]
1. Sens physique. [En parlant d'une pers. ou d'un animal] Qui est privé de l'usage, plus rarement des organes, de la vue. Une personne aveugle; un cheval, un insecte aveugle; être, devenir aveugle :
1. Il portait le bât, le collier, tout le harnachement du cheval de labour. On voit au fond des caves, au Maroc, des meules tirées par des chevaux aveugles. Saint-Exupéry, Terre des hommes,1939, p. 248.
2. Faut-il rappeler aussi le cas bien connu de cette petite fille aveugle, sourde et muette, Helen Keller? Il offre l'extraordinaire expérience de la découverte du langage humain et de sa double fonction symbolique par un être privé des moyens normaux de communication avec autrui et avec le monde extérieur. Traité de sociol.,1968, p. 261.
ANATOMIE
a) Point aveugle. ,,Zone de la rétine dépourvue de cellules visuelles en face du nerf optique`` (Pt Lar. 1968).
b) Tache aveugle. ,,La tache aveugle de Mariotte (1668) correspond à un trou dans la vision dû à la papille optique ne contenant pas d'éléments de perception`` (Rav. 1970).
Proverbe. Changer son cheval borgne contre un aveugle. Empirer sa situation, sa condition.
P. métaph., pop. Bouillon, potage aveugle. ,,Potage qui devrait être gras, avoir des yeux de graisse, et qui est maigre`` (A. Delvau, Dict. de la lang. verte, 1866, p. 315).
2. Au fig. Qui manque de jugement, de discernement.
a) [En parlant d'une pers.] Qui refuse ou est incapable de voir la réalité, de se rendre à l'évidence :
3. À quelque foi qu'on appartienne, il faut être aveugle pour ne pas reconnaître une destination spéciale et providentielle ou naturelle dans ces forteresses élevées à l'embouchure et à l'issue de presque toutes les plaines de la Galilée et de la Judée. Lamartine, Voyage en Orient,t. 1, 1835, p. 307.
4. − J'ai été légère, c'est possible! s'exclama-t-elle les larmes aux yeux, j'étais aveugle. Mais tout ce que vous me dites me rend plus clairvoyante, et je ne veux plus encourir le même reproche. Theuriet, La Maison des deux barbeaux,1879, p. 118.
(Sourd et) aveugle à :
5. Pour sa formation artistique [de l'enfant], elle [cette réponse] demande à être examinée de près. Elle ne serait valable qu'en supposant l'enfant totalement soustrait aux influences autres que celles dont nous parlons, en l'imaginant sourd et aveugle à tout, sauf à ce que lui apporteront la mère et le pédagogue, en le considérant comme une matière vierge sur laquelle ne se graveront que des empreintes prévues et choisies à son intention. Arts et litt. dans la société contemp.,1935, p. 8008.
Proverbe. Pour faire bon ménage, il faut que l'homme soit sourd et la femme aveugle.
b) [En parlant de dispositions, du comportement, des sentiments, des passions] Qui dans ses manifestations n'est pas accompagné (généralement dans le sens de la modération) de réflexion, de jugement. Amour, réflexion, foi, soumission aveugle :
6. Je pense que la croyance aveugle dans le fait qui prétend faire taire la raison est aussi dangereuse pour les sciences expérimentales que les croyances de sentiment ou de foi, qui, elles aussi, imposent silence à la raison. C. Bernard, Introd. à l'étude de la méd. exp.,1865, p. 85.
c) [En parlant d'une force, d'une source d'énergie envisagée dans son action] Dont l'action n'est pas dirigée par une intelligence organisatrice, disposant les moyens en vue d'une fin :
7. ... la morale n'est qu'une entreprise désespérée (...) contre l'ordre universel, qui est la lutte, le carnage et l'aveugle jeu de forces contraires. A. France, Les Dieux ont soif,1912, p. 80.
8. « (...) La nature aveugle fait des cristaux, elle ne fait pas un outil; elle est géomètre, elle n'est pas artisane ... ». J. Rostand, La Vie et ses problèmes,1939, p. 182.
Proverbe. La fortune est aveugle. Elle distribue ses faveurs ou ses disgrâces au hasard, sans égard à la valeur des personnes.
B.− P. anal., TECHNOL.
1. [En parlant d'une opération envisagée dans son déroulement] Qui a lieu sans qu'elle puisse être vue.
a) CHIR. Opération aveugle. Opération effectuée sans que le chirurgien puisse voir la partie opérée.
b) MAR. Bombardement aveugle. ,,Bombardement exécuté sans vue directe de l'objectif, la navigation et la visée étant effectuées à l'aide des instruments de bord ou par guidage depuis des stations terrestres`` (Quillet 1965).
2. [En parlant de produits de l'industr.] Qui n'a pas d'ouverture, ne laisse pas passer la lumière.
a) ARCHIT. [En parlant d'un arc, d'une fenêtre, d'une galerie] Dont l'ouverture, seulement simulée par ses contours, est remplie de maçonnerie ou d'un autre matériau (d'apr. Barb.-Cad. 1963) :
9. Il n'a ni ces pinacles, ni ces clochetons, ni ces longues et étroites arcades aveugles qui amincissent et allègent les contreforts voisins. A. France, Pierre Nozière,1899, p. 245.
b) TRAV. PUBL. Bouclier aveugle : bouclier avançant, toutes pièces fermées (terrains fluides) (cf. Barb.-Cad. 1963).
P. anal., ANAT. [En parlant d'une cavité] ,,Qui se termine en cul de sac`` (Méd. Biol. t. 1 1970). Intestin aveugle, trou aveugle de l'os frontal, conduits aveugles de l'uretère :
10. ... il en persiste des restes sous la forme de canalicules flexueux aveugles à une extrémité, ... E. Perrier, Traité de zool.,t. 4, 1928-32, p. 3530.
II.− Substantif
A.− Personne privée du sens de la vue :
11. Ce qui nous manque nous attire. Personne n'aime le jour comme l'aveugle. Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 784.
12. Je ne vous parlerais pas ainsi si vous n'étiez pas marié. Mais on n'épouse pas une aveugle. Alors pourquoi ne pourrions-nous pas nous aimer? Gide, La Symphonie pastorale,1919, p. 911.
13. En France est considéré comme aveugle tout sujet dont la vision centrale après correction est nulle ou inférieure à 1/20ede la normale. Ordonnance du3 juill. 1945.
Aveugle-né. Celui qui est privé de la vue depuis sa naissance.
SYNT. Alphabet, caractères, institut, rééducation des aveugles; bâton, chien d'aveugle.
P. anal., rare. Personne privée de l'usage de quelques sens. ,,L'empire de la saveur a aussi ses aveugles et ses sourds`` (Brillat-Savarin ds Lar. 19e).
Rem. ,,Les poëtes désignent fréquemment par le nom d'aveugle Homère et Milton, qui étaient aveugles l'un et l'autre`` (Lar. 19e).
Loc. À l'aveugle, en aveugle(s). À la manière d'un aveugle, en agissant comme le ferait un aveugle :
14. « (...) Anthime! ... Allons-nous-en... Allons-nous-en! » Et il l'entraîna. Il l'entraîna par la descente, dans les rochers. Anthime butait contre les pierres, contre les racines, comme un homme ivre. A chaque faux pas, il se rapprochait de son père. Celui-ci le sentait près de lui, faiblissant, se rendait compte que, seul, il s'en fût sauvé à l'aveugle, devant lui. Ils allaient côte à côte, sans se rien dire. Châteaubriant, M. des Lourdines,1911, p. 220.
15. En haut lieu, on a cru pouvoir supprimer la sûreté; les exécutants du premier rang la rétabliront; ils n'avanceront pas en aveugles au milieu du danger, c'est humain; ... Foch, Des Principes de la guerre,1911, p. 232.
B.− P. méton. ou au fig. Personne qui n'a pas été éclairée par la connaissance, qui manque de jugement ou de lumière spirituelle :
16. Ma fille, reprit le père avec un doux sourire, qu'est-ce que cela auprès de ce qu'a enduré mon divin maître? Si les indiens idolâtres m'ont affligé, ce sont de pauvres aveugles que Dieu éclairera un jour. Je les chéris même davantage, en proportion des maux qu'ils m'ont faits. Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, 1803, p. 225.
