La langue française

Appariteur

Sommaire

  • Définitions du mot appariteur
  • Étymologie de « appariteur »
  • Phonétique de « appariteur »
  • Évolution historique de l’usage du mot « appariteur »
  • Citations contenant le mot « appariteur »
  • Traductions du mot « appariteur »
  • Synonymes de « appariteur »

Définitions du mot « appariteur »

Trésor de la Langue Française informatisé

APPARITEUR, subst. masc.

A.− ANTIQ. ROM. Officier public au service d'un magistrat romain; en particulier, garde attaché à la personne d'un tribun.
P. anal., rare. Garde chargé de la protection d'un haut personnage :
1. ... il ne voulait plus que s'embarquer et demandait des commissaires pour le protéger jusqu'à Cherbourg. Ces appariteurs ne furent point reçus d'abord par la maison militaire. Bonaparte eut aussi pour gardes des commissaires, la première fois russes, la seconde fois français; mais il ne les avait pas demandés. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 645.
B.− HIST. Huissier d'une cour ecclésiastique :
2. l'exempt, lisant. − « Henri-Louis Chataignier de la Roche-Pozzay (...) évêque de Poitiers (...) avons ordonné et ordonnons qu'Urbain Grandier (...) soit amené et conduit aux prisons de la ville, par le premier appariteur, prêtre ou clerc tonsuré... » A. Dumas Père, Urbain Grandier,1850, III, 8, p. 82.
C.− Cour. Huissier attaché à une institution universitaire :
3. « Décidément, baron, dit Brichot, si jamais le conseil des facultés propose d'ouvrir une chaire d'homosexualité, je vous fais proposer en première ligne. (...). Vous auriez deux auditeurs et l'appariteur, soit dit sans vouloir jeter le plus léger soupçon sur notre corps d'huissiers, que je crois insoupçonnable. (...) » Proust, La Prisonnière,1922, p. 308.
4. R. entra par la porte du fond, à peu près totalement perdue dans la boiserie. L'appariteur lui poussa la chaise, approcha de lui la carafe, abaissa le classique abat-jour de porcelaine verte, et lança sur l'assistance, avant que de partir, un menaçant regard de militaire ou de douanier. Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 270.
Vx. Préparateur de laboratoire (cf. A. France, Jocaste, 1879, p. 46).
Région. Agent attaché à la mairie :
5. « Vingt sous les premières, dix sous les secondes, cinq sous les enfants et les personnes debout. » Tel était autrefois le tarif de nos divertissements artistiques quand une troupe de comédiens ambulants s'arrêtait, pour un soir, dans mon village natal. L'appariteur, chargé d'avertir les treize cents âmes du chef-lieu de canton, annonçait l'événement le matin, vers dix heures, au son du tambour. Colette, La Maison de Claudine,1922, p. 131.
En partic. ,,Personne mandatée par le Conseil municipal dont la mission est la pose des affiches municipales, appartenant à la commune.`` (Cham. 1969).
Au fig. :
6. Ainsi l'ancien testament est l'appariteur et le fourrier. Et le préparateur et l'annonciateur du nouveau testament. C'est lui qui lui prépare les voies, c'est lui qui lui fait sa maison. Péguy, Le Mystère des Saints Innocents,1912, p. 173.
PRONONC. : [apaʀitœ:ʀ]. Poit. 1860 note qu'on prononce ap-pa avec [pp] géminées.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1332 « huissier d'une cour ecclésiastique » (Varin, Arch. adm. de Reims, II, 652 ds DG : Regnier Bergier, appariteur l'arcevesque de Rains); 2. 1495 antiq. rom. (Mir. hist., Maz. 1554, fo212 rods Gdf. Compl. : Neron envoia appariteurs par toute la region qui queroient tous les crestiens qui se mussoient pour les tuer a force); 3. 1690 « bedeau d'université » (Fur.); 1824 « huissier d'université » (St-Edme : De nos jours, et lorsque sous le gouvernement impérial on rétablit l'université, on donna le nom d'appariteurs à deux espèces d'huissiers); 4. 1845 « préparateur de laboratoire » (Besch.); 5. 1845 « agent attaché à la mairie » (ibid.). Empr. au lat. apparitor « huissier attaché au service d'un magistrat » (Caton, Orat. [Fronto p. 100 N.] ds TLL s.v. 269, 1); sens 1 empr. au lat. médiév. (fin ixes., Inventio Philippi Cellensis, 2 ds Mittellat. W. s.v., 777, 69).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 24.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bouillet 1859. − Cham. 1969. − Dupin-Lab. 1846. − Lavedan 1964. − Leloir 1961. − Mét. 1955. − Rich (A.) 1873 (s.v. apparitores). − St-Edme t. 1 1824.