17. ... voulez-vous hâter la victoire du Prince de la vie? Sachez-le : pour son triomphe, vos douleurs sont des armes toutes-puissantes, auprès desquelles l'éloquence et la science sont extrêmement peu de chose, car les cœurs incrédules peuvent résister à leurs témoignages, mais il y a un témoignage qui confond l'incrédule, il y a une démonstration trop rayonnante pour ne pas ouvrir les yeux des aveugles : c'est la résignation chrétienne. H. Monod, Sermons,1911, p. 162.
Loc. À l'aveugle, en aveugle :
18. C'était là sans doute leur récréation; de là, ils allaient chercher dans les nuages de l'Alsace ou du Schwarzwald l'horoscope de la Révolution qu'ils faisaient encore à l'aveugle. Michelet, Journal,1843, p. 530.
19. « Les modèles de l'Antiquité », doivent être « suivis non en aveugle, mais avec le discernement que les mœurs, les usages, les matériaux modernes comportent ». J. Viaux, Le Meubleen France,1962, p. 128.
Arg. Jouer en aveugle :
20. Jouer en aveugle. Se dit d'un novice qui n'est pas au courant de la partie, qui ignore le jeu [argot des joueurs]. G. Sandry, M. Carrère, Dict. de l'arg. mod.,1953, p. 232.
C.− Proverbes et expr. proverbiales. Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Il est impossible de convaincre celui qui est de parti pris. Au royaume des aveugles les borgnes sont rois. Avec un faible mérite on brille parmi les sots (J.-F. Rolland, Dict. du mauvais lang., 1813, p. 15). C'est un aveugle sans bâton. Il manque du nécessaire. C'est un aveugle qui en conduit un autre. Il est aussi imprudent et aussi malhabile que celui qu'il dirige.
PRONONC. : [avœgl̥]. Passy 1914 note une durée mi-longue pour la 2esyll. du mot. Enq. : /avøgl/.
ÉTYMOL. ET HIST. − xies. avogle « privé de la vue » (Alexis, str. 111a ds Gdf. Compl. : Surz ne avogles, ne contraiz ne leprus); xves. aveugle (Passion N. S., ap. Jubin., Myst., II, 190, ibid. : Malquin, se Dieu ne doinct santé, Jhesu te feroit buef ou vugle et sy te feroit bien aveugle Devenir par enchanterie). Orig. discutée. Les hyp. proposées, dont la synthèse a été faite par Deutschmann (Rom. Jahrb., t. 1, 1947-48, pp. 87-153), se groupent autour de deux étymons. I. Le plus vraisemblable est : le b.lat. ab oculis attesté au sens de « aveugle » dans un texte hagiographique du veou vies. (Actus Petri cum Simone, éd. Lipsius, cité par Rohlfs ds Mél. Wartburg, 1968, t. 2, p. 199 : 1. ecce subito de senioribus viduae Petro ignorante sedentes ab oculis [viduae ab oculis : veuves aveugles] non credentes, exclamaverunt...; 2. iacentibus autem nobis solae illae viduae stabant, quae erant ab oculis [illae viduae quae erant ab oculis : ces veuves qui étaient aveugles]; [cf. à l'encontre de l'existence même de ab oculis « aveugle » l'interprétation des ex. 1 et 2 par Heisig ds Rom. Forsch., t. 62, 1950, p. 69, qui, à tort semble-t-il, construit pour 1 viduae ab oculis sedentes et pour 2 solae illae stabant, quae viduae ab oculis erant, contrairement à Löfstedt, Syntactica, t. 2, 1933, p. 376, qui considère viduae comme un subst. fém. plur. « les veuves » et non comme un adj. régissant la prép. ab]). L'orig. de ab oculis, est contestée : il serait soit 1 issu, p. ell. de l'adj., d'une loc. viduus, vacuus ab oculis [supra] (FEW, 1rehyp., W. v. Wartburg ds R. de dialectologie romane, t. 3, 1911, p. 422) ou plus prob. orbus ab oculis (Rohlfs ds Arch. St. n. Spr., t. 190, 1945, p. 70; ce syntagme est à l'origine de l'évolution sém. de orbus de « privé de » à « aveugle » > a.fr. orb « aveugle »); soit 2, moins prob. un calque du gr. tardif α ̓ π ο ́ ο ̓ μ μ α ́ τ ω ν « aveugle » (Diez5, 2ehyp., Löfstedt, loc. cit., REW5, FEW 2ehyp.); à l'encontre de cette dernière hyp. la difficulté à rendre α ̓ π ο ́ par ab, ce dernier n'étant synon. de sine, absque, que très rarement et dans la lang. poétique (ves., Dracontius, vies., Corippus ds TLL s.v. ab, 40, 70), et le fait qu'il n'existe, semble-t-il, aucune expression des lang. rom. occid. empr. à la lang. jur. byzantine ou formée sur elle (Herzog ds Z. rom. Philol., t. 26, 1902, p. 732); 3. l'hyp. de ab oculis issu de absque oculis (Lerch ds Rom. Forsch., t. 60, 1947, p. 68) n'offre aucune vraisemblance sur le plan grammatical. Un ab-oculus formé à partir de ab « sans » (Diez5, 1rehyp.) n'est pas acceptable du point de vue morphol. (v. supra à propos du calque gr.). *Aboculus formé de ab au sens de « avec », d'où « avec un seul (?) œil » (Heisig ds Rom. Forsch., t. 62, 1950, p. 69) n'est pas vraisemblable. On peut considérer que dans aveugle la survivance du groupe lat. -cl-, conservé dans le fr. -gl- (à côté des formes pop. aveule, avule, etc., voir FEW, t. 24), résulte de l'emploi du mot surtout dans les milieux sav. (médecins, juristes, lang. relig., voir Deutschmann, loc. cit., p. 102, Lerch ds Rom. Forsch., t. 60, pp. 68 à 70 et EWFS2). II. Autre hyp. : l'adj. b.lat. alboculus, d'où par dissimilation *aboclus (proposé par Diez5, 3ehyp., Herzog loc. cit., Gerloff ds Z. rom. Philol., t. 30, 1906, p. 85 et EWFS2) issu du terme méd. albios oculus glosé staraplinter « affecté de la cataracte, aveugle » dans les Gloses de Cassel au ixes. (Diez, Anciens glossaires romans, 1870, p. 113 et Marchot ds Z. rom. Philol., t. 20, 1896, p. 84); s'y rattache le nom lat. de la maladie oculaire album oculi attesté par Pelagonius (Niedermann, Glotta, Zeitschrift für griechische und lateinische Sprache, t. 8, 1916-17, p. 229), dans la Mulomedicina de Chiron (Herzog ds Z. rom. Philol., t. 26, 1902, pp. 732-33) et sous la forme album in oculo par Columelle (Herzog, loc. cit.), tous dér. de albus « blanc » à cause de l'aspect blanchâtre de l'œil dans les affections ophtalmiques (à rapprocher du mot sav. mod. leukoma, leucome, v. Gerloff, loc. cit.). Cette hyp., certes recevable, (Herzog, loc. cit. et Deutschmann, loc. cit.) semble pourtant, en l'absence d'autres attest. que la forme isolée des Gloses de Cassel, et étant donné que *a(l)boculus n'aurait désigné qu'une maladie précise de l'œil mais non la cécité, moins fondée que l'étymon ab oculis.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 4 273. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 142, b) 6 049; xxes. : a) 5 562, b) 7 194.
BBG. − Alleau 1964. − Archéol. chrét. 1924. − Bach.-Dez. 1882. − Barb.-Cad. 1963. − Baudr. Pêches 1827. − Baulig 1956, p. 62. − Bible 1912. − Blanche 1857. − Bouillet 1859. − Bruant 1901. − Chabat 1881. − Chesn. 1857. − Darm. Vie 1932, p. 144. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 28. − Deutschmann (O.). Fr. aveugle. Ein Beitrag zur Methodik und Problematik etymologischer Forschung. Rom. Jahrb. 1947/48, t. 1, pp. 87-153. − Duch. 1967, § 13, 45, 50. − George 1970. − Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, pp. 14-15. − Gottsch. Redens. 1930, p. 49, 52, 142. − Gramm. t. 1 1789. − Heisig (K.). Zur Etymologie von fr. aveugle. Rom. Forsch. 1950, t. 62, pp. 69-74. − Lafon 1969. − Lar. méd. 1970. − Lerch (E.). Woher stammen aveugle und avec? Rom. Forsch. 1947, t. 60, pp. 68-70. − Le Roux 1752. − Littré-Robin 1865. − Malkiel (Y.). The Uniqueness and complexity of etymological solutions. Lingua. 1955/56, t. 5, pp. 236-239. − Marcel 1938. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Nysten 1824. − Pierreh. Suppl. 1926. − Pope 1961 [1952], § 638, 640. − Porot 1960. − Prév. 1755. − Privat-Foc. 1870. − Réau-Rond. 1951. − Rohlfs (G.). Traditionalismus und Irrationalismus in der Etymologie. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, pp. 198-202. − Rohlfs (G.). Zur Wortgeschichte von frz. aveugle. Arch. St. n. Spr. 1954, t. 190, pp. 70-73. − St-Edme t. 2 1825.

Aveugle : définition du Wiktionnaire

Adjectif

aveugle \a.vœɡl\ masculin et féminin identiques

  1. Privé du sens de la vue, en parlant d’une personne ou d’un animal.
    • Il est aveugle.
    • Un cheval aveugle.
    • Devenir aveugle.
  2. Qui n’a pas de fenêtre, en parlant d’une pièce ou d’un bâtiment.
    • Un couloir aveugle.
  3. (Figuré) Qualifie une personne à qui la passion trouble le jugement, ou qui manque de lumières, de raison.
    • Les amants sont aveugles. - Il faut être bien aveugle pour ne pas s’apercevoir de pièges aussi grossiers.
  4. Qualifie les passions qui troublent le jugement ou plus globalement des sentiments qui ne permettent pas la réflexion, l’examen critique.
    • De toutes les productions de l’imagination humaine, qui rendaient merveilleux le monde confus dans lequel vivait M. Bert Smallways, aucune était aussi étrange, aussi aveugle, aussi inquiétante, aussi fanatique, aussi bruyante, aussi dangereuse que la modernisation du patriotisme, amenée par la politique impérialiste et internationaliste. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 117 de l’éd. de 1921)
  5. Qui agit ou paraît agir sans aucun discernement.
    • Toi et moi, nous ne sommes que les instruments aveugles d’une fatalité irrésistible qui nous entraîne comme deux vaisseaux poussés l’un vers l’autre par la tempête, qui se heurtent, se brisent et périssent. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • L’espèce humaine elle-même, par ses déboisements acharnés au cours des siècles, a fini par créer des conditions telle que l’œuvre aveugle de la destruction de la montagne s’est trouvée accélérée. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Nom commun

aveugle \avœɡl\ masculin et féminin identiques

  1. Personne privée du sens de la vue.
    • Il faut que le fleuve se poursuive, à perte de vue, à perte de vue même pour les aveugles. — (Roland Giguère, « Yeux fixes » (poème), 1950.)
    • Ce qu’elle chantait – ah ! la fatale et maudite chanson ! –, c’était une vieille romance larmoyante et tendre, pareille à celles que les aveugles nasillent dans les rues. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • Tout le monde viendra me voir pendu,
      Sauf les aveugles, bien entendu.
      — (Georges Brassens, La Mauvaise Réputation, 1952)
  2. Nom vulgaire de l’orvet[1][2].
    • Malgré cette petite dissertation, nous concluons par orvet, l’aveugle, du v. fr. bien établi, orb, et l’orvert, norm. offre l’épenthèse de r. — (Mémoires de la Société d’archéologie, de littérature, sciences et arts d’Avranches, octobre 1888, page 51)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Aveugle : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AVEUGLE. adj. des deux genres
. Qui est privé du sens de la vue. Il est aveugle. Elle est aveugle. Une personne aveugle. Un cheval aveugle. Devenir aveugle. Aveugle de naissance ou Aveugle-né. Prov. et fig., Changer, troquer son cheval borgne contre un aveugle, Changer, par méprise, une chose défectueuse contre une autre plus défectueuse encore. Il se dit figurément d'une Personne à qui la passion trouble le jugement, ou qui manque de lumières, de raison. Les amants sont aveugles. L'ambition, la colère le rend aveugle. Chacun est aveugle dans sa propre cause. Aveugle sur ses défauts, il est clairvoyant sur ceux des autres. Il faut être bien aveugle pour ne pas s'apercevoir de pièges aussi grossiers. Il se dit aussi des Passions mêmes qui troublent le jugement, qui privent de lumières, de raison. Désir aveugle. Ambition aveugle. Amour aveugle. Fureur aveugle. Il se dit également des Dispositions, des sentiments qui ne permettent pas la réflexion, l'examen. Obéissance aveugle. Soumission aveugle. Complaisance aveugle. Zèle aveugle. Confiance aveugle. Une foi aveugle en quelqu'un, dans ce que dit quelqu'un. La haine est aveugle. Il se dit encore de Ce qui agit ou paraît agir sans aucun discernement. Il fut l'aveugle instrument de leur vengeance. Le hasard, cette puissance aveugle qui... Fig., Le sort est aveugle, la fortune est aveugle, Souvent le sort, la fortune favorise des personnes qui ne le méritent point. Il est aussi nom des deux genres. Un aveugle. Une jeune aveugle. Mener un aveugle. Le chien de l'aveugle. Institution des Jeunes Aveugles. Maison de rééducation des aveugles de guerre. Fig., Crier comme un aveugle qui a perdu son bâton, Crier bien fort pour quelque mal léger. Prov. et fig., Au royaume des aveugles les borgnes sont rois, Les personnes d'un mérite médiocre ne laissent pas de briller lorsqu'elles se trouvent parmi des ignorants ou des sots. Fig., Juger d'une chose comme un aveugle des couleurs, En juger sans en avoir aucune connaissance. Fig., C'est un aveugle qui en conduit un autre, se dit d'une Personne qui ne montre pas plus de prudence ou d'habileté que celle dont elle s'est chargée de diriger les actions.