Wiktionnaire

Nom commun 1

appariteur \a.pa.ʁi.tœʁ\ masculin (pour une femme on dit : apparitrice) (ou appariteure)

  1. (Éducation) Huissier d’une faculté.
    • Le dernier conseil concerne votre feuille de brouillon qui vous sera donnée par lʼappariteur en charge de lʼaccueil en même temps que le sujet. — (Catherine Guilbert-Laval, Épreuve orale du concours aide-soignant avec vidéos d’entraînement, 2010)
  2. (Éducation) (Québec) Personne responsable du matériel de pédagogie.
    • Devant le local de reprographie, des jeunes faisaient la file pour discuter avec Bobby Beaulieu, un appariteur devenu vedette virale à la suite d’un triomphe à un quiz sportif. — (Biz, La Chaleur des mammifères, Leméac, Montréal, 2017, p. 17)

Nom commun 2

appariteur \a.pa.ʁi.tœʁ\ masculin

  1. (Autrefois) Huissier d’une cour ecclésiastique ou d’une université.
  2. (Antiquité) Garde qui était attaché à la personne d’un tribun.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APPARITEUR. n. m.
Huissier d'une faculté. Les appariteurs de la Faculté de Droit. Il désignait autrefois un Huissier d'une cour ecclésiastique ou d'une université. En termes d'Antiquité romaine, il signifie Garde qui était attaché à la personne d'un tribun.

Littré (1872-1877)

APPARITEUR (a-pa-ri-teur) s. m.
  • 1Sergent d'une cour ecclésiastique.
  • 2Huissier attaché à une faculté.
  • 3En général, huissier. Coriolan, naturellement fier et hautain, ayant renvoyé l'appariteur avec mépris, comme les tribuns l'avaient bien prévu …, Vertot, Rév. rom. II, 142.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

APPARITEUR. Ajoutez : - HIST. XIVe s. Colinès de S.-Hillier, apparitere de la court l'arcediacre de Reins, Varin, (1348) Arch. administr. de la ville de Reims, t. II, 2e part. p. 1197.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

APPARITEUR, s. m. (Hist. anc. & mod.) c’est le nom du bedeau d’une Université, dont la fonction est de porter la masse devant les docteurs des Facultés. V. Bedeau, Université, Masse

On appelle aussi appariteurs, ceux qui ont l’emploi de citer quelqu’un devant un tribunal ecclésiastique. Voyez Sommer, Citation.

Les appariteurs, chez les Romains, étoient la même chose que les sergens ou les exempts parmi nous ; ou plûtôt c’étoit un nom générique, exprimant tous les ministres qui exécutoient les ordres des juges ou des magistrats ; & de-là leur est venu le nom d’appariteurs, formé d’apparere, être présent.

Sous le nom d’appariteurs, étoient compris, scribæ, accensi, interpretes, præcones, viatores, lictores, statores, & même carnifices, les exécuteurs. Voyez Scribe, Licteur, &c. On les choisissoit ordinairement parmi les affranchis des magistrats : leur état étoit méprisé & odieux, tellement que le sénat imposoit comme une marque d’infamie à une ville qui s’étoit révoltée, le soin de lui fournir des appariteurs. Il y avoit aussi une sorte d’appariteurs des cohortes, appellés cohortales & conditionales, comme étant attachés à une cohorte, & condamnés à cette condition. Les appariteurs des prétoires, apparitores pretoriani, étoient ceux qui servoient les préteurs & les gouverneurs de provinces ; ordinairement le jour de la naissance de leurs maîtres on les changeoit, & on les élevoit à de meilleures places. Les pontifes avoient aussi leurs appariteurs, comme il paroît par une ancienne inscription en marbre, qui est dans la voie Appia :

Apparitori
Pontificum
Parmulario
. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « appariteur »

(XIVe siècle) Du latin apparitor (« huissier attaché au service d’un magistrat »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Apparitor, mot à mot celui qui est présent, par conséquent qui surveille ; de apparere (voy. APPAROIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « appariteur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
appariteur aparitœr

Évolution historique de l’usage du mot « appariteur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « appariteur »