À L'AVEUGLE, EN AVEUGLE, loc. adv. À la manière d'un aveugle, sans lumières ou sans réflexion. Il agit à l'aveugle, en aveugle. Juger en aveugle.

Aveugle : définition du Littré (1872-1877)

AVEUGLE (a-veu-gl') adj.
  • 1Qui est privé de la vue. Être aveugle. Devenir aveugle. Il fut aveugle pendant sa vieillesse. Son esprit ne saurait jamais rien produire que des avortons aveugles et imparfaits, Boileau, Longin, Sublime, 12. Ce n'est pas l'amour qu'il fallait peindre aveugle, c'est l'amour-propre, Voltaire, Lettr. Damilaville, 11 mai 1764.

    Poétiquement et par extension. Sombre nuit, aveugles ténèbres, Fuyez, le jour s'approche, et l'olympe blanchit, Racine, à laudes, nox.

  • 2Dont la raison est obscurcie. L'amour rend aveugle. Être aveugle sur ses défauts. Je me trouve bien aveugle d'avoir si peu prévu ce qui nous menaçait. Je ne suis pas ensemble aveugle et téméraire ; Je connais bien l'erreur que l'amour m'a fait faire, Malherbe, V, 30. Les hommes sont aveugles et sur le bien et sur le mal, Fénelon, Tél. XVIII. Les Romains, les Grecs étaient les plus aveugles sur la religion, Bossuet, Hist. II, 5. [Il] Déchaîne contre moi ce prophète imposteur, Aveugle sur mon sort, sur le sort de l'empire, Mais non sur l'intérêt, le seul dieu qui l'inspire, Voltaire, Œdipe, II, 2. Ou plutôt trop aveugle ministre, Racine, Baj. IV, 7. Dieu veut qu'on espère en son soin paternel ; Il ne recherche point, aveugle en sa colère, Sur le fils qui le craint l'iniquité du père, Racine, Athal. I, 2.
  • 3Qui offusque l'entendement. Fureur aveugle. Mouvement aveugle. Emportement aveugle. Ambition aveugle et effrénée.
  • 4Qui agit sans discernement. La force aveugle. Le hasard, aveugle et farouche divinité, préside au cercle des joueurs, La Bruyère, 6. Vous les verrez soumis rapporter dans Bysance L'exemple d'une aveugle et basse obéissance, Racine, Baj. I, 1. Mais me réponds-tu bien de leur aveugle zèle ? Voltaire, Mérope, I, 4.
  • 5 Terme de commerce. Tapis aveugles, grands tapis de Smyrne dont le travail n'a pas bien rendu le dessin.

    En anatomie, on a dit quelquefois l'intestin aveugle pour le caecum.

  • 6 Substantivement. Les aveugles ont le tact singulièrement exercé. Si pourtant il est permis à un aveugle de chercher son chemin à tâtons, Voltaire, Memmius, XI.

    Aveugle-né, s. et adj. Aveugle de naissance qui n'a jamais vu la lumière. Les aveugles-nés. Un enfant aveugle-né. Une femme aveugle-née.

    Jeu des aveugles, jeu analogue au jeu d'oie.

    Crier comme un aveugle qui a perdu son bâton, crier bien fort pour peu de chose.

    Juger d'une chose comme un aveugle des couleurs, en juger sans y rien connaître.

    Fig. C'est un aveugle qui en conduit un autre, se dit d'une personne aussi imprudente et aussi malhabile que celle qu'elle dirige.

  • 7Aveugle, s. m. Un des noms vulgaires de l'anguis fragile (ophidiens) dit aussi orvet, serpent aveugle et envoye.
  • 8À l'aveugle, en aveugle, loc. adv. Sans réflexion, sans discernement. Quand une fois on a trouvé le moyen de prendre la multitude par l'appât de la liberté, elle suit en aveugle, pourvu qu'elle en entende seulement le nom, Bossuet, Reine d'Anglet. Je marche en aveugle, sans savoir ma destinée, Sévigné, 362. À son mauvais destin en aveugle obéit, Corneille, Pomp. II, 2. Puisque après tant d'efforts ma résistance est vaine, Je me livre en aveugle au transport qui m'entraîne, Racine, Andr. I, 1. Quelle ardeur inquiète Parmi vos ennemis en aveugle vous jette ? Racine, Brit. I, 3.

PROVERBES

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois, c'est-à-dire parmi des gens ignorants ou incapables, un peu de savoir ou de capacité suffit pour procurer la prééminence.

Troquer son cheval borgne contre un aveugle, c'est-à-dire faire un mauvais marché, empirer sa condition.

HISTORIQUE

XIIIe s. Si aveugle qu'il ne gardoient à Dieu n'a ses comendemenz, Psautier, f° 86. Li Dieu des paiens sunt mu et avugle, ib. f° 117. Longis, qui de Grece fu nés, Aveules fu, bien le savés, Vie de J. C. dans DU CANGE, avoculatus. Li mort en sont ressuscité, li avule renluminé, ib. On ne doit laissier le [la] garde des enfans sous-aagiés ne des orfelins à nului qui seit mal renommés de vilain cas, ne à nul fol naturel, ne à nul awgle, Beaumanoir, XV, 32. Toutes voies ne volons nous pas qu'on mete en tex offices faus [fous], ne mellix [querelleurs], ne sours, n'avegles, Beaumanoir, LIV, 12.

XIVe s. Nul ne doit improperer ou reprocier à un homme ce que il est aveugley, se il est tel de nature, Oresme, Eth. 74.

XVIe s. Borgne est roy entre aveugles, H. Estienne, Précell. p. 180. Il estoit à craindre que, la nuit venant à les surprendre, on ne se battroit qu'à l'aveugle, Mém. s. du G. ch. 10. L'ignorance oste la veue de l'entendement à ceulx qui en sont entachez, tout ne plus ne moins que ne fait l'aveuglement la veuë des yeux corporelz à ceulx qui sont aveugles, Amyot, Lysand. 34. Le malade demeurera aveugle de cest œil, Paré, XV, 10.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Aveugle : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

AVEUGLE, adj. pris subst. se dit d’une personne privée de la vûe. Cette privation devroit, suivant l’analogie, s’appeller aveuglement ; mais ce mot n’est usité que dans un sens moral & figuré, & ce n’est pas le seul de notre langue qui ne se prenne que dans un sens métaphorique ; bassesse est de ce nombre. La privation de la vûe est appellée par quelques écrivains cécité, du mot Latin cœcitas, qui vient de cœcus, aveugle ; & ce mot, qui est commode, nous paroît mériter d’être adopté.

On peut être aveugle de naissance, ou le devenir soit par accident, soit par maladie. Notre dessein n’est point ici de traiter des maladies ou des causes qui occasionnent la perte de la vûe, & qu’on trouvera dans ce Dictionnaire à leurs articles : nous nous contenterons de faire des réflexions philosophiques sur la cécité, sur les idées dont elle nous prive, sur l’avantage que les autres sens peuvent en retirer, &c.

Il est d’abord évident que le sens de la vûe étant fort propre à nous distraire par la quantité d’objets qu’il nous présente à la fois, ceux qui sont privés de ce sens doivent naturellement, & en général, avoir plus d’attention aux objets qui tombent sous leurs autres sens. C’est principalement à cette cause qu’on doit attribuer la finesse du toucher & de l’oüie, qu’on observe dans certains aveugles, plûtôt qu’à une supériorité réelle de ces sens par laquelle la nature ait voulu les dédommager de la privation de la vûe. Cela est si vrai, qu’une personne devenue aveugle par accident, trouve souvent dans le secours des sens qui lui restent, des ressources dont elle ne se doutoit pas auparavant. Ce qui vient uniquement de ce que cette personne étant moins distraite, est devenue plus capable d’attention : mais c’est principalement dans les aveugles nés qu’on peut remarquer, s’il est permis de s’exprimer ainsi, les miracles de la cécité.

Un auteur anonyme a publié sur ce sujet, en 1749, un petit ouvrage très-philosophique & très-bien écrit, intitulé Lettres sur les aveugles, à l’usage de ceux qui voyent ; avec cette épigraphe, possunt, nec posse videntur, qui fait allusion aux prodiges des aveugles nés. Nous allons donner dans cet article l’extrait de cette lettre, dont la métaphysique est par-tout très fine & très-vraie, si on en excepte quelques endroits qui n’ont pas un rapport immédiat au sujet, & qui peuvent blesser les oreilles pieuses.

L’auteur fait d’abord mention d’un aveugle né qu’il a connu, & qui vraissemblablement vit encore. Cet aveugle qui demeure au Puisaux en Gatinois, est Chimiste & Musicien. Il fait lire son fils avec des caracteres en relief. Il juge fort exactement des symmétries : mais on se doute bien que l’idée de symmétrie qui pour nous est de pure convention à beaucoup d’égards, l’est encore d’avantage pour lui.

Sa définition du miroir est singuliere ; c’est, dit-il, une machine par laquelle les choses sont mises en relief hors d’elles-mêmes. Cette définition peut être absurde pour un sot qui a des yeux ; mais un philosophe, même clairvoyant, doit la trouver bien subtile & bien suprenante. « Descartes, aveugle né, dit notre auteur, auroit dû, ce me semble, s’en applaudir. En effet quelle finesse d’idées n’a t-il pas fallu pour y parvenir ? Notre aveugle n’a de connoissance que par le toucher ; il sait sur le rapport des autres hommes, que par le moyen de la vûe on connoît les objets, comme ils lui sont connus par le toucher, du moins c’est la seule notion qu’il puisse s’en former ; il sait de plus qu’on ne peut voir son propre visage, quoiqu’on puisse le toucher. La vûe, doit-il conclurre, est donc une espece de toucher qui ne s’étend que sur les objets différens de notre visage & éloignés de nous. D’ailleurs le toucher ne lui donne l’idée que du relief. Donc, ajoûte-t-il, un miroir est une machine qui nous met en relief hors de nous-mêmes ». Remarquez bien que ces mots en relief ne sont pas de trop. Si l’aveugle avoit dit simplement, nous met hors de nous-mêmes, il auroit dit une absurdité de plus : car comment concevoir une machine qui puisse doubler un objet ? le mot de relief ne s’applique qu’à la surface ; ainsi nous mettre en relief hors de nous-mêmes, c’est mettre seulement la représentation de la surface de notre corps hors de nous. L’aveugle a dû sentir par le raisonnement que le toucher ne lui représente que la surface des corps ; & qu’ainsi cette espece de toucher qu’on appelle vûe, ne donne l’idée que du relief ou de la surface des corps, sans donner celle de leur solidité, le mot de relief ne désignant ici que la surface. J’avoüe que la définition de l’aveugle, même avec cette restriction, est encore une énigme pour lui : mais du moins on voit qu’il a cherché à diminuer l’énigme le plus qu’il étoit possible.

On juge bien que tous les phénomenes des miroirs & des verres qui grossissent ou diminuent, ou multiplient les objets, sont des mysteres impénétrables pour lui. « Il demanda si la machine qui grossit les objets étoit plus courte que celle qui les rappetisse ; si celle qui les rapproche étoit plus courte que celle qui les éloigne ; & ne comprenant point comment cet autre nous-mêmes, que selon lui, le miroir repete en relief, échappe au sens du toucher : voilà, disoit-il, deux sens qu’une petite machine met en contradiction ; une machine plus parfaite les mettroit peut-être d’accord ; peut-être une troisieme plus parfaite encore & moins perfide, les feroit disparoître & nous avertiroit de l’erreur ». Quelles conclusions philosophiques un aveugle né ne peut-il pas tirer de là contre le témoignage des sens !

Il définit les yeux, un organe sur lequel l’air fait l’effet d’un bâton sur la main. L’auteur remarque que cette définition est assez semblable à celle de Descartes, qui dans sa Dioptrique compare l’œil à un aveugle qui touche les corps de loin avec son bâton : les rayons de la lumiere sont le bâton des clairvoyans. Il a la mémoire des sons à un degré surprenant, & la diversité des voix le frappe autant que celle que nous observons dans les visages.

Le secours qu’il tire de ses autres sens, & l’usage singulier qu’il en fait au point d’étonner ceux qui l’environnent, le rend assez indifférent sur la privation de la vûe. Il sent qu’il a à d’autres égards des avantages sur ceux qui voyent ; & au lieu d’avoir des yeux, il dit qu’il aimeroit bien autant avoir de plus longs bras, s’il en étoit le maître.

Cet aveugle adresse au bruit & à la voix très-sûrement : il estime la proximité du feu au degré de la chaleur, la plénitude des vaisseaux au bruit que font en tombant les liqueurs qu’il transvase, & le voisinage des corps à l’action de l’air sur son visage : il distingue une rue d’un cul-de-sac ; ce qui prouve bien que l’air n’est jamais pour lui dans un parfait repos, & que son visage ressent jusqu’aux moindres vicissitudes de l’atmosphere. Il apprécie à merveille le poids des corps, & les capacités des vaisseaux ; & il s’est fait de ses bras des balances fort justes, & de ses doigts des compas presque infaillibles. Le poli des corps n’a guere moins de nuances pour lui, que le son de la voix : il juge de la beauté par le toucher ; & ce qu’il y a de singulier, c’est qu’il fait entrer dans ce jugement la prononciation & le son de la voix. Il fait de petits ouvrages au tour & à l’aiguille, il nivelle à l’équerre, il monte & démonte les machines ordinaires : il exécute un morceau de musique, dont on lui dit les notes & les valeurs ; il estime avec beaucoup plus de précision que nous la durée du tems, par la succession des actions & des pensées.

Son aversion pour le vol est prodigieuse, sans doute à cause de la difficulté qu’il a de s’appercevoir quand on le vole : il a peu d’idée de la pudeur, ne regarde les habits que comme propres à garantir des injures de l’air, & ne comprend pas pourquoi on couvre plûtôt certaines parties du corps que d’autres. Diogene, dit l’auteur que nous abrégeons, n’auroit point été pour notre aveugle un philosophe. Enfin les apparences extérieures du faste qui frappent si fort les autres hommes, ne lui en imposent en aucune maniere. Cet avantage n’est pas à mépriser.