  • En cherchant dans la mémoire des anciens, enrichie par celle des plus anciens, on peut se faire une idée de ce que pouvaient être les services au sein de la commune essentiellement rurale à cette époque, entre les XVIIIe et XIXe siècles. Les activités les plus importantes et nécessaires étaient l’épicerie et les deux forges, toutes deux munies d’un travail (appareil en bois servant à maintenir les animaux de trait pour les ferrer ou les soigner) ; un atelier de couture, un tisserand, un presseur d’huiles, un aubergiste, un cordonnier, un bureau de poste avec facteur et cabine téléphonique ; un charron, un coiffeur, un carillonneur-appariteur, des brassiers, un maçon mineur de sable, un meunier, son moulin à vent, un charpentier des moulins, un puisatier, un briquetier, un tonnelier. Des institutrices et instituteurs enseignaient l’un à l’école laïque des garçons, l’autre à l’école laïque des filles. Le presbytère abritait deux prêtres chargés du culte catholique de la paroisse. Ces corps de métier exerçaient à temps complet les principales activités indispensables pour le quotidien de la vie de la commune. Elle comptait 600 habitants en 1821.Il n’était pas rare de se voir proposer des services par des artisans itinérants complémentaires qui s’installaient sous des granges privées, sur l’esplanade ou sous le porche de l’église, parfois déjà occupé par des vagabonds. Très attendus par la population, on trouvait un bouilleur de cru, des artistes de cirque, un vannier, un rémouleur, un étameur, un chasseur de vipères, un chiffonnier, un chaisier, un fripier… et tous ces petits métiers émerveillaient les enfants tout en faisant le bonheur des ménagères. La plupart de ces savoir-faire ont disparu. Ils ont été remplacés par les nouveaux métiers d’aujourd’hui, à l’exception de l’épicerie multiservices et ce au bénéfice des grandes enseignes mais au détriment d’un savoir-vivre de partage et d’entraide essentiels pour une collectivité de ce temps-là. ladepeche.fr, Castillon-Savès. Les métiers d’autrefois - ladepeche.fr
  • Une employée de la Ville de Marseille occupe gracieusement depuis plusieurs années un logement de fonction à l’école élémentaire de Montredon, boulevard de la Verrerie, 8e. Ce qui était une faveur accordée par Jean-Claude Gaudin en personne est vécu comme un cauchemar par son occupante qui a l’impression d’être une clandestine dans ce local qui n’est pas aux normes, pas chauffé. Marlène Azemon demande depuis son entrée dans les lieux en janvier 2016 un bail, un loyer et la mise aux normes de cette maison dont elle paie la taxe d’habitation. « Tu te tais, tu ne dis rien ! » Du cabinet du maire à la direction des écoles, de la direction du Patrimoine à celle des Ressources humaines, personne n’assume ce dossier délicat qui interroge sur l’attribution en douce de logements, cette nébuleuse du parc scolaire (lire ci-contre) mais aussi sur l’effectivité des dotations de réfection versées pour cette zone grise du patrimoine de la Ville. « Je sais qu’aux tatas, on ne donne pas de logement de fonction. Alors on m’avait dit "tu te tais, tu ne dis rien sinon ça va faire des histoires, n’en parle pas car on peut pas donner à tout le monde" », raconte Marlène, une Martiniquaise rayonnante, entrée en 2008 comme adjoint technique des écoles et reclassée comme appariteur en raison de son état de santé. Sa voix se brise à l’évocation de certains propos et menaces voilées : « Sois contente de ne pas payer de loyer, alors ferme-la ! Ne réveille pas ceux qui dorment ! Ne nous fous pas dans la m... ! » Sa voix qu’on veut faire taire, la majorité municipale l’avait pourtant appréciée. « J’ai chanté pour Valérie Boyer, puis Guy Teyssier et toutes les soirées électorales des députés », nous dit Marlène qui assure ne rouler pour aucun parti. Tous ont applaudi à ses interprétations de Whitney Houston, ses gospels vibrants. C’est elle qui avait chanté au grand meeting au dôme en 2008 de Jean-Claude Gaudin qui était venu la remercier dans sa loge. « Il m’aime beaucoup le maire, il est très gentil, il me dit toujours "vous êtes mon rayon de soleil"! » Marlène avait déjà eu un coup de pouce du maire pour l’attribution en 2009 d’un appartement de la Logirem à Allauch. Mais 800 euros de loyer avec un salaire de 1 250 euros, toute seule, elle ne s’en sortait pas. « J’avais vu en 2014 une annonce de FO dont j’étais adhérente qui disait que la mairie avait 7 logements de fonction pour des agents en difficultés. Je suis allée voir direct le maire, direct Dieu le père. Monsieur le maire m’a très gentiment reçue, il m’a mis dans les mains d’Annette Placide sa secrétaire principale [et sa cousine, Ndlr]. Elle m’a mis en relation avec sa belle-sœur