Nous passons sous silence un grand nombre de réflexions fort subtiles que fait l’auteur de la lettre, pour en venir à ce qu’il dit d’un autre aveugle très célebre ; c’est le fameux Saunderson, professeur de Mathématiques à Cambridge en Angleterre, mort il y a quelques années. La petite vérole lui fit perdre la vûe dès sa plus tendre enfance, au point qu’il ne se souvenoit point d’avoir jamais vû, & n’avoit pas plus d’idées de la lumiere qu’un aveugle né. Malgré cette privation, il fit des progrès si surprenans dans les Mathématiques, qu’on lui donna la chaire de professeur de ces sciences dans l’université de Cambridge. Ses leçons étoient d’une clarté extrème. En effet il parloit à ses éleves comme s’ils eussent été privés de la vûe. Or un aveugle qui s’exprime clairement pour des aveugles, doit gagner beaucoup avec des gens qui voyent. Voici comment il faisoit les calculs, & les enseignoit à ses disciples.

Imaginez un quarré de bois (Pl. arith. & algébriq. fig. 14.) divisé par des lignes perpendiculaires en quatre autres petits quarrés ; supposez ce quarré percé de neuf trous, capables de recevoir des épingles de la même longueur & de la même grosseur, mais dont les unes ayent la tête plus grosse que les autres.

Saunderson avoit un grand nombre de ces petits quarrés, tracés sur une grande table. Pour désigner le chiffre 0, il mettoit une épingle à grosse tête au centre d’un de ces quarrés, & rien dans les autres trous. (Voyez fig. 15.) Pour désigner le nombre 1, il mettoit une épingle à petite tête au centre d’un petit quarré. Pour désigner le nombre 2, il mettoit une épingle à grosse tête au centre, & au-dessus dans la même ligne, une petite épingle dans le trou correspondant. Pour désigner 3, la grosse épingle au centre, & la petite dans le trou au-dessus à droite ; & ainsi de suite, comme on le voit fig. 15. où les gros points noirs marquent les grosses épingles, & les petits, les petites épingles. Ainsi Saunderson en mettant le doigt sur un petit quarré, voyoit tout d’un coup le nombre qu’il représentoit ; & en jettant les yeux sur la fig. 16. on verra comment il faisoit ses additions par le moyen de ces petits quarrés. Cette figure 16. représente l’addition suivante.

1 2 3 4 5
2 3 4 5 6
3 4 5 6 7
4 5 6 7 8
5 6 7 8 9
6 7 8 9 0
7 8 9 0 1
8 9 0 1 2
9 0 1 2 3

En passant successivement les doigts sur chaque rangée verticale de haut en bas, il faisoit l’addition à la maniere ordinaire, & marquoit le résultat par des épingles mises dans de petits quarrés, au bas des nombres susdits.

Cette même table remplie de petits quarrés, lui servoit à faire des démonstrations de Géométrie. Il disposoit les grosses épingles dans les trous, de maniere qu’elles avoient la direction d’une ligne droite, ou qu’elles formoient un polygone, &c.

Saunderson a encore laissé quelques machines qui lui facilitoient l’étude de la Géométrie : mais on ignore l’usage qu’il en faisoit.

Il nous a donné des élémens d’Algebre, auxquels on n’a rien publié de supérieur dans cette matiere : mais, comme l’observe l’auteur, des élémens de Géométrie de sa façon auroient encore été plus curieux. Je sai d’une personne qui l’a connu, que les démonstrations des propriétés des solides qui coutent ordinairement tant de peine, à cause du relief des parties, n’étoient qu’un jeu pour lui. Il se promenoit dans une pyramide, dans un icosahedre, d’un angle à un autre, avec une extrème facilité ; il imaginoit dans ces solides, différens plans & differentes coupes sans aucun effort. Peut-être par cette raison, les démonstrations qu’il en auroit données, auroient-elles été plus difficiles à entendre, que s’il n’eût pas été privé de la vûe : mais ses démonstrations sur les figures planes auroient été probablement fort claires, & peut-être fort singulieres : les commençans & les philosophes en auroient profité.

Ce qu’il y a de singulier, c’est qu’il faisoit des leçons d’Optique : mais cela ne paroîtra surprenant qu’à la multitude. Les Philosophes concevront aisément qu’un aveugle, sans avoir d’idée de la lumiere & des couleurs, peut donner des leçons d’Optique ; en prenant, comme font les Géometres, les rayons de lumiere pour des lignes droites, qui doivent être disposées suivant certaines lois, pour produire les phénomenes de la vision, ou ceux des miroirs & des verres.

Saunderson, en parcourant avec les mains une suite de médailles, discernoit les fausses, même lorsqu’elles étoient assez bien contrefaites pour tromper les bons yeux d’un connoisseur. Il jugeoit de l’exactitude d’un instrument de mathématique, en faisant passer ses doigts sur les divisions. Les moindres vicissitudes de l’atmosphere l’affectoient, comme l’aveugle dont nous avons parlé ; & il s’appercevoit, sur-tout dans les tems calmes, de la présence des objets peu éloignés de lui. Un jour qu’il assistoit dans un jardin à des observations astronomiques, il distingua par l’impression de l’air sur son visage, le tems où le soleil étoit couvert par des nuages ; ce qui est d’autant plus singulier, qu’il étoit totalement privé, non-seulement de la vûe, mais de l’organe.

Je dois avertir ici que la prétendue histoire des derniers momens de Saunderson, imprimée en Anglois selon l’auteur, est absolument supposée. Cette supposition que bien des érudits regardent comme un crime de lese-érudition, ne seroit qu’une plaisanterie, si l’objet n’en étoit pas aussi sérieux.

L’auteur fait ensuite mention en peu de mots, de plusieurs autres illustres aveugles qui, avec un sens de moins, étoient parvenus à des connoissances surprenantes ; & il observe, ce qui est fort vraissemblable, que ce Tiresie, qui étoit devenu aveugle pour avoir lû dans les secrets des dieux, & qui prédisoit l’avenir, étoit, selon toutes les apparences, un grand philosophe aveugle, dont la fable nous a conservé la mémoire ? Ne seroit-ce point peut-être un astronome très-fameux, qui prédisoit les éclipses (ce qui devoit paroître très-singulier à des peuples ignorans) & qui devint aveugle sur la fin de ses jours, pour avoir trop fatigué ses yeux à des observations subtiles & nombreuses, comme Galilée & Cassini ?

Il arrive quelquefois qu’on restitue la vûe à des aveugles nés : témoin ce jeune homme de treize ans, à qui M. Cheselden, célebre Chirurgien de Londres, abattit la cataracte qui le rendoit aveugle depuis sa naissance. M. Cheselden ayant observé la maniere dont il commençoit à voir, publia dans le n°. 402 des Transactions philosophiques, & dans le 55e art. du Tatler, c’est-à-dire du Babillard) les remarques qu’il avoit faites à ce sujet. Voici ces remarques, extraites du 3e volume de l’Histoire naturelle, de Mrs. de Buffon & d’Aubenton. Ce jeune homme, quoiqu’aveugle, pouvoit distinguer le jour de la nuit, comme tous ceux qui sont aveugles par une cataracte. Il distinguoit même à une forte lumiere, le noir, le blanc. & l’écarlate : mais il ne discernoit point la forme des corps. On lui fit d’abord l’opération sur un seul œil : au moment où il commença de voir, tous les objets lui parurent appliqués contre ses yeux. Les objets qui lui étoient les plus agréables, sans qu’il pût dire pourquoi, étoient ceux dont la forme étoit réguliere ; il ne reconnoissoit point les couleurs qu’il avoit distinguées à une forte lumiere étant aveugle ; il ne discernoit aucun objet d’un autre, quelque différentes qu’en fussent les formes : lorsqu’on lui présentoit les objets qu’il connoissoit auparavant par le toucher, il les considéroit avec attention pour les reconnoître une autre fois ; mais bientôt il oublioit tout, ayant trop de choses à retenir. Il étoit fort surpris de ne pas trouver plus belles que les autres, les personnes qu’il avoit aimées le mieux. Il fut long-tems sans reconnoître que les tableaux représentoient des corps solides, il les regardoit comme des plans différemment colorés : mais lorsqu’il fut détrompé, & qu’en y portant la main, il ne trouva que des surfaces, il demanda si c’étoit la vûe ou le toucher qui trompoit. Il étoit surpris qu’on pût faire tenir dans un petit espace la peinture d’un objet plus grand que cet espace ; par exemple, un visage dans une miniature ; & cela lui paroissoit aussi impossible que de faire tenir un boisseau dans une pinte. D’abord il ne pouvoit souffrir qu’une très-petite lumiere, & voyoit tous les objets fort gros : mais les premiers se rapetissoient à mesure qu’il en voyoit de plus gros. Quoiqu’il sût bien que la chambre où il étoit, étoit plus petite que la maison, il ne pouvoit comprendre comment la maison pouvoit paroître plus grande que la chambre. Avant qu’on lui eût rendu la vûe, il n’étoit pas fort empressé d’acquérir ce nouveau sens, il ne connoissoit point ce qui lui manquoit, & sentoit même qu’il avoit à certains égards des avantages sur les autres hommes : mais à peine commença-t-il à voir distinctement, qu’il fut transporté de joie. Un an après la premiere opération, on lui fit l’opération sur l’autre œil, & elle réussit également ; il vit d’abord de ce second œil les objets beaucoup plus gros que de l’autre ; mais cependant moins gros qu’il ne les avoit vûs du premier œil ; & lorsqu’il regardoit le même objet des deux yeux à la fois, il disoit que cet objet lui paroissoit une fois plus grand qu’avec son premier œil tout seul.

M. Cheselden parle d’autres aveugles nés, à qui il avoit abattu de même la cataracte, & dans lesquels il avoit observé les mêmes phénomenes, quoiqu’avec moins de détail : comme ils n’avoient pas besoin de faire mouvoir leurs yeux pendant leur cécité, ce n’étoit que peu à peu qu’ils apprenoient à les tourner vers les objets.

Il résulte de ces expériences, que le sens de la vûe se perfectionne en nous petit-à petit ; que ce sens est d’abord très-confus, & que nous apprenons à voir, à peu près, comme à parler. Un enfant nouveau né, qui ouvre pour la premiere fois les yeux à la lumiere, éprouve sans doute toutes les mêmes choses, que nous venons d’observer dans l’aveuglé né. C’est le toucher, & l’habitude, qui rectifient les jugemens de la vûe. Voyez Toucher.

Revenons présentement à l’auteur de la lettre sur les aveugles : « On cherche, dit-il, à restituer la vûe à des aveugles nés ; pour examiner comment se fait la vision : mais je crois qu’on pourroit profiter autant, en questionnant un aveugle de bon sens… Si l’on vouloit donner quelque certitude à ces expériences, il faudroit du moins que le sujet fût préparé de longue-main, & peut-être qu’on le rendît philosophe…. Il seroit très-à-propos de ne commencer les observations que long-tems après l’opération : pour cet effet il faudroit traiter le malade dans l’obscurité, & s’assûrer bien que sa blessure est guérie, & que les yeux sont sains. Je ne voudrois point qu’on l’exposât d’abord au grand jour…. Enfin ce seroit encore un point fort délicat que de tirer parti d’un sujet ainsi préparé, & de l’interroger avec assez de finesse pour qu’il ne dît précisément que ce qui se passe en lui… Les plus habiles gens, & les meilleurs esprits, ne sont pas trop bons pour une expérience si philosophique & si délicate. »

Finissons cet article avec l’auteur de la lettre, par la fameuse question de M. Molineux. On suppose un aveugle né, qui ait appris par le toucher à distinguer un globe d’un cube ; on demande si, quand on lui aura restitué la vûe, il distinguera d’abord le globe du cube sans les toucher ? M. Molineux croit que non, & M. Locke est de son avis ; parce que l’aveugle ne peut savoir que l’angle avancé du cube, qui presse sa main d’une maniere inégale, doit paroître à ses yeux, tel qu’il paroît dans le cube.

L’auteur de la lettre sur les aveugles, fondé sur l’expérience de Cheselden, croit avec raison que l’aveugle né verra d’abord tout confusément, & que bien-loin de distinguer d’abord le globe du cube, il ne verra pas même distinctement deux figures différentes : il croit pourtant qu’à la longue, & sans le secours du toucher, il parviendra à voir distinctement les deux figures : la raison qu’il en apporte, & à laquelle il nous paroît difficile de répondre, c’est que l’aveugle n’ayant pas besoin de toucher pour distinguer les couleurs les unes des autres, les limites des couleurs lui suffiront à la longue pour discerner la figure ou le contour des objets. Il verra donc un globe & un cube, ou, si l’on veut, un cercle & un quarré : mais le sens du toucher n’ayant aucun apport à celui de la vûe, il ne devinera point que l’un de ces deux corps est celui qu’il appelle globe, & l’autre celui qu’il appelle cube ; & la vision ne lui rappellera en aucune maniere la sensation qu’il a reçûe par le toucher. Supposons présentement qu’on lui dise que l’un de ces deux corps est celui qu’il sentoit globe par le toucher, & l’autre celui qu’il sentoit cube ; saura-t-il les distinguer ? L’auteur répond d’abord qu’un homme grossier & sans connoissance prononcera au hasard ; qu’un métaphysicien, sur-tout, s’il est géometre, comme Saunderson, examinera ces figures ; qu’en y supposant de certaines lignes tirées, il verra qu’il peut démontrer de l’une toutes les propriétés du cercle que le toucher lui a fait connoître ; & qu’il peut démontrer de l’autre figure toutes les propriétés du quarré. Il sera donc bien tenté de conclurre : voilà le cercle, voilà le quarré : cependant, s’il est prudent, il suspendra encore son jugement ; car, pourroit-il dire : « peut-être que quand j’appliquerai mes mains sur ces deux figures, elles se transformeront l’une dans l’autre ; de maniere que la même figure pourroit me servir à démontrer aux aveugles les propriétés du cercle, & à ceux qui voyent, les propriétés du quarré ? Mais non, auroit dit Saunderson, je me trompe ; ceux à qui je démontrois les propriétés du cercle & du quarré, & en qui la vûe & le toucher étoient parfaitement d’accord, m’entendoient fort bien, quoiqu’ils ne touchassent pas les figures sur lesquelles je faisois mes démonstrations, & qu’ils se contentassent de les voir. Ils ne voyoient donc pas un quarré quand je sentois un cercle, sans quoi nous ne nous fussions jamais entendus : mais puisqu’ils m’entendoient tous, tous les hommes voyent donc les uns comme les autres : donc je vois quarré ce qu’ils voyoient quarré, & par conséquent ce que je sentois quarré ; & par la même raison je vois cercle ce que je sentois cercle ».