Marie-Thérèse qui était à la direction de la vie scolaire et s’occupait des logements de fonction. C’est allé très vite. » Marlène obtient en septembre 2015 un 3 pièces à l’école des Olives, rue François-Chabot, 13e. Elle s’acquitte d’une redevance pour « logement concédé par utilité de service » de 421,34 euros prélevés sur son salaire. Mais une nuit, le plafond de la cuisine s’écroule. On la déplace alors début 2016 sur l’école de Montredon. Un jardin contaminé Le transfert administratif ne s’est jamais fait. Elle alerte aussitôt qu’elle n’est plus prélevée. Rien n’y fait. Très vite, elle comprend que le local est invivable. L’eau du robinet coule rouge. Une contamination au plomb de l’ex-usine Legré-Mante a bien été décelée en 2015 « dans le jardin potager du logement de fonction ». Les travaux de la Ville : une couche de peinture et la pose en double emploi d’un cumulus et d’un chauffe-eau au gaz alors que la désaffectation du local a entraîné la coupure avec les canalisations de l’école ! « L’hiver, on ne peut pas y vivre. Rien n’est isolé. Y a pas de chauffage alors que les panneaux solaires sur mon toit chauffent l’école. Je me sens comme une squatteuse. Ma mère m’a appris à me lever pour travailler, à payer la maison où tu vis. Je veux payer. Je vis dans l’angoisse et la peur. » Pour la sortir de ce trou, son avocate Julie Savi a adressé une mise en demeure à la mairie en octobre. Sans réponse, pas plus qu’à nos questions. « La Ville qui sermonne les bailleurs privés ferait mieux de veiller à ce que son parc de logements de fonction respecte les règles de décence », commente l’avocate. En pleine enquête du Parquet national financier sur la gestion des personnels, l’affaire met en fusion les services. Preuve en est ce courrier du 10 octobre 2018 du Directeur général adjoint des ressources humaines (DGARH), Yves Rusconi, à la directrice de la Stratégie foncière et du Patrimoine, Laurence Deschamp, en copie à Damnin Rauscher et Jean-Claude Gondard : « Ce logement n’a jamais fait partie du parc de concessions de logements attribués par nécessité absolue de service ou par convention d’occupation précaire avec astreintes, géré par la DGARH. (...) Ce logement relevant du patrimoine de la Ville de Marseille, il vous appartient de régulariser au plus tôt cette situation en proposant à l’intéressée une convention d’occupation. » 14 mois après, rien. Faut-il que le Rossignol de Gaudin aille chanter sous ses fenêtres ? www.lamarseillaise.fr, [#BalanceTonTaudis] Marseille : Marlène, une vie clandestine dans un logement de fonction
  • Ce n’est pas la première fois que des journalistes indélicats fabriquent des reportages à partir de faux témoignages ou de montages qui déforment les propos des personnes interviewées. Le mensonge est une pratique habituelle chez certains médias peu scrupuleux. On se rappelle, dans les années 1990, alors que le terrorisme faisait rage, Canal+ réalisait un reportage en Algérie et faisait parler un repenti censé avoir fait partie des groupes islamistes armés. Or, il se trouve que le «terroriste» en question n’était autre que l’appariteur farfelu d’un quotidien qui avait pignon sur rue à Hussein Dey, lequel appariteur habitait un immeuble situé sur un trottoir d’en face. Algérie Patriotique, Les intervenants dans le reportage de France 5 accusent le réalisateur - Algérie Patriotique
  • Le Grand Annecy recrute toujours une centaine d’emplois d’été réservés aux jeunes de 17 à 26 ans. En raison de la situation sanitaire, la date limite de remise des dossiers de candidature a été repoussée au 31 mai. Une centaine de postes sont à pourvoir dans les services suivants. Affaires générales : appariteur (diffusion du courrier). Bâtiment de Vovray (directions Valorisation des déchets et eau potable) : accueil et secrétariat. Valorisation des déchets : collecte, accueil en déchèterie. Eau potable : secrétariat, accueil, analyse de l’eau. Eaux pluviales : agent d’exploitation. Relais territoriaux : secrétariat, accueil Services d’aide à domicile des personnes âgées : entretien du logement, du linge, aide aux courses, habillage, préparation des repas, alimentation. Ehpad ou résidence autonomie : entretien des locaux, service des repas, aide aux soins d’hygiène corporelle. , Haute-Savoie | Annecy : jobs d’été de l’agglo, on peut postuler jusqu’au 31 mai

Traductions du mot « appariteur »

Langue Traduction
Anglais apparitor
Espagnol ordenanza
Italien apparitor
Allemand apparitor
Chinois 评估人
Arabe مباشر
Portugais aparidor
Russe судебный пристав
Japonais 器具
Basque apparitor
Corse apparitu
Source : Google Translate API

Synonymes de « appariteur »

Source : synonymes de appariteur sur lebonsynonyme.fr
Partager