Nous avons substitué ici avec l’auteur le cercle au globe, & le quarré au cube, parce qu’il y a beaucoup d’apparence que celui qui se sert de ses yeux pour la premiere fois, ne voit que des surfaces, & ne sait ce que c’est que saillie ; car la saillie d’un corps consiste en ce que quelques-uns de les points paroissent plus voisins de nous que les autres : or c’est par l’expérience jointe au toucher, & non par la vûe seule, que nous jugeons des distances.

De tout ce qui a été dit jusqu’ici sur le globe & sur le cube, ou sur le cercle & le quarré, concluons avec l’auteur qu’il y a des cas où le raisonnement & l’expérience des autres peuvent éclairer la vûe sur la relation du toucher, & assûrer, pour ainsi dire, l’œil qu’il est d’accord avec le tact.

La lettre finit par quelques réflexions sur ce qui arriveroit à un homme qui auroit vû dès sa naissance, & qui n’auroit point eu le sens du toucher ; & à un homme en qui les sens de la vûe & du toucher se contrediroient perpétuellement. Nous renvoyons nos lecteurs à ces réflexions : elles nous en rappellent une autre à peu près de la même espece, que fait l’auteur dans le corps de la lettre. « Si un homme, dit-il, qui n’auroit vû que pendant un jour ou deux, se trouvoit confondu chez un peuple d’aveugles, il faudroit qu’il prit le parti de se taire, ou celui de passer pour un fou : il leur annonceroit tous les jours quelque nouveau mystere, qui n’en seroit un que pour eux, & que les esprits forts se sauroient bon gré de ne pas croire. Les défenseurs de la religion ne pourroient-ils pas tirer un grand parti d’une incrédulité si opiniâtre, si juste même à certains égards, & cependant si peu fondée ? » Nous terminerons cet article par cette réflexion, capable d’en contrebalancer quelques-autres qui se trouvent répandues dans l’ouvrage, & qui ne sont pas tout-à-fait si orthodoxes. (O)

* Aveugles, (Hist. mod.) hommes privés de la vûe qui forment au Japon un corps de savans fort considérés dans le pays. Ces beaux esprits sont bien venus des grands ; ils se distinguent sur-tout par la fidélité de leur mémoire. Les annales, les histoires, les antiquités, forment un témoignage moins fort que leur tradition : ils se transmettent les uns aux autres les évenemens ; ils s’exercent à les retenir, à les mettre en vers & en chant, & à les raconter avec agrément. Ils ont des académies où l’on prend des grades. Voyez Barth. Asia. & l’Hist. du Japon du peré Charlevoix.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aveugle »

Étymologie de aveugle - Littré

Wallon, aveûle ; rouchi, aveule ; bourguig. éveugle ; picard, aveule, avugle, avule ; ital. avocolo, vocolo ; de ab, marquant privation, et de oculus, œil (voy. ce mot) : sans œil.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de aveugle - Wiktionnaire

(XIe siècle) De l’ancien français avogle, aveule, du latin populaire ab oculis « sans yeux » (Ve ou VIe s., Actus Petri cum Simone) [1], probablement calque du gaulois exs-ops « aveugle » [2]. Une évolution demi-savante par rapport à aveuil, aboutissement populaire [3] continué dans le berrichon [4] et le gallo aveuille. A éliminé cieu et orb en ancien français, du latin classique caecus « aveugle » et orbus « privé de, dépourvu de ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aveugle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aveugle avœgl play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « aveugle »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aveugle »

  • Depuis qu’elle a intégré l’équipe de Lara Fabian lors de son audition à l’aveugle, la candidate ne cesse d’émouvoir son coach et les téléspectateurs. amomama.fr, "Je ne veux plus être considéré comme aveugle" : Maria raconte sa participation à "The Voice"
  • Depuis que l'Afrique du Sud a été plongée sous confinement sanitaire fin mars, Jetro Gonese, 60 ans, a déserté les rues où il faisait la manche pour se calfeutrer dans un immeuble peuplé d'immigrants handicapés, dont il partage une chambre avec un autre aveugle. TV5MONDE, L'épreuve des aveugles d'Afrique du Sud en temps de coronavirus
  • En résumé, c’est donc un régulateur qui s’est volontairement privé de bâton qui aujourd’hui souhaite guider les associations de consommateurs – qui lui avaient expressément demandé de s’en doter – sur les risques liés à la commercialisation de la 5G. C’est ici confondre le chien et l’aveugle. , 5G - Le chien et l’aveugle - Billet du président - UFC-Que Choisir
  • Hélène Ségara battue par son compagnon et devenue aveugle ? Le pire s’est produit... Public.fr, Hélène Ségara battue par son compagnon et devenue aveugle ? Le pire s’est produit...
  • Arabe, aveugle et homme politique, Hamou BOUAKKAZ se confie comme jamais. Son enfance, ses defis au quotidien pour surmonter son handicap, l’apport de sa vision de la vie dans une entreprise. EcoRéseau Business, EcoRéseau Business | Hamou BOUAKKAZ, arabe, aveugle et homme politique
  • Thierry Jammes, président de la Fédération des aveugles du Languedoc-Roussillon, qui a relaté cet accident sur les réseaux sociaux, se dit « révolté ». « C’est une dame qui connaît parfaitement son trajet, mais pendant trois mois, elle a laissé sa canne blanche chez elle, car, comme tout le monde, elle était confinée, confie Thierry Jammes à 20 Minutes. On perd forcément confiance en ses capacités d’analyse du terrain. » , Montpellier : Pas de bande de guidage sur la passerelle, une personne aveugle tombe dans le Lez
  • La distanciation sociale ? Une épreuve pour les personnes aveugles, privées de leur sens le plus aiguisé, le toucher. En Afrique du Sud, des mendiants handicapés se calfeutrent dans des immeubles, par peur de sortir. Reportage. Handicap.fr, L'épreuve des aveugles d'Afrique du Sud en temps de Covid
  • L’aveugle vous regarde de toutes ses oreilles. De Gilbert Cesbron
  • Le monde est aveugle. Rares sont ceux qui voient. De Bouddha
  • L’amour rend aveugle. L’amour doit rendre aveugle ! Il a sa propre lumière. Eblouissante. De Daniel Pennac / Aux fruits de la passion
  • Si un aveugle conduit un autre aveugle, ils tomberont tous les deux dans un trou. De Saint Matthieu / L’Evangile
  • Si un aveugle guide un aveugle, tous les deux tomberont dans un trou. De Saint Luc / Evangiles
  • La foi aveugle regarde de travers. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • L'amour est aveugle par éblouissement. De Albert Brie / Le mot du silencieux
  • Mieux vaut loucher que d’être aveugle. De Proverbe indien
  • La volonté est aveugle, la douleur myope. De Ernst Jünger
  • L'affection aveugle la raison. De Proverbe français
  • L'amour est aveugle. De Platon
  • Le bonheur rend aveugle. De Eschyle
  • La fortune est aveugle. De Proverbe français
  • La colère est aveugle. De Proverbe français
  • Fortune aveugle suit aveugle hardiesse. De Jean de La Fontaine / Fables

Traductions du mot « aveugle »

Langue Traduction
Corse cecutu
Basque itsutu
Japonais 盲目
Russe ослепленный
Portugais cego
Arabe أعمى
Chinois 蒙蔽
Allemand blind
Italien cieco
Espagnol cegado
Anglais blinded
Source : Google Translate API

Synonymes de « aveugle »

Source : synonymes de aveugle sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « aveugle »


Mots similaires